AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:
Inscrivez-vous à l' event Halloween ! :dieu:

Partagez | .
 

 Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Simple membre de l'Essaim - Caste des Moissonneurs
→ NUISANCE DEPUIS : Elle donne l'air d'avoir à peine 25 ans mais à déjà 120 ans au compteur.
→ SOUS L'EMPRISE DE : Nécromancie - Voie des Ossements - Niveau II
→ ERRANCE : Un cuillière de sang dans la bouche - Au QG de la Mani Rosse
→ TROMPE L'ENNUI : Sommelière vampirique - Elle déniche les meilleurs crus pour les vampires fortunés. Elle s'occupe en partie de la chaine de distribution de sang pour les Carleone ainsi que des relations clients
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Intelligente - Manipulatrice - Mélange parfait de douceur et de cruauté, de délicatesse et de bestialité - Rêveuse - Constamment insatisfaite - Parfois impassible - Parfois incohérente - Gracieuse - Joueuse, elle adore les énigmes et les charades - Colérique - Capricieuse - Fragile mentalement - Folle - Mélange du Chapelier Fou, de Lol. V Stein et d’Edward Nygma.
Poupée de porcelaine démoniaque

→ AVATAR : Bella Heathcote
→ CREDITS : honey.moon
→ MENSONGES : 486

†


MessageSujet: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Lun 6 Aoû 2018 - 18:34

Hymne à la Nuit 2
@Mickael Redstone & @Amalia von Württemberg

Les mois d’hivers se sont écoulés sans qu’elle ne les voit. Son emploi du temps a été plus que chargé, mais elle n’a pas pour autant oublié le médium qu’elle a rencontré en février. Au départ, elle lui avait dit qu’elle le recontacterait la semaine suivante, mais la Saint-Valentin et les complications avec Arun l’avaient empêché d’honorer ce rendez-vous. Son cœur s’était mis à battre différemment ce soir-là et elle en avait été grandement troublée. Elle s’était terrée un moment, se perdant pendant des heures et des jours dans ses pensées, dans ses sentiments, dans ce labyrinthe complexe qu’est son esprit. Auparavant, elle connaissait la carte par coeur : à droit, à droite, à gauche, à droite. Depuis cette nuit, elle a changé, si bien que la poupée a mis un long moment à en dresser une nouvelle. Lorsqu’elle est sortie de son hibernation forcée, au printemps, elle est allée découvrir, de son plein gré cette fois, ce que c’est que de presser son corps contre celui d’un autre. Si l’affaire venait à s’ébruiter, on lui dirait qu’elle aurait pu choisir quelqu’un de mieux qu’Alessandro Llywlyn, l’ancien Prince de la ville. Ils auraient bien raison. Le personnage n’a pas la meilleure des réputations, mais il est le seul vampire qu’elle connaisse qui soit porté sur ce genre de … chose. Les vampires ne ressentent les envies de presser leur chair contre celle d’un autre être ni de partager des fluides, qu’ils n’ont plus d’ailleurs.

La semaine où ils devaient se retrouver, elle l’avait appelé et était tombée sur sa messagerie. Elle lui avait laissé un message qui disait : « Bonsoir, c’est Amalia. Nous nous sommes rencontrés la semaine dernière sur le campus de l’université. Je vous avais dit que j’organiserai une lecture de Novalis cette semaine, mais je vais devoir l’annuler. Des choses se sont produites en début de semaine… Des affaires de vampires. Je ne serais pas disponible pendant les semaines qui arrivent, mais je vous promets que j’organiserai cette lecture. Elle sera parfaite. Bonne soirée Mickeal.» Et comme la Duchesse l’a annoncé, elle ne l’a pas recontacté jusqu’au printemps. Au printemps, après avoir recouvrait un peu de ses esprits, elle l’avait de nouveau appelait. Cette fois, il avait décroché et elle avait réitéré son intention de le revoir dans un lieu approprié pour la lecture. Le printemps avait de nouveau couru plus vite que ce qu’elle aurait pensé. Entre Alessandro, les jalousies de son marqué et l’adoption d’une Infante par Lucian, et donc sa propre jalousie, Amalia était déboussolée et elle avait peur de mal réagir face au médium. De colère, elle aurait pu le décapiter. Car c’est ainsi que la femme enfant régi quand elle est offensée, meurtri. Ses ongles peints s’enfoncent dans sa chair jusqu’à ce que le sang perle et tache le tapis persan. Ses grands yeux de poupée se colorent de rouge, laissent échapper une rivière pourpre qui souille ses joues de porcelaine. Sa petite bouche se crispe comme un petit bouton de rose et puis la tempête. Les meubles qui explosent, les objets qui volent dans la pièce, les teintures et les oreilles remplies de plume d’oie qui sont déchirées. Et si par mégarde un être non surnaturel ou trop faible, non aimé se trouve dans la pièce, il voit ses os brisés, son torse déchiré, lacéré, éviscéré. Lorsqu’elle n’était qu’une nouveau-née vampirique, la colère d’Amalia était encore plus dévastatrice. Lucian et Pia les avaient couverts, et puis dans cette Sicile de la mafia, les Corleone étaient des rois. Si quelqu’un disparait, on sait qui il faut accuser et personne ne va chercher plus loin.

Lorsqu’elle s’était sentie mieux, elle avait dû faire face à la folie du monde… Cette fameuse nuit où elle avait souffert le martyre. Ensorcelée par un foutu grimoire lui donnant des visions accompagnées de maux de tête, mordue par un lycan, noyée dans les égouts, désarticulée comme une vulgaire poupée de chiffon… Ces souvenirs lui tirent toujours une grimace… Elle les chasse le plus rapidement possible, préférant se concentrer sur des choses heureuses, non complexes. En cette semaine d’août, elle se sent mieux, elle a envie de voir du monde, de rire et de passer du bon temps. Moins en colère, moins étourdie par les événements passés, elle a donc appelé le médium pour lui donner rendez-vous. Il avait décroché. Anxieuse, timidement, elle avait bredouillé quelques excuses et lui avait donné rendez-vous et il avait accepté. Elle n’avait pas caché sa joie. Elle lui a dit qu’elle enverrait quelqu’un le chercher une heure après le coucher du soleil soit vers 20h30, car le lieu se trouve en dehors de la ville, perdu à la campagne et qu’il n’y a pas de transport en commun pour s’y rendre. Après avoir raccroché, elle a appelé d’autres personnes, des larbins, des gens qui servaient la famille, des cuisiniers et du personnel de maison. Elle n’avait pas lésiné sur les dépenses. Après tout, elle connaissait encore le code de la carte de crédit de Lucian… Un prix bien ridicule par rapport au trou qu’il avait fait dans son coeur…

La vieille bâtisse date d’avant la Guerre d’Indépendance : un sublime monument construit avec le goût anglais de l’époque, mais avec les matériaux des environs, une petite merveille coloniale. La superficie autour du domaine est encore plus impressionnante, des dizaines d’hectares aménagés à la fin du XIXe siècle en quatre jardins distincts, tous dans un style anglais, soit une nature qui se veut sauvage, mais que les jardiniers viennent entretenir tous les jours. La propriété appartient à la même famille depuis sa construction : des anciens Lords anglais qui sont venus chercher la richesse en Louisiane, malgré qu’elle soit une possession française. Aller savoir ce qui les a conduits ici plutôt qu’ailleurs. Ils ont perdu leurs titres de noblesse en préférant devenir Américain après la Déclaration d’Indépendance, mais avaient gardé des liens étroits avec leurs cousins rosbifs, si bien que l’été les propriétaires actuelles se retirent dans leur bâtisse du Yorkshire ou d’ailleurs pour échapper à la chaleur moite et aux flots de touristes de la région. La maison peut être louée sur recommandation et moyennant une jolie petite bourse d’or (façon de parler). Amalia qui les connait maintenant depuis plus deux ans, aime venir de temps en temps profiter de cet écrin afin d’échapper à la monotonie de la ville.
 
Elle se place de sorte à pouvoir embrasser d’un seul coup d’œil tout le jardin ; elle l’observe toutes les couleurs et les nuances dont il se part en été. Ce petit jardin à l’anglaise était une vraie beauté, un petit paradis radieux qui était connu de peu. Même s’il fait nuit, les fleurs embrasent et enluminent le regard. Elle est à peine arrivée et n’a pas encore eu le temps de faire le tour du propriétaire pour voir si tout a été préparé comme elle le désire. Déjà, on sonne à la porte. Elle entend son marqué aller ouvrir la porte pour accueillir le professeur. Malgré sa jalousie, le russe fait preuve de courtoisie. Il est le majordome parfait. «  Entrez, Monsieur Redstone. Son Altesse Royale la duchesse de Wurtemberg vous attend sur la terrasse d’été. Je vais vous y conduire. » Les lèvres peintes de rose de la poupée s’étirent en un sourire. Après quelques longues secondes, il se tient devant elle. Amalia s’avance, une légère brise joue dans sa robe taille haute et jupe corolle d’un style année 60 couleur lavande, et rafraichit l’air ambiant. « Bonsoir Mickeal. Merci d’avoir accepté mon invitation après tout ce temps ! J’espère que la route n’a pas été trop fatigante. »

©️ DMTH begins


_________________
Creepy China Doll
Troublé de la voir assise si calme, de l’autre côté de la pièce illuminée, je posais le livre pour la regarder. Alors elle bougeait, comme une poupée s’éveillant à la vie, et disait de sa voix la plus douce que je devais lire encore un peu. - Anne Rice
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2662-amalia-von-wurttemberg http://dmthbegins.forumactif.org/t2846-inventaire-amalia http://dmthbegins.forumactif.org/t2697-amalia-creepy-china-doll http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
En ligne
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Apprenti Exorciste pour la Guilde,
→ NUISANCE DEPUIS : 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Son sens radar, une volonté morale de Fer
→ ERRANCE : L'université assurement
→ TROMPE L'ENNUI : Professeur de Langues
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Doux – Rieur – Sarcastique – Blagueur – Secret – Courageux, mais pas téméraire – Essaye de ne pas prendre grand chose au sérieux – Déteste sa cécité, il fait en sorte de toujours la tourner en dérision – Physiquement bien faible, moralement à tout épreuve – Nerveux.


→ AVATAR : Julian Morris
→ CREDITS : Thinkky
→ MENSONGES : 518

†


MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Sam 11 Aoû 2018 - 13:57

La manière dont ils se sont séparés la dernière fois l'a laissé perplexe et il a attendu patiemment l'appel de la Vampire, appel qui est venu sous forme de message vocal pour une annulation. Il a encore moins comprit ce qu'il se passait mais Mike est quelqu'un de compréhensif envers autrui et jamais il ne pose de questions embarrassantes. Ce n'est pas dans sa nature et il part du principe que si on ne lui en parle pas, il n'a pas à demandé. Il s'est inquiété cependant, bien sûr, sans nouvelle de la jeune femme pendant des semaines, quelques mois, difficile de ne pas se demander si elle est encore dans le coin. Mais il s'est toujours rassuré en se disant qu'étant vampire, Amalia avait une perception du temps qui passe bien différente de la sienne. Avec sa vie à rallonge d'être de la nuit, il ne peux même pas imaginé à quoi ses semaines à elles ressemblent en terme de durée. Il c'est longtemps demandé si c'est à lui de reprendre contact ou non... Et le temps à passé et enfin, son téléphone a sonné. La voix sucrée d'Amalia avait charmé ses oreilles une nouvelle fois, comme au début, bien que ce n'est pas aussi assurée que la première fois, comme si elle avait peur de ne pas être pardonné. Mais non, de l'autre côté de l'appareil, Mike sourit, il est heureux de pouvoir partager une nouvelle soirée en sa compagnie. Elle à l'air d'être un puits de connaissance et c'est toujours agréable ce genre de conversation.

La demande d'être devant chez lui une heure après le couché du soleil ne l'a pas surprit, au contraire mais le fait qu'un chauffeur le récupère l'a laissé perplexe. Mais il s’exécute pourtant sans posé de question. Mickael Redstone est quelqu'un de naïf et confiant, il croit que la nature de chacun est fondamentalement bonne. Un jour, ca lui jouera des tours. Mais pas ce soir, ce soir il monte dans le véhicule et se laisse guidé sur une durée qu'il a du mal a évalué et parfois, pendant le trajet, il se demande si il n'a pas fait une bêtise en montant... Mais quand l'idée lui passe par la tête une troisième fois, le véhicule s'arrête. Il en descend et suit son guide à l'aura humaine typé de l'emprise vampirique. Où est ce qu'il est ?

On ouvre la porte et il se retrouve seul face à ce qui semble être une armoire à glace. Une armoire qui le salut d'une façon étrangement polie et le titre qu'il donne à Amalia l’étonne franchement. Qu'est ce qu'il a raté ? Il reconnaît cependant la voix du russe qui était venu au café pendant leur première rencontre. Hum … Au moins quelque chose de familier. Il suit le marqué, son regard vide planté dans il ne sait quoi. Ses yeux ne peuvent pas embrasser la beauté historique des lieux, lui n'a le droit qu'à l'odeur de bois vieilli caractéristique.

Jusqu'à ce qu'il arrive sur la fameuse terrasse. Les odeurs présentent étaient exquises. Doucement transportées par la la brise nocturne. Des parfum floral doux et sucrée ou au contraire plein de caractère. C'était entêtant et délicieusement magique.

Il affiche un sourire ravi alors qu'il entend et perçoit Amalia.

-Bonsoir Amalia, non, la route a été calme. Mais je ne peux pas m'empêcher de me demander où nous sommes. Est ce que ca restera un mystère ou allez vous m'éclaircir ? Oh, et comment allez vous ? Depuis le temps ….

Ce n'est pas un reproche ni rien, loin de là cette pensé, il s'est juste inquiété finalement.

_________________
Medium cherche
esprit frappeur
pour coup de pieds occulte
Mickael
aurait bien aimé mettre une belle
citation bien pensée sur la cécité
ou le mediumisme mais ça le saoul
de chercher, alors il a choisi de
mettre quelque chose qui lui
correspond vraiment : une connerie.
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2293-you-can-call-me-batman-o http://dmthbegins.forumactif.org/t2334-ou-est-ce-sac-encore#52087 http://dmthbegins.forumactif.org/t2325-les-liens-sont-invisibles-surtout-pour-lui http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Simple membre de l'Essaim - Caste des Moissonneurs
→ NUISANCE DEPUIS : Elle donne l'air d'avoir à peine 25 ans mais à déjà 120 ans au compteur.
→ SOUS L'EMPRISE DE : Nécromancie - Voie des Ossements - Niveau II
→ ERRANCE : Un cuillière de sang dans la bouche - Au QG de la Mani Rosse
→ TROMPE L'ENNUI : Sommelière vampirique - Elle déniche les meilleurs crus pour les vampires fortunés. Elle s'occupe en partie de la chaine de distribution de sang pour les Carleone ainsi que des relations clients
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Intelligente - Manipulatrice - Mélange parfait de douceur et de cruauté, de délicatesse et de bestialité - Rêveuse - Constamment insatisfaite - Parfois impassible - Parfois incohérente - Gracieuse - Joueuse, elle adore les énigmes et les charades - Colérique - Capricieuse - Fragile mentalement - Folle - Mélange du Chapelier Fou, de Lol. V Stein et d’Edward Nygma.
Poupée de porcelaine démoniaque

→ AVATAR : Bella Heathcote
→ CREDITS : honey.moon
→ MENSONGES : 486

†


MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Sam 25 Aoû 2018 - 14:08

Hymne à la Nuit 2
@Mickael Redstone & @Amalia von Württemberg

Le médium s’avance vers elle. Il sourit doucement et elle est contaminée par son expression rayonnante. La vampire écoute attentivement sa réponse puis réagit après avoir laissé échapper un petit rire éclatant : « Cet endroit n’est pas un mystère, mais peu de personnes y ont accès. Il faut avoir un laissez-passer, dirons-nous… » explique-t-elle sur un ton volontairement énigmatique. Puis elle poursuit en utilisant le ton de la confidence afin de poursuivre son petit jeu : « Mais vous avez bien sûr le droit de savoir où nous sommes. C’est un endroit privilégié, mais pas un secret. Nous sommes dans une vieille demeure de l’époque coloniale. Une grande maison bâtit par des anciens nobles anglais, qui ont pris la nationalité américaine lors de l’indépendance, mais qui se considère toujours comme la faisait partie de la gentry. Les propriétaires voyagent beaucoup, ce qui veut dire qu’on peut parfois leur louer les lieux pour quelques nuits ou des grands événements. » Elle marque une petite pause et jette un coup d’œil autour d’elle. Durant les décennies qui ont précédé son arrivée en Louisiane, Amalia a vécu dans des demeures somptueuses. Avant même sa transformation, elle avait séjourné dans des anciens châteaux datant du moyen-âge, mais réhabilité dans le confort de l’époque, des résidences particulières dans les centres des grandes villes, des villas modernes pieds dans l’eau, mais ici, dans cette vieille demeure coloniale il y avait quelque chose de magique. L’histoire était certes très triste, les propriétaires terriens du sud étaient d’affreux esclavagistes prônant la supériorité de la race blanche… Les événements du siècle passé, surtout ceux qui étaient advenus dans son pays d’origine, avaient totalement bouleversé son existence. Même si elle était déjà vampire lors de la Seconde Guerre mondiale, elle avait suivi les événements de loin et elle avait répugné plus que tout ces idéologies de supériorité de race. Tout en ayant connaissances des faits de l’ancien temps, lorsqu’elle pose ses yeux sur les magnifiques boiseries, ce fabuleux jardin d’été elle à l’impression de sentir son cœur se remplir de beauté. Elle reprend : « C’est ici que je voulais déjà vous emmener cet hiver. Il y a quatre jardins pensés pour être sublimés par chacune des saisons. Celui d’hiver compte une verrière entourée d’arbres et d’arbustes à feuillages persistants. La verrière permet d’avoir un peu de couleur malgré les journées ternes de l’hiver. Celui que nous avons non loin est le jardin d’été. Toutes les espèces d’arbres et de plantes ont été choisies parce qu’ils fleurissent pendant cette période estivale. »

Elle élude volontairement la question sur son bien-être. Est-ce qu’elle va bien ? Elle ne le sait pas elle-même à vrai dire. Ces derniers mois ont été éprouvants pour la jeune vampire : amour non désiré, sexualité, trahison, événements fous… Sans compter qu’elle a vu deux fois la mort de prés depuis qu’elle est devenue une créature de la nuit. La première fois quand elle a cru devoir mourir de la main d’Arun pour qu’il se libère d’un sortilège, la seconde fois quand elle a été martyrisée par des sorciers et Convoitise. D’un pas lent, la poupée se dirige vers la rambarde de la terrasse qui surplombe le jardin d’été. Elle s’y accoude et laisse son regard s’égarer sur le paysage. « J’ai demandé à ce qu’on nous prépare un petit endroit dans le jardin pour notre lecture. En attendant qu’il soit près, est-ce que je peux vous servir un rafraîchissement, un cocktail, du vin, ou quelque chose de plus fort, comme un whisky ? » questionne-t-elle en se retournant et en revenant vers lui. Il y a un petit salon non loin, mais elle ne sait si elle doit lui indiquer sa localisation ou si elle doit elle-même l’y conduire en lui prenant le bras. Peut-être que si elle s’y dirige et s’assoit viendra-t-il de lui-même en suivant son aura. Elle se souvient avec un petit sourire qu’il avait eu un peu de peine dans le café lorsqu’il s’était assis sur le canapé allant jusqu’à demander à son ami Léo de lui indiqué à combien de degrés il devait incliner ses genoux pour pouvoir s’assoir sans se ridiculiser. Ce souvenir lui fait prendre une décision. Elle pose délicatement sa main sur son avant-bras puis la remonte lentement afin d’accrocher son bras avec le sien afin de ne pas trop le brusquer. « Venez, il y a un petit salon par là, je vais vous y guider. Les sièges sont assez haut, vous n’aurez pas à beaucoup plier les genoux pour vous assoir sans vous ridiculiser. » Dit-elle, taquine, mais derrière cette phrase mutine, elle cache un certain malaise. Il n’y a pas si longtemps, ce geste n’avait rien éveillé en elle. Ce contact aurait été assimilé à ceux qu’elle a avec ses parents vampiriques, un geste anodin. Depuis la dernière fois qu’ils se sont vus, Amalia a expérimenté bien des choses avec Aless, et elle se demande si ce geste n’est donc pas déplacé. Faire sourire ainsi ses doigts sur la peau d’un homme, n’est-ce pas donner un signal ? Elle fait comme si de rien n’était. Elle verra bien comment réagit Mickeal. Peut-être fait-elle tout un fromage d’une action bien banale pour le médium.  

©️ DMTH begins


_________________
Creepy China Doll
Troublé de la voir assise si calme, de l’autre côté de la pièce illuminée, je posais le livre pour la regarder. Alors elle bougeait, comme une poupée s’éveillant à la vie, et disait de sa voix la plus douce que je devais lire encore un peu. - Anne Rice
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2662-amalia-von-wurttemberg http://dmthbegins.forumactif.org/t2846-inventaire-amalia http://dmthbegins.forumactif.org/t2697-amalia-creepy-china-doll http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
En ligne
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Apprenti Exorciste pour la Guilde,
→ NUISANCE DEPUIS : 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Son sens radar, une volonté morale de Fer
→ ERRANCE : L'université assurement
→ TROMPE L'ENNUI : Professeur de Langues
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Doux – Rieur – Sarcastique – Blagueur – Secret – Courageux, mais pas téméraire – Essaye de ne pas prendre grand chose au sérieux – Déteste sa cécité, il fait en sorte de toujours la tourner en dérision – Physiquement bien faible, moralement à tout épreuve – Nerveux.


→ AVATAR : Julian Morris
→ CREDITS : Thinkky
→ MENSONGES : 518

†


MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Dim 16 Sep 2018 - 14:59

Il attend patiemment sa réponse et le petit rire cristallin qu'il entend fait tinter à ses tympans le son d'une douce clochette. Son sourire d’élargie encore un petit peu. Peut-être qu'elle va bien finalement. Les Vampires ont sûrement une « vie » bien remplie. Il est loin de pouvoir comprendre ça, que ce soit une histoire d’éternité ou non. Lui souhaite mourir un jour où l'autre et rien ne l'empêchera de le faire. Il est aveugle, son frère se transforme en alligator et son meilleur ami qui rêve de torture tout les soirs. Tous mortel. Et lui, il veut profiter, mais pour profiter il faut qu'il y ai une fin. Alors il restera humain coûte que coûte pour qu'un jour, une fin arrive.

Il écoute attentivement la demoiselle au titre précédemment si pompeux. Est ce qu'elle venait d'une grande lignée étrangère ? Il lui posera peut-être la question plus tard, si la situation lui permet, il ne veux pas forcer la conversation. Il écoute alors et sent une fascination toute particulière remplir son cœur et son âme. Il a l'impression d'avoir le droit de toucher une toile au musée, de passer ses mains sur le visage d'une statue de marbre interdite d'accès en général. Mike ne voit pas les couleurs, il ne voit pas les formes. Mais il sent les odeurs, il entend les bruissements et ceux-ci, eux tous, ont quelques chose à raconter. Il y a une mélodie dans chaque souffle d'air et un parfum particulier, aussi léger que doux, dans chaque effluves. C'est merveilleux. Une curiosité insatiable le prend. Que sente donc les autres jardins ? Est ce que la douceur de la nuit, son odeur exacerbe celles des plantes alentour où est ce l'inverse ? Est ce que le soleil réveille tout ? Est ce qu'Amalia, en sa qualité de vampire, peut vivre ça ? Tellement de fascination, tellement de questions...

Mais elle continu et lui propose un verre, comme si c'était là la suite logique de leur discussion. Pourtant, Mike n'oublie pas la partie la plus importante de sa dernière prise de parole : « comment allez vous ? ». Empathique comme il est, loin d'être raciste, savoir comment vont les gens qu'il côtoie le rassure et il déteste que cette question reste en suspend. Est ce qu'elle ne va pas bien ? Il fronce les sourcils sans répondre à la question de la demoiselle à crocs. Pas pour l'instant. Mais elle continu de mener la danse en le prenant par le bras. Il retient un frisson, il n'était pas prêt à sentir le contact froid de la main gracile sur sa peau. Pourtant s'est léger, aérien, mais c'est présent et il n'a pas l'habitude. Loin de là. Il se laisse guider et se sent rougir quand elle lui rappelle l'épisode au café avec Léo. Une honte chaude vient lui brûler l'estomac.

-Le simple fait que vous le mentionnez me ridiculise.

Un sourire vient de nouveau éclairer son visage. Autant rire de cette déficience, il a passé sa vie ainsi, il n'allait pas arrêter comme ça. Il fini par apprécier ce contact, ou juste s'y habituer, il ne sait pas trop. Il a l'habitude de la peau chaude … Quoi qu'il connaît le sang froid de l'alligator aussi … Enfin « connaître » est un bien grand mot, Abe ne le laisse en général pas s'approcher.

-Un whisky irait très bien, j'ai confiance en votre goût pour la qualité quand je sens ce qu'il se passe par ici.


Il lui sourit directement en s'installant sur le siège effectivement assez haut, il en profite pour lâcher le bras d'Amalia en la remerciant d'un signe de tête. Est ce qu'elle s'installera en face ? Ou alors à côté ?

-Mais tout de même, vous n'avez pas répondu à ma question.

Il laisse un silence planer entre eux :

-Comment allez vous Amalia ?

Oui, il y tient et non, il ne la laissera pas filer comme ça. Il saura à un moment donné. Mais il espère tout de même que son sourire doux et concerné sera assez engageant pour lui délier la langue.

_________________
Medium cherche
esprit frappeur
pour coup de pieds occulte
Mickael
aurait bien aimé mettre une belle
citation bien pensée sur la cécité
ou le mediumisme mais ça le saoul
de chercher, alors il a choisi de
mettre quelque chose qui lui
correspond vraiment : une connerie.
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2293-you-can-call-me-batman-o http://dmthbegins.forumactif.org/t2334-ou-est-ce-sac-encore#52087 http://dmthbegins.forumactif.org/t2325-les-liens-sont-invisibles-surtout-pour-lui http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Simple membre de l'Essaim - Caste des Moissonneurs
→ NUISANCE DEPUIS : Elle donne l'air d'avoir à peine 25 ans mais à déjà 120 ans au compteur.
→ SOUS L'EMPRISE DE : Nécromancie - Voie des Ossements - Niveau II
→ ERRANCE : Un cuillière de sang dans la bouche - Au QG de la Mani Rosse
→ TROMPE L'ENNUI : Sommelière vampirique - Elle déniche les meilleurs crus pour les vampires fortunés. Elle s'occupe en partie de la chaine de distribution de sang pour les Carleone ainsi que des relations clients
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Intelligente - Manipulatrice - Mélange parfait de douceur et de cruauté, de délicatesse et de bestialité - Rêveuse - Constamment insatisfaite - Parfois impassible - Parfois incohérente - Gracieuse - Joueuse, elle adore les énigmes et les charades - Colérique - Capricieuse - Fragile mentalement - Folle - Mélange du Chapelier Fou, de Lol. V Stein et d’Edward Nygma.
Poupée de porcelaine démoniaque

→ AVATAR : Bella Heathcote
→ CREDITS : honey.moon
→ MENSONGES : 486

†


MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Sam 29 Sep 2018 - 11:18

Hymne à la Nuit 2
@Mickael Redstone & @Amalia von Württemberg

Au moment de sa transformation, Amalia était très faible. Elle était déjà à deux pas de passé le voile. Elle avait cru un instant, en buvant le sang de Lucian qu’elle allait vraiment y rester, ne plus jamais revenir. Le liquide au goût ferrique — elle ne connaissait alors pas toutes les nuances qu’on peut trouver dans une simple goutte de sang — qui s’écoulait dans sa bouche était désagréable et son champ visuel s’était réduit à une simple lumière argentée ce qui était peut-être les fameuses portes du Paradis dont parlent certaine personne revenue à la vie. Elle n’eut pas le temps d’agoniser comme beaucoup. C’était le dernier souvenir qu’elle avait eu de sa vie humaine. Bien plus tard, sous sa nature vampirique, elle comprit que tout ce qu’elle regardait avec ces yeux de damné était d’une splendeur saisissante et que le commun des mortelles ne peut s’en rendre compte de leur vivant. Quand elle fut apte à sortir, après avoir eu sa première crise de folie, ses deux grandes billes de verre s’étaient posées sur les dalles d’une petite allée de pierres qu’elle trouvait banales auparavant, mais qui sous les reflets de la lune avaient pris une beauté peu commune. Elle y avait perçu la moindre aspérité, pouvant deviner les différents grains de matière qui composer la pierre. Leurs scintillements argentés, donnés par l’onde de l’astre de la nuit l’avaient fait se figer pendant de longues minutes. Elle n’avait repris conscience des choses que lorsque le son clair de la voix de sa mère vampirique l’avait interpellé. Vint ensuite un gros chêne, d’un vert plus profond que ce qu’elle avait jusqu’alors vu. Cette nuit-là elle écouta avec avidité les murmures de la nuit, le souffle du vent qui jouait dans les arbres, les petits animaux nocturnes qui grattent la terre… Toutes ces sonorités composaient une mélodie, une symphonie plus belle et plus mystérieuse que ce que peut produire même le plus doué des êtres humains. C’était comme écouté les confessions intimes d’un amant qui vous murmure qu’il vous aimera pour toujours. Alors, elle s’en était amourachée si férocement, que pendant plusieurs mois elle ne fit que cela de ses nuits après avoir joué avec Pia. C’était alors sa façon s’occuper. Rapidement, la beauté de ce Nouveau Monde devint quelques choses de presque classique, mais elle avait de nouveau été subjugué par le jardin de cette résidence. Elle avait retrouvé la stupéfaction des premiers jours en respirant à pleins poumons les dizaines et dizaines de senteurs différentes, s’amusant à toutes les nommer. Elle avait de nouveau eu l’impression de s’enticher d’un amant qui vous souffle les mots les plus doux. Et chaque saison, il renouvelait ses confidences et elles étaient différentes chaque année. Ici, elle retrouvait ses premiers émois de vampire… Tous ses premiers émois ?

La poupée est heureuse de pouvoir partager cet écrin avec le médium. Elle était tout aussi ravie de pouvoir lui lire du Novalis dans cet endroit, qui selon elle, traduisait parfaitement ce que l’allemand avait écrit dans son poème. Ses lèvres peintes d’un rouge à lèvres comparable à une rose du désert s’étirent doucement. Son ravissement est visible sur son petit visage poupin, même si le médium ne peut le percevoir. Face à la remarque de Mike sur le ridicule, elle remercie silencieusement Lilith et Caïn de sa non-capacité à rougir, à voir ses joues se teinter naturellement de rouge lorsqu’elle se sent gênée, même si ce dernier ne peut le voir.

Après qu’il ait pris place et qu’il lui ait indiqué ce qu’il souhaite boire, Amalia se dirige vers un petit bar d’appoint que les bourgeois aiment tant posséder sur leur terrasse d’été. C’est alors qu’il recommence à parler. Elle l’écoute tout en observant les trop nombreuses bouteilles de whisky présentes, se demandant ce qu’elle peut bien lui servir parmi tous ces breuvages, tous plus chers les uns que les autres. Déjà elle élimine Le Highland Park Old Single Malt de cinquante ans d’âge, car la bouteille, même si elle est jolie, est habillée de 5 kilos d’argent et qu’un simple contact précipiterait la bouteille sur le parquet… Il réitère sa question et elle reste silencieuse s’adonnant à sa tâche. Elle saisit doucement la bouteille de whisky, Macallan Fine and Rare datant de 1926. Le breuvage était presque aussi vieux qu’elle en âge vampirique puisqu’elle avait été transformée en 1927. On disait qu’il était très typé, avec un goût de réglisse. Elle le verse avec déférence dans un verre de forme tulipe à col resserré, en cristal. Les propriétaires des lieux étaient amateurs de bon whisky et ils laissaient bien volontiers leurs invités de marque se servir, sachant très bien que s’ils en abusaient, c’est qu’ils avaient les moyens de les rembourser. Aussi, en parfaits connaisseurs ils avaient rangé les traditionnels verres à whisky large et trapu pour ces petits verres permettant de mieux savourer le bouquet et la couleur du liquide doré. « Sec ou glaçon ? » Les glaçons ont tendance à écraser les arômes du whisky, mais en été on pouvait bien se permettre quelques folies.  

Elle revient vers lui et lui tend son verre : « Tenez ! Je vous conseille de le remuer un peu et de le sentir, vous verrez, son nez est particulièrement agréable. » La poupée s’assoit sur un des petits fauteuils en face de lui, une table basse les sépare et elle lui indique. Sait-on jamais, peut-être voudra-t-il reposer son verre entre deux gorgées. Amalia a conscience qu’elle n’a toujours pas répondu à sa question et elle se demande si elle doit le faire. Elle préférerait ne pas aborder le sujet, mais elle sent que le médium semble se demander ce qui se passe ou ce qui s’est passé dans sa vie ses derniers temps ; pourquoi elle a mis tant de temps à le rappeler... Aussi, préfère-t-elle finalement lui répondre, même en restant évasive. Elle ouvre la bouche, mais la referme instantanément ayant entendu son Russe pénétrer dans le salon adjacent. Il sort ensuite sur la terrasse, et se dirige vers elle : « Je me suis rendu compte que nous avions oublié à la cave celui que tu voulais pour l’apéro, ma princesse. » La poupée soupire, un peu de mauvaise humeur. Elle avait prévu plusieurs sangs différents, un pour chaque moment de la soirée : l’apéro, l’entrée, le dîner, le dessert ; tous en accord avec les mets que les cuisiniers avaient préparés pour le repas du médium. « Et ça qu’est-ce que c’est alors ? » Le russe sourit, content de lui : « Le mien. » Mike ne peut le voir, mais à cet instant, les grands yeux de poupée de la vampire pétillent et un petit sourire carnassier se dessine sur ses lèvres. Elle saisit le verre et le hume afin de découvrir ce qu’il peut bien avoir comme goût ce soir. « Tu as de quoi te soigner ? » Il hoche la tête. « Merci. Préviens-nous quand tout sera en place pour poursuivre la soirée. » De nouveau, il acquiesce d’un signe de tête puis se retire. Amalia reporte son attention sur Mike et le questionne alors sur son propre breuvage : « Alors, comment trouver vous ce whisky ? »
 

©️ DMTH begins


_________________
Creepy China Doll
Troublé de la voir assise si calme, de l’autre côté de la pièce illuminée, je posais le livre pour la regarder. Alors elle bougeait, comme une poupée s’éveillant à la vie, et disait de sa voix la plus douce que je devais lire encore un peu. - Anne Rice
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2662-amalia-von-wurttemberg http://dmthbegins.forumactif.org/t2846-inventaire-amalia http://dmthbegins.forumactif.org/t2697-amalia-creepy-china-doll http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
En ligne
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Apprenti Exorciste pour la Guilde,
→ NUISANCE DEPUIS : 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Son sens radar, une volonté morale de Fer
→ ERRANCE : L'université assurement
→ TROMPE L'ENNUI : Professeur de Langues
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Doux – Rieur – Sarcastique – Blagueur – Secret – Courageux, mais pas téméraire – Essaye de ne pas prendre grand chose au sérieux – Déteste sa cécité, il fait en sorte de toujours la tourner en dérision – Physiquement bien faible, moralement à tout épreuve – Nerveux.


→ AVATAR : Julian Morris
→ CREDITS : Thinkky
→ MENSONGES : 518

†


MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Dim 21 Oct 2018 - 23:22

Finalement, elle ne s'installe pas, ni en face, ni à côté. Pourtant, l'aveugle ne lâche pas cette aura carmin qui se balance devant lui mais elle s'éloigne. Il entend ses pas léger glisser dans l'air doux de la bâtisse, comme une brise, elle glisse dans le temps sans que celui-ci l'effleure. Le propre des vampires. Sa marche aérienne en est la simple représentation aux oreilles de Mike. Il ne peut pas se délecter d'une beauté sans âge, contempler des traits fins ou les éclats dans un regard. Il n'y a pas le droit. La voix elle, ne change que peu, elle n'est marqué par l'âge que quand celui-ci avance. Ma beauté, elle, évolue au travers des siècles. Jamais il ne pourra en profiter alors autant qu'il écoute la mélopée douce de ses pas. Il n'entend par contre que ça, pas de réponse à sa question. Pas d'information sur son bien-être. Il sait pourtant qu'elle l'a entendu, il n'y avait pas de bruits parasite, elle était à ses côtés. Elle a plutôt choisi de ne pas répondre. Le silence est évocateur, celui qui ressemble à un « ca va mieux mais il y a encore du travail ». Un non aurait été plutôt accompagné d'un refus ou d'une fuite plus direct, un oui aurait été exprimé. Il choisi donc de s'en accommodé, si elle a envie d'une oreille attentive, le faite qu'il ait doucement insisté prouve qu'il s’intéresse. Il ne fera rien de plus, ca risquerait de devenir embarrassant. Il se tait alors, laissant le bruit des bouteilles qui s’entrechoquent remplir le silence. Il hume l'air avec délice, ce parfum d'été passé est gargantuesque et enivrant.

Et elle revint pour lui tendre un verre. Il met quelque temps à trouver le verre, sa main gourde tâtonne dans le vide avant d'enfin réussir à s'en saisir. Le verre froid envahi sa paume et il suit instantanément les conseils de la vampire alors qu'elle s'assoie en face de lui. Il porte le verre près de son visage alors qu'une aura s'approche, celle de celui qui lui avait ouvert la porte un peu plus tôt dans la soirée.

Un échange se fait, bien que l’intérêt soit présent, il s'efface. La scène qui se déroule sous les yeux à l'air d'être d'un intimité hors norme. Rien ne doit brusquer cette complicité qui émane de ces quelques mots. Il se contente de tremper les lèvres dans le breuvage. Magnifique, fort et somptueux. Il n'en a encore jamais goûté d'aussi bon. Et il en goûtera sûrement jamais. Alors quand elle lui demande ce qu'il en pense, ses sourcils se soulèvent.

-Honnêtement, les mots feraient insulte à une telle délicatesse et à ce goût exquis. Je ne sais pas quoi dire pour décrire ce bonheur liquide. Qu'est ce que c'est exactement ? J'avoue qu'il éveille ma curiosité.


Cet échange aussi l'a laissé plein de question, mais n'es ce pas indiscret de demander ?

-Excusez ma curiosité et surtout, ne répondez pas si vous ne le souhaitez pas mais … Cet homme, qui est t'il exactement. Son aura ne semble pas tout à fait humaine … Il y a ces liserés carmins … Est il lié à vous ?

Amalia est la première vampire avec qui il a pu discuter, est ce mal de poser des questions ? Sûrement mais qui ne tente rien n'a rien.

_________________
Medium cherche
esprit frappeur
pour coup de pieds occulte
Mickael
aurait bien aimé mettre une belle
citation bien pensée sur la cécité
ou le mediumisme mais ça le saoul
de chercher, alors il a choisi de
mettre quelque chose qui lui
correspond vraiment : une connerie.
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2293-you-can-call-me-batman-o http://dmthbegins.forumactif.org/t2334-ou-est-ce-sac-encore#52087 http://dmthbegins.forumactif.org/t2325-les-liens-sont-invisibles-surtout-pour-lui http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Simple membre de l'Essaim - Caste des Moissonneurs
→ NUISANCE DEPUIS : Elle donne l'air d'avoir à peine 25 ans mais à déjà 120 ans au compteur.
→ SOUS L'EMPRISE DE : Nécromancie - Voie des Ossements - Niveau II
→ ERRANCE : Un cuillière de sang dans la bouche - Au QG de la Mani Rosse
→ TROMPE L'ENNUI : Sommelière vampirique - Elle déniche les meilleurs crus pour les vampires fortunés. Elle s'occupe en partie de la chaine de distribution de sang pour les Carleone ainsi que des relations clients
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Intelligente - Manipulatrice - Mélange parfait de douceur et de cruauté, de délicatesse et de bestialité - Rêveuse - Constamment insatisfaite - Parfois impassible - Parfois incohérente - Gracieuse - Joueuse, elle adore les énigmes et les charades - Colérique - Capricieuse - Fragile mentalement - Folle - Mélange du Chapelier Fou, de Lol. V Stein et d’Edward Nygma.
Poupée de porcelaine démoniaque

→ AVATAR : Bella Heathcote
→ CREDITS : honey.moon
→ MENSONGES : 486

†


MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   Dim 25 Nov 2018 - 14:49

Hymne à la Nuit 2
@Mickael Redstone & @Amalia von Württemberg

La poupée fait tourner son verre de cristal sur lui-même, nappant la matière dense rouge carmin. Beaucoup d’humains voire de médium auraient certainement été peu ragoutés par ce spectacle. Heureusement, le professeur d’université ne peut le voir. Qu’aurait-il pensé ? Après tout, Amalia n’a jamais caché au jeune homme qu’elle est une vampire et il l’a perçu grâce à son aura malgré ses yeux qui ne voit pas. Elle lui a aussi expliqué lors de la nuit de leur rencontre qu’elle ne pouvait pas manger les mêmes choses que les personnes vivantes. En tant que non-mort, son organisme ne supporte rien d’autre que du sang de vivant. Et si l’alcool pur, le café ou même une simple soupe pouvaient la rendre malade, le sang de mort pouvait même mettre fin à son non-vit d’être démoniaque.

Un sourire doux se forme sur ses lèvres lorsque le médium lui parle du verre de whisky qu’elle lui a offert. Elle lui répond : « Alors c’est un Macallan Fine and Rare de 1926. Il y a peu de bouteilles qui ont été vendues. Elle coute 75 000 dollars la bouteille. Elle  est plus vieille que moi en âge vampirique… Je vous avoue que je ne peux pas savoir exactement son gout, mais à l’odeur, elle a certainement un petit goût de réglisse. Non ? » Elle marque une petite pause. « Il y a aussi un Highlands Park Single Malt de 50 ans d’âge, mais je ne peux toucher la bouteille. Elle est habillée de 5 kilos d’argents… Par contre, si vous voulez en gouter, elle est là-bas sur le bar, je peux demander à ce qu’on vous la serve si vous le désirez. »

Le médium semble d’un coup un peu mal à l’aise. Qu’est-ce qu’il lui passe par la tête ? Amalia patiente, portant son propre verre à ses lèvres, sirotant une petite gorgée de son breuvage sanglant. Au bout de quelques longues secondes, il trouve le courage de faire part à la jeune vampire de ses interrogations. Elle aurait voulu qu’il puisse voir son sourire afin qu’il comprenne que sa question ne l’a dérangé pas, et elle le verbalise : « D’une certaine manière, vous êtes aussi un être de la nuit, et il vous faut certainement connaitre certaine petite chose pour évoluer dans ce monde complexe des créatures surnaturelles. » Elle boit une petite gorgée de sang avant de poursuivre, se délectant du goût particulièrement gouteux du russe. Après tout, c’est elle qui l’avait choisi. « Cet homme est mon Calice officiel. Si vous percevez un peu d’auras autres, c’est parce qu’il boit parfois lui aussi de mon sang : pour se guérir, pour avoir plus de force. Il est aussi mon garde du corps, mon majordome… » Elle pense fortement à rajouter : « mon amant », mais elle n’est pas totalement sûre de cette information. Elle est indécise sur ce sujet. C’est à cause ou grâce à lui qu’elle avait commencé une transformation ; cessez d’être une poupée pour devenir une femme, avec des désirs, des envies. « Il a de multiples casquettes, mais nous sommes liés… Pas encore pour l’éternité, mais il y’a quelque chose d'autre entre nous... » Elle marque une pause pour boire de nouveau dans son verre.

Et en parlant du Russe, elle entend qu’il revient. Elle jette un coup d’oeil dans sa direction alors qui sort sur la terrasse : « Le pique-nique est prêt ? » Il acquiesce silencieusement et le russe repart en coulisse. La poupée se lève alors et déclare  : « Comme je vous le disais, on nous a préparé un petit endroit dans le jardin pour la lecture. J’ai aussi demandé à ce qu’on vous prépare un pique-nique. Si ceux que j’ai demandé ne vous plaisent pas, n’hésitez pas à me le dire. Le cuisinier est là pour la soirée. » Elle s’avance vers lui et hésite un moment à lui reprendre elle bras comme précédemment. Ces réflexions envers son Calice, les sensations qu’elle a eues en le touchant tout à l’heure lui reviennent. Alors, cette fois, elle prend les devants et demande : « Vous voulez bien prendre mon bras. Nous avons un peu de marche… Le jardin est grand, parfois d’inspiration anglaise avec des allées tortueuses. Sinon, je serais là à vos côtés, ne vous en faites pas. »

©️ DMTH begins


_________________
Creepy China Doll
Troublé de la voir assise si calme, de l’autre côté de la pièce illuminée, je posais le livre pour la regarder. Alors elle bougeait, comme une poupée s’éveillant à la vie, et disait de sa voix la plus douce que je devais lire encore un peu. - Anne Rice
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2662-amalia-von-wurttemberg http://dmthbegins.forumactif.org/t2846-inventaire-amalia http://dmthbegins.forumactif.org/t2697-amalia-creepy-china-doll http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hymne à la Nuit - Épisode 2⎜Mickael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Yes we can ou l’hymne d’Obama
» [TERMINÉ ] Episode n°2 : Sur la promenade de Miami... [ A & P]
» Dans la nuit noire (Pollo)
» idées d' hymne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane et le reste du monde-