AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Découvrez les mésaventures d'Halloween dans l'Event bouh !
Soyez à la page et découvrez l'intrigue en cours. :olala:

Partagez | .
 

 Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

→ NUISANCE DEPUIS : 29 ans
→ TROMPE L'ENNUI : Cumule deux emplois : archiviste à la State Library et strip-teaseuse

→ AVATAR : Blake Lively
→ MENSONGES : 274

†


MessageSujet: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Lun 5 Juin 2017 - 23:24


Antidote contre le

marchand de sable

Adam
Mener une double vie engendre des conséquences dont je me passerais bien. La plus emmerdante de toute. La fatigue. A force de trop tirer sur la corde, mon corps finit par crier STOP à sa façon. Plusieurs fois j’ai failli chuter du haut de mon escabeau en rangeant mes archives. Plusieurs fois, j’ai failli me faire renverser par une voiture à force de marcher comme un zombie. Beaucoup trop de plusieurs fois qui se cumulent. Sans compter que la fatigue se voit sur mon visage, et ça, pour Eve c’est son fonds de commerce. Les nombreux cafés ne parviennent plus à endiguer mon envie de dormir. Perdre mon job aux archives parce que je me serais endormie, il en est hors de questions. Mais je ne peux pas non plus me passer d’Eve. Pas encore, c’est trop tôt…peut-être trop tard maintenant que l’argent rentre bien, maintenant qu’Eve possède sa petite notoriété.  
Comme toutes, mes nuits sont trop courtes et le seul jour où je ne travaille pas aux archives, je l’emploie à gérer autant que possible ma morne existence. Fourmi pour la vie, je me demande si un jour je pourrais jouer les cigales. Bref, la question ne se pose pas tant que je n’aurais pas fini avec ces crédits contractés par mes parents et dont j’ai hérité. Génial, n’est-ce pas ?
C’est la tête en vrac, comme si j’avais fait la fête toute la nuit, que je me lève. Téléguidée par automatisme, jusqu’à la cafetière. Les gestes sont mécaniques. Je sais que le paquet d’arabica est à me droite en haut, que les filtres sont à côté de la cafetière et que je vais trouver l’eau sur ma gauche. Je pourrais faire tout cela en dormant…c’est d’ailleurs ce que je fais pratiquement.
Très mauvaise habitude du matin, la cigarette pendant que le café s’écoule lentement. Promis j’arrête demain…En même temps qui ça peut intéresser que je m’enfume dès le matin. Ha par contre c’est vrai que ce n’est pas bon du tout pour avoir le teint frais d’une rose. Le maquillage et la lumière tamisée pour Eve, ça passe, non ? Quant à Taylor – ou Eve le jour – personne ne la regarde, personne ne la convoite. On pense même que je suis vieille fille ou lesbienne tant ma vie est vide. Heureusement que je vous épargne le cliché du chat à sa mémère.
Zombifiée devant ma cafetière, clope aux lèvres….sexy en pantoufle pattes de monstre et pyjama XXL, l’image glamour de la strip-teaseuse en prend un sacré coup-là. La sonnerie de mon portable me fait savoir que je viens de recevoir un sms du boulot. Celui du soir. Un peu plus réveillée, je vais lire ce fameux message. Soupire.
“Peux-tu me remplacer ce soir ? Mon gosse est malade.”
“Quelle heure ce soir ? ”
La réponse ne se fait pas attendre.
“à partir de 22h00”
Mes doigts hésitent sur le clavier. Je pince le haut de mon nez entre mon pouce et mon majeur. Soupire encore.
“Ok.”
“Je te renverrais l’ascenseur. Merci Eve.”

Je balance le portable sur le canapé, retourne dans ma cuisine, tractée par l’arôme du café. J’écrase la cigarette tout en me servant. Une fois que tout ce rituel matinal est passé, je peux dire que toutes les connexions cérébrales sont en état de fonctionnement. Bon état ça serait trop m’avancer mais au moins je suis réveillée. La douche finit par fignoler tout ça et me redonner un teint plus au moins frais. Si Eve doit se maquiller pour la scène, moi je n’en abuse pas, préférant le naturel mais quand j’aperçois mon visage dans le miroir, j’ai failli me faire mourir de peur. Un peu d’anticerne, du mascara et un peu de rose sur mes lèvres chassent un peu cette mauvaise mine mais c’est pas génial quand même. Je soupire – encore – désespérée en repensant que ce n’est pas ce soir que je vais pouvoir dormir quelques heures de plus.

Prête à tout pour contenir cette fatigue, je ne tiens pas à me coller de la cocaïne dans le nez non plus. J’ai été tentée, c’est si facile de s’en procurer dans le quartier où je danse. Mais Bosser pour se payer sa came…là je me flingue.
Je me dis qu’il doit bien avoir des trucs moins addictifs. En Louisiane, ce qu’il y a de bien c’est qu’il y a tant de boutiques à touristes plus ou moins sérieuses qui vous vendent du rêve et des poudres de perlimpinpin pour un tas de maux. Dans toutes cette marée, il doit bien en avoir quelques-unes de sérieuses, non ?  

J’arpente les rues depuis un bon moment maintenant dans le quartier d'Istoura à la recherche de cette boutique dont Zoey m’avait parlé. Un apothicaire. Mhm un pharmacien quoi, enfin moi ça me parle comme ça. Pensant avoir trouvé la dite boutique, je pousse la porte qui elle-même pousse une petite cloche annonçant l’arrivée d’un client. Personne. J’occupe mes quelques minutes de solitude à naviguer dans les rayons chargés de noms à dormir dehors. Des plantes séchées suspendues.

- …manque plus qu’une chouette ou un corbeau empaillé. Pensais-je tout haut, me croyant seule.

Et bien ce n’était pas le cas. Je sursaute même, me retourne lentement. Double surprise, je m’attendais à un vieux bonhomme en blouse blanche avec des petites lunette rondes. Au lieu de cela, j’ai un type d’une quarantaine d’années qui ne ressemble en rien à l’image dont on peut se faire d’un apothicaire. Remarquez c’est peut-être l’agent de sécurité.

J’éclaircis ma voix. Je dois faire figure de fillette dans ma petite robe imprimé liberty.

- …excusez-moi, vous êtes le pharma…l’apothicaire ? Une amie m’a parlé de votre boutique….il parait que vous êtes bien équipé…je veux dire fourni en marchandise…. Mon Dieu la honte. Je cherche quelque chose de puissant…bien fort pour ne pas dormir….

C’est moi où la conversation prend une allure étrange.



_________________
Carpe Diem code @ EDEN MEMORIES


Dernière édition par Taylor Lee le Mar 27 Juin 2017 - 19:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1826-taylor-lee-l-habit-ne-fait-jamais-la-nonne#38287http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664 http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Clark
→ NUISANCE DEPUIS : 39 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Des druides
→ TROMPE L'ENNUI : Apothicaire le jour, traqueur pour la guilde la nuit

→ AVATAR : Tom Hardy
→ CREDITS : SWAN
→ MENSONGES : 315

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Dim 11 Juin 2017 - 19:35




"Antidote contre le marchand de sable"


Taylor & Adam








Il y a de ces rencontres qui restent graver dans votre mémoire, peut-être à jamais. Des rencontres insoupçonnées, parfois éphémères dont la raison ou même les mots échangés se volatilisent avec le temps. Ces rencontres dont plus rien n'a d'importance si ce n'est la personne que l'on croise pour la première fois. Malheureusement, quelques fois, cela rime aussi avec la dernière mais, pour les plus chanceux d'entre nous, celles-ci se répètent. Parfois par le plus grand des hasard, comme si le destin semblait vouloir mettre deux âmes sur le même sentier, d'une façon ou d'une autre. Il y a aussi ces quelques fois où l'on en vient à forcer le destin, prenant son courage à deux mains pour tenter de revoir la dite personne ou, pour les moins sains d'entre-nous, en suivant discrètement dans la rue cette dernière rencontre. Bien entendu, je ne saurai que vous déconseiller la seconde méthode, qui ne saurait engendrer que des problèmes, pour tout le monde. Adam, avec son travail d'apothicaire faisait toutes sortes de rencontres, mais, rares étaient à celles qui le marquaient véritablement. Il y avait ces vieilles dames qui venaient pour toutes sortes de maux, il y avait ces sorciers qui venaient trouver quelques plantes rares ou encore ces vampires ou lycans qui étaient très pointilleux sur leur décoction et avaient finir à faire confiance au druide, certains avaient même étés des clients de sa défunte mère, voulant garder une espèce de tradition. En effet, même s'il n'en avait pas vraiment l'air, l'irlandais était particulièrement pointilleux et sérieux dans son domaine. Il essayait de découvrir tout ce qu'il y avait à savoir sur les plantes, leur mélanges ou encore leur utilisations à travers les âges, ce qui avait fait de lui un praticien respecté et apprécié par une communauté quelques peu étrange et des fois assez effrayante, mais, dans tous les cas, l'homme n'avait jamais eu de réels problèmes avec quiconque. Protégé par certains, craint par d'autres, tous venaient dans sa boutique en paix et sans la moindre mauvaise intention, ce qui avait finit par le rendre fier et heureux.

Mais, je m'égare. Nous parlions de rencontres exceptionnelles et de sa boutique, tout cela pour une raison bien particulière. Une rencontre qui resta gravé dans la mémoire du shamane peut-être même à jamais. Une de celles que jamais il n'aurait pu imaginer. C'était … Une journée qui s'annonçait comme de très nombreuses avant celle-ci. L'étranger avait eu la chance de ne pas avoir à traquer ces derniers jours, lui laissant l'occasion de se reposer comme il le fallait, mais, ayant du temps libre, il s'était occupé en se rendant au fight club des lycans où il avait l'habitude de se rendre depuis qu'il était adolescent. Bien qu'ayant remporté ses affrontements, cela ne lui avait pas empêché de prendre quelques coups, dont deux bien visibles, l'un au niveau de l'arcade, couvert par un épais pansement ainsi que la lèvre inférieure légèrement déchirée, accompagnée d'un petit hématome. Blessures qui étaient pour lui le signe qu'il avait encore des choses à apprendre, ou encore que son âge le freinait petit à petit dans ses combats, le rendant lui offrant une moins grande vivacité ou encore de moins bons réflexes, mais cela, l'homme préférait ne pas trop y penser.

Ce matin-là, avant l'ouverture, il avait fait un petit tour dans le parc où il avait ses quelques informateurs de plumes et de poils auxquels il apporta quelques mets qu'ils raffolaient tous, afin de garder de bons contacts avec ces animaux qui, avec le temps, avaient fini par faire à peu près tout ce qu'il leur demandait sans trop rechigner, ce qui, disons-le, lui facilitait grandement la tâche au sein de la Guilde. Le moment qui nous intéresse intervint relativement peu de temps après l'ouverture de son échoppe. Lui était dans l'arrière boutique et, devant à tout prix finir son mélange sur lequel il penchait, Adam ne se précipita pas dans la salle principale lorsque la cloche retentit, se doutant que le ou la cliente serait capable d'attendre une petite minute. Lorsqu'il arriva enfin sur place, il surprit une pensée prononcée à haute voix, où il était question d'animaux empaillés. La chose le fit rire, sans vraiment essayer de se retenir. « Au risque de vous déc'voir m'dame, j'suis pas spécial'ment fan d'animaux mort comme déco', il faut les traiter avec respect, comme les Hommes. » Souriant malgré tout afin de ne pas lui faire peur il découvrit quelque chose que jamais il n'aurait cru possible. Le visage d'un ange. Seul ses mots lui virent en tête pour décrire la jeune femme face à lui. D'une beauté sans pareille, belle comme le jour et toutes ses conneries de poètes. Il se disait qu'elle ressemblait un peu à ses actrices super belles ou encore à ses mannequins, mais en mieux quoi. Le genre de femme qu'on croise jamais dans la rue et là, elle était dans son échoppe. Waw. Quelle chance, se disait-il. Croiserait-il un jour plus belle merveille de la création ? Sans doutes que non. Alors, abasourdi par ce qui venait d'apparaître devant lui, son sourire devint quelques peu plus … Idiot, n'écoutant qu'à moitié ce qu'elle racontait, mais captant tout de même l'essentiel, une amie lui avait parlé de l'endroit et, elle voulait dormir. Un truc fort. « Oh, on m'fait d'la pub, ça m'flatte. J'peux vous d'mander c'est qui c't'amie ? J'suis assez curieux. Mais … J'suis désolé m'dame, va m'falloir être un peu plus précise. J'veux dire, fort, j'ai des trucs fort, mais z'allez dormir … Un bon moment. J'ai des trucs qui apaisent, genre ça vous aide à vous calmer dans l'lit et à trouver l'sommeil plus vite. J'ai des trucs qui vous ensuquent et vous font dormir six heures en moyenne. Ça dépend des gens, parfois plus parfois moins, fin, z'aurez un peu mal au crâne après … Sinon un p'tit quelque chose capable de vous faire somnoler … En général, j'conseille l'machin qu'appaise et l'machin qu'fait somnoler, ça fait un sommeil doux sans effet s'condaire ni rien. Ça vous dit ? J'dois aussi avoir un p'tit remontant pour les nuits courtes, z'avez ... » D'un signe de son index, Adam dessina le contour de ses propres yeux comme pour parler des cernes qu'il voyait tout de même légèrement. « 'Fin, pensez pas qu'vous êtes pas bien ou autre hein, z'êtes super belle et tout. J'pense même vous êtes la femme la plus belle qu'j'ai jamais vue, sommeil ou pas sommeil. Z'en faites pas pour ça m'dame. Mais bon ! J'vous mets quoi du coup ? »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ NUISANCE DEPUIS : 29 ans
→ TROMPE L'ENNUI : Cumule deux emplois : archiviste à la State Library et strip-teaseuse

→ AVATAR : Blake Lively
→ MENSONGES : 274

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Lun 12 Juin 2017 - 21:20


Antidote contre le

marchand de sable

Adam
Je ne sais pas vous, mais moi il m’arrive de parler à voix haute quand je suis toute seule. Je crois que cela arrive malheureusement aux personnes, qui vivent seules, comme moi. Bref, tout ça pour dire que lorsque vous pensez être seule et que tout compte fait vous n’y êtes pas, vous éprouvez à ce moment-là un graaaaaand instant de solitude.
Oui et bien ce n’est pas de ma faute si la boutique semble figée dans le temps au point de pouvoir prétendre servir de décor pour un film d’Hitchcock ou des contes de la crypte. En résumé c’est flippant pour peu que vous vous y rendiez de nuit. Je dois vraiment être crevée pour cogiter autant sur des détails comme des plantes séchées et tout le toutim d’une boutique d’herboriste…oups pardon d’apothicaire, parce que je ne suis ni impressionnable à ce point, ni à cheval sur ce genre de choses.
Comme je le disais…j’étais en train de penser à voix haute. Une chance sur dix pour qu’on m’entende juste à ce moment. Faut croire que la chance n’était de mon côté.
Lorsque je me retourne, c’est la double surprise. La première l’apothicaire n’est pas un vieux machin en blouse mais un type taillé comme une armoire à glace…sans blouse. Autant moi je suis marquée par la fatigue que lui a dû se battre sauvagement avec je ne sais pas une porte mais une belle porte blindée parce que ouille, j’ai mal pour lui, là. D’ailleurs je suis focalisée sur sa lèvre fendue comme si je n’avais jamais rien vu de tel auparavant.  Lorsque je relève les yeux sur les siens, j’ai l’impression qu’il me fixait également.

* Mhm oui ? * Pensais-je en le regardant, m’interrogeant en même temps. Peut-être avais-je un truc collé sur la joue ? Par réflexe je me frotte d’un revers de main en répondant par un sourire poli au sien.

– Ce n’était pas contre vous…je pensais tout haut…je ne suis pas fan non plus des animaux empaillés. Les petites mamies qui font momifier leur bestiole, me font plus flipper que la pauvre bête immortalisée. Hop, un coup de revers de main sur mon autre joue, des fois que je n’aurais pas essuyé la bonne. Votre boutique est atypique en tout cas. Vous me donnez envie de connaitre ce qui se cache derrière ses noms savants sur vos bocaux et boites.

Est-ce qu’il m’écoutait ? J’avoue que je ne sais pas trop. Il est là sans l’être. Lui aussi a peut-être besoin de dormir. Faut-il que je claque des doigts en lui disant : << réveillez-vous >> comme le ferait un hypnotiseur ? Honnêtement j’étais prête à lui agiter ma main devant ses yeux mais le voilà qui revient sur Terre.  Je lui offre un vrai grand, beau sourire pour ce futur remède de cheval que j’attends de lui.
Ce qui suit ensuite, relève de la quatrième dimension pour qui manque de sommeil comme moi.
Alors oui, il faudrait que je dorme, ça c’est certain mais ce n’est pas du tout ce que je veux faire. C’est là, que je me rends compte qu’il n’était pas encore retombé sur Terre quand je lui ai précisé ce que je venais chercher chez lui.
Je le regarde avec mes yeux tout ronds remplis de perplexité et de “QUOIIII !!!”. Moi qui croyait être la plus maladroite des deux, lui et moi, pourrions nous disputer la première place allégrement s’il y avait concours.

* Il essaie de me dire quoi là ? Que ce n’était pas sur la joue que j’avais un truc de coller mais sous les yeux !!*

J’allais pour imiter son geste quand il s’entortille dans des explications. Mon index reste suspendu dans l’air une seconde avant que ma main ne retombe le long de mon corps. Ma bouche s’ouvre plusieurs fois puis je parviens à sortir quelque chose. S’il n’avait pas d’oiseaux empaillés dans sa boutique, il avait en face de lui une blondinette qui semblait miner une carpe….oui enfin je schématise, hein.
Comme pour allier le geste à la parole, je mouline de mes deux index pour traduire que j’allais tout reprendre depuis le début.

– Je reprends…je ne cherche pas à dormir, je veux ne plus m’endormir justement….ou alors vous me trouvez un truc pour ne dormir qu’une demi-heure et me réveiller comme si je venais de faire une nuit de huit à neuf heures de sommeil…. Je lui souris à nouveau. …puis vous savez ce n’est pas galant de faire remarquer à une jeune femme qu’elle a une tête de morte vivante. Je ris en repensant à ses maladresses pour se rattraper aux branches. …ceci dit si vos baumes font mieux que mon anticerne ce n’est pas de refus. Les marques de fatigue ce n’est pas très …. Vendeur mais je me retiens in-extrémis et modifie par joli. Ho mais je ne vous ai pas répondu sur mon amie. Je me rends compte que je ne connais que son nom de scène mais comme le dicton le dit, il n’y a pas qu’un âne qui se nomme Martin… Zoey, elle ne jure que par vous. Vous lui avez tapé dans l’œil j’ai bien l’impression et je comprends mieux pourquoi elle est restée vague sur…. Je décris un cercle pour englober la boutique puis pointe mon index sur lui. tout ça et vous-même.

Zoey, c’est la fille que je dois remplacer ce soir…ça ne m’arrange pas du tout mais bon, peut-être qu’un soir j’aurais besoin à mon tour d’un service.

– Elle est vieille ?....votre boutique ?   Je fais quelques pas, curieuse de tous ces noms bizarres qui me ramènent vers des langues oubliées comme le latin. Je ne vous ai même demandé combien tout ça allait me coûter…

D’après Zoey, ça reste raisonnable mais Zoey elle a les poches aussi percées qu’un filet de pêche. Heureusement qu’elle se fait pas mal de pourboires au bar.




_________________
Carpe Diem code @ EDEN MEMORIES


Dernière édition par Taylor Lee le Mar 20 Juin 2017 - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1826-taylor-lee-l-habit-ne-fait-jamais-la-nonne#38287http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664 http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Clark
→ NUISANCE DEPUIS : 39 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Des druides
→ TROMPE L'ENNUI : Apothicaire le jour, traqueur pour la guilde la nuit

→ AVATAR : Tom Hardy
→ CREDITS : SWAN
→ MENSONGES : 315

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Lun 19 Juin 2017 - 0:26




"Antidote contre le marchand de sable"


Taylor & Adam








Gênée, oui, elle semblait l'être. Après tout, elle avait sans doutes été certaine de n'avoir aucun auditoire. En général, lorsque le propriétaire des lieux fait irruption dans la salle principale, il est de coutume que ce dernier s'annonce, contrairement à Adam ce jour-là, qui ne put que la surprendre dans la contemplation des lieux et dans ses commentaires. Avait-il mal pris la chose ? Certainement pas. Il en fallait beaucoup à l'irlandais pour être vexé et, une simple constatation sur l'ambiance étrange des lieux en était bien loin. La jeune femme était belle, très belle, excessivement belle mais ça, nous l'avons déjà dit. Étant un homme des plus simple, le druide se perdit dans la contemplation de ce tableau de maître qui se dressait face à lui, si bien que l'inconnue pensa avoir quelque chose sur le visage et tenta, tant bien que mal d'enlever ce qu'elle imaginait avoir sur ses joues tout en parlant, comme pour faire mine de détourner la conversation, ce qui amusa grandement l'étranger qui, malgré tout, se contenta de sourire discrètement pour ne pas la mettre d'avantage dans l'embarras. Il était question d'avis commun sur les animaux empaillés, qu'elle trouvait relativement effrayant, ce qui, cette fois, le fit doucement rire. « Ma fois, j'ai toujours préféré la compagnie des animaux vivants, j'ai toujours été très nature et … Tout l'bordel, 'voyez. J'trouve c'est contre-nature d'avoir des têtes ou des empaillés genre … En souvenir tout ça et ... Oh ! » Un petit son se fit entendre à l'arrière de sa boutique, un petit couinement et, rapidement une petite moustache qui dépassa de l'épaule d'Adam. Petite moustache qui appartenait à un écureuil gris. Pas n'importe quel écureuil non, il était un habitué de l'apothicaire, il lui avait d'abord servit d'intermédiaire avec les autres rongeurs des parcs environnements et, au final, le petit mammifère avait prit l'habitude de se rendre chez Adam pour se reposer ou manger jusqu'à s'en faire péter le bide. Sur son épaule, le petit animal regarda l'homme puis la femme, avant de revenir vers celui qui aurait pu passer pour son maître jusqu'à couiner une nouvelle fois avec insistance. « Si l'on est bon avec la nature, celle-ci nous le rendra m'dame. Allez, Squiggs, dis bonjour. » L'écureuil regarda en direction de la belle blonde pour baisser, presque avec déférence, son museau en couinant joyeusement, la chose amusa Adam qui le récompensa d'une noisette qu'il attrapa dans un panier en osier non loin de là avant de reporter son attention à la cliente. « J'ai toujours aimé le style rustique et un peu vieillot, comme on en trouvait au début du siècle précédent, voire même c'lui d'avant. Puis, ma mère m'la laissé comme ça, j'ai voulu conserver l'truc quoi. Fin, là comme ça, j'vous dirait bien volontiers tout ce que j'peux savoir sur les plantes et tout, mais en toute honnêté, selon les mélanges, les dosages, l'utilisation et tout, ça a tellement de … Comment on dit déjà … Genre … V'savez, tout plein d'effets différents … Pwah, l'trou d'mémoire, désolé j'dois passer pour un sacré demeuré. »

Comme ennivré par le visage de cette charmante inconnue, ou plutôt comme subjugué ou même hypnotisé, le presque quarantenaire ne comprit que mal la requête de la cliente. Elle voulait ne pas avoir besoin de dormir et lui, avait comprit qu'elle cherchait de l'aide pour s'endormir ce qui, vous le devinerez sans mal, le fit passer une fois de plus pour un demeuré. Alors, doucement et calmement, la jeune femme lui expliqua son but, avant de revenir sur la remarque qu'il lui avait fait au sujet de ces cernes, rebondissant sur le fait que, en fait, s'il avait quelque chose pour les cernes, elle prenait. La chose le rendit mal à l'aise, le fit même rougir quelques peu sous le regard moqueur de Squiggs qui dévorait en prenant tout son temps sa friandise, voulant garder quelques informations croustillantes sur l'homme qui se tournait en ridicule. Se grattant nerveusement la mâchoire, Adam tenta de reprendre tout doucement. « Je … Ne voulais pas vous faire remarquer cela … J'suis … V'savez, du genre maladroit quoi. C'que j'dis c'que … Les dames plus belles que vous, j'en ai pas vu beaucoup … Genre, même à la télé ou au ciné ou j'sais pas quoi. Les cernes, c'est un peu mon travail aussi d'les voir, soigner mieux les gens et tout l'bordel. Tout ce qu'je dis, c'est que même sans dormir, y'a pas grand monde qui rivalise m'dame. Z'en faites pas pour ça, j'oserai pas vous critiquer ou j'sais pas quoi, z'êtes parfaite, rien à r'dire et … Pour votre problème, bah … 'Savez, on triche pas avec la nature. Va arriver un moment où va falloir dormir, sinon, vot'corps il va lâcher. J'peux vous filer un p'tit truc pour vous aider pendant vos jours de r'pos. Sinon, j'ai un p'tit remontant, ça doit pouvoir vous donner un coup d'fouet pendant … J'dirais un peu moins d'deux heures m'dame. Faut pas en prendre plus d'deux fois par jours et … Même, la seconde, c'est pas l'plus conseillé, ça peut vous détraquer complètement. Pour les cernes, j'dois désolé, mais j'crois pas avoir grand chose. » Souriant nerveusement sous le regard bienveillant du rongeur, Adam se sentait au moins aussi idiot qu'un adolescent parlant à une jolie fille qui venait de lui sourire ou de lui demander quelque chose. Un abruti, tout simplement. Fort heureusement, la belle détourna la conversation pour parler de son amie, qu'il connaissait bien, en prononçant une phrase assez énigmatique. « Oui, Zoey, elle vient souvent, une chouette dame, super polie, souriante et super gentille. L'en faudrait plus des comme elles. Par contre, j'suis désolé mais … Vous voulez dire quoi par vague sur moi ? J'suis un élément important d'l'endroit s'lon vous ? C'est flatteur. » Souriant d'une façon toujours relativement idiote, la belle finit par lui poser deux dernières questions qui le firent réfléchir un instant. « C't'une bonne question ça m'dame. J'vais pas vous mentir, j'en sais rien, ma mère a acheté la boutique quand on est arrivé d'Irlande, y'a … Trente-quatre ou trente-cinq ans, j'sais plus vraiment, j'étais gamin. Et, l'truc, c'est qu'elle m'a toujours paru vieille, du coup, elle doit avoir un p'tit paquet d'années. Pour l'prix, faut pas vous tracasser. L'premier achat il est gratuit. Beaucoup d'gens pensent que c'est du flan les plantes et tout s'bordel. Alors, j'me dis, si j'leur offre un truc, qu'ils trouvent bien et utile, ils reviendront. Va juste m'falloir que vous remplissez un p'tit truc. » Levant son index vers la jeune femme comme pour lui signifier d'attendre, Adam tira d'une boîte en bois, bien rangée, une fiche et un stylo qu'il tendit à la blonde avec des informations simples à remplir, nom, prénom, adresse, téléphone et ce genre de choses. « Certaines personnes seraient capables de vouloir gruger. Z'êtes une amie de Zoey, j'p'ense pas qu'il y ait d'problèmes, mais autant éviter les traitements d'faveurs m'dame et, z'en faites pas, j'me servirai peut-être jamais d'ces informations. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ NUISANCE DEPUIS : 29 ans
→ TROMPE L'ENNUI : Cumule deux emplois : archiviste à la State Library et strip-teaseuse

→ AVATAR : Blake Lively
→ MENSONGES : 274

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Mar 20 Juin 2017 - 20:54


Antidote contre le

marchand de sable

Adam
– Nous avons ce point commun alors…pour les bidules empaillés. J’adore la nature moi aussi, c’est pour ça que je viens vous voir. Les plantes sont moins nuisibles que les médocs bien que j’avoue avoir été tentée par des substances pas très propres mais je suis là donc vous voyez la tentation est vite passée

Oui pas de coke pour moi, même si je joue avec le feu en réduisant au max mes heures de sommeil. J’essaie de me tenir loin de ces merdes chimiques. Oui bon j’avoue j’en ai pris un peu de ces trucs chimiques : des médicaments mais l’efficacité a fini par s’atténuer. Alors autant utiliser une autre méthode alternative, je fais confiance à Zoey pour ça. Elle est assez peace and love, tous ces machins bio à la mode.
J’allais lui dire que cela faisait un moment que je n’avais pris le temps de quitter la ville pour profiter de la nature tout autour quand une petite bestiole grimpa sur son épaule. J’ai d’abord cru à une souris vue la couleur puis à un rat parce que plus gros. Mais…

– J’aimerais bien lui rendre …OOOOH il est trop mignoooon. Un drôle de petit nom mais t’es trop beau Squiggs. Je lui rends la politesse, riant émerveillée et conquise par la petite bestiole. Du coup je le regardais davantage lui plutôt que j’écoutais l’apothicaire me répondre. Ha c’est une affaire de famille les plantes si j’ai bien compris. Je ne quittais plus Squiggs des yeux, amusée par son grignotage professionnel et méticuleux. Je tentais de suivre la conversation quand même. …je veux bien vous croire sur la complexité des dosages, c’est un peu comme en cuisine. Trop de piment et votre plat vous transforme en cracheur de feu. Je ne suis pas très douée pour les dosages en plus…ma cuisine n’est pas géniale. Je ris à cette constatation culinaire. Je peux le caresser ?

J’attends son accord enfin les accords des deux protagonistes avant que mon index ne vienne frôler la petite fourrure. Je me rends compte que la proximité avec l’apothicaire est plus que réduite. Je sens son souffle sur mon visage ou dans mes cheveux qui doivent sentir le tabac de ma dernière cigarette ou pas, je ne sais plus si j’ai fumé en arrivant chez lui.
A “je dois passer pour un demeuré”, je suis restée sur “tout plein d’effets différents” alors vous savez ce que je réponds ?

– Oui c’est certain.

Le temps que ça monte au cerveau - parce que vous savez les mots sortent souvent plus vite que vos pensées réelles – Squiggs et moi faisions toujours connaissance. Puis il y a le moment où vos mots atteignent le cerveau et allument la lumière. Mes joues deviennent alors toutes rouges, je me recule un peu.

- …ce n’est pas ce que je voulais dire…enfin si en réponse à ce que vous disiez avant mais pas que vous étiez un demeuré…je suis désolée. Vraiment. Je me sens comme une gamine qui vient de se faire prendre le doigt dans un pot de nutella. Je rentre la tête dans mes épaules avant d’avoir l’aide du petit écureuil qui couine à l’oreille de son ami. Vous vous allez me prendre pour associable ou je ne sais quoi. Je critique votre boutique. Je vous traite de demeuré…décidemment vous et moi faisons une belle paire d’empotés maladroits comme vous dites.

Plus nous essayons de nous expliquer l’un et l’autre, plus nous nous enfoncions comme deux grands timides.  Je ne comprends pas cela ne m’arrive jamais. Je ne suis pas timide habituellement, je suis juste discrète, j’aime passer inaperçu. J’avoue qu’il me déstabilise un peu avec tous ces compliments. Se moque-t-il de moi ? Je ne me sens pas du tout à mon avantage en plus, je suis sûre que j’ai perdu un peu de poids depuis que je mène cette vie de folie. Heureusement les formes sont encore généreuses et appétissantes pour faire recette au club.

Ha oui je comprends un peu mieux ce qu’il voulait dire pour les cernes.

– En gros vous êtes une sorte de cartomancienne en plus…baraqué mais qui lit dans les cernes des gens. Je ris de bon cœur. Puis revient le sérieux. Vous avez sûrement raison mais il y a des circonstances qui font que mon temps vaut de l’argent alors si je dors trop j’en perds…

J’écoute la posologie qu’il envisageait. Moins de deux heures pour récupérer, c’est plus que je ne l’espérais. Pour les effets secondaires, bah ma foi en général c’est une moyenne, non ? Ça ne touche pas forcément tout le monde, n’est-ce pas ?

[clor=violet] – Me détraquer ? Genre quoi ? Ho pour les cernes j’ai mes petits secrets de filles pour les cacher. Le maquillage ça aide bien. [/color]

Squiggs passe de son ami à moi, je n’ose plus bouger pour le coup et reste les bras légèrement écartés. Il se déplace par petits bonds, circule sans gêne, fais un passage autour de mon cou puis viens se dresser fier comme Artaban sur mon épaule en direction de son ami et couine dans sa direction.

– C’est amusant on dirait qu’il vous parle. Puis il s’élance dans un grand saut jusqu’à l’apothicaire. …c’est un petit fripon.

Oui Zoey, elle est bien tout ce qu’il vient de décrire, c’est bien pour ça que je vais la remplacer ce soir. Je peux dire qu’elle m’a appris différentes techniques, savoir danser ça ne fait pas le tout, faut savoir donner envie et fidéliser. J’avais mes fans comme j’avais des gros lourds qui s’imaginent que vous leur appartenez pour peu que vous leur lancer un regard aguicheur.
Il me prend un peu au dépourvu à nouveau.

- …Elle est restée évasive sur …comment dire…vous. Je fais un mouvement de haut en bas de toute sa personne. …votre personne. Vous ne ressemblez pas à l’image d’un apothicaire…ha mais ne le prenez pas mal  surtout j’aime bien au contraire…enfin je veux dire que ça change. Ah vous êtes irlandais…moi je viens de Woodville dans le Mississipi mon plus grand voyage aura été de venir à Bâton Rouge.

Mon Dieu quelle misère d’être aussi nulle.

– Gratuit !! Et bien vous êtes sûre de vos plantes au moins. Je lui fis oui de la tête, attends qu’il trouve ce qu’il a à me demander. Le petit écureuil atterrit sur la table tenant une nouvelle noisette que j’ai chipé dans le panier en osier. Il est vraiment trop mignon. J’attrape le stylo qu’il me tend. Merci. Nom, prénom, adresse… le téléphone c’est indispensable j’imagine ?

Lee Taylor, Valley Park et mon numéro de portable, il a tout sur sa fiche client. Penchée légèrement sur son comptoir, je ramène mes cheveux sur un côté, m’applique pour qu’il puisse me relire et surtout parce que le petit écureuil me chatouille à grimper à nouveau sur moi. Je glisse la fiche vers l’apothicaire.

– Je peux savoir comment vous vous appelez ? Moi c’est Taylor…mais ça vous le savez maintenant. Souriais-je en le regardant. Je m’en rends compte que Zoey ne me connait pas sous ce nom. …si Zoey passe vous revoir et que vous lui parlez de moi…dites…lui J’hésite. Eve…elle verra de qui vous parlez.

Squiggs arrête ces activités sur ma tête, couine à nouveau vers son ami. Décidemment ces deux-là ont un tas de trucs à se raconter.

Je croise le regard de l’apothicaire. Mords ma lèvre après un sourire poli. J’ai envie de lui demander ce qu’il fait les 40 année prochaine de sa vie.

– Ça vous tente une glace ? Je travaille plus tard et avec cette chaleur une glace c’est agréable… Je me sens gourde. C’est pour me faire pardonner…mais je comprendrais que vous ayez du travail…Ce n’est pas grave.




_________________
Carpe Diem code @ EDEN MEMORIES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1826-taylor-lee-l-habit-ne-fait-jamais-la-nonne#38287http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664 http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Clark
→ NUISANCE DEPUIS : 39 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Des druides
→ TROMPE L'ENNUI : Apothicaire le jour, traqueur pour la guilde la nuit

→ AVATAR : Tom Hardy
→ CREDITS : SWAN
→ MENSONGES : 315

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Lun 3 Juil 2017 - 22:13




"Antidote contre le marchand de sable"


Taylor & Adam








À chaque fois, c'était la même chose. Tout le monde n'en avait que pour Squiggs et, ce petit malin l'avait très vite compris. Choisissant toujours son moment pour faire irruption, comme s'il savait pertinemment ce qui allait se passer, le petit rongeur était très vite au centre de toutes les attentions, des compliments et des petites caresses. Si bien que, l'on en venait très vite à oublier le druide, ne l'écoutant bien souvent qu'à moitié, zappant même quelques fois sa présence jusqu'à, de temps à autres, oublier complètement son visage, sa voix, sa rencontre, ne se remémorant d'Adam que comme l'homme à l'écureuil. Là où le petit mammifère était espiègle c'est qu'il prenait plaisir à narguer son ami, quand il se faisait caresser par de jeunes demoiselles que l'irlandais aurait pu sans le moindre mal qualifier de mignonne, belle ou encore inoubliable. Ce fut bien entendu le cas pour la rencontre avec cette divine blonde aux cernes qui semblaient ne rien interférer face à cette splendeur indescriptible. Comme d'habitude, son attention fut tout bonnement aspirée par l'animal qui nargua haut et fort le tenancier, qui ne put s'empêcher de rire avec douceur. C'était, en quelques sortes, un petit jeu entre les deux, une sorte de petite taquinerie, tandis que lui se faisait caresser et gratter par ces dames, lui faisant comprendre que lui y avait droit, contrairement à l'humain. Cependant, cette fois-ci, bien qu'il aspira l'âme de la belle, l'écureuil resta sagement sur son épaule, écoutant attentivement ce qu'il se disait, avant que la jeune femme ne demande si elle pouvait le caresser. Regardant avec interrogation son fidèle compagnon, Adam attendit un signe quelconque de confirmation avant de pouvoir répondre à sa cliente. Ce fut par un mouvement rotatif de son museau que l'étranger comprit ses intentions. « Oh, oui, vous pouvez y aller m'dame, il attend que ça de toute façons. » Chose à laquelle notre ami n'avait pas pensé, ce fut la proximité qui attendait les deux protagonistes, uniquement rapprochés par ce petit écureuil qui couinait joyeusement suite à ses caresses. Ressentant doucement son souffle et son parfum, Adam en vint presque à sourire bêtement alors qu'il pouvait l'observer d'encore plus près, se rendant compte qu'elle était encore plus belle que prévu, ce qui semblait relativement peu probable à première vue. Alors, pour ne pas se faire surprendre dans une admiration presque malsaine, l'apothicaire renchérit sur les précédentes paroles de la jeune femme. « Ouais, quelque chose comme ça. J'ai jamais vraiment connu mes grands-parents, du coup j'sais pas trop, mais à c'qu'à dit ma mère quand j'étais tout gosse bah … Ça remonte à pas mal loin l'délire des plantes et tout. J'ai fait un peu des recherches et tout, bon ça a été l'bordel, ma famille a toujours plus ou moins été en Irlande, mais ça peut remonter jusqu'au haut moyen-âge, mais après, honnêtement, les registres et tout, c'était vraiment l'bordel. » Ce qu'il ne dit pas, bien sûr, c'est qu'il s'agissait surtout d'une lignée druidique et que, à cette époque, il s'agissait en bonne partie d'une tradition orale, alors, retrouver des traces écrites relevait du miracle. En plus de quoi, avec tous les dialectes qui se mélangeaient, retrouver quelque chose était particulièrement complexe. « Mais ouais, quelque chose comme ça pour les plantes, sauf que j'suis une bille en cuisine. J'suis pas mauvais avec des plats tout fait, mais cuisiner quelque chose, mission impossible. »

La conversation continua doucement et, une des réponses de la jeune femme, sans doutes un peu trop obnubilé par l'écureuil fit grandement rire le druide, sans la moindre gêne. Là, dans le contexte, elle venait tout simplement d'acquiescer le fat qu'il était débile. Rapidement elle tenta de se rattraper, rougissant, ne s'enfonçant que plus en plus au fur et à mesure qu'elle tentait de se rattrapper, finissant même par le traiter d'empoté à la fin, ce qui le fit rire de plus belle. « Z'êtes une marante vous, m'dame. Vous essayez de m'faire comprendre que vous pensez pas que j'suis un demeuré pour finir par m'dire que j'suis un empoté, c'est presque … Touchant comme choix d'mots. » Riant à nouveau avec légèreté en regardant le petit écureuil qui sembla tout autant amusé par la situation, Adam reprit en douceur. « Enfin, vous en faites pas, j'avais compris. Il fait cet effet à tout l'monde le p'tit, z'oublient tous c'qui's'passe autour et ça finit comme ça. » Souriant tout doucement, l'homme se gratta curieusement le menton, essayant de tourner au mieux possible sa future réponse. Il n'avait jamais rien eu contre les cartomanciens, après tout, les gitans étaient plus que doués avec ça. Bon, certes, il y avait toujours des escrocs mais, non, c'était vraiment pas son domaine à lui. « J'me suis sûrement mal expliqué, j'suis pas vraiment doué pour tout ça. Disons que … J'ai d'bonnes bases en … J'allais dire méd'cine, mais j'suppose que c'est une connerie. On va dire que … Faut j'sois pas mauvais pour voir au premier coup d'oeil pourquoi les gens viennent chez moi. V'savez m'dame, certains débarquent ici et ont un peu honte, finissent par pas oser demander ce pourquoi ils viennent. Du coup y'a toujours un p'tit quelque chose qui trahit, des tâches, une mine particulière, le regard, les lèvres, la posture ou autre … Bah v'la, on m'a appris à comprendre tout ça, du moins au mieux possible. Bah v'la, du coup j'suis vraiment désolé si j'ai paru irrespectueux ou quelque chose. Z'avez pas à vous en faire, z'êtes rayonnante m'dame. » Caressant à nouveau son compagnon animal qui semblait le plus heureux du monde avec toutes ses caresses, ne sachant réellement sur quelle épaule se poser, l'homme reprit. « On arrive à se comprendre ouais, ça fait pas mal de temps qu'on s'connait et il est très malin. Tenez, j'vais vous montrer un p'tit truc, pourquoi j'l'apelle Squigs, allez, montre lui. » Prennant une noisette qu'il agita devant son nez comme une promesse de récompense, le petit rongeur couina joyeusement quelque chose qui ressemblait fortement à son nom, ce qui amusa son maître qui lui offrit bien évidement sa récompense.

Rapidement, la conversation tourna vers lui, son look bien loin de ressembler à un apothicaire, laissant filtrer un petit commentaire plutôt bon à son égard, avant que la jeune femme ne change radicalement de sujet, comme gênée par ce qu'elle venait de dire, un peu comme si les mots avaient étés plus vifs que son esprit. Cela l'amusa une fois de plus. Oh, cette femme avait le don pour lui faire trouver le sourire et, je dis ça aux petits malins qui ne pensent que de cette façon, qu'elle fusse belle ou non, cela ne changeait rien. Il y avait quelque chose de plaisant et d'agréable dans sa façon de faire, tout simplement. « Chaque voyage est important, mais, c'est vrai que niveau dépaysement y'a tout d'même mieux. Y'a pas un coin, loin d'ici qui vous fait rêver ? V'savez, voyager c'bon pour l'âme, découvrir de nouveaux gens, de nouvelles cultures, c'est vraiment enrichissant. » Bien vite, la demoiselle se mit au travail, remplissant avec application la fiche, se penchant légèrement vers l'avant, laissant à Adam l'occasion de faire ressortir un instinct particulièrement masculin et loin, très loin d'être galant. L'observation des formes ainsi dévoilées par cette légère cambrure, se disant ainsi que cette jeune femme était parfaite sous tous les angles, littéralement. Revenant bien vite à ses esprits, l'irlandais finit par répondre. « Z'en faites pas m'dame, ça reste professionnel, si on r'çoit une de vos commandes, qu'on est en rupture, une fermeture exceptionnelle ou c'genre de trucs voyez. C'est pas une technique foireuse pour choper des numéros, rassurez vous. » Il est vrai qu'obtenir le numéro d'une si charmante femme pouvait rêver mais, lui qui n'était qu'un bon à rien, lui qui était plus âgé et qui n'était même pas particulièrement attrayant, autant rester à sa place. Une dame comme ça devait avoir une liste de prétendant absolument interminable, autant rester dans son coin à s'occuper de ses plantes.

Récupérant enfin la feuille qu'il lit rapidement, histoire d'être certain de déchiffrer l'écriture de celle qui se nommait Taylor, il écouta d'une oreille presque distraite ses mots, la faisant se présenter, mais, ce qui le surpris et, ce qui surpris tout autant Squiggs, ce fut le second nom que la jeune femme donna, Eve. Une fourberie du destin, cela ne pouvait en être autrement, si bien qu'il ne put s'empêcher de rire, une fois de plus. « Comme quoi, on était fait pour s'croiser m'dame, moi c'est Adam. » Souriant avec douceur, il fut une fois de plus surpris par la question de Taylor, mais, comment refuser après tout. « Oh, vous savez, z'avez rien à vous faire pardonner. Mais ouais, une p'tite glace ça s'ra pas d'refus, on meurt de chaud et … J'dis pas non à une p'tite pause. Tu viens avec nous toi ? Ou tu restes t’empiffrer ? » Message directement destiné à son compagnon animal qui vint se loger d'un bon dans la poche de son haut où seul le museau dépassait pour observer paisiblement ce qui allait se passer durant sa promenade.



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ NUISANCE DEPUIS : 29 ans
→ TROMPE L'ENNUI : Cumule deux emplois : archiviste à la State Library et strip-teaseuse

→ AVATAR : Blake Lively
→ MENSONGES : 274

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Mer 26 Juil 2017 - 21:41

@Taylor Lee a écrit:

Antidote contre le

marchand de sable

Adam
Si je pouvais partir…où irais-je ? A vrai dire je ne me suis jamais posée cette question. C’est à croire que ma vie ici me convient…me convenait comme elle était. Boulot, dodo, boulot…
En fait je n’ai pas vraiment de vie pour moi. Je veux dire que je n’ai pas réellement profité de ce qu’elle m’offrait.

– Je travaille beaucoup…je n’ai pas le temps de penser à moi et de voyager. Mais si je pouvais le faire, je crois que je me rendrais en Nouvelle Zélande. Presque plus pour me convaincre moi, j’insiste en le fixant. Oui ça serait en Nouvelle Zélande. Les quelques ouvrages que j’ai parcouru sur ce pays m’ont fait voyager sur ma chaise alors j’imagine qu’en y allant l’aventure serait encore bien plus forte.

Paris aussi serait magnifique à voir. Rome…
Peut-être qu’un jour je laisserai tout tomber ici pour partir. Après tout je n’ai pas d’attaches à part cette maison pour laquelle je trime afin qu’on ne me la prenne pas. Et pourquoi ? Pour des souvenirs qui n’ont rien d’heureux. Un père parti, une mère décédée…
Du monde je ne connais que les livres que je range ou emprunte. Quelle tristesse. Un voile sombre passer sur mon visage. Il ne faut que quelques secondes pour que mon optimisme balaie tout ça. Ce n’est pas dans ma nature de baisser les bras et de me laisser abattre. Un grand sourire illumine ce visage trop triste il y a peu. Le petit écureuil est un précieux allié pour ce qui est de sourire et rire. J’avoue que son nom est complétement justifié lorsque je l’entends quémander sa friandise.

Je m’affaire à remplir sa fiche, même si je n’aime pas trop laisser mon portable mais ce n’est pas une vilaine ruse pour obtenir un numéro, c’est commercial, uniquement commercial et il me le confirme à sa façon. De toute manière je suis amenée à le revoir.

– Elle ne serait pas si foireuse cette technique, voir même intelligente. Le taquinai-je en lui remettant le bout de papier, attendant de connaitre son nom à mon tour.

Si Taylor était le nom officiel, il est évident qu’Eve était celui que Zoey et le club connaissaient. Zoey passe souvent par sa boutique, si elle venait lui parler d’une Taylor, il ne comprendrait plus rien, se poserait des questions mais il n’est peut-être pas du tout curieux. Des fois moi je m’en pose trop des questions. J’ai toujours peur que ça se sache ce que je fais le soir. Les gens sont tellement méchants.

* …Adam !! * Répatais-je en restant la bouche ouverte quand j’apprends enfin comment il se nomme.

– Pardon ? Vous vous moquez ? Je l’observe, partagée en suspicion et envie de rire. Vous vous appelez réellement Adam ? cette fois je lui souris. J’avoue qu’on ne peut pas mieux s’accorder …enfin je veux dire s’entendre.

Adam et Eve…il ne s’imagine pas qu’Eve elle en porte la tenue en fin de ses shows. Je baisse vite fait le regard histoire de ne pas songer à un Adam en tenue d’Eve. Ma parade immédiate, je lui propose une glace. C’est bon,  c’est froid et ça me changea les idées en même temps que de m’excuser pour toutes mes bourdes. Je n’ai jamais été autant maladroite, c’est une horreur. Zoey va m’entendre, elle aurait pu me dire qu’il était canon ce type au moins je ne sais pas moi, je me serais préparée…oui je dis n’importe quoi, c’est comme ça quand je suis intimidée.

Notre petit ami ne s’est pas fait prier longtemps pour suivre Adam. Si dedans la chaleur se faisait sentir, dehors elle était écrasante et moite. Même si j’y suis habituée depuis le temps que, j’avoue que ça reste toujours une épreuve. Les points d’ombre offerts par les arbres sont les bienvenues le temps d’avancer jusqu’au marchand de glaces qui tient une petite boutique à l’angle d’une rue par très loin. Je l’ai vu quand j’ai cherché celle d’Adam.

– Alors Adam…vous faites quoi de votre temps libre à part accompagner des demoiselles pour manger une glace. M’amusais-je à lui demander en le regardant tout en marchant. Je suis archiviste à la librairie d’Etat…c’est comme ça que je voyage. Avec les livres. Ponctuais-je d’un sourire.

Nous arrivions devant la boutique dont le succès ne faisait aucun doute avec toutes ces personnes qui attendaient leur tour. J’en profite pour m’occuper de notre petit ami Squiggs, logé dans la poche d’Adam. Je le caresse sous son cou qu’il me tend avec un plaisir non feint. Ça nous rapproche avec Adam et la file d’attente compacte ne laisse pas beaucoup de place entre nous. D’ailleurs un petit garçon trop turbulant, s’agitant nerveusement me pousse contre Adam, sur lequel je pose mes mains à plat.

* La vache il fait de la muscu tous les jours…* Je déglutis….apprécie l’instant quelques longues secondes avant de me dégager un peu.

– Vous aimez comment…votre glace…le parfum… ? Pourquoi je précise à chaque fois, c’est fou ça. …caramel et noix de pécan pour moi. Ce que je préfère c’est la laisser fondre un petit peu pour mieux l’apprécier ensuite….juste ce qu’il faut pour un chaud froid sur la langue, c’est déééééliiicieuux.








_________________
Carpe Diem code @ EDEN MEMORIES


Dernière édition par Taylor Lee le Sam 2 Sep 2017 - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1826-taylor-lee-l-habit-ne-fait-jamais-la-nonne#38287http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664 http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Clark
→ NUISANCE DEPUIS : 39 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Des druides
→ TROMPE L'ENNUI : Apothicaire le jour, traqueur pour la guilde la nuit

→ AVATAR : Tom Hardy
→ CREDITS : SWAN
→ MENSONGES : 315

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Dim 6 Aoû 2017 - 22:38




"Antidote contre le marchand de sable"


Taylor & Adam








Utiliser ce formulaire pour obtenir des numéros de femmes et les appeler à des fins purement personnel dans l'optique d'avoir droit à un peu de tendresse et de chaleur humaine ? La chose pourrait sembler idiote, mais, jamais Adam n'y avait jamais pensé. Cela peut paraître idiot mais, il avait toujours été consciencieux dans son travail et voulait à tout prix bien faire les choses. Si la chose venait à se savoir, sa clientèle finirait forcément par se sentir moins à l'aise et viendrait moins, voire plus du tout. Plus que pour son propre égo, ce serait surtout le nom de sa chère mère qui serait terni et ça, ça c'était absolument inacceptable. Certains de ses clients réguliers étaient déjà là lorsque sa mère avait la boutique, ils avaient eu confiance en lui uniquement parce qu'il était son fils, ainsi, il était hors de question de lui faire un quelconque déshonneur. Avec les femmes, l'irlandais n'avait jamais été particulièrement doué, bien que cela ne l'empêchait pas d'en ramener une, de temps en temps, après une soirée au pub, à s'amuser, boire et parler de tout et de rien. Lorsqu'il y avait un bon feeling, les deux se revoyaient quelques fois, mais ça n'allait jamais vraiment plus loin. Nombreux sont ceux à s'imaginer finir sa vie avec la femme de sa vie, entouré de ses enfants, d'un chien ou deux, voire des chats et un beau jardin. C'est, je pense, un rêve partagé par la grande majorité. Adam lui, avait une vision bien différente, bien plus amère et nettement moins enviable de sa fin. Mort, éventré, dans une ruelle sombre, tentant tant bien que mal de récupérer ce qui était sorti, pour le remettre à l'intérieur, comme si cela pouvait changer quoi que ce soit. De la famille ? Une épouse ? C'était absolument impensable. Son père était mort lorsqu'il n'était encore qu'enfant. Ce dernier faisait le même travail de l'ombre qu'Adam et, avait mal fini, laissant derrière lui veuve et orphelin. Lui, ne voulait simplement pas refaire la même erreur. Il savait très bien qu'un jour ou l'autre, une des cibles qui poursuivaient finirait par s'en rendre compte, lui tendrait une embuscade et aurait le dessus. L'irlandais avait beau être un bon combattant, un excellent même, un Clark, doté de leur capacité et même être un druide, face à une créature bien plus rapide que lui, attaqué par surprise, il ne ferait pas le poids. Alors non, il ne reproduirait pas les mêmes erreurs que son père. Quant à ses animaux, il ne les possédait pas vraiment, ils étaient des amis des proches, mais tous avaient leur famille de leur côté. Sans doutes le pleureraient-il, mais ils survivraient et pourraient reprendre leur rythme de vie normal, tout simplement.

Ainsi, l'homme se contenta de sourire à sa remarque, sur l'intelligence de l'utilisation d'une telle technique pour arriver à ses fins, tandis qu'elle lui remettait le bloc qu'il relut avec attention, tout en lui donnant son nom, ce qui, étrangement sembla la choquer. Certes, son nom de scène était Eve et, cela pouvait laisser penser à un petit jeu du destin, qui l'amusait aussi. La chose finit par faire rire la belle, qui tourna une phrase d'une façon assez étrange. « Ma mère aimait beaucoup les prénoms bibliques. Elle m'a toujours dit que si j'avais eu une sœur, elle l'aurait appelée Jézabel. Mais oui, l'destin prend des chemins assez amusant, parfois. J'crois c'est la première fois j'croise quelqu'un qui s'fait appeler Eve. C'est amusant. » Souriant légèrement sur ses mots, il ne s'imaginait tout de même pas que quoi que ce soit pourrait les pousser l'un vers l'autre. Alors, fermant la porte après avoir pris quelques noisettes, les deux jeunes gens déambulèrent dans les rues, papotant, elle finit même par lui demander ce qu'il faisait de son temps libre, avant de lui parler de sa vie à elle. «Voyager avec les livres c'est intéressant. J'ai beaucoup lu et, je parles quelques langues, ça aide pas mal pour voyager un peu plus. Ça vous a fait voyager jusqu'en Nouvelle-Zélande du coup ? » Riant légèrement, Adam reprit tranquillement en se grattant nerveusement son arcade abimée. « J'fais pas mal de ... » Prenant un temps de réflexion, notre homme se rendit vite compte que parler de combats clandestins, ce n'était vraiment pas une bonne idée. « De la boxe, j'en fais depuis que j'suis gamin. Des fois j'a i l'visage pas mal amoché mais bon, z'allez trouver ça débile, mais j'adore cette pratique. Sinon … J'm'occupe pas mal des animaux du parc. J'ai toujours eu une certaine facilité avec les animaux et, pas qu'avec les écureuils. Et vous alors, à part les archives ? »

Bientôt, tout deux, que l'on aurait pu facilement prendre pour un couple, arrivèrent dans l'échope, noire de monde, chose qui fit légèrement siffler le druide. A la fois impressionné par l'affluence, voulant bien qu'un jour, sa boutique marche autant, mais aussi presque désespéré par le temps qu'ils allaient devoir attendre. Après quelques instants à attendre et quelques pas vers ce qu'ils étaient venus chercher, un gamin turbulent bouscula Taylor qui vint se plaquer contre l'irlandais qui, lui, tenta de la réceptionner comme il put, avec ce sourire idiot qui le caractérisait. « Z'allez bien m'dame ? » Mais, comme pour détourner l'attention, la jeune femme demanda à son pseudo-sauveur ce qu'il allait manger, parlant elle de ses goûts au passage. « Oh, moi, j'suis pas compliqué, 'savez, tout chocolat et je mange tout simplement. »



Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ NUISANCE DEPUIS : 29 ans
→ TROMPE L'ENNUI : Cumule deux emplois : archiviste à la State Library et strip-teaseuse

→ AVATAR : Blake Lively
→ MENSONGES : 274

†


MessageSujet: Re: Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]   Sam 2 Sep 2017 - 22:14

@Taylor Lee a écrit:

Antidote contre le

marchand de sable

Adam
Adam et Eve. Je crois qu’on ne pouvait pas mieux faire. Le hasard d’une rencontre. Clin d’œil d’un destin facétieux qui réserve peut-être d’autres surprises. J’aime penser qu’il y a de la magie tout autour de nous ou une sorte d’ange gardien qui serait là pour vous donner un coup de pouce de temps en temps.
Alors est-ce une façon amusante de me dire que ma vie n’est pas si mal partie que je le pense en mettant sur ma route un type qui se prénomme Adam ? Mhm, difficile à dire mais quelque part en moi, une toute petite partie veut croire qu’il n’y a peut-être pas tant de hasard que ça dans cette rencontre.

Durant notre quête vers la gourmandise, j’apprends à le connaître un peu. Oh ce n’est pas grand-chose, vous me direz. Peut-être même des banalités. Pourtant dans nos échanges, nous partageons quelques brides de nos vies. Est-il fils unique ? En tout il semble être le dernier né de sa famille. J’envie ses voyages qu’il a pu faire. Moi ils se sont faits au gré des pages des livres que j’ai parcourus. Je le regarde admirative presque pendue à ses lèvres…ça doit être la fatigue. Je me sens bête à le fixer comme une gourde qui viendrait de découvrir un homme à poil. Etrange sentiment qu’il me laisse en le découvrant peu à peu. Notre petit écureuil dans sa poche me permet de faire diversion pour ne pas tomber en pamoison devant lui.  Je dois vraiment être HS…j’espère que ses plantes seront efficaces.

Le temps est aux glaces par cette chaleur. Ce n’est pas notre marchand qui s’en plaindra avec le monde qui attend pour assouvir son désir de fraicheur et de plaisir. Dans le file d’attente, je me fais bousculer. Me vautre contre Adam. Là, ce n’est pas moi qui m’en plaint pas.

* Ouiiiii je vais bieeeeen * Pensais-je en répondant pour moi-même à sa question.

Je serais bien restée contre lui. Sa carrure est si rassurante….protectrice que je me laisserai portée pour m’y lover afin d’y trouver repos et sécurité. Il se dégage de lui une telle gentillesse que j’ai du mal à le voir pratiquer un sport comme la boxe, qui est si violent.

J’ai enchainé sur ses préférences glacières pour détourner la conversation et ne pas tomber dans la niaiserie en restant dans ses bras.

– Tout chocolat !! Vous, vous n’êtes effectivement pas compliqué. Un sourire malicieux au coin de mes lèvres, j’ajoute : …et vous mangez tout simplement. Est-ce que c’est une façon amusante de vous faire inviter à dîner chez moi ? Parce qu’en matière de simplicité, vous ne pouvez pas tomber pire que chez moi…je suis la reine du surgelé et du micro-onde. Bah c’est à vos risques mais ça peut peut-être s’envisager.

Enfin notre tour vient, je commande ma glace caramel et noix de pécan puis une autre tout chocolat. Fouille dans la poche de mon short, le billet pour régler mais le temps de l’extirper, Adam est plus rapide que moi.

- …mais…naaaan je voulais vous inviter. Tant pis pour vous vous ne pourrez pas décliner l’invitation pour des surgelés. En même temps ça ne nous changera pas trop avec la glace… Oui je confirme je suis fatiguée pour faire de l’humour aussi mauvais.

Quelques pas plus loin, à l’ombre des arbres, je veux encore apprendre des bouts de sa vie et de ses passions. Ma glace est un délice sans nom quand je la goute après avoir patiemment attendu, qu’elle fonde un peu. Je ne retiens pas mon plaisir et le fais savoir bruyamment par un long soupir.

– Oups désolée mais elle est super bonne. M’excusais-je en ouvrant les paupières sur lui. Ça fait longtemps que vous pratiquez la boxe, Adam ? Je ne suis pas assez téméraire pour apprendre un sport si violent…bien que je ne craigne pas grand-chose dans mes archives, je sais qu’un bout coup de genoux bien placé, ça peut coucher n’importe quel homme. Vous n’êtes pas d’accord ? L’interrogeais-je en battant des cils.
Je connais la réponse pour l’avoir pratiqué. Si l’archiviste ne craint pas grand-chose. La strip-teaseuse par contre c’est une tout autre chanson. Je n’ai pas forcément toujours le temps d’attendre que le videur arrive pour dégager un type montrant trop d’empressement.

Quel genre d’homme, est ce Adam ? Est-ce qu’il fréquente les lieux de débauches ? J’ai du mal à le voir dans un club de strip-tease. Il est si gentil mais ça ne veut rien dire ça. J’ai bien des pères de famille qui viennent se distraire.

Sans prévenir. Comme ça. Je m’appuie sur son épaule pour embrasser sa joue.

- ….merci pour la glace…je ne l’avais pas fait.




_________________
Carpe Diem code @ EDEN MEMORIES
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1826-taylor-lee-l-habit-ne-fait-jamais-la-nonne#38287http://dmthbegins.forumactif.org/f29-welcome-to-hell http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664 http://dmthbegins.forumactif.org/t1841-taylor-lee-ou-la-vie-cachee-d-eve#38664
 

Antidote contre le marchand de sable [PV Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Marchand de Sable
» L'histoire du Marchand de Sable (conte pour enfants sages)
» Le marchand de sable | Taïga Kise [U.C ~ 50%]
» L'Éducation: Antidote contre le racisme - y compris le racisme anti-soi-même
» Le Petit Marchand de Sable (en construction)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Istrouma-