AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Priez pour votre survie dans l'event de Septembre qui vous plonge du temps des dino
et des bûchers !!
:frank:
Festoyer avec nous pour l'anniversaire dragien envoi coeur
Derniers jours pour attraper un numéro à la loterie magique Crazy choupi
N'oubliez pas de voter pour les awards de Drag ! :aime:

Partagez | .
 

 Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Sam 13 Mai 2017 - 10:25


Âmes errantes au cœur des bois
Cassie Clarke & Luaine E. Bridgestone
Le calme est revenu en moi. Je ne suis plus cette boule de tristesse et de colère, qui a erré dans son coin du Caern après la bannissement de Micah. Mais si j’ai retrouvé mon coté calme et serein, si j’ai accepté les lois de la Meute et ses traditions comme autrefois, je reste distante avec mes frères et sœurs de Meute. Aucun n’est encore venu me parler ou n’ose m’approcher, à part Asthelan, le nouveau venu. Ils ne viennent à moi que quand ils en ont besoin depuis le changement d’Ulfric. Même Ciàran et Ashaya m’évitent. Et ne parlons pas de Piotr ! J’ai le sentiment soit qu’on me redoute et qu’on me refuse le droit à la colère, soit qu’on préfère ne rien avoir à faire avec moi. Mais je m’en contente. Si eux n’ont pas besoin de ma compagnie, je n’ai pas besoin de la leur. Je ne suis pas obligée d’être totalement de la Meute, de me considérer comme membre à part entière du clan pour être leur Vagarmor. Je continue de protéger le Caern, d’être leur guérisseuse et de faire mon job de Chamane. Ce n’est pas à moi de me faire repentante et accommodante. Alors s’ils préfèrent rester loin, soit je l’accepte. La solitude n’est pas vraiment un problème pour moi.

L’aube se lève à peine que je suis déjà habillée. Vêtue d’un vieux jeans, d’un veste en cuir et de chaussures de marche, je sors de chez moi. Je ferme la porte. Je n’indique pas pour une fois sur un papier accroché à cette dernière où je vais. Ils attendront mon retour ou me chercheront s’ils ont vraiment besoin de mon aide. Sac sur l’épaule, je me dirige rapidement vers la forêt environnante. Tant qu’à faire, je vais couper par les bois pour sortir du Caern et aller à la cueillette de plantes médicinales. Je marche, vite. Plus je me rapproche des limite du Caern, plus je me sens sereine. C’est étrange. Mais il y a ce poids invisible, qui rend l’air lourd et chargé d’ondes négatives au cœur même du territoire des Loups. Ou bien suis-je celle qui dégage ce coté sombre ? Bonne question…

Je soupire. Ne faisant pas vraiment attention où je vais, me sentant protégée en pleine nature, je me retrouve guère loin de la route. Il me faudra bifurquer plus loin pour m’enfoncer dans le bayou à la recherche des plantes médicinales sauvages. Je suis le petite sentier pour me diriger vers la forêt. Je profite de l’air frais du matin, des couleurs chaudes du soleil baigné par la soleil, qui finit de se lever…. Et je te sens. Je m’arrête un moment. J’ai capté une aura sombre, la tienne, qui m’est familière. Lentement, je me dirige vers toi forme féminine allongée sur le sol. Je t’observe en ouvrant de grand yeux. Blonde, peau blanche aux veines saillantes, petite robe moulante et chaussures à talons aiguilles… Tu dois t’être perdue en sortant d’une soirée.

Ton aura est semblable à celle de Shiloh, l’Hérésie que j’ai rencontré il y a un moment. De toute évidence votre race est plus adaptée à la vie en ville, et vous vous perdez aisément en pleine nature. Serait-ce une constante ? Je soupire avant de m’agenouiller et de te secouer doucement par l’épaule. « Réveilles-toi. » Je murmure pas trop fort, ni trop bas. Ma voix reste clame et douce comme toujours. Je ne pense pas que vous êtes dangereux. Vous êtes juste capables de faire la pire bêtise par accident, comme quand Shiloh nous a faits basculer dans le monde Éthéré. Même si je ne te connais pas, je sais qu’il est préférable que tu ne restes pas allongée inconsciente sur le sol. « Allez debout, c’est l’heure ! Crois-moi tu n’as aucune envie de rester plus longtemps seule ici... »

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Ghostbusters
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Mama Coca
→ ERRANCE : Au club et partout où ça craint
→ TROMPE L'ENNUI : Strip-teaseuse
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Qui s'y frotte s'y frotte et s'y frotte (comme le hérisson dans la pub de l'éponge t'as vu)
je te voooiiiiiis

→ AVATAR : evan rachel wood
→ CREDITS : babine (vava) tumblr (gifs)
→ MENSONGES : 2348

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Dim 14 Mai 2017 - 22:08


Âmes errantes au cœur des bois
Luaine E. Bridgestone & Cassie Clarke
Elle dormait bien. Vraiment profondément. On ne l’aurait pas secouée, elle aurait pu dormir ainsi des heures. Le fait de ne pas être dans son lit, de ne pas être chez elle, d’avoir froid et d’être vautrée à même la terre et l’herbe humide n’auraient pu l’empêcher de roupiller pour la simple et bonne raison qu’elle avait dormi dans de bien pires conditions, et pas seulement du temps où elle vivait dans la rue et où son matelas le plus confortable était les bancs des abribus. Et puis, elle dormait très rarement dans son propre lit, en vérité. C’était l’avantage de mener une vie complètement dissolue comme la sienne, elle avait un studio mais y mettait rarement les pieds, du moins par phases. Tout ça pour dire : elle dormait bien. Les quantités industrielles d’alcool qu’elle avait gobées la veille l’empêchaient tout simplement de rêver, et donc de cauchemarder, et nul bruit, pas même celui de la nature, à laquelle elle était si peu habituée, n’aurait pu la tirer du sommeil. Une main sur son épaule, en revanche, s’avéra plus efficace. Encore qu’elle lutta un bon moment pour tenter de s’agripper aux brumes du sommeil. Elle ne savait pas encore qu’elle n’était pas chez elle, ne savait pas encore qu’elle s’était roulée en boule en pleine forêt pour piquer un petit somme, mais ce qu’elle savait, c’était que la vie, en général, c’était pénible, il fallait gérer ses problèmes et tout ça, alors que le dodo, le plus comateux possible, qui plus est – merci à toutes les substances créées par l’homme pour ça –, c’était bien, c’était calme, c’était totalement exempt de responsabilités.

Malgré tout, elle finit par ouvrir les yeux. Elle ne distingua que du flou d’abord, puis sa tête se mit à battre comme un tambour et elle ne vit plus rien du tout, avant que sa vision se sorte enfin vainqueur de ce combat épique contre les effets de l’alcool : au-dessus d’elle était penchée une inconnue aux traits encore légèrement effacés par la lumière du jour bien trop violente pour Cassie, créature de la nuit, et en pleine gueule de bois qui plus est. Et en parlant de bois… Elle se redressa sur un coude, des mèches de cheveux collées au visage par la terre et l’humidité, et un peu par l’alcool aussi – la soirée avait été agitée. Donc, selon ses critères personnels, réussis. Dommage qu’elle n’en garde aucun souvenir. Oh, bon, les souvenirs, ça ne servait à rien, ce qui comptait, c’était l’instant présent. Cassie regarda autour d’elle tout en s’asseyant. Des arbres, de la terre humide, et cette femme à ses côtés. Où est-ce qu’elle était ? Un parc ? Comment était-elle arrivée là ? Où était le mug de café le plus proche ? Puis elle baissa les yeux sur ses jambes et laissa échapper un gargouillis horrifié. Sa robe ! Pleine de terre ! Froissée comme jamais ! Ses yeux descendirent un peu plus bas et se fixèrent sur ses talons aiguilles. Boueux et tâchés. Elle sentit la nausée monter et détourna les yeux de cette scène de crime pour les poser sur l’inconnue, une distraction bienvenue. Rester toute seule longtemps ici ?

— Euh… C’est où, ici ? C’est mal fréquenté ? Comment je suis…

Elle inspira à fond pour ravaler un haut le cœur, une main levée comme pour faire signe à l’inconnue d’attendre une minute, puis reprit :

— Non, c’est pas grave. Si je ne sais pas comment je suis arrivée là, j’imagine que toi non plus.

Elle se releva précautionneusement et tangua sur ses talons, avant de les sentir s’enfoncer de tous leurs huit centimètres dans la terre meuble. Avec la grâce d’un hippopotame ivre, elle retomba illico sur le cul et le choc se répercuta jusque dans sa tête. Elle laissa échapper un gémissement. Wow, quelle soirée elle avait dû passer, décidément ! Elle leva le nez vers l’inconnue.

— Je m’appelle Cassie. Est-ce que tu pourrais me dire où se trouve la station de taxis la plus proche ?

Pas du tout consciente d’être à mille lieues de la civilisation, elle regardait la jeune femme d’un air plein d’espoir. Consciente en revanche de n’avoir pas un dollar sur elle, mais ça, ce n’était pas un problème, et ça ne l’avait jamais été, du moins avec les chauffeurs de taxi.

_________________
queen of the bored
I fuck with the fates because it's
so much fun. And I don't feel a
thing cause I got so numb. I lean
in but then I check right out, I
don't flinch because it doesn't
hurt. And what is god if there's
no one there. And there's no proof
that he ever cared about me.
b.reitzell. code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t709-blood-is-getting-hotter-body-s-getting-colder-cassie-clarke#10242 http://dmthbegins.forumactif.org/t1318-hells-bells-across-the-sky-cassie#27388 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12546 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12550
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Lun 5 Juin 2017 - 18:36


Âmes errantes au cœur des bois
Cassie Clarke & Luaine E. Bridgestone
Est-ce que toutes les Hérésies sont des cas désespéré et inconscients ? Ou vous deux faites l’exception ? Je me le demande alors que je te secoue pour et réveiller. Dormir en pleine nature, je peux le concevoir. Cela m’arrive. Mais je suis Chamane, jamais loin des Lycanthropes, qui veillent sur moi. Cela m’est arrivé après des transes longues, de sombrer dans le sommeil en revenant. Mais je me suis toujours réveillée dans un lit, le mien ou celui d’un membre de la Meute, ou un divan en sécurité près d’un Loup-garou. Ils me retrouvent toujours. Et puis je suis Chamane, donc la nature est ma maison. Rien de bien grave ne peut m’arriver. Mais toi, tu n’appartiens pas vraiment à ce monde. Et il me suffit d’observer ta tenue. Tu devais être bien coiffée la veille au soir, même si maintenant tes cheveux sont poisseux et collés à ton visage de poupée de porcelaine. Ta robe et tes hauts talons prouvent que tu n’es pas venue ici pour faire de la randonnée.

Finalement, tu t’éveilles lentement. Je retire ma main de ton épaule. Et je te laisse le temps d’émerger. Tu dois avoir une sacrée gueule de bois. Tes traits sont plus tirés que les miens, alors que moi je manque de sommeil. Je fouille mon sac pour en sortir une gourde d’eau froide. À la vue de ta tête, boire un peu d’eau ne sera pas du luxe. J’ouvre ma gourde avant de te la présenter avec un sourire. « Le bayou. Vous êtes en pleine forêt. » Je ne précise pas que tu te trouves non loin du Caern, domaine de la Meute. Rien ne me prouve que tu le sais. « Mal fréquenté non. Mais il y a quelques prédateurs locaux, qui pourraient vous croquer. Tenez, buvez un peu d’eau. Vous aller bien ? » Je réponds à ta question tout en m’inquiétant de ta santé.

J’arque un sourcil. « Non, je viens de vous trouver. » Je commente lentement en penchant un peu de la tête. « Je m’appelle Luaine », j’ajoute poliment avant de te fourrer la gourde d’eau dans les mains. Quand tu décides de te remettre debout, je t’imite. Je me demande si tu vas tomber ou tenir en équilibre. De toute évidence, tu n’as dessaoulé. « Aurais-tu mal de tête ou la nausée ? J’ai des plantes pour soigner ce genre de désagrément. » Je te propose. Je ne dispose pas de médicament plus commun, mais les plantes soignent beaucoup de choses. Et tu retombes assisse par terre. Ma foi, vu tes chaussures… « Tu devrais marcher pieds nus. Cela sera plus simple qu’avec tes talons. » C’est juste un conseil. À toi de voir si tu le suis ou non.

Je te regarde de haut. Un soupir m’échappe. Tu me demandes vraiment où est la station de taxi la plus proche alors que nous sommes perdues au milieu de bayou ? Je me demande comment tu as pu finir ici, en ce lieu de nature loin de toute civilisation si ce n’est le Caern. Tu ressembles plus à une citadine qu’à une randonneuse. Alors comment une jeune femme sortant d’une soirée peut arriver jusqu’ici ? Rien ne m’oblige à t’aider. Je pourrais continuer ma route, t’abandonner là à ton sort et te laisse te débrouiller. Mais ce n’est pas dans ma nature. Combien de temps survivrais-tu seule en pleine nature ? À mon avis pas bien longtemps… Surtout si tu es de la même tempe que Shiloh.

« Hé bien à plusieurs kilomètres vers Bâton-Rouge en suivant la grande route. » Je finis par répondre. Je commence à réaliser que je ne vais pas chercher des plantes médicinales. Je vais plutôt m’occuper de toi et te remettre sur le chemin de la ville. Ce qui est plus sûr pour toi. « On est vraiment au milieu du bayou. Je peux vous montrer le chemin pour rejoindre la route. » Mais je doute que tes pieds te portent réellement jusqu’à Bâton-Rouge. « Si vous avez faim, j’ai de quoi manger aussi. Ce serait peut-être bon pour votre estomac. » Qui doit être plein d’alcool. Il a besoin de nourriture solide aussi. Une fois que je serais certaine que tu vas bien, que tu tiens debout, je verrais comment t’aider à rentrer chez toi. « J’ai déjà rencontré quelqu’un comme toi, il n’y a pas longtemps… Il s’était aussi perdu dans la forêt. » Cela doit être un point commun à ceux de ton espèce. Vous n’avez peut-être aucun sens de l’orientation et aucun lien avec la nature.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Ghostbusters
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Mama Coca
→ ERRANCE : Au club et partout où ça craint
→ TROMPE L'ENNUI : Strip-teaseuse
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Qui s'y frotte s'y frotte et s'y frotte (comme le hérisson dans la pub de l'éponge t'as vu)
je te voooiiiiiis

→ AVATAR : evan rachel wood
→ CREDITS : babine (vava) tumblr (gifs)
→ MENSONGES : 2348

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Ven 9 Juin 2017 - 21:51


Âmes errantes au cœur des bois
Luaine E. Bridgestone & Cassie Clarke
Le bayou. Hein ? Le bayou ? Cassie tourna la tête dans tous les sens à la recherche de quelque chose, n’importe quoi pour lui prouver que ce n’était qu’une blague. Une façade grise et moche. Un néon branlant de commerce. Même une odeur d’urine de trottoir. Mais non. Tout était vert, tout était humide et le silence qui régnait autour d’elle n’avait rien à voir avec la clameur perpétuelle de la ville. Encore que parler de silence était faux. Si elle y faisait attention, Cassie pouvait entendre les centaines de bruits qui agitaient les bois, mais elle ne voulait pas y faire attention. C’était trop oppressant, comme bande-son, le chuchotis des milliers de bêtes invisibles qui vaquaient dans la nature, le bruissement des feuilles, le grincement des branches, le bruit mou de la terre qui vivait, respirait. Cassie n’avait plus vécu dans une forêt depuis sa fuite de chez son père alors qu’elle avait une douzaine d’années, et elle avait toujours eu l’intention de ne jamais y retourner. La nature, c’était sympa sur une carte postale, mais ça ne cadrait pas avec ses rêves totalement urbains de devenir une princesse et de vivre dans le luxe, de rouler dans des grosses voitures et de savourer le claquement de ses talons aiguilles sur le bitume. Elle se permit donc quelques secondes de panique – et la perspective d’être là, pleine de boue, ses chaussures ruinées, était aussi effrayante pour elle que l’idée de se faire arracher la tête par un alligator.

Finalement, la voix calme et posée de l’inconnue la ramena à la réalité. Elle accepta la gourde avec reconnaissance et avala quelques gorgées d’une eau qu’elle apprécia plus, sur le moment, que n’importe quel shot d’alcool. Elle lui rendit la gourde, puis lança un regard dépité à ses talons. L’inconnue n’avait pas tort… Et très franchement, Cassie préférait marcher pieds nus qu’abîmer un peu plus encore ses chaussures. Elle les ôta donc et tenta de se relever de nouveau, avec plus de succès cette fois.

— J’ai mal à la tête et la nausée, oui, mais ne t’en fais pas, ça va passer, ça passe toujours. Est-ce que tu existes vraiment ?

Une question complètement soudaine et incongrue mais d’un coup, Cassie doutait que l’inconnue soit une personne réelle. Parce que, franchement, qui pouvait bien faire ça, être là au milieu de nulle part, dans la forêt, aussi calme, sympathique et presque irréelle ? Elle se demandait si la jeune femme n’était pas une apparition, l’ange de la mort ou quelque chose comme ça, et finit par tendre la main pour la poser sur le bras de l’inconnue. Oui, c’était une invasion malpolie de son espace vital, mais ces notions-là passaient très loin au-dessus de la tête de Cassie. Et donc, l’inconnue était bien réelle, et d’ailleurs, elle s’appelait Luaine. Reprenant peu à peu ses marques, tentant d’échapper aux brumes de l’alcool, Cassie finit enfin par capter l’aura de la jeune femme, et crut bien déceler quelque chose de magique. Elle préféra se concentrer sur ce que Luaine disait plutôt que sur ce qu’elle disait. C’était l’inverse de ce que l’instinct de survie de n’importe qui lui aurait hurlé, mais c’était comme ça. Surtout que l’un dans l’autre, le fait qu’elles soient vraiment au milieu de nulle part avec pas d’autre choix que de devoir marcher pour retrouver la civilisation était presque plus angoissante que le Fait que Luaine soit probablement une Sorcière.

— Je ne voudrais pas abuser de ton temps et de ta gentillesse…

Oh, allons, de qui elle se moquait !

— … mais je veux bien que tu me guides parce que sinon je vais mourir ici. C’est par là ?

Elle désignait forcément la mauvaise direction. Comme elles se mettaient en route, Luaine lui avoua qu’elle avait déjà croisé une Hérésie. Pas de chance, hein ? Elle lui lança un regard en coin.

— Moi aussi j’ai déjà rencontré des gens comme toi. Enfin, ce n’est pas tout à fait vrai. J’ai rencontré des gens avec la même aura que toi mais pas un d’entre eux n’a jamais été aussi gentil avec moi.

Enfin, sauf si Luaine, en digne représentante des Sorciers, l’entraînaient vers un piège. Cassie s’était déjà fait avoir. Une fois encore elle douta soudain d’être vraiment réveillée. Elle sentait que Luaine était une Sorcière, mais les Sorciers étaient des enflures, Cassie avait sur elle les cicatrices pour le prouver – et encore, tous leurs méfaits ne se voyaient pas. Finalement, elle se détendit. Qui vivrait verrait, non ?

— Cela dit, mieux vaut que tu saches qu’il vaut mieux éviter de fréquenter les gens comme moi. On n’attire que les ennuis !

Qui que soi l’Hérésie que Luaine avait déjà croisée, Cassie était sûre qu’elle avait dû le regretter.

_________________
queen of the bored
I fuck with the fates because it's
so much fun. And I don't feel a
thing cause I got so numb. I lean
in but then I check right out, I
don't flinch because it doesn't
hurt. And what is god if there's
no one there. And there's no proof
that he ever cared about me.
b.reitzell. code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t709-blood-is-getting-hotter-body-s-getting-colder-cassie-clarke#10242 http://dmthbegins.forumactif.org/t1318-hells-bells-across-the-sky-cassie#27388 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12546 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12550
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Sam 8 Juil 2017 - 15:33


Âmes errantes au cœur des bois
Cassie Clarke & Luaine E. Bridgestone
Ton réveil est plutôt difficile à première vue. En même temps, tu empestes l’alcool. La soirée a donc dû être arrosée. Je te laisse le temps d’assimiler mes paroles, de comprendre que oui pour une raison, qui nous échappe à toutes les deux, tu as bien fini au milieu du bayou. Et je sais que pour une pure citadine, cela doit être effarant. Si je me sens à l’aise et chez moi en pleine nature, c’est rarement le cas des citadins. Et si tu es comme Shiloh, alors tu es totalement paumée en cet instant. Je fouille mon sac pour en sortir une gourde d’eau fraîche. Je parle n’attendant pas forcément de réponse. Mais cela m’assure que tu restes connectée. Je me demande si tu as dessaoulé ou pas. Et généreuse et bienveillante de nature, je ne pouvais passer mon chemin sans te venir en aide. Ce serait renier ma nature et mes convictions. Même si pour nous les Chamanes amérindiens une Hérésie est juste un mystère incompréhensible, un être qui perturbe la nature et son équilibre. Mais nous ne vous voulons aucun mal. Mère Nature vous a créé après tout.

Je te laisse boire à ton aise, tout en regardant ce que je possède dans mon sac. Contre la nausée, la mente est un bon remède. « Tiens, mâche ça. » Je te tends deux feuilles de menthes. « C’est de la menthe ça soigne très bien les nausées. » J’explique brièvement. Pour ton mal de tête, il me faudrait faire un feu et préparer une tisane apaisante. Cela prendra plus de temps à préparer. « Je suis réelle oui. Tu n’es pas dans le monde éthéré » J’ignore si vous avez tous la capacité de basculer dans le monde éthéré par une transe comme moi. Du moins, Shiloh y est arrivé et comme je ne connais rien aux Hérésies et leurs dons… Je ne peux faire que des suppositions. Je ne sursaute pas quand tu touches mon bras pour t’assurer de ma réelle présence. Je te laisse tâter ma peau chaude à ta guise. Naitre et vivre au milieu d’une Meute m’a rendue tactile. Beaucoup de choses chez les Loups passent par le contact physique. Et je me sens rarement envahie par les autres, qui viennent chercher du réconfort à travers un câlin. Donc que tu touches pour vérifier que je suis réelle ne m’ennuie gère.

Je hausse des sourcils à ta remarque polie. Puis je me redresse avec un hochement positif de la tête. Je t’observe me désigner la direction du Mississippi. Et j’ai un léger sourire amusé. « Non, de l’autre côté. Viens, je vais te remettre sur le bon chemin. » Je te fais signe de la main de m’emboîter le pas. Je ne marche pas vite, d’autant plus que toi tu es pied nus maintenant. Et d’un autre côté, je ne suis jamais pressée. Les notions de temps, qui passe et est irrécupérable, de choses à faire l’une après l’autre me sont étrangères. On me qualifie souvent de zen et sereine, parce que je prends mon temps pour tout. Et comme je n’ai aucune obligation aujourd’hui, j’ai la journée pour te ramener en ville.

Je lance un regard en biais. Heureusement tu ne m’as pas dit que j’étais une Sorcière. Je le prends comme une insulte généralement. « Tu parles des Sorciers, je suppose. Je suis Chamane, c’est assez différent. Surtout pour ceux d’origine amérindienne. Je ne me retrouve pas dans les croyances et pratiques du Coven ou des autres Sorciers. » J’avoue avec une grimace éloquente. Je n’ai pas une trop haute estime pour les autres pratiquants de la magie. « Ils recherchent bien trop leur bénéfice propre et la puissance. Ils voient la magie comme un objet à utiliser et non comme un don à respecter de Mère Nature… Mais je ne vais pas t’ennuyer avec cela. Sache juste que si les autres Sorciers ont une idée arrêtée sur les Hérésies, moi je n’en ai aucune. », j’ai un vague sourire amicale. Après tout, je n’ai aucune d’idée de pourquoi les être comme toi sont si intéressants pour un Coven. « Par contre j’avoue que vous attirez les ennuis. Shiloh a réussi à nous faire basculer dans le monde éthéré et j’ai eu toutes les peines à nous ramener… Je pense que vous n’avez pas connaissance de vos dons et de comment les utiliser. » J’ajoute en souriant. Même s’il m’a causé bien des ennuis sur le moment, je n’en veux pas à Shiloh. Après tout il était surtout paumé.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Ghostbusters
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Mama Coca
→ ERRANCE : Au club et partout où ça craint
→ TROMPE L'ENNUI : Strip-teaseuse
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Qui s'y frotte s'y frotte et s'y frotte (comme le hérisson dans la pub de l'éponge t'as vu)
je te voooiiiiiis

→ AVATAR : evan rachel wood
→ CREDITS : babine (vava) tumblr (gifs)
→ MENSONGES : 2348

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Ven 14 Juil 2017 - 20:50


Âmes errantes au cœur des bois
Luaine E. Bridgestone & Cassie Clarke


Autant dire que c’est avec circonspection que Cassie examina les deux petites feuilles que Luaine lui tendait. En bonne fille de la ville, elle n’était pas capable de faire la différence entre une feuille de chêne, de boulot ou de rosier, encore moins de menthe, cela dit, l’odeur elle-même suffit à la convaincre. Encore que ça ne voulait pas dire que ce n’était pas de la menthe empoisonnée… se disait-elle tout en mâchonnant ses feuilles, se laissant gagner par la légère fraîcheur qui l’envahissait déjà. Elle suivait Luaine aveuglément, totalement consciente que cela pouvait mal finir mais plutôt d’accord avec ça malgré tout. Elle nota quand même le coup de la menthe contre la gueule de bois. Au club, de la menthe, ils en avaient plein, pour les mojitos, tout ça. Elle reprit pied avec la réalité quand Luaine lui parla de « monde éthéré », un concept dont Cassie n’avait jamais entendu parler. Décidément, cette fille était vraiment bizarre. Seule dans la forêt, l’air éthérée, mais bel et bien là, comme elle le lui avait confirmé… Sautillant d’un pas léger aux côtés de la Sorcière, ses chaussures dans une main, Cassie se contenta de garder le silence. Elle ne sentait pas les petits cailloux et les éventuelles échardes sous la plante de ses pieds, inaccessible à la douleur.

Apparemment, Luaine n’était pas une Sorcière, enfin pas trop. Elle était Chamane. Et là, Cassie voyait tout à fait de quoi elle parlait… surtout quand Luaine lui avoua à demi-mots avoir des origines amérindiennes ! Ça alors ! Amérindienne ? Allons bon ! Aquene revenait la hanter à travers le visage d’une jolie jeune femme, cette vieille furie en était bien capable. Cependant, elle se détendit un peu et se fendit même d’un sourire. Cassie n’avait rencontré qu’une seule Chamane avant Luaine, et même si elle était à moitié folle sans pitié dans ses propos et très en colère contre tout le monde et la vie en général, elle n’avait jamais fait de mal à Cassie. Elle lui avait même, à sa façon tordue, révélé la nature même de la strip-teaseuse, qui jusqu’alors, sachant qu’elle n’était pas humaine, n’avait jamais trouvé de réponse à ses questions. Aquene, vieille SDF sénile errant dans les rues d’Alexandria, était tombée sur Cassie quand celle-ci, à douze ans, avait fui la caravane de son père pour vivre dans la rue. Avec le recul, Cassie reconnaissait que la vieille folle l’avait aidée. Mais à l’époque, elle aurait préféré ne jamais avoir croisé Aquene, qui la suivait partout comme pour la maudire et la vouer aux esprits pour l’éternité. Dans l’absolu, Cassie n’avait jamais vraiment compris ce qu’était une Chamane, bien trop occupée qu’elle était à tenter de se débarrasser d’Aquene. Mais dans les bons jours de la vieille, dans ces moments où elle laissait Cassie se réfugier dans ses bras maigres et osseux, dans les chansons dans une langue douce et inconnue qu’elle lui chantait tout bas la nuit pour chasser ses peurs, Cassie avait cru capter quelques pans de son ancienne vie. Une vie où la nature, où la communauté, où les grands esprits étaient importants, et elle avait compris que la folie, la douleur et l’amertume d’Aquene étaient nées de sa solitude. Elle n’avait jamais su, en revanche, ce qui lui était arrivée, pour qu’un jour elle se retrouve seule, sans plus rien, coupée de tout, de ses proches, de la nature et surtout des esprits auxquels elle parlait si souvent sans jamais obtenir de réponse en retour.

— Tu me rappelles quelqu’un, d’une certaine façon, qui parlait des Sorciers exactement comme toi. J’imagine que je peux te faire confiance. Même si, tu sais, les Hérésies… On est ce qu’on est, je peux comprendre que les autres nous haïssent, mais enfin, de là à les…

Emprisonner, charcuter, saigner, torturer, affamer ? Cassie ne termina pas sa phrase. Autant continuer du bon pied avec Luaine, elle était la seule qui pouvait la faire sortir de cette forêt, après tout ! Mais enfin, oui, les Hérésies mettaient les autres mal à l’aise. C’était ainsi et Cassie pouvait le comprendre. Elle pouvait même comprendre la haine. Là où elle n’acceptait plus ce délire, c’était quand on s’en prenait à eux parce qu’ils étaient des Hérésies. Elle pratiquait elle-même le « si je t’aime pas, je m’approche pas de toi, point ». C’était pas compliqué, non ?

— En tout cas c’est drôle comme conception de la magie, je n’ai jamais vraiment fait le lien entre elle et la nature, mais c’est parce que je n’ai jamais rencontrée de Chamane en activité.

Elle était bien curieuse de savoir quels étaient les dons et les devoirs de Luaine, du coup. Mais cette curiosité fut quelque peu écartée par le prénom que la jeune femme prononça soudain, de façon totalement incongrue dans cette forêt, au point que Cassie en trébucha. Retrouvant son équilibre avec l’agilité de la danseuse qu’elle était, elle ne put cependant s’empêcher de pousser un cri.

— Shiloh, ah bon ! Tu connais cet ours mal léché ? Et il connaît le monde éthéré ? Il ne m’en a jamais parlé !

Bon okay, Shiloh et elle n’avaient jamais vraiment parlé, jusqu’à présent il s’était surtout contenté de grogner et elle de babiller sur tout et n’importe quoi sans que lui n’émette le moindre signal indiquant qu’il s’intéressait à ce qu’elle disait ou même écoutait seulement. Alors comme ça Shiloh pouvait aller dans le monde éthéré ? Avec quelqu’un ? Mais surtout :

— C’est quoi, finalement, le monde éthéré ? Je ne crois pas y être jamais allée, moi, alors je ne dois pas avoir ce don-là. Mais je suis d’accord avec toi, on ne sait pas vraiment ce qu’on est, à part des abominations sans âme, tout ça.

Ses dons, elle les utilisait depuis presque toujours. Mais elle n’avait pris conscience que c’était anormal quand elle était adolescente, en rencontrant Aquene. Elle avait compris que c’était un pouvoir, et pas un simple don, bien des années plus tard, sans parler de leurs origines. Et quant à cette histoire d’âme… Elle avait probablement su depuis toujours, sans réussir à expliquer vraiment ce vide qui l’habitait… Mais oui, elle savait peu de chose encore aujourd’hui.

_________________
queen of the bored
I fuck with the fates because it's
so much fun. And I don't feel a
thing cause I got so numb. I lean
in but then I check right out, I
don't flinch because it doesn't
hurt. And what is god if there's
no one there. And there's no proof
that he ever cared about me.
b.reitzell. code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t709-blood-is-getting-hotter-body-s-getting-colder-cassie-clarke#10242 http://dmthbegins.forumactif.org/t1318-hells-bells-across-the-sky-cassie#27388 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12546 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12550
avatar
Vagarmor de la Meute

→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 38 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Chamane amérindienne, Vagamor
→ ERRANCE : La forêt, Le caern , le parc... au milieu de la nature
→ TROMPE L'ENNUI : Photographe animalière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Idéaliste. Imprévisible. Patiente. Dérangée. Fidèle. Pédagogue. Asexuelle . Protectrice . Tolérante . Rêveuse . Sure d'elle . Sereine . Apaisante . Câline . Écologiste


→ AVATAR : Mila Kunis
→ CREDITS : Babine , Tumblr
→ MENSONGES : 635

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Dim 10 Sep 2017 - 11:05


Âmes errantes au cœur des bois
Cassie Clarke & Luaine E. Bridgestone
Étrange rencontre au petit matin dans les bois. Mais cela a l’avantage de me tenir éloignée de mes sombres pensées et de ma colère contre certains Lycanthropes. À vrai dire, Cillian n’a pas tort quand il dit que je pue. J’aime son franc parler enfantin avec moi. Il est beaucoup plus réservé avec les autres membres de la Meute. Il faut dire que moi je ne peux guère le dominer, que j’ai soigné ses bras ensanglantés sans jamais lui poser de question. Je lui ai offert un lieu sans jugement quant à son mal être, où il était libre de déposer son vécu s’il le désirait. Ce gamin n’a pas eu une vie facile tout en étant loin des vies désastreuses de beaucoup de monde. Je te lance un regard. Tu dois avoir à peu près son âge. Je me suis perdue dans mes pensées. Et je soupire doucement en secouant la tête, alors que tu mâchouilles avec application les feuilles de menthe. Et je poursuis notre marche vers la grande route tout en conversant avec toi. Je t’avoue aussi être Chamane et non pas Sorcière. De toute manière, tu peux appréhender ma nature comme je peux voir la tienne.

Je te lance un regard en biais à ton commentaire. Peut-être as-tu déjà rencontré un Chamane ? Nous sommes rares, mais cela reste une option envisageable. « Tu n’es que la seconde Hérésie que je rencontre. Je n’aime pas juger sans connaître, et j’avoue que je suis surtout curieuse à votre sujet. » Je réplique sans tenir compte du fait que tu n’as pas fini ta phrase. Je ne pose jamais de questions, si ce n’est quand je soigne quelqu’un. J’ignore quel intérêt les Sorciers peuvent avoir pour les tiens. Cela dit je ne pense pas que ce soit quelque chose de bénéfique. Ce ne l’est jamais quand on pratique la magie pour son bénéfice pur et pour glaner plus de pouvoirs. « En théorie, toutes les formes de magies sont issues de la nature. Mais le Chamanisme conserve un lien étroit avec cette dernière, c’est ce qui nous permet d’être proche de Lycanthropes et des Garous. Sans cela je ne pourrais pas être la Vagarmor de la Meute. »

Et je te raconte ma mésaventure avec Shiloh. Je ne suis pas étonnée que tu le connaisses. J’imagine qu’il ne doit pas y avoir beaucoup d’Hérésie en ville non plus. Je remarque que tu trébuches avant de rétablir ton équilibre très gracieusement. « Connaître est un grand mot. » Je murmure amusée par ton étonnement. « Disons qu’on s’est rencontré alors que je sortais de transe. La porte entre le monde humain et le monde éthéré n’étant pas fermée, on a juté tous les deux dedans. » Je hausse des épaules. Nous ramener n’a pas été simple, parce que Shiloh n’écoutait rien de mes consignes. Mais j’y suis arrivée et c’est probablement tout ce qui compte. Et ressasser le passé est inutile dans ma conception de la vie. « Je pense qu’il a un lien à la mort, d’une certaine façon. Mais je ne suis pas experte en pouvoir des Hérésies. » Ce qui est la stricte vérité. Je n’en ai rencontré que deux, Shiloh et toi. Et pour le moment, je vous qualifierais plutôt de petits boulets adorables et têtus.

Je tourne la tête vers toi. C’est vrai que pour moi c’est simple et logique, mais pas pour toi. « Eh bien il y a deux mondes, celui-ci et l’autre monde celui fait de magie qui en tant normal est invisible car protégé par le voile. C’est le monde du rêve, de la magie et des Esprits. » J’explique posément et simplement. « Il existe un monde éthéré d’en haut et un d’en bas. Quand on voyage dans le monde éthéré, l’âme quitte le corps pour passer derrière le voile dans un monde de pure magie. Si on s’élève, on rejoint le monde du rêve et des divinités, qui est lumineux, chaleureux et magique. Si on descend on rejoint le monde des Esprits, qui est froid et sombre. Il est important quand tu voyages dans le monde éthéré de conserver une ancre, qui te ramènera à ton corps. Sinon tu erres pour l’éternité. » Je ne sais pas si c’est clair, mais je suppose que si tu as des questions, tu me les poseras. « En quelque sorte tout le monde y va quand on rêve, mais n’en garde pas de souvenirs aussi précis que les Chamanes… Vous n’êtes pas des abominations. Vous êtes différent et dotés d’une forme de magie que je ne connais pas. Mais je pense que vous êtes liés d’une certaine manière au monde éthéré, comme tout CESS. Le truc c’est de savoir comment. » Et cela je n’en ai aucune idée pour être honnête.

