AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Découvrez les mésaventures d'Halloween dans l'Event bouh !
Soyez à la page et découvrez l'intrigue en cours. :olala:

Partagez | .
 

 Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 18 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aquakinésie - Guérison - Bouclier (Elementaire d'Eau)
→ ERRANCE : à la fac, à la médiathèque communale, avec ses amis, à la maison, au bord du Mississippi, dans un parc
→ TROMPE L'ENNUI : Etudiante en langues étrangères appliquées et violoniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Douce - Attachante - Obstinée - Maladroite - Câline - Joyeuse - Optimiste - Brisée - Coupable - Réservée et timide - pleine d'énergie surtout quand elle connaît

→ AVATAR : Holland Roden
→ CREDITS : me
→ MENSONGES : 370

†


MessageSujet: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Lun 9 Oct 2017 - 21:57

Toute bonne chose a une fin. C’est ce que l’on se dit souvent lorsqu’un moment agréable touche à sa fin. Je me le suis déjà dit il y a environ un mois et je me le redis maintenant. J’ai pleuré lorsque Tom est parti parce que j’étais bien avec lui, dans cette ville où je découvrais pleins de choses et avec ces moments qui n’appartenaient qu’à nous, et à nouveau je verse quelques larmes alros que je dis au revoir à mes amis français. Je n’en ai pas beaucoup : deux. Mais cela suffit. Nous nous sommes promis de nous revoir et je leur ai dit que le jour où elles viendraient en Amérique, la porte de la maison leur serait ouverte. Je ferai en sorte que en tout cas. Malgré nos différences. Encore que nous nous le sommes avoué à demi-mots, mais nous sommes plus semblables que nous ne le pensons.

Je les serre donc une dernière fois dans mes bras et je monte dans l’avion. Direction New York et là, j’aurais un second vol pour Bâton Rouge. Là-bas, Caleb m’attendra. Tom, quant à lui m’a prévenu qu’il ne viendrait pas. J’étais déçue et mon cœur s’est serré mais c’est pour le mieux. Ça me permettra de sauter tranquillement dans les bras de mon père sans être gênée par la présence de Tom. Et oui, papa ne sait rien de ce qu’il s’est passé entre nous. Enfin, quelque chose me dit qu’il n’a pas vraiment eu besoin de mots pour le comprendre. Enfin… C’est pleine de bonnes résolutions que j’aborde ce vol de retour. La première étant de décrire mon voyage et mes ressentis à mes deux amies françaises avec qui nous nous sommes promis de correspondre. La seconde, je l’appliquerai après m’être posée à la maison : essayer de voir Cillian pour renouer d’une manière plus amicale, lui montrer que je serai là pour lui s’il en a besoin, que je peux être une amie attentive qui s’intéresse à lui sans paraître hautaine ou imbue de moi-même. Je sais très bien que parfois je fais un peu mademoiselle je sais tout parce que j’adore lire et que j’apprends quasiment tout dans les livres, mais je me suis bien rendue compte, en allant en France que les livres n’ont pas la science infuse. Alors plutôt que de croire ce qui est écrit, je poserai des questions et m’enquerrai de l’état de mon ami. Car oui je suis déterminée à être un soutien pour Cillian. Et puis j’ai d’autres résolutions mais elles sont pour plus tard, c’est déjà pas mal pour le moment.

Le vol me paraît affreusement long. Car malgré la tristesse de quitter mes nouvelles amies, une certaine forme de liberté et une ville que j’ai réellement appréciée de par sa richesse culturelle, je suis quand même super pressée de retrouver mon papounet et le garçon que j’aime.

Au bout d’une quinzaine d’heures de voyage, me voilà enfin arrivée à Bâton Rouge. Les cheveux en pagaille, il est quoi… 2h00 du matin ? Oui j’ai fait ça à Caleb. Je m‘en veux mais c’étaient les billets les moins chers et surtout le vol le moins long… Mais en contrepartie, j’ai joué du violon de rue pour gagner de l’argent et j’ai lui ai acheté pleins de bricoles. Bon, en somme, heureusement qu’il vient me chercher en voiture parce que je suis chargée comme une mule… Pauvre mule.

Je scrute l’horizon, une fois la douane passée, de manière frénétique. Et lorsqu’enfin je repère Caleb dans la foule qui attend les autres passagers, c’est une vraie scène de film qui se joue. Je cours, rapidement pour quelqu’un de complètement assommée par le décalage horaire, je lâche mon sac à nos pieds et je lui saute littéralement au cou. « Papounetttt ! Je suis tellement contente de te voir ! Tu m’as manquééééééééé ». Je m’en fiche d’avoir l’air trop vieille pour avoir ce genre de réaction. Je vis mes émotions comme je l’entends et bien trop souvent à l’état brute.

Et je lui dépose un énorme baiser sur la joue.

_________________
Mage d'eau aquakinésiste
Il suffit parfois d'un regard, d'un hasard pour rencontrer quelqu'un qui nous marquera à jamais
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t880-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel#16657 http://dmthbegins.forumactif.org/t1434-gwen-galoway#28388 http://dmthbegins.forumactif.org/t953-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 77 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Pum-garou | Auspice Cahalith
→ ERRANCE : Au Time for a Break, chez lui, dans une salle d'entraînement.
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire et Barista du Time for a Break

