AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Priez pour votre survie dans l'event de Septembre qui vous plonge du temps des dino
et des bûchers !!
:frank:
Festoyer avec nous pour l'anniversaire dragien envoi coeur
Derniers jours pour attraper un numéro à la loterie magique Crazy choupi
N'oubliez pas de voter pour les awards de Drag ! :aime:

Partagez | .
 

 Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Mar 14 Fév 2017 - 22:08


Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier
Samuel Marshal & Luaine E. Bridgestone
  Ils n’ont plus besoin de moi. Ils font la fête à leur nouvel Ulfric. Je les observe de loin. Étrangement, je me sens à côté de la plaque, hors du coup. J’ai l’impression de flotter dans un monde irréel. Mon corps est bien là. Mes yeux voient les Lycanthropes se réunir pour manger et boire. Mes oreilles entendent les voix sans que je ne comprenne ce qui est dit. Je sens l’odeur du bûcher funéraire mélangée aux autres senteurs du Caern. Je me sens las et brisée. J’ai presque envie de m’asseoir et de ne plus bouger. Piotr n’est pas là, trop pris avec sa fille. J’aimerais aller parler avec Ciàran et Ashaya. Mais ils ont chassé Micah. Ils ont imposé à mon frère de cœur de partir, de devenir un Cabot. Je sens mon corps trembler. Je croise les bras sous ma poitrine. J’ai envie de pleurer. Mais cela sera mal vu. J’ai prêté allégeance au nouveau Ulfric. D’un coup, j’ai un poids sur l’estomac et le cœur. La lourdeur me donne l’impression de tomber en avant et de perdre toute consistance.

D’un coup, une larme roule sur ma joue. Et je fais demi-tour. Je m’enfonce dans les bois du Caern. J’ai besoin de distance. Je ne veux plus être là au milieu d’eux. Ils n’ont plus besoin de la Vagarmor. Alors j’ai le droit de penser à moi, de prendre soin de moi. Je marche de plus en plus vite évitant les arbres alors que ma vue se brouille. Au fur et à mesure que j’avance et m’éloigne du cœur du Caern, je me décide à courir. Je veux sortir du territoire de la Meute. J’ai besoin de m’enfoncer au cœur même de la forêt pour me sentir rassurée. Je cherche le contact avec Mère Nature. Il m’a toujours apaisée, aidée. Je courre de plus en plus vite. Le vent me fouette le visage. Je respire mal, trop vite. Mon cœur bat la chamade. Les larmes brouillent mes yeux, cascadent sur mes lèvres et donnent un goût salé à mes lèvres. Je ne m’arrête pas. Je continue de courir sans réfléchir où je vais.

Je me prends le pieds dans une racine, qui dépasse de trop. Et je m’étale au sol. Je n’ai que le temps de tendre les mains pour éviter un choc frontale avec le sol. J’utilise mes mains pour me remettre à genoux, mains plantées au sol. Il est humide et boueux. L’odeur de l’humus envahit mes narines. Je respire vite. Et les larmes roulent maintenant abondamment sur mes joues. Je m’assied talons. La tête me tourne. Tout se mélange dans ma tête. Ma peine devient plus forte, ravageant tout sur son passage en moi. Je ferme les yeux et j’inspire lentement. Je me sens brisée. Micah… Micah va quitter la Meute. Mon frère de cœur ne sera plus là. Il erra loin et seul. Je ne le verrais plus. Il ne veillera plus sur moi, nous ne parlerons plus de Lana ensemble. Je mord ma lèvre inférieure.

Puis j’ouvre la bouche. Et un long cri s’échappe de mes lèvres et m’écorche la gorge. Il est long et fort. Je poursuis jusqu’à être à bout de souffle, jusqu’à ce que cela ne devienne une plainte. On dirait un animal, qui agonisse seul. Je me penche en avant, bras croisés sur mon ventre douloureux. Et je me laisse choir en avant jusqu’à ce que mon front touche le sol. Je pleure. Je gémis. Je veux crier à nouveau dans la silence de la forêt.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Guilde
→ NUISANCE DEPUIS : 100 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Rapidité - Force - Ouïe + - Odorat + - Vue +
→ ERRANCE : Dans la nature -
→ TROMPE L'ENNUI : Agent du SWAT - bourreau de la Guilde
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Franc, courageux, intrépide, doppé à l'action, volontaire, énergique, coriace, loyal, homme de confiance, patriote, applique la justie selon ses propres valeurs

→ AVATAR : Dwayne Johnson
→ CREDITS : Me
→ MENSONGES : 68

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Jeu 16 Fév 2017 - 22:42

C’est fou j’ai de plus en plus de mal à laisser mes bébés tous seuls alors que l’un est adulte et l’autre adolescente. Mais la première transformation de Johanna m’inquiète. Elle ne s’est pas très bien passée. Je sens que le contrôle va être très long pour elle. Cela dit, je n’ai pas le choix, je dois aller au QG de la Guilde ce soir pour rendre rapport. J’enlève donc mon uniforme de flic pour le troquer contre un jean, un t-shirt et une veste de jogging, largement suffisamment pour moi à cette période de l’année.

C’est dans ces périodes de la journée que Piotr et le duo que nous formions me manque. Nous avions pour coutume d’aller boire une bière après le boulot. Certes, je continue ce rituel mais cela n’a plus la même saveur. Personne pour partager les journées, les déboires, la soif de justice et j’en passe et des meilleures. Ce soir, d’ailleurs, je n’ai même pas le goût de me rendre dans mon bar habituel. Je préfère aller courir dans les bois, proches du Caern et de mes semblables. Je finis onc par changer de pantalon pour un jogging. Oui mon casier est juste blindé de fringues pour différentes occasions, tout simplement car on ne sait jamais ce que l’on va devoir faire après le travail. Puis mon casier est grand autant que j’en profite !

Je prends la voiture et je songe à la manière dont je pourrais aborder l’Ulfric en place pour mettre mes enfants sous la surveillance de la Meute. Je préfère les savoir en sécurité au milieu des nôtres que de les laisser seuls. Le seul problème c’est que seul le skoll connaît ma position au sein de la Guilde et je n’ai pas l’autorisation de la dévoiler à l’Ulfric en place… Peut-être que courir et ressentir les miens m’aidera à trouver la solution.

Lorsque je gare la voiture proche de la forêt cependant, j’entends un long cri. Un cri de désespoir. Je prends rapidement mon arme avec moi puis sans réfléchir je cours dans la direction du cri. Mon ouïe développée me permet de rapidement trouver l’origine de ce son. Je reconnais alors l’odeur de Luaine, une amie, une amie chère à mon cœur simplement parce qu’elle a été présente pour Piotr dans le pire des moments. J’ai même d’ailleurs parfois l’impression de la protégée autant sinon plus que mon compagnon d’armes.

Rapidement, je me précipite vers elle et je la relève. Mon estomac se serre de la voir dans cet état. Doucement, je la porte et la prend contre moi comme l’on prendrait un enfant en bas âge.

« Je suis là Luaine… » je chuchote. « Que se passe-t-il ? Tu es blessée ? Tu as été attaquée ? » je m’inquiète rapidement.

Une fois que je nous ai amené vers un endroit plus clairsemé de la forêt, je dépose mon amie au sol et la câline, doucement, pour ne pas lui écraser la cage thoracique.

« Je suis là, laisse toi aller… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Lun 6 Mar 2017 - 21:43


Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier
Samuel Marshal & Luaine E. Bridgestone
  Mon cri n’en finit pas. J’ai l’impression que mon souffle n’a pas de fin. Le son m’arrache la gorge, la rend brûlante et douloureuse. Mais même ce son d’outre-tombe que je sors n’apaise rien en moi. Je me laisse tomber en avant, mes mains arrêtant ma chute. Les larmes dévalent sur mes joues. Ma vue se brouille. Je ne distingue plus le sol, ni les brindilles d’herbe le parsemant. Mes mains s’enfoncent dans la boue. Je continue de pleurer et je finis par gémir. En moi tout se déchire.

