AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 Senteur du passé [Eleanor de Beauchamp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Prince guerrier à l'âme damnée

→ ORDRE CLANIQUE : L'Essaim, lignée des Cauchemars descendant de Marnée
→ NUISANCE DEPUIS : 993 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Maitre Vampire, Cauchemar, niveau 4 ; télépathie ; capable de tenir une conversation rien qu'avec ses expressions faciales sans un mot; appel primal: loups, maniement épée et arc
→ ERRANCE : Le musée, l'Elysium, en ville, à son loft
→ TROMPE L'ENNUI : Gardien de Nuit, Prince
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : froid, neutre, stratège, fidèle, respectueux, discret, capable de sadisme au besoin, étrangement passionné par certaines choses/ personnes, intelligent, observateur, rancunier, charmeur, naïf quand cela touche les sentiments. .


→ AVATAR : Tyler Hoechlin
→ CREDITS : Faith & Tumblr
→ MENSONGES : 3281

†


MessageSujet: Senteur du passé [Eleanor de Beauchamp]   Dim 29 Juil 2018 - 12:17

Senteur du passé
@Eleanor de Beauchamp & @Yuri Stakavold


Bâton-Rouge, état de Louisiane, 1930

Pourquoi ai-je choisi cette ville ? Peut-être à cause de l’accent et l’architecture française ? Quoique j’ai passé autant de temps en Angleterre qu’en France au cours de ces neuf siècles. Je ne peux même pas dire que mes Infantes ont participé au choix de notre nouveau lieu de résidence. Elles ont suivi bien docilement comme toujours. Mikhaela est une Nouvelle-née fraîchement transformée, dont la soif de sang est la première préoccupation. Et pour elle, être loin de Moscou et près de moi lui suffit amplement. Ludmila n’a jamais vraiment émis de désir quant aux villes ou pays à visiter. Elle se contente de me suivre, découvrant avec la même fascination chaque endroit nouveau. La seule raison valable de venir s’installer ici, outre le fait de mettre un océan et un continent complet entre ma seconde Infante et son passé, réside dans la présence de Suzanne de Vaujours. Celle qui d’origine s’appelait Taranis, amie proche de Marnée et Ziba. Cette dernière m’a vivement conseillé de m’installer dans la ville de l’Ancienne, sachant que j’y serais bien reçu au vu de ma lignée.

Et nous l’avons été, bien reçu. Même si le Prince ne nous a pas prêté beaucoup d’attention, peu enclin lors de notre présentation à perdre son temps avec nous. Mais Taranis a joué son rôle. Au vu de son âge et de sa puissance, elle n’a sûrement aucun mal à manipuler comme bon lui semble son compagnon. Nous sommes donc maintenant des membres de l’Essaim de Bâton-Rouge, tout en bas de l’échelle. Nous sommes les nouveaux venus, que les autres Canaïtes observent avec curiosité, comme toujours avec les récents membres du clan. Et je nie habillement l’intérêt collectif pour ma personne. Je laisse Ludmila minauder avec les autres Canaïtes, et je surveille Mikhaela lui enseignant ce qu’elle doit encore savoir. La curiosité que nous éveillons se tarira d’elle-même avec la prochaine attraction, qui débarquera. Cependant, j’ai croisé quelques Vampires qui me sont familiers. Eux savent probablement qui je suis et ce que j’ai été pour les Cauchemars et le Conclave.

Par contre le choix de l’Elysium me laisse assez perplexe. Peu désireux de me mélanger aux Mortels tolérés dans ce qui ressemble plus à un bar qu’un Elysium, j’ai trouvé refuge dans la bibliothèque à l’étage. J’aime les vieux livres. Ils racontent des histoires qui me rappellent des passages de ma très longue non vie, parfois même de mon humanité. Mes doigts courent sur les vieilles couvertures de cuir, des ouvrages datant des siècles passés et collectionnés par les Vampires. Je ne cherche rien en particulier, je me contente d’apprécier la tiédeur et la texture des couvertures usées. Pourtant mes doigts s’arrêtent de frôler les bouquins. Et je m’arrête moi-même. Je sens ta présence de Canaïte dans la pièce. Une Ancienne, probablement, car tu es bien silencieuse. Et une femme au vu du parfum, qui se dégage de ton être. C’est d’ailleurs ton odeur, qui m’interpelle. Elle est familière et en même temps elle me ramène très loin, bien des siècles en arrière.

Mon esprit trie rapidement les souvenirs, retrouvant celui qui s’accroche à cette senteur féminine. Elle me replonge dans les rues pauvres d’une ville anglaise, à l’époque où j’étais un jeune Vampire. À cet instant figé dans ma mémoire, c’est la senteur d’une chevelure brune, d’une fillette qui courrait pieds nus dans les rues pauvres, pleine de vie et souriante qui me revient. Une adorable enfant pour qui je m’étais pris d’affection, voyant en elle pour la première fois depuis ma renaissance, une de mes petites sœurs tant adorées. Lentement je me tourne vers toi, surpris de retrouver cette odeur ici. Et l’étonnement me prend, même si rien ne se peint sur mon visage à l’expression froide et neutre, figée comme du marbre. En face de moi, c’est une femme accomplie que je découvre, à la peau pâle et aux longs cheveux d’ébènes. « Bonsoir. », je déclare en inclinant la tête pour te saluer. Mon regard s’attarde un moment sur ton pendentif. Et je fronce des sourcils, étonné de le voir à ton cou, perdant sous la surprise ma neutralité légendaire. Parce que ce bijou je le connais… Mes yeux reviennent scruter les tiens, à la recherche de réponse. « Puis-je vous aider ? », je demande poliment. J’ai conscience que tu es une Ancienne avec un statut dans l’Essaim… Mais serais-tu également cette petite fille anglaise que j’ai connu autrefois ?.
©️ Eden Memories

_________________
Âme damnée
"Le monde est plein de vampires. Celui qui mord a été mordu un jour. Celui qui abuse a souffert d'abus. Celui frappe a été frappé. Celui qui abuse a été abusé. Le bien et le mal ne surgissent pas du néant, quelqu'un les a fait entrer dans notre tête à coups de marteau. En naissant, nous étions des pierres attendant que la vie nous taille.  " de Lucia Etxebarria.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2976-prince-de-l-essaim-yuri-terminee-mise-a-jour http://dmthbegins.forumactif.org/t1312-l-inventaire-du-maitre-de-la-ville-yuri-stakavold http://dmthbegins.forumactif.org/t1038-relation-de-yuri http://dmthbegins.forumactif.org/t1051-le-carnet-de-yuri#21294 http://dmthbegins.forumactif.org/f143-loft-des-stakavold
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Primogène des Artisans
→ NUISANCE DEPUIS : Essaim
→ SOUS L'EMPRISE DE : 834 ans d'existence
→ ERRANCE : Endurance (4)
→ TROMPE L'ENNUI : Au sein de sa propre plantation, la Magnolia
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Elle est bijoutière, artisane

→ AVATAR : Janet Montgomery
→ MENSONGES : 41

†


MessageSujet: Re: Senteur du passé [Eleanor de Beauchamp]   Sam 4 Aoû 2018 - 2:42

Senteur du passé
@Eleanor de Beauchamp & @Yuri Stakavold


Bâton-Rouge, état de Louisiane, 1930

Que faisait-elle avant d’en arriver là ? Cette petite ville, cette plantation. Comment les événements avaient-ils finit par la faire venir en Louisiane, si loin de sa belle Angleterre ? Même-elle n’en était pas certaine. En quittant Londres, sans doute avait-elle souhaité se détacher du climat maussade qui s’y était installé au fil des siècles ; des senteurs et autres effets datant d’une époque reculée, maintenant révolue. Lentement, les bouts de ses doigts se murent sur le dos de plusieurs ouvrages ; tous retraçant l’histoire de la région. Les boites de nuit ne faisaient guère partie des lieux au sein desquels Eleanor appréciait passer son temps, raison pour laquelle elle se retrouvait ici ; les échos du passé pour seule compagnie. Depuis quand s’isolait-elle de la sorte ? Ainsi, la canaïte, âgée d’exactement huit-cent trente-quatre ans, pouvait repenser aux grandes lignes de son existence ; du temps de son enfance jusqu’aux vestiges d’un mariage que l’éternité semblait avoir tout bêtement annihilé. Nonobstant les nombreuses années, les souvenirs, eux, demeuraient indélébiles et laissaient dans leur sillage, un arrière-goût acariâtre. « Es-tu seulement encore en vie ? » murmura-t-elle en cet instant intime.

Maintenant, Eleanor était un membre de l’Essaim de Bâton-Rouge. C’est précisément au dix-septième siècle qu’elle prit la décision de quitter sa demeure de maître ; cette cage dorée au sein de laquelle elle s’était misérablement réfugiée. La disparition de son sire, de son époux, fut un tournant difficile à surmonter. Comme quoi, même l’immortalité ne pouvait l’aider à dompter ce mal immuable ayant meurtri son cœur. Pourquoi n’était-il plus auprès d’elle ? Encore aujourd’hui, la douleur persistait et rendait sa réalité bien trop insipide, mélancolique. La froideur devint son arme, éteignant volontairement cette flamme qui, auparavant, pouvait parfois s’animer en un fulgurant brasier ; le dédain, l’amertume et le chagrin l’avaient finalement rendue intransigeante aux yeux de tous ceux ayant ne serait-ce que l'audace de s'en prendre à elle. La jeune et chaleureuse Eleanor Philby, devint une maitresse de maison inaccessible portant fièrement le nom « de Beauchamp ».

Au creux de son autre main trônait un verre à peine entamé. Celui-ci contenait du sang humain, son unique repas de la soirée. Même si ce grotesque endroit permettait aux différentes races de faire la fête, la jeune femme savait où les meilleurs mets étaient conservés ; car après tout, l'Elysium restait avant toute chose, le quartier-général des vampires. L'attention toujours accordées aux livres se trouvant sur l'étagère, Eleanor entendit quand même la porte de la bibliothèque s'ouvrir : un léger brouhaha s'étant élevé avant que celle-ci ne daigne être refermée. Quelqu'un était entré, mais qui ? Dans un premier temps, et ce sans prononcer ne serait-ce qu'un mot, la canaïte ignora la présence de l'intrus (à ses yeux et en cet instant, c'est ce qu'il représentait). Mais comment diable aurait-elle pu se terrer davantage dans son mutisme après avoir eu vent d'un parfum si exquis ? Les effluves d'un arôme qui malmenaient ses songes et instincts ; à la fois étrangers et pourtant reconnaissable entre mille. Un sentiment de déjà-vu mêlé à une tendresse inoubliée.

Après quelques minutes, l'ineffable inconnu s'approcha d'elle, rejoignant son flanc gauche ; un vampire, sans aucun doute. Et enfin, il s'adressa à elle de la façon la plus simple qui soit : une salutation courtoise et sans la moindre prétention. « Bonsoir. » lui rétorqua-t-elle tout en lui accordant une aimable révérence ; un vestige de ses anciennes habitudes anglaises. « M'aider ? Je ne crois pas, non. Sauf bien sûr si vous avez une lecture quelconque à me proposer. Je pense avoir déjà lu la plupart des ouvrages qui se trouvent sur ces étagères. Quelque chose de nouveau ne me ferait pas de mal. » De biais, Eleanor jeta un bref coup d'œil à son mystérieux locuteur et c'est sans attendre qu'elle le reconnu. Elle ne rêvait pas, il se trouvait bel et bien près d'elle. En à peine une fraction de seconde, ses songes furent accablés par une ribambelle d'images plus anciennes les unes que les autres. Des souvenirs du temps où la sotte se baladait encore pieds nus dans les ruelles crasseuses de Lewes, dans le Sussex. Un homme, cet homme qui, malgré les aléas de sa nature - à l'époque méconnue - tentait d'en prendre soin. Contrairement à la dame, il n'avait pas pris l'ombre d'une ride. Yuri s'était comporté avec elle comme un frère bienveillant et protecteur ; et pour lui, elle avait éprouvé un amour inavouable, celui que seule une enfant pouvait faire naître, puis faner. Ce sourire, cet altruisme... grand Dieu comment le monde pouvait-il être si petit ? « Monsieur Stakavold... » Bien évidemment, elle ne savait que dire de plus. Eleanor qui d'habitude n'avait aucun souci pour converser avec autrui se retrouvait tout bonnement prise au dépourvu, bouche-bée. Sans doute aurait-elle pris soin de l'enlacer si toutes ces années ne s'étaient pas écoulées depuis leur dernière rencontre, si les choses avaient été différentes pour l'un comme pour l'autre. Autour de son cou pendait le collier qu'il lui avait offert avant de disparaître de son quotidien. Un présent que seul son époux avait réussit à lui faire ôter ; probablement par jalousie.

Pour l'heure, la canaïte faisait face à ce pilier de son enfance, incapable de tout.

©️ Eden Memories

_________________
Nous avions l'éternité devant-nous

  Ta pure et touchante beauté
  Dans les cieux même t'a suivie ;
  Tes yeux, où s'éteignait la vie,
  Rayonnent d'immortalité !

  Du zéphyr l'amoureuse haleine
  Soulève encor tes longs cheveux ;
  Sur ton sein leurs flots onduleux
  Retombent en tresses d'ébène.

Alphonse Lamartine
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3269-eleanor-r-de-beauchamp-douce-brulure http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3273-eleanor-r-de-beauchamp-abandonnee-de-son-sire http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
Prince guerrier à l'âme damnée

→ ORDRE CLANIQUE : L'Essaim, lignée des Cauchemars descendant de Marnée
→ NUISANCE DEPUIS : 993 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Maitre Vampire, Cauchemar, niveau 4 ; télépathie ; capable de tenir une conversation rien qu'avec ses expressions faciales sans un mot; appel primal: loups, maniement épée et arc
→ ERRANCE : Le musée, l'Elysium, en ville, à son loft
→ TROMPE L'ENNUI : Gardien de Nuit, Prince
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : froid, neutre, stratège, fidèle, respectueux, discret, capable de sadisme au besoin, étrangement passionné par certaines choses/ personnes, intelligent, observateur, rancunier, charmeur, naïf quand cela touche les sentiments. .


→ AVATAR : Tyler Hoechlin
→ CREDITS : Faith & Tumblr
→ MENSONGES : 3281

†


MessageSujet: Re: Senteur du passé [Eleanor de Beauchamp]   Lun 20 Aoû 2018 - 14:48

Senteur du passé
@Eleanor de Beauchamp & @Yuri Stakavold


La mémoire vampirique est prodigieuse. Nous n’oublions presque rien. Nous enterrons nos souvenirs quelque part. Puis un son, une odeur, une image ravive à notre esprit un élément du passé. Sans aucune mal, en cet instant, cette senteur me ramène dans l’Angleterre moyenâgeuse, celle des villes salles et bruyantes où se côtoyer à peine riches et pauvres. Mais ce n’est pas le souvenir de la mission que j’y ai rempli qui me revient. Bien que je n’aurais pas à fournir beaucoup d’effort pour me le rappeler. De mémoire, je suis resté quelques années avant que les Cauchemars ne m’assignent une autre mission dans une autre contrée européenne. Ce fût suffisant pour croiser de nuit une petite fille, qui m’a marqué. Un être, qui a ramené une part d’humanité en mon âme damnée. C’était bien avant que je ne devienne si froid et neutre, avant que je ne maîtrise l’art de me fermer à tout. Je devais avoir un peu plus d’un siècle, peut-être moins à l’époque.

Mon salut ne reste point longtemps sans réponse. J’observe le pendentif, le même que celui que j’avais offert à la fillette que je protégeais. J’avais repris à l’époque mon rôle de frère aîné avec toi. Si tu es bien elle… Je me rappelle avoir gâtée, nourrir, donner un bain voir même coiffer l’adorable petit monstre, qui n’avait aucune peur de ma personne. Cela semble si lointain dans le passé, et en même temps si proche tellement les souvenirs me sont aisés à retrouver, complet et clair à l’esprit. J’ai un sourire poli à ta remarque. « Je ne connais pas la bibliothèque suffisamment pour vous conseiller dans vos lectures. », je réponds poliment. Peut-être quand j’en aurais lu une partie, aurais-je une idée du genre de vieux bouquins, que l’on trouve en ces lieux. Mais pour le moment, je me contente de découvrir cet Elysium et cet Essaim, pour m’y adapter au mieux. Et nous nous observons un moment en silence, analysant l’autre. Si tu es cette enfant, te souviens-tu de moi ?

Et de toute évidence, la réponse est oui. Je cligne des yeux deux fois. « Yuri. », je corrige par automatisme. « Je n’ai jamais apprécié l’extrême politesse. Puis autrefois, tu utilisais mon prénom. » Je suis assez étonné que tu te souviennes de mon nom de famille. Je fais un pas de côté, penchant légèrement la tête tout en t’observant. Tu es devenu une belle femme, charmante et parfaite. Certes tu es figée, mais qui suis-je pour juger ceux devenu Canaïte ? « Je suis étonné, que tu te souviennes de moi. Et que tu possèdes toujours le pendentif. », j’ajoute avec un vague geste de la main pour désigner le bijou à ton cou. « Quel étrange choix du destin que de se recroiser des siècles plus tard sur le nouveau continent. » Car après tout, j’ai beaucoup voyagé. Nous aurions pu nous rencontrer en bien de contrées européennes. « C’est un réel plaisir de te revoir. », j’ajoute avec un autre salut de la tête. Je ne suis pas sentimentale. Et j’ignore quoi ajouté de plus face à ton mutisme du moment.
©️ Eden Memories

_________________
Âme damnée
"Le monde est plein de vampires. Celui qui mord a été mordu un jour. Celui qui abuse a souffert d'abus. Celui frappe a été frappé. Celui qui abuse a été abusé. Le bien et le mal ne surgissent pas du néant, quelqu'un les a fait entrer dans notre tête à coups de marteau. En naissant, nous étions des pierres attendant que la vie nous taille.  " de Lucia Etxebarria.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2976-prince-de-l-essaim-yuri-terminee-mise-a-jour http://dmthbegins.forumactif.org/t1312-l-inventaire-du-maitre-de-la-ville-yuri-stakavold http://dmthbegins.forumactif.org/t1038-relation-de-yuri http://dmthbegins.forumactif.org/t1051-le-carnet-de-yuri#21294 http://dmthbegins.forumactif.org/f143-loft-des-stakavold
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Senteur du passé [Eleanor de Beauchamp]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Senteur du passé [Eleanor de Beauchamp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Quelques interventions de Nickie dans un passé ...recent.
» Il est de retour ... Mais que s'est il passé depuis 3ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Flashback-