→ AVATAR : Ian Somerhalder
→ CREDITS : Bazzart
→ MENSONGES : 159

†


MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Mar 17 Oct 2017 - 11:19

J’ai l’impression que cela fait des années, sérieusement. Je ne pensais pas que le temps me paraîtrait aussi long. Je ne dis pas que je ne l’imaginais pas. Après tout, je suis du genre très protecteur, à vouloir à tout prix garder les gens que j’aime à côté de moi. Je ne veux en aucun cas qu’ils se retrouvent blessés et que je ne puisse rien faire pour les aider, je crois que ma fierté en prendrait un sacré coup. Peut-être serait-il temps que les garous deviennent un peu plus logique et un peu moins homme des cavernes. Parce qu’avec notre façon d’être, on ne va pas aller bien loin. Je soupire, regarde le ménage avancé que je fais depuis ce matin. Rien n’est sale, mais ça m’occupe, ces derniers temps, j’ai appris à m’occuper d’une façon intéressante. Outre le Time où je brique tout jusqu’à ce que ça brille, la maison est dans le même état. Et je crois que ça devient pire de jour en jour. Les chiens tournent en rond, mon puma pas mieux et bien évidemment, quand le téléphone sonne, c’est limite si je ne saute pas dessus… Je crois bien que je suis plus atteint que je ne le pensais. Une petite retraite en maison ? Ou alors un petit séjour en psy me ferait peut-être du bien. Je sais bien que j’étais d’accord avec ce voyage, elle n’aurait pas pu partir sinon, mais… Je n’aurais jamais pensé que ce serait si compliqué au final. Je savais que les premiers jours ne seraient pas simple, pas plus que les premières semaines… Mais en fait les mois ont été encore plus compliqué que prévu. Ouais, je me répète, mais c’est tellement la vérité. Quand je suis au Time, j’ai toujours de quoi m’occuper, toujours un client présent pour me permettre de changer de sujet, de ne pas faire divaguer mes pensées. Jake m’a fait de nouveau gâteaux à la cannelle pour faire passer la pilule. Ce gosse est génial… Enfin gosse, il est majeur maintenant et depuis qu’il a son diplôme, il bosse avec moi au Time en tant que pâtissier attitré. Je lui apprends en même temps à faire des gâteaux.

J’ai aussi rencontré des tas de nouvelles têtes, et je crois avoir reporté mon besoin de materner quelqu’un sur Cyrielle. La pauvre, elle doit me prendre pour un dingue, ça ne l’empêche pas cependant de venir à chaque fois chercher un café, tous les jours, comme une rengaine et je dois bien admettre que j’adore, même si je sens que quelque chose ne va pas avec elle. Peut-être que je devrais pousser le vice à lui poser des questions, mais j’aimerais mieux qu’elle m’en parle d’elle-même si elle le désire. Les chiens jappent et je me baisse pour récupérer le petit qui a bien grandit depuis. « Je sais, elle ne devrait plus tarder. Encore un peu de patience. » Parce qu’ils sont comme moi. Dans la maison, nous avons tous l’habitude de la tornade qu’est Gwen. Sa descente fulgurante d’escalier, son mode tornade quand elle est à la bourre, son rire qui emplit la maison, ses catastrophes avec l’eau, ses jeux avec les chiens. Avant, je n’aurais pas pensé à tout ça, j’étais toujours seul, sans me prendre la tête, c’était devenu une habitude. Ensuite, j’ai eu envie d’adopter un enfant et je me suis retrouvé avec presque une adulte dans les pattes. J’ai cru que le changement serait compliqué, mon puma est hyper territorial, mais au fond, tout s’est bien passé. On s’est habitué l’un à l’autre, on a trouvé notre équilibre. Cette maison trop calme s’est rempli de rire, de soirée, de personne que je n’aurais jamais laissé rentré au début. On adapte même une des chambres de la maison pour en faire une immense bibliothèque, pour nous deux, grands lecteurs. Je me rends compte maintenant à quel point tout est trop calme. Pas de rire, pas de bruits de pas, même pas de bruit de respiration supplémentaire et je me sens profondément seul. Je n’imagine même pas quand elle partira de la maison… Parce qu’elle partira un jour, je le sais, mais je redoute déjà ce jour.

Avec un nouveau soupir, j’entends le minuteur s’arrêter et je sors une énième fournée de cookie que je laisse refroidir avant de finalement les ranger dans un petit sac en plastique pour les conserver. Ceux-là, je vais les emmener. Spécialement fait pour ma fille, j’emmènerais ça cette nuit quand elle rentrera. D’ailleurs, ce serait bien que je dorme un peu. J’ai eu un sentiment d’angoisse permanent depuis son départ, comme si quelque chose n’allait pas. Et puis, quand j’ai vu Tom partir et revenir… je ne sais pas… Les choses changent, étrangement, mais elles changent. Pas que ça m’effraie, je suis un grand garçon, mais juste que même si je m’y attendait, ça me fait drôle. Enfin bref. Je m’équipe pour aller courir histoire de défouler la bête avant de tenter de dormir un peu. Ces derniers temps, le sommeil m’a pas mal fuit lui aussi. Enfoiré ! Après une bonne course, je rentre à la maison, une petite douche et enfin je finis par m’endormir pour quelques heures. Je me réveille bien avant l’heure où je dois aller la rechercher, m’habille tranquillement et prépare la maison comme j’en avais envie. Ensuite je dis au chien d’attendre, que je serais bientôt de retour. Je ne sais pas s’ils comprennent réellement, mais chacun d’eux se postent près de la porte d’entrée, près à faire la fête à leur maîtresse quand elle reviendra. Un sourire étire mes lèvres à cette pensées et je prends la voiture pour aller directement vers l’aéroport. J’attends comme un con durant plus d’une heure jusqu’à ce qu’enfin je sente son odeur. Elle a changer, comme emplit d’un certain chagrin et pourtant, c’est toujours la sienne, aussi quand elle se jette dans mes bras, je n’hésite pas à l’entourer pour la serrer en douceur contre moi. « Si tu savais comment tu m’as manqué chérie. » Je dépose un baiser sur son front et la serre encore un peu avant qu’on aille récupérer ses affaire. « Dit-donc t’as acheté Paris ou quoi. » Un sourire, je suis tellement content de la revoir que je me sens instantanément mieux. Mais malgré tout, l’angoisse du puma persiste. Peut-être que cela vient de mon auspice, cette prescience qui me vie au bord de ma conscience à chaque jour qui passe. « Tu vas avoir beaucoup de chose à me raconter. » Et pas seulement celle dont tu auras envie. Ça, elle le sait aussi, je suis persuadé qu’elle a compris où je voulais en venir. « Mais pour le moment, rentrons à la maison. » Et je l’embarque jusqu’à la voiture pour faire le voyage jusqu’à chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t632-l-autre-moitie-d-une-ame http://dmthbegins.forumactif.org/t1330-sac-a-dos-d-un-barista http://dmthbegins.forumactif.org/t661-carnet-de-gout-d-un-barista
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 18 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aquakinésie - Guérison - Bouclier (Elementaire d'Eau)
→ ERRANCE : à la fac, à la médiathèque communale, avec ses amis, à la maison, au bord du Mississippi, dans un parc
→ TROMPE L'ENNUI : Etudiante en langues étrangères appliquées et violoniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Douce - Attachante - Obstinée - Maladroite - Câline - Joyeuse - Optimiste - Brisée - Coupable - Réservée et timide - pleine d'énergie surtout quand elle connaît