Il y a un trou béant dans ma poitrine, qui aspire toute la vie et toute mon énergie. Le désir de me coucher à même le sol et de me rouler en boule me prend. Comme après la mort de l’Ancien et mon départ de ma Meute d’origine. Comme quand je me suis retrouvée seule. J’ai fait ce que je devais. J’ai assuré mon soutient à Ciàran. J’ai rempli le rite funéraire. Mais ils n’ont pas le droit de me demander de faire la fête quand mon frère de cœur, celui qui m’a offert une nouvelle famille, est chassé et condamné à l’exil…

Je n’arrive pas à m’imaginer, qu’il ne sera plus dans la Meute. Je peine à imaginer, qu’il était sur le point d’offrir sa gorge pour mourir. Pourquoi Micah ? Pourquoi as-tu tout abandonné ? Pourquoi ne t’es-tu pas battu ? La douleur serpente dans tout mon corps, rendant douloureux chaque parcelle de mon être. Je n’en peux plus. Je plis les bras et mon front vient se poser sur la terre humide. Je sanglote toujours. J’aimerais que cette douleur cesse maintenant. J’ai besoin de réconfort, d’une présence. J’espère que Mère Nature sera clémente et m’offrira une certaine consolation. J’en ai besoin. Je viens de perdre un de mes repères, un des piliers de mon existence.

Ta présence provoque un vague sursaut en moi. Ou du moins ta voix, qui me parvient de loin, mais qui m’est familière. Mère Nature aura-telle entendu mes pleurs et m’aurait offert un réconfort ? Je me laisse relever comme une poupée de chiffon. Je n’ai pas le sentiment de maîtriser mon corps. Je veux juste me rouler en boule et me vider de toutes mes larmes, jusqu’à ce que le silence se fasse en moi. À travers ma vue brouillée, je vois ton visage. Sam, l’ami de Piotr et le mien. Enfin je crois. Il me faut quelques secondes pour comprendre tes paroles. Mais je secoue la tête. Non je ne suis pas blessée. Ou alors je me suis juste tordue la cheville en tombant. Mais je suis tellement brisée à l’intérieure que la douleur physique n’irradie pas dans mon corps.

Je me laisse porter comme une petite fille. Mes pleurs sont devenus silencieux. Mais je n’ai pas la force de parler. Finalement, j’ai l’impression que ma cheville a bien subi le choc avec la racine. Je dois me l’être tordue en tombant. Mais je n’arrive pas à me focaliser sur cette souffrance-là. Je passe mes bras autour de ton cou, et je pose mon front contre ton épaule. Je me laisse bercer doucement.  Je continue de pleurer sans bruit quelques minutes. Mais il faudra bien le dire et l’accepter. « Ils ont chassé Micah. » Je murmure avant de sangloter un peu plus. Après tout, tu as le droit de savoir.  

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Guilde
→ NUISANCE DEPUIS : 100 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Rapidité - Force - Ouïe + - Odorat + - Vue +
→ ERRANCE : Dans la nature -
→ TROMPE L'ENNUI : Agent du SWAT - bourreau de la Guilde
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Franc, courageux, intrépide, doppé à l'action, volontaire, énergique, coriace, loyal, homme de confiance, patriote, applique la justie selon ses propres valeurs

→ AVATAR : Dwayne Johnson
→ CREDITS : Me
→ MENSONGES : 68

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Mer 8 Mar 2017 - 23:14

Ce cri de désespoir, il m’a déchiré les tripes. Il m’a rappelé Levanah aussi… Ce désespoir prend aux tripes il change une personne que cela soit momentanément ou sur le long terme. Je ne sais pas ce qui met mon amie dans cet état là, mais je me dois d’être présent pour elle aussi maladroit que je puisse être. Peut-être que le meilleur moyen est de me mettre dans la peau du père qui est en moi, même si Luaine est loin d’être ma fille… Elle pourrait l’être. Pourtant je me refuse de la voir ainsi. Sa féminité, sa douceur, son odeur tout m’oblige à la conserver au simple rang de femme indépendante, et désirable. Quoi qu’il en soit, ma priorité est de m’enquérir de son bien-être qui me paraît bien enfoui en cet instant.

Lorsque je la prends dans mes bras je l’enveloppe alors de mon aura protectrice, histoire qu’elle se détende un peu. Je la sens complètement perdue et désespérée. Que s’est-il passé bon sang ! Et… et je sens l’odeur forte de sang… malheureusement, je ne vais pas la laisser pour pénétrer le Caern alors que je me m’inquiète peut être pour rien. Ou peut-être que tout est fini… En tout cas, elle se laisse faire, assure sa prise autour de mon cou et enfouit son visage contre moi, les larmes coulant toujours. Je la serre aussi fort que je le peux sans lui faire de mal. Elle me paraît si légère en cet instant.

Et alors que nous arrivons près de ma voiture, elle me dit enfin ce qu’il se passe. Je ne l’ai pas brusquée car je me doute bien que forcer une femme en pleine détresse ne donne rien de bon mais j’avoue être soulagé de savoir enfin l’origine de son tourment. Je la dépose alors au sol, délicatement et prend son visage dans mes deux grandes mains qui le recouvrent presqu’entièrement. Elle est si petite et frêle à côté de moi. La première question qui me vient à l’esprit serait pour savoir s’il y a des morts. A mon avis oui vu l’odeur de sang. Alors je préfère me concentrer sur mon amie et je la serre délicatement contre moi avant de me reculer à nouveau :

« Ils ont voté le bannissement ? »

C’est ce que je comprends par le « ils l’ont chassé ». Sinon j’imagine qu’elle m’aurait dit « il est mort ». J’espère que ma logique ne s’est pas faite écraser par le choc de la nouvelle. Moi qui pensais rencontrer Micah pour lui parler de mes enfants et de la possibilité de leur donner la protection d’une Meute… Mais pour le moment, ma concentration reste sur Luaine. Je crois savoir qu’elle est proche de Micah et surtout qu’il lui a donné plus qu’un foyer, je me dois donc de comprendre sa détresse. Oui mais je ne sais pas vraiment m’y prendre dans ces moments-là. Je n’ai jamais vraiment été le gars qui rassure, plus celui qui venge.

« Chuttt. Calme-toi, je suis là. Je peux faire quelque chose ? »

Et je laisse l’un de mes doigts essuyer les larmes qui coulent sur ses joues. Cela m’attriste de la voir dans cet état, j’aimerais tellement savoir trouver les mots. Mais ce n’est pas mon fort, je dois bien l’avouer. Il faudrait peut-être que je songe à faire un stage de diplomatie pour compléter mon côté homme d’action. Enfin, je dépose un baiser sur son front. J’ai l’impression que je me débrouille mieux pour rassurer avec des gestes qu’avec des mots. Malgré tout je sens qu’il faut que je l’aide à évacuer les choses verbalement.

« Tu veux me dire ce qu’il s’est passé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Sam 11 Mar 2017 - 20:39


Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier
Samuel Marshal & Luaine E. Bridgestone
    Il m’est difficile de faire le tri dans mes pensées. La dernière fois que j’ai été dans cet état, je venais de voir l’Ulfric mourir et l’Ancien aussi. Et j’avais été chassée de ma Meute. Je m’étais éloignée avant de m’effondrer au milieu de la forêt. Je ne sais plus combien de temps je suis restée prostrée seule à pleurer au milieu des sous-bois. En arrivant ici, Micah m’a accueillie, m’a offert son amitié. Il est un frère pour moi, bien plus que n’importe qui d’autre dans la Meute. Mais il est vivant. Banni mais vivant. Même si cela n’atténue pas la souffrance, qui serpente dans mon être, je sais que c’est une bonne chose. Ou pas car il n’y a rien de pire qu’un bannissement pour un Loup. La Meute l’a condamné à la pire des sanctions. Je leur en veux à tous un peu. Mais je suis surtout triste. Et c’est cette tristesse que j’ai exprimé dans mon cri d’animal blessé.

