AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
WEIRDO.

Mr Cat eyed


→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 22 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Circé, son œil se transforme en œil de félin lui offrant les capacités visuelles d'un chat et celles de l'homme par son œil gauche, ce phénomène lui donne un visage tout à fait effrayant.
→ ERRANCE : Partout et nulle part
→ TROMPE L'ENNUI : Cambrioleur et pickpocket, fait des vacations nocturnes à la Mandragore
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Particulièrement perturbé, souffre de symptomes de troubles autistiques


→ AVATAR : Andy Biersack
→ CREDITS : LEV (merci grand père !)
→ MENSONGES : 391

†


MessageSujet: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Dim 4 Fév 2018 - 16:01



BANG BANG
Deux coups de feu. Pas un de plus. Ensuite des tas de hurlements, des étagères renversées, le fracas des sachets de chocolats qui se brisent contre le sol puis plus rien. Le silence total et absolu. Le néant…. On entendit finalement des chips craquer sous des semelles qui avancent doucement dans les rayons saccagés. Un très grand jeune homme, un mètre quatre-vingt dix environ, très fin, vêtu d’un jeans usé et une veste en jeans sans manche au dessus d’un tee-shirt à l’effigie d’un pub pas très loin, il avait récupéré cela dernièrement, pile sa taille, ce qui n’était pas toujours le cas lorsqu’il s’habillait. Sur son épaule un sac à dos noir, la fermeture de la pochette avant est cassée. Ses cheveux sont en bataille sur sa petite tête d’adolescent rebelle. Ses yeux terriblement clairs se lèvent vers la camera qui l’observe. Il s’en fiche, sa présence n’était pas ce qui intéressera les flics… Parce que cette marre de sang pour le contenu du tiroir caisse, était la raison pour laquelle les sirènes se rapprochent. Tout le monde avait quitté la station service, personne ne s’était approché du pauvre type mort, car une balle dans la tête, ça ne pardonne pas. Amadeo tend la main et chipe un paquet de biscuits au chocolat qu’il commence à ouvrir. Alors qu’il croquait l’un des gâteaux, son regard dévia vers un distributeur à milkshake. Une fois son gobelet remplis à ras bord, il plante une paille et décide de ranger le paquet de gâteau dans son sac, ainsi qu’un sachet de bonbons acides et un bocal de cornichons. Il se souvint qu’ici se trouvait des pots de piments rouges, alors il se mit en quête tout en sirotant sa boisson lactée au chocolat. Alors qu’il était planté là, la paille posée sur sa lèvre inférieure plusieurs voix gueulèrent à son attention : LES MAINS EN L’AIR ET A PLAT VENTRE !

Il ne regarde pas, il aspire encore une gorgée avant de poser le gobelet sur une pile de seaux remplis de pop corn. Il ne pensait pas avoir fait quelque chose de mal, il avait vu tout ce qui s’était passé, mais lui n’y était pour rien. Puisque ce vendeur était mort, il n’avait plus besoin de vendre toutes ces choses, qu’il avait si naïvement pensé…

C’est comme cela qu’il se retrouva menotté à l’arrière d’un véhicule de police, il attendait depuis déjà vingt minutes, sans rien à boire ni grignoter Tout seul, pendant que les policiers s’affairaient à l’intérieur. Ils vont tous manger, pensait-il. On lui avait promis que quelqu’un s’occuperait de lui, en ajoutant un sympathique : t’es dans la merde, gamin. Face à son manque de réaction, on avait même eu la désobligeance de lui rappeler : y’a vraiment un truc qui tourne pas rond chez toi.
Imaginez un peu leur stupeur lorsqu’ils regarderont la bande vidéo et découvriront avec quel flegme il s’était servit dans le magasin après avoir été témoin d’un crime des plus violents. Il était vingt-trois heure, trop tôt pour que la nuit s’achève.

Juste vingt minutes. Mais cela lui semble être des heures.
Il s’apprête à grignoter son poignet pour se libérer quand la porte s’ouvrit à nouveau.
Il ouvre la bouche, laissant une marque profonde de ses dents sur sa chair, ne voulant demeurer plus longtemps enfermé, il se jette vers l’ouverture évidement sa démarche était vouée à l’échec. L’hérésie enragée par le fait d’avoir été cloitré n’y pensa guère. Son œil se transformait, il l’avait toujours aidé à trouvé une issue. Son regard se planta cependant accidentellement dans les yeux profonds de la femme, stoppant net son mouvement, comme transformé en pierre, il se fige. Son sang se glace, se serait presque douloureux s’il connaissait cette sensation. Il se faisait littéralement happé par la noirceur de ces yeux qui aspiraient à tant de choses puissantes, il le sentait au plus profond de lui à tel point qu’il en eut subitement la nausée et des vertiges… Ses paupières tombèrent devant ses yeux, une brève perte de connaissance qui fit affaisser sa tête qu’il retint de ses épaules en revenant à lui aussi rapidement qu’il était parti. Enfin, un son sortit de sa bouche.
« J’ai faim. »



_________________
Crise existentielle❞
Je rêve que je peux sourire à nouveau, je me réveille en larmes.
Tu sais, quand quelqu’un sort un truc vraiment drôle, un truc qui arrive à me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fait rire aussi, même si tu n'es plus là, à chaque fois...
(icon sunkiss./code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t621-the-resurrectionist-or-an-existential-crisis http://dmthbegins.forumactif.org/t1424-contenu-d-une-coquille-vide-amadeo-gallen-kallela http://dmthbegins.forumactif.org/t639-stomachaches
avatar
Shâmon-Haj aux pattes de velours