→ AVATAR : Holland Roden
→ CREDITS : me
→ MENSONGES : 370

†


MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Dim 29 Oct 2017 - 21:34

Je me demande vraiment comment Caleb a gérer la période de mon absence. En tout cas, il a été présent à distance mais pas du tout envahissant. Je le soupçonne de s’être tout de même rongé les phalanges une à une pour se retenir. Je souris d’ailleurs à cette idée. Et en plus je me dis que je suis une ado et qu’il ne m’a pas adoptée toute petite. Je n’imagine même pas ce que cela sera lorsqu’il aura un bébé qu’il verra grandit chaque jour un peu plus, lorsque celui-ci commencera à prendre son envol. Après tout c’est la vie qui veut cela, qui fait que l’on grandit et qu’un jour nous quittons le cocon familial. Et tout le monde s’en sort finalement très bien, ou presque et avec plus ou moins de facilité. Pour ma part, je ne me plains pas mais il est clair que je suis super contente de savoir qu’une personne tient assez à moi pour être présent en cas de nécessité. Ça c’est une chose qui n’est pas donnée à tout le monde.

Lorsque j’arrive à l’aéroport et que je vois Caleb, je ne peux m’empêcher de courir et de lui sauter dans les bras. Je me serre alors contre lui et m’abandonne à son étreinte chaleureuse. J’inspire sans honte son odeur qui me rassure, qui me rappelle que j’ai un père adoptif qui tient à moi et qui fait tout pour que je me sente bien, un père adoptif qui me rappelle aussi mon foyer, ma maison, mes amis et ma famille.

« Toi aussi tu m’as terriblement manqué Caleb ! En plus je suis sûre que Paris t’aurais plu ! Et puis j’ai découvert pas mal de recettes sympathiques que je te donnerai pour le Time si tu veux. » Puis nous allons au tapis roulant correspondant à mon vol pour récupérer mes bagages. Autant dire que j’ai payé le supplément pour le retour. Je souris avec un air complètement coupable quand il me demande si j’ai acheté Paris. « Disons que je ne me suis pas retenue, surtout que j’ai voulu jouer du violon avec d’autres personnes au niveau du Sacré Cœur et en réalité j’ai eu un étui plein de monnaie … c’était un bon plan finalement alors que je voulais juste m’amuser avec des musiciens de rue. Enfin… oui j’ai pris beaucoup de souvenirs, pour toi, pour Jessy, pour Matt et Talia, Alyanca, Maya, Tom, Leyssa , Rebecca, Cillian enfin bref tous mes amis ou proches quoi. » Je sautille sur place tellement je suis contente d’être rentrée et en compagnie de Caleb mais aussi à l’idée de retrouver Tom qui vit désormais à la maison. « Oh que oui, je pense que j’aurais des choses à te raconter aussi longtemps que tu voudras m’écouter. » j’ajoute avec un grand sourire. Je suis inépuisable habituellement, mais là j’ai tellement envie de partager mon expérience. Finalement, deux mois, c’était peut-être trop court.

Je lui emboîte le pas jusqu’à la voiture où nous rangeons les valises dans le coffre. Je prends ensuite place sur le fauteuil passager et à peine Caleb s’installe au volant je relance la conversation.

« Comment vont les toutous à la maison ? Ils devaient être plus calmes non ? »

Je suis une vraie furie parfois et les pauvres je leur passe devant en courant ou alors je déboule dans les escaliers parce que je suis en retard ou que j’ai oublié quelque chose que je reviens chercher rapidement.

« Et avec Tom, ça s’est bien passé ? Merci encore de l’héberger. » j’ajoute avec un grand sourire et vraiment curieuse de savoir comment la cohabitation se passe. Histoire aussi de savoir à quoi m’attendre pour mon retour. J’ai déjà hâte de me glisser dans sa chambre pour lui faire un énorme câlin. Qu’est-ce qu’il me manque aussi depuis son départ de Paris. Tout avait tout de même plus de goût en sa présence. D’ailleurs, je mets une main dans ma poche, touchant la bague de claddagh que j’avais repérée dans cette boutique près de la Tour Eiffel.