   Mais je ne peux formuler qu’un constat, simple et court. Micah a été banni. Je n’arrive pas à t’expliquer tout. Mes pleurs redoublent d’intensité pendant quelques minutes. Le dire à voix haute rend cela encore plus réaliste. Un poids de plus s’est abattu sur mes épaules. Je réalise que cette simple phrase exprime tous mes tourments du moment. Je me laisse portée, petite poupée de chiffon légère pour toi. Ton aura est sécurisante, apaisante. Pour une fois, je laisse quelqu’un prendre soin de moi. Je me contente de déverser mes pleurs, qui peu à peu se font silencieux. La douleur est toujours là. Mais les larmes se tarissent lentement, devenant de simple perles salées, qui roulent lentement sur mes joues rougies.

  J’aimerais fermer les yeux, dormir et que tout redevienne comme c’était hier. Vœux pieux de petite fille, effrayée par le changement. Pourtant je sais que quand je rejoindrais la Meute, il me faudra être comme toujours pour les aider. Je ne possède que ce moment pour laisser libre cours à mon chagrin, à ma douleur et ma tristesse face à la perte vécue. Je me sens tout à coup fatiguée. Je me roulerais bien en boule dans un coin de la forêt pour dormir. La cassure en moi saigne toujours. Comment vais-je me réparer cette fois-ci ? Je sais que le temps apaisera tout cela. Du moins, je l’espère.

   Alors que tu me déposes sur le sol, une douleur brûlante émane de ma cheville et me fait vaciller quand elle se répand dans toute ma jambe. Je m’appuie contre toi, soulevant légèrement le pieds. Je grimace de souffrance à travers mes larmes. « Ma cheville… Je me la suis tordue je crois. » Je murmure sans répondre à ta question, tentant de conserver un équilibre. Il faudrait que je retire ma chaussure, que j’examine ma cheville et que j’y pose quelque chose. Mais même cela me semble impossible et une trop lourde tâche en cet instant. Je renifle un peu. Et je me laisse manipuler par toi. C’est tellement plus simple de m’enfermer en moi-même et de laisser quelqu’un d’autre me bouger, vérifier que je tiens bien en un seul morceau, pantin désarticulé par sa souffrance interne.

   J’inspire, tentant de sortir de ma bulle de tristesse et de souffrance pour te répondre. « Oui… À la demande d’Ashaya » Je confirme lentement. Je lui en veux, même si elle est mon amie. Une certaine colère couve en moi contre elle et Ciàran. Ils ont détruit mon monde, condamné Micah… Et tout cela pourquoi ? Parce que comme moi, il est différent des autres. Si j’étais une Louve, je serais probablement chassée pour cette différence, ce manque qui ne fait de moi ni une femme, ni une compagne. Mais qu’importe maintenant, c’est fait. Je suis toujours la Vagarmor de la Meute de Bâton-Rouge. Et je remplirais mon rôle comme je l’ai promis à Ciàran.

   Je prends appuie contre la voiture pour conserver mon équilibre. C’est dingue comme j’ai l’esprit claire en cet instant. Je tente un sourire à travers mes pleurs silencieux. Cela doit ressembler à une grimace. Je hoche de la tête sans savoir ce qui m’aiderait. J’aimerais être détachée de la situation, de mes émotions et agir normalement. La fissure en moi continue sa route inlassablement, brisant quelques petites parcelles de mon être. Je la visualise très bien. Trop bien. Ne pas m’égarer. Ne pas laisser mon esprit partir là où il le veut. Car je vais sombrer alors dans un état de douce folie. Cela me protégera de la réalité du moment. Mais je serais alors incapable de répondre à tes questions. Toi ! Voilà mon point d’ancrage dans la réalité. Je rive mon regard au tien, et je me concentre sur la caresse de tes doigts sur mes joues pour en chasser les perles de tristesse.

   Je ferme les yeux un instant quand tu embrasses mon front, geste tendre et réconfortant dans le brouillard de mes émotions du moment. « Ciàran a défié Micah. Mais Ashaya a arrêté le combat en demandant un vote de bannissement. Ils ont tous voté pour chasser Micah, sauf Cillian… Il était trop effrayé mais c’est un Louveteau, son avis ne compte pas. » Je conte de manière mécanique. « La raison c’est le fait que Micah est différent… Après ça, Micah a fait ses bagages et est parti. Deux autres Lycans en ont profité pour défier Ciàran. Ils les a tués. Il est le nouvel Ulfric…. J’ai assuré le rite funéraire, me suis soumise à la nouvelle autorité… Puis quand ils n’ont plus eu besoin de leur Vagarmor, j’ai fui pour cacher ma tristesse... » Je sanglote à nouveau un peu. Je viens poser ma tête contre ton buste. Ta chaleur m’apaise, me rassure.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Guilde
→ NUISANCE DEPUIS : 100 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Rapidité - Force - Ouïe + - Odorat + - Vue +
→ ERRANCE : Dans la nature -
→ TROMPE L'ENNUI : Agent du SWAT - bourreau de la Guilde
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Franc, courageux, intrépide, doppé à l'action, volontaire, énergique, coriace, loyal, homme de confiance, patriote, applique la justie selon ses propres valeurs

→ AVATAR : Dwayne Johnson
→ CREDITS : Me
→ MENSONGES : 68

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Dim 9 Avr 2017 - 21:41

Clairement, je ne sais pas gérer la tristesse des autres, je suis bien trop brute pour cela. Mais là je vais faire un effort, je vais essayer de réfléchir et de ne pas trop parler pour éviter de faire une connerie qui je regretterai par la suite. Je me connais. Je suis plus doué pour botter le cul de quelqu’un que pour rassurer un proche. Si elle me demande d’aller foutre une raclée à un loup je pourrai facilement le faire, mais ce ne serait pas arranger les choses, j’en suis conscient. Je ne suis pas complètement stupide.  

Pour le moment, je la conserve près de moi et l’entoure de mon aura apaisante ; Un dominant est assez doué pour ça et là, je béni cette capacité à pouvoir étendre mon aura à une personne. Et puis, j’avoue que je la serre un peu plus que la normal contre mon torse alors que je la porte histoire de lui apporter un peu de chaleur humaine. Cette femme est si douce, je ne supporte pas qu’elle aille mal. J’ai envie de taper dans un mur en voyant sa détresse. Mais une nouvelle fois, je sais que ce n’est pas la solution.

Je finis par la déposer au sol et elle vacille. Instinctivement je la rattrape et lorsqu’elle me dit avoir mal et s’être tordue la cheville, je la porte à nouveau et l’assois en hauteur, sur le capot de la voiture. Je m’agenouille et je lui retire sa chaussure pour examiner ladite cheville.  Par la même occasion je lui demande si elle veut me raconter ce qu’il s’est passé.  Ashaya, la Lupa de la Meute aurait voté le bannissement. Je ne connais pas bien la Meute mais j’imagine que si elle a fait ça c’est qu’elle savait ce qu’elle faisait et qu’elle en avait parlé à Micah dans l’éventualité ou… Je me demande néanmoins qui l’a défié et qui se retrouve désormais à la tête du clan mais je me tais, j’ai l’impression que si je pose la question, je paraîtrais bien trop brute. Au lieu de ça je fais mon diagnostique.

« Entorse de la cheville, je vais te ramener chez toi tu dois avoir le nécessaire à moins que tu ne veuilles pas retourner au Caern, dans ce cas je peux t’amener chez moi. »

Je la laisse choisir l’option qui lui convient le mieux. Je me doute que retourner sur le lieu du « crime » n’est pas ce qu’elle va choisir, mais par respect… voyez-vous. Enfin, je ne fais aucune commentaire sur l’information qu’elle me donne. Je ne suis pas assez impliqué dans la Meute pour avoir le droit de juger quoi que ce soit. En revanche e sais que bannir un loup fait de lui un cabot et que ce statut lui colle à la peau jusqu’à sa mort. Hors un loup sans Meute survit rarement très longtemps à moins d’être super entraîné ou d’avoir une raison particulière pour ne pas appartenir à une Meute. J’en suis l’exemple parfait. Cela dit, je reste toujours proche de mes frères de nature.

Des larmes roulent sur ses jouent. J’en sens autant l’odeur que je les vois couler le long de ses joues. Luaine craque, c’était surement l’évènement de trop ou la perte de trop, je ne sais pas. Finalement, je me fustige intérieurement pour ne pas être plus impliqué, je comprendrais bien mieux. Au lieu de ça, j’essuie ses larmes avec mes gros doigts qui je l’espère restent assez doux pour elle, et je la serre fort contre moi alors qu’elle pose sa tête contre mon torse après son explication.