→ ORDRE CLANIQUE : la Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 69 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Puma-garou; Shâmon-Haj
→ ERRANCE : Poste de police, la plantation, le camp gitan, en ville, en forêt
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Souriante . Ordonnée. Séductrice quand elle est motivée. Écologiste. Patiente. Zen. Fédératrice . Autoritaire . Maternelle . Tolérante . Bonne oratrice. Juste. Têtue. Combative. Forte . Minutieuse. Fidèle. Protectrice


→ AVATAR : Jessica Alba
→ CREDITS : Eden & tumblr
→ MENSONGES : 827

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Sam 21 Avr 2018 - 15:47

I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes
@Amadeo Gallen-Kallela & @Zaria Sullivan


Contrairement à ce que l’on peut penser, toutes les scènes de crime ne se ressemblent pas. Mais il y a des récurrences, des détails qui reviennent presque à chaque fois. Et avec l’habitude, on apprend où regarder, quoi chercher… C’est instinctif. Et c’est encore plus facile avec les sens accrus d’un Garou. Comme toujours quand je débarque sur les lieux d’un meurtre, c’est d’abord l’odeur âcre du sang, qui me percute le museau. Et mon puma réagit, son instinct de prédatrice en éveil. Les sens aux aguets, j’analyse rapidement les lieux, mon regard glissant sur tout sans s’attarder sur rien. Il s’agit d’une station essence, ce qui explique l’odeur forte des lieux. Pour ce que j’en sais, le gérant a été tué et la caisse vidée. Ce sont les premiers éléments que je dispose. Cela et le fait qu’on a arrêté quelqu’un, un jeune vagabond, qui peut tant être le coupable qu’un témoin. Je soupire et je me dirige vers l’intérieur du magasin pour observer la scène de crime et avoir les premières informations de la scientifique. Ce genre de meurtre n’est pas des plus faciles à résoudre, bien au contraire…

« Bonsoir Lieutenant. », me salue amicalement et avec le sourire le médecin légiste. « Alors, sans surprise, il est mort d’une balle dans la tête. Un tir presque à bout portant, ne laissant aucune chance à la victime. », m’explique-t-il. En même temps à part être un Vampire, je ne vois pas comment survivre à ce genre de blessure… Mais pour la majeure partie des gens, nous sommes des mythes. Je me contente de hocher de la tête en réponse, approchant un peu plus du cadavre. J’observe le tiroir caisse ouvert et vide. « Le vol était le mobile du meurtre… On a un suspect ou témoin. Un mec étrange, qui était sur la scène de crime entrain de manger. Il se servait en fait, comme si le cadavre n’était pas là. Il n’a rien sur lui, pas d’argent ni même de pièce d’identité. Il attend dans la voiture, Lieutenant. », déclare le policier à ma droite. « Bien, je vais aller l’interroger. », je réponds avant de sortir à nouveau du magasin.

Mais je m’arrête près de la voiture de police. Et je fronce des sourcils. Ton odeur m’est familière. Et mon puma détecte tout de suite ce que tu es, guère un danger pour moi en réalité. Mais je comprends mieux pourquoi tes réactions ont été perçues comme étranges par les Humains. Une Hérésie. Voilà ce que tu es. Et si je te reconnais aisément, c’est parce qu’il y en a au camp gitan. Aussi les ai-je toujours côtoyées. Néanmoins, je n’exclus pas l’option que ton influence soit dangereuse pour moi, ni que tu tentes de fuir. Méfiante face à l’inconnu, je décide de me montrer prudente et rapide dans mes actions. Et j’ouvre la portière. Je te lance un regard rapide, analysant la situation et tes possibilités d’action. Ton réflexe est de tenter de sortir. Sans aucun mal, au vu de ma force réelle, je te repousse à l’intérieur de la voiture, te forçant à rester assis. Et nous restons un moment à nous observer droit dans les yeux. Tu sembles choqué face à moi, qui t’analyse avec attention. Je fronce des sourcils à ta remarque. « Tu auras à manger quand tu auras répondu à mes questions. », je réplique posément et calmement. « Je sais ce que tu es. Tu sais ce que je suis… Inutile donc de s’étendre. Tu es au mieux un témoin précieux, au pire le coupable… Alors raconte-moi ce qui s’est passé. », j’explique lentement.
©️ Eden Memories

_________________
Chat sauvage

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2433-zaria-joli-chaton-sauvage-en-cours http://dmthbegins.forumactif.org/t2439-inventaire-de-zaria#54527://dmthbegins.forumactif.org/t1776-inventaire-de-lla-shamon-hej-talia#37138 http://dmthbegins.forumactif.org/t2438-les-suspects-de-zaria
avatar
WEIRDO.