_________________
Mage d'eau aquakinésiste
Il suffit parfois d'un regard, d'un hasard pour rencontrer quelqu'un qui nous marquera à jamais
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t880-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel#16657 http://dmthbegins.forumactif.org/t1434-gwen-galoway#28388 http://dmthbegins.forumactif.org/t953-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 77 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Pum-garou | Auspice Cahalith
→ ERRANCE : Au Time for a Break, chez lui, dans une salle d'entraînement.
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire et Barista du Time for a Break

→ AVATAR : Ian Somerhalder
→ CREDITS : Bazzart
→ MENSONGES : 159

†


MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Lun 13 Nov 2017 - 14:33

Cette gosse, je ne pensais pas qu’elle m’atteindrait aussi facilement. Il paraît que je suis un enfoiré et un cœur de pierre. Bon je ne dis rien contre l’enfoiré, après tout, on a tous, plus ou moins quelque chose qui fait de nous un sans cœur. Personnellement quand j’ai ma tête des mauvais jours, je plains ceux qui doivent composer avec moi, dont mon pauvre Jake. Heureusement qu’il a les épaules solides ce petit médium, sinon, je l’aurais vite casser… Non sans blague. D’accord je suis un brin sauvage, mais bon je suis un Alpha aussi. Tant qu’on ne vient pas me les briser, je ne les brise à personne, c’est ainsi que ça fonctionne pour moi. En tout cas, cette chipie a ravie mon cœur le jour où je l’ai vu attendre devant le bureau, alors que les parents la ramenaient parce qu’elle était étrange. Depuis quand être étrange faisait de nous quelqu’un qu’il fallait absolument éviter ? Ah, c’est peut-être pour ça que tout le monde m’évite ? Stop la blague. En tout cas, le temps qu’elle a passé à Paris m’a réellement paru extrêmement long et je dois bien admettre que je suis particulièrement content de la retrouver enfin. Il est même plus qu’important que je la retrouve. Je ne sais pas pourquoi j’ai ce mauvais pressentiment depuis le vol. Les choses changent et pas forcément en bien. Aussi, quand je sens son odeur, que mon visage se tourne de lui-même vers elle et qu’elle me saute dans les bras, je la serre aussi fort que je peux, sans me soucier des autres autour qui doivent penser qu’elle est trop grande pour ça. On est jamais trop grand pour recevoir des câlins. Et je me fiche pas mal de tout ceux qui nous regarde de travers. Je suis contente de récupérer ma fille et alors ! Papa gâteau, je sais parfaitement. Je souris encore plus en lui mentionnant qu’on a réellement l’impression qu’elle a acheté tout Paris quoi. Sa remarque est une perle à mes oreilles. Cette gosse est réellement incroyable.

« Eh beh, il va falloir distribuer tout ça avant que la maison ne soit envahie. » Parce qu’à ce rythme, il allait y en avoir partout. Je secoue la tête amusé quand je lui dis qu’il va falloir qu’on parle. Je crois qu’elle ne se rend pas bien compte des choses, mais inutile de parler de ça maintenant. Je range tout dans la voiture, heureusement que je ne suis pas du genre à aimer les petites sportive, sinon, je ne sais pas où on aurait mis tout ça sérieusement. « T’as de la chance que la voiture est assez grande pour tout récupérer. » Parce qu’à ce rythme là sérieusement. Je me répète, je le sais parfaitement, mais il n’empêche qu’elle m’impressionne a avoir ramener tout ça. Quand j’ai voyagé, je n’ai rien ramené de particulier, si ce n’était un contrat avec des producteurs de fèves de café pour créer des saveurs incomparable. « Apathique tu veux dire ouais. Je crois qu’ils n’ont jamais autant dormi de la journée, même Bandit qui a pourtant de l’énergie à revendre est venu couiner tout à l’heure parce qu’il t’attendaient. » C’est dire à quel point la maison a parue bien vide sans elle, sans ses frasques, sans qu’elle ne fasse attention et surtout le jardin est parfaitement sec, ce qui est encore moins logique. Je souris à cette idée, me demandant si elle a trouvé quelqu’un à Paris qui pourrait lui apprendre cette maîtrise. « Tom ? Tu veux savoir si ton chéri est toujours en vie ? T’en fais pas je ne l’ai pas croqué. » Même si j’aurais pu. Quand il est revenu de Paris, avec son odeur, portant cette tristesse. J’avais l’impression d’être au point d’explosion. Heureusement, je sais assez me contenir pour être resté calme. « De ça aussi va falloir qu’on en parle. » Parce que d’accord pour qu’ils vivent sous mon toit, mais il va falloir mettre certaine règle au point.

Nous arrivons finalement à la maison, entrons sous les aboiements des chiens qui nous ont repéré bien avant qu’on ouvre la porte. Les deux sautent sur Gwen à l’en faire tomber. Mais c’est pas possible. Je gronde et les chiens reculent. « Laissez-nous entrer enfin. » Je gronde de nouveau quand le vieux s’approche et manque de me faire tomber. « Payo ! Mais dégage ! C’est bon, elle va pas s’en aller de nouveau. » Que je grogne sur le labrador qui se collent à nous comme si on allait détaler. Le petit lui nous tourne autour. C’est dingue ces clebs quand même. On dirait qu’ils ont été abandonné pendant toute une année en pensant qu’on ne reviendrait jamais. « Toujours aussi collant comme tu vois. » Je finis par pouvoir ENFIN déposer les valises dans sa chambre quand finalement je redescends et sors un gâteau. « Tiens, Jake l’a fait spécialement pour toi. » Je coupe une part et lui tend dans une assiette. « Bon alors commençons les réjouissances et parle moi de ce qui t’es arrivé à Paris. Et je ne veux rien manquer, tu dois me donner tous les détails compris. Si tu en oublis, je vais devoir aller interroger Tom et je ne suis pas certain que tu apprécies la manière dont je vais le faire. » Bon je ne mettrais pas réellement ma menace à exécution, mais j’ai vraiment besoin qu’elle me raconte tout, en détail, avant que je ne finisse par lui dire qu’elle ne devra plus approcher la Horde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t632-l-autre-moitie-d-une-ame http://dmthbegins.forumactif.org/t1330-sac-a-dos-d-un-barista http://dmthbegins.forumactif.org/t661-carnet-de-gout-d-un-barista
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 18 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aquakinésie - Guérison - Bouclier (Elementaire d'Eau)
→ ERRANCE : à la fac, à la médiathèque communale, avec ses amis, à la maison, au bord du Mississippi, dans un parc
→ TROMPE L'ENNUI : Etudiante en langues étrangères appliquées et violoniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Douce - Attachante - Obstinée - Maladroite - Câline - Joyeuse - Optimiste - Brisée - Coupable - Réservée et timide - pleine d'énergie surtout quand elle connaît

