AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
YOU WANNA BE MY DOG.


→ MENSONGES : 303
MAÎTRE DU JEU † BE BRAVE
MAÎTRE DU JEU † BE BRAVE


MessageSujet: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Jeu 22 Fév 2018 - 14:11

Love drug


j'veux toucher les bubulles !

Vous cherchiez l'un et l'autre Alessandro Llywlyn, et parvenez à la Tombe. Celle-ci est étrangement décorée, tout en rose, avec des ballons en forme de coeur, mais bon soit, connaissant le vampire exubérant tout cela est sans doute parfaitement normal. Vous vous retrouvez à accepter un verre de ce qui paraît être du punch arrangé aux couleurs roses péchues, et sirotez l'un et l'autre le verre sans vous douter un seul instant qu'il s'agit d'une puissante drogue hallucinogène qui est à l'intérieur. Quelqu'un arrive pour vous dire de ne surtout pas le boire, qu'il y a eu un problème, mais c'est trop tard !

Vous voilà tous les deux à halluciner sérieusement dans le club qui étrangement est complètement vide. Pourquoi diable personne ne fait la fête, et pourquoi êtes vous soudainement si joyeux ? L'effet de la drogue: vous rend joyeux, tactile, heureux, vous fait aimer tout le monde et vous donne envie de faire des câlins.

Instuction MJ
Comme c'est un évènement un peu particulier, les règles sont différentes des autres events, vous n'avez de limites de mots par exemple. Le MJ interviendra pour vous guider s'il sent que vous en avez besoin, mais avec ce type d'évent, le MJ vous invite surtout à vous lâcher et à vous amuser avec vos persos !

Et puisqu'il s'agit d'une animation et d'un jeu, il y a un défi que vous pouvez remplir ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t125-demande-d-intervention-du-green-devil http://dmthbegins.forumactif.org/t125-demande-d-intervention-du-green-devil http://dmthbegins.forumactif.org/t125-demande-d-intervention-du-green-devil
avatar


→ ORDRE CLANIQUE : Consortium
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Voir les auras - Communiquer avec les esprits, avec une affinité avec le voile - Résister partiellement au charme et à l'hypnose - Voyager dans les rêves
→ ERRANCE : Chez lui, au QG du Consortium, à la Bibliothèque, en train de suivre un certain vampire, ou juste n'importe où à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Bibliothécaire et Omniscient pour le Consortium
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Réservé - Timide - Pudique - Secret - Silencieux - Introverti - Solitaire - A l'écoute - Tolérant - Ouvert d'esprit - Pragmatique - Rêveur - Curieux - Pas très courageux ni ambitieux


→ AVATAR : Bill Skarsgård
→ CREDITS : Avatar @Lulla(by) (moi-même)
→ MENSONGES : 150

†


MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Lun 5 Mar 2018 - 9:03


Love drug
Ludmila Stakavold & Gabriel Lestrange
Sans surprise, on me laissa entrer dans le club, qui n’avait d’attrait pour moi que d’être le repère d’un certain vampire de ma connaissance. Si ce n’était pour Alessandro, nul doute que je n’aurais pas mis les pieds dans ce nid à vampires, tous avides de goûter à mon sang de medium. Heureusement ils savaient se tenir et ne me laisser tranquille, ce qui me convenait parfaitement. En fait, s’ils pouvaient faire comme si je n’étais pas là, ce serait parfait. Bien entendu ce serait rêver de ma part tandis que plusieurs regards me dévisageaient à chaque pas que je faisais, la cravate rouge que je portais, après un pari raté avec mon cousin, me donnait l’impression d’être encore plus visible. Ce qui me mettait mal à l’aise, même si je faisais de mon mieux pour ne rien laisser paraître. Je pris donc la direction du bar, tout en essayant de trouver dans la foule Alessandro, sans y parvenir. Après m’être approché, je demandais au barman où se trouver l’objet de ma recherche. L’homme qui mélangeait un cocktail ne sut que me dire que le patron n’était pas là. Quant à savoir s’il viendrait ce soir, il n’en avait aucune idée. Finalement je décidai d’attendre un peu de voir s’il allait venir, même si je n’étais guère fan des lieux, ce n’était pas pire qu’ailleurs – et il y avait de l’alcool.