Comme ça c’est Ciàran le nouvel Ulfric. Il était un bon skoll et nous avions de bons liens. Il sait que je fais partie de la Guilde, il est le seul de la Meute à le savoir, le seul habilité.  Il faudra que je le félicite.

« Je comprends. Ca va aller. Viens. »

Je l’installe dans la voiture et je démarre pour l’amener à l’endroit choisit. Le regard pénétrant qu'elle m'a donné me serre encore l'estomac en cet instant.

« Micah était comme un frère pour toi n’est-ce pas ? Plus peut être ? Si c’est le cas, ne te laisse pas abattre, continue de le voir, autant que tu le peux. Tu n’es pas un loup je te rappelle…"

Un moyen de lui faire comprendre qu’elle peut déroger certaines règles ancestrales.

« Mais qu’appelles-tu différent ? » je n’avais en effet pas bien compris en quoi sa différence pouvait attiser un tel combat, nous sommes tous différents. Il me manque assurément une donnée quelque part. "Et Piotr, il n'était pas là pour te soutenir?"

Je démarre le moteur. Dans quelques minutes nous seront arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Lun 1 Mai 2017 - 11:27


Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier
Samuel Marshal & Luaine E. Bridgestone
Une famille. Un ami. Quelqu’un qui ne jugerait pas mais serait là pour moi. C’est ce dont j’ai besoin. J’ai besoin de chaleur, de réconfort. J’ai besoin que quelqu’un remplisse le rôle, que je joue auprès de la Meute pour moi. Mais quelqu’un qui est hors du clan, qui ne m’expliquera pas que c’est ainsi, que la Litanie est écrite. Je ne veux pas entendre que les traditions lupines et les lois sont ainsi faites. Je ne veux pas qu’on me rappelle ce que je sais. Je veux qu’on m’écoute, qu’on comprenne et ma douleur et ma tristesse, et qu’on me câline. Autrefois c’était Piotr qui remplissait ce rôle. Il me protège et me console. Mais où est-il en cet instant ? Ailleurs, pris dans ses propres problèmes et mettant de la distance entre nous. A-t-il senti que je me brisais de l’intérieure ? J’en doute… Il me laisse seule face à mes démons, face à des actes qui me replongent dans mon passé…. J’ai encore perdu quelqu’un. Mais toi, tu es là. Et étrangement, je me raccroches à toi, je m’abandonne à tes bons soins. Je te fais confiance, te laissant maître de la situation. Tu es ma source de protection et réconfort.

Alors je me laisse porter, crochetant mes bras autour de ton cou. Je te laisse me manipuler comme une poupée de chiffon brisée. Je me concentre sur toi, ton aura, ta chaleur, ta présence… Je redoute de m’enfoncer dans un lieu où mon esprit aura le repos. Je le fais parfois quand j’ai des cauchemars. Mais rien ne prouve que cette fois-ci je ne coulerais pas totalement et définitivement dans ce monde éthéré, où il fait si bon vivre… Je n’en ai pas le droit. Puis tu questionnes doucement. Je te sens un peu perdu. Nous voilà bien, tous les deux paumés. Mais au moins tu essaies de me consoler, de m’aider. C’est plus que ce que mes frères et sœurs de Meute ont fait cette nuit pour moi. Et j’ai besoin de ça. J’ai besoin de toi en fait.  Réalisation paisible, qui m’aide à me concentrer

sur toi, ta présence et tes mots.

Assisse sur le capot de ta voiture, je te laisse examiner ma cheville blessée. Les larmes se sont faites silencieuses. Je me contente de me concentrer sur la souffrance physique. Elle rend la tristesse plus illusoire. Je dois soigner mon pieds. Je n’ai rien avec moi. D’une voix morne, je te raconte la nuit et les changements de la Meute, comme si cela ne m’affectait pas. J’essaie vraiment de ne pas perdre pieds, de rester présente avec toi. Je me raccroche à toi comme un naufragé à sa planche lors d’un naufrage. Je secoue négativement la tête. « Pas le Caern. Pas maintenant. » Je ne peux pas rentrer dans cet état. Je dois me recomposer avant de les affronter à nouveau et d’être en mesure d’être leur Vagarmor. C’est ce qu’ils attendent de moi. « De la glace, un bandage ça suffira. » Je murmure. Je connais les plantes qui peuvent soulager la douleur et guérir. Je pourrais en cueillir. Mais je n’ai pas la force de le faire. Je veux me rouler en boule et pleurer encore un peu. Chez toi c’est bien. Je serais en sécurité.

Je te laisse essuyer mes larmes en fermant les yeux. Il y a longtemps qu’on n’a plus été aussi gentil et prévenant avec moi. C’est le genre de situation où ma famille, ma Meute d’origine me manque. Un soupir tremblotant m’échappe. Je mordille ma lèvre inférieure. J’aimerais stopper les larmes, qui roulent sur mes joues. J’aimerais ne pas paraître faible. Je me laisse aller. J’ai déjà perdu un Ulfric autrefois, un membre de ma famille. Cela fait parti du passé que seul Micah connaît. Je poursuis mon récit, donnant le nom de notre nouvel Ulfric. Ciàran est un ami, un frère, mais en ce moment je suis en colère contre lui. C’est injuste. Je connais nos lois. Mais c’est plus fort que moi, la perte est trop récente. Je hoche positivement de la tête et j’accepte ton aide pour entrer dans ta voiture. Je me demande vaguement où tu habites.

Une fois installée, je pose ma tête contre la vitre froide. J’inspire et j’expire un peu tentant d’imposer le calme à mon esprit et mon corps. Je tourne légèrement la tête pour t’observer à ta question. « Un frère. » Je murmure sachant que tu m’entends. « Il connaît mon histoire. Il m’a acceptée dans la Meute malgré mon passé, mon passage par la case prison. Il a permit à Lana de me prendre comme disciple… Quand elle est morte, je suis devenue Vagarmor. Notre peine commune a soudé nos liens. C’est mon frère…. Et il ne méritait certainement pas la pire des sentence. » Je le sais. Il n’a pas commis de crime abjecte. Il est différent comme je suis différente. Serais-je un jour bannie pour cela ? Non, bien sur je suis Chamane pas Louve. Si j’étais Lycane alors peut-être que… «Les lois sont les lois. Et il ne restera pas en ville. Moi, je ne peux pas m’éloigner du Caern. » Je suis trop liée au territoire des Loup-garous. Mais peut-être que je pourrais lui écrire.

Un autre soupir m’échappe. « Je suis différente aussi. Pas parce que je suis pas un loup. Mais comme je suis Vagarmor personne ne s’inquiète de cette différence. Lui, il paie cher quelque chose qu’il n’a pas choisi. J’ai toujours connu son secret. » Ce qui fait de moi une traîtresse à la Meute. « Il n’aime pas les femmes. » Après tout ce n’est pas un secret, plus maintenant que le clan a appris et voté en connaissance de cause. « Son mariage avec Ashaya était un leurre, pour donner le change. Parce qu’il n’a pas le droit d’aimer les hommes. » Je tais par contre son choix d’amant. Cela je ne le comprends pas plus que les autres. Je ferme les yeux à la mention de Piotr. « Il a mieux à faire. Des choses plus personnelles, je ne pense pas qu’il a remarqué mon départ. » Mon ami n’est pas toujours altruiste. Je ne veux pas l’enfoncer. De toute évidence, il avait quelque chose à gérer. Mais je ne suis pas non plus d’humeur clémente.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Guilde
→ NUISANCE DEPUIS : 100 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Rapidité - Force - Ouïe + - Odorat + - Vue +
→ ERRANCE : Dans la nature -
→ TROMPE L'ENNUI : Agent du SWAT - bourreau de la Guilde
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Franc, courageux, intrépide, doppé à l'action, volontaire, énergique, coriace, loyal, homme de confiance, patriote, applique la justie selon ses propres valeurs

→ AVATAR : Dwayne Johnson
→ CREDITS : Me
→ MENSONGES : 68

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Lun 1 Mai 2017 - 22:39

Petite colombe à l’aile brisée et au cœur piétiné, tu parais si frêle dans mes bras. Petite colombe, tu n’as personne pour prendre soin de toi alors je me ferai ton ange gardien. Au moins pour cette soirée, cette nuit. Je ne suis peut-être pas l’homme qu’il te faut petite colombe, je suis un prédateur après tout, mais au moins, je connais la peine qui t’anime, celle de perdre un frère, celle de perdre un repère.

Je la sens défaillante, perdre complètement pied, alors je la soutiens comme je peux. Bien sûr, j’essaye de comprendre. Je ne suis pas homme à agir aveuglément sans savoir un minimum où je mets les pieds.  Ses doigts se croisent derrière mon cou. Elle s’agrippe comme on le ferait à un rocher lors d’une tempête. Je peux comprendre et je ne dis rien. Je me contente de la serrer un peu plus dans mes bras pour lui donner du réconfort et de la chaleur. J’ai toujours apprécié Luaine depuis que je la connais et j’ai tout de suite compris ce que Piotr a apprécié en elle. Il devrait être là d’ailleurs… Un ami qui vous abandonne. Après tout, il m’a fait le coup. Je suis à Bâton-Rouge, il le sait, mais il ne cherche pas à me voir, encore moins à comprendre mon retour à ses côtés. Enfin… bref.

Je lui propose de la ramener au Caern, tout de même, pour être entourée des siens, mais elle refuse. Elle préfère venir chez moi. D’accord. Après tout elle est la protégée de mon meilleur ami, je peux donc prendre soin d’elle sans problème. J’imagine du moins…

Je m’inquiète pour elle cela dit. Elle semble vraiment brisée en mille morceaux. Il me faudrait plus qu’une petite cuillère pour ramasser ce qu’il reste. Un aspirateur serait bien plus conseillé. Enfin, tout ça pour dire que je l’ai déposée sur le capot de ma voiture et que j’examine sa cheville qui paraît en piteux état. Elle ne s’est pas loupée …

« Je vais te ramener chez moi Luaine et je vais soigner ça alors. Si tu connais des plantes qui pourraient t’aider à aller mieux n’hésites pas je peux aller les cueillir »

Il lui suffira de me les décrire si je ne connais pas.  Je tiens à ce qu’elle soit bien soignée, après out une cheville en mauvais état dont on ne prend pas bien soin c’est une cheville qui fera souffrir à vie Je sais de quoi je parle. Même si je suis un gros dur qui n’a jamais de douleurs… L’humidité reste parfois une ennemie, même pour un loup aussi vieux ou jeune soit-il.

Je finis par essuyer ses larmes et l’aide à s’installer dans la voiture. Direction Valley Park, où ma maison se situe. Du moins jusqu’à ce que je puisse emménager dans cette que je viens d’acheter près du Caern.  Puis j’essaye de faire parler Luaine. Je n’ai pas envie qu’elle se perdre dans un endroit o je ne saurais être son ange gardien d’un temps. Je sais que je suis brute, parfois trop basique dans mes propos, mais au moins j’ai le mérite d’avoir une grosse voix qui vous empêche de dormir et qui fait même parfois peur paraît-il !

« Je vois. Tu as surement raison.  Mais peut être que le vote n’a pas été réfléchi de manière ancestrale. Peut-être qu’il avait une autre raison. Peut-être que c’était une demande qu’il a faite ? Tu ne sais pas… tu devrais essayer de lui parler avant qu’il ne quitte la ville Luaine, j’en suis convaincue. »

Je pose une main sur sa jambe tout en conservant l’autre sur le volant. Elle continue alors sur sa lancée. Elle différente aussi… soit c’est la Vargamor de la Meute elle n’est pas un loup… ah bah non je suis trop basique elle ne parle pas de ça. Je lève un sourcil alors. Il n’aime pas les femmes. Oui et alors ? Aussi vieux que je suis-je trouve ce côté arriéré agaçant dans nos Meutes. Bref… par contre elle est aussi différente que Micah… elle est lesbienne ?

« Ah… euh…. » que dois-je dire ?

Pour le coup je me sens un peu con, surtout que je ne crois pas connaître de femme lesbiennes. Mais est-ce que je comprends bien tiens ?

« Tu es lesbienne donc ? »

Oui je sais, brute de décoffrage. J’avais prévenu.  Et j’ai complètement oublié son explication concernant le mariage de Micah avec Ashaya… un leurre. Finalement, ça semble logique. Mais je ne comprends pas pourquoi il a été défié pour ça en réalité. Etre homosexuel, je ne pensais pas que c’était proscrit pour un Ulfric. Ne pas vivre en Meute m’a complètement laissé à la traîne sur nos coutumes je crois.

« C’est assez dur comme châtiment tout de même…. Je te le concède… » dis-je pensif.
Par contre je finis par grogner.

« Il va entendre parler de moi … » je grommèle alors en parlant de Piotr. Un ami ? Tu parles…
Dix minutes plus tard, nous arrivons devant chez moi. Je gare la voiture, et je fais le tour pour ouvrir la portière à Luaine.

« Viens par là je vais t’aider. »

Je la supporte alors. Si elle désire que je la porte ce n’est pas un problème je peux également le faire. Nous nous dirigeons alors vers la maison que j’ouvre rapidement.

« Nous allons te poser devant la cheminée et je vais chercher de quoi te faire un bandage. »

Ce que je fais rapidement tout en lui ramener un peu de glace que je dépose alors sur la cheville blessée.

« Ca va aller ? »

Je me permets de lui ôter ses chaussures pour pouvoir avoir la liberté de faire un bandage.

« Dis-moi si c’est trop serré ou non, d’accord. »

Puis je m’applique

« Je maintiens mes mots : tu devrais parler à Micah avant qu’il ne parte trop loin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Lun 5 Juin 2017 - 14:12


Et mon monde s’écroule ne me laissant que toi comme pilier
Samuel Marshal & Luaine E. Bridgestone
J’essaie de rester connectée, de ne pas m’enfoncer dans mon monde intérieur ou pire d’entrer en transe pour trouver le réconfort des Anciens. Je me force à me focaliser sur toi, à te répondre. La douleur serpentant depuis ma cheville est un ancrage précieux dans la réalité, ta chaleur de Lycanthrope aussi. Peu à peu je m’apaise. J’ai toujours des larmes dans les yeux. Mais plus rien ne cascadent vraiment sur mes joues rougies. Ma tristesse se fait calme plat et silencieuse. Cela fait toujours mal. Mais la lente réalisation que rien ne changera, l’apaisement dû aux larmes versées s’impose. Elles reviendront souiller mes traits plus tard. J’en ai conscience. Et ta présence solide et forte est d’un réconfort rare.

Tu te fais complaisant et aidant, mais je secoue la tête. Une fois n’est pas coutume, mais je n’ai pas la force de préparer des soins pour mon pied blessé. Alors pour une fois, je vais céder à la facilité et à la médecine artificielle. « Un anti-douleur, de la pommade avec un bandage suffiront. Je soignerais cela de manière traditionnelle demain en rentrant. » Je murmure tout en passant une main sur mes joues humides. Cela sera suffisant. Je suis plutôt du style à aimer la médecine traditionnelle de mes Ancêtres, mais je suis si fatiguée. Et guère en état de penser correctement à quelles plantes il me faut. Je ne doute pas de toi, mais je serais sûrement plus rapide et précise à trouver ce qu’il me faut. Mais je ne me sens pas capable de chercher maintenant. J’aimerais juste m’allonger et dormir pour oublier.

Une fois installée dans la voiture, j’appuie ma tête contre la vitre et je te conte ce qui s’est passé. Le bannissement de Micah, je le comprends. Je suis née dans une Meute. Une partie de ma famille, mon père, mon frère aîné sont des Loup-garous. J’ai été bannie de mon clan quand un nouveau Ulfric s’est imposé, et qu’il a fait le ménage pour s’assurer de sa dominance. Sauf que je suis Chamane, cela n’a pas le même impacte. Nous sommes rares. Il y a toujours une Meute qui nous accepte. Micah, lui, est condamné à la solitude et probablement à une mort rapide. Il sera considéré comme un Cabot inacceptable dans une autre Meute, marqué du signe des bannis. C’est pire que la mort. On a décidé qu’il n’était même plus assez bien pour lui offrir une mort honorable. Alors j’avoue que peu importe les motivations d’Ashaya, peu importe si je suis injuste, j’éprouve juste de la colère pour elle. Parce que au mieux par égoïsme, elle a appliqué la pire des peines à son époux pour quelque chose qu’il n’a pas choisi.

Je tourne le regard vers toi. « Qui voudrait se voir appliquer la pire sanction de la Litanie ? » Je demande doucement. J’ignore à quel point tu es familier des us et coutumes de la Meute. Je soupire doucement avant de fermer un instant les yeux. Aurais-je été plus clémente avec mon clan s’ils avaient tué Micah ? J’aurais souffert de sa mort, j’aurais accompagné son esprit… Et il serait resté une présence réconfortante palpable pour moi. Alors peut-être, parce que je suis aussi égoïste qu’eux, que cela me semble plus honorable. Mais je pardonnerais. Je n’ai guère le choix. De plus, j’ai prêté allégeance à Ciàran, promis de le servir comme je servais Micah. Je frissonne un peu à ton contact sur ma jambe. Ta main est chaude, c’est réconfortant. C’est un autre ancrage pour ne pas me perdre dans mes pensées.

Je t’explique calmement pourquoi Micah a été banni, pour sa sexualité différente de celle des autres. Parce qu’il aurait dû désirer les femmes, et faire des louveteaux aux femelles de la Meute. Je comprends sa différence. J’ai conscience que si j’étais une Louve, mon asexualité serait un problème. Mais je suis Vagarmor. Et personne n’attend de moi que je me reproduise pour transmettre mes gènes. Ta question me fait papillonner des yeux et un léger rire m’échappe. « Non. Je voulais dire que j’étais différente à ce niveau-là. » Je t’explique du mieux que je peux. Mon cas est encore plus rare que celui de Micah. Et les gens n’arrivent pas à concevoir qu’on puisse vivre avec les hormones en vrac et sans pulsions sexuelles. « Je suis asexuelle » Je murmure avec un soupir. J’ai aimé une fois. J’ai été rejetée à cause de cela. Mais je le vis très bien, après tout cela fait partie de moi, que les autres puissent le comprendre ou non. « Je suis défaillante niveau sexuelle. Je n’éprouve pas de désir, ni de pulsion sexuelle en général. Cela ne m’empêche pas de tomber amoureuse ou d’avoir des relations. Ce n’est juste pas un besoin. Les gens ne le comprennent pas. »

Je fais silence un instant. « On ne choisit pas sa sexualité. C’est horrible d’être jugé et exclu pour cela. Mais Micah était l’Ulfric, le chef, il devait montrer l’exemple, avoir des Louveteaux. » J’ajoute doucement. « Les Meutes sont plus en retard que les Humains sur ce qui est accepté ou non comme sexualité. Et pour eux ne compte que le fait d’assurer la descendance. Alors ils ont fait payer cher à Micah sa différence. Je peux comprendre en partie. Mais d’un autre côté, moi aussi je suis différente. Alors si j’étais Lycanthrope on me chasserait aussi au nom de l’importance de la reproduction ? » C’est une question que je me pose souvent, chaque fois qu’on aborde le problème de Micah.

Puis tu me questionnes sur Piotr. Je l’ai vu de loin parler avec la nouvelle Louve, Yasia, qui s’est présentée comme sa fille. « Je crois qu’il a retrouvé un membre de sa famille… Alors il devait s’occuper d’elle et de son intégration à la Meute. Il n’a pas dû remarquer mon départ. » Je ne le défends pas, je donne juste platement les faits. Et puis, je me demande quel Lycanthrope a remarqué que j’avais disparu ? Je doute que dans l’état d’esprit actuel de la Meute, cela se remarque. Une fois la voiture garée, je me laisse aider. En réalité, tu me portes plus que je ne marche, mais je ne m’en plains pas. De toute manière ma cheville me fait mal. Je me contente de hocher positivement de la tête et je me laisse conduire face à la fameuse cheminée. Cela me rappelle un peu ma maison d’enfance.

Tu reviens avec de quoi bander mon pied. Je me laisse faire sans un mot quand tu me déchausses et masses avec de la glace ma cheville blessée. « Oui, j’en ai vu d’autre », ce n’est pas ma première entorse ou blessure. J’observe tes grandes mains habiles et douces me masser le pied. « Merci pour tout. » Je murmure finalement avec un léger sourire un peu triste. « J’ai de la chance que tu m’as trouvée et aidée. » Pendant que je te remercie, tu me bandes le pied. Je ne fais aucun commentaire. « Piotr ne m’a jamais dit d’où il te connaissait… » Je me doute que demander signifie que tu me renverras la question. Mais je veux juste discuter. Le silence est trop lourd à porter. « Je boirais bien un thé ou un café, si je peux abuser de ton hospitalité… » J’évite de répondre pour Micah. Mon cœur se sert à nouveau. Mes yeux brûlent. Je ne veux pas encore pleurer. Je m’allonge dans le divan lentement.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Guilde
→ NUISANCE DEPUIS : 100 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Rapidité - Force - Ouïe + - Odorat + - Vue +
→ ERRANCE : Dans la nature -
→ TROMPE L'ENNUI : Agent du SWAT - bourreau de la Guilde
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Franc, courageux, intrépide, doppé à l'action, volontaire, énergique, coriace, loyal, homme de confiance, patriote, applique la justie selon ses propres valeurs

→ AVATAR : Dwayne Johnson
→ CREDITS : Me
→ MENSONGES : 68

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Dim 2 Juil 2017 - 23:13

Voir Luaine dans cet état m’arrache une grimace. Je ne comprends pas qu’on la laisse ainsi dans le désespoir le plus total. J’imagine que la Meute toute entière pleure ses morts ou encore la perte de Micah et essaye de comprendre, mais on n’abandonne pas ses proches et je sais pertinemment que Luaine est importante pour au moins une personne. Une personne qui n’a même pas pris la peine de me la présenter parce que je suis convaincu qu’il croit que je lui veux du mal que c’est la raison de mon retour .Mais c’est une autre histoire. Mon but premier c’est de prendre soin de ce petit bout de femme qui va mal et qui s’est laissée rompre par le chagrin. Je lui propose de la soigner et elle accepte la méthode traditionnelle ce qui en dit long sur son état. Un chamane amérindienne, une Vargamor, ne se laisse jamais tenter par les artifice chimiques des humains. Quoi qu’il arrive. A moins que la fatigue l’emporte sur la raison.

« D’accord, on va y aller alors. »

Puis je l’aide à s’installer dans la voiture. Elle pose sa joue contre la vitre et je vois ce regard vide éloquent se figer sur la route, enfin sur l’horizon plus précisément. Et elle m’explique la situation. J’essaye de comprendre. Je suis un lycan mais je n’ai jamais réellement vécu au sein d’une Meute, donc même si je connais nos lois, rien ne m’oblige à les suivre et les tolérer. Mais je ne dois pas compromettre ma couverture alors je reste discret, malgré tout, face à cette discussion.

« Personne. Tu as raison. Mais je pense que tu vas devoir avoir une discussion avec Ashaya pour en savoir plus. Ne laisses pas ton chagrin juger une situation dont tu ne maîtrises peut être pas tous les tenants et aboutissants. »

J’essaye d’être pragmatique. Un homme c’est basique après tout. Je suis basique et je le sais. Je ne me laisse pas non plus duper par les apparences. Cela vient de mon boulot au sein de la Guilde autant qu’auprès du SWAT. Quelque part, cela me permet de réfléchir différemment. En parlant de différence d’ailleurs, elle me dit que comme Micah, elle aussi l’est. Tout de suite, pratico-pratique, je pense à une sexualité dite déviante et je la pense donc homosexuelle, également. Mais visiblement je me trompe. J’essaye de rester impassible alors qu’elle rigole à ma réflexion. Et finit par me préciser sa nature. Je crois qu’elle a perçu mon regard complètement perdu parce qu’elle me précise ce qu’est être asexuel. Pour le coup j’étais complètement perdu je l’avoue et ses précisions sont les bienvenues.

« Bah c’est pas grave. Il n’y a pas que le sexe dans un couple. Enfin je suis un homme donc j’aime ça, je dois bien l’avouer, mais tout ne tourne pas autour de ça. Puis tu me dis que tu peux quand même avoir des relations donc il suffit de faire des concessions. Moins de relations d’un côté et l’effort d’en avoir de l’autre. Enfin quoi qu’il en soit la sexualité ne devrait pas être un outil de jugement. »

Donc je suis tout à fait d’accord. Aussi macho que je puisse être, j’ai vu trop de choses pour avoir le même avis que la plupart des loups au sujet de la sexualité. J’ai vu des couples se déchirés, des femmes se faire violer, des bébés subir des attouchements, et j’en passe et des meilleures.

« Non à moins que tu sois Lupa. On ne voudrait pas de toi. Je l’ai déjà vu. C’est horrible, effectivement, d’autant que l’utérus ne fait pas la qualité de la femme, je peux te l’assurer. Et pour régner sur une Meute il faut plus qu’un utérus. Il faut de la trempe, il faut de l’empathie et de la force. »

Je me permets alors un geste chaleureux. Le loup en moi parle, celui qui a besoin de chaleur et d’en offrir également. Je dépose alors ma main sur sa jambe.

« Ne t’inquiète pas Luaine, tu es différente mais je ne te juge pas sur cela et je suis là pour toi, si tu as besoin. »

Je ne comprends pas pourquoi Piotr lui n’est pas là. Et je ne peux m’empêcher de parler de lui à sa meilleure amie. Car je crois que c’est ce qu’ils étaient auparavant.

« Un membre de sa famille ? Hum… j’irai le voir plus tard. Il merde complètement. Et tant pis s’il cherche le conflit, ça suffit ! »

J’en ai assez de le voir se laisser aller et ne rien faire pour améliorer sa vie. J’ai l’impression qu’il abandonne. Moi je ne l’abandonnerai pas , c’est hors de question. Tout comme je n’abandonne pas Luaine dans l’un des pires moments de sa vie. J’espère pouvoir lui donner un peu de douceur pour qu’elle aille un peu mieux. C’est pourquoi nous allons chez moi. Je l’aide à sortir de la voiture et à entrer dans la maison puis à se poser devant la cheminée. Je la laisse quelques minutes le temps de récupérer de la crème, de la glace et une bande pour m’occuper de la cheville de la demoiselle. Revenant, je me mets au travail, continuant également la discussion. Je cherche également à m’assurer de ne pas lui faire plus de mal. Mais visiblement je suis doué de mes grandes patasses. Je masse, je crème puis je bande. L’essentiel. Cela devrait lui permettre de soulager la douleur. Je lui souris alors qu’elle me remercie. Je ne sais pas l’allure que j’ai à être plié en quatre et concentré sur ce que je fais, mais je sais qu’elle comprendra mon intention au pire.

« Oh nous sommes de vieilles connaissances. Nous avons combattu ensemble lors de la seconde guerre mondiale. Puis nous avons servis ensemble au Vietnam aussi. Et toi tu l’as rencontré où ? Même si j’ai une petite idée déjà. »

Je lui fais une nouvelle réflexion à propos de Micah également pour être sûr qu’elle ira lui parler. La seule chose qui lui fera du bien à mon sens, mais au lieu de ça elle me demande quelque chose à boire. Je souris avec entrain, j’ai compris. On ne parle plus de ça.

« Bien sûr ! J’ai de la tisane si tu veux. Par contre je n’ai plus de café. »

Je me dirige vers la cuisine après m’être assuré de bien poser sa cheville délicatement et je récupère la dizaine de boîtes de tisanes que je possède. Je les dépose alors sur la table basse face à Luaine avant de repartir faire chauffer de l’eau et de prendre deux tasses. Je récupère également des petits gâteaux et je reviens tout déposer sur la table. Et avant de me poser sur le sol, adossé au canapé au niveau des pieds étendus de Luaine, je lance la cheminée pour réchauffer l’atmosphère.

« En tant que Vargamor, je me demandais, mais tu dois être très douée avec les plantes n’est-ce pas ? » je lui demande alors pour relancer la discussion sur un autre sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Dim 27 Aoû 2017 - 18:47


Et mon monde s’écroule ne me laissant que toi comme pilier
Samuel Marshal & Luaine E. Bridgestone
 La souffrance m’empêche de délirer ou de me retirer dans un monde plus serein. Elle m’ancre cruellement dans la réalité. Ma cheville lance douloureusement, me rappelant que je me la suis tordue. Je pense que je vais boiter pendant quelques jours. Mais tout cela fait, que je reste assez focalisée sur notre conversation. Je grimace à tes propos sur Ashaya. Tu la défends. Je n’en suis pas étonnée. « Vraiment ? Je connais les secrets de tout le monde ou presque dans la Meute. » Je soupire. « Je sais pourquoi ils se sont mariés, j’étais là. J’ai donné mon opinion. Je sais pourquoi elle l’a fait. C’est facile à deviner. Parce qu’elle ne voulait pas que Micah meurt. Alors elle a décidé de l’effacer de notre vie présente, future et passée par égocentrisme. » Je suis peut-être dure dans mes propos, mais le choix de la Lupa nous affecte tous. Tous ses choix et ceux de Micah sont ce qui nous a conduit à ce moment précis. Et même si la roue tournera encore, je redoute qu’elle refasse les mêmes erreurs.

« Ce n’est pas à moi d’aller lui parler. Je ne suis pas celle qui a fauté. » Et je doute que je changerais d’avis. Je sais qu’Ashaya est tournée vers elle-même et ceux qu’elle aime. Je sais qu’elle pense d’abord à ses sentiments au nom de la modernisation de la Meute. Mais cela pourrait un jour nous coûter cher à tous. Mais je comprends aussi que tu la défendes, n’étant pas de la Meute et étant probablement ami avec elle. J’ai un soupir profond et je secoue la tête un peu. « Qu’importe, c’est fait maintenant. » J’ajoute dans un souffle. Et ce genre de décision est irrévocable, aussi injuste puisse-t-elle paraître. Je ne pourrais pas te convaincre du bien fondé de la Litanie, si tu n’as jamais vécu en Meute, ni t’expliquer en quoi c’est horrible de bannir quelqu’un. Le comprendrais-tu seulement sans le vivre ?

Parler de la raison du bannissement de Micah semble anodine. J’en profite pour avouer être différente. Bien que moi on ne me qualifie pas de déviante, plutôt d’incomplète, et que personne dans cette société sexualisée au maximum et où pour être épanoui il faut des orgasmes réguliers, ne peut comprendre ma nature. C’est déprimant comme tout doit renter dans une norme fictive, inventée par la société, qui a perdu ses valeurs premières. J’ai un vague sourire. « Peut-être. Je n’en sais rien. Je n’ai jamais été en couple. La seule fois où j’ai été amoureuse, cela c’est vite fini à cause de mon asexualité. », je confie. Je n’éprouve ni honte, ni embarras. Pourquoi le devrais-je après tout ? « Je suppose que cela demande une autre manière de voir les choses et que ce ne doit pas être évident à gérer pour quelqu’un qui ne l’est pas. Tu dois avoir raison. » Je me sens lasse et fatiguée, alors réfléchir à cela n’est guère une préoccupation. J’ai 38 ans, je sais que je resterais célibataire à vie. De toute manière, je me dévoue corps et âme à la Meute. C’est plus simple ainsi.