→ AVATAR : Holland Roden
→ CREDITS : me
→ MENSONGES : 370

†


MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Jeu 16 Nov 2017 - 22:15

La joie empli mon cœur alors que je me love dans les bras de mon père adoptif. Si j’avais cru, un jour, pouvoir offrir autant d’amour à quelqu’un d’autre que mes parents, je ne l’aurais jamais cru. Bien évidemment, Caleb ne remplacera jamais ma mère ou mon père, mais il a une place toute particulière qui le rend singulier à mes yeux et fait de lui l’adulte qu’il manquait dans ma vie. Je pense qu’on pourrait l’assimiler à un oncle avec lequel on s’entend plus que bien. Et avec le temps qui s’est passé depuis qu’il m’a adoptée j’ai appris à lui donner mon entière confiance et à lui offrir mon amour et ma joie de vivre. Nous avons trouvé une harmonie très rapidement et visiblement nous avons du mal à être séparés l’un de l’autre. En effet, lui donner des nouvelles tous les jours pendant que j’étais à Paris n’a en rien été une corvée. J’ai adoré pouvoir lui parler régulièrement au téléphone et lui raconter mes journées après m’être assurée qu’il allait bien ainsi que les chiens. Je m’assurais également que cela se passait bien avec Tom. J’avais du mal à imaginer, d’ailleurs, que mon meilleur ami désormais… petit copain ? serait à la maison lorsque je rentrerai.

« Oui ! Je distribuerai tout dès demain, ou après-demain ou ce week-end… » ‘ajoute en souriant. Oui parce qu’en réalité la distribution des cadeaux va se faire au fur et à mesure que je pourrai revoir mes amis. Mais c’est vrai que j’ai ramené beaucoup de choses, je ne m’en suis pas franchement rendue compte c’est lorsque je vois le coffre de la voiture rempli à ras que je m’exclame : « Wahou c’est vrai que ça fait beaucoup ! Mais je savais que la voiture le supporterai » j’ajoute en souriant avec un air taquin.

Une fois dans la voiture c’est le moment de prendre des nouvelles de tout le monde. D’abord les chiens. Ils m’ont manqué ces bougres … ne plus les caresser, les entendre ronfler la nuit, ou encore ne plus en avoir au moins un qui me saute dessus quand je rentre… enfin … au moins ils ont pu se retrouver seuls avec leur maître… ou presque. Visiblement je leur ai manqué. « Ah ! Tu vois comme quoi mes descentes d’escalier en trombe leur manque ! En somme je vais me faire plaquer au sol quand on va rentrer. » Je suis amusée à cette idée, même si je dois bien avouer ne pas avoir envie de me faire débarbouiller et baver dessus.

Mais l’idée de retrouver les toutous me plaît autant que celle de retrouver Tom. D’ailleurs je demande aussi de ses nouvelles et la réponse de Caleb me … comment dire… fait déglutir bruyamment ? « Mon chéri ? Hein ? Mais de quoi tu parles ? Que… Comment ?.... pfiouuu comment tu sais ? » je finis par demander après m’être empêtrée toute seule dans mon mensonge éhonté. Mais je sais que lorsque Caleb affirme quelque chose, qui est vrai qui plus est, il n’est pas nécessaire d’essayer de démentir. Il arrive toujours à savoir la vérité c’est hyper frustrant.

Finalement nous arrivons à la maison et j’ai un nœud à l’estomac qui se dissipe vite avec l’arrivée en trombe des chiens qui me sautent dessus et me débarbouillent dans tous les sens. Caleb leur grogne dessus pour qu’ils se calment. Ca m’amuse toujours lorsqu’il fait cela mais ça a le don de les calmer. Je peux alors tous les caresser et entrer ainsi dans la maison. Je profite alors que papounet monte mes valises à l’étage pour filer à la cuisine me prendre un verre d’eau. L’avion ça déshydrate. C’est étrange mais je suis tellement surexcitée de rentrer que je ne suis pas fatiguée. Contrairement à mes comparses de la maisonnée qui doivent bien être crevés. Mais quand Caleb redescend il me tend un gâteau fait par Jake spécialement pour moi. « Ah c’est un amour ! J’irai lui donner ses cadeaux demain. » j’ajoute avec enthousiasme avant de chiper une cuillère dans le tiroir et de la planter dans le gâteau.

« Oh tu peux interroger Tom je ne suis même pas sûre qu’il sache tout ce qu’il s’est passé ! »

Je fais un signe de tête à Caleb pour que nous allions nous poser sur le canapé alors que je mâche une grosse bouchée de gâteau. « Il est vraiment délicieux ! Miam ! » Et lorsque nous nous posons j’enchaîne… « C’est magnifique Paris ! C’est vraiment une grande ville culturelle et tu ne t’ennuies jamais là-bas. J’ai rencontré pas mal de d’étudiants et certains ont souhaité que nous restions en contact pour perfectionner leur anglais et moi cela me permettra de perfectionner mon français à l’écrit. Mais je dois avouer qu’au début le voyage a été compliqué. Tu me manquais terriblement, je m’étais faite larguée aussi avant de partir et j’avais peur d’aller vers les autres pour une raison que j’ignore. Mais au bout d’une semaine ou quinze jours ça a été et puis j’ai participé à des soirées étudiantes qui m’ont aidé à rencontrer du monde. » Bon résumé n’est-ce pas ?

_________________
Mage d'eau aquakinésiste
Il suffit parfois d'un regard, d'un hasard pour rencontrer quelqu'un qui nous marquera à jamais
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t880-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel#16657 http://dmthbegins.forumactif.org/t1434-gwen-galoway#28388 http://dmthbegins.forumactif.org/t953-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 77 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Pum-garou | Auspice Cahalith
→ ERRANCE : Au Time for a Break, chez lui, dans une salle d'entraînement.
→ TROMPE L'ENNUI : Propriétaire et Barista du Time for a Break

→ AVATAR : Ian Somerhalder
→ CREDITS : Bazzart
→ MENSONGES : 159

†


MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Mer 22 Nov 2017 - 11:49

Cette gamine, je crois que je l'aurais inventé si jamais elle n'avait pas existé. Je me souviens encore de ce jour où je suis allé dans cet orphelinat. J'avais envie de changer, de construire une famille, enfin. Mais en tant que célibataire, il est compliqué d'avoir des enfants et puis ça ne me dérange nullement qu'ils ne soient pas de mon sang, tant que je peux leur offrir ce que je suis, ce que j'ai et ma protection, ça me va parfaitement. Et quand j'ai vu cette gamine, triste, et brisé par les événements qui se passaient dans sa vie, je n'ai pas su résisté. J'ai su d'instinct que j'avais trouvé la personne qu'il me fallait, pour commencer une autre vie, pour changer, mon puma s'est accroché à son odeur et l'a entouré de sa force. Il était dés lors, hors de question de la laisser partir. Et aujourd'hui ? Je me suis inquiété comme un taré pendant trop longtemps, le puma a tourné en cage et en plus, beaucoup trop de choses se sont passés et elle ne va certainement pas aimé ce qu'il va se passer par la suite, mais je refuse de la mettre en danger. Pourtant, je me tais et je parle tranquillement, je la taquine sur tout ce qu'elle a ramené de son voyage. « Ça va te prendre des semaines à tout distribuer ma parole. » Mais je suis content qu'elle soit revenu, parce que quand Tom est revenu, j'ai senti de la tristesse et ça ne m'a pas plu. J'aurais pu râler, lui demander, mais j'ai fais mon civilisé et j'ai attendu. J'enchaîne ensuite pour lui répondre sur ces satané clébard qui ont fini en dépression, ça va être fun quand elle va partir faire sa vie tiens... Sans compter que quand elle parle de Tome, je lâche ma petite bombe. Bah quoi ? Je suis un père, j'ai le droit. Je me mets à rire quand elle se met à bafouille, je peux pas m'en empêcher. « Vous êtes aussi mauvais mentir l'un que l'autre d'une. » Parce que sérieusement, niveau mensonge, ils sont nazes ces jeune. « De plus ne sous-estime jamais l'odorat d'un garou. » Surtout d'un prédateur ma cocotte. « Et enfin, je suis ton père, même adoptif et je n'ai rien d'un idiot. » Et je lui fais un sourire édenté ou on peut voir les crocs de la bête. Je sais qu'elle ne prendra pas peur, après tout, elle n'a pas eu peur de moi au départ, elle n'aura pas peur de moi maintenant. Et puis elle m'a vu grondé plus d'une fois sur les chiens, c'est autrement plus flippant.

Et finalement c'est le retour à la maison, avec les chiens qui nous saute dessus, on ne peut même plus avancer bordel. Il faut que le puma sorte les griffes pour les faire reculer. Sérieusement, ils ont trop l'habitude de prendre leurs aises ces clébard. En plus Payo me renverse quasiment pour venir se frotter à moi, comme si j'avais failli les abandonner, j'ai l'air si irresponsable. Pourtant ça me fait sourire, la famille enfin réuni, ça fait du bien. Je sors le gâteaux de Jake en coupe une grosse part que je lui donne. « Il sera ravi de te revoir. Il en est même venu à me dire que c'était trop calme au Time sans toi et ta bande de copine. Ce type est dingue, on est tous dingue dans cette famille. » Parce qu'au fond c'est la famille. Même Jake fait partie de la famille, comme un fils, vu qu'il n'en a plus. Donc au fond quand un membre n'est plus là, il manque quelque chose et ça nous affecte tous. Un sourire et je passe au réjouissance en lui demandant de tout me dire. « Oh, je sais me montrer hyper convaincant, je pourrais même lui faire dire des choses que tu n'aurais aucune envie que je sache !! » Parce que je trouve ça amusant de la pousser un peu dans ses retranchements. Elle n'a pas l'habitude de mentir, cependant, elle a l'habitude de ne raconter que des demi-vérités. Je l'écoute donc patiemment quand elle prend la parole. Je serre les points quand elle dit qu'elle s'était faite largué juste avant. Le puma a envie de dépecer quelqu'un maintenant. Je serre les dents et la laisse continuer. « Des soirées étudiantes hein ? » Je la regarde de travers. « C'est ce loup qui t'as largué ? T'as envie que j'aille lui casser sa tête ? » Au fond ça ne me dérangerait pas de le faire vu ce qu'il s'est passé avant qu'elle ne s'en aille. Le loup qui l'a salement amoché... J'ai bien envie d'en amoché quelqu'un tiens en y repensant.... Mais je sais que l'Ulfric ne serait pas ravi. Bien dommage ça.... Je secoue la tête. « C'est marrant j'ai l'impression que tu oublies quelque chose. »

Genre un certain médium qui crèche à la maison. Genre les bêtises que t'as dû faire quand tu étais là-bas, pourtant je n'insiste pas d'avantage. « J'espère que tu as appris plein de truc là-bas et surtout des spécialités. Tu sais à quel point j'aime manger. » Merci le métabolisme du garou qui me permet d'évacuer tout ça sans compter la gourmandise hein, parce qu'on va pas se mentir, niveau bouffe je suis super au point. Je souris un instant et reprends doucement. « Et Paris, c'est comment en fait ? C'est vrai qu'il y a une tonne de monument à regarder ? T'as été au musée célèbre là, le... Attends je trouve plus le mot.. Le Louvre ? Sans compter tout le reste. » Je souris doucement en pensant à quelque chose. « Tes amis, ils vont venir chez nous ? Parce que si c'est le cas, on pourra organisé des trucs, et les faire dormir dans le jardin en mode camping. » Je ricane. « Non je blague pour le camping, mais je serais quand même ravi de les rencontrer et de les connaître. » Même si je ne pense pas qu'ils vont venir maintenant, mais ce serait sympa, j'ai envie d'en savoir plus sur ce qui se passe dans la vie de ma fille, même si au fond, je sais très bien que je suis probablement un poil invasif. Je soupire et finalement, fini par demander. « Il s'est passé quoi alors quand Tom est venu te voir ? » Parce que c'était ce qui me taraudait le plus. Et qu'elle ne me dise pas rien, ou je mords !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t632-l-autre-moitie-d-une-ame http://dmthbegins.forumactif.org/t1330-sac-a-dos-d-un-barista http://dmthbegins.forumactif.org/t661-carnet-de-gout-d-un-barista
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 18 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aquakinésie - Guérison - Bouclier (Elementaire d'Eau)
→ ERRANCE : à la fac, à la médiathèque communale, avec ses amis, à la maison, au bord du Mississippi, dans un parc
→ TROMPE L'ENNUI : Etudiante en langues étrangères appliquées et violoniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Douce - Attachante - Obstinée - Maladroite - Câline - Joyeuse - Optimiste - Brisée - Coupable - Réservée et timide - pleine d'énergie surtout quand elle connaît

→ AVATAR : Holland Roden
→ CREDITS : me
→ MENSONGES : 370

†


MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   Lun 27 Nov 2017 - 7:42

Je lui offre un énorme sourire alors qu’il me dit que je vais prendre des semaines à distribuer otut ce que j’ai ramené. Il est vrai que je ne pensais pas avoir pris autant de choses Mais c’est rapide lorsque l’on flâne dans les rues de Paris, on se dit « oh tiens, ça plairait bien à untel ! oh et ça à X » et puis on prend et on ramène parce qu’on se dit que Paris c’est loin de Bâton-Rouge et qu’on y reviendra pas de sitôt. Donc oui, finalement je suis revenue chargée comme une mule. Que cette expression n’est pas du tout vegan ! Il va falloir que j’y remédie. Mais ça me donnera aussi une occasion de revoir mes amis et de leur parler de Paris pour peut-être leur donner un jour envie d’y aller.

Très vite, trop vite peut être, nous en arrivons à Tom. Je savais que nous en parlerions puisqu’il est venu me voir en complète catastrophe, mais si vite. Caleb est cruel. Il sait, surtout, que je ne sais pas du tout mentir. Je me suis déjà mordue la langue un nombre incalculable de fois, cet été, pour ne pas lâcher le morceau sur l’attaque que j’ai subie. Il ne sait donc rien du garou qui m’a attaqué. Pour lui, tout s’est passé trop vite pour que je voie qui c’était. Par contre j’ai été sincère avec l’histoire de Graam et de Jeremiah (j’ai juste omis que Jeremiah m’avait permis de cacher les odeurs présentent sur moi). Bref, tout ça pour dire que je ne sais que piètrement mentir et quand j’y arrive cela me ronge l’esprit comme avec cette histoire. Alors autant laisser libre court à ma langue pour une fois. « Bon d’accord, de toute manière je ne sais pas mentir, éluder ou autre. Oui Paris nous a rapprocher Tom et moi et je dois dire que c’était plutôt inattendu. Je l’ai toujours considéré comme un pilier, tu sais que c’est lui qui m’a lancé dans le Bouddhisme et m’a aidé par la mort de mes parents mais jamais comme plus. Et c’est en voulant l’aider à faire face à ses sentiments que je me suis rendue compte que bah… depuis tout ce temps… je l’aimais bien plus que comme une amie sans le savoir… c’est bizarre non ? »

Après tout j’arrive à parler de tout avec Caleb car il est mon père adoptif et comme un grand frère en réalité.  Et puis je sais, surtout, qu’il respecte mes choix même quand ils lui font grincer des dents comme le fait d’être allée à Paris. En même temps c’était un voyage dans le cadre de mes études et il n’y a pas beaucoup de pays où l’on parle français.  « Bon par contre le sourire édenté, évite quand tu veux charmer quelqu’un » j’ajoute avec un sourire. Caleb, le puma ne me fait pas peur parce que je pense avoir été adoptée par lui aussi. Mais c’est vrai que voir des crocs aussi gros n’est pas très engageant d’ailleurs Caleb a dû le voir à mon regard arrondi.

Nous voilà enfin à la maison. Je comprends rapidement ce que Caleb a voulu me dire concernant les chiens. Ils nous sautent littéralement dessus. Je ne les ai jamais vu dans cet état, comme si enfin ils étaient libérés. « Tu ne m’avais pas dit qu’ils étaient littéralement amorphe. Non parce qu’ils ont gagné en énergie d’un coup. » Dis-je en rigolant et en les gratouillant alors qu’il s’aide de son alter ego pour calmer les canidés.

Je me retrouve finalement avec un gros gâteau sous le nez made in Jake. Je lui fais confiance pour avoir pensé à me faire un gâteau végé et j’en suis d ‘autant plus touchée. Parfois, comme il sait que je squatte tout le temps au Time, il me fait des petites douceurs spécialement pour moi. Je lui en ai ramené d’ailleurs des trucs de Paris pour le remercier. « Ahaha, voilà à quoi sert de prendre de la place, on manque quand on est plus là. Mais je lui ai ramené une montagne de cadeaux pour compenser ! » j’ajoute avec un grand sourire.

Installés sur le sofa avec notre gâteau succulent, voilà que Caleb veut tout savoir ce qu’il s’est passé à Paris, me menaçant même de prendre Tom à partie et de le faire parler. Je grogne alors un peu avant de lâcher la bombe. Je vois ses poings se serrés, je pose alors une main sur la sienne et vient me blottir contre lui, comme une petite fille le ferait avec son père. « Non papounet, on ne tape pas les loups s’il te plaît ! Tu sais il a eu raison de le faire, je veux dire de me laisser. Sans ça, au fond, je n’aurais pas réalisé ce que je ressens. Je suis trop un cœur d’artichaut et parfois faut me secouer pour que je me réveille et que je vois les choses en face. Et c’est aussi pour ça que je ne te dis pas tout généralement. Je ne veux pas que fasses quelque chose d’inconsidéré sous prétexte de me  protéger. » Et franchement lorsque je vois sa réaction juste pour le fait qu’un garçon m’ait laissé tomber, je me vois franchement mal lui dire : oui papounet, j’étais tellement triste que je me suis laissée influencée, j’ai bu de l’alcool j’ai fumé des joints et Tom est arrivé pile au moment où un type voulait abuser de moi… Franchement, le puma va devenir Hulk si je lui dis ça…et un puma vert, ça le fait vraiment pas.

« Oh oui il y a des plats que tu devrais adorer mais je te donnerai les recettes et je ferai la base le reste tu feras, je ne manipule pas la viande tu le sais. Mais tu devrais adorer. Du pot au feu, ou encore de la daube… Ideal pour un grand puma comme toi. » j’ajoute avec un sourire. « Je t’ai même ramené un livre de cuisine qui est en français – anglais. »  Je souris sans savoir s’il le remarque ou pas mais je savais qu’il voudrait savoir pour le côté culinaire du pays. Parfois j’ai vraiment l’impression que Caleb est un estomac sur pattes. J’en viens même à rire doucement. Par contre il m’étonne avec ses mots suivants. Il serait ravi de rencontrer mes amis Parisiens. Lui, Caleb, le territorial ? Avec qui je dois faire attention aux gens que j’invite et qui vive à Bâton Rouge. Je me décolle alors un peu de lui et lui fait face. « Qui que vous voyez sortez de ce corps. Où est mon père ?? » je lance alors avec un regard mystique. « Non sérieux tu aimerais vraiment les rencontrer ? Parce que je leur ai dit qu’on pourra s’arranger, certains doivent également faire un séjour dans un pays anglophone et j’ai dit que je les aiderai s’ils doivent venir aux Etats Unis, donc il y a carrément moyen. » j’ajoute avec un grand sourire. "Et oui jai vu tous les grands monuments de Paris, j'ai eu des excellents guides pour ça et j'ai emmené Tom aussi dans quelques endroits.Il ne t'en a pas parlé?"

Finalement, il revient à Tom. « Ca te taraude vraiment de ne pas savoir exactement ce qu’il s’est passé là-bas n’est-ce pas ? » je fais une grimace compatissant mais tout aussi embêtée car je ne sais pas comment aborder le sujet sans l’inquiéter davantage ou le faire sortir de ses gongs.  « La seule chose que je ne te dis pas c’est que Tom est arrivé au bon moment pour faire sortir des lourdauds de chez moi qui s’étaient in scrutés après une petite fête tranquille. Et c’est à ce moment-là qu’on a parlé avec qu’il était agacé de leur comportement à mon égard et qu’on s’est rendus compte qu’on était attiré l’un par l’autre bien plus que nous l’imaginions et qu’on a…. » euh non ça il a pas besoin de le savoir. « Ne t’inquiètes pas pour Tom, honnêtement, j’ai rarement vu quelqu’un d’aussi attentionné et prévenant. Il me protège de tout et par certains aspects il me fait penser à toi. »

Mais il y a aussi quelque chose que j’ai promis à Tom et qu’il faudra que j’aborde avec Caleb. Mon attaque de cet été et le fait que je peux reconnaître le loup fautif.

_________________
Mage d'eau aquakinésiste
Il suffit parfois d'un regard, d'un hasard pour rencontrer quelqu'un qui nous marquera à jamais
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t880-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel#16657 http://dmthbegins.forumactif.org/t1434-gwen-galoway#28388 http://dmthbegins.forumactif.org/t953-gwen-le-feu-ca-brule-et-l-eau-ca-mouille-tous-les-oiseaux-volent-dans-le-ciel
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les liens sacrés d'un père et sa fille ft Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Mariage de Myckilem et Naurestel
» Mes liens, ma vie et... Mon père! Momo
» Un père emmène sa fille a son premier bal [Fe]
» (m) sean maguire → père de ma fille
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane-