AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 Promenons nous sans penser à rien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ NUISANCE DEPUIS : Essaim
→ SOUS L'EMPRISE DE : 30 ans
→ ERRANCE : Derrière toi!
→ TROMPE L'ENNUI : Serveuse à l'élysium , porte un badge avec le deuxième prénom qu'elle s'est donnée.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Têtue. Provocatrice. Intelligente. Ambitieuse. Cultivée. Douce. Débrouillarde. Solitaire. Tête brûlée. Combattante.
Je ne suis pas fan d'entendre ce que les gens ont à dire.

→ AVATAR : Kat Dennings
→ CREDITS : Google
→ MENSONGES : 107

†


MessageSujet: Promenons nous sans penser à rien.   Sam 12 Mai 2018 - 16:27

Promenons-nous en ville sans penser à rien.
Lou-Selesio DaSilva

Quand la nuit tombait, la ville prenait vie, un peu comme moi d’ailleurs. Quand j’étais encore humaine, j’adorais plus que tout sortir la nuit. C’était peut-être un signe.  Ce jour-là, j’avais la chance d’être de repos. Je comptais donc bien profiter de mon jour de repos pour me balader. Depuis ma rencontre avec Lou, je n’avais jamais vraiment cessé de penser à lui. Je pensais aussi au baiser qu’il m’avait donné tout en cherchant sa signification. Pourquoi avait-il fait ça ? Je ne le savais pas. Je n’avais pas osé en parler à qui que ce soit et ça commençait à me peser un peu. Mais j’avais très envie de le revoir car inconsciemment, il m’avait aidé à ne pas faire de nouvelles victimes lorsque mon envie de sauter à la gorge de quelqu’un me venait. Il m’avait dit qu’il me tuerait s’il venait à l’apprendre. Je savais qu’il le ferait sans la moindre hésitation. Mais mine de rien, j’avais vraiment très envie de le revoir et je savais que si j’étais sage, il y avait peut-être une chance pour que ça marche. Ceci dit, je ne voulais pas faire du mal à qui que ce soit. Je me contentais des poches de sang. Mais la partie vampire considérait que mordre  à la gorge était carrément plus excitant que de boire à une pochette ou dans une tasse. Je faisais tout pour essayer de faire taire cette voix. Mais ce n’était pas si facile que ça pour tout dire.  J’allais donc faire du lèche vitrine afin de me changer les idées.

C’était drôle, quand j’étais encore en vie, j’avais peur de devenir vieille et ridée tel un pruneau. Et maintenant que j’avais la jeunesse éternelle, j’étais triste de me dire que je ne vieillirai jamais. Je ne voulais pas non plus avoir d’enfants mais ça, c’est ce que je disais sur le moment. Car je n’avais pas trouvé l’homme idéal et je n’avais pas eu un très bon exemple de la famille soudée. Mais qui sait, j’aurai peut-être changé d’avis après tout. Tout allais bien au moment où mes crocs commencèrent à devenir douloureux. Ah non ! Je n’avais pas fait tous ces efforts pour craquer ce soir ! J’allais donc me cacher dans une petite ruelle à l’abri de la foule. Nous étions vendredi soir et les rues étaient remplies de monde. Je sais, c’est assez étrange mais je me parlais à moi même quand ça n’allait pas.

« Ah non hein, il est absolument hors de questions que je tue qui que ce soit ! J’ai très bien réussi jusque là, je ne vais pas tout faire capoter ce soir ! Allez Faith, calme toi, ça va aller. Respire… Ah non c’est vrai… Tu n’en as plus besoin… Si j’arrivais à me retenir de bouffer un pot de glace, je peux bien me retenir de ne pas sauter à la gorge d’une personne.  Oh bon sang… On va me prendre pour une folle si on m’entend…»

Un bruit attira mon attention et je tournais la tête dans cette direction.

« Il y a quelqu’un ? »



_________________

"C'est la vie. Baisse tes attentes.".
Ma vie est un chapitre et la mort une parenthèse. ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1658-vivre-ou-survivre-telle-est-la-question#33927 http://dmthbegins.forumactif.org/t1666-faith-hargreeves#34025 http://dmthbegins.forumactif.org/t1664-une-vie-simple#34021 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   Lun 21 Mai 2018 - 16:36

De jour comme de nuit, la ville lui était toujours aussi désagréable. Lou-Selesio s’y rendait un peu trop à son gout ses derniers temps. Il faut dire que son nouveau pacte avec un fournisseur de la mafia russe, les embrouilles avec certains garous, il était de plus en plus amené à quitter les paisibles rives du fleuve sur lesquelles il vivait depuis son enfance. Désormais il n’utilisait plus les transports en commun, cela le mettait bien trop de mauvais poil. Il chevauchait une moto, offerte par sa colocataire épuisée de l’entendre râler après les bus. Pourtant, cette soirée n’était pas si horrible que cela, il prit même le temps de s’arrêter en centre ville pour boire un verre. Un seul. Il ne souhaitait pas réitérer la mauvaise soirée de l’autre jour, ce soir où il avait clairement abusé d’alcool, plus que de raison. S’humiliant et tombant par la suite dans la spirale de sa violence. Il aurait voulu effacer cela de sa mémoire, mais avec du recul, cela lui était utile. Cela servait de leçon.

Il s’apprêtait à repartir lorsqu’il reconnu une silhouette. Il faut dire que des femmes roulées comme celle-ci, ça ne cours pas les rues, même le soir aussi tardivement. C’était cette vampiresse, une jeune créature qui ne se contrôlait que très peu. Elle oscillait encore entre humanité et bestialité. Lou savait que l’humanité finirait par perdre, tôt ou tard. C’était inévitable, écrit dans sa nouvelle génétique. Elle ne pourrait rien faire, oh bien sur, elle pourrait lui prouver le contraire à lui. Mais quand il ne sera plus là, elle poursuivra son existence et un jour, peut-être dans des siècles, elle deviendra le monstre qu’elle est sensé être… Menace pour l’humanité toute entière et pourtant, elle était loin d’être la seule. Quel était son rôle à lui, face à ça ? Il n’en savait rien, il ne s’était jamais mesuré aux vampires, mais il les sait plus redoutable que les garous. Cela devait-il en être son combat ? Parce que la vie avait mit cette femme, cette créature, sur son chemin ?

Il grommela, sentant que sa soirée allait mal se terminer.
Puis il se jeta à sa poursuite. Advienne que pourra.

Elle se faufila dans ce qui était une impasse. Probablement était-elle encore en train de péter les boulons, il ne l’avait croisé que deux fois et jamais sous son meilleur profil. Lou resta à distance, il avait besoin d’avoir une certaine marge pour pouvoir contrer le moindre mouvement. A cette distance, il n’entendait pas ce qu’elle marmonnait, mais lorsqu’elle tourna la tête en sa direction, il entendit fort bien cette question. Evidement qu’il y avait quelqu’un, ne l’avait-elle pas sentie ? Quelque part, il ne craignait pas vraiment qu’elle lui saute à la gorge, si elle le faisait… Elle le regretterait amèrement, en effet, son sang infecté du gène lupin sera un supplice pour elle. Peut-être avait-il été trahis par le bruit du couteau qu’il avait sorti de sa poche, pas en argent celui-là, il les gardait pour plus tard. Sans répondre, il lance le couteau avec habilité. La lame vint se planter dans la brique poreuse à quelques centimètres au dessus de la tête de la jeune femme. « Je n’étais pourtant pas d’humeur à tuer quelqu’un ce soir… » Mais il allait peut-être déroger à son humeur. Après tout, elle n’était plus vraiment quelqu’un, mais quelque chose… Lou était plus séduisant qu’à leur dernière rencontre, il portait une chemise à manches courtes de couleur sombre bordeaux et un pantalon noir, ses cheveux étaient noués derrière sa nuque, les longueurs tombant sur son dos.  Il fit quelques pas vers elle « Toujours l’air aussi mal en point… C’est déprimant à voir. » toujours aussi sec et froid. Lui n’avait pas changé non plus, hautain et orgueilleux, prompt à la violence.

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ NUISANCE DEPUIS : Essaim
→ SOUS L'EMPRISE DE : 30 ans
→ ERRANCE : Derrière toi!
→ TROMPE L'ENNUI : Serveuse à l'élysium , porte un badge avec le deuxième prénom qu'elle s'est donnée.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Têtue. Provocatrice. Intelligente. Ambitieuse. Cultivée. Douce. Débrouillarde. Solitaire. Tête brûlée. Combattante.
Je ne suis pas fan d'entendre ce que les gens ont à dire.

→ AVATAR : Kat Dennings
→ CREDITS : Google
→ MENSONGES : 107

†


MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   Ven 15 Juin 2018 - 11:20

Promenons-nous en ville sans penser à rien.
Lou-Selesio DaSilva

Il fallait vraiment que je me calme. J’avais l’impression que plus le temps avançait, plus mes pulsions étaient fortes. Pourtant, j’étais relativement bien entourée. J’avais Yuric qui faisait tout ce qu’il pouvait pour m’aider. Mais ce dernier ne pouvait malheureusement pas être disponible à chaque fois que j’en avais besoin. J’étais donc livrée à moi même sur ce coup-là. C’était drôle, mais je pensais à Lou et à ce qu’il m’avait dit lors de notre première rencontre. Il n’hésiterait pas à me tuer si je donnais la mort à qui que ce soit. Ce n’était que justice après tout, mais comme toute personne normalement constituée, oui je sais, je ne le suis plus vraiment, j’avais peur de la mort. Je n’avais pas non plus oublié le baiser qu’il m’avait donné et j’étais prête à tout pour recommencer ça. Je n’avais pas bien compris son geste d’ailleurs. Pourquoi avait-il fait ça ? Envie ? Curiosité ? Les deux ? Je n’aurai peut-être jamais la réponse à cette question. Mais j’y pensais encore assez souvent, je ne pouvais pas m’en empêcher.

J’étais tellement occupée à me poser des questions, que je n’avais même pas senti que je n’étais plus seule dans cette ruelle. J’étais bien trop occupée à essayer de me calmer. Mes canines me faisaient un mal de chien. J’avais clairement l’impression d’être un bébé qui était en train de faire ses dents. Je comprenais mieux ce que ces derniers ressentaient à présent. Je ne savais plus quoi faire pour me calmer. Bon sang, Dieu si tu existes, envoie moi un miracle… La prochaine fois, il faudrait que je pense à me balader avec une pochette de sang dans mon sac à main. Pour les cas d’urgence comme celui-ci, ça pourrait-être pratique. Mais pour l’heure, je n’en avais pas. J’étais en train de tourner en rond comme un animal en cage. Je savais que mon envie ne pourrait s’arrêter seulement quand je l’aurai assouvie. Il fallait que je trouve une boucherie ou que je me rende à l’hôpital pour trouver une pochette. Mais le souci était de parcourir cette distance sans tuer qui que ce soit.

Un couteau passa très près de ma tête et je me retournais. Qui était assez cinglé pour attaquer les gens comme ça ? Je reconnu la voix de Lou et poussa un soulagement intérieur. Bon sang, il m’avait vraiment fait peur pour le coup. Je retirai le couteau et m’avança vers lui. Je le tenais par la lame et le tendit pour qu’il puisse prendre le manche. « Quelle adresse… » Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais l’impression qu’il n’était pas content de me voir… Moi je l’étais pourtant, j’avais beaucoup pensé à lui ces derniers temps. « Tuer quelqu’un ? Eh bien, je ne sais pas qui te veut tuer mais ce ne sera sûrement pas moi… J’ai respecté notre accord, je n’ai tué personne et je ne compte pas le faire. » Enfin, en théorie, en pratique, ça allait vraiment être une autre histoire. Il me balança ensuite que j’étais toujours aussi déprimante à regarder. « Oh merci, c’est vraiment très galant de ta part… » Intérieurement, ce qu’il me disait me blessait vraiment, pourquoi me détestait-il autant ? Il savait très bien que je n’étais pas devenue vampire par choix, mais par obligation. « Si tu as envie de tuer quelqu’un, tu pourrais essayer de tuer celui qui m’a fait ça. Comme ça une justice sera faite… Et surtout, fait moi plaisir, prend bien tout ton temps avant de l’achevé… » Ce vampire avait gâchée ma vie et je rêvais de le traquer pour mettre fin à sa misérable existence. Je ne comprenais pas pourquoi il ne m’avait pas tué au lieu de me changer en vampire. Avait-il envie de voir s’il en était capable ? Il avait bien évidemment fallu que ça me tombe dessus…




_________________

"C'est la vie. Baisse tes attentes.".
Ma vie est un chapitre et la mort une parenthèse. ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1658-vivre-ou-survivre-telle-est-la-question#33927 http://dmthbegins.forumactif.org/t1666-faith-hargreeves#34025 http://dmthbegins.forumactif.org/t1664-une-vie-simple#34021 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   Lun 2 Juil 2018 - 0:58

Il ne répondit pas au compliment de la jeune femme sur son lancé de couteau, évidement qu’il était adroit, il faisait ça depuis toujours… Le gitan l’observa, eu un léger rictus de satisfaction quand il remarque sans peine qu’il l’eut blessé en lui exprimant qu’elle avait une mine épouvantable. Il le pensait sincèrement, il n’allait pas lui mentir. Il peinait à croire qu’elle eut respecté leur accord, surtout avec les crocs sorti comme ce soir là. Ses yeux verts ne quittaient pas le regard de la jeune femme, il n’avait pas peur d’elle, de son pouvoir d’hypnose ou autre. Il ne se défilait pas face à elle, il doutait qu’elle veuille le manipuler et il ignorait pourquoi. Lui, ne s’ne privait pas. Probablement lui ferait-elle payer quand elle s’en rendra compte, à moins qu’elle le sache, qu’elle le veuille. Après tout, de tout temps, pour une raison mystérieuse, les femmes sont attirées par les méchants garçons. A croire qu’ils dégagent quelque chose d’envoutant, à croire qu’elles aiment souffrir. Il n’avait rien de bon à offrir à aucune d’elle, il le savait, il l’avait toujours dit, il ne l’a jamais caché et pourtant, il pouvait mettre qui il voulait dans son lit et elles avaient toujours espoir de le revoir. Concernant la vampire, c’était compliqué… Beaucoup trop de choses les séparent, la frontière est mince entre amour et haine, pourtant il savait qu’il ne pourrait jamais l’apprécier. Il aurait pu avec l’humaine qu’elle fut, mais c’était trop tard… On ne revient pas en arrière.

Il posa ses doigts sur le manche de la lame qu’elle lui tendait, il l’arracha en tranchant les doigts de la vampire. Elle allait se régénérer, mais l’argent qui constituait l’arme allait probablement la faire souffrir. Un faible prix pour toutes les souffrances causées par sa faute. « Je ne suis pas un chasseur de vampires. » qu’il rétorqua. « Et puis, vous n’êtes vous pas sensé avoir tout un système de justice interne ? A moins que votre bon Prince se moque complètement de ton triste sort… » Oh certainement qu’il s’ne fichait… Cela faisait un vampire de plus, leur communauté s’agrandissant… Evidement, Lou-Selesio ignorait que le nouveau Prince vampire, Yuri Stakavold était le protecteur de cette dernière. Prince… Ce terme voulait tout dire, il donnait la nausée au gitan. « Pourquoi tu ne le traque pas toi-même si tu le déteste tant ? » Demandait-il avec mépris. C’était si facile de confier sa vengeance à un autre, tellement lâche.

Lou fit un pas de recul pour se détacher d’elle et essuyer la lame de son couteau. « Difficile de croire que tu n’as tué personne, à chaque fois que je te rencontre tu semble sur le point de le faire… » Il jugeait, il était persuadé d’avoir raison. Il n’y avait qu’à voir sa tête, dépriment à voir… DaSilva n’était pas du genre à y aller avec des pincettes. Quand il releva les yeux vers la belle, il demanda « Comment tu t’appelle ? » Oui, jusque là il l’ignorait, il n’avait pas jugé nécessaire de le savoir. Il n’en éprouvait pas réellement le besoin, mais il sentait que cette information finirait par lui être utile, après tout, il s’était présenté en tant que Lou-Selesio DaSilva.
Il avait toujours joué carte sur table.

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ NUISANCE DEPUIS : Essaim
→ SOUS L'EMPRISE DE : 30 ans
→ ERRANCE : Derrière toi!
→ TROMPE L'ENNUI : Serveuse à l'élysium , porte un badge avec le deuxième prénom qu'elle s'est donnée.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Têtue. Provocatrice. Intelligente. Ambitieuse. Cultivée. Douce. Débrouillarde. Solitaire. Tête brûlée. Combattante.
Je ne suis pas fan d'entendre ce que les gens ont à dire.

→ AVATAR : Kat Dennings
→ CREDITS : Google
→ MENSONGES : 107

†


MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   Sam 14 Juil 2018 - 19:32

Promenons-nous en ville sans penser à rien.
Lou-Selesio DaSilva

J’étais vraiment contente de revoir Lou, au début, je pensais qu’il me méprisait juste par jeux. Genre un peu comme si j’étais le chat et lui le chien. Mais quand je voyais le comportement qu’il avait envers moi et sa façon de me regarder, je comprenais qu’il me détestait vraiment. Je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir, les vampires ne sont pas appréciés par les humains et la plupart des autres créatures, mais en ce qui me concerne, je ne suis pas comme les autres vampires. Je n’aime pas tuer par plaisir, j’ai vraiment l’impression de le faire par obligation. Plus le temps passe et plus je commence à avoir du mal à me contrôler. Mon humanité commence à s’en aller sans que je ne puisse faire quoi que ce soit.

Lou retira sa lame d’un coup, ce dernier, était tellement aiguisé qu’il me coupa les doigts. Je poussais un cri de douleur et je soufflais un peu comme un chat. Je tombais à genou en serrant ma main contre moi. « Pourquoi tu fais ça ??? Pourquoi tu me détestes autant ? » J’étais triste, oui, je ressentais encore de la tristesse, pour le moment en tout cas. La douleur était absolument atroce. Mes doigts se remirent correctement. Je me calmais et je finissais par me relever. « Si, on en a un. Mais il a d’autres choses plus importantes à faire qu’à s’occuper de son cas. Je n’ai pas envie de le déranger avec ça. » Je m’avançais vers lui. « Je ne me sens pas de traquer une personne. Car même si tu ne me crois pas, je ne suis pas comme ça du tout… »

Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il était aussi dur que ça envers moi. En revanche, c’est vrai qu’à chaque fois que l’on se voyait, j’étais toujours prête à sauter à la gorge de quelqu’un. Comme quoi, le hasard ne faisait toujours pas bien les choses. « Eh pourtant c’est vrai… J’ai soif mais je ne veux pas boire directement à la gorge d’une personne. Personne ne mérite ça… » Il fallait que je trouve rapidement des pochettes de sang avant que la situation ne dégénère. « Je m’appelle Faith. » Pourquoi me demandait-il mon prénom, je n’en avais aucune idée. C’était un peu comme s’il était à double personnalité. Il pouvait être très gentil comme un véritable salopard. J’étais dans une période où j’avais besoin de soutient, mon frère de cœur n’était pas en état de m’en apporter et mon père vampire non plus. J’étais donc un peu livrée à moi même. Je ne savais pas si rester ici en face de Lou était une bonne idée. Lui voulait me tuer et même si pendant une période, je voulais mourir aussi, j’en avais fini avec ce genre d’idée. J’avais surtout besoin d’une personne qui pourrait me soutenir et m’apprendre à me contrôler, car ça devenait vraiment de plus en plus dur pour le coup. « Pourquoi tu veux savoir comment je m’appelle ? J’ai bien compris que tu me méprises de toute façon. » Je croisais les bras et je plongeais mon regard dans le sien. J’avais tellement faim, que mes yeux étaient en train de changer de couleurs. Parler avec lui allait peut-être m’aider à penser à autre chose.





_________________

"C'est la vie. Baisse tes attentes.".
Ma vie est un chapitre et la mort une parenthèse. ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1658-vivre-ou-survivre-telle-est-la-question#33927 http://dmthbegins.forumactif.org/t1666-faith-hargreeves#34025 http://dmthbegins.forumactif.org/t1664-une-vie-simple#34021 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   Ven 20 Juil 2018 - 9:49


Quand il lui eut tranché les doigts, elle avait souffert. Lou en tirait une certaine satisfaction. Il dessina sur ses lèvres un sourire moqueur quand elle lui demanda pourquoi il la détestait à ce point. « Tu te poses encore la question ? » N’avait-il pas été assez clair la dernière fois ? Pourtant, il était vrai qu’une part de lui-même appréciait la jeune femme. L’humaine qu’elle avait du être. Malheureusement, il savait qu’elle n’était plus réellement là. Une part de lui aurait aimé la sauver. Mais il est arrivé trop tard. Il ne se sentait pas pour autant coupable. Il n’était pas responsable de tous les malheurs de l’univers. Bien qu’il ait un ego surdimensionné, ce n’était pas à ce point critique ! Lou rétorqua ne pas être chasseur de vampire, piquant la jeune femme en attaquant le Prince. Ceci dit, si Lou devait faire face à ce prince, probablement ferait-il profil bas. Il n’était pas de taille, il le savait. Mort, il n’aurait aucune utilité pour l’espère humaine. Déjà que vivant, il n’était pas toujours certain d’en avoir une. N’était-il pas aussi nocif ? Il ne le saura probablement jamais.

La vampire disait ne pas être de taille à traquer quelqu’un. Lou haussa les épaules. Comme pour lui dire que ce n’était pas son problème à lui. Il lui fit remarquer qu’elle était toujours assoiffée. Elle prétendait ne pas vouloir boire à la gorge de quelqu’un. Peut-être qu’une part d’elle ne voulait pas, mais il savait qu’elle mourrait d’envie de s’abreuver de sang chaud. Il ne se sentait pas menacé. Elle ne pourrait jamais supporter deux gorgées de son sang lupin, mais ça elle l’ignorait. Pourtant, elle pouvait tout de même le tuer en une fraction de seconde. Il avait conscience de cela, mais il continuait de la provoquer. Par amusement. Défi. Peut-être aussi par intérêt. Habillement dissimulé.

Faith ? Il eut un léger ricanement, levant les yeux au ciel. Vraiment, ce prénom était une pure blague ! Lou fixa la jeune femme, ses yeux se transformant en ceux du prédateur. « Tu es en train de perdre pied… Faith. » Elle n’allait pas pouvoir se contrôler bien longtemps. Il fallait qu’elle se trouve une poche de sang et vite. Il soupira, cette soirée s’éternisait. Il n’était pas prêt de rentrer chez lui. « Suis-moi. » Il fit volte face, sans s’inquiéter de savoir si elle le suivra, il sait bien que oui. Il se stoppa devant une moto, la sienne à proprement dit. Le gitan grimpa dessus, la démarra. Pas de casque. Non pas par rébellion, mais parce qu’il l’avait tout simplement paumé quelque part au camp… Il finira par le retrouver. Son regard vert se posa sur la jeune femme « Grimpe, on va à l’hôpital. » La meilleure ressource de sang, pas vrai ? A moins qu’elle ait une meilleure adresse, quelque chose de moins risquer… Il la déposera avec plaisir. Quand elle s’approcha de lui, il la défia, puisqu’elle allait devoir s’installer derrière lui « N’essaie même pas de me mordre, parce que je te jure que tu le regretteras… » Sa soif sera encore pire, elle souffrira même d’avoir bu du sang lupin. Au moins, elle était prévenue. « Dépêche, j’ai pas toute la nuit. »


_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ NUISANCE DEPUIS : Essaim
→ SOUS L'EMPRISE DE : 30 ans
→ ERRANCE : Derrière toi!
→ TROMPE L'ENNUI : Serveuse à l'élysium , porte un badge avec le deuxième prénom qu'elle s'est donnée.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Têtue. Provocatrice. Intelligente. Ambitieuse. Cultivée. Douce. Débrouillarde. Solitaire. Tête brûlée. Combattante.
Je ne suis pas fan d'entendre ce que les gens ont à dire.

→ AVATAR : Kat Dennings
→ CREDITS : Google
→ MENSONGES : 107

†


MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   Aujourd'hui à 22:08

Oui, je lui avais posé la question… Au fond de moi, je savais très bien pourquoi il me détestait autant. Parce que j’étais un vampire. Quand j’étais dans un état de manque tel que celui-ci, je me détestais aussi. J’avais horreur d’être comme ça, je me détestais vraiment. Mais je n’avais pas besoin que l’on remue le couteau dans la plaie, en vu de ce que m’avait fait Lou quelques minutes plus tôt, ce n’était plus vraiment une expression. Mais je ne lui en tenais pas rigueur, même si le vampire au fond de moi avait vraiment eu l’envie de lui arracher le cœur et de donner un énorme coup de dent à l’intérieur de celui-ci. Mais je secouais la tête pour chasser cette pensée de ma tête. Je devais me calmer, mais tout ce qu’il me faisait et me disait ne m’aidait vraiment pas pour tout dire. Etait-il en train de me tester ? C’était possible et je décidais de le prendre comme tel, il fallait que je prenne sur moi.

Non, je ne me sentais vraiment pas de traquer l’enfoiré qui avait osé me transformer. Bon, d’accord, quand j’étais humaine, je n’avais pas eu spécialement une vie de rêve. Je vivais dans un tout petit studio qui pourrait largement faire la taille d’un dressing, et je travaillais dans un bar où il ne valait mieux pas que le service d’hygiène passe. Mais au fond de moi, je m’en fichais. Je n’étais pas à la rue, j’arrivais à m’acheter deux trois petits trucs qui me faisais envie et c’était très bien ainsi. Bon, en revanche, il ne fallait surtout pas que je tombe malade, car les soins médicaux sont vraiment super cher et je n’aurai clairement pas eu les moyens de me faire hospitaliser, mais le souci est réglé à présent. Du temps où j’étais encore humaine, il m’arrivait de faire du yoga parfois. Cette discipline m’aidait à me calmer et à me canaliser et je constatai avec soulagement, que même morte, elle m’était encore utile.

Le rire de Lou raisonna dans la petite ruelle dans laquelle on se trouvait. Pourquoi riait-il ainsi ? Est-ce que mon prénom était si horrible que ça ? Faith voulait dire espoir et pour le moment, j’en avais encore… Il me regarda droit dans les yeux et je vis une lueur dans son regard, il me disait que j’allais perdre pied. Je le fixais. « Ca te ferait plaisir pas vrai ? » Il aurait ainsi une bonne raison de me tuer. Mais je ne lui laisserai pas ce plaisir. Il me demanda ensuite de le suivre. C’était ridicule mais je le faisais. Il monta sur sa moto qu’il démarra, je montais derrière lui. De mon vivant, j’avais eu un peu l’occasion d’en faire en tant que passagère. J’avais toujours aimé ça, ce sentiment de liberté était fantastique. J’allais lui demander où on allait mais il me répondit sans que je n’aie eu besoin de lui poser la question. « C’est une excellente idée merci. » Je mettais mes bras autour de sa taille. Il était en train de m’aider et je ne comprenais pas pourquoi. Est-ce qu’il m’appréciait au fond de lui ? « Je ne te ferai rien Lou, tu peux me faire confiance. » Bien sûr, j’en avais envie, mais pour le moment, j’arrivais à me maîtriser, en revanche, je ne savais pas encore pour combien de temps, alors il fallait qu’il se dépêche.

_________________

"C'est la vie. Baisse tes attentes.".
Ma vie est un chapitre et la mort une parenthèse. ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1658-vivre-ou-survivre-telle-est-la-question#33927 http://dmthbegins.forumactif.org/t1666-faith-hargreeves#34025 http://dmthbegins.forumactif.org/t1664-une-vie-simple#34021 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Promenons nous sans penser à rien.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenons nous sans penser à rien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» [RP] ♫ Promenons-nous ♪ dans le bois, ♫ tant que le loup n'y est pas ♪♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Downtown-