AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Ven 27 Juil 2018 - 19:15


Tout n’est qu’une affaire d’allure. Il faut impressionner son adversaire. Avoir l’air sur de soi. Pas du genre à prendre la fuite. Montrer sa certitude. Parader de sa meilleure allure. Chacun fait son choix de style. Du rouge agressif, au noir paisible et bleu serein en passant par du rose girly et du blanc tout à fait sobre… Le medium avait opté pour une teinte à part. Des chaussettes jaunes de rugby remontées jusqu’aux genoux, ornées d’un fin liseré noir se trouvaient sous ses basket semi montantes de couleur noir.  Un short noir à l’épaisse ceinture élastique de ce même effroyable jaune. Dans la boutique de sport, cela lui avait semblé de bon gout. Il faut bien avouer que l’homme avait sa propre définition de la mode.
Petit poussin n’était pas très crédible sur la ligne des étudiants de ce cours. Alors que le professeur donnait les premières instructions, des conseils en or… Yoric se pencha en avant en piétinant le sol. Son regard détailla la ligné de costauds. En milieu de file, il faisait assez tâche. Une grotesque tache jaune. Les abdos bien contractés, les muscles fleuretaient avec la peau de ces athlètes. Il se redressa, raide comme un piqué lorsque le coach le présenta comme un nouveau membre du club. Il émit une sorte de rire la bouche fermé, un bruissement grotesque traduisant son mal être. Enfin de fuir, envie de bondir dans tous les sens. Il était bien difficile de trouver un juste milieu. Il eut un mouvement frénétique de la main pour saluer les personnes présentes.

Yoric s’était inscrit à ce cours mixte d’entrainement sportif. Peut-être aurait-il une misérable chance de s’en sortir face à une femme ? Il aurait pu choisir n’importe quel sport, mais ses mauvaises rencontres lui avaient inspiré l’idée d’apprendre à se défendre. Refusant de s’humilier davantage au sein de l’Essaim, il avait opté pour ce petit club en centre ville. Plusieurs disciplines y étaient pratiquées, il avait choisi la boxe. Etrangement, dans sa tête, il s’était imaginé crédible. La plus absurde des raisons de sa présence dans le gymnase.

Après quelques tours de courses pour s’échauffer, il se rangea près des filles, s’y sentant davantage à sa place niveau gabarit. Les seules minutes où il pu se montrer tout à fait compétent. Malgré sa taille moyenne, son poids plume le laissait s’envoler littéralement à chaque foulée. La petite séance de sauts à la corde à sauter lui fut également très plaisante. Jusqu’à ce qu’il se prit les pieds dans la corde. Il s’étala lamentablement prenant une bouchée de matelas au passage. La chute pitoyable marqua la fin de l’échauffement. Le coach lui apporta des protèges tibia et un casque, songeant à raison que ça ne serait pas de trop. Il enfila ses gants, essayant de n’écouter que la voix du professeur, difficile lorsque d’autres voix vous chuchotent à quel point vous êtres inapproprié et ridicule. Yoric jeta un regard gêné à cette jeune femme située à sa droite. Il voyait son aura, différente de toutes les personnes présente dans ce cours. Il lui avait régulièrement jeté des coups d’œil indiscrets. La curiosité lui était un bien vilain défaut. Les garous n’étaient pas une espèce qu’il fréquentait beaucoup. Il s’interrogeait énormément à leur sujet, et trouvait leur aura particulièrement fascinante. L’attrait de l’inconnu.

Quand ce fut le moment de faire des équipes de deux, le remuant Yoric se figea de nouveau. La pièce devint subitement bruyante, mais lui se sentait comme dans un bulle insonorisé. Il ne pouvait y entendre que les railleries des esprits qui le harcelaient. Il se revoyait enfant, rejeté de toutes les équipes de basket. Le gamin choisi en dernier. Le gosse qui joue mal. Le gamin dont on ne veut pas. Celui qui parle tout seul. Le tordu qui lance la balle à des fantômes. Il n’ose pas même regarder les autres. Il devait se concentrer pour ne pas passer pour un fou, bien que l’envie d’hurler le démange furieusement. Ils se connaissent. Ils ont l’habitude de faire équipe ensemble. Yoric resta planté sur place, mais fini par relever les yeux vers la garou. Un sourire. Elle semblait plutôt jeune, Yoric lui donnait tout au plus vingt-ans. Son visage doux était des plus encourageants. Il se racla la gorge avant d’enfin emmètre un son formant des mots « Bonjour. » Ce seul mot aurait suffit, mais il était en route. Yoric en plus d’être turbulent était terriblement bavard. « Je sais que faire équipe avec moi n’est pas très séduisant. Enfin… Je ne risque pas vraiment de te faire progresser en quoi que ce soit. Alors j’comprendrais que tu préfère aller avec quelqu’un d’autre. Mais… Si te plait ne me laisse pas avec le professeur, il va me ratatiner c’est sur ! » Il fit un bond phénoménal, car à cet instant le coach posa sa main sur l’épaule de Yoric. Celui-ci adressa un large sourire au novice.
Il semblerait que Poussin va finir en omelette.

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 75 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Raccoon-Garou en totale symbiose avec l'animal
→ ERRANCE : au Jardin botanique ... mais aussi dans le salon de Lysander où elle se plait à émerveiller le petit Andrew
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée ▬ Impulsive ▬ Caractérielle ▬ Attachante ▬ Généreuse ▬ Douce ▬ Tolérante ▬ Bienveillante ▬ Tendre ▬ Rancunière ▬ Ecologiste ▬ Féministe ▬ Curieuse ▬ Futée


→ AVATAR : Lili Reinhart
→ CREDITS : Avatar : Nefertari - Signa : Moi
→ MENSONGES : 251

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Mar 31 Juil 2018 - 10:50

I like the saddest songs and pretending I'm alright
Yoric & Camille

Elle a plus de dix ans de pratique et on pourrait se demander ce qu’elle vient foutre ici, dans cette salle, entourée de 80% de novices. Camille admet qu’elle les trouve attendrissant à galérer, donner leur meilleur d’eux-mêmes à taper maladroitement dans les sacs ou sur les autres quand le coach le leur demande. Tout comme elle se plait à jouer le rôle de la nana de 25 piges qui « débute » mais qui s’en sort bien. Pas sûre que l’ensemble de la salle comprenne ses 75 ans et toutes les occupations qu’elle a dû trouver pour combler ces années.
Son regard aiguisé se balade entre les corps tantôt charpentés, tantôt fins et l’un d’entre eux attire vaguement son attention. Et pour être honnête, avec ses chaussettes et la ceinture de son short jaune canari, il réussirait même à attirer l’œil d’un aveugle. C’est d’ailleurs ce même Canari qui se trouve être le nouveau de la bande aujourd’hui. Maladroit, intimidé – faut voir le rire qu’il a sorti, tout gêné -, il en est presque touchant avec sa main qui s’agite comme un morceau de viande morte dans tous les sens. Beaucoup le trouve certainement ridicule mais Camille étire un large sourire amusé.

La jeune femme détourne son regard et se concentre sur le cours qui est principalement là pour la dépenser un peu, lui injecter sa dose de sport quotidienne et faire en sorte que ses gestes et sa fluidité ne soient pas rouiller. L’avantage de ce cours mixte, c’est qu’ils peuvent se confronter à tout type de gabarit, de puissance, d’agilité et de force.
Et le cours débute enfin, l’adrénaline crépitant doucereusement dans les mains et les pieds de la jeune femme qui s’élance en douceur pour quelques tours de piste. Elle y va tranquillement même si elle pourrait largement pousser sur la cadence mais pas aujourd’hui, préférant encore une fois minimiser les efforts pour mieux frapper lorsque le moment viendra. Elle s’échauffe aux côtés de quelques connaissances qu’elle côtoie de temps en temps lors de ces cours et s’attèle ensuite au saut à la corde qu’elle manipule là encore, aisément. Pointe des pieds, chevilles bien stables, elle souffle à un bon rythme, concentrée sur un point fixe. Son esprit diverge, bien évidemment. Surtout ces derniers temps où elle se sent proche du but, proche de l’une de ses sœurs. Elle ne saurait l’expliquer, le traduire avec des mots mais c’est là, au fond de ses tripes. Comme une sorte d’alarme qui s’éveille parfois, certains jours plus que d’autres. Plusieurs fois Camille s’est imaginée les retrouver et essayer de répéter ces putains de texte stupide sur ce qu’elle pourrait leur dire. Parce que oui, hors de question qu’elles s’en sortent sans une braquée, sans une multitude de reproches dans la tronche. Pas après le lâche abandon de leur part, sans explication qui plus est.

Couvillier se retrouve brutalement extirpé de ses pensées par un bruit sourd, quelques rires et murmures et lorsqu’elle voit le corps de Canari avachit par terre, la gueule contre les tapis et la corde emmêlée à ses chevilles… Ce type va terminer avec une commotion avant même d’avoir apprit à coller une droite. Mais au-delà de ça, il l’intrigue. Pas par son physique particulier et touchant, ni par son goût des couleurs douteux – ça n’est certainement pas Camille qui le jugera, vu la colorimétrie de son appartement…  - mais parce qu’elle n’a pas manqué de sentir ses regards réguliers sur sa personne. Impossible de savoir si c’est par curiosité, par attirance ou par tout autre sentiment mais elle n’y prête pas attention. Pas pour le moment. Jusqu’à ce qu’il soit temps de faire équipe.

Camille laisse le brouhaha s’installer, les groupes se former et se dirige naturellement vers Poussin – ça lui convient bien mieux que Canari puisque plus maladroit… -. Par envie de l’aider et par curiosité mais aussi parce que ce qu’il est entrain de vivre est exactement le genre de situation gênante qu’elle déteste. Celle où vous avez le mec ou la nana dans un coin de la pièce avec son mignon sourire, qui cherche âme charitable pour progresser mais qui se fait expressément refouler parce que pour une raison qu’elle ignore, les gens n’aiment pas les « faibles », les moins expérimentés, s’en écartant presque instinctivement. Sauf pour assoir cette pseudo autorité stupide.

- Salut. Tu es tout seul ?
- Bonjour.

Elle le trouve touchant il n’y a pas à dire.

- Je sais que faire équipe avec moi n’est pas très séduisant. Enfin… Je ne risque pas vraiment de te faire progresser en quoi que ce soit. Alors j’comprendrais que tu préfère aller avec quelqu’un d’autre. Mais… Si te plait ne me laisse pas avec le professeur, il va me ratatiner c’est sur !

Il parle et parle encore sans que Camille ne l’interrompe, souriant un peu plus à chaque phrase et à se demander qui est-ce qu’il est entrain de convaincre. Lui ou elle ?
Le Coach choisit ce moment précis pour lui affubler une petite tape sur l’épaule, Poussin sursautant brusquement sur lui-même. Il est visiblement loin d’avoir l’âme sereine…

- Alors garçon, t’es en binôme où tu viens avec moi que j’t’apprenne à marcher droit ?

- C’est bon coach, il est avec moi.

Spontanément, comme à ses habitudes. Depuis tout à l’heure, il gravite non loin d’elle et étrangement, elle a presque envie de le confronter. Le coach la regarde, hésite, sachant pertinemment que Camille n’en est pas du même niveau mais après tout, pourquoi pas ? C’est pas comme si elle était une de ces folles furieuses qui démontent tout sur son passage à coup de 39, par besoin de brutalité sans se soucier du niveau d’en face.

- Ok. Mollo hein, laisse-lui les organes en place.

- Je ne promet rien.

Elle détourne son regard vers Poussin, craignant qu’il n’ait pris au sérieux ce qu’elle vient de lancer avec un large sourire.

- J’rigole hein. Si ça n’est pas toi qui va me faire progresser, on va faire en sorte que ça soit l’inverse. Je suppose que c’est ta première fois ?

La jeune femme présente la tranche de son gant, attendant que son binôme fasse de même pour les présentations.

- Camille…. Et si tu ne me donnes pas un prénom dans les cinq prochaines secondes, je vais être obligé de continuer de t’appeler « Poussin » jusqu’à la fin.

Un rire lui échappe, gentiment taquine. Un moment de détente, histoire de le mettre à l’aise, avant que la catastrophe ne débute..
code by bat'phanie

_________________

Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why ▬ (c)Placebo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3343-camille-couvillier-cut-from-marble-smoother-than-a-storm http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Jeu 2 Aoû 2018 - 20:21

Le stress le gagnait d’une telle manière qu’il n’avait pas remarqué qu’elle s’était volontairement tournée vers lui. Le voici lancé dans une surenchère d’argument pour tenter de la convaincre de faire équipe avec lui. En particulier lorsqu’il senti l’ombre du coach peser sur lui. Il faut dire que Yoric l’avait beaucoup diverti lors de son inscription. Notamment par des questions posées telles que : ‘Est-ce que je suis obligé de me faire taper dessus ?’ Ou bien encore ‘Vous savez, j’aimerai seulement apprendre à me défendre je ne suis pas certain de vouloir frapper quelqu’un…’ Fort heureusement pour lui, la jeune femme se prononça en sa faveur. Yoric ne masqua pas son soulagement. C’était une fille, ça ne devrait pas être si terrible ! Non pas qu’il soit machiste ou bourré de prétendu sexiste, loin de là. Il la trouvait tout simplement jolie. Du genre, fragile et délicate. Autant se le dire, il n’était pas vraiment doué pour percevoir le caractère des gens. Il avait cette fâcheuse tendance à voir ce qu’il voulait bien voir. Quelque part, il n’avait pas oublié qu’elle était garou. Par ce fait, bien plus forte qu’une simple humaine. Le médium doutait avoir ses chances, mais quitte à choisir, il préférait faire face à cette blonde captivante. Pourtant, ses sourcils se dressèrent lorsque celle-ci assura ne pas pouvoir promettre de lui laisser les organes en place. Etrangement figé, il attendait qu’elle fasse quelque chose de rassurant, comme rire ou lui dire clairement qu’il s’agissait d’une plaisanterie.

Soulagement. Non masqué. Il se contente d’acquiescer à la question. C’était évident qu’il était novice. D’ailleurs, il avait été présenté comme tel. Yoric laissa son regard s’hasarder sur les élèves déjà en position. En position pour faire quoi ? La panique, la nervosité le gagnait. Ses pieds trépignaient sur place. Lorsqu’il reporta son regard vers la jeune femme, il vit qu’elle lui présentait ses gants, il en fit de même. Suivant du coin de l’œil le professeur parti asticoter d’autres de ses étudiants du soir. Une sommité de petites voix glissaient à ses oreilles qu’il n’était pas à sa place ici. Yoric était d’accord avec eux, mais il ne pouvait pas faire marche arrière. Il devait tenir el coup. Au moins, jusqu’à la fin de la séance. Un coup d’œil sur l’imposante horloge. Seulement dix minutes de passées ! Quel calvaire… Yoric qui en bon hyperactif est capable d’impressionnants troubles de l’attention, il redirigea donc celle-ci sur la garou lorsqu’elle lui lança un prénom… Camille.

Il eut un petit sourire. Comme s’il hésitait. Comme si poussin lui paraissait acceptable. A vrai dire, en y réfléchissant, c’était assez approprié. Il allait finir en œuf battu. « Yoric… » Finit-il par lui avouer, bien que les cinq secondes se soient écoulées. Il eut un sourire franc, à vrai dire, tous les traits de Yoric respiraient la sincérité. C’était bien ce qui le rendait facile à vivre. « Merci de faire équipe avec moi. » Il aurait aussi bien pu s’arrêter là, mais il s’agissait de Yoric après tout… « Oui c’est la première fois, enfin… Non pas que j’me sois jamais fait taper dessus. On va dire, volontairement… Euh, je n’ai jamais vraiment eu envie de me battre, j’suis pas vraiment un gars musclé. » Sans blague… « J’pèse pas très lourd non plus… » Vraiment ? Quel scoop… « Et J’n’suis pas très grand… » Comparé aux autres gars de la salle, clairement, il était petit. Mais au final, il était de taille assez standard pour un homme. Dans le bas de la norme. Yoric fut interrompu dans ses babillages par la voix du coach qui annonça que pour commencer chacun devait frapper alternativement dans les gants de l’autre pour travailler sa précision et la résistance aux coups. Yoric regarda son voisin pour imiter sa position alors que la blonde lui présentait ses gants pour qu’il frappe en premier. Le brouhaha de la pièce couvrit le bruit de déglutition qu’il provoqua avec sa gorge. Il approcha son gant de celui de la jeune femme, donnant un coup de la puissance d’une pichenette. Plissant son œil droit comme s’il venait de causer une douleur insurmontable à cette pauvre fille, tout en lui adressant un petit sourire compatissant et bienheureux.

_ Du nerf mon garçon ! beugla le prof de sport.

Yoric fit une grimace en tordant ses lèvres comme il savait si bien le faire. Il se remit en position sous la supervision du coach. Il sentait son corps battre plus rapidement sous le stress. Les multiples voix se moquaient en lui, commençaient à brouiller sa vue de diverses angoisses. Aussi, quand le coup parti, cette fois il fut plus puissant et énergique ! La réussite aurait pu être parfaite, s’il n’avait pas visé à coté du gant de Camille. Il manqua d’ailleurs de se vautrer de nouveau sur les matelas, au lieu de ça, il fit quelque pas en avant, ridiculement à cloche pied sur un équilibre plus que précaire pour atterrir contre le dos d’un autre élève. Le médium se confondit en excuses incompréhensibles. De nouveaux gloussements. Yoric fit un tour sur lui-même, observant autour de lui. Ne sachant plus si les autres se moquaient de lui ou si c’était toujours dans sa tête et que les esprits avaient trouvé une belle occasion de torturer sa confiance en lui.

Le coach l’attrapa par les épaules pour le replacer devant Camille. L’homme se mit dans son dos, pour lui placer les poings de manière défensive.

_ Camille, montre lui comment frapper et toi… Contracte-moi ces bras, sois resistant.

Les consignes étaient simples. Yoric s’exécuta. Mais quand le coup arriva, il se retrouva directement sur l’arrière train. Probablement aurait-il du aussi s’assurer de la stabilité de ses jambes plutôt que de remuer de la sorte et de fixer la jeune femme pour tenter de décrypter le moindre de ses gestes. Il fut relevé sans savoir comment, le coach toujours derrière lui, le replaçant de manière à être en position. Il senti un claque sur l’une de ses cuisses pour l'inciter à les contracté - ce qui fonctionna, parfaitement, cela lui fit également lui fit ouvrir des yeux ronds comme des soucoupes ! Le coach fit signe à Camille, mais l’esprit de Yoric était déjà loin de toute concentration « Est-ce que c’est légal de tripoter ses élèves comme ça ? »

_ Concentre toi ! Elle frappe, puis c’est ton tour, il faut enchainer.

Yoric reçu le coup dans ses gants, il voulu faire un pas en arrière pour lâchement l’esquiver, mais le professeur se trouvant là, il ne pu que lui marcher sur les pieds. Yoric, refit deux pas en avant. Son poing parti à la rencontre du droit de Camille. Réussi ! Mollement, mais réussi ! Alors que son esprit s’en félicitait, il ne se préparait aucunement au coup suivant…

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 75 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Raccoon-Garou en totale symbiose avec l'animal
→ ERRANCE : au Jardin botanique ... mais aussi dans le salon de Lysander où elle se plait à émerveiller le petit Andrew
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée ▬ Impulsive ▬ Caractérielle ▬ Attachante ▬ Généreuse ▬ Douce ▬ Tolérante ▬ Bienveillante ▬ Tendre ▬ Rancunière ▬ Ecologiste ▬ Féministe ▬ Curieuse ▬ Futée


→ AVATAR : Lili Reinhart
→ CREDITS : Avatar : Nefertari - Signa : Moi
→ MENSONGES : 251

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Ven 3 Aoû 2018 - 12:59

I like the sadest songs and pretending I'm alright
Yoric & Camille

Yoric. Elle aime bien ce prénom aux consonnances étrangères, vous faisant presque voyager.

-  Merci de faire équipe avec moi.
- C’est rien.

Elle aime bien cette joie de vivre qu’elle croise dans son regard, cette petite étincelle qui laisse peut de place à l’ombre. Même s’il est maladroit et qu’il risque à tout moment de soit se péter une dent ou autre chose, qu’il risque même de lui crever un œil en simplement voulant lui faire la bise, Camille ne regrette absolument pas son choix. Au contraire. Un type comme lui vous rend un quotidien bien moins fade. C’est en tout cas la première impression qu’elle en a même s’il est un peu trop tôt pour juger. Mais elle a toujours eu ce don – en tout cas, elle le pense – de savoir détecter ce genre de personne, de les sentir à dix kilomètres.

- Oui c’est la première fois, enfin… Non pas que j’me sois jamais fait taper dessus. On va dire, volontairement… Euh, je n’ai jamais vraiment eu envie de me battre, j’suis pas vraiment un gars musclé. J’pèse pas très lourd non plus…Et J’n’suis pas très grand…

Elle fronce les sourcils au fur et à mesure, en apprenant qu’il a visiblement l’habitude de se prendre quelques branlées et ça la rend sincèrement triste d’imaginer ce type se faire tabasser dans la rue parce que des sales cons ont repérés cette fragilité attendrissante chez Yoric. Ceci dit, elle n’était pas en reste de provocation non plus avec sa tête d’ange, ses cheveux blonds et son air de poupée de porcelaine qui transpire la fragilité. Elle avait au moins le plaisir de pouvoir les surprendre avec quelques droites si qui que ce soit oser lui poser la main dessus. Des sales restes de cette soirée où ce type l’a littéralement souillée et humiliée.

La voix du coach les interrompt avant qu’elle ne puisse lui dire quoi que ce soit de gentil ou même d’encourageant. Les instructions sont données, expliquées et démontrées rapidement pour qu’ensuite ils puissent se mettre à leur tour en place.

- Allez, tu commences. N’hésites pas à frapper.

Fort. C’est ce qu’elle sous-entend. Elle est excédée de ces types qui n’osent pas y aller parce qu’elle est une femme, sans pour autant voir d’arrière-pensée misogyne ou machiste mais ça l’agace malgré tout. Ok, elle était loin de l’image de la nana musclée au point de voir une jolie colonne d’abdos sur le bide mais elle n’était pas en reste non plus, n’était pas en sucre et savait parfaitement encaisser. Et même si ça n’était pas le cas, peu importe, ils sont là pour apprendre, pour être forgé…
Son fil de penser est interrompu par le premier coup de Yoric… Enfin, si on pouvait appeler ça un coup.

- Eh, tu peux y aller plus fort que ça hein. T’as de la marge avant de me casser quelque chose.

Elle lui dit ça avec un sourire encourageant, histoire de le pousser un peu plus et de lui montrer qu’ils ne risquent rien tous les deux. Et c’est sans compter le coach qui décide d’intervenir, histoire de lui pousser un peu au derrière. Il se place sur le côté, histoire d’avoir un meilleur angle de la situation tandis que Camille arme ses bras et présente ses gants pour que son coéquipier puisse frapper. Jambes vissées et bloquées, elle se tient prête. Elle l’observe, l’encourage d’un regard et lorsque Yoric s’élance… c’est pour frapper à côté et faire un effet domino pour finir sa course dans le dos d’un camarade.
Non de dieu, ce type est une fichue catastrophe ambulante. Mettez-le dans un magasin de porcelaine et il vous détruit tout juste en éternuant.

-  Camille, montre lui comment frapper et toi… Contracte-moi ces bras, sois resistant.

Il l’a pris par les épaules pour les remettre face à face tandis que Camille s’arme cette fois pour frapper. Mais pas trop fort, elle essaie de contenir ce qui aurait pourtant besoin de sortir. De nouveau leurs regards se croisent et elle essaie – vraiment – de lui transmettre touuuut ce qu’il y a de plus positif chez elle pour qu’il se reprenne, qu’il ne se sente pas mauvais et que surtout, il soit prêt.
Elle donne son premier coup…

… il finit le cul par terre.
Camille commence à connaitre le caoch Jefferson et elle sait qu’il commence à être excédé. Pas franchement énervé parce qu’il voit bien que Yoric y met malgré tout du sien… mais disons qu’il sent, tout comme elle, que l’élève va être un sacré défi.

Il le relève, lui claque la cuisse pour qu’il se contracte…

- Est-ce que c’est légal de tripoter ses élèves comme ça ?

Camille retient un rire derrière son gant, fait mine de se gratter le bout du nez.

- Concentre toi ! Elle frappe, puis c’est ton tour, il faut enchainer.

Et ils enchainent oui. Mais la seule chose qu’elle peut constater c’est que Yoric a peur de recevoir des coups ou même d’en donner. Que ça soit dans les gants ou non. Les pieds du coach peuvent en attester lorsqu’il recule maladroitement et lui marche dessus. Yoric enchaine malgré tout, tape dans les gants de Camille – Hallelujah ! – et la jeune femme enchaine donc, trop heureuse de voir qu’il a enfin comprit l’enchainement…

- Merde !

Le coup part, Yoric est complètement à l’ouest, suffisamment pour ne pas se protéger et le gant rencontre le bout de son nez. Pas trop fort, certes, mais suffisamment pour le faire tituber en arrière, trébucher sur les pieds du prof et finir le cul par terre. Encore.

- Ca va ?

La botaniste retire son gant pour venir à ses côtés et constater qu’heureusement elle ne lui avait rien cassé, ni fait saigner mais qu’il allait certainement faire couler quelques larmes malgré lui. Un coup dans le nez est le genre de douleur vive, brève mais intense.

- Je suis désolée, j’aurai dû te laisser un peu de marge.
- Bon, allez debout. Vous allez faire cours à part sinon j’vais ralentir les autres.

Les autres ouais, ceux qui sont déjà entrain de souffler de voir qu’ils perdent du temps parce que le coach s’attarde sur un élève qui semble être aussi adroit qu’un manche à balai. L'humain n'a plus tellement de patience dès lors qu'ils ont payés un service.

- Vous faites exactement la même chose, jusqu’à ce que ça rentre. J’repasse vous voir après.
- Ok coach.
- Et toi mon garçon, on se concentre. Va falloir te muscler tout ça. Et ne te casses rien d’ici là.

Il le pointe du doigt, un peu comme un paternel quand elle y pense et finit par faire demi-tour pour regrouper les autres élèves puisque mine de rien, il a un cours à faire tourner. Camille se recentre sur Yoric, sourire aux lèvres.

- Allez viens, on va se mettre un peu à l’écart.


Elle l’entraine un peu plus loin, dans un coin de la pièce où ils ne gêneront personne et où personne ne les gênera. La jeune femme aurait pu être contrarié de devoir jouer les baby-sitter mais étrangement, il n’en est rien. La bouille de ce garçon l’inspire, tout comme cette sympathie qui arme ses traits désolés, ses gestes maladroits et toute cette bonne volonté qu’il met à essayer de faire les choses bien.

- Tu sais, t’as pas besoin d’être grand et tout musclé pour être un bon adversaire. Être petit et léger te donne l’avantage d’être plus rapide et vif.

Et ça, elle l’a rapidement appris lorsqu’elle a commencé ses premiers cours de boxe thaïlandaise il y a quelques années. Certes, elle a déjà l’avantage de la force grâce à son statut de garou. Mais même sans ça, elle s’est vite rendu compte que son corps frêle, léger et de taille moyenne pouvait clairement lui donner l’avantage sur la vitesse et la souplesse. De quoi déstabiliser les plus grands et les plus baraqués avec un peu de technique et de réflexes. Et c’est exactement ce qui pourrait faire de Yoric un bon adversaire… enfin, si ce dernier arrivait à maitriser cette maladresse ancrée dans chacun de ses gestes.

Elle remet ses gants, fixe bien les attaches aux poignets.

- Peut-être que tu devrais te servir de ce que tu vois chez toi comme étant un défaut, pour en faire une force. Et c’est trop premier cours, ça va finir par rentrer.

Elle se fait encourageante, positive, parce c’est exactement ce qui la défini au quotidien. Chaque problème à sa solution et Camille semble être une experte pour relativiser à peu près tout ce qui pourrait vous miner.

code by bat'phanie

_________________

Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why ▬ (c)Placebo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3343-camille-couvillier-cut-from-marble-smoother-than-a-storm http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Mar 7 Aoû 2018 - 20:54

Il ne l’avait pas vu venir ce coup. Clairement pas. Pas le temps de savourer sa victoire. Le coup l’avait tamponné en pleine face, zone aucunement protégé par son casque en mousse. La perte de l’équilibre le fit à nouveau choir sur l’arrière train. Mais ce n’était rien, face à la douleur qu’il ressentait. Il joint ses mains gantées devant celui-ci, il n’hurlait pas, mais se permit un râle de douleur. Des larmes lui échappaient des yeux. Il espérait que celui-ci ne s’était pas brisé, mais de toute évidence il n’y avait pas de sang qui en sortait. De quoi le rassurer, malgré la douleur aigue qui s’estompait tout aussi rapidement. Ne s préoccupant pas des pieds du coach qu’il avait de nouveau labouré des sien. Encore heureux que le loustic ne pèse pas excessivement lourd. Le professeur avait cependant tout de même retenu une grimace. Difficile de déterminer si c’était de douleur ou de désespoir. Il ouvrit les yeux pour voir le visage bienveillant de la blondinette. Il acquiesce timidement, pas sur à cent pourcent d’aller bien. Son sourire est tout aussi timide sous ses larmes alors que a voix du coach était à nouveau en train de gronder. En douceur évidement, pointe d’agacement dans les mots ? Difficilement de savoir. Yoric remarqua que les autres le fixaient, jasaient probablement à son sujet. Il se mit de nouveau un bruit de déglutition, ce mal être lui serrant la gorge.

Le médium se leva péniblement, acquiesçant toujours comme un enfant qui enchainait les bêtises malgré lui et qui tente de faire de son mieux. Il suivit la garou sans broncher. S’éloignant des autres qui écoutaient les nouvelles consignes. Il essuie ses larmes avec ses gants tout en écoutant les mots rassurant qui tranchaient avec les railleries que les esprits sifflaient à ses oreilles. Il ne savait pas si elle pensait véritablement ce qu’elle disait ou si c’était pour le consoler. Dans les deux cas, cela fonctionnait sur son morale. Il eut cependant un geste de négation, le premier depuis qu’il était ici. Faire de ses faiblesses, une force ? Ses pensées étaient venue s’égarer du coté des esprits, la seule fois où ils l’ont aidé dans un combat, il y avait eu du dégât. De l’énorme dégât. Quelqu’un était mort… Le jeune médium en restait pour ainsi dire particulièrement traumatisé… « Pas une bonne idée… » Marmonnait-il. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle comprenne et il était encore trop tôt pour lui pour en parler à quelqu’un, mis à part Yuri. Mais d’ailleurs, probablement devrait-il garder ce secret pour toujours… C’était si douloureux pour sa conscience. Mais il se sentait coupable.

Yoric se mit en position, pour réceptionner le coup comme précédemment. Mais il avait toujours se reflexe à vouloir fuir, à reculer. Il doutait fortement de sa capacité à encaisser les coups, surtout après ces deux chutes consécutives et ce sale coup sur le nez ! Le jeune homme prit malgré tout le coup dans les gants et resta relativement stable. Le gamin laissa son regard vagabonder, suivant une forme ectoplasmique qui venait de se manifester. Son mouvement glissait derrière la jeune femme, il était silencieux pour l’heure. Pourtant, cette nouvelle présence lui colla la chair de poule. Yoric se déconcentra douloureusement sur Camille craignant avoir beaucoup trop laissé ses pensées s’égarer du coté de ses souvenirs, il avait invoqué cette pauvre âme sans le vouloir… Ou plutôt, attiré cet esprit… Maudit défaut de concentration ! Il avança d’un pas pour venir frapper le gant de la jeune femme, ne pouvant se retenir de grimacer. Il recule toujours, face à l’idée d’être frappé en retour. Le reflexe était amélioré, bien que ça ne soit pas le bon, au moins, il en avait un ce coup ci !

_ A droite…
« Quoi ? » Il tourne la tête vers l’esprit en question et boum.
En plein sur la clavicule. Il ne tombe pas, il manque seulement de le faire après une danse ridicule pour tenir en équilibre. Il émit une sorte de grognement, secoua la tête comme un animal étourdis avant de se remettre en position. Pas encore décidé à abandonner. L’esprit le railla, c’était d’autant plus rageant de le voir en plus de l’entendre. Le médium tente de se concentrer. Il donne un coup à coté des gants de la jeune femme, mais après une grotesque pirouette, il se retourna pour faire face à elle et retenter sa chance aussitôt. Le jeune homme visa assez bien cette fois-ci. Il n’eut pas le temps de reculer, comme si la garou avait deviné qu’il le ferait de nouveau. Il bloque le coup.

_ Je serais toi… Je me mettrais à la pêche…
Yoric fronça les sourcils. Il mit toute sa concentration pour tenter d’occulter ce visiteur non bienvenue, qui se divertissait tout à fait de la situation.
_ Et encore, les poissons pourraient bien te couler.
Yoric avait beau être un nom violent, l’adrénaline des coups reçus et du sport, le poussa à vouloir donner une droite à l’esprit. Ce qui était parfaitement ridicule vu de l’extérieur… Surtout qu’il couronna son geste par quelques mots avant de s’étaler sur le matelas à plat ventre comme une crêpe « Va-t-en… » C’était parfaitement pitoyable.

« - Mon garçon, essai au moins de taper dans la bonne direction… » Commenta le coach qui supervisait ses élèves en gardant un œil sur les deux du coin. Les joues du médium s’enflammèrent de honte. Il pivota vers la jeune femme, mais les hurlements de rire de cet esprit, de toute évidence farceur, lui aspiraient toute son énergie et concentration. « J n’y arriverai jamais. » se lamentait Yoric, en plus d’être lui-même, il devait faire face à ses pouvoirs. Quelle idée absurdes il avait eut de venir ! Yoric se releva péniblement, lorsqu’il se tourna vers la jeune femme, il avait retiré l’un de ses gants, signe d’abandon. Son regard était désolé, il lui avait fait perdre du temps.

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 75 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Raccoon-Garou en totale symbiose avec l'animal
→ ERRANCE : au Jardin botanique ... mais aussi dans le salon de Lysander où elle se plait à émerveiller le petit Andrew
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée ▬ Impulsive ▬ Caractérielle ▬ Attachante ▬ Généreuse ▬ Douce ▬ Tolérante ▬ Bienveillante ▬ Tendre ▬ Rancunière ▬ Ecologiste ▬ Féministe ▬ Curieuse ▬ Futée


→ AVATAR : Lili Reinhart
→ CREDITS : Avatar : Nefertari - Signa : Moi
→ MENSONGES : 251

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Jeu 9 Aoû 2018 - 11:15

I like the sadest songs and pretending I'm alright
Yoric & Camille

- Pas une bonne idée…

Il le marmonne peut-être plus pour lui que pour elle et Camille fronce les sourcils, pas certaine de comprendre tout ce qui se trame derrière ce visage si adorable. La jeune femme n’insiste pas, se met en position et cette fois, avec précaution et retenue, tape dans le gant de Yoric. Miracle ou pas, ce dernier le réceptionne sans trop tanguer, sans chuter et c’est un sourire quasi-victorieux qui dessine les lèvres de la jeune femme… et qui s’agrandit quand son binôme frappe à son tour. Il n’y met pas trop de force mais au moins il vise juste sans se briser un genou. Ils y sont peut-être enfin. Peut-être qu’ils vont réussir cette fois à enchainer les coups sans qu’il n’y ait de dégât. Camille arme son poing et l’envoie en direction du jeune homme.

- Quoi ?

L’attention de ce dernier se détourne brutalement, si bien qu’elle vise la clavicule. Et cette fois, la garou en est certaine : Quelque chose d’inhabituel est entrain de se passer. Elle a beau se concentrer, elle ne sent rien de magique, rien qui pourrait lui hérisser les poils mais le comportement de ce type est bien trop intriguant et changeant pour qu’il n’en soit normal. Son esprit toujours détourner à droite à gauche, elle ne manque pas non plus les regards qui dérivent derrière elle, à côté ou ailleurs.
Elle choisit de ne rien dire, de ne pas broncher, continuant de mener cette danse étrange qu’était cet entrainement où Yoric loupe une nouvelle fois les gants, s’agite, retente sa chance pour viser juste et arrive même à bloquer le coup suivant. Comme quoi, ses bras n’étaient pas faits de guimauve.

- Wow attention !

Trop tard pour le rattraper. Trop tard pour quoi que ce soit en fait, vu qu’il termine tête la première sur le matelas en marmonnant un truc incompréhensible. Après quoi ? Après avoir frappé dans le vide, le regard agacé suivit d’un geste rageur.
Camille écoute à peine le commentaire du coach, son attention pointée vers ce jeune homme qui n’est clairement pas banal. Au-delà du fait qu’il a une bouille adorable au sourire communicatif, quelque chose d’autre plane autour de lui, un truc qu’elle n’arrive pas à déceler mais qui est suffisamment présent pour lui faire commettre tous ces gestes sans aucun sens. A marmonner des trucs dans le vent, comme si quelqu’un d’autre était là, autour d’eux.

- J n’y arriverai jamais.

Yoric quitte déjà ses gants, signe d’abandon. Elle doit bien admettre que la séance n’a visiblement pas été une partie de plaisir pour lui mais son caractère acharné et optimiste refuse tout abandon de la part de son binôme.

- Non, ne dis pas ça. C’est que ton premier cours. C'est normal de te planter.

Elle le voit cet air abattu qui abaisse ses épaules, qui tire ses traits de frustration. Camille quitte elle-même son gant, captant le regard du coach sur le côté qui lui fait un signe de la main en signe de reddition pour le moment. Il viendrait discuter avec Yoric plus tard, elle commence à le connaitre suffisamment par cœur pour savoir qu’il ne laisse jamais un élève sur le tapis, pas avant d’avoir discuté avec lui et de l’avoir motivé à bloc. Mais pour l’instant, il a un cours à terminé et Camille se chargera de lui remonter le moral. Pas par obligation mais parce que ça lui fait de la peine de le voir si défait.

- Tu n’es peut-être pas le nouveau Mike Tysone mais tu es loin d’être un manche, ok ?

Il est loin d’être un expert mais avec un peu d’entrainement, il peut réussir à quelque chose de correct, voir de bien. Mais pour le moment, ça n’était pas le problème majeur. Pas à son sens en tout cas.
Camille se rapproche doucement de lui, suffisamment près pour que lui seul ne l’entende, bien que les autres soient assez éloignés et concentrés sur le cours pour ne rien écouter.

- Est-ce qu’il y autre « chose » qui te dérange ici ? Je veux bien croire que tu sois maladroit mais je ne suis pas certaine que tu le sois au point de frapper dans le vide en t’adressant à quelqu’un que je ne vois pas.

Elle ne veut pas se mêler de ce qui ne la regarde pas tout comme elle refuse de laisser Yoric à ces « démons » sans au moins avoir essayer de l’aider ne serait-ce qu’un peu. Et si pour ça elle doit se faire plus exigeante alors, elle se prêterait au rôle sans problème.

code by bat'phanie


_________________

Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why ▬ (c)Placebo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3343-camille-couvillier-cut-from-marble-smoother-than-a-storm http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Jeu 16 Aoû 2018 - 8:39

Deux. Deux échanges de coups, là était leur triste record. Le jeune homme voulait déjà jette l’éponge, ce n’était pas faute de vouloir faire de son mieux, de s’évertuer même à faire des efforts ! Mais si même les esprits s’en mêlent, il doutait être asse brave pour ça. Pourtant, il parvient à bloquer un coup. Trois ! Et là, c’est le drame. Son attention fut littéralement aspirée par l’esprit qui se trouvait là, qui l’agaçait en tout point, qui vraisemblablement, s’amusait bien à torturer et railler le médium dans sa nouvelle activité. Il envoya un coup parfaitement ridicule, ce qui rendit sa chute encore plus lamentable. L’envie d’abandonner était trop fort. Il n’y arrivera jamais. Mis à part pour se faire passer pour fou aux yeux de tous, il était bon à rien dans ce groupe ! Il ferait bien mieux de rentrer chez lui et s’envoyer une pizza entière ! La jeune femme elle, était d’une grande douceur à son égard. Yoric ignorait si elle était ainsi habituellement ou s’il lui faisait tout simplement pitié. Il ne la regardait cependant pas, retirant son gant, difficilement, car ôter un gant avec un gant, ce n’était pas aisé, mais il y parvint finalement, le second ne sera que plus facile à ôter ! Il dégrafa le casque de protection, lorsqu’il le retira ses cheveux se dressèrent en bataille sur son crane. Indiscipliné et légèrement humidifié de transpiration, c’était qu’il faisait chaud là dedans !

Il eut un petit rire, léger, comme son petit cœur de mortel. S’il avait bien une capacité, c’était celle de rire de lui-même. Loin d’être un manche ? Elle plaisantait c’était sur ! Ceci dit, il y avait de quoi faire de l’ironie, ce n’était pas tout les jours que l’on voit un gars envoyer un coup en l’air au point de se ratatiner. Le pire dans tout ça, c’est qu’avec si peu de sport, il va réussir à avoir des courbatures. Il allait probablement en rester à son jogging du dimanche matin pour toute activité sportive. Son regard suivit l’esprit qui était toujours d’humeur taquine. « Merci, mais je crois qu’il faut se rendre à l’évidence. » Dit-il avec une tristesse à peine contenue. Dire qu’il pensait bien faire en venant jusqu’ici, il aurait mieux fait de rester au fond de son lit ! Il s’attaquait aux genouillères, quand la blonde posa une question qui lui fit relever le regard vers elle. Autre chose ? Il écouta la suite de ses mots, resta quelque secondes figé. Habituellement il aurait éclaté de rire, jurant de ne pas être fou, juste bizarre, pas lui-même convaincu à l’époque de ne pas être tout simplement fou. Aujourd’hui, il savait qu’il y avait davantage de personnes susceptibles de le croire. Pourtant, quelque part, il pensait qu’il valait mieux ne pas trop en dire. Notamment parce qu’il ne contrôlait pas ses dons, mais aussi qu’il gardait à l’esprit que si sa nature lui était resté secrète par Yuri, c’était pour une bonne raison. Laquelle ? Mis à part que Yoric était capable d’être un véritable danger publique s’il laissait les esprits avoir trop d’emprise sur lui… Il ignorait tout de ses capacités.

Il décrocha son regard de la jeune femme, passant sa main sur son front, puis sur l’ensemble de sa face avant de secouer la tête. Elle était garou, probablement savait-elle ce qu’il était après tout. « Je… C’est compliqué… » Tu ne peux pas m’aider, s’empêchait-il d’ajouter. Pourtant c’était la vérité, peu de monde pouvait l’aider, avait le temps de le faire. Car il y avait tout à reprendre de zéro avec lui. C’était loin d’être gagné. Il tente de trouver des réponses par lui-même, mais souvent ces réponses sont inexactes. Il soupira, triturant le casque entre ses doigts d’hyperactif « Je n’arriverai pas à me concentrer, j’te fais perdre ton temps. » Ce qui n’était pas faux, pourtant, sa petite gueule de fripon se marqua d’un sourire à attendrir le plus dur des cœurs. « J’suis plus doué pour me bagarrer sur la PSP qu’avec des vrais gens. » Un peu d’humour n’a jamais fait de mal à qui que ce soit, c’était encore quelque chose qu’il était capable de faire à son propre sujet. Il posa son regard dans celui de la jeune femme, ces yeux étaient part ailleurs d’une couleur tout à fait envoutante « Je suis venu ici parce que j’voulais apprendre un minimum à m’défendre, mais faudrait déjà que j’commencer par lutter contre tout ça. » Ses mains montraient l’invisible pour souligner ses propos. Pourtant, il sait qu’il aurait probablement besoin des deux, mais surtout, il aurait besoin de cours particulier. Dans un endroit calme et de préférence non hanté ou alors vidé de ce genre de distractions. Yoric eut un petit sourire, avant d’entendre de nouveau les railleries de l’âme égarée. Il ne pouvait pas lui parler, pas devant autant de personne. Comment Mike faisait-il pour ne pas les entendre ? Yoric rêvait de trouver le bouton stop et pouvoir enfin savourer quelques minutes de calme dans sa vie. « Tu m’aide ? » qu’il demande avec un petit sourire, en lui tendant la jambe comme cendrillon pour enfiler sa panoufle de verre. La genouillère est bien ficelée, il n’arrive pas à la ôter, notamment parce qu’il n’a pas l’habitude de ce genre d’équipement

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 75 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Raccoon-Garou en totale symbiose avec l'animal
→ ERRANCE : au Jardin botanique ... mais aussi dans le salon de Lysander où elle se plait à émerveiller le petit Andrew
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée ▬ Impulsive ▬ Caractérielle ▬ Attachante ▬ Généreuse ▬ Douce ▬ Tolérante ▬ Bienveillante ▬ Tendre ▬ Rancunière ▬ Ecologiste ▬ Féministe ▬ Curieuse ▬ Futée


→ AVATAR : Lili Reinhart
→ CREDITS : Avatar : Nefertari - Signa : Moi
→ MENSONGES : 251

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Sam 25 Aoû 2018 - 15:13

I like the sadest songs and pretending I'm alright
Yoric & Camille

Plus elle suit le regard de Yoric, plus elle se dit que quelque chose rôde autour ou plutôt « quelqu’un ». Un esprit, certainement. Quoi d’autre ? Ce qui expliquerait bien des choses, à commencer qu’il parle parfois tout seul et qu’il se voit complètement déconcentré par des sons ou des gestes que Camille n’est pas apte à voir malgré sa nature. Se transformer en raccoon une fois par mois lui donnaient ses propres facultés mais voir les esprits n’en faisaient clairement pas partie. Et d’un côté, ça n’est pas si mal… Elle ne sait pas si elle aurait supporter le bruit ambiant qu’un fantôme peut faire autour de soi, à vous parler H-24 s’il en a envie.
Un véritable cauchemar en somme.

Compliqué, ok ? Mais à quel point ? Camille le scrute, inquiète, sourcils froncés. Peut-être qu’il n’était pas à l’aise avec sa nature, tout le monde ne pouvait pas être comme elle et la garou le savait pertinemment. Et elle ne le forcerait pas à admettre quoi que ce soit. Mais elle se refuse d’abandonner ce type sous prétexte qu’un esprit un peu trop lourd ait décidé de l’emmerder. Réaction un peu stupide peut-être, d’autant plus qu’elle ne le connait pas mais ça n’est pas ce qui prime, à ses yeux. Pas quand ce mec vous sort ce sourire qui vous fait fondre comme neige au soleil. Et c’est un euphémisme que de dire que Camille est sensible à ce genre de bouille. Réceptive, sensitive et empathique, la jeune femme se fait plus sensible que la normal, reçoit les émotions décuplées en plein cœur et elle doit admettre que les rituels des Ithaeurs qui lui permettaient d’évacuer, de se décharger de tout ça lui manque profondément.

- Tu ne me fais pas perdre mon temps. Je ne serais pas là à essayer sinon.

Elle aurait déjà lâcher prise après lui avoir donné quelques excuses sur le fait qu’effectivement, elle ne se sentait pas apte à l’aider dans sa tentative d’apprendre l’art de se battre. Camille ne peut s’empêcher de le trouver tendre, adorable, avec sa veine tentative de dédramatiser la situation avec sa boutade. Ca lui arrache même un sourire de voir à quel point il prendrait presque cela à la légère.

- Je suis venu ici parce que j’voulais apprendre un minimum à m’défendre, mais faudrait déjà que j’commencer par lutter contre tout ça.

Par ces simples mots, Yoric confirme les doutes du garou, même si, finalement, c’était plutôt une évidence que quelque chose rôdait autour du garçon. Elle n’y connait pas grand-chose en esprit, pas suffisamment en tout cas pour se faire maitre en la matière et être une donneuse de leçon à ce sujet. La jeune femme se dit que cette vie de médium doit être un véritable enfer, que de devoir les voir, les entendre, leur répondre parfois. Ou même souvent. C’était à vous rendre fous, non ? D’avoir cette incessant piaillement autour de ses oreilles, que de devoir composer son quotidien avec ceux qui s’ennuient pour l’éternité.

-  Tu m’aide ?

Camille cligne rapidement des yeux et revient à la réalité, posant ses yeux sur le jeune homme qui lui tend la jambe, ne réussissant visiblement pas à se défaire de sa genouillère. La jeune femme sourit avant de mettre un genou à terre et de lui défaire l’équipement avant de s’attaquer à l’autre genou.

- Effectivement, la boxe n’est peut-être pas ce qui te conviens le mieux.

Elle secoue légèrement la tête avant de terminer de lui enlever la genouillère et de se redresser, lui tendant une main pour l’aider à se relever.

- Mais… Il y a toujours un mais. Je refuse de laisser tomber, il faut juste trouver le sport qui t’ai le plus approprié. Les sports de combats sont utiles pour forger le mental et peut-être que ça pourrait t’être un peu plus pour mieux gérer tout ça.

Elle se doute bien que ça ne sera pas la solution au « problème » mais elle pourrait contribué à réussir à prendre sur lui, à se concentrer, à avoir un mental d’acier pour réussir à affronter le genre d’esprit agaçant ou même malsain. Camille doit l’admettre, sa curiosité est titillée par ce que Yoric est capable de voir, de sentir. Elle n’a pas rencontré énormément de personne comme lui durant ses 75 années de vie et ç chaque fois sa curiosité en est attisé. Même si ça ne sera jamais pire qu’avec un vampire.

- Je donne quelques cours de Self-Défense, peut-être que c’est ce qui te conviendrais le mieux si tu cherches seulement à savoir te défendre. Je peux te donner des cours particuliers et je t’arrête tout de suite, non ça ne m’embête pas et oui ça me ferait plaisir de t’aider à apprendre quelques trucs.

La garou commence à le voir venir avec ses airs de mignons, à lui dire que noooon c’est pas la peine, qu’il veut pas la déranger parce que oui, vraiment, c’est une perte de temps. Mais Camille prend ça presque comme un challenge finalement, une sorte de défi que de prouver au garçon qu’il est aussi capable de se défendre qu’un autre.
Elle retire elle-même ses gants, fait un signe au coach pour lui signifier son départ puisque de toute évidence, ça ne sert à rien de prendre plus de place dans la pièce alors que Yoric rend déjà ses équipements.

- Je ne peux pas vraiment comprendre le calvaire que tu vis mais je peux au moins te proposer de t’aider à ce niveau-là. Ailleurs qu’ici, on se débrouillera pour trouver un endroit plus calme.

Il doit bien exister des sortilèges pour repousser des esprits non ? Au moins dans une pièce précise ? Il faudrait qu’elle songe à demander à Lysander, cette dernière saura mieux que personne la conseiller à ce sujet. Enfin, encore faudrait-il que Yoric soit lui-même d’accord pour tenter cette nouvelle expérience.

- Disons que tu vas devenir mon challenge. Deal ?

code by bat'phanie

_________________

Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why ▬ (c)Placebo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3343-camille-couvillier-cut-from-marble-smoother-than-a-storm http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Mer 29 Aoû 2018 - 0:25

Au fond de lui, il était assez déçu. Cet échec pourtant n’était pas si inattendu. Pas une surprise, c’était comme prévu. Lamentable guerrier, il aurait pourtant bien voulu. Ses efforts sont bien nombreux, mais malheureusement vain. Sa motivation se meurt, comme la nuit à chaque matin. Le sentiment d’être un incapable était si pesant, si insupportable et inconvenant. Il se sent stupide d’avoir cru en être capable, le revirement de situation est agaçant. Les choses sont bien complexes pour un médium aussi peu doué. Inexpérimenté, bancal, maladroit et désespéré. Cible des esprits, une fois de plus, il était tourmenté. Yoric aurait pourtant souhaité s’y accrocher. Encore essayer. Mais toutes ces railleries finissaient par l’épuiser. Le sentiment de lui avoir fait perdre son temps pesait. Le jeune homme de douceur était fait, mais il se savait être un boulet. Un sourire de grande tendresse, pour chasser sa propre tristesse. Elle le lui renvoi comme un reflet de pureté au-delà de toute politesse. Elle était des plus sincères qu’il connaisse. Elle affirmait qu’il ne lui faisait pas perdre son temps. Il faut dire qu’il n’entendait pas cela très souvent. C’était bien pour cela qu’il avait si peu d’amis, c’était si compliqué les relations sociales après tout quand l’on sort du moule, c’est bien compliqué, les gens. Il lui expliqua les motivations de sa présence, de sa volonté de jouer les combattants. Avant tout pour apprendre à se défendre, mais il voit bien qu’il n’est ici qu’un enfant.

Il ne décroche pas son sourire. Elle décroche ses protections qu’il ne parvenait pas à ouvrir. Il ne s’attriste pas lorsqu’elle confirme que la boxe n’est pas un sport pour lui. Pourtant, elle ne le laissa pas avec cette idée, elle poursuivit. Le jeune médium se retrouva de nouveaux sur pieds. Avec également un nouveau sport suggéré. Yoric la fixa intrigué. De sa mine de curieux, il écoutait. Il ne savait pas pourquoi elle voulait l’aider. Quelque part, il pensait qu’il devrait se méfier. Pourtant, ce n’était pas dans sa nature, lui était fait de naïveté. Elle parla de self défense et de cours particulier. C’était assez séduisant comme idée… Mais… Non, pas de mais… Elle avait tout anticipé. Un sourire s’étirait sur son visage, mine timide, mine fragile. Peut-être était-elle la solution pour le rendre plus fort, plus confiant, plus agile ? Pourquoi voulait-elle lui apprendre, qu’avait-elle à y gagner ? Un challenge, un trophée. Pourtant, il n’en tient pas rigueur. Il avait une confiance sereine envers les gens, il ouvrait trop facilement son cœur.
_ Tu veux encore te ridiculiser ? C’est toi qui vois…
Reprit la sinistre voix.

Le regard de Yoric suivit sous mouvement. Il n’avait probablement pas tord, il connaissait assez bien les gens. Il les observe depuis si longtemps. Un soupire s’échappe, il doute si souvent. Pourtant, c’est de ce genre de main tendue dont il avait besoin. Quelqu’un qui ne le laisse pas pourrir dans son coin. « Je… J’en sais rien. » Eternel problème de sa vie. Il ne sait où il va, si ce n’est vers les ennuis. « Ce serait… Très gentil de ta part. » Effrayant, mais pas plus que tout autour de lui. Ce  monde, cette énergie. Il frotte sa paume contre sa tempe droite, mal à l’aise, un regard en coin. Cette voix le raille, cette voix le pousse à la solitude…
_ C’est tout ce que tu mérite.

Ses paupières se ferment, le plonge dans l’obscurité. Il chasse cette voix de ses pensées. Tente de repousser. Il entendait rire, lutter. Le harcèlement se renforçait. Plus puissant, plus oppressant. Malgré cette atmosphère, ce ton pesant. Le jeune homme ouvrit les yeux, fixant de nouveau cette si belle blonde. Il prononça, essayant de ne se laisser déconcentrer par aucune onde. « Deal. » Simple mot. Un mot qui en disait gros. Sans y avoir réfléchit sa main s’est posées sur sa joue. Sa peau est délicate, elle appelait à être doux. C’était son domaine, la douceur. Tout en pudeur. Un merci délicat, une reconnaissance qui caressait le visage de cette femme. Il recule, lui-même gêné par sa propre spontanéité. Le contact l’avait toujours rassuré. Il avait besoin de sentir pour se sentir vivant, pour garder pied dans la réalité. « Désolé, je… » Se mit-il à bafouiller. « Euh… J’imagine que toi… Tu vas continuer et moi, j’vais… Par là… » Désignant la sortie du menton. Assez trainé, assez dérangé. Le jeune homme dont la nature n’était plus un secret, ne trainait pas spécialement avec les garous, pas avec grand monde pour tout avouer. Il n’était pas très doué pour garder contact, ne savait pas comment s’y prendre. Pourtant, ça aussi, il ne demande qu’à apprendre

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 75 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Raccoon-Garou en totale symbiose avec l'animal
→ ERRANCE : au Jardin botanique ... mais aussi dans le salon de Lysander où elle se plait à émerveiller le petit Andrew
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée ▬ Impulsive ▬ Caractérielle ▬ Attachante ▬ Généreuse ▬ Douce ▬ Tolérante ▬ Bienveillante ▬ Tendre ▬ Rancunière ▬ Ecologiste ▬ Féministe ▬ Curieuse ▬ Futée


→ AVATAR : Lili Reinhart
→ CREDITS : Avatar : Nefertari - Signa : Moi
→ MENSONGES : 251

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Lun 3 Sep 2018 - 11:40

I like the sadest songs and pretending I'm alright
Yoric & Camille
L’hésitation persiste chez le jeune homme et Camille, a en juger par les regards en biais de Yoric, se demande ce que l’esprit doit lui souffler de suffisamment fort pour qu’il soit si incertain, si peu sûr de lui. Elle sourit à ces quelques mots qu’il prononce. Pour elle, ça n’est pas de la gentillesse, juste une attention normale puisqu’encore une fois, le médium l’intrigue, le pousse à l’affection, à la tendresse. Peut-être est-ce du à cette bouille adorable, à ce sourire maladroit, à cette âme en peine qu’il traine à vouloir essayer de se sortir de ses propres démons. Elle hume l’air silencieusement, l’odeur musqué de Yoric imprégnant ses narines, mélange de parfum et de sueur salée. Mais aussi une ambiance un peu plus lourde, oppressante qu’il dégage de part ses battements de cœurs affolés.  

Elle l’observe en silence entrain de fermer les yeux, sans comprendre ce qu’il est entrain de faire et si elle n’était pas au courant du fait qu’il soit médium, Camille aurait pu croire qu’il luttait contre des voix qui inondent sa tête, ses pensées, une sorte de Schizophrénie ou autre maladie mentale. Entendre et voir un esprit revient d’ailleurs certainement au même…

- Deal.

La jeune femme marque un léger recul de la tête lorsqu’elle voit approcher la main de Yoric, le duvet de ses avant-bras se soulevant au contact chaud de sa paume sur sa joue. Camille se fige, bug complètement de cette soudaine proximité, de l’espace vitale bousculée, alors qu’elle déteste à ce qu’on la touche ainsi, sans prévenir. Un traumatisme qui la ronge depuis des années maintenant alors qu’elle m’aime est tactile, aime toucher les gens, sentir la chaleur et la douceur d’une peau, sentir une proximité, une certaine communion. En d’autres circonstances, elle aurait certainement envoyé valser cette petite main d’un geste sec et brusque, le fustigeant de ne plus jamais oser effleurer un seul carré de peau de sa personne… mais au lieu de ça, la garou se fige, se surprend à apprécier ce contact à la fois étrange et apaisant. Parce que Yoric est tout en humanité, fait de douceur et de tresse et que ce geste, Camille le traduit comme une reconnaissance.

La « magie » se brise, bien qu’elle n’ait certainement durée qu’une seconde, peut-être deux, Yoric se confondant en excuse pour prendre la direction de la sortie. Elle ne manque pas le regard des autres, en tout cas ceux qui ont assisté à cet échange qui doit leur paraitre étrange, il faut l’admettre.
Camille bug encore à le regarder partir comme ça, jusqu’à quitter la salle, avant de revenir à elle et de le rattraper dans le couloir. C’est vrai qu’elle aurait pu laisser cette courte rencontre en plan comme ça mais là encore le jeune homme la poussait décidément à faire bien plus.

- Tu sais que c’est un peu creepy de toucher les gens comme ça pour fuir après ?

Elle lui lance ça sur le ton de la plaisanterie, sourire aux lèvres, nullement – étrangement – offusquée de son geste. Elle a l’impression de sentir encore la pulpe de ses doigts sur sa joue, laissant une trace agréable de chaleur. Elle marche quelques mètres à ses côtés, gants retirés.

- Ma sœur aînée me disait souvent de ne pas finir une journée sur une mauvaise note, de finir sur quelque chose de plus agréable.

C’est ce que lui conseillait Esther après avoir passer une journée émotionnellement difficile, comme lorsque Seth a décidé de se tirer sans prévenir alors que le plan cul devenait plus que ça. Bien plus que ça. Comme après un coup de mou, de blues. Après avoir apprit que la déforestation faisait ravage, que les têtes politiques se foutaient bien de l’environnement, pour peu qu’ils puissent récolter un peu plus de thune sur le dos des autres.
Tout ce qui pouvait alourdir les épaules de Camille, Esther conseillait de terminer une journée maussade par quelque chose de positif, que ça soit un geste, une action, aussi infime soit-il. Et la garou n’a pas besoin de connaitre intimement Yoric pour comprendre que cette séance à certainement dû lui miner le moral avec cet esprit qui, visiblement, le tourmentait.

- J’habite pas très loin d’ici si tu veux, j’ai un petit jardin qui sera certainement plus apaisant que cette salle de l’enfer. Et des boissons chaudes aussi, style chocolat guimauve mais si tu es du genre à prendre quelque chose de plus corsé, j’ai aussi ce qu’il faut.

La proposition lui parait aussi simple que naturel, bienveillante. Elle ne le connait que depuis une demi-heure à peine mais pas l’ombre d’une méfiance ne se manifeste. Le feeling parle pour elle.  

code by bat'phanie

_________________

Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why ▬ (c)Placebo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3343-camille-couvillier-cut-from-marble-smoother-than-a-storm http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Jeu 6 Sep 2018 - 5:06

Ses pas le guident vers la sortie. Un soupire traversant sa gorge, était-il maudit ? La maladresse était l’histoire de sa vie. Le jeune homme dédramatise, il y avait plus grave, tant pis… Il avait évité le regard des autres, même le coach semblait saisit. Il faut dire qu’il était assez étrange ce petit. Qui ne l’aurait pas remarqué ? Pourtant son geste fut sans la moindre once de méchanceté, idée mal placée ou agressivité. Douceur naïve, spontanéité déplacée. Malgré tout, notre hyperactif s’éloigne désormais à pas de sauterelle regagner sa liberté. Chassant de son esprit toutes ces mauvaises pensées. Il récupère seulement son sac à l’entrée, ne jugeant pas utile de se changer. Le chemin n’était pas long jusqu’à la maison. Et puis, à quoi bon, ce n’était pas comme s’il était mal fringué ? Ah si, peut-être justement… Il avait au moins l’avantage de s’en moquer. Il préférait être remarqué pour ses vêtements que sa bizarrerie. Lui qui s’était si longtemps accusé de folie…

Quelle surprise de voir la jeune femme le rattraper. Une onde d’optimisme lui réchauffe son petit cœur torturé. Il s’immobilise dans le couloir près de la porter d’entrée. De sortie. Lentement, il sourit. Gêné, maladroit. Il passe une main derrière sa nuque. Tente d’y loger toutes ces insécurités pour continuer à parler. Il serre le poing quand cela semble être fait. « Désolé, j’sais que je dois arrêter de toucher les gens c’est juste… Compliqué ? » Une petite lueur espiègle dans le regard. Il faut dire que tout est compliqué avec lui, si on l’écoute bien. Parler des esprits, c’était encore trop nouveau pour lui. Souvent, il portait son don comme un fardeau. Il avait du mal à en parler, à se dire que tout cela était normal. Bien qu’être garou au final, ça ne devait pas être très banal. Yoric continue de sourire, ça devait être sympas d’avoir une sœur. Lui qui n’avait aucune famille, parfois cela lui pesait sur le cœur. Sa vie manquait de normalité, il n’y avait pas à dire…

Il la regarde d’un air curieux, se demandant ce qu’elle proposé comme note agréable. Il faut dire qu’il était assez déçu de son expérience laborieuse. Sa dignité venait de littéralement s’envoler. Au moins, il aurait de quoi faire sourire les vampires avec lesquels il vivait. Il fut étonné de l’entendre l’inviter. Ce n’était pas très banal ça non plus, mais Yoric n’est pas du genre à se méfier. Il trouvait l’attention adorable. Il faut croire qu’elle savait le mettre confortable. « Euh… Non, j’évite le café tu vois… » dit-il en stoppant ses petits pas pour faire des bonnes enjambées. Un large sourire, il ne tiendrait probablement plus en place avec de la caféine. Il avait déjà testé, ce fut une véritable horreur. Oh et si elle pensait à de l’alcool ? Lui qui avait tant peiné à être sevré. Un rire gêné, encore, avant d’enchainer « La guimauve c’est très bien, c’est exactement ce que j’ai dans les bras. » Et son rire devint plus franc. A rire de lui-même, il sera toujours gagnant. Il avait de l’avance en terme d’anecdotes. D’ailleurs, hop ! Esquivé juste à temps, sa main manqua de venir attraper celle de la jeune femme si naturellement. Il fit une sorte de pas chassé parfaitement ridicule comme s’il avait manqué de toucher quelque chose de brulant.

Cette main, il la passe dans ses cheveux un peu trop fluffy. Il s’était un peu fâché avec le rasoir électrique dernièrement. Faut dire qu’il se retrouvait avec une coupe d’œuf régulièrement. La faute aux esprits… Bonne excuse pour tout. « Umm… Creepy hein ? » Dédramatiser, toujours dédramatiser… Elle ne l’avait pas vu au musée à faire visiter les lieux à une bande de spectres désintéressés… Oui, il pouvait toujours faire pire. Toujours. « Ta sœur, elle doit être grave cool. Du genre, hyper peace… Moi… J’étais… Enfin, j’étais pas si seul d’une certaine manière. Mais disons qu’avec tout ce que j’vois, depuis le temps, parfois je ne sais plus trop ce qui est réel. » Son regard se mit à l’éviter pour poursuivre la voix toujours faible, douce et fragile. « Je ne voulais pas te mettre mal à l’aise ou te faire flipper j’suis désolé. C’est juste que j’oublie un peu ce que c’est que d’être avec… Des gens vivants ? » Oui après tout, son monde était composé aux deux tiers d’esprits et de vampires…

Il releva la tête, pour lui sourire avec sa tendresse innée. Il avait toujours eut la force de sourire. A moins d’être plus bas que terre, ce qui arrivait régulièrement. Ce n’était pas le cas à cet instant. Au contraire, elle le mettait à l’aise, il se sentait bien et appartenant à ce monde étrange des vivants… un monde qu’il oublie trop souvent. « T’as pas hyper faim ? Non, parce que moi un peu de sport et hop ça creuse là dedans. » Dit-il en montrant son ventre parfaitement plat, ok, il était du genre gringalet mais il ne fallait pas s’y fier… Oh que non… Il était un gouffre quand il s’y mettait. « J’dis ça, parce que j’ai vu une pâtisserie française en venant et j’mettais dis que j’irai taper dedans en sortant, alors bon… C’est moi qui offre ! » Pourquoi pas à emporter pour déguster un chocolat guimauve dans un jardin arboré ? Quelle meilleure note d’optimisme pour terminer la journée ?

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire
→ NUISANCE DEPUIS : 75 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Raccoon-Garou en totale symbiose avec l'animal
→ ERRANCE : au Jardin botanique ... mais aussi dans le salon de Lysander où elle se plait à émerveiller le petit Andrew
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée ▬ Impulsive ▬ Caractérielle ▬ Attachante ▬ Généreuse ▬ Douce ▬ Tolérante ▬ Bienveillante ▬ Tendre ▬ Rancunière ▬ Ecologiste ▬ Féministe ▬ Curieuse ▬ Futée


→ AVATAR : Lili Reinhart
→ CREDITS : Avatar : Nefertari - Signa : Moi
→ MENSONGES : 251

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Mar 2 Oct 2018 - 16:57

I like the sadest songs and pretending I'm alright
Yoric & Camille
Il la fait rire, encore. Par sa simplicité ou sa naïveté, peut-être les deux. C’est ce qu’elle aime chez lui, cette facilité et cette auto-dérision touchante, sans en faire des tonnes puisqu’il semble naturel chez lui d’adopter ce genre de comportement. Camille ne ressent pas l’once d’un danger chez lui, elle asit plus que jamais qu’il ne faut pas se fier aux apparences, mais Yoric est loin de lui inspirer méfiance ou crainte. Elle a plutôt envie de le prendre dans ses bras et de la cajoler. A croire qu’il la pousse à un instinct maternel hyper développé, un peu comme Andrew finalement.

- Ta sœur, elle doit être grave cool. Du genre, hyper peace… Moi… J’étais… Enfin, j’étais pas si seul d’une certaine manière. Mais disons qu’avec tout ce que j’vois, depuis le temps, parfois je ne sais plus trop ce qui est réel.


Le souvenir de Jeanne lui pince le cœur mais elle n’en montre rien, se résout à afficher un sourire serein, neutre, préférant se concentrer sur le récit de Yoric. Effectivement, Jeanne est cool, peace, tendre, adorable. Jeanne lui manque. Cruellement.

Elle capte les dernières paroles du jeune homme, comprend alors qu’il est constamment entouré et que c’est peut-être même encore le cas présentement. Par réflexe, Camille laisse trainer son regard à droite, à gauche, sachant pertinemment qu’elle n’y verra rien puisqu’elle est dépourvu de ce don.

- Je ne voulais pas te mettre mal à l’aise ou te faire flipper j’suis désolé. C’est juste que j’oublie un peu ce que c’est que d’être avec… Des gens vivants ?

- Non, c’est rien, t’en fais pas. C’est déjà oublié.

Sans lui préciser que si ça avait été quelqu’un d’autre, il se serait probablement manger une pêche en pleine gueule. Ce contact aurait été toléré quelques années auparavant, aujourd’hui elle le perçoit comme une agression, surtout lorsque l’on s’introduit dans son espace vitale sans invitation, par de gestes doux ou non.
Elle trouve l’histoire de Yoric à la fois fascinante et triste. Le jeune homme est visiblement perpétuellement entouré de personnes qu’il ne sait plus être vivante ou non et Camille essaie de s’imaginer une seconde ce qu’aurai pu être sa vie si elle voyait ce que les autres ne voient pas. Ne plus savoir décerner le réel de l’irréel, être constamment coincé dans l’entre-deux doit être terrible, vous rendre fou.

- T’as pas hyper faim ? Non, parce que moi un peu de sport et hop ça creuse là dedans. J’dis ça, parce que j’ai vu une pâtisserie française en venant et j’mettais dis que j’irai taper dedans en sortant, alors bon… C’est moi qui offre !
- J’ai toujours faim lorsqu’il s’agit de pâtisserie. Elle marque un temps de pause. C’est faux, c’est le cas pour n’importe quel type de nourriture.

Véritable gourmande dans l’âme, c’est bien le sport qui l’aide aujourd’hui à maintenir sa ligne. Entre le self-défense, la boxe thaï, les autres activités diverses mais aussi ses allers et retours au jardin, Camille est tout le temps en activité et tant mieux. Elle ne supporte pas l’inaction, rester planter au même endroit durant des heures sans savoir quoi faire d’elle. Les seuls moments où elle tolère ce genre de calme est lorsqu’elle dessine. Paisible.

- Tu offres les pâtisseries mais je m’occupe des boissons, ok ?


Moitié moitié, donnant donnant, il n’y a pas de raison pour qu’il soit le seul à payer sa part aujourd’hui. Et puis c’est un procédé équitable en son sens.
Camille se laisse guider par le jeune homme, paisible, tranquille, ayant presque déjà oublié l’incidence de la salle de sport où il faudra d’ailleurs qu’elle explique la raison de leur départ précipité. Sac de sport sur l’épaule qu’elle réajuste, elle se tourne vers Yoric, sourire tranquille aux lèvres.

- Tu es si isolé que ça pour oublier ce que c’est d’être avec les vivants ? Ou c’est parce que tu es constamment envahit d’esprit ?

Sa curiosité parle de nouveau, Camille ne s’en est jamais vraiment caché et Yoric pourrait bien lui dire que ça ne la regarde pas qu’elle ne s’en offusquerait pas. Mais le sujet l’intéresse, le pourquoi du comment aussi. Il est un être fascinant, elle doit bien l’admettre, de savoir comment un gringalet comme lui qui a tant peur de cogner, réussit à encaisser autant de charge mentale avec ce don qui ne doit pas être si simple.

- Ca doit être autant un don qu’une malédiction non ?



code by bat'phanie



_________________

Time will help you through but it doesn't have the time to give you all the answers to the never-ending why ▬ (c)Placebo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3343-camille-couvillier-cut-from-marble-smoother-than-a-storm http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : Essaim, en tant que Calice
→ NUISANCE DEPUIS : 27 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Perception et communication avec les esprits. Invocation des esprits. Visions des derniers instants des âmes. Perception des auras. Résistance à la plupart des dons psychiques.
→ ERRANCE : Au musée, chez les Stakavold, au starbucks, à l'université.
→ TROMPE L'ENNUI : Guide au History Museum.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Emotif - Hyperactif - Passionné - Fûté - Têtu - Bavard - Curieux - Sensible - Combattif - Sociable - Clownesque


→ AVATAR : Tyler Joseph
→ MENSONGES : 723

†


MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    Dim 7 Oct 2018 - 3:06

Evidement il ne voit pas qu’il a mit les pieds dans le plat. Ce n’était pas comme si c’était rare, avec lui, c’est souvent comme ça. Maladroit, même quand il veut bien faire. Parfois, il se disait que c’était aussi cela qui mettait les esprits en colère. Finalement après en avoir beaucoup dit, il opte pour présenter des excuses à la blonde à ses côtés. Il fut rassuré d’être si rapidement pardonné. Il ignorait pourquoi il accordait toujours autant d’importance à propos de ce que les gens peuvent penser de lui. Après tout, chacun a sa vie. Mais Yoric peinait à contrôler la sienne, il essayait de se caler sur la normalité d’autrui. Parfois l’envie de se construire un monde le gagne, un monde où il pourrait tout contrôler. Mais ce monde là ne serait pas plus réel que celui dans lequel il évolue malgré lui. La lumière qui illumine son regard doux s’éclaire davantage, il s’empressa alors d’évoquer l’un de ses sujets favoris : la nourriture. Il eut un sourire lumineux lorsqu’elle affirme adorer la pâtisserie et la nourriture en général ! Ne manquerait plus qu’elle fasse partie de ses filles constamment au régime pour qui les pâtisseries sont complètement exclues de leur vie ! Vraiment, ce n’était pas humain ! Le jeune homme n’avait jamais eu le moindre problème de poids, bien que ça ne soit pas le sportif du siècle, il était malgré tout, toujours en mouvement. Et bien qu’il ait peur de frapper, ses bras étaient suffisamment développés pour faire mal s’il le voulait réellement. Bien sur, on ne pouvait pas lui demander de soulever des charges, mais il pouvait sans peine escalader un arbre ou enchainer quelques pompes. Ses qualités sportives se limitaient à ce qui l’amusait et ce qui était parfois nécessaire, comme courir à tout allure pour échapper au yorkshire de sa voisine…

« Ok ! » Vu les coups qu’elle donnait, il n’allait certainement pas la contrarié ! Il sourit amusé à cette pensée. Yoric ouvre la marche, sans prendre garde aux regards jetés par les passants. Cela ne l’affectait pas un seul instant, il avait l’habitude d’être jugé. Par les morts et les vivants. Ce n’était pas une carapace qu’il s’était formé, car il demeurait très ouvert envers autrui, mais leur avis ne lui était pas douloureux. Il avait accepté et intégré l’idée qu’il ne pouvait plaire à tout le monde, qu’il n’était pas un canon de beauté et que ses gouts en matière de mode sont discutables. Mais le coté bien assumé de son choix vestimentaire faisait presque passer son excentricité pour de l’audace ou pour un meneur de nouveau mouvement, bien que personne ne s’habillerai en poussin… Il ne dit rien en chemin, se retenant douloureusement de la prendre par la main.

Finalement, elle réanima leur conversation sur un sujet assez complexe. Sa nervosité lui fait presser le pas, ce que les gens pourraient percevoir comme une volonté de se débarrasser d’elle au plus vite n’était en réalité qu’une manière – sa manière – d’évacuer le stress. Son regard toujours tendre et bienveillant envers elle montrait qu’il n’avait pas l’intention de la lâcher comme ça maintenant, oui, sa compagnie lui faisait un bien fou pour tout dire. Il se réjouissait qu’elle accepte de passer du temps avec lui, alors il prend le courage de lui repondre. « Oui, ils sont toujours après moi et ils sont de plus en plus nombreux et… Tout ça c’est un peu nouveau pour moi. Enfin, pas les esprits… Enfin, disons… Je les vois depuis que j’suis petit, mais je ne savais pas vraiment ce qu’ils étaient. Des amis imaginaires, des cauchemars, des voix… J’pensais que j’étais fou. » Schizophrène plus précisément. Il avait croisé quelques psys et lui-même s’était penché sur el sujet pour comprendre un peu mieux son cas. « C’est plutôt une malédiction, bien que… Ça a été une assez bonne nouvelle de découvrir que je n’étais pas psychotique. » Bien que parfois, il aurait préféré que tout cela ne soit pas réel. La mort le terrifie depuis ce jour. « Et puis, je n’ai pas vraiment d’amis… Les gens n’ont pas vraiment envie de trainer avec moi, faut dire que j’suis par… Ah tiens c’est ici ! » Il sautille en direction de la vitrine, son nez à quelque centimètre de la vitre, comme un gamin admirant toutes ces choses délicieuses qui se promettent d’être à lui.

« Woah t’a vu c’gâteau ? » demandait-il en écrasant son index sur la vitre. Ce gâteau était sublime, probablement pour huit personnes, mais absolument parfait ! Yoric avait apprit à cuisiner depuis qu’il était devenu calice et surveillait relativement son alimentation. Cependant, il n’avait pas acquis un tel niveau de perfection, probablement ne l’aurait-il jamais. « Tu crois que c’est vrai que les français font la meilleure cuisine du monde ? Parce qu’ils mangent des grenouilles quand même… Et parait qu’ils mangent des escargots aussi… » Est-ce que l’on peut vraiment leur faire confiance ? « Oh allé, viens, je prends le risque ! » Gâteau à la bave d’escargot, si c’est français, c’est forcement bon ! Non, vraiment, tout ce qui contient u chocolat sera parfait ! Ni une ni deux, cette fois il l’a fait, il a prit sa main ! Sans s’en rendre compte. Elle est si douce, il ne voudrait plus jamais la relâcher. Il sentit de nouveau sa douce chaleur épidermique, si agréable et rassurante. Leurs auras si différentes se côtoyaient cependant parfaitement.  Il l’entraine à l’intérieur de son pas toujours trop bondissant, une odeur exquise les envahit. Cet endroit était un morceau de paradis ! Mais ils n’étaient pas les seuls clients, alors il fallait prendre son mal en patience et en profiter pour en prendre plein les yeux et essayer de faire un choix judicieux.

_________________

I know a thing or two about pain and darkness

Je ne sais pas pourquoi je me nourris d'émotions
Il y a un estomac à l'intérieur de mon cerveau
J'ai pris un peu de nourriture pour mes pensées
Quelque chose plus puissant que mon imagination

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t1231-everything-is-backwards-like-dream-out-there-is-the-true-world http://dmthbegins.forumactif.org/t1423-la-bat-cave-de-yoric-o-neil http://dmthbegins.forumactif.org/t1251-i-found-my-way-right-time-wrong-place-as-i-pled-my-case
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo    

Revenir en haut Aller en bas
 

I like the saddest songs and pretending I'm alright - Camille & Yo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hate me for who I am, I don't care. At least I'm not pretending to be someone I'm not ~ Judith
» These songs of freedom ►► 22/03/12 à 22.13
» ♪ L'insoutenable légéreté de la mémoire de Lestrange ♫
» only pretending (lola)
» Bal de Noël 2013 || All.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Downtown-