Ce fut à ce moment-là que je remarquai la décoration de La Tombe. Il faut dire que j’avais été uniquement préoccupé par le fait de trouver le propriétaire des lieux, que je n’avais pas vraiment fait attention au décor. Dominée par le rose, le club avait des ballons en forme de cœur exposés un peu partout. C’était ma veine, tomber sur un club de vampire qui fêtait la Saint Valentin. Une fête stupide, à visée commerciale. D’un autre côté, j’imaginai qu’il devait rameuter des tas de célibataires soucieux d’oublier cette date en s’offrant des sensations fortes. Comme le 14 février ne représentait rien pour moi – même si après réflexion, j’allais sans doute entendre mon mentor demander pourquoi je n’avais pas invité Annalisa – je n’avais même pas fait attention à la signification de cette date. Peut-être était-ce la raison de l’absence d’Alessandro qui s’était sans doute trouvé une « valentine » pour passer la nuit. Je tentais de ne pas faire attention à la pointe de mauvaise humeur que cette pensée provoqua. Je n’avais aucun droit sur lui, je n’avais même pas rendez-vous avec lui de base. Agacé par moi-même, je me tournai vers le barman avec l’idée de me faire servir un whisky.

Au lieu de ça je me vis proposer le cocktail du jour, une sorte de punch rose. Septique, j’avais quand même accepté, en me disant que je pouvais toujours effacer le goût à coup d’alcool fort si besoin. Heureusement, malgré la couleur peu attrayante à mon goût, la boisson n’était pas mauvaise, et je me retrouver à la siroter en jetant des coups d’œil réguliers à la porte et le carré VIP, en espérant voir apparaître le maitre des lieux. Mais au lieu de ressentir de la frustration, je commençais à me sentir, comme si je fumais un joint. Cette idée sembla vouloir en amener une autre dans mon cerveau, mais je ne parvins pas à attraper cette pensée volatile. Comme venant de loin, j’entendis une voix me dire d’arrêter de boire, mais je ne l’écoutai pas et avalai une gorgée supplémentaire, me retournant pour lui dire de ne pas s’inquiéter. Mais derrière moi il n’y avait personne. Une voix s'inquiétant de savoir si j'avais bu ou non le breuvage me poussa à faire le tour de la pièce du regard. Je réalisai qu’il n’y avait pas un chat, enfin si, un brun aux yeux clairs - gris peut-être ? - à l'aura violette. Détendu et de bonne humeur, je lui souris, pas inquiet pour un sou. Pourquoi donc d’ailleurs ? Tout allait bien, et moi-même je ne m’étais rarement senti aussi bien.

_________________
I don't know where I'm going
It's not my fault, I'm a maniac, my heart is like a stallion, they love it more when it's broke in...(c)lazare.


Dernière édition par Gabriel Lestrange le Mar 27 Mar 2018 - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2591-living-dreams-which-are-not-mine-gabriel#57808 http://dmthbegins.forumactif.org/t2620-les-poches-de-gabriel#58249 http://dmthbegins.forumactif.org/t2619-gabriel-all-linked-to-the-veil#58244 http://dmthbegins.forumactif.org/t2621-gabriel-s-notes#58250
avatar

CAUCHEMAR AMBULANT

→ ORDRE CLANIQUE : Coven même s'il lorgne sur le clan de la vaudou queen autant que sur les gitans, ses premières origines.
→ NUISANCE DEPUIS : 137 maudites années
→ SOUS L'EMPRISE DE : l'art délicat et vénéneux de la nécromancie ; naviguer parmi les morts durant son sommeil ; un certain savoir en rituels interdits ; une soif incommensurable de magie et de vie
→ ERRANCE : cimetière, caves sinistres, bibliothèque, salons cosy, théâtre, opéra, catacombes (ah non, y'en a pas).
→ TROMPE L'ENNUI : restaure les grimoires du Songe-Malice
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Orgueilleux, dandy, esthète, cultivé, intelligent, immoral, efféminé, survivant, sans limite, opportuniste, manipulateur, égocentré, torturé, lâche, paniqué, phobique, cauchemar ambulant.


→ AVATAR : Matthew Goode
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 777

†


MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Mar 20 Mar 2018 - 23:59


Love drug
Valentin A. Bălan & Gabriel Lestrange
Valentin avait reçu un message lui indiquant de se rendre au club d’un certain Llywlyn. Apparemment, le livreur s’était trompé et avait envoyé les fioles d’extrait de bave de crapeau au club au lieu de les envoyer à la Magic Box. Les livreurs du service surnaturel étaient parfois peu méticuleux, comme celui-ci. Le nécromancien n’avait pas mis les pieds dans un club depuis des lustres. La dernière fois, c’était aux côtés de son amant vampirique d’alors, pour une soirée sulfureuse. Comme cette époque lui paraissait bien lointaine. Secouant la tête, il essaya de ne pas se laisser engourdir par les souvenirs du passé, un passé qu’il ne pourrait rejoindre et qu’il devait abandonner.

Visiblement les invités n’étaient pas encore arrivés, en revanche une armée de petites mains s’employaient sur ce qui paraissait être les derniers préparatifs avant la soirée. La décoration était à vomir, toute en rose, aux couleurs de la saint valentin sans doute. C’était une fête commerciale qu’il ignorait superbement la plupart du temps. Valentin n’était pas habitué aux goûts plus que douteux des commerces américains. Toutes ces couleurs, ces musiques à vous casser les oreilles et ces effets de pop-up, de contraste afin d’attirer votre attention finissait par lui donner mal à la tête. Il était bien décidé à récupérer son colis et à foutre le camp d’ici au plus vite.

Ses yeux se posèrent sur le bar, si ses fioles étaient quelque part, ce devait être là très probablement. Un serveur lui donna un verre. Valentin eut un regard suspicieux, porta le verre à la hauteur de son nez et huma le contenu. Ses sens ne l’alertèrent pas sur un éventuel danger, et il porta le verre à ses lèvres. Le liquide était aussi agressif sur son palais qu’il l’était dans ses couleurs. Le nécromancien manqua de le recracher mais il détestait l’idée de salir sa chemise aussi avala-t-il se contenu au goût plus que douteux. Ce ne fut qu’une fois qu’il fut proprement installé dans son estomac qu’un individu aux dents longues arriva pour l’avertir qu’il ne fallait en boire. Valentin reposa le verre en foudroyant l’individu du regard. « C’était avant que je ne mette cette immonde mixture que vous osez appeler cocktail qu’il fallait me dire une chose pareille. Vous n’espérez tout de même pas que je le recrache ? » Il secoua la tête en tournant son regard autour de lui, posant ses yeux sur un jeune éphèbe tout à fait charmant qui avait visiblement lui aussi goûter au poison défendu. « Jeune homme, vous avez vous aussi goûté à ce cocktail ? » lui demanda-t-il comme si cela allait changer quelque chose sur le liquide rose qui attaquait déjà ses réactions psychiques.

_________________
Not dead yet
Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
code: @DMTH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t706-a-cote-de-leurs-os-leur-chair-tombe-en-poussiere-valentin
avatar


→ ORDRE CLANIQUE : Consortium
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Voir les auras - Communiquer avec les esprits, avec une affinité avec le voile - Résister partiellement au charme et à l'hypnose - Voyager dans les rêves
→ ERRANCE : Chez lui, au QG du Consortium, à la Bibliothèque, en train de suivre un certain vampire, ou juste n'importe où à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Bibliothécaire et Omniscient pour le Consortium
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Réservé - Timide - Pudique - Secret - Silencieux - Introverti - Solitaire - A l'écoute - Tolérant - Ouvert d'esprit - Pragmatique - Rêveur - Curieux - Pas très courageux ni ambitieux


→ AVATAR : Bill Skarsgård
→ CREDITS : Avatar @Lulla(by) (moi-même)
→ MENSONGES : 150

†


MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Dim 8 Avr 2018 - 20:15


Love drug
VALENTIN A. BĂLAN & Gabriel Lestrange

Même si la personne qui avait mis en garde contre le cocktail n’était pas visible, l’avertissement tournait toujours sous mon crâne, comme si mon cerveau cherchait à y trouver un sens. Pourquoi ce cocktail était interdit d’ailleurs ? J’étais bien incapable de le dire, je ne me sentais pas mal, loin de là. Comme dénué de filtre, je demandais curieux à personne en particulier : « Pourquoi on n’aurait pas le droit de boire ça ? Ce n’est pas si mauvais. Même si je voulais un whisky de base. ». Je me sentais détendu comme jamais, et je comptais demander la recette de la boisson pour mon usage personnel. Bien plus efficace que les joints décrétais-je. Puisque le brun était le seul être présent dans la pièce, mon attention se porta naturellement vers lui, alors que je continuai de siroter le cocktail interdit. Il me demanda si moi aussi j’avais bu. Agitant mon verre à moitié vide devant moi, je répondis en souriant : « Oui m’sieur ! Bonjour d’ailleurs ! Enfin Bonsoir plutôt. ». Instinctivement je me rapprochais de l’autre homme, peut-être parce que mon subconscient me soufflait malgré les effets de la breuvage qu’un club vide était flippant. Ou alors c’était un effet du liquide empoisonné que de me pousser à rechercher la compagnie de quelqu’un peu importe qui. Puis ce n’était pas comme s’il était moche en plus. Soucieux de continuer la conversation et de maintenir un lien avec le seul autre être de la pièce, j’ajoutai : « Et vous, vous y avez gouté ? Vous trouvez ça comment ? ».

Quelque part dans un recoin de ma tête je pouvais sentir ma raison se rebeller, contre quoi je l’ignorais, et de toute façon j’étais incapable de comprendre ce qui n’allait pas. J’étais juste bien, et je ne voyais pas de raison de changer cet état de fait. Mentalement je fis donc un geste d’au-revoir à ma conscience avant tourner à nouveau mon attention sur les lieux étrangement vides. Maintenant que j’étais d’humeur à m’amuser, tout le monde avait disparu. A croire que c’était fait exprès ! Me penchant vers le sorcier - ou nécromancien, peu importe - je lui dis, donc, plus chaleureux que je ne l’aurais jamais été autrement : « Dis tu sais où sont passé les autres ? Ils sont en train de tout raté, c’est bête. ». A vrai dire rester en seule compagnie de l’autre homme ne me dérangerait pas vraiment, il n’est pas désagréable à regarder, et qui sait, peut-être qu’on avait des points communs ? De toute façon je me sentais d’humeur à discuter de tout et de rien, alors même s’il lui prenait l’envie de faire un discours sur les fondements de la physique quantique, je l’écouterais volontiers.

_________________
I don't know where I'm going
It's not my fault, I'm a maniac, my heart is like a stallion, they love it more when it's broke in...(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2591-living-dreams-which-are-not-mine-gabriel#57808 http://dmthbegins.forumactif.org/t2620-les-poches-de-gabriel#58249 http://dmthbegins.forumactif.org/t2619-gabriel-all-linked-to-the-veil#58244 http://dmthbegins.forumactif.org/t2621-gabriel-s-notes#58250
avatar

CAUCHEMAR AMBULANT

→ ORDRE CLANIQUE : Coven même s'il lorgne sur le clan de la vaudou queen autant que sur les gitans, ses premières origines.
→ NUISANCE DEPUIS : 137 maudites années
→ SOUS L'EMPRISE DE : l'art délicat et vénéneux de la nécromancie ; naviguer parmi les morts durant son sommeil ; un certain savoir en rituels interdits ; une soif incommensurable de magie et de vie
→ ERRANCE : cimetière, caves sinistres, bibliothèque, salons cosy, théâtre, opéra, catacombes (ah non, y'en a pas).
→ TROMPE L'ENNUI : restaure les grimoires du Songe-Malice
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Orgueilleux, dandy, esthète, cultivé, intelligent, immoral, efféminé, survivant, sans limite, opportuniste, manipulateur, égocentré, torturé, lâche, paniqué, phobique, cauchemar ambulant.


→ AVATAR : Matthew Goode
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 777

†


MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Lun 23 Avr 2018 - 18:44


Love drug
Valentin A. Bălan & Gabriel Lestrange
Les couleurs pulsaient autour de lui comme si soudainement elles s’étaient retrouvées dotés d’une vie. Le nécromancien essaya de se concentrer afin que la sensation de tête qui tourne se dissipe, en vain. Le jeune homme qui se tournait vers lui en agitant son verre devant son nez paraissait irréel, comme le reste du décor. C’était peut-être son sourire, désarmant, ou l’éclat quasi surnaturel de ses yeux, ou simplement sa naïveté charmante. La liche sentait ses sens le tromper, l’abuser et savait à qui imputer cela. Il avait été jeune, marqué d’un vampire qui voulait boire jusqu’à la lie tous les vins, toutes les absinthes, toutes les drogues à la mode, il s’était déjà injecté des choses assez tendues, et devait sa non addiction au sang de vampire qu’il ingurgitait alors. Qu’allait-il se passer maintenant ? Alors qu’il n’avait plus aucun sang de vampire à disposition pour faire passer les effets désastreux de ce qu’il venait d’ingurgité, contre son gré, par erreur…

Le jeune médium paraissait trop joyeux, survolté, sans doute un effet de la boisson infernale qu’ils venaient d’ingurgiter. « Bonsoir. » répondit sèchement le nécromancien qui sentait l’agacement venir plutôt que prévu. Il n’était pas d’humeur, vraiment pas. La période de la saint Valentin le rendait d’humeur morose. Sans nul doute parce qu’il était seul, et parce que le seul homme avec qui il aurait souhaité passer cette nuit là ne voulait pas de lui. Il tripota le verre vide qu’il avait reposé sur le comptoir. Le recracher maintenant serait inutile, l’effet était déjà présent. Et puis, il détestait vomir. Cela abimait qui plus est les dents. Certes, il était une liche et ses dents ne risquaient sans doute plus la corruption, mais tout de même, il y avait des limites dans ce qu’un homme pouvait faire, et supporter. « Malheureusement, oui. Et je trouve ça particulièrement infâme. » répondit-il avec une voix grandiloquante à la Vincent Price. Allez savoir pourquoi il avait cette manie de faire vibrer sa voix dans les basses, et son accent russe prononcé n’arrangeait rien à la chose.

La liche chassa des libellules de toutes les couleurs qui passait devant son regard. Il n’était pas certain qu’elles soient réelles même si elles le paraissaient. Leurs couleurs étaient trop excentriques, trop anormales. Mais peut-être qu’elles étaient réellement là. Il fut frappé par une pensée horrible, angoissante. Et si c’était son état normal pour toujours ? Il serra son poing et le colla à sa tempe, pressant contre l’os, cherchant à retrouver la réalité par la douleur sans réellement y parvenir. Il avait juste gagné un léger mais entêtant mal de tête. « Cette boisson n’a rien de normale. C’est… de la drogue ! » lâcha-t-il sur un ton théâtrale digne d’un final de Koh lanta. Il ouvrit deux yeux ronds qu’il posa sur le jeune médium. Sa question était loin d’être idiote, pourquoi étaient-ils seuls ici. Le nécromancien s’accrocha au médium, saisissant ses avant-bras et le secoua comme un prunier sous l’effet de l’angoisse et du bad-trip naissant. « C’est un piège et on est tombé dedans ! » Son vibrato étincelait d’angoisse, il était de plus en plus théâtral à mesure que la drogue infusait sa cervelle.

_________________
Not dead yet
Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
code: @DMTH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t706-a-cote-de-leurs-os-leur-chair-tombe-en-poussiere-valentin
avatar


→ ORDRE CLANIQUE : Consortium
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Voir les auras - Communiquer avec les esprits, avec une affinité avec le voile - Résister partiellement au charme et à l'hypnose - Voyager dans les rêves
→ ERRANCE : Chez lui, au QG du Consortium, à la Bibliothèque, en train de suivre un certain vampire, ou juste n'importe où à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Bibliothécaire et Omniscient pour le Consortium
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Réservé - Timide - Pudique - Secret - Silencieux - Introverti - Solitaire - A l'écoute - Tolérant - Ouvert d'esprit - Pragmatique - Rêveur - Curieux - Pas très courageux ni ambitieux


→ AVATAR : Bill Skarsgård
→ CREDITS : Avatar @Lulla(by) (moi-même)
→ MENSONGES : 150

†


MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Lun 7 Mai 2018 - 20:26


Love drug
VALENTIN A. BĂLAN & Gabriel Lestrange


Mon bonsoir ne reçut pas le même enthousiasme qu’il avait manifesté, mais j’étais un capable de m’en soucier. A défaut d’être sympathique, le type à l’aura violette – parme peut-être ? Ou alors mauve ? Lavande ? Lilas ? Améthyste ? Difficile à dire, la différence entre ces nuances n’est pas forcément évidente à déterminer – bref ce type n’était pas désagréable à regarder, malgré son teint très pale. Violet et blanc, un beau mélange de couleur qui me rappelait quelque chose. Un logo ? En tout cas ces teintes s’accordaient bien avec la déco rose du club. Ah oui, la Saint-Valentin. Un évènement que je ne fêtais pas, faute de raison pour le faire – et puis parce que c’était bête de se ruiner un quatorze février quand tout était plus cher plutôt qu’un autre jour. Noël suffit déjà. Finalement mon intérêt se tourna vers l’instant présent, plutôt que d’errer dans mes pensées sans queue ni tête, assez longtemps en tout cas pour essayer de savoir si l’autre homme avait également bu le breuvage euphorisant. La réponse vint, d’une voix un peu pompeuse, alors que le brun me fit savoir que c’était imbuvable. Pourtant il l’avait bu. Avant que je ne puisse poser la question existentielle – est-ce que lui aussi avait demandé un whisky ? – l’autre homme se frotta le poing contre la tête et même dans mon étrange état je comprenais qu’il n’allait pas très bien. Etonnant, la boisson m’avait fait l’effet inverse. Je l’interrogeai finalement sur la disparition des autres, sans faire sens des paroles qu’il venait de me dire. Ce fut donc avec un temps de retard que je pouffai de rire. Droguer un drogué. Non pas que je sois un drogué. Mais un peu quand même si on considérait ma consommation de marijuana. Donc oui, il m’avait drogué sans me dire qu’on me faisait boire de la drogue. Pourtant s’ils m’avaient dit que c’était de la bonne comme ça, je n’aurais pas dit non. J’espérais qu’il me donnerait au moins le nom de la substance en question. Enfin, si quelqu’un revenait.

Brusquement le sorcier – ou nécromancien, de toute façon ça ne changeait pas grand-chose à ce moment-là si ? – m’attrapa les bras, les yeux exorbités comme s’il venait de réaliser un truc, en m’agitant avec force. Quoi, il n’avait pas remarqué qu’il n’y avait personne ? D’un ton dramatique, tel un acteur surjouant sur scène, il m’annonça qu’on était tombé dans un piège. J’aurais bien ri, mais vu ce qu’il faisait subir à mon corps, j’en étais incapable. Me raidissant pour arrêter les tremblements intempestifs, je bloquais mes mains sur ses épaules. « Tu sais quoi t’as raison, t’en as trop pris gros. Moi aussi d’ailleurs. ». N’étant pas sûr qu’il comprendrait la référence j’ajoutais : « De la drogue je veux dire. ». Puis trouvant cela finalement plus très drôle, je changeai de sujet en demandant : « Ce serait quoi comme piège d’après toi ? Ils veulent quoi de nous ? Peut-être qu’en fait c’est l’anniversaire de quelqu’un et on est les seuls pas au courant et que les autres sont cachés tu crois pas ? ». J’avais beaucoup de mal à mettre de l’ordre dans mes idées, mais je n’arrivai pas à être agacé par l’idée. Au lieu de ça, je plongeai mon regard dans le brun de celui dont je tenais encore les épaules, une imitation de camaraderie que nous n’avions pas. « Ou alors c’est une blague et on est filmé ! ». Je me mis à regarder frénétiquement autour de moi à la recherche de caméras, sans jamais lâcher le sorcier-nécromancien-peu importe.

_________________
I don't know where I'm going
It's not my fault, I'm a maniac, my heart is like a stallion, they love it more when it's broke in...(c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2591-living-dreams-which-are-not-mine-gabriel#57808 http://dmthbegins.forumactif.org/t2620-les-poches-de-gabriel#58249 http://dmthbegins.forumactif.org/t2619-gabriel-all-linked-to-the-veil#58244 http://dmthbegins.forumactif.org/t2621-gabriel-s-notes#58250
avatar

CAUCHEMAR AMBULANT

→ ORDRE CLANIQUE : Coven même s'il lorgne sur le clan de la vaudou queen autant que sur les gitans, ses premières origines.
→ NUISANCE DEPUIS : 137 maudites années
→ SOUS L'EMPRISE DE : l'art délicat et vénéneux de la nécromancie ; naviguer parmi les morts durant son sommeil ; un certain savoir en rituels interdits ; une soif incommensurable de magie et de vie
→ ERRANCE : cimetière, caves sinistres, bibliothèque, salons cosy, théâtre, opéra, catacombes (ah non, y'en a pas).
→ TROMPE L'ENNUI : restaure les grimoires du Songe-Malice
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Orgueilleux, dandy, esthète, cultivé, intelligent, immoral, efféminé, survivant, sans limite, opportuniste, manipulateur, égocentré, torturé, lâche, paniqué, phobique, cauchemar ambulant.


→ AVATAR : Matthew Goode
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 777

†


MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   Mar 12 Juin 2018 - 23:36


Love drug
Valentin A. Bălan & Gabriel Lestrange
De la drogue ! Bon sang, maintenant qu’il y songeait, c’était d’une évidence inquiétante et écrasante. Valentin avait la sensation étouffante qu’on en voulait à sa vie, et peut-être aussi à celle du jeune médium auquel il s’était accroché comme à une bouée de sauvetage mais à la réflexion, il pensait plutôt que c’était à la sienne qu’on en voulait. Il était un nécromancien suffisamment âgé et puissant pour que les vampires veulent sa peau. Et puis, il avait été un marqué et il avait survécu à son vampire, ce qui devait paraître pour la plupart des immortels suceurs de sang comme un crime de lèse majesté ! Oh il en était convaincu, on en voulait à sa peau, à sa chère et vieille peau. Mais Valentin n’avait pas l’intention de la laisser si facilement à ces saigneurs malintentionnés !

Ce jeune médium ne paraissait pas mesurer la gravité de la chose, il plaisantait visiblement même si Valentin ne comprenait rien à son charabia. Il parlait comme l’un de ces adolescents stupides qu’on voyait à la télévision américaine, selon la liche la raison principale de la baisse du Q.I. chez les humains. Valentin le regarda avec des yeux ronds comme des boules de billards ne comprenant pas comment un jeune homme aussi fringuant que lui pouvait planer aussi loin, et ne pas comprendre un seul instant la gravité de la situation à moins qu’il ne fasse parti lui aussi du piège et qu’il ne soit là que pour l’attendrir… comme si cela allait marcher. Lui s’attendrir pour de la chair fraiche et jeune, tendre et juteuse… c’est vrai qu’il était craquant mais pas au point de se laisser faire ! Oh ça non, Valentin ne voulait pas mourir ce soir, ni demain ! Ils ne l’auront pas aussi facilement !

Qu’il lui paraissait ridicule dans ses suppositions ! L’anniversaire de quelqu’un, une surprise partie c’est cela qu’il imaginait ? Etait-il naïf à ce point là ou un très bon acteur car Valentin aurait juré qu’il était aussi innocent que le bébé venant de naître. Son aura laissait peu de place au doute, mais ces choses là, ça se truque aussi bien qu’une partie de carte. Valentin secoua la tête. «  Mon pauvre ami, vous êtes bien naïf ou alors vous cachez terriblement bien votre jeu ! » fit-il en secouant la tête. «  Nous sommes chez des vampires, vous savez, des suceurs de sang. Des V.A.M.P.I.R.E.S. Alors je crois pas qu’on soit à la télé encore moins à une surprise party ! » déclama-t-il d’une voix un brin théâtrale, articulant chaque mot comme s’il craignait que l’autre ne comprenne qu’un mot sur deux. Il faut dire que le médium lui paraissait trop innocent pour comprendre vraiment dans quelle merde ils étaient fourrés.

«  Et si nous sommes chez eux, peux-tu me dire où ils sont ? » s’inquiéta-t-il en se penchant vers le médium d’un air grave, trop joué, surjoué, et pourtant oh combien sincère. Valentin pensait réellement qu’ils allaient attenter à sa vie. Au point qu’au son d’un claquement de porte il se jeta derrière Gabriel, saisissant le médium comme un bouclier humain. Il se moquait d’avoir l’air ridicule, il était défoncé et ne pensait pas l’être à nouveau un jour. Il était une liche. Une liche pouvait-elle être droguée ? Visiblement… oui.

_________________
Not dead yet
Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.
code: @DMTH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t706-a-cote-de-leurs-os-leur-chair-tombe-en-poussiere-valentin
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love drug { Gabriel Lestrange & Ludmila Stakavold }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gabriel Lestrange [Gryffondor]
» Duel 3 : Gabriel Lestrange VS Victoria Swan
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Event St Valentin-