J’acquiesce de la tête doucement. « Disons que moi je n’ai pas de race à sauver. » Parce qu’au final, le Chamanisme n’est pas qu’une histoire de gêne. Cela dit les us et coutumes de la Meute ne me choquent pas. « C’était comme cela aussi dans ma Meute d’origine. D’ailleurs mon frère aîné est un Lycanthrope. », j’ai un vague sourire. Lui, il a tout de suite compris que j’étais différente en bien de points. Et cela n’a jamais rien changé. D’ailleurs la Meute le sait au fond. « Je n’ai pas de problème avec ce que je suis. Mais je te remercie de ta proposition. » Car en bonne Amérindienne, j’ai appris à m’accepter telle que je suis en niant les standard occidentaux et de la société de consommation actuelle. Puis tu me parles de Piotr et je te réponds. Piotr m’a sauvée en prison, je l’ai aidé. Mais ici, dans la Meute, les choses sont différentes. Peut-être que notre lien s’effrite. Peut-être n’a-t-il plus autant de temps qu’autrefois à me consacrer. Mais je l’accepte, plus facilement que toi de toute évidence.

Installée dans le divan devant la cheminée, je l’observe le regard perdu dans le vague à 100 000 lieux d’ici, dans une contrée où l’hiver est encore synonyme de neige et de froid. « On faisait du feu en hiver. » Je commente avec un sourire bienheureux alors que je me rappelle du chocolat chaud que je buvais assisse par terre, pelotonnée contre Lonàn à écouter les histoires de l’Ancien. Mais je sors de mes réminiscences cotonneuses, quand tu t’attaques à soigner ma cheville blessée. Je t’observe masser et bander mon pied avec intérêt. Tu t’en sors plutôt bien. Je te questionne sur Piotr et je hoche positivement de la tête à ta réponse. « En prison spéciale CESS » Je réponds naturellement. « J’y étais condamnée à 3 ans pour meurtre en légitime défense. Piotr m’a protégée, je lui ai appris à se gérer. » C’est résumer en une phrase bien des choses. Mais à moins que tu poses des questions, je n’en dirais guère plus. Peut-être que je sais des choses que Piotr ne veut pas que tu saches.

Finalement, je te demande à boire. Ma gorge est sèche suite à mes pleurs et mes cris. « C’est parfait. Je ne bois pas de café. » Même si j’en ai pour certains Lycans chez moi comme Eysa ou Cillian. Je laisse ma jambe allongée et je fixe à nouveau l’âtre vide. Je t’observe déposer des petites boites contenants diverse tisanes. J’en prends une au tilleul. Tu reviens avec deux tasses d’eau fumantes et je plonge dans la mienne le petit sachet. Personnellement, je fais cela avec des herbes séchées directement. « Étrange question que de demander à une Chamane amérindienne, si elle connaît les plantes… Que désires-tu ? Une recette de tisane ? » Je rétorque avec un sourire amusé.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Guilde
→ NUISANCE DEPUIS : 100 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Rapidité - Force - Ouïe + - Odorat + - Vue +
→ ERRANCE : Dans la nature -
→ TROMPE L'ENNUI : Agent du SWAT - bourreau de la Guilde
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Franc, courageux, intrépide, doppé à l'action, volontaire, énergique, coriace, loyal, homme de confiance, patriote, applique la justie selon ses propres valeurs

→ AVATAR : Dwayne Johnson
→ CREDITS : Me
→ MENSONGES : 68

†


MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   Lun 11 Sep 2017 - 22:29

Cela m’attriste de voir cette femme si douce d’apparence dans une telle souffrance. Je ne connais pas les tenants et les aboutissants de toute cette histoire. Elle est bien loin de moi la vie de Meute. D’aussi loin que je me souvienne, ma famille n’a jamais aimé se soustraire à la hiérarchie des loups et à leur mode de vie. Quant à moi, j’ai grandi dans l’armée et dans les conflits, j’estime donc ne pas être un exemple à suivre et encore moins de bons conseils dans une telle situation. Néanmoins, ma logique typiquement masculine m’amène à une question.

« Mais si elle l’a banni de vos vie par pure égoïsme n’y a-t-il pas un illogisme ? Je veux dire, en le bannissant elle l’a aussi banni de sa propre vie à elle, donc au final, cela revient au même. Ce n’est pas logique tout ça à mes yeux, mais encore une fois, je ne fais pas partie de votre quotidien. J’en suis bien loin. Je suis désolé de ne pouvoir t’aider sur ce point. »

Luaine est ferme et blessée. Je comprends ses propos et je suis aussi persuadé qu’avec le temps elle relativisera et elle comprendra peut-être. En tout cas, elle me dépeint une Lupa différente de ce que j’ai pu en entendre. Quelqu’un d’altruiste et de stricte avec les règles tout en voulant les faire évoluer. Peut-être que la vision des uns n’est finalement pas l’unanimité au final. C’est évident cela dit.

« Le moment viendra où les choses se tasseront. Après je ne connais pas Ashaya, pas plus que ça du moins. »

Malgré tout, je me fais curieux et je l’interroge sur ce qu’il s’est passé, sur les raisons qui ont mené Ciàran, que je connais de par nos missions communes, à défier Micah si sévèrement. Je suis étonné d’apprendre qu’il ne s’agit que d’une question de sexualité au fond. Qui s’en soucie réellement au final. Oui les loups sont très machos, le couple alpha doit pouvoir avoir un enfant pour maintenir la lignée et la prospérité du clan. Mais cela vaut-il réellement de défier l’Ulfric ? C’est assez ironique que je remette en cause les rapports de force entre loups vu que je suis le premier à les établir mais parfois je trouve notre manière de vivre bien trop archaïque par rapport au monde dans lequel nous vivons désormais. Il était beaucoup plus simple d’avoir une telle mentalité il y a quelques dizaines d’années… J’ai dû évoluer pour m’adapter au monde et au final, de ce que je peux voir, les Meutes elles n’évoluent pas. C’est dommage …
« C’est triste tout de même. Je ne dis pas que je comprends, je reste un homme, mais je suis veuf et ma femme est partie lentement ce n’est pas pour ça que je l’ai abandonnée. La puissance des sentiments est bien plus importante, c’est d’ailleurs avec cette épreuve que je l’ai compris. »

J’ai fait mon deuil désormais, mais je me suis juré de ne plus retomber dans mes travers de militaire d’antan. Même si je ne peux pas nier que le sexe est quelque chose que j’adore. « Au pire y’a toujours moyen de faire avec, enfin autrement… » j’ajoute avec un regard taquin en imaginant tout un tas de solution au problème.

En tout cas, je comprends que tout cela, elle ne le vit pas mal en ce qui la concerne et je pense deviner que cela renforce son sentiment d’injustice concernant Micah. Je ne sais pas quoi dire de plus alors je l’écoute me conter que son frère est également un lycan et qu’au fond la vie de Meute c’est aussi sa vie. Je souris quand cela le permet.

« Je comprends que la Meute, pour toi, c’est toute ta vie. »

Et sur ces mots, je me mets à soigner sa cheville avec le plus délicatesse dont je suis capable. Puis la discussion dévie sur Piotr. Je lui demande alors où elle l’a connu de son côté. En prison. Cela ne m’étonne pas plus que cela au fond, même si je me demande bien comment une telle femme a pu atterrir là bas. Question qui ne reste pas bien longtemps sans réponse.

« Je vois. C’est bien qu’il ait pu trouver un soutien et toi un protecteur. » je finis par conclure avant qu’elle ne me demande à boire.

La tisane est tout de suite adoptée. Je focalise alors la discussion sur les plantes alors que e viens de m’assoir, adossé au canapé au niveau des pieds de Luaine. Par réflexe, j’ai posé ma main sur sa cheville pour la maintenir au chaud.

« Oh pour plusieurs chose. J’aimerais trouver des remèdes de bobos de la vie de tous les jours faciles à préparer et à utiliser et aussi des décoctions qui pourraient être utiles pour toute la famille. Si je pouvais soigner mes enfants ainsi…. Et moi-même par la même occasion ! »

Je souris et j‘ajoute taquin

« Et puis j’ai envie de te faire penser à autre chose ! Je m’y serais bien pris autrement mais je ne vois que cette manière pour que cela fonctionne réellement. "

Je sirote alors ma propre tisane et voit ses traits tirés et ses yeux rougis par les larmes. Je me dis qu'elle a peut être besoin de repos, d'un vrai repos.

"Tu veux que je t'amène dans la chambre pour te reposer?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et mon monde s'écroule ne me laissant que toi comme pilier [Samuel Marshal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane-