AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Jeu 17 Mai 2018 - 17:56


Elle était tranquillement en train de jouer avec un morceaux de ficelle, faisant, défaisant des nœuds, le faisant passer entre ses doigts, créant des figures qui n'avaient rien à voir les une avec les autres. Elle jouait régulièrement comme ça allongée sur la banquette de leur caravane. Elle mettait un point d'honneur à entretenir l'agilité de ses doigts, c'était primordiale dans son métier. Si elle était gourd, rien ne se passerait comme prévu et elle n'aurai jamais rien pu montrer sur scène. Elle devait être agile et rapide. Et quand il n'y avait pas Lou pouur se vautrer avec elle, elle en profitait pour prendre toute la place, elle n'allait pas se retenir. Elle n'avait aucune idée d'où il était en faite et concrètement, elle en avait rien à faire, ils vivaient ensemble, ils n'étaient pas en couple. Ils ne surveillait pas les faits et gestes de l'un ou de l'autre. Encore heureux. Ils étaient à peu près là l'un pour l'autre. A peu près dans le sens où ils ne se demandaient jamais directement d'aide, ne se remerciaient pas ou autre. Ils étaient juste silencieusement là quand ça allait ou quand ca n'allait pas. Ils étaient les fantômes d'une amitié particulière que peu définirait comme une amitié. Mais eux le vivaient très bien, tout du moins Forest le vivait très bien et elle n'aurai jamais envie de changer ça. L'équilibre était précaire, dangereux et c'était ca qui lui procurait cette sensation d’authenticité. Donc elle était seule ce soir et la soirée était bien avancer. Elle se disait qu'encore trois petits quart d'heure de jeu et elle irait prendre une douche et se coucher. Elle avait une répétition tôt le lendemain et elle devait aussi rencontrer des gens … Des producteurs qu'ils avaient dit. Forest avait peur que sa présentation soit filmé comme il le faisait parfois avec les trapézistes ou les cavaliers. Elle soupira … Fallait vraiment pas que ce soit ça.

Elle continua à jouer avec sa ficelle jusqu'à ce que son téléphone se mettent à virer. Deux coups, sms. Ca pouvait pas être Lou, ils ne s'échangeaient quasiment rien, pas même des banalité. Si on relisait leurs conversations on retrouverait des « T'es où ? J'ai déjà commencé », « prestation à 16h au lieu de 15h » « Prend du PQ » « faites moins de bruits » (bon d'accord, le dernier c'était avant l'insonorisation de leur chambre )... Des banalités pour eux.

Elle attrapa son téléphone qui gisait lamentablement au sol avant de voir que s'était Timotee, un des cavaliers justement.

« Viens récupérer Lou-Selecio à la licorne soyeuse »

Rien, juste ça... Elle répondit platoniquement un pourquoi clairement désintéressé.

-Parce que t'es son colocataire. »

Horrible excuse. Elle poussa un grognement avant de se lever et d'enfiler ses chaussures. Qu'est ce qu'il avait fait l'autre âne pour qu'on lui demande de venir le chercher ? Sa petite soirée tranquille était terminée, il avait intérêt à ce que ca vaille le coup.

Le bar en question n'était pas trop loin... La licorne soyeuse, jamais elle n'y foutrait les pieds sans une bonne raison. Ce nom est bien trop ridicule. Qu'est ce qu'il allait foutre là bas lui ? Sa dignité se perdait ou quoi ? Il l'avait laissé à la maison ?

Elle arriva devant l'enseigne rose et prête à vous offrir la crise d'épilepsie de votre vie et fut saluer par hum... Un homme-femme pas forcement convainquant mais très souriant.

-Bienvenue en ces lieux Petit Poney féerique.

Elle fit demi-tour. Non, elle ne posera pas les pieds ici. Mais qu'est ce qu'il foutait là putain ?

Elle prenait le chemin du retour quand son portable vibra plus longtemps. Un appel forcement. Timotee, forcement. Elle décrocha.

-Je te vois Forest, je sais c'est pas ton style de bar, mais faut vraiment que tu le récupères.

Et il avait raccroché... C'était une blague. UNE LOURDE BLAGUE ! Elle se retint de ne pas hurler de rage avant de pénétrer finalement dans le bar.

Où est ce qu'il était maintenant ce dreadeux de merde ?

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Jeu 17 Mai 2018 - 18:36

Ce n’était pas vraiment son genre à lui, de s’alcooliser à ce point. Au point de ne plus vraiment marcher droit, de ne plus connaitre le chemin pour rentrer chez lui, de ne pas pouvoir se contrôler tout simplement. Lou détestait l’ivresse en générale, il trouvait cela profondément stupide. Etre ivre ne lui permettait pas de demeurer celui qu’il est. L’on dévoile beaucoup trop de sois, quand les inhibitions se lèvent. Et pourtant, cela lui arrivait fréquemment. Lourd paradoxe pour celui qui ne supportait pas de se montrer faible fac à autrui. Quelque part, c’était sa manière à lui de relâcher la pression, bien que ce qu’il était en train de faire dans les toilettes de ce bar à cette belle gazelle fût aussi une bonne manière d’évacuer. Il fini par lui mettre la main sur la bouche, elle commençait à le déconcentrer avec ses glapissements. Finalement, cela prit plus de temps que prévu. Lorsqu’il sorti des toilettes le premier, lui n’avait pas besoin de se repoudrer le nez, il se dirigea vers la sortie. C’était probablement l’heure de manger quelque chose et d’aller roupiller. Quelque chose comme ça et demi ! Mais le barman l’interpella pour lui offrir une dernière consommation, ce serait de trop, mais il ne dit pas non. Pourtant, il aurait du…

Se joignait à lui  ce cavalier, Tim, un truc comme ça. Ce n’était pas comme si Lou retenait les noms des gens qui ne l’intéressent pas. C’était plus une connaissance de Forest, d’ailleurs ce monteur de cheval était plutôt du genre homosexuel, ce qui était assez répulsif pour Lou-Selesio. Non pas que la sexualité d’autrui l’intéresse, il n’y avait qu’à voir son/sa colocataire… Non, c’était plutôt les regards de celui-ci qui l’agaçait. Comme s’il avait la moindre chance de grimper le Lou. Non, ce n’était pas un loup qu’il était près de voir, c’était garanti ! Cependant, il était davantage disposé à supporter sa présence. Puis vint la proposition…
_ Je sais que ce bar n’est pas ton genre, mais je pense que ça va te plaire…

Dans son esprit brumeux, Lou pensa à un bar rempli de prostitué, c’était assez tentant bien qu’il n’avait pas clairement besoin de payer pour s’amuser de ce côté-là. Des doigts de professionnelles, ça peut se laisser expérimenter. Le voici donc parti au coté de monsieur beau gosse avec la frange qui tue, il avait envie de la lui cramer à chaque fois qu’il passait ses doigts dedans, mais l’alcool le rendait étrangement plus tolérant. A tel point que lorsqu’il vit le nom du bar et la Drag Queen pour les accueillir, il eut un léger spasme abdominal. Vraiment, c’était ce qui se rapprochait le plus d’un rire chez lui… « C’est une blague ? » Ne pas se fier aux apparences, voila ce que dit le cavalier pour faire entrer le dreadeux dans le pub. Ce fut pire que tout ! Il pensa partir, mais son regard fut attiré par la seule femme du bar, en espérant que ça en soit vraiment une… Une jeune femme au teint halée, elle était superbe. Alors il cama au bar et eut un rictus face à tronche du cocktail servit.

Ce ne fut pas le pire de la soirée. Une main venue claquer sur sa fesse droite le fit bondir et ce fut son poing droit dans la tronche du gars qui était plus grand que lui. Les insultes qui sortirent de la bouche de DaSilva plomba l’ambiance de la soirée, Tim tenta de calmer le jeu mais s’en prit une bonne également. Evidement dans son état, Lou reçu également son coup de poing et tomba directement à la renverse en se cognant le haut du crane sur un haut tabouret. Noir total.
Il est saoul ! Expliquait Tim en se précipitant sur son téléphone pour prévenir Forest.

Etendu sur une banquette noire et onduleuse sentant la noix de coco ecoeurante, Lou commençait sa décuve. Il en aurait pour un moment, l’agressivité était monté en lui et bien même actuellement il ne pouvait pas l’évacuer. Alors tous les biens faits de son début de soirée étaient déjà perdu. Il avait besoin de relâcher de nouveau la pression. Il insulta copieusement Tim qui lui assurait que Forest allait venir le chercher « J’ai pas besoin  de Forest, Okay ?! » Non, il n’avait pas besoin qu’elle le voit ainsi. C’est là qu’il la vit, en double et demi quelque chose comme ça. « Oh putain c’est pas vrai, qui t’as dit de venir me faire chier jusqu’ici ?! Hein ?! Même planqué dans un bar à pédales tu me retrouve ? C’pas vrai ça ! Où j’dois aller pour plus voir ta sale tronche ?! » C’était mal barré pour sauver les apparences, Lou tenta de se lever, mais passer de couché à debout fut très laborieux, une serveuse/r voulu l’aider, mais il le repoussa avec virulence, ce qui provoqua une chute à plat contre le sol. Tiens c’est doux… De la moquette ? Bordel… De la moquette… Il ferma les yeux, oubliant même où il tait quelques secondes… C’était agréable parfois, de tout oublier…

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Jeu 17 Mai 2018 - 21:39

L'odeur du parfum et des fruits exotiques était assez entêtant et l'intérieur comme l'extérieur était pas loin de la crisé d'épilepsie, bien que ce soit plus soft et raffiné. Le noir et le rose était les tons dominant. Forest se croyait dans un magasin de sex shop vendeur d'alcool. Elle fronça les sourcils, vraiment pas contente d'être ici. Elle n'avait rien contre les trans, Queer, DragQueen ou autre, elle s'en fichait et franchement, elle était très mal placée pour en parler même. Ca serait d'une hypocrisie sans nom. Mais pourtant, le côté trop propre, trop girly du lieu ne l’intéressait pas. Ce n'était pas son style et ca ne reflétait jamais son état d'esprit et ca ne sera jamais le cas. Beaucoup, beaucoup trop propre. Elle cherchait du regard son abruti de colocataire qui lui avait niqué la soirée et fit en sorte de ne pas s'arrêter sur les regards un petit peu insistant dont elle était l'objet. Timotee arriva vite à sa rencontre, sa mèche décoiffée et son sourire toujours en place, par contre sa mâchoire prenait un petit ton violacé. L'illusionniste n'avait jamais su comment se comporter avec le cavalier, elle n'avait rien contre lui mais rien pour lui non plus, pas de sympathie ou d’intérêt. Il était là et elle se doutait qu'il l'aimait bien. Ca se vérifiait facilement, rien que lorsqu'il arriva à sa hauteur, la notion d'espace vitale cher à Forest n'était plus qu'une légende. Elle se crispa un petit peu plus mais prit sur elle. Elle s'apprêtait à demander où était Lou et ce qu'il avait fait avant d'avoir eu sa réponse. Le forain se grillait tout seul. Elle eut un soupir d'agacement et s'approcha un petit peu alors que le dreadeux essayait de se relever. Elle le regarda repousser la serveuse qui n'avait rien demandé et son exaspération s'accentua encore. Elle ne fit pas attention aux mots du lanceur de couteau, ca servait à rien dans tout las cas.

Elle s'approcha du poulpe qui s'étalait sur le tapis. Un poulpe avec un corps... Lamentable. Elle se positionna près de la serveuse .. Plutôt mignonne d'ailleurs.

-Excusez mon ami... Il est con le pauvre.

Elle eut un sourire joueur pour la demoiselle et sentit Timotee se crisper derrière elle. La serveuse minauda un petit peu et Forest s'en désintéressa pour s'accroupir près du forain. Elle se demandait si elle devait le frapper à l'arrière du crâne ou y aller plus en douceur et le relever pour le traîner dehors. Heureusement que la honte était un sentiment qu'elle n'associait qu'à elle-même. Le reste, elle s'en foutait. Lou pouvait se mettre aussi minable qu'il le voulait, ca ne la regardait pas mais elle n'allait pas le laisser là pour autant.

-La sale tronche elle va aller te plonger dans l'abreuvoir à chevaux du camp, gentiment prêté par Timotee si tu continus à faire le con comme ça. Qu'est ce que t'as bu putain ?


Elle se pencha encore un petit peu avant d'attraper Lou par le bras et le soulever. Il pesait lourd l'animal. Le cavalier se proposa de l'aider, elle refusa poliment sous prétexte qu'il avait une présentation demain et que s'il ressemblait à un schtroumpf ca serait un peu minable. Elle le traine plus qu'elle ne l'aide à marché vers la sortie. Une fois dehors, elle se permit un commentaire :

-Tout ce rose, ca t'aurait coller la gerbe.

Elle l'assis sur le trottoir avant de continuer.

-TU vas te coller une gueule de bois du tonnerre et compte sur moi pour en rajouter une couche, faute de soirée gâchée.

Elle passa la main dans ses cheveux en soupirant.

-T'as la force de marcher ou faut que je te traine ?

Sinon elle pouvait très bien le laisser décuver ici aussi. Ca serait très bien !

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Ven 18 Mai 2018 - 3:46

S’il n’était pas dans cet état de quasi endormissement, il aurait probablement réagit à la réplique de Forest. S’insulter avec la jeune femme est cependant une habitude entre les deux gitans,  mais en général il aimait avoir le dernier mot. Il restait là, les yeux clos, dans cette position inconfortable qui lui paraissait étrangement idyllique. Tout était propre ici, rose, mais propre. La moquette ne fait pas exception. Il était complètement écroulé au sol, avait relâché tous ces muscles, on pourrait presque el croire inconscient. Il n’avait pas honte, il  se moquait véritablement de ce que pensent les gens alors que paradoxalement, jamais il ne se lâchait émotionnellement. Inutile d’essayer de comprendre le complexe du cerveau DaSilva, encore moins dans l’état actuel. Evidement, il fut réveillé par la voix de Forest, il n’entendit que : chevaux, con, qu’est-ce que t’a bu, putain. Il se demandait si elle non plus n’avait pas picolé tellement c’était insensé… Eh bien, elle était belle la donneuse de leçon !

Il se senti tiré par le bras, il poussa un grognement. Il daigna ouvrir l’œil, mais tout ce rose… C’était trop indigeste ! Cet endroit lui paraissait plus bruyant, une espèce de bourdonnement s’était installé contre ses tympans. C’était parfaitement désagréable. Il ne regarde pas la serveuse, la jolie au teint halé, de toute manière, vu comme il l’avait repoussé : c’était cuit ! Il peina à la suivre jusqu’à la sortie, ses pas sont étranges, ses pieds s’enfoncent dans le sol. Englué, mais il doit continuer. Pourquoi d’ailleurs ? Où est-ce qu’ils vont comme ça ? « T’es moche… » Qu’il annonce à un travesti qui lui adressait un sourire compatissant. Evidement, cela déplu grandement à celui-ci, qui l’insulta d’homophobe. Oh vraiment, ce n’était pas les homo qui l’ennuyaient, ni ceux qui s’habillent dans le sexe opposé, sans quoi, il n’aurait rien à faire avec Forest, vraiment rien du tout ! Non, il n’était pas homophobe, il était étrangement tolérant alors qu’il était un enfoiré misogyne. Et bien voila, messieurs si vous voulez être des femmes, soyez traité comme telles…

Il senti l’air frais de hors et encore… Il l’entendit, cette réflexion sur le rose. Lou afficha une grimace de dégout « Qu’est-ce que j’fou en ville ?! » Oui, vraiment, il était paumé, c’était lamentable. « Je déteste la ville, qu’est-ce que j’fou là ?! » Oui vraiment largué. Lou-Selesio espérait qu’il n’était pas trop dans la ville, pas trop loin du camp. Même s’il sait que c’est cause perdue d’espérer ça. Au-delà du rose, c’était la ville elle-même qui aurait du lui coller la gerbe ! Sa colère ne partait pas.

Il se laissa cependant asseoir sur ce bout de trottoir, appartenant à ce grand dépotoir qu’est la ville. Ramassis d’égout, d’individu répugnant, bruyants et inutiles… Les bars sont le terrain de chasse des vampires, enfin, peut-être pas celui-ci. Même si ces étranges, il y en a de toutes espèces. Voila qu’elle le sermonnait, vraiment ? Une gueule de bois, pff… Pas lui ! Lui, c’était le meilleur, le champion ! « T’avais qu’à pas venir, j’peux marcher tout seul… J’pas b’soin d’toi… » Grognait-il sans pour autant se relever. C’était assez périlleux, mais il le devait bien. Il prit quelques secondes, probablement avait-elle parlé, mais il n’écoutait plus. Puis enfin il est debout, peut-être l’avait-elle tiré, ou qu’il avait miraculeusement réussi ? Il n’en sait rien, mais il est debout. S’en prendre à Forest c’était trop facile, c’était petit, mais facile. Le gitan se soutint à la jeune femme – dont il n’avait pas besoin comme il l’avait précisé – afin de marcher. Tiens et s’il venait dire bonjour au bitume ? Il s’étala lamentablement au sol, par chance pas sur la tête cette fois. Le forain se mit à grogner « Quel connard a mis cette pierre sur mon chemin !? » Cette pierre qui n’était qu’un gravier évidement, c’est toujours de la faute des autres…

Hop sur pieds… Bon, on est presque arrivé ?

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Sam 19 Mai 2018 - 1:08


Il la désespérait et elle commençait sérieusement à avoir honte pour lui, s'il se voyait il s’engueulerait certainement, s'en foutrait plein la gueule même. Et elle adorerait voir ça. Une idée diabolique germe dans son esprit alors qu'elle pose Lou sur le trottoir. Elle l'entendit parler du fait qu'il détestait la ville et elle roula des yeux au ciel. Où est ce qu'il avait traîné pour finir dans ce bar Bonbon si près de la maison ? C'était ridicule. Bien malgré elle, Forest vit un sourire s'étaler sur ses lèvres. La gueule de bois qu'il allait se taper le lendemain allait être épic et quand il se souviendra de sa soirée, ca sera encore plus magique. Elle savait cependant d'ors et déjà qu'elle ne devrait pas traîner chez eux pour ne pas se prendre le retour de flamme. Elle laisserait juste une bouteille d'eau et un bon gros paquet de doliprane. Bien en évidence pour biiiien lui rappeler sa belle nuit pourrie. Qu'elle merveilleuse colocataire elle était, elle pensait à tout.

Mais en attendant elle se demandait si Lou était encore conscient ou non, s'il dormait ou s'il était encore dans le monde des vivants. Est ce qu'elle devait s'en foutre ? Oui, c'était aussi un peu le cas. Qu'il dorme dans un caniveau ou non, tant qu'il revenait pour les shows et qu'il était vivant, pas grand chose à faire. Il était un grand garçon après tout... Normalement.

Elle l'écoutait déblatérer ses conneries et son sourire s’élargissait de plus en plus. Il se donnait en spectacle pour le plus grand plaisir de l'illusionniste. Elle avait presque envie de s'asseoir et jute de regarder. Mais elle avait plus intéressant à faire.

Elle attrapa son portable.

Il allait lui en vouloir à mort et hurler comme un dératé mais elle allait tellement rire. Elle se plaça devant lui et prit une première photo avant de franchement éclater de rire. Le lanceur de couteau toujours impeccable au visage de marbre était méconnaissable la bouche ouverte et les yeux dans le vide. On ne mentionnera pas ses dreads emmêlées et son teint blafard non plus. Elle releva les yeux de son écran quand lui essayait de lever son cul du trottoir. C'était compliqué apparemment. Et il se serrait tristement étalé sur le pavé si elle ne l'avait pas retenu par l'avant de son t-shirt. Il s'appuya de tout son poids contre elle et elle râla, il était lourd, encore plus quand il se a jouait sac à patate.

Et il choisi de se vautrer encore. Par un heureux réflexe, Forest l'avait laisser tomber tout seul, ne l’entraînant ppas dans sa chute. Et le super heureux réflexe fut l'option film de son portable. Elle réussi à tout avoir, du grognement à la pierre inexistante. Encore une fois, elle éclata de rire avant de le ramasser.

Il ne restait vraiment rien entre leur chez eux à le bar mais maintenant elle le traînait plus qu'il marchait. Concrètement, ca ne l'empêchait pas de continuer de glousser. Il n'en ratait pas une.

Une fois enfin chez eux, elle l'assis sur leur canapé avant de prendre une dernière photo et ouvrit le frigo. Heureusement, une bonne bouteille d'eau fraîche y traînait. Elle revint vers Lou et claqua des doigts devant son visage. Elle n'avait aucune envie d'être douce.

-Hey ? Y'a encore quelqu'un ?

Elle posa la bouteille sur la table basse en attendant une réponse.


_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Dim 20 Mai 2018 - 20:17

Ce bruissement, il le connaissait assez bien. C’était celui d’un portable prenant une photographie, s’il était en état, il aurait râlé, il l’aurait insulté, il aurait prit son téléphone e brisé en petits morceaux, broyé, écrasé, jeté dans les égouts… Mais il ne réagissait pas à ça, pas cette fois, pas encore… Peut-être lorsqu’il sera plus lucide et qu’elle lui mettra les photos sous le nez, allait-il grincer des dents, c’était d’ailleurs fort probable qu’il soit tenté de la frapper, encore. Il faisait beaucoup d’effort pour canaliser sa violence, surtout envers elle. Lou-Selesio n’avait aucune envie de véritablement lui faire du mal, la remettre à sa place de temps en temps, oui, mais pas plus. Il ne lui voulait pas de la souffrance, il ne souhaitait pas non plus qu’elle prenne lui fuite. Pourtant au commencement de leur relation ça ne fut pas cela, il avait imposé une large distance entre eux, un périmètre qui se rétrécissait jour après jour. Elle était entré dans sa vie, dans son monde, jusqu’à venir s’installer chez lui, avant qu’ils ne se procurent leur chez eux. A part égale. Pas d’histoire de fric entre eux, jamais. Ils gagnaient la même chose, à peu de chose près. L’égalité homme femme, d’un point de vu salarial, c’était un peu la même discrimination chez les gitans. Et quand il était question de leur verser leur l’argent, tout à coup, l’on se souvenait que Forest était une femme. Est-ce que seulement elle s’en rendait compte, à vrai dire, Lou pensait qu’elle s’en fichait. Lui non plus, ne courrait pas après l’argent, son mode de vie lui convenait, mais il avait besoin de se procurer de nouvelles choses, surtout avec la menace du retour de son frère… Ce jour là sera un beau gâchis.

Le chemin fut un affreux périple pour DaSilva qui fini malgré tout par arriver à destination. A en juger par les rires ou pouffements de sa colocataire, celle-ci semblait passer un bon moment ! Affalé sur la banquette, il fixait, il pensait s’être endormi éveillé. Loin des terreurs nocturnes passées. Il se sentait étrange, vide, épuisé et en forme à la fois. Il se sentait bien et mal. En paix et en colère. Lou se sentait tout simplement vide, affreusement vide et dénué de sens. Ces pensées là tournoyaient dans sa tête, alors que son visage lui, restait figé. Il ne savait plus où il étai, ni avec qui… Puis il eut ce bruit, se claquement, quelque chose de trop brusque devant ses yeux. Il émergea de sa léthargie, il attrapa le poignet de la jeune femme avec une reflexe étonnamment conservé. Il serrait beaucoup trop fort d’ailleurs, mais à nouveau il se figea. Arrêt sur image. C’est quoi cette sensation ?

« Forest… » C’était juste un murmure, lâché comme ça… Outrepassant toute réflexion de son cerveau ramolli. Le forain, relâcha doucement le poignet de la jeune femme, pour glisser ses doigts le long de ceux de la jeune femme, jamais ils ne se touchent les mains. Ce sont leur outils de travail, c’était particulièrement précieux et symbolique pour l’un comme pour l’autre. Pourtant, s’il devait confier ses mains à quelqu’un, ça serait bien à elle. Il se laissa tomber en arrière, complètement affalé fixant désormais le plafond, il pourrait y voir des cafard imaginaires y grimper que cela ne le ferait pas sourciller. Toutes les questions sur sa vie, qu’il refusait de se poser en temps normal remontaient à la surface, s’amusaient à tordre son esprit. Eclair de lucidité… « Va dans ta chambre… » Oh, il y a bien longtemps qu’ils ont passé le cap du : tu fais ce que je te dis. Cela, depuis qu’il l’avait abandonné plus d’un mois après s’être salement fait amoché par son frangin. Non pas qu’elle ne le respectait plus, mais elle savait désormais qu’il n’avait pas toujours raison et surtout, elle était devenue majeur. Lou pourtant le savait, savait quelque chose qu’elle n’avait jamais vu chez lui. Elle n’avait jamais réellement assister au moment précis où il explosait, à cette énorme faille chez lui qui le rendait instable et qui pouvait engendrer le pire dont il était capable et coupable…

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Dim 20 Mai 2018 - 22:02


Elle l'avait regardé ce qui semblait être une éternité pour elle. Il était encore conscient ou pas du tout ? Il semblait être complètement ailleurs. Bah il a beau dos le Mystérieux mystifique ténébreux qui fait tourner la tête de toutes ces demoiselles. Encore une fois, elle avait envie de rire, ah s'il pouvait se voir, même lui se fendrait d'un sourire … Oui bon, peut-être pas finalement. Mais faut avouer que ca restait magique ! Purement et simplement magique. Un miroir déformant n'aurait pas fait mieux. C'était juste le monde à l'envers et Forest se félicitait d'être la pour le voir, elle n'était pas sûre que ca se reproduise un jour alors autant en profiter au maximum, les conséquences on verra après ! Carpe Diem !

Son claquement de doigts devant DaSilva par contre le fit réagir instantanément. Comme s'il reprenait sa respiration, son regard vert s'encrait un instant dans le réalité. Il eut d'ailleurs un réflexe inespéré pour quelqu'un d'aussi imbibé et se saisi violemment du poignet de l'illusionniste. Celle-ci, commençant à le connaître, ne réagit pas instantanément, jusqu'à ce qu'il commence à le serrer entre ses doigts. Elle allait répondre qu'elle en avait encore besoin et que lui même avait besoin de toutes ses dents s'il voulait continuer à avoir quelqu'un dans son lit et donc qu'il devait la lâcher mais elle n'eut même pas le temps de vraiment ouvrir la bouche. Lou le fit pour elle en utilisant … Hum son prénom. Ce n'était pas anodin en soi, ils vivent ensemble, ils s'appellent par leur prénom, c'est même plutôt normal. Enfin, sauf quand s'était murmuré comme ça... Il allait pas lui dire qu'il allait gerbé quand même ? Non, apparemment non, il se contenta de laisser doucement glisser ses doigts contre ceux de la gamine. Celle-ci les retira immédiatement. On ne touche pas ses mains ! Interdit ! Trop précieux ! Ses sourcils se froncèrent. Qu'est ce qu'il foutait merde ? Elle l'observa, un petit peu de haut d'ailleurs avant de se rappeler qu 'il était complètement cramé. Elle choisi de passer outre et se radoucit, s'asseyant devant lui sur la table basse et attrapant la bouteille d'eau.

Et à nouveau, Lou arracha un rire à la gitane : qu'elle aille dans sa chambre ? Impossible. Il n'avait plus cette autorité sur elle. Plus maintenant, plus depuis quelques temps. Elle se pencha en avant, vers lui pour lui sourire effrontément tout en lui glissant la bouteille dans les mains.

-T'aimerais hein ? Mais non, ca se passera pas comme ça donc tu la fermes et tu bois de l'eau.

Elle se redressa avant de se remettre sur son portable. Ca sera vite fait, un petit mms pour Lou, un petit Mail pour elle et internet gardera tout. Parfait. Elle reporta son attention sur le petit Lou (Bourré → Beurré comme un petit Lu → Bourré comme un petit Lou … Humour Humour).

-Tu as mangé ? Tu as faim ? Je suis pas sur que de la bouffe éponge tout ce qui traîne dans tes veines mais bon, on peut toujours essayer !


Elle se leva pour retourner vers le frigo, frigo qu'elle ouvrit. Elle y trouva un reste de taboulé et se dit que de la semoule, ca éponge pas mal. Elle attrapa une cuillère et revint s'asseoir sur la table basse en lui présentant le plat.

-Interdit de vomir sur le canapé, on a dit que les parties communes restaient propres.

Elle lui fit un clin d’œil et sourit à nouveau.

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Lun 21 Mai 2018 - 18:16

Pas étonné, pas le moins du monde… Pas par cette réponse. Non. Là, il devait bien admettre que c’était lui qui lui avait apprit à être à ce point têtue. C’est étrange cette manière de penser, lui apprendre, lui montrer le chemin, comme si c’était lui qui l’élevait… Non, c’était stupide. Peut-être pas tant que ça… D’une certaine manière il le faisait, tout comme elle l’empêchait de sombrer dans la solitude la plus extrême. Elle était une responsabilité, quelqu’un pour qui il devait penser avant d’agir, parce qu’il n’y avait pas que lui. C’était terminé ça… Son isolement des autres s’était accentué à la mort de sa fiancée, personne ne lui aurait tendu la main s’il s’était perdu… Non, mais le destin avait placé sur la route une adolescente en salopette, le regard triste sous ses cheveux courts. Regarde moi, voila ce qu’elle avait demandé. Il l’avait fait, il s’était même attaché et les voici. Formant ce duo improbable ou parfois il oubliait ce qu’il était. Un homme profondément égoïste, imprévisible et violent. Elle savait lui faire croire qu’il était mieux que ça, un grand frère.

Il prit la bouteille d’eau entre les mains et s’exécuta sans même râler. Il peinait à réfléchir à deux choses à la fois, dans cet état c’était même source de douleur au cerveau. Voila qu’elle le harcela de question, manger ? Pourquoi faire ? Il n’écoutait pas, se contentant de regarder le fond de ses pensées. Il n’était pas triste, pas même en colère, c’était un état étrange qui n’était certainement pas fait pour durer. Le jeune homme vit une assiette pleine de taboulé, franchement c’était la dernière chose qui lui faisait envie à cet instant précis. Il pensait s’endormir, mais elle n’arrêtait pas de la déranger, de le mettre en alerte… Il lève difficilement les yeux, les lumières artificielles sont désagréables. Il vit son sourire, dans un halo lumineux… Merde… Elle était foutrement belle.

Il eut un froncement de sourcils pour chasser cette idée de son esprit. Il ne répondit toujours reporte son regard sur le plat et attrapa la culière avec difficultés avant de tout renverser avant d’arriver à sa bouche. Cela avait suffit pour l’énerver. Il lance la cuillère, comme il lancerai un de ses couteau. Seulement, celle-ci ne se plante pas et c’étai bien heureusement car celle-ci arriva au bon milieu du front de Forest. « J’t’ai dis d’aller dans ta chambre !!! » Le ton montait, encore… Ce n’était pas nouveau entre eux, toutes ces querelles. Pourtant, il n’avait pas plus le droit de disposer des parties communes qu’elle, il le savait, mais il ne se sentait pas capable d’aller lui-même jusque dans sa propre chambre. Sans quoi, il s’y serait déjà enfermé. Il jette également la bouteille d’eau, tant qu’à faire… Puis il se leva, non pas sans manquer de renverser la table. Lou semblait sortir de son état d’apathie, devenant à nouveau particulièrement réactif et virulent. « C’quoi ton problème avec moi ? Pourquoi tu m’colle comme ça ?! Pourquoi t’es venue dans ma putain d’vie ? » Pourquoi est-ce qu’elle s’était donné autant de mal pour ça ? Qu’est-ce qu’elle y gagnait ? … Il se dressait face à elle, mais il n’était pas très stable pour tout dire il tanguait pas mal. « J’m’en suis débarrassé d’une et maintenant, j’t’ai toi… » Il est vrai que l’alcool vous pousse à révéler des choses graves, de secrets que vous ne vouliez révéler à personne… « Qu’est-ce que t’espère de cette putain d’vie avec moi ? Pourquoi tu te barres pas ?! » Il l’avait attrapé par la taille, non pas vraiment pour lui faire mal, juste pour ne pas se casser la figure et finalement pour l’empêcher de partir. Qu’elle lui réponde enfin ! Qu’est-ce qu’elle lui voulait à la fin avec ces foutus grains de semoules ?!

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Mar 22 Mai 2018 - 1:35


Son sourire s'agrandit quand Lou, bizarrement, sans rechigner, but. Bah il était temps et faudrait sûrement qu'il boive bien plus si il voulait ne pas avoir mal au cheveux mais bon, elle savait surtout qu'il fallait pas trop tirer sur la corde avec lui, bien qu'elle se demandait quel était l'élasticité de cette corde quand Petit Lou était dans ce cas là.

Et la corde devait être bien élastique pour que le forain se saisisse aussi de la cuillère et du plat. Mais finalement elle craqua et, comme si elle avait été propulser, l’ustensile vint rebondir avec force sur le front de l'illusionniste. Elle ne s'y attendant absolument pas et eut un mouvement de recul défensif qui ne servait strictement à rien puisque le mal était déjà fait. Heureusement qu'elle ne lui avait pas prit une fourchette ! Forest sentit doucement sa bonne humeur et sa patience s'effriter un petit peu. Il n'y avait plus rien de drôle dans la situation. Elle posa peut-être un petit peu trop violemment le couvert sur la table basse à côté d'elle et posa son regard bleu sur le taboulé par terre. Elle eut un soupire caché par Lou qui s’énervait franchement. Et la patiente de la gamine s'amenuisa encore un peu. La bouteille d'eau vola aussi, mais pas dans le visage de l'interlocutrice au moins. Elle le regarda se lever difficilement et le laissa totalement dans sa merde. Elle le regarda le visage neutre, désabusé. Il reprit ses grognements et soupira encore avant de se lever et faire face au forain. La réponse à sa question « pourquoi es tu entrée dans ma vie » pour rester polie, lui vint comme une baffe, elle n'eut juste pas eu le temps d'en dire plus que Lou lui sorti une phrase qu'elle ne pensait jamais entendre. Elle se figea. C'était un aveu. Un frisson glacé lui dégoulina le long de la colonne vertébrale. Est ce qu'il avait vraiment tué sa fiancé ? Elle avait entendu cette rumeur fut un temps mais elle l'avait laissé coulé, comme toutes les autres et le camp entier était d'ailleurs passé à autre chose. Le temps s'était suspendu un instant pour Forest. La main de Lou sur sa hanche la brûlait. Ce secret était bien trop lourd. Qu'est ce qu'elle devait faire ? Elle détailla le visage de Lou, ses yeux verts et francs et ses lèvres qui venaient de lâcher la plus horrible vérité. Son cerveau tournait à plein régime. Mais qu'est ce qu'elle devait faire ? Paniquer ? Fuir ? Faire face ? Le dénoncer ? Qu'est ce qu'elle devait faire … Est ce qu'il se souviendra de ça demain ? Elle espère que non. Que plus jamais ils en reparleraient, comme si ca pouvait être oublié, balayé. Elle se laissa complètement engloutir par ses sentiments, incapable d'en laisser une prendre la part belle sur les autres. Alors elle choisi la facilité.

Leur chez eux n'est pas si grand et elle n'avait pas grand chose à faire pour pousser Lou dans la salle de bain. Dans la cabine de douche. Elle le jeta presque contre le mur du fond et alluma l'eau froide. Elle avait choisi la solution facile : la colère. Elle laissait dégouliner l'or bleu glacé sur le forain avant de dire :

-Pourquoi J'suis venue dans la « putain de vie » ? Mais parce que tu m'as ouvert le porte Lou.

C'était tout. Elle ne voulait pas qu'il parle à nouveau de sa fiancé, elle voulait proscrire ce mot. Comme la nouvel femme d'un coureur de jupons. On ne parle pas des exs. Mais ce n'est pas à elle de le dire et elle ne veut surtout pas ramener elle-même le sujet sur la table. Elle ne sait pas du tout ce qu'elle devait faire après, elle se contenta de refréner sa colère et sa peur, de la garder pour elle jusqu'à ce qu'elle puisse se décharger comme elle pouvait. Pour l'instant, elle se contenta de regarder le t-shirt sale de Lou s'imbiber d'eau.

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Sam 26 Mai 2018 - 3:20

C’était certain, il allait s’en mordre les doigts. Il en avait trop dit. Beaucoup trop. A l’heure actuelle, il n’était pas capable de s’en rendre compte. Non, il devra affronter cela, le lendemain. Comme toujours. Il pourrait bien prendre la fuite, si les gens venaient à la suspecter de nouveau, croiraient-ils Forest ? Pourquoi irait-elle le répéter ? Par peur… Se sentait-elle menacé par lui ? Tant de questions qu’il n’était pas capable de se poser, non, il se contentait d’hurler sur la gamine : un de ses passe temps préféré après tout. La malmener, tout en l’aimant. C’était si étrange, mais leur amitié fonctionnait de cette manière. C’était une relation tellement bancale… A tel point que ce genre de confidence pourrait troubler leur équilibre. C’était un aveu qu’il n’aurait jamais voulu faire, il comptait garder ça jusqu’à la tombe, mais voilà, c’était sorti. Sa colère incontrôlable… Elle s’exprimait si durement quand il ne gardait pas le contrôle entier de lui-même, c’était bien à cause de cette colère qu’il était à ce point fermé, toujours… Car voila ce qui arrive lorsqu’il faibli.

Il se senti pousser, il tenta de résister, mais ses muscles aussi son t incohérent. Il se trouvait dans la douche, mais ne s’en rendait pas compte. Il avait subitement le vertige, cela s’était passé trop vite. Il était toujours habillé, avait même des paillettes sur la joue. Il eut un violent tressautement, l’eau glacée contre sa peau venait de provoquer un battement cardiaque particulièrement vif et douloureux dans sa poitrine. Il poussa un grognement, qui semblait plus à un rugissement ;  malgré l’eau cascadant sur son visage, il entendit les paroles de la jeune femme qu’il attrapa vivement pour la mettre contre la paroi de la douche pour qu’elle profite également de l’eau glacée !

« C’est toi ! C’est toi ! » Qu’est-ce qu’il dit ? Rien de bien cohérent c’était certain. Les mots dépassaient assurément ses pensées. « J’voulais pas de toi merde ! J’voulais d’personne ! » Oui, il se souvenait parfaitement de cette époque, de la dureté de celle-ci même. Lui, seul sans famille… Obligé de tuer lui-même celle qui aurait du partager sa vie, même s’il n’avait pas de sentiment sincère pour elle, il avait accepté sans rechigner l’arrangement. Il avait imaginé sa vie de mari indigne, infidèle qui ne donne pas d’enfant à son épouse malheureuse. Oui, le tableau était là, il aurait pu avoir cette vie là, ne pas avoir à faire ça… A tuer l’un des leurs… Ce fut une époque où il avait du masquer sa souffrance, sa culpabilité, à tel point que lui-même n’avait pas eu le temps de la ressentir… Il passait sa vie à se priver de tout ça : de ses sentiments.

« Maintenant j’suis là avec toi… » Sa voix retombait peu à peu. Ses vêtements étaient imbibés d’eau, il avait affreusement froid, d’ailleurs, il ne pouvait pas non plus contrôler ses frissons. « Tu m’oblige à supporter tout ça… » Il se serait bien laissé pourrir dans un coin six ans plus tôt, oui vraiment… Il se serait isolé du monde entier, plus de garou, plus de lycan, plus personne tout simplement. Il se serait exilé, essayé d’oublié… Oui, cela aurait été on plan A. Mais elle était venue lui imposer le plan Z. Il pose une main sur la joue humide de Forest « J’ai peur… » Elle n’était probablement pas prête à entendre ça, comme lui, lui n’aurai jamais voulu dire ça non plus ! Pas ça non ! Et pourtant il continue… « Si j’te perdais, et surtout de ce que je serais capable d’faire… Ce que j'pourrais te faire... T'oublie trop c'que j'suis... Pas... Quelqu'un d'bien. » Il n'est pas quelqu'un que l'on peut aimer, mais ça, il parvient à le garder pour lui. Il ne supporterait pas de lui faire du mal, on ne parle pas des vacheries qu’ils peuvent se faire… Mais du Mal. Il ne veut pas être celui qui cause sa perte, il le lui avait déjà dit par le passé….

« Va dans ta chambre… » Une idée fixe, comme ça. Il recule, se heurte à la paroi, renverse leurs savons. Il tente de sortir de la douche, il était frigorifié, seulement, il ne prend pas vraiment la bonne direction pour sortir de celle-ci. Il cherche à tâtons en grognant, il était fatigué, il serait bien capable de s’endormir là… Mais il a bien froid bon sang ! « Connards d’illuminés de licornes à paillettes avec leurs papaye sur la tête, pourquoi personne n’a cramé cet endroit d’merde ? Et ils appellent ça un bar… » Faut bien râler sur quelque chose, non ?

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Dim 27 Mai 2018 - 16:24

Elle n'avait plus du tout envie de rire, de se moquer ou de profiter de la faiblesse de Lou. Elle avait juste envie d'effacer cette soirée de sa mémoire. Son sourire avait fondu comme Neige au Soleil. Elle ne voulait plus rien, elle voulait laisser l'Eau laver tout ce qu'elle savait. Laisser toutes ces informations glisser sur sa peau comme de la boue l'aurait fait. Comme de la saleté. Mais non, à moins d'un coup sur la tête, elle n'oublierait jamais, cette saleté là était maintenant incrustée !

Elle avait espéré que l'Eau calme Lou mais quand elle se retrouva dessous aussi, surprise et sans souffle – Bon dieu que c'était froid – elle se sentit juste vidée. Elle a l'impression de mieux voir ce qu'il se passait autour d'elle ceci dit, comme si on venait d'allumer la lumière mais elle n'eut aucune révélation. Elle avait juste la triste vision de Lou dont les lèvres tournaient doucement au bleu. Oui, il faisait vraiment froid.

Et il continu, il ne voulait pas d'elle, il voulait être seul, tout ca tout ca. Maintenant quoi ? Il allait lui demander de disparaître de sa vie ? Comment ca se passe ? TROP TARD ! Elle le regardait sans un mot déblatérer toutes ses conneries de mecs bourrés en se demandant si elle devait pas aller le coucher maintenant que son essaie de remise en place d'idée à l'eau froide n'avait pas fonctionné. Elle l'écouta sans laisser les mots s'attacher à son esprit, ca n'en valait plus la peine, plus ce soir. Il fallait qu'elle coupe l'eau par contre, Lou commençait à sérieusement frissonner.



Elle se souciait des frissons d'un mec qui avait assassiné sa fiancé... Ca n'avait aucun sens.

Elle s'apprêtait à soupirer quand le ton changea, il se fit plus bas, plus confidentiel. Elle plongea son regard dans le vert du forain et attendit la suite. Est ce qu'il allait lui annoncer qu'il avait aussi mangé son voisin, couché avec un bébé mort ? Elle n'était pas prête et elle retint un mouvement de recule quand il mit sa main sur sa joue trempée.

Elle s'attendait visiblement à tout sauf à ça. Lou-Selecio DaSilva avait peur. Peur de perdre quelqu'un. Le loup solitaire qu'il est a peur de sa réaction si elle, elle partait. C'était le monde à l'envers et définitivement elle n'aimait pas le voir bourré. Pas comme ça. Elle reste imperturbable. Est ce qu'elle doit être triste ? Toujours en colère ? Aucune idée.

Elle reste figée, trempée sous cette douche froide alors que Lou va se prendre le mur du fond en continuant d'insulter la Licorne Soyeuse et en foutant tout par terre. Fatiguée de cette soirée finalement elle choisi. Oui, elle allait le coucher.

Déterminée, elle s'approcha de Lou et d'une main ferme sur la poitrine le pousse définitivement contre la paroi. La paume de douche continu à lui couler dans le dos, trempant toujours plus ses cheveux, faisant coller son haut à ses formes. Elle pénétra la zone d'intimité et s'autorisa un sourire carnassier. Elle appuya encore un petit peu plus ses doigts sur la poitrine de son colocataire et se fit féline.

-Ne me sous-estime pas DaSilva.

Elle fini par l'attraper par le t-shirt, fermer le robinet et le traîner en dehors de la douche. Une fois loin de l'eau, elle lui jette une serviette à la figure.

-Enlève ton t-shirt, suis moi. Et surtout, tu la fermes.

Oui, elle ne voulait plus l'entendre déblatérer d'autre conneries, elle avait eu sa dose pour ce soir. Elle sortit de la salle d'eau pour aller ouvrir la chambre du Forain et se permit encore un sourire narquois, tout ce qu'il y a de plus dénué en humour.

-Va dans ta chambre.

Sarcastique et sèche. Elle pointa le lit du doigt. Faites qu'il fasse pas d'histoire.

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Mer 30 Mai 2018 - 2:15

L’alcool faisait de lui un autre homme, une toute autre personne que lui-même ne reconnaitrait pas. Pourtant elle révélait des facettes de sa personnalité qu’il ne montrait jamais, qu’il ignorait même parfois. Il avait froid, mais il ne réagissait pas plus de cela à cette sensation physique, ses pensées étaient ailleurs. Partout et nulle part à la fois. Il tenta finalement de sortir de la douche, incapable de remarquer les réactions de la jeune femme. Il se retrouva plaqué contre la paroi glacée, il sentait parfaitement les paumes de ses mains sur ses pectoraux. Probablement que s’il avait été une femme l’image aurait été choquante, surtout entre eux. Choqué de quoi ? Il n’était plus capable de l’être. Il sentait qu’elle enfonçait ses doigts sur sa peau, ce qui provoqua une contraction des muscles se trouvant sous celle-ci. Son regard embué peine à la regarder, le visage de Forest était si flou désormais… La sous estimait, c’était elle qui ne prenait pas conscience du danger… Voila ce qu’il aurait du hurler, mais il ne lui offrit que ce regard paumé et son silence. Il se senti tiré en avant, ses pieds manquent de glisser sur le sol humide, mais il parvint à tenir l’équilibre. Elle lui envoya une serviette, il s’accroché à quelque chose, en renversa d’autres pour ne pas basculer lui même.

Va dans ta chambre…
Uhm, c’était quoi cette sensation de déjà vu ?

Il finit malgré tout par s’exécuter en retirant son tee-shirt ou plutôt en se débattant avec. Trempé il lui collait à la peau ; celui-ci atterrit au sol formant une flaque autour de lui. Il se tint d’une main contre l’un des murs pour se stabiliser avant de relever la tête pour Voir la porte de sa chambre qui était la porte voisine. Cela lui semblait pourtant être l’autre bout du monde. Il fit deux pas, avant de se tourner, de parvenir – probablement par chance – à attraper le bras de sa colocataire. « Dors avec moi… » Oh dans son état, il aura oublié au bout de dix minutes qu’il lui avait demandé ça, mais cet état ne lui permettait que d’être dans le moment présent. Il ne lui laisse pas vraiment le choix, l’alcoolémie n’entrave pas sa force, elle entravait sa justesse et agilité, mais la force restait plutôt intacte. Alors il l’entraine dans la chambre, le lit était même déjà là car tout était étroit chez eux. Il y tombe, pas dans le bon sens pour se coucher, d’ailleurs ses jambes n’étaient nullement sur celui-ci.

Sa vision peinait à s’ajuster, mais la luminosité était plus faible ici, il pu mieux reconnaitre l’illusionniste qu’il n’avait pas entrainé avec lui, mais surtout il remarqua qu’elle était trempée. Que s’il n’avait pas eu une douche froide, probablement cette vue l’aurait énormément troublé… La vue de ces formes de femmes. Mais il se contenta d’un trop sincère « T’es belle… » Il n’eut pas vraiment le temps de voir sa réaction, car a tentative de s’asseoir fut plus que laborieuse et le fit rouler lamentablement de coté. Il avait affreusement froid, il continuait de trembler sans pour autant avoir la bonne idée de chercher à se couvrir ou se débarasser de son jeans imbibé d’eau glacée. « Pourquoi fais si froid… F….Faut… Faut mettre le chauffage. » Il ne pouvait décemment pas rester comme cela, pensait-il, il faut faire quelque chose !

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Ven 1 Juin 2018 - 2:08

Elle regarda Lou enlevé son t-shirt, bien trop lentement à son goût, elle se demanda un instant si il n'allait pas se coincé dedans. Elle ne dit rien, ne fit pas un son, pas un haussement de sourcil. Elle attendait juste. Et quand, enfin, il se mit en route elle eut envie de pousser un soupir de soulagement. Mais non, toujours pas. Quand elle sentit la main de son colocataire sur son bras, une sale sensation l'envahi, comme une nausée sans en être une, difficilement descriptible mais ce soir, elle ne voulait pas de contact physique. Elle toujours friande d'un petit peu d'attention de la part de Lou, elle ne voulait rien, juste être seule. Et il lui demanda de dormir avec lui. Non, juste non, pas ce soir. Ce n'était pas possible. Elle voulait s'isoler et réfléchir.

Il la traîna derrière lui et ne résista pas, pas pour l'instant. Elle fit bien vu qu'il se vautra plus qu'il se coucha dans son lit. Forest le regarda avec une sorte de pitié. L'euphorie de début de soirée était parti bien trop vite et cette légèreté manquait à Forest. Est ce qu'elle devrait le border aussi ? Elle se demandait comment elle allait se débrouiller pour la suite quand il interrompit le cours de ses pensées avec ces trois mots qu'elle n'aurait jamais voulu entendre de la bouche du lanceur de couteau. « T'es Belle » Bah oui … Non. Juste non. Une sale envie de pleurer l'envahit, elle sentit ses larmes venir chatouiller ses yeux sans que ca ne coule forcement, ca devait briller mais rien de plus. Il n'avait pas le droit de lui dire ça, pas ce soir et pas après qu'il lui ai gentiment dit qu'il avait tué son ex. Elle avait encore plus envie de s'isoler, de s'éclater la tête à grand coup de rock violent et sale. Elle essayait de retenir ses larmes pendant que son phoque de colocataire roulait sur son lit. Elle devait se ressaisir et il lui offrit un point d'encrage en continuant de lui parler et de trembler.

Elle se pencha sur lui pour attraper ses chaussures et le lui enlever, elle se dit que cette scène ne lui était pas inconnue. Elle s'approcha de sa ceinture du forain et repensa à sa vieille caravane sombre, elle repensa à l'odeur du sang. Elle enleva la ceinture d'un coup sec avant de lui dégrafer le bouton. En regardant Lou tremblé de froid, elle le revoyait trembler de douleur. Son incompréhension était total, elle n'avait aucune idée de ce qu'elle devait ressentir. Elle enleva mécaniquement, sans réfléchir, le pantalon trempé. Elle poussa sans douceur le forain pour décoincer la couverture de sous son corps. Logique qu'il avait froid après la douche qu'ils avaient prit. Elle-même se sentait bouillante. Il y avait trop de choses.

Elle posa la couette sur le corps tremblant du forain, lui remontant le tissus jusqu'aux épaules, couvrant ainsi tout ce qu'il y avait à couvrir. Est ce qu'elle voulait qu'il se souvienne de ce qu'il lui avait dit ce soir ou non ? Elle voulait tout oublier. Elle se posa sur le coin du lit et espérait que le lanceur de couteau s'endorme vite, il avait fait assez de conneries comme ça, tout du moins, elle ne pouvait pas en encaisser d'autre sans craquer.

Elle présenta une nouvelle fois une bouteille d'eau à Lou, elle lui secoua même sous le nez.

-Une dernière pour la route ?

Elle ne lui dit pas qu'elle ne dormira pas avec lui ce soir, ce n'était pas possible. Il fallait qu'elle prenne l'air. Elle le regarda sans esquisser un sourire. Elle se sentait blessée, fatiguée, blasée, en colère, triste et peut-être un petit peu effrayée aussi.

Et s'il avait dit à sa fiancé tout ce qu'il lui avait dire depuis qu'il se connaissaient ?

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Ven 1 Juin 2018 - 3:36

Douloureux, frigorifié, épuisé. Le gitan se laissa tourner le dos, observant l’illusionniste quelques secondes, sa ceinture venait d’être retiré. Son esprit tordu imagina le pire, après tout ne venait-il pas de la complimenter sur son physique ? Pourtant, il n’était pas prêt pour ça, pas avec elle. Il y avait bien une raison pour ça : il ne se sentirait jamais assez bien pour elle. Il ne pouvait pas lui prendre ça, il ne supporterai pas de la salir. Pourtant parfois, il restait bel et bien un homme à son égard, par quelques regards. Ce soir, beaucoup trop, parce qu’il avait mit des mots. Il ne veut pas la détruire. Il n’est pas celui qui sauvera la femme en elle, non… Il ne savait pas prendre soin d’une femme. Il essayait de prendre soin de Forest, mais d’une femme. Il ne saurait jamais. Incapable d’être fidèle, de ne pas céder à la colère… Elle ne voulait pas être une femme, pour des raisons qu’il ignorait. Il ne lui avait jamais posé la question, il avait simplement accepté ce qu’elle était. Il l’avait fait, comme l’on accepter avec tous ces défauts, une personne que l’on… Aime.

Il détourne le regard, se laissant faire. Il roule à nouveau, ça secouait le contenu de son estomac, ce n’était pas agréable du tout. Puis il se senti la chaleur de sa couette l’envelopper. Il pensa s’endormir immédiatement quand il entendit sa question. Il peine à soulever les paupières pour voir cette bouteille d’eau, il grogna de nouveau, amorçant un mouvement pour l’attraper puis…. S’endormi. Ou perdit connaissance, difficile à savoir… Rideau.


Il était tôt le matin, ou tard dans la nuit. Il se réveilla avec une atroce douleur au bas du ventre. L’urgence était là : il devait uriner. Ses yeux s’ouvraient sur l’obscurité, tout se passa bien, jusqu’à ce qu’il passe en position assise, trop rapidement. Prit de violent vertige il pensa vomir. Finalement, le forain se redressa, cherchant à tâtons la porte de sa chambre. Trouvé. C’était à peine l’aurore, la lumière filtrait à travers les stores dans le salon. Il trouva la porter de la salle de bain. Une fois soulagé, il passa un temps infini à se laver les mains, jusqu’à ce qu’il relève le regard vers le miroir.

Il est difficile de réaliser ce que l’on voit, quand l’on est ivre ou en phase descendante.
Lou, entrevoyait le fond de son âme.

Il éprouvé du mépris envers lui-même. Il se refit le film de sa soirée dans sa tête, repensant à autant de détails que possible après seulement cinq heure de sommeil. Il finit par donner un violent coup de point dans le miroir qui se brisa « JE TE HAIS ! » Probablement ne pouvait-on que difficilement se détester plus soi même qu’il ne le faisait à cet instant. Il ignorait si Forest était là, si elle dormait dans sa chambre, elle n’aura probablement rien entendu. Il se sentait oppressé, suffoquant presque. Il devait sortir de cet endroit, il… Besoin d’air…

Une chance que la pudeur ne soit pas son truc et que leurs voisins les plus proches n’étaient pas à porté de vue. Lou titubait pieds nus dans l’herbe, se dirigeant vers le Mississipi. Il ne sera pas le premier ivrogne à se noyer dans le fleuve. Pourtant, ce n’était pas sa destination non. Il trouva sa barque, elle avait changé depuis son arrivé près de leur caravane. Repeinte, le bois poncé par ses petit soins, un matelas à eau plutôt fin mais confortable tapissait le fond et surtout, elle pouvait flotter ! Il s’allongea dans celle-ci… Ce souvenant de son père, avec tant de clairvoyance…
_ Si tu savais naviguer t’irais où gamin ? résonnait la voix du souvenir dans la tête de Lou
« J’irai jusqu’au Portugal. » Dit-il tout haut.
_ Et tu feras quoi là bas ? Ta famille ne voudra pas plus de toi pour autant mon garçon, poursuivait le souvenir dans sa tête.
« Je veux essayer de leur prouver qu’ils se trompent. Si je traverse toute la mer pour les rejoindre, ils verront à quel point je suis fort moi aussi. Ils ne pensent pas que je le suis, mais ils ne me connaissent même pas, ils ne savent pas de quoi je suis capable. » Continua Lou de vive voix.
_ Tu ne les connais pas non plus, ne t’es tu jamais dit… Qu’ils ne te méritaient pas ?
« Pourquoi je suis comme ça ? »
_ Humain ?
« Non… Pourquoi je suis toujours en colère ? »
_ Tu te sens seul et rejeté mais je suis là. Es-tu en colère après moi ?
«  Non. »
_ Es-tu en colère après toi ?
« Je suis toujours en colère après moi et je ne sais pas comment arrêter ça… »
_ Sois le meilleur et tu n’aura rien à te reprocher.
Il poussa un soupire avant de rétorquer à son propre esprit
« Et voila où j’en suis aujourd’hui… »
Et là, il explosa littéralement… De rire. Il riait à tel point que cela lui fit atrocement mal aux côtes, il riait pour la si rare fois depuis la mort de sa fiancée. Le monde cessait de tourner rond, son monde à lui, tout foutait le camp. Il n’était pas le meilleur ça non, en plus il parlait tout seul, il était toujours en colère, seul et rejeté… Il ne savait pas pourquoi il riait au final, mais il n’arrivait pas à s’arrêter…

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Lun 4 Juin 2018 - 23:10

Elle le regarda poser des yeux de poissons morts sur elle, battre des paupières, pousser un grognement et finalement s'effondrer. Elle poussa un soupir fatigué voir exaspéré. Forest observa le corps avachi sous le drap et laissa tomber la bouteille sur le matelas, au pire, même s'il roule dessus, il ne la sentira pas vu son état. Et honnêtement, elle s'en foutait royalement. L'illusionniste ne perdit pas une seconde à quitter la chambre en fermant la porte derrière elle. Une fois dans le salon, elle regarda son portable, minuit dix huit. Lamentable Lou, clairement. Elle jeta l'appareil sur le canapé avant d'attraper son baladeur mp3 et un pull. Oui, elle avait besoin de se détendre, de marcher, de nager, de réfléchir ou alors juste de tout noyer. Elle était complètement perdue. Elle quitta leur caravane sans prendre ses clés, sans fermer. C'était pas nécessaire et y'avait franchement rien à voler ici.

Elle abandonna ses chaussures près de la porte d'entré. Il faisait pas chaud mais pas froid non plus. Forest mit quand même son pull et surtout, elle enfonça ses écouteurs dans ses oreilles et laissa Sweet Dreams se lancer. Douce ironie, doux rêves... Après ce qu'elle venait d'apprendre, elle allait en avoir des doux rêves tient. Elle marcha sans but sur le camps, à l'abris des regards, elle remonta la berge le long du Mississippi, une fois, deux fois, ses pieds étaient plein de boue mais la douceur de l'herbe lui caressant la peau était très agréable. Elle avait envie de craquer. Et finalement, elle le fit. Il n'y avait personne, il devait être deux heures et demi et la colère avait fuit son corps. Elle se sentait vide et avait besoin de se défouler mais aucune idée de ce qu'elle devait faire. Elle continua de marcher. Sans but et l'envie lui prit, c'était ça. Elle devait nager. Quand elle se rendit compte que c'était la bonne solution. Elle avait la barque de Lou en visuel.

Bien sûr.

Tout ramenait à Lou. Parce que tout tournait autour de lui. Le pilier, le centre. C'était insupportable mais là, là elle se rendit vraiment compte qu'il n'y avait que lui et qu'il n'y aura sûrement jamais que lui. Cette révélation lui vint comme une baffe. Juste Lou. Elle poussa un râle, coincé entre un grognement et un cri, quelque chose qui la réveilla et lui donna un poil de pêche. Elle allait nager, tout noyer, c'était ça, voilà. Aucune idée de comment elle allait gérer la suite mais là, il était quatre heures du matin et elle avait le fleuve qui s’étalait devant elle. Ni une ni deux, elle se débarrassa de son pantalon, son pull, son t-shirt et enfin ses écouteur. Le retour au silence de la nuit la surprit. Elle s'arrêta quelques secondes pour profiter juste du clapotis de l'eau sur le bois de la barque et elle s'enfonça dans l'eau. Elle était froide, tellement froide qu'elle eut une grimace de douleur quand sa cicatrice se retrouva mouillée. Ah, tient, Lou encore. Même à moitié à poil elle sentait son ombre sur elle. L'idée l’énerva, enfin, et elle se jeta la tête la première dans le fleuve. La fraîcheur de l'eau lui coupa le souffle. Elle ressorti la tête de la surface glacée avant de la replonger. C'était de ça dont elle avait besoin ! Exactement ça. Tout s'évaporait, tout éclatait et son esprit se vidait. Elle poussa un soupir et commença à nager, elle prit le large.

Elle ne savait pas combien de temps elle avait nagé mais elle était fatiguée et elle avait froid. Elle n'en pouvait plus et elle ne voulait plus que son matelas. Lentement, en brasse, elle retourna vers la berge. Le Soleil commençait à se lever.

Mais un bruit bizarre lui fit relever la tête quand elle retrouva pied et qu'elle se mit plus à marcher qu'à nager. Un rire, c'était un rire, fou et discordant, comme si on n'avait pas l'habitude... Ce n'était pas possible...

Elle devait vraiment dormir.

Elle sorti de l'eau, la laissant dégouliner le long de son corps blanc, et marcha en direction de ses affaires. Le rire venait de la barque. La barque de Lou. Il lui avait fait bien trop de surprises cette nuit. Elle passa près de l'embarcation, son regard bleu croisa celui de Lou et toutes ses incertitudes lui revinrent en plein visage. Le regard qu'elle eu pour son colocataire, son partenaire de scène, son ami, son frère était confus. Un petit peu de déception, de surprise et de colère. Mais il y avait aussi du pardon, de la compassion et de l'amour. Elle était fatiguée. Elle ne dit pas un mot et récupéra ses affaires avant de rentrer chez eux. Elle ne se retourna pas. Pas tout de suite.

Une fois à l’intérieur, elle se dirigea directement vers sa chambre, pas de passage sous la douche. Elle s'effondra sur son lit et s'endormit directement, rompue de fatigue.

Trois heures plus tard, elle rouvrit les yeux. Elle ne se sentait pas bien, barbouillée et à côté de ses pompes et pourtant, elle se leva, il le fallait, elle le savait. Elle prit quand même le temps d'enfiler un pantalon trop grand mais laissa, comme souvent, son buste à l'air, juste recouvert d'une brassière.

Elle traîna les pieds dans le salon, sans vraiment regarder autour d'elle et alla se servir un jus d'orange. Elle but une gorgée et grimaça : super acide.

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Dim 17 Juin 2018 - 4:22

Il était en train de délirer, le point positif était qu’il n’en avait pas conscience, malheureusement, lorsqu’il se souviendra de tout cela, il se sentirait probablement mal. Affreusement mal d’ailleurs, mais pas autant que pour une autre raison. Ce qu’il avait avoué à Forest, il allait devoir y faire face, il n’en aurait pas le choix. Mais il aura deux solutions : mentir ou dire la vérité. Mettre cela sur el dos de l’alcool, dire que ces mots en furent qu’une image… Ou bien lui faire confiance, il ne faisait confiance en personne, il ne voulait pas que ça change. C’était bien trop compliqué pour lui. Pourtant, il savait qu’elle, elle avait confiance en lui. S’il lui mentait, il ne mériterait plus qu’elle le fasse. Pourquoi est-ce que ça l’intéressait ? Non, à cet instant, ça ne l’intéressait pas du tout. Il riait, juste comme un dément. Il s’en faisait mal au ventre, il ne savait pas rire et pourtant, certains éclats avaient l’air naturel, plus que d’autre en tout cas. Il déraillait complètement, en plus d’entendre la voix d’un homme mort, le voici à rire… Il en avait assez d’être aussi sérieux, marre d’être à ce point prisonnier de sa propre tête. Pourquoi la vie ne peut pas être simple ? Comme cette rivière conduisant l’eau d’un point A à B. Il ne fait pas demi-tour le cours de l’eau… Jamais…

Il lui sembla croiser le regard de Forest, mais cela sembla si irréel qu’il n’en tint pas compte. Il ne savait pas combien de temps s’était écoulé avant qu’il ne cesse, qu’il s’écroule de nouveau. Sa gorge le piquait, il était déshydraté, ce qui n’aidait en rien à calmer ses délires…

Trois heures plus tard, il était encore endormi dans sa caravane, un bras mort en dépassait, probablement un reste de la fois où il avait voulu en sortir sans y parvenir. Epuisé, mal en point, sans volonté. Lou ne savait pas s’il dormait… Mais il voyait des choses, beaucoup de choses… Son esprit flottait dans des souvenirs passant de l’agréable au désagréable. A l’envie de se battre au dégout de lui-même. DaSilva était plongé dans les abysses de son âme.

Une heure plus tard, sa barque fut étrangement secouée. C’était comme sauter d’une pensée à l’autre. Il sentit même une gifle sur sa joue, quelque chose qui pique, qui inciterai à ouvrir les yeux, mais non… C’n’était pas assez. Il se sentit tiré en dehors de la barque, il était sur l’herbe, en position moins gênante pour respirer… Il y avait plein d’odeurs, c’était assez puissant. Comme découvrir le parfum de la nature mélangé à celle de la panique. Qui panique ? Lou, entendait de sons déformés, désagréables. Ses pensées le dirigèrent vers son frère, celui qui avait gâché sa vie. Lou ne reconnait pas la voix de Tim qui criait de panique, celui-ci était revenu pour voir si tout allait bien et qui avait trouvé Lou-Selesio en plein soleil à l’air à moitié mort dans une barque. Quand le lanceur de couteau ouvrit les yeux, il vit seulement quelqu’un penché au dessus de lui, quelqu’un qui allait probablement lui faire du mal, car c’est tout ce que les gens savent faire. Alors il envoie son poing, avec une force improbable, en plein dans la jolie petite gueule de cavalier. Celui-ci se releva, insultant le lanceur de couteaux de connard – ce qui n’était pas faux. Mais de rage, d’humiliation il lui flanqua un coup de pied dans l’estomac avant de décamper. Pas de Forest à l’horizon, alors pourquoi faire bonne figure ? Figure qu’il devait aller laver à présent !

Lou grogna, adoptant une position fœtale qui ne lui ressemblait pas vraiment. Le jeune homme garda les yeux fermé, la lumière l’avait empêché de voir, de comprendre ce qui venait de se passer, c’était même assez douloureux pour lui que de tenter de les ouvrir à nouveau. Il se servit de sa main comme visière avant d’essayer d’y voir quelque chose, il essayait de remettre ses idées en ordre. Il constata qu’il avait été trainé jusqu’au pied de sa caravane, ce qui facilitait grandement les choses pour lui. Lou se tourna dos au soleil avant de se mettre à genoux dans l’herbe. « C’est bien pour ça que je déteste l’alcool… » Grommelait-il avant de se relever suite à une longue pause à contempler ses mains comme si celle-ci étaient devenu étrange, il y avait du sang dessus, celui de Tim. A croire qu’il n’y était pas allé de main morte... Gravir les quelques marches de la caravane fut périlleux, le voici à essayer de pousser la porte, alors que celle-ci évidement s’ouvrait en tirant dessus. Il décida de lui donner un coup de pied, mais ça n’aida en rien… Ce n’était pas son genre d’abandonner, mais il se sentait complètement dépassé. « Putain ouvre toi… » Même une porte n'aura pas son s'il te plait.

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Lun 2 Juil 2018 - 0:12


Elle avait bu sa gorgé de jus d'orange avant d'aller se vautrer dans le canapé. De son point de vue, Lou allait lui en devoir une grande, genre très grand. Et là, elle avait clairement une idée de comment se « racheter », il fallait juste qu'il rentre... S'il n' était pas déjà rentré. Elle regarda en direction de la chambre de son colocataire, rien n'avait bougé, il n'était pas rentré. Elle poussa un gros soupir bruyant qui ressemblait plus à un râle avant de jeter sa tête sur le dossier du meuble. Elle était épuisée et cette situation ne rendait pas les choses simple, loin de là. Elle passa l'heure d'après à fixer le plafond, son verre d'orange ne s'était pas vidé d'un poil. Elle ne pensait à rien, enfin elle espérait mais au fond, tout au fond, elle entendait les mots de Lou en boucle, jamais un plus haut que l'autre, comme une litanie. Insupportable. Elle devait faire quoi elle ? Juste accepter ? C'était la meilleure solution qu'elle avait. Elle n'avait que lui après tout. Juste Lou. Elle poussa un nouveau soupir.

-On meurt tous un jour au pire, hein ?

Elle avait parlé dans le vide, au plafond, elle avait accepté. Si elle devait mourir, tué par son colocataire, bah qu'il en soit ainsi. Elle ne s'était jamais projeté plus loin qu'une semaine, elle ne se voyait pas vieillir, construire un famille ou avoir une vie stable. Carpe Diem, cliché mais vrai. Alors si elle devait passer l'arme à gauche demain, bah elle passera l'arme à gauche demain. Elle n'avait pas vraiment peur de la mort. Juste de la douleur et encore, elle la supportait très bien. En tant que femme et en tant que bagarreuse.

Elle commença à s'assoupir finalement, ses paupières, lourdes tombaient régulièrement sur son bleu. Elle se demandait pourquoi elle résistait et n'avait aucune réponse. Elle se dit donc que ca servait à rien. Elle ferma définitivement les yeux et se laissa aller. Jusqu'à ce qu'un bruit sec retentisse contre la porte d'entrée et un grognement se fit entendre aussi. Elle fronça les sourcils et posa son regard sur la porte fermée. C'était Lou ? Il était sérieux ? Elle eut un nouveau grognement avant de se lever. Elle posa son jus sur la table basse et du pas le plus traînant qu'elle puisse, elle se dirigea vers la porte. Il était encore bourré ou quoi ?

Elle ouvrit et posa son regard sur la loque humaine qui lui servait de coloc. Ah qu'il était loin le piédestal sur lequel elle le plaçait y'a quelques années. Il s'était effondré, envolé.

-T'es lamentable.

C'était dur et méchant, mais c'était vrai. Très vrai en ce moment. Avec la gueule cramée par le soleil et la main en sang... Putain, il avait foutu quoi encore ?

-Rentre, t'as une sale gueule.

Elle se permettait, elle savait très bien qu'elle avait pas mal de coup d'avance avec la révélation de cette nuit. Et si ca lui plaisait pas, elle était même pas sûre qu'il puisse répondre convenablement. Parce qu'elle, elle avait beau être au bord de la crise de nerfs et capable de s'endormir immédiatement sur le plancher, elle n'était pas une loque en pleine gueule de bois et introspection. Elle savait qu'elle aurait sûrement le dessus s'il venait à vouloir la frapper... Normalement.

Elle attendit qu'il entre pour lui pointer du doigt le canapé et d'aller chercher une bouteille dans le frigo. Elle lui présenta la bouteille fraîche.

-Je réitère pas le taboulet, c'est trop chiant à nettoyer. Donc si t'as faim tu te démerdes. Par contre, tu bois. Non négociable sinon je te demande plus embarrassant.


Elle posa la bouteille sur la table basse, près du jus d'orange.

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 26 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Forain
→ ERRANCE : Camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Lanceur de couteaux
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique. Asociable, voire sauvage. Violent, n'hésite pas à frapper en premier. Agile, endurant, un garçon très sportif. Persévérant, travaille dur pour exceller dans son métier. Rancunier, ne pardonne qu'après s'être vengé. Grossier,vulgaire et insultant (ne respecte que les anciens et ceux qui l'ont élevé), sans aucune classe mais a du charisme pour sauver le tout. Territorial, possessif, du genre dominant mais solitaire. Magouilleur, cherche toujours le profit.


→ AVATAR : Samuel Larsen
→ CREDITS : shiva
→ MENSONGES : 132

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Lun 2 Juil 2018 - 1:38

La porte s’ouvrit miraculeusement, il du reculer, pour ne pas se faire ratatiner par celle-ci. Il pesta intérieurement contre lui-même, mais il croisa le regard bleu de Forest. Ce regard qui le juge. Il entendit d’ailleurs distinctement son verdict : il était lamentable. « Je sais. » Répondit-il tout simplement, avec un léger dédain, comme si elle ne lui apprenait rien de nouveau. Il resta quelque seconde planté là, avant d’avoir l’autorisation d’entrée. On dirait une véritable scène de ménage, n’ne était-ce pas une ? A leur propre manière. Tout était toujours à leur manière à eux.  « Au moins moi c’est temporaire. » Répondait-il au pique concernant sa sale gueule, même s’il ne pensait pas ce qu’il disait, pour lui Forest était une jolie personne. La plus belle personne qui lui avait été donné de côtoyer au cours de sa vie. Mais il était trop lamentable pour l’admettre. Il ne savait même si elle voudrait entendre une telle chose. C’était une femme, un gars, un humain très complexe.

Le gitan se dirigea vers le canapé sur lequel il s’affala. C’était la chose la plus confortable de ses dernières heures. Il soupira, pensa bien dormir encore. Comme s’il venait de développer une capacité incroyable, celle de s’endormir en un flash. Il entendit cependant sa voix, il ouvrit les yeux et vit une bouteille. Il l’attrapa sans se presser. A présent qu’elle en parlait, il avait terriblement faim. Il laissa un gros blanc s’installer avant d’enfin ouvrir la bouffe « Il faut qu’on commande quelque chose. » N’importe quoi, une pizza de préférence. Mais il pourrait concrètement avaler n’importe quoi !

Lou sentait cependant qu’elle n’avait pas l’esprit à cela, malgré son état, il pourrait clairement le voir. Il se leva difficilement, ne voulant avoir de conversation avec elle, il opta pour une douche. Se souvenant parfaitement de la douche de la veille en compagnie de la jeune femme. Il en eut un frisson. Il revint près d’elle, uniquement vêtu d’un boxer. Il avait quelque hématome et égratignures mineurs. Lou s’installa à coté de sa colocataire. Il ne pouvait pas fuir constamment, d’ailleurs, ça ne lui ressemblerai pas. « De quoi tu veux parler ? » Maladroit, comme toujours… Il soupira à nouveau, exaspéré par son manque d’éloquence, il n’avait aucun talent pour les discours, pour les conversations en générale et encore moins pour… Arrondir les angles.

« Mon esprit est un peu brouillé… » Sans blague ? Il détestait ce qu’il disait. « Mais je me souviens de tout ce qu’il s’est passé. Je crois… Dans les grandes lignes. » Il n’allait pas mentir ou plaider l’amnésie. Il n’était pas un menteur malgré ses innombrables défauts. Il avait toujours fait face à ses responsabilités. En particulier celles envers elle. « Tu sais, quand je t’ai dis il y a des années de ça, que j’étais responsable de toi… Je le pensais vraiment. T’étais complètement paumé, tu ne pensais pas que tu deviendrais un artiste, tu ne voyais pas ton potentiel et tu avais besoin de quelqu’un pour te le montrer. » Bon, lui n’avait pas été très cordial pour qu’elle parvienne à le voir, il n’avait pas usé de la méthode la plus douce… « Mais je t’ai sous estimé… Depuis le début. » Oui, il n’avait pas pensé qu’elle serait capable d’entrer dans sa vie…. Il devait le lui dire… Mais c’était de trop, trop de révélation en une nuit, pourtant il le devait… « Tu es devenu indispensable Forest… Pour ma santé mentale. » Etait-il fou ? Il ne pensait pas, pas complètement, grâce à elle. Il tenait, il devait essayer de faire bonne figure. Pourtant, il s’était écroulé devant elle, beaucoup trop de fois… « Je crois que tu es la seule personne qui puisse m’arrêter. » Son ultime faiblesse. Il pourrait… Renoncé à n’importe quoi pour elle. Pas seulement à une vieille caravane qui lui tient à cœur, il pourrait… Oublier sa vengeance, si elle lui demandait… Il pourrait essayer du moins. Il l’avait tant sous estimé. Elle pouvait lui dire de se rendre à la police, de tuer leur voisin ou de porter un tee-shirt avec une licorne, il pensait bien qu’elle finira pas avoir raison de lui… Toujours.

Son regard se planta dans celui de la jeune femme, prêt à écouter ce qu’elle avait à dire. Peut-être allait-elle le gifler, l’insulter, le menacer. Il était assez fort pour ça. Tant qu’elle ne l’abandonne pas. Il ne supportera pas qu’on le rejette, l’abandonne encore une fois. Elle était la seule qu’il ait dans le cœur, celle qui pourrait tant le détruire… C’était si effrayant. Il se demandait sans cesse où il avait bien pu faire une erreur pour en arriver là. Devait-il regretter ou chérir cette situation ?

_________________

As you fade into the night
Who will tell the story of your life?


De verts jardins,
Ne poussent pas dans ma psyché,
C'est un moi différent, Une bête délicate
Se régalant sur des arbres abattus et brûlés,
Derrière mes paupières se trouvent des îles de violence,
Mon esprit est perdu en mer,
C'est la seule terre que mon esprit pourrait trouver ;
Je ne savais pas que c'était une île si violente...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2855-you-ll-never-know-the-freakshow-sitting-next-to-you-you-ll-think-how-did-i-get-here-sitting-next-to-you http://dmthbegins.forumactif.org/t2870-lou-inventaire-du-non-loup http://dmthbegins.forumactif.org/t2869-lou-all-my-friends-are-heathens-take-it-slow http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Foraine, Gitane, Illusioniste
→ ORDRE CLANIQUE : Gitan
→ NUISANCE DEPUIS : 19 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : sa Colère
→ ERRANCE : Sur le camp Gitan
→ TROMPE L'ENNUI : Illusionniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Colérique – Impulsive – Fière – Rebelle – Chieuse – Violente – Jalouse – En manque d'affection mais ne le reconnaîtra jamais – Attachante – Sarcastique – Moralement faible.


→ AVATAR : Erika Linder
→ CREDITS : Eriam
→ MENSONGES : 102

†


MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   Lun 9 Juil 2018 - 1:29


Elle ne releva pas la pique qu'il lui servit, c'était loin d'être utile et encore plus à des années lumière d'être pertinent. Elle ne avait rien à foutre, elle était énervée.

Voir la sale tête de Lou avec ses cernes bien trop grandes, ses cheveux plus en bataille que d'habitude et son mal-être évident la mit en boule, en colère. Elle aurait tellement aimé pouvoir lui envoyer son poing au visage, le voir riposter et se battre jusqu'à ce que cette rage qui lui bousille l'estomac soit parti. Elle devait peut-être retourner nager ? Ou non … Ca ne serait pas suffisant. Le Rage plus sûrement, si elle était capable de se battre. En attendant, elle ne disait rien, elle regarda en silence son colocataire. Elle ne l'entendait pas ou plutôt, elle ne l'écoutait pas. Peut-être que c'était important mais elle s'en fichait, elle avait eu assez de révélation pour une semaine. Et puis, vu que ca venait après le taboulet, elle se doutait qu'il parlait de la bouffe. Elle ne répondit rien et le laissa seul avec ses pensés. Elle le regarda par contre quitter le canapé. Difficilement d'ailleurs, il avait prit soixante dix ans dans la vu dans sa barque ou quoi ?

Elle le regarda disparaître dans la salle d'eau et en profita pour se vautrer dans  le canapé à son tour. Elle pourrait bien s'endormir là, comme ça, le temps qu'il prenne sa douche. Elle se laissa d'ailleurs aller une petite seconde ou une petite minute ? Aucune idée. Elle releva la tête d'un coup quand elle entendit à nouveau la porte de la salle de bain s'ouvrir. Elle tomba nez à nez avec Lou, à moitié à poil. Comme toujours.  Bon, elle ne pouvait pas lui reprocher grand chose, elle se baladait souvent topless aussi.

Elle se dit qu'il avait oublié une serviette mais au lieu de repartir vers sa chambre il s'installa, comme si de rien était, à côté d'elle. Elle lui jeta un regard interrogateur et il se mit à parler. De quoi est ce qu'elle voulait discuter ? Mais il était tombé sur la tête en fait ! Elle ne voulait pas parler, elle voulait tout oublier, elle avait tout juste commencer à se faire une raison, c'était pas pour tout foutre en l'air. Merde, qu'est ce qu'elle avait envie de le frapper !

Pour se contenir, elle se contenta de fixer son verre de jus d'orange qu'elle n'avait finalement jamais vidé. Tout pour éviter le regard vert du lanceur de couteau. Elle concentra tout ce qu'elle avait sur ce verre d'orange pendant qu'il parlait à côté d'elle. Elle entendait tout par contre, elle écoutait attentivement. Il se souvient de tout … Il croit … Dans les grandes lignes ? Ah ca va avec ça, on est sauvé ! Elle se retint de grogner d'agacement. Il voulait en venir où ?

Elle le laissa aussi parler de sa responsabilité sans rien dire, sans rien ajouter. Elle savait très bien qu'elle avait eu besoin de lui, elle lui en était très reconnaissante même, malgré tout. Il était son centre, son pilier, il l'avait été dès le premier jour, dès ce moment gênant où elle avait essayé de l'impressionner avec ses petits miroirs. Il n'y avait pas cru une seule seconde. Elle avait été frustrée, mais il l'avait gardé et c'était, pour la Forest de l'époque, quelque chose d'énorme.

La suite par contre, la perturba assez pour qu'elle pose son regard sur Lou, un sourcil très légèrement haussé. A quoi il jouait là ? Il voulait noyer le poisson ou vider son sac là ? Dans les deux cas, elle se sentit un instant apaisée par ses mots, comme un baume. Elle se revit le jour du retour de Lou après son abandon, ce jour où elle lui avait malicieusement dit « Regarde moi DaSilva ». Elle avait évolué, dans son corps, dans ses choix et dans sa vie. Maintenant, elle était là, sur ce canapé à écouter le lanceur de couteau qui lui avait presque tout apprit, elle l'écouta lui dire qu'elle était la pierre angulaire, tout comme lui était la sienne. C'était étrange comme sensation, cette idée de pouvoir qu'on peut avoir sur un être vivant. Elle n'était pas sûre d'apprécier mais en même temps, c'était pas une preuve de confiance qu'il lui offrait présentement ? Elle le prit comme ça mais malheureusement pour lui, ca ne suffira pas à lui faire oublié sa révélation d'hier. Et puis, elle n'avait pas dit que la première était largement suffisante pour une semaine complète ?

Un silence s'en suivit, elle se sentait observé et tourna la tête vers Lou qui la regardait intensément. Elle n'avait pas encore vu autant de vie dans son regard depuis la nuit dernière. Ca lui fit d'ailleurs le plus grand bien. Elle le retrouvait lui avec ses mots maladroits et ses sentiments en bordel. Elle ne lui sourit pas, elle était encore bien en colère mais elle devait aussi lui montrer qu'elle était là. Malgré tout, malgré absolument tout.

Elle se releva sans un mot et vint s'asseoir entre les jambes de Lou, le poussant le plus au fond du canapé. Elle s'installa confortablement, posa son dos contre la poitrine du forain, elle se fichait royalement de savoir si ses cheveux courts chatouillaient ou non la peau nue du coloc. Elle méritait ça. Elle ramena ses pieds sur le canapé pour avoir une espèce de position fœtal et posa sa tête contre l'épaule de l'autre et souffla :

-Tu m'as niqué ma nuit avec tes conneries, je suis éclatée et j'ai pas envie de parler donc tu vas juste me laisser dormir là dix petites minutes, okay ?


C'était une question rhétorique. Ils ne se faisaient jamais de câlins, très peu de contact physique mais des fois, c'était obligatoire dans le genre de relation qu'ils avaient. Et là, pour lui dire implicitement qu'elle ne partirait pas, qu'elle acceptait peut-être difficilement mais qu'elle acceptait quand même tout ce qu'elle avait entendu, tout ce que Lou était.

Elle ferma les yeux avec un petit soupir d'aise. C'était sa dernière chance de la repousser concrètement, mais au lieu de ça, elle sentit contre son dos le battement frénétique de l'organe vital de Lou, comme s'il venait d'échapper de peu à la mort. Elle eut un petit sourire quand elle se rendit compte que, malgré tout, il maîtrisait sa respiration. Une respiration douce et calme sur laquelle elle se cala avant de finalement s'endormir.

Elle ne sait pas combien de temps elle passa comme ça mais, à un moment, elle senti deux bras se refermer sur les siens. Peut-être qu'elle rêvait ? Peut-être pas. Elle ne saura sûrement jamais et ce n'était pas nécessairement une perte.

Ils étaient là, c'était tout ce qui comptait.

_________________
Une Illusion peut-elle Exister ?

code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2946-just-an-illusion http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://dmthbegins.forumactif.org/t2951-l-illusion-est-une-ombre-qui-vaut-mieux-que-la-proie http://Où elle peut ...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La ferme, bois d'l'eau ! [PV Lou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Haiti en Marche: la RD ferme ses frontieres aux aliments
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Brightside-