Mr Cat eyed


→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 22 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Circé, son œil se transforme en œil de félin lui offrant les capacités visuelles d'un chat et celles de l'homme par son œil gauche, ce phénomène lui donne un visage tout à fait effrayant.
→ ERRANCE : Partout et nulle part
→ TROMPE L'ENNUI : Cambrioleur et pickpocket, fait des vacations nocturnes à la Mandragore
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Particulièrement perturbé, souffre de symptomes de troubles autistiques


→ AVATAR : Andy Biersack
→ CREDITS : LEV (merci grand père !)
→ MENSONGES : 391

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Lun 30 Avr 2018 - 0:43

L’hérésie au fond de son fauteuil de voiture, bien que confortable, n’était pas très à l’aise. Il était toujours menotté, il ne voulait pas être prisonnier, c’était l’une des choses qui pouvaient le rendre particulièrement instable. Il voulait s’évader, mais il ne le pouvait pas. L’arrivé de cette femme, ce garou, le bloqua. D’ailleurs, elle le repoussa si facilement. L’hérésie savait qu’il abimerait son corps s’il cherchait à lutter contre elle. Alors il ne fit pas cette absurdité. Se contentant de la fixer, sans regarder ses yeux. Pas à nouveau, c’était bien trop anxiogène. Amadeo n’était pas dérangé du silence qui s’installait, il continuait à tirer sur ses menottes qui le gène. Il ne pouvait pas laisser cela comme ça, sans réagir. Puis finalement, une autre sensation se présente à lui. La faim. Toujours et encore. Il exprime ce besoin, tout naturellement. Puisqu’il n’était pas en capacité de se trouver de la nourriture ainsi enchainé ! Il eut cependant une condition à obtenir de quoi se sustenter : répondre aux questions. L’hérésie retroussa son nez, il n’aimait pas vraiment la police. Ils le bousculent, disent qu’il est fou, ils l’enferment quelque fois  pour vols et comme il n’est personne, il est relâché. Il sentait cependant que cette fois c’était plus compliqué, jamais on ne l’avait interrogé dans un voiture. Probablement avaient-ils besoin des réponses rapidement, mais Amadeo ne s’en inquiétait pas. Il voulait être détaché et manger ! L’humanité était si cruelle envers lui, sous toutes ces formes.

Ce qu’il s’est passé. L’hérésie se penche doucement en avant, son regard se dirige vers la station service qu’il voyait à travers la fenêtre. Il y avait des lumières partout, rouges et bleus. Un bal incohérent. Il aimait bien cela. Etrangement, cette vision de chaos ne l’alarmait pas.

« Il est venu voler la nourriture. » Détaché de lui-même, il raconte l’histoire. « Il cachait dans ses poches, et ensuite un homme est venu. Il a dit au vendeur qu’il voulait de l’argent. L’homme a sorti une arme et quelqu’un a crié, une vieille dame en rose. Puis le pistolet a tiré et la vieille dame a encore crié, et les autres aussi ont fait comme elle. C’était beaucoup de bruit. Ils se sont mit à courir et le pistolet a tiré une deuxième fois. Ensuite, l’homme est parti et tout le monde avait disparu. Il n’y avait plus qu’Amadeo, l’homme tout mort et les bonbons. » Il ne pensait pas avoir manqué l’essentiel, surtout pas les bonbons. L’hérésie remue pour sortir de sa poche un paquet de bonbons, puisqu’il venait de se souvenir qu’ils étaient là. Si les policiers avaient fait ses poches, ils n’avaient pas regardé celle là. Il trouve une barre chocolatée quelque peu fondue. Il ne réfléchit pas, il commence à l’ouvrir avec un empressement qui dévoilait la souffrance physique qu’il éprouvait face à ce vide qui l’habite. « Les policiers sont venus, ils ont mis Amadeo par terre et ils l’ont attaché. » Il eut un léger froncement de sourcils à cette pensée particulièrement désagréable. Il n’aimait pas qu’on le touche, et ces policiers ne s’étaient pas privés de le palper pour trouver une arme sur lui. Ils l’avaient bousculé, crié dessus, demandé son nom. L’hérésie n’avait rien voulu répondre. Rapidement son visage se dérida, il n’était pas tout à fait apte à conserver longtemps une quelconque expression. Il demande de sa voix grave qu’il tente de tempérer. Il ne s’est jamais habitué à celle-ci depuis qu’il avait mué, cette grosse voix si étrange, il se demandait d’où elle venait, si quelqu’un allait venir la lui reprendre pour lui rendre la sienne. « Tu vas détacher ? » Il aimerait beaucoup.

_________________
Crise existentielle❞
Je rêve que je peux sourire à nouveau, je me réveille en larmes.
Tu sais, quand quelqu’un sort un truc vraiment drôle, un truc qui arrive à me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fait rire aussi, même si tu n'es plus là, à chaque fois...
(icon sunkiss./code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t621-the-resurrectionist-or-an-existential-crisis http://dmthbegins.forumactif.org/t1424-contenu-d-une-coquille-vide-amadeo-gallen-kallela http://dmthbegins.forumactif.org/t639-stomachaches
avatar
Shâmon-Haj aux pattes de velours

→ ORDRE CLANIQUE : la Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 69 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Puma-garou; Shâmon-Haj
→ ERRANCE : Poste de police, la plantation, le camp gitan, en ville, en forêt
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Souriante . Ordonnée. Séductrice quand elle est motivée. Écologiste. Patiente. Zen. Fédératrice . Autoritaire . Maternelle . Tolérante . Bonne oratrice. Juste. Têtue. Combative. Forte . Minutieuse. Fidèle. Protectrice


→ AVATAR : Jessica Alba
→ CREDITS : Eden & tumblr
→ MENSONGES : 827

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Lun 7 Mai 2018 - 22:16

I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes
@Amadeo Gallen-Kallela & @Zaria Sullivan


Je sais ce que tu es. Je comprends d’autant plus facilement que tu sembles étrange, différent, barge pour mes collègues. Eux ignorent l’existence des Hérésies, ces Créatures n’ayant qu’une demi-âme incapables d’émotion. Certaines savent rendre le change, sont plus sociable que d’autre. Toi, tu dois être totalement déconnecté de la réalité. Je t’observe, sens aux aguets. Je me méfie de toi, même si je me sais plus rapide et forte que toi. J’ignore quelle est ton influence. Et la méfiance est mère de sûreté. Alors, je te garde à l’intérieur de la voiture. Ta remarque ne me surprend pas. Je me doute que tu n’es pas touché par ce qui s’est passé ici. Et quelque chose me dit que tu ne mentiras pas. Alors je te demande de me raconter ce qui s’est passé. Appuyée contre la portière, je t’observe avec attention et curiosité, bras croisés sous ma poitrine. Qui es-tu ? Pourquoi étais-tu là ? Pourquoi n’as-tu pas fui ou coopérer avec la police ? Tant de questions qui resteront, je le crains, sans réponse.

Et quand tu me racontes ta version des faits, je constate que tu parles de toi à la troisième personne. C’est comme si tu parlais de quelqu’un d’autre. Pourtant, je comprends qu’il s’agit de toi, qui m’explique ce que tu as vu. Les Hérésies souffrent parfois de ce genre de trouble, qui les rendent presque autistes aux yeux des Humains. Je prends des notes rapides pour me souvenir de ce que je devrais chercher, comme cette dame en rose. Et j’ai un vague sourire quand tu t’attardes sur les bonbons. Tu es un vrai ventre sur pattes de toute évidence. « Peux-tu me décrire l’homme, qui a braqué le magasin ? », je questionne. J’ai peu d’espoir que tu saches le décrire, mais qui ne tente rien n’a rien partait-il. Et je garde une voix douce, avenante pour ne pas t’effaroucher plus que nécessaire. Et tu te débrouilles pour sortir une barre de chocolat de ta poche. J’arque un sourcil. Tu sembles affamé.

Et quand tu poursuis, je peux lire ta désapprobation. Je me contente de hocher de la tête. Si tu errais comme ils me l’ont dit dans le magasin tout en te servant, ils t’ont pris pour le criminel. Et en soi, tu étais en train de voler donc t’arrêter est logique. Mais es-tu apte à comprendre les lois humaines ? Je me le demande. Tu sembles tellement hors de notre monde. Mais ton expression change. Je tapote mon crayon contre mon calepin. « Si tu promets de ne pas partir en courant, oui, je veux bien te détacher. », je réplique en haussant des sourcils. De toute manière, je suis plus rapide et forte que toi. Je sors les clés des menottes de ma poche. « Alors, on est d’accord ? Je te libère, mais tu ne files pas ? Et si tu coopères, je t’offre un vrai repas. » De toute évidence la nourriture est ton moteur premier. « Allez, tourne-toi. »
©️ Eden Memories

_________________
Chat sauvage

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2433-zaria-joli-chaton-sauvage-en-cours http://dmthbegins.forumactif.org/t2439-inventaire-de-zaria#54527://dmthbegins.forumactif.org/t1776-inventaire-de-lla-shamon-hej-talia#37138 http://dmthbegins.forumactif.org/t2438-les-suspects-de-zaria
avatar
WEIRDO.

Mr Cat eyed


→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 22 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Circé, son œil se transforme en œil de félin lui offrant les capacités visuelles d'un chat et celles de l'homme par son œil gauche, ce phénomène lui donne un visage tout à fait effrayant.
→ ERRANCE : Partout et nulle part
→ TROMPE L'ENNUI : Cambrioleur et pickpocket, fait des vacations nocturnes à la Mandragore
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Particulièrement perturbé, souffre de symptomes de troubles autistiques


→ AVATAR : Andy Biersack
→ CREDITS : LEV (merci grand père !)
→ MENSONGES : 391

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Lun 14 Mai 2018 - 14:43

Décrire le braqueur, l’hérésie ne répondit pas immédiatement. Il se contente de se tortiller pour attraper une barre chocolatée qui avait échappé au contrôle de police. Il avait remarqué qu’elle prenait des notes, mais il ne s’en souciait pas, les policiers font toujours cela. Amadeo était un véritable glouton, il ne cherchait pas à dissimuler ce défaut. Pourquoi faire ? Pour plaire à qui ou pour se plier à quelles conventions sociales ? Finalement, il s’aperçu rapidement que sa position est bien trop impossible pour parvenir manger… Il  lui demanda si elle avait l’intention de le détacher. Evidement, elle imposa ses conditions, il n’aime plus passer des marchés avec la police, il se faisait toujours avoir ! Il se pince légèrement les lèvres en signe de réflexion. Mais voila qu’elle propose un repas. Son estomac était si manipulable ! Le jeune homme répondit « D’accord. » Pourtant, il eut une seconde d’hésitation avant de se tourner dos à la garou. Il entendit des bruits métalliques, les menottes se resserraient de quelques millimètres au passage de la clé avant de s’ouvrir.

Libre. Le gamin se précipite sur sa barre de chocolat, comme s’il craignait qu’elle lui dérobe son festin. Le jeune homme savourait à sa manière, bien que sa manière de manger était tout sauf humaine. Une fois engloutis, Amadeo prit quelques secondes pour constater que ses poignets sont marqués. Il renifle sa peau, de manière un peu trop animale pour son espèce. Pas d’odeur de sang, alors il allait bien, qu’il pensait. L’hérésie avait véritablement envie de prendre la fuite, il n’était pas confortable enfermé dans cette voiture, il n’aimait pas les espaces confinés. « Il était de taille normale, ses cheveux sont bruns et frisés. Ils sont sales. » Oui, bien que ceux d’Amadeo l’étaient la plupart du temps, ce n’était pas le cas ce jour là. Le jeune homme ne manquait pas de ressources, il adorait l’eau, n’avait que trop rarement l’occasion de se baigner, un peu plus d’emprunter la douche d’une maison qu’il cambriolait. Une perte de temps, un confort pour son corps dont les muscles se délassaient sous l’eau chaude, il n’y résistait pas. « Sa peau est brune, ses vêtements sont noirs mais les chaussures blanches à ses pieds. Il avait une voix en colère. » Du moins, ça avait l’air d’être de la colère, du peu qu’il en connaissait. Il pensait avoir dit tout ce qu’il pouvait, il ne pouvait parler du visage pour la simple et bonne raison qu’il ne l’avait pas regardé. Tout comme il ne regardait pas celui de la femme policier. Une vision bien trop insupportable. Il ne la connaissait pas après tout. Le jeune homme chiffonna l’emballage vide dans sa main. Il avait encore faim, on l’avait privé de son sac à dos et du résultat de sa chasse. Il craignait de d’être convoqué en garde à vue pour le contenu de celui-ci. Un peu d’argent, de la nourriture, des portefeuilles vides… Tant de choses utiles et inutiles. Tout comme lui, ce n’était qu’une question de point de vue…

Il tourne la tête, pour regarder à travers la fenêtre, il vit un brancard passé, un corps dans un sac. Amadeo n’est pas ému, il regardait la scène avec détachement, toujours asticoté par sa faim. Il vit un policier passer, le sac à dos du suspect dans les mains, en train de… De manger une des maxi gaufrettes volées ! Amadeo plaqua la main sur la vitre, les doigts de la seconde sur la poigné de porte malheureusement verrouillé. Voleur, pensait l’hérésie avec un soupçon de colère, aussi infime qu’il puisse ressentir. « C’est à Amadeo ! » Qu’il criait à travers la vitre, mais le policier n’entendait rien, d’ailleurs, un collègue vint lui taper la causette et lui bloquer la vue sur le mangeur de biscuits ! Il se mit à taper à la vitre, la loi de la rue lui avait apprit à ne pas se laisser faire s’il voulait survivre…

_________________
Crise existentielle❞
Je rêve que je peux sourire à nouveau, je me réveille en larmes.
Tu sais, quand quelqu’un sort un truc vraiment drôle, un truc qui arrive à me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fait rire aussi, même si tu n'es plus là, à chaque fois...
(icon sunkiss./code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t621-the-resurrectionist-or-an-existential-crisis http://dmthbegins.forumactif.org/t1424-contenu-d-une-coquille-vide-amadeo-gallen-kallela http://dmthbegins.forumactif.org/t639-stomachaches
avatar
Shâmon-Haj aux pattes de velours

→ ORDRE CLANIQUE : la Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 69 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Puma-garou; Shâmon-Haj
→ ERRANCE : Poste de police, la plantation, le camp gitan, en ville, en forêt
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Souriante . Ordonnée. Séductrice quand elle est motivée. Écologiste. Patiente. Zen. Fédératrice . Autoritaire . Maternelle . Tolérante . Bonne oratrice. Juste. Têtue. Combative. Forte . Minutieuse. Fidèle. Protectrice


→ AVATAR : Jessica Alba
→ CREDITS : Eden & tumblr
→ MENSONGES : 827

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Ven 8 Juin 2018 - 20:39

I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes
@Amadeo Gallen-Kallela & @Zaria Sullivan


Je t’observe. Habillement j’utilise ton point faible, qui est plus qu’évident, pour obtenir ta collaboration. J’ignore jusqu’à quel point tu peux être fiable. Je ne sais pas si tu es témoin ou coupable. Ce n’est pas aussi évident que cela, même si je dirais que tu n’es pas violent de nature. Cela dit, ton état physique et ton comportement autistique ne parlent pas en ta faveur. Je connais le système judiciaire et policier. J’ai plus d’une fois vu un Gitan arrêté par pure discrimination. Mais dans ton cas, c’est savoir où se situe la vérité dans ton histoire. Et cela peut prendre du temps. Cela dit après une légère réflexion, l’idée de retrouver ta liberté te tente plus que celle de ne pas coopérer. Alors, je te libère lentement les mains, restant bien face à la portière ouverte pour être certaine, que tu ne t’échapperas pas. Et il ne me reste qu’à espérer que tu vas bel et bien me décrire l’agresseur.

Une fois libre, tu t’attaques à la barre chocolatée qui ne fait pas long feu. Tu mangeais déjà quand mes collègues sont arrivés sur les lieux du crime. Et tu sembles toujours affamé. Je suppose que c’est lié à ton influence de Hérésie. J’attends que tu répondes à ma question, observant tes réactions assez étranges voire animale. Tu humes tes poignets comme pour vérifier que l’odeur du sang n’y traîne pas. Je penche un peu la tête, me montrant patiente avec toi. Je remarque aussi la ligne rouge qui barre tes poignets, preuve que les menottes étaient trop serrées. Mais je ne pense pas que tu porteras plainte pour mauvais traitement contre les policiers. Finalement, tu me réponds. Et je note de nouveau les informations, que tu me transmets. Elles sont banales, générales en fait. Et beaucoup de monde peut correspondre à cette description.

« D’accord. As-tu remarqué un signe distinctif ? », je demande cherchant quelque chose de plus particulier. « Comme un tatouage ? Un bijou ? Une malformation ou un problème physique ? » Je reporte mon regard perçant sur toi avec curiosité. Si c’est le cas, cela nous facilitera peut-être l’enquête. Mais j’en doute. C’est un crime assez commun, et assez compliqué à résoudre faute de lien réel entre l’assassin et sa victime. « Il était en colère ? Te souviens-tu de ce qu’il a dit ? », je questionne en fronçant des sourcils. Peut-être que ce n’est pas un braquage, mais un règlement de compte maquillé en crime aléatoire. Mais es-tu apte à te souvenir de ce que tu as entendu ? Je l’espère. Et puis tu t’animes rageusement. Mon regard suit le tien pour constater que tu t’énerves parce qu’un policier a pris ton sac à dos. « Calme-toi. », j’ordonne avec un feulement préventif. Ma main se referme sur ton épaule et je te tire en arrière. « Tes affaires te seront rendues, quand on aura la preuve que tu n’es pas coupable. », j’explique calment mais fermement. « Et moins ce que tu as volé. » Parce que cela va de soi. « Amadeo c’est ton nom ? », je demande en te forçant à me faire face. J’espère que tu ne nous forceras pas à utiliser la force brute. « J’ai dit que si tu m’aidais, tu aurais un repas chaud, tu te souviens ? » J’essaie de récupérer ton attention.
©️ Eden Memories

_________________
Chat sauvage

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2433-zaria-joli-chaton-sauvage-en-cours http://dmthbegins.forumactif.org/t2439-inventaire-de-zaria#54527://dmthbegins.forumactif.org/t1776-inventaire-de-lla-shamon-hej-talia#37138 http://dmthbegins.forumactif.org/t2438-les-suspects-de-zaria
avatar
WEIRDO.

Mr Cat eyed


→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 22 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Circé, son œil se transforme en œil de félin lui offrant les capacités visuelles d'un chat et celles de l'homme par son œil gauche, ce phénomène lui donne un visage tout à fait effrayant.
→ ERRANCE : Partout et nulle part
→ TROMPE L'ENNUI : Cambrioleur et pickpocket, fait des vacations nocturnes à la Mandragore
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Particulièrement perturbé, souffre de symptomes de troubles autistiques


→ AVATAR : Andy Biersack
→ CREDITS : LEV (merci grand père !)
→ MENSONGES : 391

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Jeu 21 Juin 2018 - 20:07

En se concentrant, il aurait pu trouver un détail qui puisse aider la policière. Mais il n’était pas vraiment à l’aise, il avait faim et son sac avait disparu. Sac qu’il retrouva visuellement, dans les mains d’un policier. Amadeo ignora complètement les questions auxquelles il n’avait pas répondu pour crier à travers la fenêtre. Il est cependant vite rattrapé par la réalité, une main sur son épaule. Un contact physique assez brusque qui le repoussa une fois de plus en arrière, reste à ta place. Il sentait que sa respiration était plus courte, il se sentait menacé. La voix de la jeune femme assurais que son sac serait rendu, mais il peinait à la croire, il n’avait pas confiance en elle. Après tout il ne la connaissait pas, elle mentait peut-être. Comment reconnaitre le mensonge ? Il n’avait toujours pas appris à faire la différence, il ne répondait pas lorsqu’elle lui demande confirmation de son nom. L’hérésie sentait l’énergie démoniaque circuler en lui, il pouvait être plus fort, mais pas assez face à elle. Non pas uniquement parce qu’elle était garou, mais parce qu’elle était puissante. Elle avait le plus haut statut de la horde, mais ça il l’ignorait. Il n’avait par le passé que connu Talia. Il la savait disparue, mais ignoré qu’elle fut remplacée. L’énergie poussa la transformation de son œil en celui de félin, cet œil qui fixait désormais celle capable de se transformer entièrement.

Elle le maintenait face à elle, il n’était pas habitué à de telle confrontation avec les autres. Les autres le fuient, le rejettent… « C’est à Amadeo… » Qu’il répète, la rage en moins. Comme s’il était perdu quelque part dans son esprit. Perturbé par cette dernière phrase qu’elle eut prononcée. Cette promesse allait-elle vraiment aboutir ? Ou ce repas n’était qu’un mensonge pour le manipuler ? Cela ne serait pas la première fois. Il calma cependant sa respiration sans pour autant que son œil reprenne une forme normale. « Il a dit… Vide la caisse. Tu as volé ma femme et mon fric. » Oui c’était bien ces mots là… Amadeo se concentra sur ceux-ci, mais il ne lui semblait pas avoir entendu de réponse de l’autre avant qu’il ne se fasse tirer dessus. L’hérésie détourna la tête, ne supportant plus le regard de la jeune femme. Il avait besoin de souffler, qu’on lui rende son corps de d’habitude : sans main dessus, ni regard. « Amadeo n’a rien vu d’autre, l’homme est passé à coté de lui, mais il n’a pas tiré sur Amadeo. » Non, il n’avait tiré sur personne d’autre, une seule victime. Ce qui aurait du ressembler à un braquage n’était pas que cela. Avec tous ces cris, probablement le criminel n’avait pas songé que quelqu’un ait pu entendre ces quelques mots. L’hérésie resta immobile, comme si quelqu’un venait d’appuyer sur le bouton off, il l’entendait écrire sur le petit carnet. Il ne savait pas lire lui-même, donc il ne fut pas tenter de regarder ce qui était inscrit. Le jeune homme se concentrait pour retransformer son œil, il savait que s’il voulait sortir de cette voiture, il avait tout intérêt à avoir l’air aussi humain que possible.

Un policier tapota la vitre, dérangeant cet interrogatoire en ouvrant la porte, demandant à sa supérieure de signer quelque chose pour le départ du corps vers leurs locaux. L’agent dévisagea Amadeo, il l’avait déjà interpellé pour vol à l’arraché… Pour un sandwich. L’hérésie avait fait une drôle d’impression auprès du policier qui se sentit parfaitement mal à l’aise. Il demanda malgré tout : On l’embarque ? L’hérésie redressa la tête, la réponse à cette question l’intéressait atrocement.

_________________
Crise existentielle❞
Je rêve que je peux sourire à nouveau, je me réveille en larmes.
Tu sais, quand quelqu’un sort un truc vraiment drôle, un truc qui arrive à me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fait rire aussi, même si tu n'es plus là, à chaque fois...
(icon sunkiss./code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t621-the-resurrectionist-or-an-existential-crisis http://dmthbegins.forumactif.org/t1424-contenu-d-une-coquille-vide-amadeo-gallen-kallela http://dmthbegins.forumactif.org/t639-stomachaches
avatar
Shâmon-Haj aux pattes de velours

→ ORDRE CLANIQUE : la Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 69 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Puma-garou; Shâmon-Haj
→ ERRANCE : Poste de police, la plantation, le camp gitan, en ville, en forêt
→ TROMPE L'ENNUI : Lieutenant de police
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Souriante . Ordonnée. Séductrice quand elle est motivée. Écologiste. Patiente. Zen. Fédératrice . Autoritaire . Maternelle . Tolérante . Bonne oratrice. Juste. Têtue. Combative. Forte . Minutieuse. Fidèle. Protectrice


→ AVATAR : Jessica Alba
→ CREDITS : Eden & tumblr
→ MENSONGES : 827

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Mer 11 Juil 2018 - 16:48

I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes
@Amadeo Gallen-Kallela & @Zaria Sullivan


Je soutiens ton regard. Mais je fronce des sourcils. Bien que me doute que la transformation de ton œil soit un réflexe défensif, je sais aussi que je ne pourrais pas te relâcher si tu ne reprends forme humaine. Pour ne pas t’effrayer plus, je ne feule pas, ni ne change mes yeux. Par contre, je note dans ma tête que si je veux que tu coopères, il me faut te rendre ton sac-à-dos et te donner ce fameux repas chaud que je te propose. Mon regard fait rapidement le tour de la scène de crime. Personne ne sera étonné que je t’aide ici. Après tout, mes collègues te perdront pour un Gitan, un de ceux que je protège et aide. Certains savent que je suis plus ou moins une Gitane, d’ailleurs. Les autres me voient comme une âme compatissante, qui a à cœur de lutter contre la discrimination envers les minorités. Lentement, quand je suis certaine, que tu ne t’échapperas pas, je te relâche. À la manière dont tes muscles se sont tendus, je devine que tu n’apprécies pas le contact physique.

« D’accord, Amadeo donc. », je répète en essayant d’avoir une voix douce et d’étendre mon aura de Shâmon-Haj autour de toi, de manière à te rassurer. Cela fonctionne avec les Hérésies gitanes, alors peut-être aussi avec toi. Je penche la tête un peu plus tout en fronçant des sourcils, quand tu répètes les mots prononcés par l’assassin. Bon, donc c’est un meurtre et non pas un simple cambriolage. Je note cela avec une indication en plus. Il faudra fouiller le passé de la victime et ses relations aussi. « D’accord. Ça m’aide. » Enfin ça nous donne surtout un début de piste à creuser. Et cela rend espoir de coincer le meurtrier. Du coup, la victime avait une maîtresse, qui était mariée. Cela devrait restreindre les investigations. Je l’espère du moins. J’acquiesce de la tête. Bon si c’est une vengeance, en soi, tuer quelqu’un d’autre n’était pas utile. Je finis de prendre note lentement, indiquant aussi des pistes de réflexions à approfondir en fonction de ce que l’on trouvera.

Un policier débarque et je relève la tête vers lu avec un froncement de sourcils. Comme souvent face à une Hérésie, il ne sait pas comment réagir. Je prends les documents et je les signe. « Dis au médecin légiste de m’envoyer son rapport directement. », j’ordonne. Après tout aller en salle d’autopsie ne m’apprendra rien, la mort étant clairement due à une arme à feu. « Non, sauf si tu peux me prouver qu’il est coupable… Mais pour le moment c’est juste un témoin. », je réponds avec un haussement de sourcils. « Rends-lui son sac-à-dos. Je vais m’occuper de finir sa déposition dans un endroit plus calme. » L’agent hésite avant de simplement hocher de la tête et de disparaître. Après quelques minutes, il me ramène le sac. J’attends qu’il s’éloigne pour reprendre la parole. « Je te le rends dans la condition où tu viens avec moi. » Parce que je n’ai pas fini de t’interroger. Et j’attends ta réponse.
©️ Eden Memories

_________________
Chat sauvage

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2433-zaria-joli-chaton-sauvage-en-cours http://dmthbegins.forumactif.org/t2439-inventaire-de-zaria#54527://dmthbegins.forumactif.org/t1776-inventaire-de-lla-shamon-hej-talia#37138 http://dmthbegins.forumactif.org/t2438-les-suspects-de-zaria
avatar
WEIRDO.

Mr Cat eyed


→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 22 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Circé, son œil se transforme en œil de félin lui offrant les capacités visuelles d'un chat et celles de l'homme par son œil gauche, ce phénomène lui donne un visage tout à fait effrayant.
→ ERRANCE : Partout et nulle part
→ TROMPE L'ENNUI : Cambrioleur et pickpocket, fait des vacations nocturnes à la Mandragore
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Particulièrement perturbé, souffre de symptomes de troubles autistiques


→ AVATAR : Andy Biersack
→ CREDITS : LEV (merci grand père !)
→ MENSONGES : 391

†


MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   Ven 20 Juil 2018 - 9:31



Loin d’avoir l’esprit tranquille, il décida de se calmer. D’obéir pour être plus précis. Etre raisonnable n’était pas l’idée, mais se servir un peu de sa cervelle pour s’en sortir, ça il pouvait. Il avait rarement le dessus sur les autres. Il avait fini par s’habituer à ce fait. Il collaborait. La meilleure option. Il était prit au piège. Cette voiture était verrouillée. La seule issue possible était de passer sur el corps de la garou. Inenvisageable. Il devait fait ce qu’elle voulait. Finalement, un policier coupa court à leur conversation. Allait-il être embarqué ? Bien qu’il ne porte plus de menotte, était-il toujours suspect ? L’hérésie fixait les lèvres de Zaria. Guettant les mots qui allaient en sortir. Non. Ce mot suffit pour qu’il se sente soulagé. Il ne soupira pas. Il se sentirait mieux quand il sera sorti de cette voiture de police ! Le jeune homme n’avait pas confiance aux policiers. Il sait que leur rôle est de protéger la population. Mais bien souvent, ils savent lui faire ressentirai que lui, en tant qu’hérésie, il ne faisait pas parti des gens à protéger. Non… Toujours vu comme un criminel. Lui, le chat errant… L’hérésie dégoutante. Sa vie n’avait de valeur pour personne, à peine pour lui-même.

Amadeo resta silencieux, suivant les mouvements du policier à travers les différentes vitres. Il observe le cheminement de son sac qui arriva finalement dans les bras de la policière. Au moins, il pouvait avoir un œil dessus ! Il constate qu’il est un peu moins épais. Probablement lui avait-on supprimé quelques articles impayés. Mais comme Amadeo n’était pas sorti volontairement avec ce sac rempli, il ne pouvait pas être inculpé pour vol. Pas cette fois.

Mais voila, il y a encore une condition. Amadeo avait la sensation que celles-ci se multipliaient sans arrêt. Cependant, il voulait réellement récupérer son sac et sortir d’ici. Il se demandait s’il aurait la moindre chance de prendre la fuite une fois dehors. Dans tous les cas, il étudierait cette option. « Il a compris. » Parce qu’il n’y a pas à être d’accord cette fois ci. Juste pas d’autre choix. Il devait s’y plier ou il pouvait dire adieu à son sac et peut-être même sa liberté. La seule chose qui lui restait en ce bas monde. Il tend les mains vers le sac, sans trop savoir s’il va pouvoir les récupérer. Il sent le tissu de celui-ci sous ses doigts qui se referment. Il ressentait quelque chose. C’était doux… C’était le soulagement. Il poussa même un soupire à peine audible. Les paupières closes, comme pour savourer cette émotion. Infime. Venu par hasard. Cadeau du soir déposé sur son cœur froid. C’était si agréable. Il aimerait se raccrocher à ces quelques secondes pour toujours. Mais déjà, l’émotion s’en va. Elle est partie comme elle est venue. Sans prévenir.

« Ce policier n’aime pas les hérésies. » Commentait-il après avoir ouvert les yeux et entrevu la silhouette de l’homme par la vitre. A vrai dire, personne n’aime les hérésies, il le savait bien. Leur compagnie est si dérangeante. « Tu ne veux pas faire de mal à Amadeo, mais tu ne dois pas aimer le sentir. » Sentir son odeur, sa présence, son aura ? Il ne savait jamais exactement ce qui dérangeait le plus les autres… Doucement, il tire sur le sac pour l’amener à lui. Comme un enfant voulant reprendre sa peluche confisquée, mais avec beaucoup moins d’affect. « Tu veux emmener où ? » Vers quel pétrin allait-elle l’embarquer ? La prison ne serait-elle pas préférable ? Mais il pense à cette nourriture qu’elle eut promis et ce vide en lui… Il avait envie de croire en ces bonnes intentions et pourtant, il lui fallait le voir pour enfin se dire que la bonté envers une hérésie puisse être possible.

_________________
Crise existentielle❞
Je rêve que je peux sourire à nouveau, je me réveille en larmes.
Tu sais, quand quelqu’un sort un truc vraiment drôle, un truc qui arrive à me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fait rire aussi, même si tu n'es plus là, à chaque fois...
(icon sunkiss./code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t621-the-resurrectionist-or-an-existential-crisis http://dmthbegins.forumactif.org/t1424-contenu-d-une-coquille-vide-amadeo-gallen-kallela http://dmthbegins.forumactif.org/t639-stomachaches
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo   

Revenir en haut Aller en bas
 

I put my socks on my feet, just so that my soul won't fall through my toes - Zaria & Amadeo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande de retouche
» Look at his feet is very dangerous//Ethan//
» you know you can lean on me ◊ Pete (terminé)
» Asami Akira ft Yamapi & Asami Seichirou ft Gackt
» " Si vous swimmez dans le happiness, be careful, restez là où vous avez feet " [PV Utsuroi Ori]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Brightside-