_________________
Folie douce
« La conviction tirée de la confiance est plus forte que toutes les assurances appuyées sur des preuves. » de Claire de Lamirande.
   code: @DMTH


[color=#6666cc]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t464-tout-n-est-qu-une-question-de-foi-luaine-vargamor-fini#4812 http://dmthbegins.forumactif.org/t476-contacts-de-luaine-vargamor
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Ghostbusters
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Mama Coca
→ ERRANCE : Au club et partout où ça craint
→ TROMPE L'ENNUI : Strip-teaseuse
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Qui s'y frotte s'y frotte et s'y frotte (comme le hérisson dans la pub de l'éponge t'as vu)
je te voooiiiiiis

→ AVATAR : evan rachel wood
→ CREDITS : babine (vava) tumblr (gifs)
→ MENSONGES : 2348

†


MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   Mer 13 Sep 2017 - 20:01


Âmes errantes au cœur des bois
Luaine E. Bridgestone & Cassie Clarke


La curiosité, c'était bien. La curiosité, Cassie pouvait comprendre. Elle-même était faite à cinquante pour cent de curiosité. Cinquante pour cent vide, cinquante pour cent curiosité, c'était pas du tout un combo paradoxal, quand on y pensait. Mais quoi qu'il en soit, c'était là un trait de caractère qu'elle assumait totalement et qu'elle appréciait chez les autres, tant qu'il s'agissait de saine curiosité, et même de malsaine, peu importait. Mais c'était la "curiosité" qui avait poussé des Sorciers à s'en prendre à elle par le passé, la "curiosité" de savoir de quoi elle était faite, à l'intérieur, et si son sang était rouge comme celui des autres, et si elle résistait vraiment à la douleur comme le disait la légende, et si elle guérissait vite et bien, et son sang avait des propriétés miraculeuses, etc. Ce genre de curiosité-là, Cassie s'en passait très bien, mais enfin Luaine n'en était pas encore là, tout de même. Et puis visiblement, elle connaissait Shiloh. Ce qui n'était pas un gage de qualité, loin de là, et encore moins de santé mentale, mais Cassie aussi connaissait Shiloh alors elles étaient quitte.

Et en parlant de curiosité, Luaine venait de prononcer un mot incongru, "vargamor", et Cassie n'avait aucune idée de ce dont il s'agissait. Un de ces quatre, tout de même, il faudrait qu'elle se renseigne un peu sur les loups-garous et leur fonctionnement, ça pouvait toujours servir. A suivre une conversation, par exemple. Quoiqu'il en soit, sa guide semblait en savoir autant sur les Hérésies qu'elle-même sur les Chamanes. Ça aurait pu paraître étrange, qu'en tant que deux inconnues dix minutes plus tôt, elles en soient déjà à discuter de leurs natures respectives, mais pas aux yeux de Cassie. Pour l'Hérésie, parler de la météo ou de la métaphysique hérésiaque, ça revenait au même, c'était un sujet de conversation et tout était bon pour engager la conversation avec des inconnus, surtout au beau milieu des bois, lieu hostile s'il en était pour la citadine dans l'âme qu'elle était. Et même si ce sujet de conversation était cet âne de Shiloh Buchanan. Qui avait "un lien avec la mort" selon Luaine. Cassie aurait bien dit cash qu'il pouvait carrément ressusciter, mais c'était peut-être un secret. Elle était nulle pour garder les secrets, heureusement, Luaine répondit à sa question sur le monde éthéré.

— Ça ressemble à la mort, en fait, avec un paradis et un enfer... Mais puisqu'on peut s'y balader, j'imagine que ce n'est pas du tout la mort. J'aimerais bien voir ça, un jour... à condition que ça ne me tue pas.

Cela dit, elle pouvait imaginer, de ce point de vue, à quel point une Sorcière était différente d'une Chamane. Et elle se rendait compte aussi qu'Aquene, toute sénile qu'elle était, n'était peut-être pas aussi folle que ça. Un peu quand même, mais pas autant que Cassie l'avait cru. La fin des explications de Luaine, cependant, arracha un sourire à l'Hérésie.

— C'est optimiste, comme vision, surtout si tu penses encore ça après avoir fréquenté l'imbécile.

C'est-à-dire on-savait-qui.

— Nous, on est à l'opposé de la nature, on est totalement contre-nature. Ma mère est une créature démoniaque venue de je ne sais pas où. Peut-être du monde des esprits froid et hostile dont tu parlais - mais moi, j'appelle ça l'enfer, même si je n'y crois pas au sens biblique du terme, seulement d'un point de vue pratique.

Et que dire de tout le reste ? Des maladies que son corps abritait, de la douleur qu'elle ne ressentait pas, des émotions qui s'éveillaient rarement en elle, et seulement en sourdine, la forçant à toujours faire semblant jusqu'à s'en convaincre elle-même, et puis est-ce que ça ne se voyait pas sur sa figure pâle et sa peau quasi transparente, qu'elle était un peu abominable ? Dans sa bouche aux petites canines pointues, un peu animales ? Dans ses yeux comme deux puits abyssaux ?

— Tu sais ce qui se dit, que les Hérésies n'ont qu'une moitié d'âme. Je n'ai pas vraiment moyen de vérifier mais ça se pourrait bien que ce soit vrai. Ce n'est peut-être pas le genre d'esprit auquel tu devrais te frotter. Et puis, j’imagine que tu as des tas de trucs à faire avec les loups !

Ou, en langage moins cryptique : elle n'avait aucune idée de ce qu'était une vargamor.

_________________
queen of the bored
I fuck with the fates because it's
so much fun. And I don't feel a
thing cause I got so numb. I lean
in but then I check right out, I
don't flinch because it doesn't
hurt. And what is god if there's
no one there. And there's no proof
that he ever cared about me.
b.reitzell. code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t709-blood-is-getting-hotter-body-s-getting-colder-cassie-clarke#10242 http://dmthbegins.forumactif.org/t1318-hells-bells-across-the-sky-cassie#27388 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12546 http://dmthbegins.forumactif.org/t772-cassie-danger-danger-high-voltage#12550
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Âmes errantes au cœur des bois [Cassie Clarke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré
» [TUTO] Réaliser des échelles en bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane-