AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Découvrez les mésaventures d'Halloween dans l'Event bouh !
Soyez à la page et découvrez l'intrigue en cours. :olala:

Partagez | .
 

 La rage n'est rien au murmure des liens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 63 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Lycanthrope, sous l'auspice du Passeur
→ ERRANCE : Rage Fight Club
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire du Rage Fight Club
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Imprévisible. Audacieux. Rusé. Séducteur. Arrogant. Amer. Sauvage.


→ AVATAR : Ben Barnes
→ MENSONGES : 499

†


MessageSujet: La rage n'est rien au murmure des liens   Sam 26 Aoû 2017 - 0:42

Des étoiles dansent devant mes yeux, quand un éclair de lumière me les fait soudainement plisser. Un gyrophare, en plein cœur de la nuit. J’entends cette symphonie familière qui me vrille déjà les tympans. Un son que je déteste tout particulièrement… Une voiture de police ? Une ambulance ? Dans les deux cas, c’est toujours mauvais signe. Si seulement…

J’aimerais partir, mais mes jambes ne me portent plus. Le souffle me manque. C’est déjà le deuxième battement que mon cœur rate, à pulser sur un rythme irrégulier qui me coupe dans mon élan. Je le vois, ce reflet, quand il s’extraie du véhicule. Ciàran… C’est même la dernière personne qu’il m’ait donné l’occasion de voir, avant que tout ne se voile de noir. Ciel étoilé. Ténèbres accueillantes.



Je me débats, sans savoir contre qui, ou contre quoi. Je gronde bassement, et le loup en moi s’agite, à demi-réveillé. J’ai l’impression de lutter contre moi-même, contre ce qui me ronge… On me maintient. Des chaînes. J’ai l’impression que ce sont à nouveau des chaînes, un tombeau. Je dois courir… Il faut fuir. Où est Gillian ? Mina ? Je devais les protéger. Je plante mes crocs dans de la chair. Il se dégage. Ca n’avait rien de semblable avec ce scorpion chimérique, mais on me laisse en paix. Enfin. J’ai… Besoin… De dormir…



Je sursaute dans mon sommeil, le souffle court mais bien présent. Je sens la sueur, et encore un peu la terre… Mais une autre odeur perce, bien présente, si familière. Elle me rappelle la maison, en Irlande. Je m’apaise, mes muscles se détendent même si je reste recroquevillé. Ma tête s’enfouie à nouveau dans l’oreiller. J’inspire… Et le sommeil ne tarde pas à me happer de nouveau.



J’entrouvre un œil, dans un grondement ensommeillé. Un rayon de lumière, à nouveau. Le même… ? Non. Le soleil doit être déjà haut dans le ciel pour qu’il filtre entre les volets clos. Je me redresse sur les coudes, incapable de me souvenir où je suis. Ce n’est pas mon appartement, celui au-dessus du Rage Fight Club… Ce n’est pas non plus le Caern. Il me faut une bonne minute pour me remémorer les événements passés et retrouver mes repères.

J’entends quelqu’un, dans le salon. Et des bruits de fond comme… Des zombies. Vraiment ? J’ai besoin d’une bonne douche. Je me passe une main sur le visage et me redresse finalement et, sans passer par le salon, gagne automatiquement la salle de bain. Je reste plus de temps qu’il ne le faudrait, seulement pour faire partir cette odeur, cette puanteur désagréable… Et prendre le temps de réunir mes pensées. Ce n’est pas passé loin cette fois. J’ai senti mon cœur me lâcher, pour de bon. Je hais les sorciers. Je hais cette foutue magie, qui anime ces créatures de l’au-delà, ce poison… Ils arriveront à tous nous faire tuer, un jour. Je n’étais pas aussi impuissant que durant les événements qui se sont déroulés en Irlande, mais tout aussi paumé. J’ai réussi à nous sortir de là. Je crois… Elles étaient dans un bien meilleur état que moi en émergeant de ce tombeau.

J’attrape les premiers vêtements qui me passent sous la main en sortant de la douche, me moquant pas mal qu’ils appartiennent initialement à mon frère. J’esquive volontairement les chemises pour attraper plutôt un t-shirt, quitte à ce qu’il ait des motifs geek dessus. Je crois d’ailleurs comprendre les bruits de fond qui me perturbaient, finalement… Et j’en ai le cœur net en descendant dans le salon. Je repousse quelques mèches encore mouillées, pour fixer l’écran, où des zombies semblent effectivement attaquer en masse mon frère, qui riposte avec un bon vieux AK-47. « Tu vas manquer de balles, non ? » A tous les coups, elles sont illimitées dans ce jeu. Si peu réaliste…

Je me demande ce qu’il fout encore ici. « Tu devrais pas bosser ? » Ce n’est quand même pas le weekend, si ? J’ai dormi combien de temps ? Je parie qu’il m’a emmené voir Luaine… J’espère l’avoir mordu, tiens. Ce serait un détail de réglé. Je m’approche de lui pour m’affaler dans le canapé. J’ai la dalle, mais pire encore… Je sens une sorte de… Fatigue. Peut-être seulement que c’est la solitude qui commence à me peser. Je risque un coup d’œil vers Ciàran, avant de m’emparer sans prévenir de la seconde manette rangée sous le meuble. « T’as de la place pour un second joueur ? » Depuis quand, exactement, je n’ai pas touché une manette de PlayStation ? Certainement jamais. Je suis trop vieux pour ces conneries… C’est pas à buter des zombies qu’on jouait, en Irlande. « C’est quoi le bouton pour tirer ? » Je suis en train de regarder ma manette pour essayer de comprendre, quand l’écran se scinde en deux et qu’un zombie m’attrape directement au corps à corps. « Putain t’aurais pu m’attendre ! » Et je tire. Finalement, c’était pas compliqué à trouver. J’ai juste appuyé sur toutes les touches dans le doute. « Eh… Je lui ai fait la peau, à ce macchabée ! » Je rigole, avant de réaliser. Quoi ? Déjà plus de munitions ? C’est pire que dans la réalité, en fait, ce jeu.


Dernière édition par Aodh Brady le Sam 2 Sep 2017 - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t411-aodh-brady-l-envers-du-miroir
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 64 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Loup-Garou, sous l'Auspice du Guerrier, Rahu
→ ERRANCE : Le Caern, Jefferson Place
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police & Ulfric de la Meute
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Bagarreur, Belliqueux, Impitoyable, Sociable, Charmeur, Drôle, Loyal, Mélomane, Franc, Entier, Attentionné


→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : Moi/Pando
→ MENSONGES : 703

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Sam 26 Aoû 2017 - 12:19

Cette histoire de vol et de rapt avait de quoi plonger la police et les êtres surnaturels dans la plus grande perplexité. L'enquête commençait à peine. Et Ciàran avait œuvré dés les premières heures, en collaboration avec ses contacts CESS pour brouiller les pistes et tenter de faire disparaître les preuves qui pouvaient être dangereuses pour leur secret. Et pourtant le cœur n'y était pas, son attention entièrement tournée vers son frère. En arrivant sur les lieux et en voyant son frère mal en point, Gillian paralysée et la petite gitane, son sang n'a fait qu'un tour. D'instinct, il a récupéré son frère, sentant son cœur manquer des battements, son loup se mettant à gémir d'angoisse. Mais comment faisait-il pour tout le temps se retrouver dans les emmerdes jusqu'au cou au juste ? Pour tout le temps frôler la mort ? Leurs regards se sont croisés avant qu'Aodh ne perdre connaissance et que Ciàran ne se rue vers lui avec angoisse, lui murmurant entre ses dents :

« Putain Aodh, tu vas me faire avoir des cheveux blancs avant l'âge avec tes conneries... »

Il avait ronchonné, tentant de masquer son anxiété. Bien mal. Quant à Gillian, il l'avait prise dans ses bras et lui parlait doucement, comme il l'aurait fait avec un loup de sa Meute, essayant de l'apaiser par son aura de dominant, protectrice davantage qu'écrasante. C'était Luaine qui était la priorité absolue et il ne se posa pas davantage de questions en emmenant son jumeau et la sœur de Sasha au sein du Caern où Luaine les attendait déjà après son coup de téléphone précipité. Il avait confié la petite gitane à Eysa pour la ramener auprès des siens, n'étant pas assez paniqué par la peur de perdre son frère pour laisser une sorcière autre que leur Vargamor pénétrer les terres sacrées de la Meute.

Soigner Gillian avait été du gâteau. Aodh en revanche... Même à moitié mort et dans les vapes, cet imbécile arrivait encore à se débattre et à refuser la magie de la chamane. Ciàran avait du le maintenir, comme à chaque fois, et s'était fait mordre par son frère qui se défendait. Il avait du grogner contre lui de mécontentement et pour lui imposer le calme. Ce n'était pas la première fois et ce ne serait pas la dernière. Il avait été piqué par un scorpion géant, au vu de la marque et le poison s'était répandu dans ses veines. C'était ce que Mina et Gillian lui avaient raconté alors qu'il embarquait tout ce petit monde. Et cela lui permettait de prévenir Luaine pour qu'elle ne perdre pas de temps. Même alors que son loup paniquait pour son frère, il conservait un sang froid relatif afin de prendre les choses en mains. Les deux filles étaient passablement choquées et il renonça à les interroger davantage. Elles avaient besoin de repos et de réconfort auprès des leurs. Il irait les voir plus tard.

Mais il était question de magie, de chantage. Super. Aodh avait du péter un câble. Cela n'allait pas arranger les choses... Ciàran avait récupéré son frère et l'avait emmené chez Danaé. S'il ne pouvait pas le veiller jour et nuit, il savait pouvoir compter sur Danaé pour prendre le relais. Il était tiraillé entre le besoin viscéral de rester près de son jumeau et son devoir de savoir qui avait osé s'en prendre à un membre de sa Meute. Son frère, son reflet... Luaine avait prévenu qu'il resterait inconscient un moment. S'il n'avait été lycan, il serait mort.

Mais même l'Ulfrik a besoin de repos. Et surtout, il est tellement à cran qu'il est exécrable. Ses collègues l'ont fait remarquer. Ses loups l'évitent. Et Danaé lui a carrément dit de décrocher ou de dégager avec sa mauvaise humeur. Alors, il a pris deux jours, bien à contrecoeur. Aodh dort. Il a alors décidé de passer ses nerfs sur des ennemis virtuels à défaut des vrais. Absorbé par le jeu, il calcule avec un temps de retard qu'Aodh s'est réveillé alors qu'il entend la douche couler. Son soulagement est intense, mais il refréné l'envie d'aller lui voir et lui parler. Leurs relations se sont améliorées après l'épisode Lil. Ils se sont unis, ils se sont battus ensemble pour elle. Petite louve qui a su capturer le cœur de son frère indomptable. Et qui est partie pour mettre un point final à l'histoire de son passé, laissant Aodh derrière elle. Ce qu'il n'a pas très bien vécu, forcément.

Aodh se pointe alors dans le salon, portant les fringues de son frère, qu'il a laissé chez Dany par facilité. Et cela fait bizarre de se voir en miroir. Ils ont chacun un style bien défini, mais quand l'un s'habille comme l'autre... Pourtant, Ciàran sourit en voyant le T-shirt. Pas de commentaire. Aodh ne comprend pas la passion de l'Ulfrik pour les trucs geeks. Et comme si de rien n'était son frère lui parle du jeu. Soit.

« Ouais et je vais avoir du mal à finir au couteau quand même. »

Ciàran grogne quand Aodh lui demande s'il ne devrait pas bosser.

« Si. Mais on m'a fortement incité à prendre une paire de jours. Paraît que je suis d'une humeur massacrante. »

Pas la peine de dire pourquoi. Son angoisse pour Aodh, son besoin de veiller sur lui, sa rage de ne pas savoir qui a fait ça font un mélange explosif et son jumeau sait comme personne ce que sont ces émotions.

« Si les loups les moins dominants le pouvaient, ils s'aplatiraient jusque sous terre. »

Pas évident de côtoyer un alpha qui bout de l'intérieur. Pour ça aussi que Ciàran était chez Danaé et pas au Caern, pour ne pas perturber ses loups. Il lance un regard narquois à son reflet et lâche, moqueur :

« Je constate que t'as pris une douche. Dommage, ton fumet me mettait bien dans l'ambiance zombies. »

Quand Aodh lui demande s'il peut jouer, Ciàran émet un petit bruit d'approbation.

« Va pas me faire perdre ma partie hein. »

Il va dans le menu et enclenche la partie en co-opération, alors qu'Aodh examine la manette. Le jeu reprend alors que Ciàran ricane quand son frère râle.

« Réflexe. »

Mais il s'en tire plutôt bien pour un débutant ! Et il rit d'avoir vaincu son ennemi.

« Ouais, mais y'en a d'autres et... Merde Aodh, t'as vidé le chargeur ? Mais tu crois que je joue en mode débutant ou quoi ? Bon, essaie d'esquiver. Avec triangle. Et si un zombie te chope, frappe au couteau, j'arrive. »

Et c'est assez amusant et perturbant de voir les deux frères faire équipe.

« Ah putain, y'en a trop. Bon, barre-toi, je lance une grenade ! »

_________________
I've made your misery my goal How it all began, if truth be told, had a master plan. Now I rule the world. Took 'em by surprise, worked my way up hill
❝See my crown, I am king❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t384-ciaran-brady-skoll-de-la-meute#2814 http://dmthbegins.forumactif.org/t1636-ciaran-brady-ulfrik-de-la-meute#33119 http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 63 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Lycanthrope, sous l'auspice du Passeur
→ ERRANCE : Rage Fight Club
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire du Rage Fight Club
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Imprévisible. Audacieux. Rusé. Séducteur. Arrogant. Amer. Sauvage.


→ AVATAR : Ben Barnes
→ MENSONGES : 499

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Sam 2 Sep 2017 - 14:37

J’ai l’impression de me voir en miroir, réellement. C’est surtout de ma faute, en vérité. J’ai tendance à me négliger davantage que Ciàran, à songer qu’au strict nécessaire. J’avais peut-être un peu besoin de renouveau, de faire peau neuve après ce qu’il s’est passé. J’ai pris le temps de me raser après cette douche purificatrice. J’ai eu l’impression que l’odeur de sorcellerie est partie avec celle de mort et de terre. Ciàran doit seulement avoir les cheveux légèrement plus courts que les miens, sinon, c’est exactement mon reflet à l’heure actuelle, surtout avec ses fringues sur moi. Ca me donnerait presque envie de rire. Je me demande à quel point je ne prenais pas cette peine seulement pour ne pas lui ressembler ? Inconsciemment, je suis certain que c’était ma principale motivation. J’avais pas envie qu’on nous confonde, ça m’agaçait. Aujourd’hui, je m’en fous totalement.

« Ca te fait pas chier de jouer un humain ? C’est limité, même dans les jeux vidéos. Il y a que Wolverine qui vaut quelque chose. » On aurait pas fini au couteau, nous, mais aux griffes, dans pareille situation. Et quand on connaît les nécromanciens… Ca paraît plus probable que les créateurs du jeu le penseraient sans doute.

Je rigole, pas franchement méchamment, quand il grogne avec mauvaise humeur. « Oh tu t’inquiétais pour ton frangin ? C’est trop mignon… » Je lui ébouriffe les cheveux avec un air taquin, profitant du fait qu’il a les mains occupés avec sa manette en main. N’empêche… Ca fait pas la deuxième fois qu’il me ramasse à moitié mort en quelques mois ? Il faudrait pas que ça devienne une habitude. Comme de me faire soigner par Luaine aussi… De quoi normalement me dissuader de finir en morceaux. Mais franchement, sur ce coup-là, c’est pas moi qui est venu chercher la merde. Elle est venue à moi sans que je demande rien. Je lâche, avec plus de gravité : « T’as trouvé les coupables ? » Il me le dirait sans doute pas. J’aurais tellement envie de leur arracher la tête en représailles… Foutus sorciers.

Ca passe les nerfs de jouer, surtout que ce jeu ne demande pas beaucoup de réflexions… Juste des réflexes. Je sens que je vais avoir rapidement mal aux pouces par contre, c’est pas vraiment les muscles que je travaille habituellement, mais sinon, il suffit juste d’être réactif. Donc ça passe, à un ou deux détails près. « T’es dégoûté, parce que je vais tous les défoncer à ta place, c’est tout. » Putain. Il en rate pas une pour me faire passer pour un boulet, même dans son jeu. « Oh ça va hein… J’avais pas vu cette jauge. Je gère. » Parce que monsieur joue en mode difficile pour grave se la péter en prime. C’est quoi déjà ? Triangle. C’est bon, je me dégage de la prise du zombie et… « T’es sérieux là ? » Et une grenade vient de me péter à la gueule.

Game Over. Et mer… Il y a des dommages alliés en plus ?!
Je simule la syncope, à lâcher la manette pour poser une main au cœur, comme touché en pleine poitrine avant de m’affaler sur le canapé… Et rigoler, la tête en arrière sur l’accoudoir. J’étais crédible là ? Pas longtemps, tellement je suis plié en deux maintenant, lâchant dans le même rire : « T’es censé prévenir AVANT de lancer la grenade… Boulet ! Mais regarde à l’écran, il y a écrit 83% de dégâts alliés… J’y crois pas ! T’as tué ton frangin ! Et maintenant tout seul, t’es dans la merde hein ? » J’ai même pas le droit à trois vies, dans ce jeu ? Il a mis en mode hardcore ou quoi ? Bon j’ai plus qu’à attendre qu’il se fasse tuer aussi. En attendant… « T’as un truc à bouffer ? »

_________________



To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t411-aodh-brady-l-envers-du-miroir
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 64 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Loup-Garou, sous l'Auspice du Guerrier, Rahu
→ ERRANCE : Le Caern, Jefferson Place
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police & Ulfric de la Meute
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Bagarreur, Belliqueux, Impitoyable, Sociable, Charmeur, Drôle, Loyal, Mélomane, Franc, Entier, Attentionné


→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : Moi/Pando
→ MENSONGES : 703

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Dim 17 Sep 2017 - 17:09

« Faut innover un peu, je sais déjà ce que c'est que d'être badass en vrai. »

Il fait un clin d’œil à son frère pour souligner son propos, un poil exagéré, même si en réalité... Ben oui, il est plutôt un sacré bourrin. Comme Aodh d'ailleurs. Même si son jumeau l'est davantage, plus prompt que lui à se battre désormais. Question de caractère.

« Et Wolverine est un mutant, pas vraiment un humain. »

Enfin, ça, c'est une question de point de vue. C'est un humain qui a évolué donc... techniquement, Aodh n'a pas totalement tord. Mais qu'il cite ce mutant particulièrement est assez révélateur de sa mentalité. Wolverine est aussi un bourrin qui se bat avec ses griffes après tout. S'il se trouve ici, à jouer à la playstation, c'est parce qu'il a eu le droit à un petit congé forcé. Ce qu'il avoue du bout des lèvres à Aodh, qui ne manque pas de le taquiner à ce sujet, allant même jusqu'à lui ébouriffer les cheveux. Ce qui arrache un nouveau grognement de protestation à son frère. Mais c'est pour la forme. Au fond, il est ravi de voir que son jumeau va bien et qu'il n'est pas sur la défensive avec lui. Aodh n'a sans doute pas conscience de combien il est pénible pour l'Ulfrik d'être impuissant quand il est mal en point et aux portes de la mort. Et encore, quand il a été corrigé par Micah, Ciàran connaissait ce type de blessure et savait comment s'en charger et quoi faire. Mais ce foutu poison... C'était autre chose, de plus pernicieux. Il avait vraiment cru perdre son frère. Une douleur intolérable. Une douleur qui aurait pu lui faire péter un câble, le loup préférant la rage à l'abattement. Et pourtant, jamais ces paroles ne franchiraient ses lèvres pour lui expliquer.

« Non. Ils ont bien préparé leur coup. Mais un groupe a été vu en train de braquer la Royal Bank. Eux aussi étaient piégés. Ils étaient liés à vous si j'ai bien compris. Pas évident, parce que Wilhelmina et Gillian étaient affolées. L'écureuil a fini par sombrer dans l'inconscience d'ailleurs. Voilà seulement que vous émergez et qu'on peut en apprendre davantage. »

Il n'interroge pourtant pas son frangin tout de suite. Il le laisse prendre place à ses côtés et rejoindre sa partie, non sans râler, pour la forme, encre une fois, se moquant de lui et de ses piètres compétences de gamer.

« Ouais, voilà, c'est ça, je suis mort de jalousie. »

Réponse narquoise. Et pourtant, il existe toujours cette foutue rivalité entre eux, même s'il ne relève pas et se contente de plaisanter. Et alors que son frère est entouré de zombies, il décide de lancer une grenade pour faire le ménage, tuant le personnage d'Aodh au passage qui n'a pas eu le temps de fuir. Et c'est avec surprise qu'il le voit simuler sa mort et se jeter sur le canapé... Avant d'éclater de rire. L'émotion qui le traverse à ce moment là est si violente qu'il manque de suffoquer, alors que son loup trépigne d'envie d'aller jouer avec son frère. Aodh rit. Simplement. Il se détend et rit avec son frère, ce qui n'est pas arrivé depuis... très longtemps. Il sourit, reprenant avec une grimace exagérée :

« Gnia gnia gnia, j'ai un peu mal visé, je pensais que tu serais juste en critique, une petite piqûre pour te remettre sur pied et hop, on n'en parle plus, ça va hein. »

Puis, il ajoute avec une moue mi amusée, mi sérieuse :

« Oui, seul, je suis dans la merde. »

Aodh comprenait-il cette remarque destinée à eux deux, à leur lien ? Sans doute. Il ne relèverait probablement pas, mais il entendrait. Et son frère a faim, naturellement. Il sourit en coin avant de hocher la tête, toujours en train de jouer :

« Ouais bien sûr. Ça fait un moment que t'as rien mangé, on a prévu en conséquence avec Dany. Le frigo est plein, fais-toi plaisir, tu connais la maison, hein ? »

Et après quelques secondes de réflexion, il met le jeu sur pause et se lève à son tour, pour aller dans la cuisine, récupérer une bière dans le frigidaire.

« On peut causer de ce qu'il s'est passé cette nuit là ? J'ai besoin de témoignages pour saisir l'ampleur de l'affaire. »

Plus facile de se retrancher derrière son rôle de flic que de frère pour le coup. C'est neutre, c'est bien.

_________________
I've made your misery my goal How it all began, if truth be told, had a master plan. Now I rule the world. Took 'em by surprise, worked my way up hill
❝See my crown, I am king❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t384-ciaran-brady-skoll-de-la-meute#2814 http://dmthbegins.forumactif.org/t1636-ciaran-brady-ulfrik-de-la-meute#33119 http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 63 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Lycanthrope, sous l'auspice du Passeur
→ ERRANCE : Rage Fight Club
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire du Rage Fight Club
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Imprévisible. Audacieux. Rusé. Séducteur. Arrogant. Amer. Sauvage.


→ AVATAR : Ben Barnes
→ MENSONGES : 499

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Jeu 21 Sep 2017 - 22:57

« Crâneur. » Il peut pas s’en empêcher, c’est même plus fort que lui. Et qui pour le remettre à sa place maintenant, hormis moi ? Non, mieux vaut pas que je rentre dans ce jeu-là, à laisser le loup influencer mes propres pensées. J’ai été trop éprouvé, ces derniers jours, pour arriver à lui maintenir la bride. C’est autant un soulagement qu’un calvaire. Il aime son frère-loup, mais ne peut pas s’empêcher de le défier dès qu’une occasion se présente. Ce qui était autrefois un jeu est devenu bien plus sérieux, et bien plus compliqué pour moi à gérer en plus de mes propres sentiments à son égard.

« Wolverine, un humain ou un mutant ? Ca se discute. » Je passe au-dessus. Je n’ai pas envie de me prendre la tête avec lui dès le matin, pour quelque chose d’aussi anodin, seulement parce que je suis à bout de nerfs, tout comme lui, même si on ne le gère pas de la même façon. Etrange même, alors que c’est lui qui suinte d’agressivité par tous les pores, et moi qui… Fait semblant de rien. C’est pas l’inverse, en temps normal ? J’en rigolerais presque, tiens. Il faut dire que d’habitude, c’est lui qui arrive à m’affecter, et pas l’inverse. J’ai toujours eu l’impression de ne pas réussir à l’atteindre, sauf aujourd’hui. J’aime cette colère qu’il dégage, quelque part. Au moins, c’est une réaction que j’ai réussi à lui arracher. C’est ironique que ce soit en manquant de me faire tuer plutôt qu’en cherchant constamment à la provoquer, comme à l’habitude. C’est peut-être vraiment parce qu’il s’est inquiété pour moi.

J’ai encore du mal à savoir comment réagir. Je préfère garder cette information à l’esprit, et répondre sur le ton de l’humour. C’est plus facile que de reconnaître que ça me touche quelque part. Et rire simplement, alors qu’il gronde, et que son aura passe sur moi comme de simples vagues en sens contraire.  

J’enregistre ce qu’il me dit, sur un ton plus sérieux. La Royal Bank. Un autre groupe ? Tiens… Où est mon portable déjà ? J’ai pas demandé des nouvelles des autres. Je ne m’en moque pas, surtout après avoir donné autant de moi-même pour les protéger, mais c’est comme si on était enfermé tous les deux dans une bulle hermétique. Il vient de la faire éclater, en me rappelant les précédents événements. J’aurais peut-être pas dû demander si vite. « Ah, ok. » Ils ont trouvé les miroirs. Il y a un mec, lié à moi, qui s’est sans doute pissé dessus à l’idée de mourir. Ou alors, sa vessie était paralysée aussi. « Elles vont bien ? »

Et même dans les jeux, finalement, on a ce besoin de se mesurer à l’autre. Heureusement qu’on est en mode coopération tiens… Même si c’est pas glorieux, comparé à ce qu’on est capable de faire dans la réalité. Au moins, ça a le mérite de nous faire rire. Ciàran et moi, à s’éclater sur un jeu, à rire tous les deux de bon cœur. C’est bien quelque chose que je ne pensais jamais revivre, depuis de longues années. C’est à la fois trop intense et si naturel. Je me demande… Pourquoi on n’a jamais pris le temps de se retrouver ? La rancœur. Je le sais, et des deux côtés. C’est une joie triste qu’il me reste, surtout à entendre ses dernières paroles, prononcée l’air de rien, mais qui me fige sur place l’espace d’une seconde.

Seul, je suis dans la merde.
C’est pareil pour moi.

… J’aurais dû lui dire. Encore un acte manqué.
C’était seulement pour rire, pas besoin de s’appesantir non ? Je me suis contenté de sourire avant de me détourner. Idiot. Tant pis. J’ai continué ma route, jusqu’à la cuisine. « Ca fait combien de temps, au fait ? Je sais pas où est mon portable. Je l’avais pas sur moi dans… Tu l’aurais pas vu ? » J’ai l’impression de me souvenir seulement par bribes, de ce qui peut être important. « Sasha. Ca va comment ? Je compte sur toi pour t’en occuper, tu sais. » Je compte sur toi, oui, s’il m’arrive quelque chose, si un jour… Je ne reviens pas. Ce n’est pas passé loin cette fois. Je sais que mon frère pourra s’en remettre, mais Sasha ? Elle n’aura plus que la Meute, et lui, pour se raccrocher. Et Lilsendria… Je suppose qu’elle n’est pas encore rentrée.

Je suis plongé dans mes pensées, mais le loup me rappelle rapidement à la réalité, aux odeurs qui chatouillent ses sens, surtout quand je commence à mettre du bacon et un steak à cuire à côté des œufs. Il me prend limite aux tripes, et je retire du feu le steak pour le prendre avec les doigts, encore à moitié cuit, et le mâcher sans attendre dans un grondement appréciateur. J’ai une expression presque penaude, alors que Ciàran se décide à me rejoindre pour me voir dans cet état. Bah… J’assume. « Ok. J’avais très faim. » Même la bière qu’il vient de prendre de me donne pas vraiment envie, alors qu’en temps normal, c’est tout ce qu’on peut trouver chez moi.

Je finis mon steak, et lèche la graisse sur mes doigts, avant de me remettre tranquillement à faire cuire le reste en l’écoutant. J’hausse les épaules, quand c’est le flic qui prend le relais. « Hmm… Mouais. Des sorciers qui foutent la merde, comme d’habitude. » Je lui lance un regard en coin. D’accord… Ca ne lui suffit pas. Je soupire. « On m’a drogué, Ciàran. Ils ont dû employer les grands moyens et mettre une bonne dose pour me maintenir dans cet état. Je me suis réveillé attaché, trop faible pour briser mes chaînes, avec une cagoule sur la tête. Il y a un mec qui a cisaillé le bras de la gitane, et qui enregistrait tout, sans doute pour faire chanter ceux à qui on était reliés, et pour montrer qu’il rigolait pas. Ouais… Sauf que le même mec a transmis un code en morse à Gillian, qui nous a permis de déverrouiller la porte, et m’a laissé une clef en main pour se délivrer des chaînes. Et tu sais quoi ? On l’a retrouvé mort un peu plus loin, avec un mot dans la poche. D’après la gitane, c’était quelque chose de magique. On s’est retrouvé poursuivi par une chimère… Une sorte de scorpion géant qui m’a infligé ça. » Je me pointe la poitrine. « Avec son venin paralysant. Je l’ai mis en déroute, pas le choix. Je devais faire passer les filles par la trappe, notre seule sortie. On était visiblement sous terre… Et après, je sais plus. Tout est flou. Je crois que Mina a réussi à ouvrir la porte, une histoire de runes, de sorcellerie et… Mayfair. C’était leur caveau non ? La suite, tu la connais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t411-aodh-brady-l-envers-du-miroir
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 64 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Loup-Garou, sous l'Auspice du Guerrier, Rahu
→ ERRANCE : Le Caern, Jefferson Place
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police & Ulfric de la Meute
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Bagarreur, Belliqueux, Impitoyable, Sociable, Charmeur, Drôle, Loyal, Mélomane, Franc, Entier, Attentionné


→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : Moi/Pando
→ MENSONGES : 703

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Mar 26 Sep 2017 - 20:52

Il décoche un sourire moqueur à son frère, l'air satisfait de lui quand il rétorque qu'il crâne. Oui. Peut-être un peu. Mais il peut se le permettre. Et il sait pouvoir compter sur son jumeau pour lui dégonfler les chevilles. Et sur Danaé aussi. Pourtant, il n'a pas oublié les reproches de son frère concernant son arrogance. Ce sentiment qu'il donne de rabaisser Aodh, de se penser supérieur, alors que ce n'est pas vraiment le cas. Leurs personnalités font simplement que chacun a emprunté une voie différente. Ciàran a pris des responsabilités, quand Aodh les a évité. De puissance équivalente, les deux frères auraient pu s'élever de la même manière, mais Aodh a préféré évoluer en marge de la meute. Un membre qui n'y trouve pourtant pas le réconfort. Mais Ciàran préfère balayer ces préoccupations pour le moment, alors qu'il partage un moment privilégié avec son jumeau, dépourvu de reproches et d'amertume, de colère et de rancœur.

Les nerfs de l'Ulfrik ont été mis à rude épreuve durant les dernières 48h. Il s'est montré anormalement tendu et agressif, au point d'être prié de rentrer chez lui par son boulot et de faire peur aux membres de la Meute par son aura trop écrasante qu'il n'a pas du retenir. Naturellement qu'il s'est inquiété pour Aodh... Bordel. Son cœur a ralenti ! Il a manqué de cesser de battre totalement ! Aodh n'aurait-il pas ressenti cette peur lui aussi si les situations avaient été inversées et qu'il avait été impuissant ? Quand Ciàran a été attaqué lors du changement d'Ulfrik, Aodh n'a pas réfléchi et l'a aidé, psychiquement si ce n'était physiquement... Quoiqu'ils puissent se dire tous les deux, quels que soient les disputes... L'un sans l'autre, ils sont incomplets.

« Choquées, mais oui, elles sont hors de danger. Grâce à toi. »

Il a dit cela très simplement, mais avec une note d'approbation et de fierté dans la voix. Il sait qu'Aodh a veillé sur les filles, les a traîné, encouragé, malmené, pour avancer et se sortir de là. Qu'il a veillé sur elles, comme le dominant qu'il est. Même la petite sorcière gitane. Un exploit. Ils se taquinent, ils s'asticotent, ils jouent ensemble, peu de temps, avant que Ciàran ne mette hors jeu son frère à cause d'un lancer de grenade un peu foireux. Bon, totalement foireux. Et à sa remarque, il ne peut qu'avouer qu'effectivement, sans lui, il n'est pas grand chose. Et Aodh ne relève pas. Un ange passe. Un acte manqué. Une occasion loupée. Mais de son côté, Ciàran reconnaît les faits. Et Aodh a entendu, il en est persuadé. Cela fera peut-être son bonhomme de chemin. Peut-être que la complicité est de nouveau possible. Ils se sont unis pour arracher Lil à son passé. Ils ont combattu ensemble. Il l'a empêché de basculer, aidé par l'Oméga. Il s'est battu pour lui, sans poser de questions. Et il le fera encore. Parce que les combats de son frère sont les siens.

Aodh s'éloigne, pour aller manger un truc et l'Ulfrik le rejoint finalement, ayant perdu son intérêt pour le jeu et ayant sans doute besoin de la présence de son frère, de s'assurer qu'il va effectivement bien après cette frayeur. Même s'il n'en dira rien.

« Deux jours. »

Ciàran se détourne et va ouvrir un tiroir, en ressortant le téléphone d'Aodh qu'il pose sur le plan de travail.

« Je l'ai récupéré au poste. Il a été retrouvé près du Rage. Mais on n'a rien trouvé dedans qui puisse nous aider. C'est une antiquité ton truc... Aucune trace de rien. »

Il sourit d'un air complice en lui rendant. Il approuve la prudence de son frère, mais cela fait plusieurs décennies qu'il fait ça, il 'en attend pas moins de lui. Aodh l'interroge concernant Sasha, son cœur se serrant à la demande de son frère, qui va bien au delà de la situation actuelle. Il hoche la tête avec gravité, avant de répondre :

« Ça va. Elle est inquiète, mais solide. D'ailleurs, je vais lui envoyer un message pour lui dire que t'es réveillé. »

Naturellement qu'il prendra soin de Sasha. Il l'adore cette petite louve caractérielle, mais terriblement fidèle. Il prendra soin d'elle si jamais quelque chose arrive à Aodh. Il joint le geste à la parole et écrit rapidement à la louve pour la rassurer, avant de reposer son téléphone. Son jumeau commence à se faire à manger et n'a pas la patience d'attendre, mangeant le steak en train de cuir goulûment. Et il s'excuse presque en étant pris en flagrant délit.

« J'ai rien dit. »

Il lève les deux mains en signe de paix, mais esquisse un sourire matois. Qui disparaît pour quelques questions concernant l'affaire. Il enregistre le récit d'Aodh dans sa mémoire, cherchant encore le fin mot de toute cette histoire... Des otages, moyens de pression d'un côté. Des voleurs de l'autre. Un mec qui ne veut pas se salir les mains. Qui brouille les pistes. Et qui a récupéré ce foutu grimoire de sorcellerie.

« On peut dire que votre ravisseur s'est bien cassé la tête... Il doit être tordu en plus d'être un voleur. Oui, c'était le caveau Mayfair... Ça ne va pas nous faciliter la tâche, ils sont influents. Enfin, je suppose qu'ils ne sauront rien. Et ce serait stupide de vous donner les moyens de sortir et de pouvoir les identifier si facilement s'ils étaient les coupables... Ce plan est tordu et cette affaire suscite beaucoup trop de questions et de méfiance. Et je crains qu'aucun de vous ne soit en mesure de me fournir de pistes solides... »

Il marque une légère pause, avant de reprendre :

« Maintenant que je sais que tu vas bien, je vais pouvoir reprendre le boulot et enquêter plus efficacement. Peut-être que tu entendras des rumeurs dans ton milieu, si c'est le cas, je compte sur toi. »

_________________
I've made your misery my goal How it all began, if truth be told, had a master plan. Now I rule the world. Took 'em by surprise, worked my way up hill
❝See my crown, I am king❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t384-ciaran-brady-skoll-de-la-meute#2814 http://dmthbegins.forumactif.org/t1636-ciaran-brady-ulfrik-de-la-meute#33119 http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 63 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Lycanthrope, sous l'auspice du Passeur
→ ERRANCE : Rage Fight Club
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire du Rage Fight Club
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Imprévisible. Audacieux. Rusé. Séducteur. Arrogant. Amer. Sauvage.


→ AVATAR : Ben Barnes
→ MENSONGES : 499

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Dim 1 Oct 2017 - 22:55

C’est plutôt ironique, qu’ils le consignent tous chez lui, pour la seule raison qu’il est trop agressif, trop porté sur les nerfs. Je trouve personnellement mon frère adorable aujourd’hui, ce qui parvient à m’arracher un sourire. Il vient vraiment de reconnaître à quel point j’ai pu sauver la situation ? Je pourrais jouer les faux modestes, après tout, les deux filles ont su se rendre utiles aussi de leur côté mais… Non. Je préfère savourer.

Pourtant, je ne l’ai pas fait pour contenter qui que ce soit. Je ne cherche, pour ainsi dire, jamais l’approbation de mes proches. C’est bien ce qui fait que je suis constamment en roue libre, sans bien souvent me soucier des conséquences de mes actes, et que tous les reproches qu’on peut me faire ne font que me conforter dans ma démarche. Mais c’est si rare, d’entendre Ciàran parler de cette façon, que j’en serais presque à réviser mon jugement. C’est loin d’être désagréable.

Je n’ai même pas besoin de lui préciser que ce n’est clairement pas de mon fait, cette fois, si je me suis retrouvé dans une merde aussi noire. Il doit le savoir pertinemment, vu que les personnes qui ont été enlevées et séquestrées sont toutes de nature et de milieu bien différents. Ce n’est pas la première tâche d’un bon flic, de chercher le lien entre toutes les victimes ? Je ne vois pas ce qui nous lie tous. J’ai l’impression qu’on a été pris au hasard, seulement pour toucher le plus de sphères différentes. Allez savoir. C’est son boulot de trouver des réponses, moi… J’en ai un tout autre. J’interviendrais seulement si ça dégénère.

Je me fige, l’espace d’un instant. Deux jours. J’ai bien entendu ? Je réfléchis déjà si, ces deux derniers jours, on m’attendait quelque part. Pas de soirées spéciales. Pas de transactions… Normalement, ces deux jours d’absence n’auront pas réveillé de soupçons. Ce serait dommageable que mes contacts apprennent ce qu’il s’est passé et le prennent pour un aveu de faiblesse. Je récupère mon téléphone sur le plan de travail, pour en consulter les derniers messages.

« Tu crois pas que je vais me balader avec un Iphone dernier cri, vu ce que je fais de mes journées ? Et bien sûr que je garde rien dans ce téléphone, même pas le répertoire téléphonique. Oh tiens… » Je lis un message, qui vient de parvenir, avec un sourire narquois. Nathan… Sérieusement ? C’était lui, mon Miroir ? Il y a quelqu’un là-haut qui se fout de nous. J’efface le message sans répondre. Pas d’historique, non. Je l’appellerais sans doute plus tard. Il pourra s’assurer que je tiens mes paroles, en tout cas. Ca m’a un peu écorché de protéger une gitane apprentie-sorcière plutôt que de l’abandonner sur place, mais les promesses, c’est important de les respecter.

Ciàran en a profité lui-même, pendant que je consultais mon portable, pour envoyer un message à Sasha. J’hésite, un instant. « Et Lil… Elle n’est pas revenue ? » En deux jours, peu de chances. Et il vaudrait mieux que non, pas alors que je me trouvais dans cet état, plutôt que présent pour l’accueillir. Elle n’allait déjà pas bien. Je pousse un bref soupir. Ca ne servait à rien de lui cacher, non ? Je cherche à changer de sujet : « Au fait, tu sais que c’est la sœur de Sasha, qui était avec moi ? Gillian ? Elle m’a dit ça, l’autre jour. Je pensais pas la rencontrer dans un caveau, à une soirée aussi sordide. C’est bien, qu’elle ait de la famille. » Je m’en serais voulu de ne pas réussir à sortir la garou de là. Ca s’est joué serré en plus, dans tous les sens du terme. J’avais déjà plus de force quand je l’ai forcé à passer la trappe, ses jambes déjà paralysées par la chimère. « Il y a une trappe, dans le caveau. Je sais pas s’ils ont déjà tout nettoyé, mais là-dessous, il y avait cette chimère, ce scorpion géant qui m’a paralysé, et le corps de cet homme. J’espère que vous avez pu fouiller. »

Je n’ai pas envie que ces enfoirés s’en sortent sans conséquences, avec leurs actes de sorcellerie qui ont bien failli me coûter la vie, et celle de Gillian. J’aurais été hors de contrôle si un membre de ma Meute se serait retrouvé bloqué, lui aussi, mais heureusement ce n’était pas le cas. « Il y avait d’autres Loups, en dehors de moi ? Dans cet autre groupe… »

J’en profite pour finir mon steak, et me laver les mains pleine de gras, avant de reprendre la cuisson comme si de rien. Du bacon et des œufs sur des tranches de pain de mie, la base. Je m’en fais plusieurs. Il déconnait vraiment pas, comme quoi ils avaient garni le frigo. Je me tire une chaise, et dévore le premier en quelques secondes à peine.

« Je vais Mayfair… » Je ricane, à lui lancer une œillade, après cette blague de mauvais goût. « Je t’ai dit tout ce que je savais. T’as sans doute raison pour ces sorciers, même si je les sens pas. Je te dirais, si j’apprends quelque chose. Les rumeurs vont vite… Et j’ai l’oreille pour savoir ce qui est vrai ou non. » Je m’arrête, avant de croquer dans le deuxième, quand il me parle de reprendre le boulot. « Quoi ? Pas là maintenant ? » Oui, à m’entendre, on croirait presque que j’ai envie de passer du temps avec mon frère. Je me suis trahi tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t411-aodh-brady-l-envers-du-miroir
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 64 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Loup-Garou, sous l'Auspice du Guerrier, Rahu
→ ERRANCE : Le Caern, Jefferson Place
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police & Ulfric de la Meute
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Bagarreur, Belliqueux, Impitoyable, Sociable, Charmeur, Drôle, Loyal, Mélomane, Franc, Entier, Attentionné


→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : Moi/Pando
→ MENSONGES : 703

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Sam 21 Oct 2017 - 10:51

Il sait son frère intelligent. Ou astucieux. Qu'importe le terme. Aodh a l'esprit pratique. Il le faut bien pour continuer ses magouilles sans jamais se faire choper. La preuve, Micah a mis des années avant de le savoir. Et il a sévi. Un épisode dont Ciàran n'aime pas se rappeler. La scène qui s'est offerte à lui ce jour là restera à jamais gravée dans sa mémoire. Au moins, Micah a su se faire respecter d'Aodh... Temporairement. Quand il a su quel secret cachait le chef de Meute... Ce respect s'est effrité. Comme chez beaucoup de membres de la meute d'ailleurs. Mais une question le hante encore : devra-t-il se battre contre son jumeau et gagner pour que ce dernier respecte son autorité totalement ? Il n'a jamais essayé de s'imposer à Aodh depuis qu'il est Ulfric. Il n'en a pas eu besoin, même si Aodh a été très direct à ce sujet la nuit de sa prise de pouvoir. Il est resté... mais combien de temps avant que le loup ne prenne le dessus et ne souhaite se frotter à son Ulfric, hum ? Et qu'adviendra-t-il en cas de victoire de l'un ou de l'autre ? Que des catastrophes...

« Tiens ? »

Le regard est interrogatif alors qu'Aodh sourit en coin. Sourire qui disparaît alors qu'il prend des nouvelles de Lil. A regret, son frère secoue négativement la tête. Pas encore. Il sait combien elle est importante pour Aodh désormais. Dommage qu'elle soit partie au moment même où il le reconnaissait. Mais elle va revenir. Elle a promis. Il lui fallait régler les soucis de son passé avant de pouvoir construire son avenir au sein de la Meute. Et si elle ne revient pas ? Aodh partirait-il à sa recherche ? Peut-être. Et Ciàran le laisserait partir.

Et Aodh lui révèle que Gillian est la sœur de Sasha. L'Ulfric sourit et hoche la tête, positivement cette fois, heureux d'entendre son frangin approuver que sa protégée ai de la famille, même en la personne d'un écureuil Garou.

« Je sais. Je l'ai rencontrée il y a quelques mois, quand elle a avoué la vérité à Sasha et qu'elle a appelé Dany en panique. Pas de bol, j'étais avec elle, donc j'y suis allé. On ne peut pas dire qu'elle a bien pris la nouvelle de prime abord, mais on dirait que ça s'arrange. Oui, c'est bien qu'elle ai une sœur. »

Il a répondu gravement, approuvant ce lien familial, qui, même s'il est complexe et parfois à couteaux tirés, est aussi réconfortant. Malgré tout ce qui a pu arriver, jamais il n'a regretté d'avoir un frère. Même pas un frère comme Aodh. Si tout était à refaire... Et malgré ce qu'ils avaient perdu... il ne changerait rien.

« Le problème, c'est que le scorpion a disparu entre temps... »

Cette fois, il y a de la colère dans la voix de l'Ulfric. Liée à l'impuissance tandis que la situation entière lui échappe. Leur échappe à tous en vérité. Il y a un petit malin qui s'amuse avec les vies des autres pour obtenir ce qu'il veut, assez intelligent pour ne rien laisser traîner.

« Non. Il y avait un gitan, une garou et une femme. »

Ciàran s'installe finalement en face de son frère autour de la table, le regardant se repaître après ces 48h de diète. Normal qu'il soit affamé. Et là... Ciàran se frappa le front du plat de la main devant la vanne douteuse de son jumeau.

« Ah non, là, je ne peux pas cautionner. Tu mériterais une nuit en taule pour blague totalement pourrie ! »

Dommage qu'il n'ai rien sous la main à lui lancer à la tête tiens. Cependant, le sujet est grave. Aodh essaiera d'en apprendre davantage de son côté, par son réseau de l'ombre. Maintenant qu'il est rétabli, Cià va pouvoir s'y remettre. Mais l'interrogation d'Aodh l'interpelle. Voudrait-il qu'il reste encore avec lui ? Il lui lance un regard perçant, avant de sourire légèrement et de hausser une épaule avec nonchalance :

« Non, pas là maintenant. Demain, je suppose. Il faut que je les appelle et prévienne que la cause de mon instabilité va bien maintenant... »

Et oui... Si Ciàran se contrôle bien quand il bosse et avec la Meute en règle générale, il suffit de lui enlever un des piliers de sa vie pour que son loup pète totalement les plombs.

« Donc tu vas devoir me supporter encore quelques heures. Je sais, c'est rude pendant ta convalescence. »

_________________
I've made your misery my goal How it all began, if truth be told, had a master plan. Now I rule the world. Took 'em by surprise, worked my way up hill
❝See my crown, I am king❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t384-ciaran-brady-skoll-de-la-meute#2814 http://dmthbegins.forumactif.org/t1636-ciaran-brady-ulfrik-de-la-meute#33119 http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 63 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Lycanthrope, sous l'auspice du Passeur
→ ERRANCE : Rage Fight Club
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire du Rage Fight Club
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Imprévisible. Audacieux. Rusé. Séducteur. Arrogant. Amer. Sauvage.


→ AVATAR : Ben Barnes
→ MENSONGES : 499

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Lun 23 Oct 2017 - 16:32

Il a l’air si tourmenté, ce reflet. Je fais mine de l’ignorer, pour me concentrer sur des éléments plus concrets. Je sais que notre dernière discussion n’a pas été des plus heureuses, mais elle a permis de mettre bon nombre de choses à plat. Je sais, aussi, toujours pouvoir compter sur lui. Je n’en ai pas douté un seul instant, non… Ce qui nous sépare plus sûrement que nos différents, c’est ce statut qu’il a réussi à obtenir, pas de la façon la plus conventionnelle qui existe. Mon Loup trépigne d’envie de le défier, pour s’assurer de qui doit être à la tête de la Meute maintenant. Je n’étais que rarement en accord avec l’ancien Ulfric, mais Micah avait une dominance si forte que le Loup s’écrasait en sa présence. Ca ne l’a pas sauvé de ses propres travers… Ciàran fera un meilleur Ulfric à mon sens, et il sait pertinemment que ce titre ne m’intéresse en rien. Seulement… Combien de temps, avant que le Loup casse la bride que j’impose à sa volonté ? Je ne fais que retarder l’inévitable. Sasha semble croire que je serais capable de le faire encore des dizaines d’années, mais c’est un louveteau. Elle n’arrive déjà pas à apprivoiser entièrement sa Louve… Et sa confiance en moi est aveugle, presque dérangeante. Enfin, plus vraiment maintenant. Et avec Sasha qui m’évite, Lilsendria partie au loin… Le besoin de rester auprès de mon frère se fait ressentir. J’ai failli mourir à plusieurs reprises en peu de temps, merde, et lui aussi. Je ne pourrais pas supporter de le perdre. Le Loup devra attendre, le temps qu’il faudra. Quand plus rien ne le menacera, hormis moi-même, il sera peut-être temps de partir. Nous n’en sommes pas encore là…

Je repose mon portable. « Un message d’un ami. Le gitan dont tu parlais. J’étais son… Miroir. Il a de la chance que je sois un lycanthrope, non ? J’aurais trouvé ça encore plus con de mourir à cause de l’autre. » Je relève le regard vers mon frère, et secoue lentement la tête. « Tu ne l’as pas coffré, j’espère ? »

Alors Ciàran était déjà avisé que Gillian était la sœur de Sasha… Je suis vraiment toujours le dernier informé. Ils avaient peur que je déchiquette du petit gibier garou, ou quoi ? « Ils se sont amusés avec nous… » On est sorti, par nos propres moyens. C’était comme un mauvais remix de Saw. En faisant les bons choix, on pouvait s’en sortir. Ils ont seulement cherché à motiver les autres Miroirs, en nous torturant un peu.

Je ricane, quand Ciàran me reprend sur ma blague de mauvais goût. J’hausse les épaules, et emmène mon plat sur la table basse du salon, devant son jeu de zombie en pause sur la télévision. Bacon, œuf, pain… Le secret pour se sentir mieux. J’ai attrapé un jus d’orange et un peu de pâte à tartiner au passage. « Je suis pas sûr que mon réseau pourra t’aider… Je me tiens précisément le plus loin possible des fanatiques anti-CESS et des sorciers. J’aurais tendance à accuser les premiers, mais surtout les seconds. Tant mieux, si d’autres Loups n’ont pas été pris dans la tourmente. Note que, pour une fois, j’y suis strictement pour rien si des sorciers ont tenté de me faire la peau. Et si je tiens les responsables… » Je gronde bassement, avant de me calmer à nouveau.

La cause de son instabilité… C’est comme ça qu’il me qualifie ? J’aurais presque envie de le charrier encore, si je n’étais pas occupé à manger. Il ne repart pas dans la minute ? Bien. Je laisse filtrer un rire. « Je devrais survivre. » Je ne lui avouerais pas, que je n’aurais voulu être nulle part ailleurs.

Je ralentis la vitesse quand mon assiette est à moitié finie. Je me sens déjà beaucoup mieux. Reposé, le ventre plein, débarrassé de cette odeur de mort et de sorcellerie… Et avec mon frère dans les parages. Un climat de sécurité. Je m’enfonce dans le canapé, et ferme les yeux un instant, à prendre une longue inspiration, les muscles détendus et l’expression plus sereine. J’entends mon cœur battre et mon sang pulser sous ma peau. Douce mélodie…

« Comment ça se passe, pour le nouvel Ulfric dans la Meute ? »
Un peu tard pour m’en préoccuper sans doute, après des mois sans nouvelles. C’est moi qui suis venu le trouver, sans rien lui demander d’autres, quand mon Loup a ressenti le danger immédiat que courait Lilsendria. On n’a… Jamais vraiment reparlé depuis. J’ai encore en tête les reproches qu’il m’a formulé, bien tardivement, sur le meurtre de notre famille. Ce manque de sincérité m’a blessé plus que sa colère elle-même. Je relève la tête, pour fixer un regard interrogateur sur lui. « Est-ce que tu me le dirais, frérot, si ça n’allait pas ? »  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t411-aodh-brady-l-envers-du-miroir
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 64 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Loup-Garou, sous l'Auspice du Guerrier, Rahu
→ ERRANCE : Le Caern, Jefferson Place
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police & Ulfric de la Meute
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Bagarreur, Belliqueux, Impitoyable, Sociable, Charmeur, Drôle, Loyal, Mélomane, Franc, Entier, Attentionné


→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : Moi/Pando
→ MENSONGES : 703

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Ven 3 Nov 2017 - 21:58

Ciàran grimace à cette mention de miroir. De la sorcellerie. Il sait que son frère déteste viscéralement tout ce qui a attrait à la magie. Il n'aime pas ça non plus, bien sûr et se méfie des sorciers comme de la peste, mais il a apprit à mettre un peu d'eau dans son vin et à ne pas tous les considérer comme des ennemis mortels. Aodh, par contre... il n'arrive même pas à faire confiance à Luaine. C'est dire. « Beaucoup de chance ouais. Mais c'était le principe de les faire se tenir à carreau à cause de vous... Même si c'était risqué. Parce que lier des étrangers ensemble ne les rend pas forcément solidaires. » Il marque une pause et demande dans un murmure : « C'était comment ? D'être ainsi lié à quelqu'un... De pouvoir être blessé à travers lui et sans pouvoir rien contrôler ? » Cela doit donner un sacré sentiment d'impuissance, non ? De peur aussi, alors que l'on peut être blessé, voire tué, sans rien faire. Et Aodh n'est pas habitué à l'impuissance. « Non. Mais il est assigné à demeure et va avoir le droit à un interrogatoire en règles comme tous ceux impliqués dans ce braquage. Je ne peux pas effacer toutes les preuves. » Il fait la moue, impuissant lui aussi en cet instant. Et ses poings se serrent alors que sa mâchoire se contracte à la conclusion de son jumeau. Oui, ils ont été une distraction.

Cependant, Aodh ne perd pas son sens de l'humour foireux et se fait condamner par son frère pour cela. Il le suit jusqu'au salon et s'installe à côté de lui, sa canette en main. « Je sais. Tu as été une victime choisie au hasard je pense. J'ai beau cherché, je ne vois aucun point commun qui vous relie tous. Âge, sexe, race, activités, clan... Tout le monde ou presque a été touché. On aurait tendance à accuser les sorciers, naturellement. Ou peut être juste l'un d'entre eux, va savoir. A moins qu'un petit malin ne leur face porter le chapeau et nous lance sur une fausse piste. Ce ne serait encore pas étonnant. Il a été assez intelligent pour organiser tout ça, je doute qu'il nous laisse remonter jusqu'à lui si facilement. » Il soupire, las, fatigué. Trop d'inquiétude pour son reflet, trop de colère impuissante. « Si tu tiens les responsables, on les réduit en charpie et on les fait disparaître. » Un grondement sourd lui échappe, écho à celui de son frère alors que le loup est prêt à partir en chasse avec son frère pour défendre les siens, naturellement.

Et il lui avoue qu'il est la cause de sa mauvaise humeur. Normal, il s'est inquiété pour lui. Alors il a bien envie de profiter encore de son frère, surtout en mode réveillé. Il n'était pas très intéressant en étant inconscient. Et pour une fois qu'il n'y a aucune hostilité entre eux. Qu'il retrouve leur complicité d'antan... Il veut bêtement en profiter. Et il perçoit comme une lueur d'espoir chez son jumeau quand il lui demande s'il ne va pas repartir maintenant. Il se fait peut-être des idées... Alors il en plaisante. Tant de choses qu'ils ressentent et ne se disent pas... Il l'observe alors qu'il se détend, qu'il sent qu'il est serein et en sécurité. Et il cligne des yeux, surpris, quand sa voix s'élève de nouveau pour lui demander comment il gère son statut. « Pas trop mal. Tout le monde semble accepter ma place sans broncher, même si j'ai pas mal de boulot pour aplanir certains liens entre loups. » Et puis, il croise son regard jumeau et cille quand Aodh lui demande s'il se confierait à lui si ça n'allait pas, quand il l'appelle frérot en toute simplicité. En voilà une étrange question et qui n'est pourtant pas dénuée de fondement. Dirait-il à son frère qu'il a des difficultés ? Qu'il ne va pas bien ? Avant oui. Désormais... Est-ce que cela intéresserait Aodh alors qu'il s'était lui même éloigné ? « Avant, j'aurai répondu oui sans hésiter. Maintenant... Je ne sais pas. Ce n'est pas un manque de confiance. Je sais que tu n'ébruiterais pas ce que je pourrai te confier. Mais est-ce que cela t'intéresserait ? Mes problèmes ou mes doutes ? Les écouterais-tu et me conseillerais-tu ? » Il ne lui en avait pas donné l'impression ces dernières années. Loin de là. Ses problèmes n'étaient pas les siens et réciproquement. Il ne craignais pas d'exposer une quelconque faiblesse à son frère, mais il pensait qu'il s'en fichait. Stupide ? Probablement... Ciàran ne s'était jamais désintéressé de son sort... Pourquoi Aodh l'aurait-il fait ? « On a été stupides, hein ? De ne pas se parler vraiment... De laisser tous ces non dits entre nous... Cela nous a pourri... A rendu notre relation délétère et nous a éloigné. C'était vrai toute à l'heure... je ne suis pas grand chose sans toi. J'ai eu peur de te perdre. Vraiment. Davantage encore que quand Micah t'a puni. Ton cœur... Il ne battait plus régulièrement. Durant quelques terrifiantes secondes, j'ai pensé que tu partais. Aussi différents que nous soyons, nous sommes une partie de l'autre. Mon frère manque à mon loup. Et il me manque également. Depuis de trop nombreuses années. » Il se tait et détourne le regard, avant de boire une gorgée et de reprendre d'un ton faussement enjoué : « C'est ironique. Je me targue toujours d'être franc mais avec toi, cela fait bien longtemps que je ne sais plus dire ce que j'ai sur le cœur. Peut-être parce que je m'attends à ce que tu te foutes de moi après ce discours dégoulinant de mièvrerie. Enfin, tant pis, c'est dit maintenant. »

_________________
I've made your misery my goal How it all began, if truth be told, had a master plan. Now I rule the world. Took 'em by surprise, worked my way up hill
❝See my crown, I am king❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t384-ciaran-brady-skoll-de-la-meute#2814 http://dmthbegins.forumactif.org/t1636-ciaran-brady-ulfrik-de-la-meute#33119 http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 63 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Lycanthrope, sous l'auspice du Passeur
→ ERRANCE : Rage Fight Club
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire du Rage Fight Club
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Imprévisible. Audacieux. Rusé. Séducteur. Arrogant. Amer. Sauvage.


→ AVATAR : Ben Barnes
→ MENSONGES : 499

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Dim 5 Nov 2017 - 19:07

Non, en effet. Lier des inconnus ne les rend pas forcément solidaires, surtout quand leur survie est en jeu. Etrangement, elle est souvent prioritaire sur celle des autres. « Je saurais pas te dire à quel point on a joué leur jeu ou non, à nous enfuir plutôt que de rester sagement attachés et cagoulés dans la salle de départ. On dirait qu’ils ont fait exprès de prévoir quantité de pièges mais… Est-ce qu’ils s’attendaient à ça ? A quel point ce mec mort qu’on a retrouvé était avec eux ou pas ? Ca risque d’être difficile de le savoir maintenant. » J’ai pris la peine d’emmener la petite gitane à ma suite seulement parce que j’ai une dette à honorer, et Gillian… La question ne se posait même pas. Je grimace, quand il me demande sans détour ce que j’ai pu ressentir, infligé de ce lien magique. « Tu te sens comme un couperet au-dessus de la tête, qui peut tomber à n’importe quel moment sans que tu puisses rien faire d’autres que déjà te sortir de ta propre merde. » La sensation est, comme il peut s’en douter, très désagréable. Et pas moyen de savoir à qui on était lié ou de rentrer en contact avec. On ne pouvait que prier pour qu’ils s’en sortent bien. A priori, ça a été le cas. J’ai vu personne se tordre de douleur dans les fuyards qu’on était. Eux, par contre… J’ai une grimace, en songeant à Nathan. Mouais… Il s’en tire pas si mal, pour un braqueur improvisé. Je pousse un profond soupir, alors que l’enquête paraît au point mort. Tu m’étonnes, qu’il est frustré… Mais sa conclusion me plaît assez. « Ouais, bonne idée. » Être réduits en charpie, c’est tout ce qu’ils méritent.

Je prends le temps de manger à ma faim et de me détendre. Je l’interroge sur ses propres activités, sur un ton léger, et sa surprise manquerait presque de me faire rire. Ouais… Je sais bien. La dernière fois que nous avons parlé de son statut dans la Meute, c’était pour nous embrouiller. A ce moment-là, la rancœur était très présente, et le Loup n’attendait que de pouvoir le défier. J’ai l’impression que les choses ont beaucoup changées depuis. Je ne sais pas… Lilsendria est rentrée dans ma vie déjà, et on a chassé ensemble, sous l’impulsion du Loup lui-même. Il m’a aidé à la sauver, sans se soucier un instant de nos différents, sur ma seule parole quand je suis venu le chercher. Je sais maintenant qu’il serait capable de le refaire, autant de fois que nécessaire, sans même avoir à réfléchir. Dommage que cette confiance ne se soit établie que dans un sens.

J’hausse les épaules, avec une légère moue. « Tant mieux. J’aurais pas cru que ça se passerait aussi bien, vu les circonstances. » Si tout le monde l’accepte… Il n’a plus vraiment besoin que je surveille ses arrières, non ? Ca veut dire que la plus grosse menace qui doit rester, à faire de l’ombre sur son statut, c’est moi. « Si je comprends bien… En tant que nouvel Ulfric, tu te retrouves à gérer les conflits internes, rien qui te sois étranger, mais personne ne cherche à te défier non ? » Je marque un silence et me redresse, à le fixer intensément. Avant tout… J’ai besoin de m’assurer d’une chose.

Et à défaut que l’entente règne, ce que je savais déjà, il me parle au moins sans détour. J’ai un sourire désabusé, à hocher gravement la tête. « Au moins… Tu fais preuve d’honnêteté maintenant. » Je fronce les sourcils, quand il me confie que ce n’est exactement un manque de confiance. Non, c’est plutôt… D’attention ? Le monde à l’envers. J’aurais presque envie d’en rire, en d’autres circonstances. Je secoue lentement la tête, avant de revenir à ce regard, à ce reflet. « Je pourrais te retourner la question, Ciàran. Mais putain… Pourquoi tu penses que je cherchais toujours à te faire réagir ? » Ma mâchoire se crispe. Je ferme le poing, et prends une longue inspiration pour me calmer. C’est toujours plus facile de se réfugier dans la colère, toujours. « J’ai pas trouvé d’autres moyens pour t’atteindre. » Je passe une main sur le visage, à soupirer profondément. J’hoche lentement la tête, quand il en vient à parler de ce qui a gangréné notre lien de jumeau. La blessure est toujours présente, profonde et ravivée, depuis notre exil d’Irlande mais… J’ai enfin l’impression de pouvoir, à mon tour, espérer un nouveau départ. Je crois que c’est finalement ce qui a tout changé. Et Ciàran, lui aussi, est différent.

J’entends ses mots, tout d’abord incapable d’y répondre. J’aimerais lui dire tant de choses… « Je crois que ça m’a fait comprendre ce qui était réellement important, ce que je refusais de perdre. J’arriverais pas à partir, Ciàran… Ma vie est ici, à tes côtés, et pas autrement. » Je lui souffle, à demi-mots, ce qui étaient mes intentions initiales. Je me rends compte à quel point on a été stupides, en effet, et que ça aurait fini par nous détruire. Je sens mon loup, comme pris d’envie de faire des roulades, de se lover contre son reflet. J’ai l’impression de le sentir enfin s’apaiser, depuis longtemps. Je lâche un bref rire, quand il me confie avoir peur que je me foute ouvertement de lui, alors que j’ai les yeux brillants. « Allez, viens là. » Je passe un bras autour de ses épaules, et lui rends une étreinte brève mais forte, avant de poser une main sur le haut de son crâne. « Toi aussi, tu me manques frérot, depuis trop longtemps. J’ai… Jamais su arranger les choses. Je sais faire que détruire, mais… Même si ce ne sera plus jamais comme avant, il faut que tu aies conscience que t’es le seul qui as réussi à me maintenir en vie tout ce temps. »

_________________



To be endlessly cold within, And dreaming I'm alive
And I'm not breaking down I'm breaking out

Last chance to lose control
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t411-aodh-brady-l-envers-du-miroir
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Meute
→ NUISANCE DEPUIS : 64 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Loup-Garou, sous l'Auspice du Guerrier, Rahu
→ ERRANCE : Le Caern, Jefferson Place
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police & Ulfric de la Meute
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Bagarreur, Belliqueux, Impitoyable, Sociable, Charmeur, Drôle, Loyal, Mélomane, Franc, Entier, Attentionné


→ AVATAR : Ben Barnes
→ CREDITS : Moi/Pando
→ MENSONGES : 703

†


MessageSujet: Re: La rage n'est rien au murmure des liens   Sam 18 Nov 2017 - 12:37

Aodh a raison. Ils en savent trop peu sur ce mystérieux ravisseur pour pouvoir tirer de quelconques conclusions de la façon dont les choses se sont déroulées. Il s'inquiète de la façon dont son frère a pu vivre d'être ainsi lié à quelqu'un d'autre, avec le risque d'être blessé si l'autre faisait n'importe quoi. Pas évident pour un lycan alpha comme Aodh, habitué à tout contrôler. « Je vois. » Et il voit vraiment, ce n'est pas une façon de parler. Il est plus posé qu'Aodh, mais déteste tout autant que lui qu'on lui imposer quoique ce soit. Et connaissant l'aversion d'Aodh pour la magie... Ce lien a du être une horreur. En tous les cas, cette affaire va être difficile à faire avancer. Et le coupable à trouver. Mais si jamais il lui met la main dessus... il se fera un plaisir de lui régler son compte et de laisser son frère y participer. Leurs combats sont souvent communs, même s'ils l'ont oublié avec le temps et ne s'en rappellent qu'en cas de crise.

Son jumeau reprend du poil de la bête après ces journées dans l'inconscience. Le voir manger est un réel soulagement. Il est vivant, débordant de vie même. Et ils en viennent à parler sérieusement de la meute. De la façon dont Ciàran la gère, alors que sa nomination a totalement fait exploser la situation entre eux, mettant au grand jour des griefs anciens et refoulés pour arriver à une dispute et des semaines à ne plus se parler et s'éviter, jusqu'à ce qu'Aodh vienne le chercher pour retrouver Lilsendria. Que les jumeaux chassent de nouveau ensemble. Il rassure Aodh au sujet de sa position. Pour le moment, aucun dominant ne remet sa légitimité en doute et c'est très bien ainsi. Il n'est pas pressé de devoir se battre de nouveau à mort pour conserver son statut. Et sa vie. « C'est ça. Non pour le moment, tout le monde se tient tranquille. Je t'avoue que je ne suis pas pressé de remettre ma vie en jeu hein. » Il hésite... A ajouter qu'Aodh ne sera pas toujours là pour lui donner la rage de se battre même quand il est au bord de l'épuisement.

Et la question de son frère le surprend. Pourtant, il décide de répondre avec franchise, puisque c'est bien son absence qui a gangrené leur relation. Quitte à ce que cela heurte Aodh. Et si cela le blesse, il n'en dit rien. Il se contente de lui lancer une pique sur son manque de sincérité jusqu'à maintenant, avant de se taire quand Ciàran s'explique et développe sa réponse. Et à la question de son reflet, il fronce les sourcils, confus. Comment ça chercher à le faire réagir ? Pas d'autre moyen pour l'atteindre ? Oh... Sa conversation avec Danaé à la suite de sa dispute avec son frère lui revient en mémoire. Selon elle, Aodh aurait été en quête de son attention tout ce temps, ayant l'impression d'être délaissé par son frère qui s'intégrait si bien dans la Meute et en gravissait les échelons. « On est nuls en communication... » Et en psychologie. Triste constat. Mais cette conversation déverrouille les inhibitions et les craintes de l'Ulfric qui se décide à tout lâcher à son frère, quitte à être moqué. Et quel soulagement quand Aodh lui rétorque qu'il ne pourrait pas partir loin de son frère. Et il éclate de rire alors que Ciàran est dans l'attente, l'invitant à se rapprocher. Et le loup bondit alors de joie en jappant, tandis qu'il accepte l'étreinte fraternelle, aussi rare que précieuse. Et il rit doucement à l'aveu d'Aodh : « Mince, tu es presque... mignon. Promis, ce sera notre secret. » Mais il cesse de sourire, avant de poser son front contre celui de son jumeau. « Comme tu m'as maintenu en vie. Au sens figuré... Comme propre. Je ne l'oublie pas. Nous aurions du parler de tout cela il y a bien longtemps déjà. Je ne te mentirai plus. Même si je me mentais à moi-même et essayais de me convaincre que tout allait bien et que je n'étais pas la source du problème. Alors que j'en faisais partie. Quoiqu'il en soit... Même si tout est calme dans la Meute, j'ai besoin de quelqu'un de confiance sur qui compter. Et à qui me confier si je flanche. » La voilà la réponse à sa question après ces éclaircissements. Si Aodh accepte d'être une oreille attentive pour son frère, comme Ciàran le sera pour lui, alors qu'il en soit ainsi, la confiance est rétablie. « Ce ne sera plus comme avant, c'est vrai, mais cela ne veut pas dire que ce ne sera pas tout aussi bien, voire mieux, non ? »

_________________
I've made your misery my goal How it all began, if truth be told, had a master plan. Now I rule the world. Took 'em by surprise, worked my way up hill
❝See my crown, I am king❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t384-ciaran-brady-skoll-de-la-meute#2814 http://dmthbegins.forumactif.org/t1636-ciaran-brady-ulfrik-de-la-meute#33119 http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute http://dmthbegins.forumactif.org/t402-ciaran-skoll-de-la-meute
 

La rage n'est rien au murmure des liens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...
» Will day of rage in Saudi Arabia send oil prices up to $200 per barrel?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Istrouma :: Habitations :: Appartement de Danaé M. Perez-