AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 so, we meet again ø silje

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Tisserande — Voie de l'esprit ; illusions, cartomancie; invocations daïmoniques
→ ERRANCE : Dans les clubs de Bâton Rouge et au Coven
→ TROMPE L'ENNUI : Héritière ; mannequin ; muse ; future PDG de la Mayfair corp
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Capricieuse ; Emportée ; Méfiante ; Manipulatrice ; Narcissique ; Inflexible ; Rancunière ; Curieuse ; Hédoniste ; Désarmante ; Sensuelle ; Bornée ; Indolente ; Sournoise ; Maligne ; Calculatrice et stratège ; Théâtrale ; Sans scrupules ; Tendances cleptomanes ; Sans limites ; Indépendante ; Insolente, refus d'autorité


→ AVATAR : Krysten Ritter
→ CREDITS : me ; weheartit
→ MENSONGES : 313

†


MessageSujet: so, we meet again ø silje   Dim 12 Aoû 2018 - 12:47



so, we meet again

« Ou vous avez un rival ou vous n'en n'avez pas. Si vous en avez un, il faut plaire pour lui être préféré (…). »





« I… don’t want to be late.
— You also want to have me right here, right now. I can see it, you know ? » Que l’être humain est faible, réduit à obéir à ses plus bas instincts. Primaires. Quoi qu’ils fassent, ils sont incapables de s’élever, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. C’est pourquoi il est si facile pour Isobel de charmer l’artiste en mal d’affection. Il n’y a même pas besoin pour elle d’exercer sa magie, la main qu’elle pose sur sa joue, dans son cou, ne laisse même pas s’échapper ne serait-ce qu’un filament de ses nobles capacités. L’homme se laisse avoir, glisse et s’installe confortablement dans la toile de la brune sans émettre de résistance. C’est presque ennuyeux pour elle qui s’attend à quelque chose de plus intéressant, mais chaque fois qu’elle imagine le visage de la vieille vampire se tordre d’agacement, la flamme qui l’agite et la motive se remet à flamber derrière son regard vert. Oh, comme elle va être furieuse ! Isobel a hâte de lui raconter ses multiples manières d’accaparer le temps et l’inspiration de son poulain, en long en large et aussi en travers. Et lui préciser qu’il n’a pas fallu une seule petite manipulation magique. Par la force de se cils courbés et de ses lèvres charnues, il n’est pas compliqué d’atterrir dans le cœur de cet homme.

« Well, you’re not wrong… » Le regard vert appuyé dans celui de l’artiste, Isobel se retient de lever les yeux au ciel. Evidemment qu’elle a raison, ce n’est pas comme si c’était étonnant. Le corps serpent, la brune se rapproche du peintre assis contre la tête du lit défait. Elle défait un pan de tissu pour découvrir ses épaules alors qu’elle s’installe à califourchon sur sa proie.

« She’ll be mad.
— Give me a call when she’s not.
— You know her ?
— A bit. » Isobel n’a pas envie de parler de Silje. Pas maintenant alors que son appétit s’ouvre. L’artiste n’est pas mal construit, les traits de son visage sont agréables et sa musculature suffisante pour en profiter quelques temps. Elle s’est entichée de lui, ou en tout cas paraît l’être, et lui ne se lasse pas de l’avoir pour lui. Fille inaccessible, particulière, il pense avoir gagné ce qu’elle a simplement provoqué. Une rencontre « au hasard » au plein cœur d’un musée qu’elle ne « connaissait pas ». L’abruti n’y voit que du feu, se laisse rouler par la sensualité chaude avec laquelle Isobel teinte sa voix et ses regards. Il la dessine sous toutes les couleurs, fabrique sur papier la peau qu’elle se plait à lui laisser toucher. La sorcière est dans sa tête, dans sa peau. Pauvre petite créature, qui pleurera bien plus qu’elle lorsque le moment viendra de le laisser tomber, il n’est qu’un instrument de plaisir pour elle et de torture pour la vampire, foutue connasse.

Son regard tombe sur un dessin au fusain, c’est elle et son visage posé dans une main qu’il a esquissé rapidement. Ses doigts passent sur la texture irrégulière de la branche carbonisée sur le papier kraft alors que l’homme lui s’amuse à goûter celle de sa peau. Elle est belle, là, sage. Il a réussi à capter la lueur de malice qui caractérise son regard de biche, c’est rare. Elle doit le reconnaître, Ødegård est un bon mécène. La vampire a les tripes pour trouver les talents cachés, elle le sait. Ça l’énerve un peu mais elle lui est reconnaissante aussi. L’art tel qu’il est aujourd’hui la fait friser, au moins la vieille musicienne essaie de relever un peu le niveau. Et il faut dire qu’elle rend un grand service à Isobel qui peut alors se permettre de s’observer sous toutes les coutures, dessinées par les mains les plus talentueuses, ce qui a l’effet immédiat de raviver son excitation. Merci Silje !

ø

« Say it again.
Je t’adore.
— It’s cute, I like your accent.
— Everybody does.
— I like your arrogance.
— That’s where you’re unique. » Les deux amants laissent échapper un rire en cœur alors qu’ils se dirigent vers la voiture d’Isobel, un des derniers modèles de Ford, teintée d’un noir brillant. Sous le capot une machinerie incroyable qui la fait frissonner rien qu’à penser la vitesse à laquelle elle pourrait aller. « Don’t even think about it, honey. » Isobel dépasse l’artiste en route pour se poser derrière le volant. Hors de question que quelqu’un d’autre qu’elle touche le cuir de sa voiture. Il risquerait de tout détruire, surement pas habitué à la conduite manuelle.

C’est donc avec deux heures de retard que les deux arrivent au vernissage de la vampire. Lorsqu’Isobel sort de la voiture, elle est resplendissante. Ce n’est même pas la robe Saint Laurent, noire et coupée à ses exactes mesures, qui rehausse son humeur mais bel et bien la perspective de débarquer au bras de l’artiste sujet de l’exposition. Elle est la cause de son retard et ne tardera pas à s’en vanter auprès de l’autre narcisse.

« Give me your arm, bella. »

La brune lui adresse un large sourire alors qu’elle replace la fourrure sur son épaule, replace la frange qui couvre son front et pare ses lèvres rouges, charnues d’un sourire charmant. Belladonna, comme elle aime se faire appeler, récupère le bras tendu et ensemble ils font leur entrée.

Le héros de la soirée est accueilli comme il se doit et la jeune muse, mannequin, habituée des cercles luxueux et mondains répond un sourire aux visages connus et ignore le reste plutôt accaparé par l’artiste. Il ne lui faut que quelques instants pour trouver l’objet de son désir, pas bien loin. Sa main parfaitement manucurée s’élève dans l’air pour envoyer à Silje un premier geste amical, un salut éloigné, puis un baiser soufflé. Son petit protégé n’est pas accessible, accaparé par les griffes de la brune et celles des invités.

Avant que l’ennui ne la rattrape, Isobel se détache de l’artiste après avoir glissé un mot à son oreille, récupérant au passage un sourire brûlant de sa part. Sous le nez de sa mécène, la brune flirte. Elle se retrouve donc seule, une coupe de champagne en main et deux idées en tête. D’abord faire le tour des œuvres puis trouver Silje. Elle laisse le temps s’écouler sans se fier à son impatience qui lui ferait tout gâcher, et lorsqu’enfin elle retrouve la vampire, l’air de rien, le doigt glissé sur le bord de la flûte transparente.

« I have to admit you have good taste. Your puppy is a great artist. He really knows how to use his brush. » Le regard qu’elle avait placé au centre de la pièce, plongé dans un tableau se relève sous les cils courbés pour venir rencontrer celui de Silje, un éclair de malice teinte à la fois le vert vert profond et le rouge de ses lèvres. « How are you tonight, darling ? »


© TITANIA

_________________
BELLADONNA ♤ la liaison dangereuse
and he said ;

“she was a catch, we were a match
I was the match,
that would fire up her snatch, but there was a catch,
I was no match
I was fired from her crotch
now I sit around and watch
the mermaids sun themselves,
out on the rocks
they are beyond our touch,
I watch and watch
them wave at me, they wave and slip
back into the sea“
c) nick cave
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3364-dad-i-want-a-squirrel-isobel http://dmthbegins.forumactif.org/t3397-isobel-mayfair#73736 http://dmthbegins.forumactif.org/t3391-isobel-mayfair#73506 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : L'Essaim, fidèle à la Mascarade depuis qu'elle existe, et bourreau de l'ombre du Prince.
→ NUISANCE DEPUIS : 702 années
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aliénation (niveau 4) et les conséquences sur son esprit
→ ERRANCE : Elle se trouve généralement chez elle, sauf lorsqu'il lui faut être à l'Elysium, qu'elle a d'ordinaire l'habitude d'éviter.
→ TROMPE L'ENNUI : Directrice de l'Orchestre Symphonique de Bâton-Rouge, elle partage son temps entre les galas de donations et les cours aux jeunes prodiges.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée. Talentueuse. Inapprochable. Elégante. Droite. Fière. Excessive. Généreuse. Parfois cruelle. Emotionnellement inaccessible. Effrayée par la solitude. Mentalement instable. Bienveillante envers ses protégés. Obsessionnelle. Loyale. Romantique. S’attache facilement. N’a plus qu’un seul grand amour dans sa vie, la musique « classique ».


→ AVATAR : Noomi Rapace
→ CREDITS : Avatars : SWAN, baclava, abandon, avengedinchains, TAG. Gifs : tumblr
→ MENSONGES : 72

†


MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   Lun 13 Aoû 2018 - 22:42

Isobel
&
Silje
Into the jaws of Death,
Into the mouth of hell,
Rode the six hundred.

Elle contemple les tableaux accrochés avec une pointe d’irritation qu’elle essaie désespérément d’étouffer. Elle a bien vu, çà et là, des silhouettes qui correspondent à la sorcière qu’elle aime bien haïr, et elle a bien peur de ce que cela veut dire. Bien sûr, le trait de son peintre est toujours impeccable. C’est rare, aujourd’hui, de trouver des artistes qui manient aussi bien les courbes de la renaissance, surtout à Bâton-Rouge. Elle avait mis du temps à le dénicher, dans le fond de son atelier miteux, à moitié à la rue. Mais il avait le talent nécessaire pour la satisfaire — tant intellectuellement que culinairement. Elle ne s’aventurait pas souvent à goûter le sang d’humains qu’elle cherche à sponsoriser, mais cet homme était malheureusement bien trop facilement manipulable, et sa mémoire facilement influencée. Elle voit que ses craintes sont encore vraies aujourd’hui. Derrière cette silhouette à moitié dénudée se cache autre chose, cette faiblesse humaine qui n’a de cesse de la répugner. C’est bien simple de savoir ce qu’un homme tel que Giovanni recherche, au-delà des toiles et des pinceaux. C’en serait presque même charmant, si cette apparente naïveté ne menait pas aux plus bas instincts de l’Homme. Elle a croisé plusieurs fois le regard lubrique du garçon, et si ça ne l’indifférait pas autant, elle en aurait presque été flattée.

Il faut avouer qu’il est bel homme, cet artiste. Même elle sait apprécier l’esthétique humaine, et il en est un spécimen particulièrement fringuant. Il a de l’esprit, aussi, et globalement, ce serait bien dur de lui trouver des défauts — hormis cette tendance phallique un peu trop prononcée. Bien sûr, ce n’est rien dire sur la compagnie qu’il aime tenir, comme le prouvent les tableaux qu’elle contemple. Bien que son visage reste impassible, elle fronce les sourcils intérieurement. Cette sorcière est une flèche dans le flan depuis bien trop longtemps. Elle déteste l’avoir dans les pattes, et pourtant, elle ne peut nier qu’il y a une certaine montée d’adrénaline lorsqu’elle s’oppose à elle. C’est différent de ce qu’elle a l’habitude de connaître, et la Mayfair lui rappelle ses anciennes batailles d’esprit tenues avec les Medicis. Evidemment, à l’époque, il y avait presque assez de talents pour contenter tout le monde — cependant, Silje n’était guère encline à l’idée de les laisser glisser entre ses doigts. Isobel n’est pas vraiment à la hauteur des Medicis, et l’histoire est plus une affaire d’égos que de culture, mais c’est presque rassurant dans son habitude.

Elle n’a pas besoin de regarder sa montre pour savoir que Giovanni est en retard. Cela importe peu, au début. Toutes les œuvres sont exposées, sauf une, encore cachée sous un épais linge. Elle ne sait pas quelle est la pièce maîtresse, mais en voyant le reste des tableaux, elle a une vague idée de ce qu’il s’y cache. C’est assez pour lui faire légèrement pincer les lèvres. Ce n’est que sa petite affaire de rivalité qui parle, bien sûr. Elle n’apprécie pas de voir le visage d’Isobel exposé ainsi, par jalousie peut-être. Ce n’est pas qu’elle a envie de se voir exposée aux yeux de tous de cette façon — ses préférences de portraits ne sont pas aussi détaillés — c’est surtout qu’elle n’en a pas la possibilité. Elle sera encore là dans deux cent ans, et il sera difficile d’expliquer comment ces tableaux ont été peints à l’époque — l’excuse de l’ancêtre tient à peine debout. Elle sent une présence à ses côtés, et elle détourne à peine le regard pour voir le directeur artistique du LSU Museum of Art contempler également la toile. Elle distingue le sourire sur ses lèvres et elle lui rend alors qu’il se tourne vers elle à son tour. « You do know how to find them. » Elle incline légèrement la tête en réponse, lissant distraitement son tailleur chanel. « Brian. I’m glad you could come. » Il va pour attraper sa main et elle lui laisse, restant de marbre face à ce charme sudiste américain. « Always. And where is that artist of yours ? » A cela, elle ne peut retenir un roulement d’œil, et elle récupère sa main après qu’il ait fini de la baiser. « Late, you know how they are. » Il rit et elle sourit en réponse. « That I do. »

Brian la retrouve peut-être une demi-heure plus tard, deux coupes de champagne en main. Elle en prend une avec un sourire et ils restent silencieux, à contempler le plus grand des tableaux. Un quatuor à cordes joue de la musique baroque dans le coin de la pièce — exception faite de Vivaldi —, et Silje sait d’un regard que les convives apprécient la qualité des tableaux. Malheureusement, ils commencent aussi à s’impatienter. La ponctualité n’est pas vraiment nécessaire dans de tels évènements, mais elle dépasse rarement l’heure de retard. Silje elle-même commence à perdre patience avec Giovanni, et c’est dire. Elle se tend à mesure que les minutes passent, jusqu’à sentir la main de Brian contre son épaule. Elle se tourne vers lui, coupe toujours pleine, et il la fixe avec un sourire connaisseur — depuis le temps qu’ils se connaissent, il sait parfaitement ce qui la fait tiquer. « Why don’t you play us something ? » Ses yeux brillent avec malice et Silje se fige un instant, les sourcils délicatement froncés. Les quelques personnes qui les entourent se sont retournées à ces mots, et la fixent à leur tour avec curiosité. « Brian … » Dit-elle à voix basse, peu convaincue. Le quatuor termine son morceau et eux-aussi la regardent, les traîtres. « I didn’t bring my violin. » Annonce-t-elle finalement, et elle observe avec appréhension le violoniste engagé de son propre Orchestre, se lever pour lui proposer le sien. Mise sur le fait accompli, elle ne peut rien faire d’autre qu’accepter.

Elle attrape le violon qu’on lui tend, et elle ne peut s’empêcher de le comparer au sien à peine entre ses doigts. Bien sûr, peu d’instruments peuvent se mesure à la qualité du sien. Elle en retire le coussin, qu’elle tend au violoniste, avant de glisser l’instrument contre son épaule. Elle récupère l’archer à son tour, et joue quelques notes, le temps de s’habituer au son. Ca fera l’affaire, faute de mieux. Elle se tourne vers le violoncelliste, encore assis, et lui lance un sourire. « Passacaglia ? » Il hoche la tête en retour, et elle accorde alors son instrument avec lui. Une inspiration, et elle repose l’archer sur les cordes. Ses yeux se ferment et la foule disparaît, alors qu’ils rentrent tout deux dans ce langage si particulier. Il est juste assez talentueux pour la suivre, alors que ses doigts s’envolent sur ce manche étranger, dans un morceau qu’elle connaît par cœur. Ce n’est même pas ce violon qu’elle entend, c’est le sien ; et le violoncelliste est tout autre, est aussi talentueux qu’elle. Il était russe, musicien au Bolchoï, et il avait été le souvenir parfait de Baptiste, si bien qu’elle avait même hésité lui demander de se joindre à elle. Mais il était injuste de le comparer à un fantôme, alors elle était partie sans lui. Aujourd’hui encore, elle se souvient de cet arrangement norvégien, qu’elle avait joué avec plaisir, à défaut de pouvoir le partager avec son Marqué.
 
Lorsque le morceau se complique, elle rouvre les yeux, et les fixe sur ce musicien qui la regarde avec un air concentré. Elle peut voir qu’il n’est pas parfaitement dans son élément, qu’il joue scolairement, bien incapable de la passion qu’il faut pour faire vibrer les cordes ; qu’importe, elle en a assez pour deux. L’archer glisse sans effort et si elle était méchante, elle le challengerait à aller plus vite, à la rattraper — elle ne le fait pas. Le morceau s’achève dans un silence de cathédrale et elle s’ose à un sourire, relâchant un souffle qu’elle ne pensait pas retenir. Les applaudissements explosent d’un seul coup, comme stupéfaits, et elle incline légèrement la tête, avant de rendre son violon au musicien. Elle s’éclipse alors discrètement, et sort de la galerie, profitant de l’air frais pour s’allumer une cigarette. C’est Brian qui la rejoint, et elle lui lance un regard. « Proud of yourself, are you ? » Il rit un peu, a la décence de se montrer gêné, alors qu’il lui demande sa cigarette. Elle lui tend après un instant d’hésitation. « It worked though. You’re not tense anymore. I’ll be honest, I was worrying for your teeth, with you clenching them that hard. » Elle roule des yeux, alors, et récupère sa cigarette du bout des doigts. Elle en prend une timide bouffée, puis une plus profonde lorsque le goût de la nicotine surpasse celle de l’homme.  « It’s been almost two hours. » Dit-elle alors, presque inutilement. Brian acquiesce en silence, et lorsqu’elle le voit grimacer, elle ne peut s’empêcher de froncer les sourcils. « You have to go, don’t you. » Il hoche la tête, frottant l’arrière de sa nuque, et elle se retient de soupirer. « The wife, you know how it is. » Elle ne sait pas, mais elle sourit en réponse tout de même. « Go, don’t worry about it. » Il s’éclipse avec un sourire, et elle retient un grognement alors qu’elle jette presque rageusement son mégot par terre. Il lui prend, sans surprise, l’envie de faire de même.

Elle est près du quatuor lorsque les gens commencent à applaudir, et elle se tourne, contemplant l’arrivée de Giovanni et de sa muse sans sourciller. Evidemment, la présence de la sorcière explique tout — du retard aux joues encore rosies du jeune homme. L’implication fait grimacer Silje, et elle fait de son mieux pour rester loin de lui le plus longtemps possible. Elle ne veut pas sentir l’odeur de cette femme sur son protégé, pas plus qu’elle ne veut des preuves des activités primales qui les ont retardés. Elle évite aussi l’homme pour ne pas s’énerver contre lui — pour cette opportunité qu’il a ratée, et pour la mauvaise image qu’il lui a donnée. Et Isobel, garce, qui s’ose à la saluer ; elle ne détourne pas les yeux, et la fixe d’un regard indifférent, avant de se reconcentrer sur cette coupe de champagne qu’elle tient depuis peut-être trente minutes. Giovanni fait le tour des convives, évitant peut-être instinctivement Silje — et c’est aussi bien. C’est la sorcière qui finit par la trouver alors qu’elle contemple une nouvelle fois l’une des pièces maîtresses, et elle réprime à peine une grimace à son approche. « Must you be so crass ? » Lui répond-elle, peu impressionnée par sa tentative de provocation. Elle lui jette à peine un regard, arrangeant d’une main distraite l’une de ses boucles d’oreille. « Better, now that Giovanni is here. Did you have to rob him of an opportunity ? » Elle se tourne vers elle alors, les sourcils froncés en une expression de mécontentement. « The Director of the LSU Museum of Art was here tonight. » Rajoute-elle avec un soupir. « If you’ve only come to stare at your own face, you’re welcome to do just that. Now if you’ll excuse me. » Elle esquisse un sourire sans chaleur et s’efface silencieusement, vers Giovanni qui est enfin seul. Elle ne lui rend pas son sourire, et accepte froidement la bise qu’il place contre sa joue.

L’odeur de la sorcière est assez forte pour la faire plisser du nez. « I heard you played tonight, I can’t believe I missed that. » Il se croit charmant, avec ce sourire blanc et cette peau bronzée, il ne lui fait ni chaud ni froid. Ce sont les musiciens, qui lui réchauffent le cœur. Elle détourne le regard. « It’s not the only thing you missed. » Murmure-t-elle en réponse, se glissant à ses côtés pour observer la même toile que lui. Leur dos est tourné à la foule, et c’est tout aussi bien. « Brian was here. » Explique-t-elle alors, et elle n’a pas besoin de se tourner vers Giovanni pour voir la déception sur son visage. « Oh. Look, Silje, I’m sorry — » Elle l’interrompt d’une main, et lui jette un regard. « I don’t want to hear it. Hopefully you’ll know better next time. If not, well, I’m sure I can find someone who wants this more than you do. » Elle se tourne alors, la menace proférée, et elle le quitte en quelques pas, bien sourde à ses tentatives de l’en empêcher. C’est presque inconsciemment qu’elle retrouve Isobel devant l’une des toiles, et elle ne peut empêcher la soudaine mesquinerie. « Ah, so it is true. One of your breast is bigger than the other. » Elle ne regarde pas la sorcière, bien contentée de cette version d’elle bien imparfaite. « Giovanni really has an eye for these things, does he not ? »  
 
CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Deep within the corners of my mind + 
I keep a memory of your face, and I only pull it out when I long for your embrace. Deep within the corners of my mind, I'm haunted by your smile as it promises me joy like a journey to a tropic isle. It's not hard to see what you do to me is like a page right out of Ernest Hemingway ; though I try to fight, all the words you write leave me standing in the starring role in some tragic lover's play.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3312-i-thought-i-was-flyin-but-maybe-i-m-dyin-tonight-silje#71045 http://dmthbegins.forumactif.org/t3392-pieces-silje-degard#73525 http://dmthbegins.forumactif.org/t3319-i-remember-walking-you-to-hell-silje#71261 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord http://dmthbegins.forumactif.org/f71-habitations
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Tisserande — Voie de l'esprit ; illusions, cartomancie; invocations daïmoniques
→ ERRANCE : Dans les clubs de Bâton Rouge et au Coven
→ TROMPE L'ENNUI : Héritière ; mannequin ; muse ; future PDG de la Mayfair corp
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Capricieuse ; Emportée ; Méfiante ; Manipulatrice ; Narcissique ; Inflexible ; Rancunière ; Curieuse ; Hédoniste ; Désarmante ; Sensuelle ; Bornée ; Indolente ; Sournoise ; Maligne ; Calculatrice et stratège ; Théâtrale ; Sans scrupules ; Tendances cleptomanes ; Sans limites ; Indépendante ; Insolente, refus d'autorité


→ AVATAR : Krysten Ritter
→ CREDITS : me ; weheartit
→ MENSONGES : 313

†


MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   Mer 15 Aoû 2018 - 13:56



so, we meet again

« Ou vous avez un rival ou vous n'en n'avez pas. Si vous en avez un, il faut plaire pour lui être préféré (…). »





« Must you be so crass ? »

Isobel jubile. Si la vampire s’attache à ne pas lui jeter un seul regard au risque très certainement de tomber amoureuse de ses yeux de biches à l’air malin (oui oui), la sorcière elle ne manque pas une miette du spectacle qui se joue sur le beau profil. Silje arrange sa boucle d’oreille et Isobel laisse glisser ses yeux verts au creux de l’œil, sur le front, autour de la bouche. Ça lui donne envie de rire, cet effort particulier pour ne pas avoir l’air tout à fait contrariée. Ça va qu’Isobel n’est pas stupide et apprécie lire dans le regard qui lui est désormais adressé un agacement certain. Parfait. Ça lui convient et ne réprime pas le sourire de satisfaction qui apparaît ici et là depuis qu’elle est entrée dans l’exposition.

« Better, now that Giovanni is here. Did you have to rob him of an opportunity ? » La vampire répond enfin à son interrogation et Isobel ne peut s’empêcher d’afficher un air intéressé, se tourne légèrement vers la mécène qui continue son petit discours. La présence du directeur du Musée ? Elle a vraiment du monde dans la poche celle-là, se dit la Mayfair, pleine de surprise. En même temps, quelque part, ça ne l’étonne pas. Silje doit hypnotiser à peu près tout ce qui ressemble à un petit lutin de l’art. L’idée la fait sourire, Dracula comme un petit élément de cartoon qui saute partout, s’efforce de faire la moue aux artistes pour les amadouer, les petits bras tout agités et la gueule froncée lorsque quelque chose ne se déroule pas comme il lui plait. Quelque part les deux se ressemblent. Bien que ça lui déplaise, Isobel le sait bien. Bah, entre gens talentueux, il y a toujours quelque chose. Chacune de leur côté ont le sens des affaires, Isobel devra peut-être un jour reprendre la tête de la compagnie familiale et Silje et bien,… Silje continuera à faire ses petites magouilles ici.

Alors que celle-ci finit par s’en aller, la sorcière se laisse aller à un léger rire. Elle secoue la tête. Rien ne lui importe plus que son bon plaisir et peu importe si Giovanni ou Silje sont insatisfaits de cette soirée, pour l’instant, tout roule pour elle et c’est parfait. Elle observe les regards qui varient des tableaux à sa silhouette, de ses joues rosies par le blush, ses grands yeux et sa bouche peinte aux teintes franches apposées sur les toiles. Giovanni est très doué, il n’y a pas à dire. Il manie les courbes renaissantes, les codes strictes sans tomber dans l’académisme froid. Il redonne au paysage artistique un plus, un mieux, un quelque chose de divin au milieu des « installations contemporaines ». Tss.

Alors qu’Isobel se retrouve seule, elle passe tout son temps à admirer les peintures exposées, s’entiche particulièrement de celles qui la représente et s’admire plus encore sous la touche de Giovanni. Les cheveux longs et noirs descendus en cascade, le regard clair et lumineux, les lèvres pèche : toutes ces tâches de couleurs contrastent avec la blancheur exquise de sa peau. Sous les draps aux multiples motifs, couleur sang, bleu profond, violet royal, jaune divin : elle rayonne. Ça lui plait, lui file des frissons. Elle est bien heureuse d’être un unique exemplaire en ce bas monde mais s’avoue avec un plaisir non-dissimulé qu’elle passerait bien une ou plusieurs nuits avec la créature qu’elle voit alanguie dans ce tableau. Un soupir s’échappe de ses lèvres, elle penche la tête sur le côté, tout à fait satisfaite. Coupable du péché d’orgueil sans même se cacher, Isobel se dit qu’il lui faudra faire plus attention que Narcisse lui-même.

Le temps passe et elle ne fait rien d’autre qu’évoluer entre les convives, ne s’arrête pas pour le commun des mortels mais simplement pour passer du temps à observer les œuvres. Elle a capté le regard attristé de son amant, il n’est pas aussi content qu’il devrait l’être ce soir. Bien. Ça la fait sourire, à l’intérieur, se moque de cet état d’âme. Ne dit-on pas que les artistes sont plus performants sous la douleur, sujets au désespoir ? A-t-on déjà entendu parler d’un artiste heureux ? Isobel en doute largement. Mais elle s’est contentée de lui adresser une moue désolée en retour, lui promettant d’un regard de « rattraper son erreur », profiter de tout ce talent confiné dans ce corps divin ne lui sera pas un problème. Sa tristesse nourrit l’appétit de la sorcière.

« Ah, so it is true. One of your breast is bigger than the other. » La Mayfair ne l’a pas entendue arriver. Le pic lui fait lever un sourcil dédaigneux en direction de la vampire qui ne s’autorise pas à la regarder. « Giovanni really has an eye for these things, does he not ?
— I didn’t know you were thinking about my breast, Silje, that’s a surprise. A little bit pervert, I love it, just like your pup. I live not so far away from here if you want to see the difference by yourself. Le ton que la sorcière emploie est plat, à peine relevé par l’excitation de cette rivalité qui a démarré autour d’un tableau… Un tableau que Silje a remporté. Rien que de se rappeler cette querelle, Isobel a le sang qui bout. La vampire a eu l’ascendant sur elle plusieurs fois depuis leur rencontre, et ça a le don de la rendre dingue. Ce qu’elle cache derrière un visage indifférent à l’exception du même sourire presque narquois qu’elle se traine sans arrêt. Sortie de la vente aux enchères sans rien entre les mains, Isobel est rentrée ce jour-là faire un scandale aux pieds de son père. Lui qui importe et exporte ce type de produits n’a pas su trouver chaussure au pied de sa très chère fille. Une double-défaite pour Isobel qui ne cesse aujourd’hui de chercher à se venger. Son regard se porte par réflexe sur la vampire puis sur le grand tableau encore caché sous le drap.
— Yes, he has. But he must have made a mistake here, maybe you’re not pushing him hard enough. I can take the lead after tonight if you’re not feeling it on this one. After all, I gave him inspiration. I made him work these past weeks. In fact, I am currently the centre of his universe. Look, he’s made tons of beautiful sketches today. En parlant, la brune ouvre sa petite pochette pour lui montrer l’épaisseur conséquente de la liasse de kraft sans lui donner à voir les dessins. He drew you too, by the way, between our « sessions ». Elle referme sa pochette et glisse le champagne entre ses lèvres, termine le peu qu’il reste d’un geste gracile, attend que le serveur passe pour y déposer le cristal vide et récupérer une autre flûte. Is he sad ? About the director, I mean. La brune pause dans sa phrase, tourne son visage vers Giovanni qui discute plus loin avec des habituées du milieu. Il les charme à sa manière, il sait y faire. I like him sad, you know. He’s better when he’s desperate. »


© TITANIA

_________________
BELLADONNA ♤ la liaison dangereuse
and he said ;

“she was a catch, we were a match
I was the match,
that would fire up her snatch, but there was a catch,
I was no match
I was fired from her crotch
now I sit around and watch
the mermaids sun themselves,
out on the rocks
they are beyond our touch,
I watch and watch
them wave at me, they wave and slip
back into the sea“
c) nick cave
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3364-dad-i-want-a-squirrel-isobel http://dmthbegins.forumactif.org/t3397-isobel-mayfair#73736 http://dmthbegins.forumactif.org/t3391-isobel-mayfair#73506 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : L'Essaim, fidèle à la Mascarade depuis qu'elle existe, et bourreau de l'ombre du Prince.
→ NUISANCE DEPUIS : 702 années
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aliénation (niveau 4) et les conséquences sur son esprit
→ ERRANCE : Elle se trouve généralement chez elle, sauf lorsqu'il lui faut être à l'Elysium, qu'elle a d'ordinaire l'habitude d'éviter.
→ TROMPE L'ENNUI : Directrice de l'Orchestre Symphonique de Bâton-Rouge, elle partage son temps entre les galas de donations et les cours aux jeunes prodiges.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée. Talentueuse. Inapprochable. Elégante. Droite. Fière. Excessive. Généreuse. Parfois cruelle. Emotionnellement inaccessible. Effrayée par la solitude. Mentalement instable. Bienveillante envers ses protégés. Obsessionnelle. Loyale. Romantique. S’attache facilement. N’a plus qu’un seul grand amour dans sa vie, la musique « classique ».


→ AVATAR : Noomi Rapace
→ CREDITS : Avatars : SWAN, baclava, abandon, avengedinchains, TAG. Gifs : tumblr
→ MENSONGES : 72

†


MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   Dim 19 Aoû 2018 - 17:57

Isobel
&
Silje
Into the jaws of Death,
Into the mouth of hell,
Rode the six hundred.

Elle ne peut s’empêcher de trouver un certain charme à cette toile. Ca l’embête bien, parce que le sujet principal est cette femme qui se tient à ses côtés, et qu’elle préfèrerait la voir brûler plutôt que d’être ainsi exposée. Mais si elle est honnête, la forme de la sorcière se mêle parfaitement aux tons du tableau. C’est surtout dû au talent du peintre, bien sûr, mais elle doute que le résultat puisse être le même s’il avait peint, disons, l’une de ces blondes sans intérêt qui se pavanent à présent autour de lui. Bien sûr, elle aurait aimé le voir repartir avec l’une de ces idiotes sans talent et sans saveur plutôt qu’avec la vipère qui se tient à ses côtés. Elle sait que ce ne sera pas le cas. Elle se demande d’ailleurs si la Mayfair sera positive pour sa carrière — elle en doute. Peut-être stimule-t-elle sa créativité à l’instant présent, mais elle sait déjà que lorsque la sorcière sera lassée, Giovanni se retrouvera alors seul. Les chagrins d’amour peuvent être bénéfiques à l’art, mais Silje a pu constater que ce n’était que rarement le cas. Elle se prépare déjà à la période basse qu’il va connaître, et elle se demande déjà quelle femme elle va pouvoir lui mettre dans les pattes pour le distraire — saletés d’humains avec leurs envies de luxure.

La réplique de la sorcière lui arrache un sourire, bien à contrecœur. Elle n’est pas bernée par le ton qu’emploie sa compagnie, et elle doit se faire violence pour ne pas lui jeter un regard. Elle n’a pas besoin de voir son visage pour deviner son irritation, elle peut la sentir exulter par tous les pores de la brune à ses côtés. C’est bien plus enivrant que la tristesse et la déception qui émanait de Giovanni, quelques instants plus tôt. « Giovanni talks about them enough. » Répond-elle, presque distraitement. Elle-aussi adopte un ton faussement détaché. « And here I thought someone such as you would enjoy exposing herself. Why not take your clothes off here, where everybody can appreciate the lack of symetry of your body ? » A ces mots, elle se tourne enfin vers la sorcière, et elle lui lance un sourire parfaitement dénué de chaleur. Elle ne peut retenir le regard dédaigneux qui parcourt la silhouette de la brune, et elle note sans pouvoir s’en empêcher le designer de sa robe. C’est d’autant plus énervant qu’Isobel a relativement bon goût — peut-être qu’elle n’a pas le choix, finalement, il lui faut bien contrebalancer ses nombres imperfections.  

Elle ne peut que sourire aux mots de la jeune femme, d’un air un peu condescendant. C’est adorable de penser que cette enfant puisse s’imaginer faire ce que Silje fait depuis presque sept siècles. Elle incline un peu la tête alors qu’elle regarde, bonne joueuse, les liasses de papier maltraitées et à l’étroit au fond de ce sac. Ca la rendrait presque triste d’entendre Isobel parler de cette façon. Les priorités de la sorcière sont tellement mal placées que s’en est navrant. Elle ne semble capable que de se voir, sans comprendre ce qui est véritablement important dans l’exposition de ces œuvres. Tant pis, Silje n’a pas d’intérêt à l’attendre. Il faudrait plus d’années qu’Isobel n’en a pour lui apprendre son insignifiance face à l’art qui les entoure. Il est immortel, bien plus encore que Silje. Mais évidemment, elle ne peut pas vraiment blâmer la sorcière pour son manque de sagesse — elle n’a vécue que quelques décennies misérables, après tout. « Oh, darling. You’re like a toddler, basking in your parents’ attention and throwing a tantrum when it is lost. » Elle se redresse légèrement, le dos aussi droit que possible, alors que ses lèvres se meuvent en moue désolée, et juste un brin moqueuse. « You’re far too selfish to take care of anyone. »

Elle ne devrait peut-être pas être aussi provocante — elle peut lire en Isobel en feu qui n’attend que de s’échapper — mais elle ne peut pas s’en empêcher. Penser que la jeune femme s’imagine à sa hauteur est bien trop amusant pour qu’elle ne résiste. Ca l’attriste presque, ce besoin compétition que semble ressentir la sorcière. Ce serait mentir de dire qu’elle n’a pas la même envie, mais elle a des siècles d’avance sur leur petite guerre ; Isobel est bien naïve si elle s’imagine capable de la rattraper, pire encore, de la dépasser. « It’s good to know that I made a lasting enough impression to allow him to draw me from memory. Seeing his current company I was afraid he had lost his mind. » Et finalement, c’est peut-être un peu cruel d’utiliser Giovanni comme un pion dans leur guerre. Mais pense-t-elle de façon un peu enfantine, c’est bien Isobel qui a commencé, et Silje ne risque pas de la laisser faire sans montrer un semblant de résistance. « Although I am not sure why you would brag about him being sick enough of seeing your body to desire drawing mine. » Pas que le garçon ait eu l’honneur de la voir nue, mais ça ne l’empêche pas d’imaginer, suppose-t-elle.    

Lorsque l’attention de la sorcière se détourne vers Giovanni, Silje la suit du regard, avant de le fixer à son tour. Il est dans son élément, c’est clair, et c’est le charme italien qu’elle connaît bien qu’il met à l’œuvre. C’est assez pour ceux qui l’entourent, mais elle sait que fût-il né des siècles auparavant, il se serait fait manger tout cru par les foules. « He’s disappointed, as he should be. » Répond-elle alors, ignorant pour l’instant la seconde partie des mots de la jeune femme. Elle roule des yeux intérieurement, parce qu’elle ne doute pas de la capacité d’Isobel à le désespérer juste pour son amusement. Elle sait qu’elle a tort, d’ailleurs, car connaissant Giovanni depuis près de cinq ans, elle sait que le jeune homme peint les tableaux les plus intéressants lorsqu’il est heureux. « He won’t be for long. » Annonce-t-elle finalement, mystérieusement. Cela fait bien longtemps qu’elle n’a pas utilisé ses dons sur le jeune homme mais elle compte bien faire en sorte dès ce soir-là de supprimer totalement le désir qu’il ressent pour cette femme. Ca lui épargnera bien des migraines, et elle aura le plaisir de le voir rejeter les attentions de cette narcissique.  
 
Elle se détourne finalement du jeune garçon qui rit sous les attentions d’une quadragénaire, et elle pose un regard indifférent sur la sorcière qui se tient à ses côtés. « You should enjoy being the center of the attention while it lasts. » Lui dit-elle avec un sourire qu’elle ne pense pas, déposant sa coupe encore pleine sur un plateau qui passe non loin d’elle. Elle recentre sa veste de tailleur, arrangeant le bouton d’une main délicate. « God knows that in two centuries, those paintings will be lost in someone’s attic, and you along with them. » Elle ne veut pas être pessimiste, mais malgré son talent, Giovanni ne percera jamais. Peut-être dans un millénaire. Pourquoi voudrait-on acheter des toiles de la renaissance peintes au XXIème siècle, sauf si l’on n’a pas les moyens de se procurer des véritables. Giovanni ne sera jamais exposé dans un musée. Cela n’importe peu à Silje, ce n’est pas la renommée de ses artistes qu’elle attend — mais elle sait que ça importera à Isobel. Son sourire devient cruel un instant, alors qu’elle plonge ses yeux dans ceux de la sorcière. « You missed your window, child. You’re three centuries late. »  

 
CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Deep within the corners of my mind + 
I keep a memory of your face, and I only pull it out when I long for your embrace. Deep within the corners of my mind, I'm haunted by your smile as it promises me joy like a journey to a tropic isle. It's not hard to see what you do to me is like a page right out of Ernest Hemingway ; though I try to fight, all the words you write leave me standing in the starring role in some tragic lover's play.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3312-i-thought-i-was-flyin-but-maybe-i-m-dyin-tonight-silje#71045 http://dmthbegins.forumactif.org/t3392-pieces-silje-degard#73525 http://dmthbegins.forumactif.org/t3319-i-remember-walking-you-to-hell-silje#71261 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord http://dmthbegins.forumactif.org/f71-habitations
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Tisserande — Voie de l'esprit ; illusions, cartomancie; invocations daïmoniques
→ ERRANCE : Dans les clubs de Bâton Rouge et au Coven
→ TROMPE L'ENNUI : Héritière ; mannequin ; muse ; future PDG de la Mayfair corp
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Capricieuse ; Emportée ; Méfiante ; Manipulatrice ; Narcissique ; Inflexible ; Rancunière ; Curieuse ; Hédoniste ; Désarmante ; Sensuelle ; Bornée ; Indolente ; Sournoise ; Maligne ; Calculatrice et stratège ; Théâtrale ; Sans scrupules ; Tendances cleptomanes ; Sans limites ; Indépendante ; Insolente, refus d'autorité


→ AVATAR : Krysten Ritter
→ CREDITS : me ; weheartit
→ MENSONGES : 313

†


MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   Dim 19 Aoû 2018 - 21:36



so, we meet again

« Ou vous avez un rival ou vous n'en n'avez pas. Si vous en avez un, il faut plaire pour lui être préféré (…). »





« You’re far too selfish to take care of anyone. » Isobel lui adresse un regard sans équivoque : elle hausse les épaules, affiche une moue convaincue par les mots de la vampire. Pour une fois qu’elles sont d’accord… Isobel ne va pas renier sa nature. Seule sa petite personne l’intéresse et puis, le seul qui sache lui tirer une expression humaine : Eamon Mayfair. Penser à son père lui tire une grimace, qu’on pourrait confondre avec de l’irritation. Elle fait tomber son regard au sol puis le rattrape à la volée pour se poser en plein cœur du tableau. Elle ne veut pas y penser, ça lui serre le cœur. Parfois, elle se demande si c’est ce que cela fait, d’avoir le cœur brisé. La sorcière se demande si c’est ce que ressentent ses amants, lorsqu’elle s’en va, avouant le mensonge ou la lassitude en fonction. Ou alors… est-ce pire ?

Heureusement, Silje revient à la charge, critiquant la sorcière à travers les choix de Giovanni ; et la distrait ainsi du sort de son père. S’il est heureux à son bras, elle ne peut pas en dire autant. Elle est déjà ennuyée, à dire vrai. Mais le peintre lui permet de passer le temps et il est bon amant. Elle trouverait cela dommage de gâcher ce corps de dieu, cet esprit enjoué et l’occasion de venir marcher sur les platebandes de la vampire. Alors elle s’accroche au bras de l’italien.

« Although I am not sure why you would brag about him being sick enough of seeing your body to desire drawing mine.
— Oh, he is not. » Ses mots sont vagues, son regard tout autant ; malgré cela un léger sourire perce son visage pâle qui se tourne en direction de Giovanni. Il sait y faire, il n’y a pas à dire là-dessus, il capture son audience, laisse son charme opérer. Néanmoins, il est heureux, et Isobel le préfère triste. Lorsqu’il pleure sur ses genoux, lorsqu’il donne à peu près tout pour rattraper l’erreur qui lui vaut les reproches de la sorcière. Elle préfère le voir à ses pieds — quoi que réflexion faite, elle n’a pas besoin pour cela qu’il soit désespéré. La Mayfair se demande ce qu’il adviendra de lui quand elle partira ; elle n’est pas l’amour de sa vie, c’est certain et heureusement pour lui, se dit-elle, néanmoins son impression sera aussi fugace qu’intense. C’est presque purement marketing. Peut-être se servira-t-il de son désespoir pour plonger dans les ténèbres de son talent d’artiste ? Ou alors arrêtera-t-il l’art pour un temps ? Isobel s’avoue ne pas être sure du destin de Giovanni à ce niveau très précis. Après tout, ça n’est pas parce qu’il est meilleur sexuellement après une “dispute“ que son talent suivra.

« He’s disappointed, as he should be.
— Hm. Les deux regardent dans la direction de l’italien, un vague sourire reste toujours en place sur les lèvres de la brune.
— He won’t be for long. » Les mots, mystérieux, attisent sa curiosité et elle fait un effort particulier pour ne pas jeter un regard en ce sens à la vampire. Il ne manquerait plus que ça. Non, lorsqu’elle est avec Silje, elle doit se contrôler car Isobel sait que la mécène est extrêmement attentive à tous les détails. Rien ne lui échappe.
« You should enjoy being the center of the attention while it lasts. » Son regard passe de Giovanni à la vampire, un air amusé se pose sur les traits de son visage tandis qu’elle se redresse, baisse les yeux pour atteindre celui de Silje. Son attitude fait rire la sorcière, Isobel voit bien que la mécène prend goût à leur petit jeu enfantin, deux créatures purement magiques se marchent dessus et Giovanni se trouve au centre. Silje a beau faire « l’adulte », la sage, celle qui a plusieurs décennies d’avance mais Isobel n’en a que faire à cet instant alors qu’elle ne montre pas plus de maturité qu’elle-même. C’est pourquoi elle ne prend pas le pic de la vampire trop à cœur, pas celui-là. Parce qu’elle ne s’attend pas à ce que cela dure, jamais. Pourquoi s’attacher à ces petites créatures inoffensives, des marionnettes sans réelles ambitions, des morceaux de chaire qu’il faut pousser ou écraser. Giovanni parti, ce sera ensuite quelqu’un d’autre, puis un autre. Et quand elle aura assez des petits talents, Isobel se tournera vers l’un de ses créateurs fétiches, un photographe, peu lui importe. Ça n’est qu’un passe-temps qui la délivre au milieu de son travail.

« God knows that in two centuries, those paintings will be lost in someone’s attic, and you along with them.
— And I am the bad one, here ? L’exclamation est lancée à la volée, un petit rire s’est échappé de ses lèvres. Isobel s’amuse. Son sourire en est la preuve, celui qu’elle laisse flotter alors que la vampire lui accorde enfin un vrai regard, tournée vers elle. D’ailleurs, quelque chose change dans son expression, le sourire devient presque carnassier et Isobel se surprend à trouver la vieille matronne exaspérée plus charmante encore. Alors elle l’observe vraiment, comme elle le ferait d’une œuvre d’art, avec l’application réservée aux amateurs d’art, que dit-elle… aux esprits dignes de recevoir cet art.

« You missed your window, child. You’re three centuries late. » L’expression ravie de la sorcière s’agrandit, encore un peu. Elle adore cette manière qu’à la vampire de la sous-estimer, “child“. C’est si facile après tout, Isobel s’attache à ne pas montrer son potentiel, cache du regard étranger l’étendue de ses capacités. L’enfant capricieuse. “Child“.

« And I think you’re too many centuries old, just to be, but here you are. Enjoying it. And you know what ? Just right now, I like you. » Le regard de la sorcière devient malicieux alors qu’elle se rapproche un peu plus d’elle, réduit la distance, pointe la courbe de ses lèvres de son index manucuré. « Aren’t we just the same somewhere ? Look a you, this smile, I do love it. It gives you a lil something… less frigid, I’d say. You love playing this little game of ours, don’t you ? Le sourire de la sorcière se teinte de sensualité, elle lui adresse un de ses regards particuliers qu’elle ne conserve que pour quelques âmes choisies. It’s a shame you can’t feel anything, my dear, ‘cause you've successfully turned me on. » L’être sensuel hausse un sourcil comme pour appuyer l’énoncé qu’elle lui glisse sur le ton de la confidence. Ceci fait, Isobel recule d’un pas en arrière, percevant la présence de Giovanni, pas loin. La sorcière lui adresse un signe de main, toujours postée aux côtés de la sponsor, ce à quoi l’italien répond par un large sourire.

« Hm, by the way, I didn’t even have to use anything to have him. He’s pretty weak before a pair of big blue eyes, isn’t he ? Please give me a call when you fix this problem, because I know you’ll have to do your thing to get rid of me, am I right ? »

© TITANIA

_________________
BELLADONNA ♤ la liaison dangereuse
and he said ;

“she was a catch, we were a match
I was the match,
that would fire up her snatch, but there was a catch,
I was no match
I was fired from her crotch
now I sit around and watch
the mermaids sun themselves,
out on the rocks
they are beyond our touch,
I watch and watch
them wave at me, they wave and slip
back into the sea“
c) nick cave
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3364-dad-i-want-a-squirrel-isobel http://dmthbegins.forumactif.org/t3397-isobel-mayfair#73736 http://dmthbegins.forumactif.org/t3391-isobel-mayfair#73506 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar

→ ORDRE CLANIQUE : L'Essaim, fidèle à la Mascarade depuis qu'elle existe, et bourreau de l'ombre du Prince.
→ NUISANCE DEPUIS : 702 années
→ SOUS L'EMPRISE DE : Aliénation (niveau 4) et les conséquences sur son esprit
→ ERRANCE : Elle se trouve généralement chez elle, sauf lorsqu'il lui faut être à l'Elysium, qu'elle a d'ordinaire l'habitude d'éviter.
→ TROMPE L'ENNUI : Directrice de l'Orchestre Symphonique de Bâton-Rouge, elle partage son temps entre les galas de donations et les cours aux jeunes prodiges.
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Passionnée. Talentueuse. Inapprochable. Elégante. Droite. Fière. Excessive. Généreuse. Parfois cruelle. Emotionnellement inaccessible. Effrayée par la solitude. Mentalement instable. Bienveillante envers ses protégés. Obsessionnelle. Loyale. Romantique. S’attache facilement. N’a plus qu’un seul grand amour dans sa vie, la musique « classique ».


→ AVATAR : Noomi Rapace
→ CREDITS : Avatars : SWAN, baclava, abandon, avengedinchains, TAG. Gifs : tumblr
→ MENSONGES : 72

†


MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   Sam 1 Sep 2018 - 22:16

Isobel
&
Silje
Into the jaws of Death,
Into the mouth of hell,
Rode the six hundred.

C’est une danse qu’elle connaît bien, finalement, même si elle ne l’a plus pratiquée depuis longtemps. Cette bataille d’égos est guère étrangère aux vampires, qui doivent se fréquenter bien plus longuement que ne font les humains. Alors chacun trouve ses armes. Leur charme est impossible à nier, mais l’expérience de Silje lui a montré que ce n’est qu’une illusion parmi tant d’autres, un simple moyen d’obtenir ce qu’ils veulent. Elle-même n’est pas étrangère à la séduction, même si ça ne va que rarement plus loin. Elle ne trouve au physique rien de plus qu’un attrait esthétique plaisant. Mais la créature qui se tient devant elle est loin d’avoir les mêmes scrupules, et Silje regretterait presque de ne pouvoir se battre à armes égales avec la sorcière, au moins pour le plaisir de voir qui remporterait ce combat-là. Mais elle n’est pas envieuse de cette tendance à s’abandonner à l’animalité de leur âme, et ce depuis longtemps. Elle avait peut-être regretté, peu de temps après sa transformation, de ne plus ressentir ce type particulier de désir, mais cela n’avait pas duré longtemps. L’érotisme d’une morsure était bien plus fort que l’exultation des corps — et par chance, sa propre âme-sœur avait fait un vœu de chasteté.

Mais elle ne peut pas nier les mots d’Isobel, pas plus qu’elle peut supprimer ce sourire de son visage. Elle est bien transparente, à cet instant, et ça lui importe peu — parce que la sorcière ressent exactement la même chose. Il y a cette lueur de défi dans son regard qui ne fait que réveiller les ardeurs du vampire, et elle observe alors que la brune s’approche, sans réagir. Elle ne peut s’empêcher d’humer son odeur, et elle savoure en silence cette fragrance si caractéristique des sorciers. Il n’y a rien d’autre sous ce parfum, et c’est aussi décevant que ça la remplit de soulagement — elle ne sait pas si elle aurait apprécié désirer ce sang. Mais il n’a rien de talentueux, il manque ce petit parfum caractéristique de ses artistes, celui auquel elle ne sait pas résister. « Why, you flatter me. » Murmure-t-elle en réponse, le sourire pointé du doigt s’étirant, alors qu’elle fixe la brune avec amusement. Oui c’est presque dommage que son petit manège lui fasse autant d’effet qu’un iceberg. « I’ll admit, it reminds me of the good old days. »  

La sorcière est assez proche pour qu’elle puisse la sentir sans pousser ses sens, à présent, et elle en profite. Le regard qui lui est adressé ne fait que lui arracher un nouveau sourire, et elle reste stoïque face à ces attentions. Elle est bien consciente de leur proximité, ainsi que des yeux qui se glissent sur elles — de ceux de Giovanni, qui s’est arrêté de parler dans le coin de la salle. Elle se demande bien ce qu’il peut penser, et elle n’a pas à réfléchir longtemps. Elle peut ressentir son désir, et elle se retient de grimacer. C’est bien un homme, et elle ne doute pas que la sorcière puisse faire une partenaire agréable dans un couple, mais elle ne souhaite pas être rajoutée à ses fantasmes ; qui sait, il pourrait peut-être trouver le courage de lui proposer une telle chose, et elle en est horrifiée rien que de l’imaginer. Mais elle en profite peut-être un peu, parce que la sorcière n’a pas tort, et que leur situation l’amuse follement — c’est qu’on s’ennuie vite, après quelques siècles. Alors elle s’enhardit, et à la confession de la brune, elle glisse ses lèvres juste assez près de sa gorge pour effleurer la peau, jusqu’à son oreille. « Don’t be fooled, darling. Our pleasures simply differ. It’s a shame that your blood is so bland, or you’d turn me on too. »  

Et elle ne bouge pas alors que la sorcière se recule, lui offrant un simple sourire, dévoilant avec amusement sa dentition, dont les canines restent résolument rétractées. Giovanni attire son regard au même moment qu’Isobel, et elle se retient de lever les yeux au ciel en le voyant ainsi. Il a une lueur dans les yeux qui l’agace, qu’elle lit bien trop facilement. Alors, sans trop savoir pourquoi, elle rit aux mots de la sorcière ; peut-être parce qu’elle pense exactement la même chose. « I have met few men who aren’t weak before a beautiful woman. » Elle est consciente de ce compliment, lâché à demi-mot, mais elle ne le regrette pas — elle n’est pas aveugle, et elle comprend bien que le charme que dégage la sorcière peut emporter n’importe qui. Et elle jette un regard à la jeune femme, esquissant un léger sourire à son observation. « What thing ? » Lui répond-elle, avec un faux air innocent. Elle n’a pas tort, par ailleurs, car en regardant Giovanni, elle sait déjà qu’elle n’aura pas d’autre moyen pour le détacher de la sorcière. Peut-être le laissera-t-elle entre ses pattes juste un peu plus longtemps, pour les torturer l’un et l’autre ; elle n’est pas fière de ce petit côté sadique, mais il faut trouver son amusement où elle peut, et elle ne s’est jamais prétendue être une sainte.

Elle voit Giovanni conclure sa conversation, et elle sait déjà qu’il va se diriger vers elles. Elle n’a aucunement envie de lui parler, mais elle n’a pas non plus de raisons de se soustraire à sa présence. Il est à quelques pas seulement lorsque les premières notes d’un nouveau morceau parviennent à son oreille, et elle se tourne à temps pour voir l’un des convives sourire à l’orchestre. Elle grince des dents, et elle entend à peine les salutations du peintre. Elle sait pourquoi il est là : il est temps de dévoiler l’œuvre principale. Mais elle ne peut pas rester ici, parce qu’elle sait que Giovanni est trop poli pour interrompre les musiciens, mais elle refuse de les entendre. « Pardon me. » Lâche-t-elle dans un souffle, contournant les deux amants sans les regarder. Elle sent la déception de Giovanni mais elle ne lui importe guère. Elle se fraye un chemin jusqu’à la porte, et se glisse à l’extérieur. Le ciel est dégagé, et elle fait quelques pas sur le côté, jusqu’à s’adosser au mur, à l’écart des autres fumeurs. Elle regarde les étoiles, ses doigts attrapant la chaîne qui repose entre ses seins. Elle trace la croix en or du bout des doigts, soupirant alors que le morceau lui parvient toujours aux oreilles. « Amore mio. » Murmure-t-elle dans le silence, les yeux fixés sur une constellation qu’elle connaît par cœur. « Mi mancate. »  
 
Elle est en train de fumer une cigarette lorsqu’elle entend la porte s’ouvrir, sa croix à nouveau camouflée sous son col. Elle expire longuement sa bouffée, les yeux tournés vers les étoiles. « Have you ever had your heart broken ? » Demande-t-elle à Isobel, sans la regarder. Son ton est distrait, et ses pensées sont ailleurs ; bien loin de cette galerie, de ce pays, même. Elle attrape une cigarette de sa boite et la tend à la sorcière sans un mot, reprenant une bouffée. « I have no doubt that you have broken many hearts. But did you ever experience what you are going to do to Giovanni ? » Pas que le garçon soit forcément amoureux, d’ailleurs, mais décidément assez attaché pour que la séparation soit douloureuse. Elle se tourne vers Isobel, alors, et sort son briquet de l’une de ses poches, s’approchant de la sorcière pour allumer sa cigarette. « I suppose it makes no difference to you. You might even enjoy it, the power it gives you. I know I do. » Elle a un sourire aux lèvres, mais il est vide d’émotions. « It’s addictive, that pain. It drives people mad. »  

 
CODAGE PAR AMIANTE

_________________
Deep within the corners of my mind + 
I keep a memory of your face, and I only pull it out when I long for your embrace. Deep within the corners of my mind, I'm haunted by your smile as it promises me joy like a journey to a tropic isle. It's not hard to see what you do to me is like a page right out of Ernest Hemingway ; though I try to fight, all the words you write leave me standing in the starring role in some tragic lover's play.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3312-i-thought-i-was-flyin-but-maybe-i-m-dyin-tonight-silje#71045 http://dmthbegins.forumactif.org/t3392-pieces-silje-degard#73525 http://dmthbegins.forumactif.org/t3319-i-remember-walking-you-to-hell-silje#71261 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord http://dmthbegins.forumactif.org/f71-habitations
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Tisserande — Voie de l'esprit ; illusions, cartomancie; invocations daïmoniques
→ ERRANCE : Dans les clubs de Bâton Rouge et au Coven
→ TROMPE L'ENNUI : Héritière ; mannequin ; muse ; future PDG de la Mayfair corp
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Capricieuse ; Emportée ; Méfiante ; Manipulatrice ; Narcissique ; Inflexible ; Rancunière ; Curieuse ; Hédoniste ; Désarmante ; Sensuelle ; Bornée ; Indolente ; Sournoise ; Maligne ; Calculatrice et stratège ; Théâtrale ; Sans scrupules ; Tendances cleptomanes ; Sans limites ; Indépendante ; Insolente, refus d'autorité


→ AVATAR : Krysten Ritter
→ CREDITS : me ; weheartit
→ MENSONGES : 313

†


MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   Sam 6 Oct 2018 - 12:25



so, we meet again

« Ou vous avez un rival ou vous n'en n'avez pas. Si vous en avez un, il faut plaire pour lui être préféré (…). »





« Don’t be fooled, darling. Our pleasures simply differ. It’s a shame that your blood is so bland, or you’d turn me on too. » La brune retient un soupire agacé, se laisse pour autant le plaisir de ressentir sa peau se soulever, frisson léger dans son cou au passage de la vampire. Si seulement. Silje soulève un point qui a le don de la rendre profondément frustrée. Isobel n’a pas ce talent que les poulains de la mécène, n’a pas le coup de crayon, la pensée avant-garde. Elle n’est que la spectatrice conquise des arts, amatrice des belles choses. Isobel a le goût du luxe et du beau, elle sait repérer, harmoniser, évaluer mais créer… Créer est une chose différente qu’il lui est hors de portée.
Elle se recule alors, reprend sa place avant de trop attirer les regards même si ce n’est certainement pas ce qui la dérange en réalité.

« I have met few men who aren’t weak before a beautiful woman. » Un simple sourire s’étire sur les lèvres d’Isobel. Elle n’en finit pas de sourire ce soir, c’est presque étonnant, c’est vivifiant : ce jeu, cette danse qu’elle connaît et découvre en même temps. Il faut dire que la vampire n’a rien d’un partenaire de jeu ordinaire et la sorcière s’amuse vraiment. Ah, si seulement la créature n’avait pas été de cette espèce buveuse de sang, la Mayfair aurait bien aimé voir ce qu’il se passerait au creux de draps.

Les deux regards braqués vers Giovanni, Isobel a l’occasion de lire sur le visage de l’artiste les fantasmes qui lui passent par la tête. Pour un artiste impliqué dans sa carrière, l’italien ne semble fonctionner ce soir qu’en accord avec son deuxième cerveau. Évidemment, ça ne dérange pas Isobel, qui en plus de récolter les fruits de son travail acharné, arrive à contrarier la mécène. Mais elle doit avouer qu’elle trouve ça pathétique, pour un peu. L’inconstance typique d’un être humain sous-évolué. Elle retient un soupire, se contente de garder un sourire tranquille qu’elle dirige ensuite vers la vampire qui attire son attention. « What thing ? » La sorcière laisse échapper un léger rire, note l’air faussement innocent, tord son sourire dans une expression malicieuse. Alors qu’elles avancent dans la soirée, la Mayfair découvre Silje sous des nouveaux jours, apprécie l’air mutin, simple, hors de la rigidité agaçante qu’elle se colle sur le visage constamment. Grave, noble, méprisante. C’est fatiguant de s’adresser à un mur, mais voilà que la vampire est engagée dans le jeu et Isobel se fait un plaisir de l’y guider plus encore. Elle se livre, peut-être même sans le savoir, plus sincère de temps en temps, le visage contorsionné dans des expressions qui font rire Isobel. Elle n’est décidemment pas venue pour rien, repartira avec la satisfaction de l’avoir ennuyée, avec Giovanni au bras, sure de finir la nuit elle-même contorsionnée, avec un compliment qui ne lui a évidemment pas échappé.

La brune se laisse emporter par ses pensées, les ongles calés contre le verre entre ses mains, oubliant presque une seconde le monde autour d’elles. La compagnie de la vampire ne la dérange pas, leur mésentente est un terrain de jeu, leurs conversations une réelle source de distraction. Mais bientôt, le silence respecté par les deux créatures est interrompu par l’arrivée de Giovanni, annonce le départ de Silje. Un regard vers la mécène qui s’éloigne après s’être excusée et Isobel comprend sans comprendre que quelque chose la dérange. Peut-être Giovanni lui-même à qui elle en veut de ne pas s’être présenté à l’heure. La sorcière se retient de jeter une épaule indifférente et repose son regard sur le peintre qui doit certainement penser la même chose que la Mayfair. Elle le voit bien, sur son visage, les traces du souci. Elle aime bien cet air affligé qu’il se donne parfois. Elle l’aime supplicié, fatigué, énervé, en proie à toutes les émotions les plus franches et les plus contradictoires, incapable de raisonner avec ce cerveau un peu trop sur de ses capacités. Isobel observe son amant à la lumière de la pièce, elle sait ce qu’il va lui dire.

« She’s still upset.
— I know, baby, I tried to apologize. Et elle ment, évidemment, se rapproche de lui, lui donne la possibilité de respirer son parfum, choisi par et pour elle, fragrance unique. I said it was my fault. Isobel navigue entre fait et calomnie, consciente qu’un beau et bon mensonge est toujours enrobé de vérité. Elle dépose une main sur le torse de l’amant, la passe affectueusement près du col. I am sorry by the way, that you missed this great opportunity, the director himself,… Elle lui fait mal, le ton pourtant désolé, Isobel s’amuse, perverse, observe l’étincelle de déception traverser le regard de l’italien qui a bien conscience de ce qu’il vient de louper. Si elle n’était pas maitresse de ses émotions, si elle n’avait pas la maladie du contrôle, la Mayfair laisserait échapper un sourire malin et/ou un soupir désireux. I did not know. I’ll try to redeem myself. La brune plonge un regard désolé dans celui de son amant, dépose un baiser sur le côté de ses lèvres, continue de s’enivrer à sa manière, de l’emporter, lui, faible, dans ses illusions. I’m sure she will do her possible to make this happen again. I’ll try to convince her again.
— You don’t have to. Not your fault, I should have known.
— She is stubborn but she’s good, you know, she believes in you so… It will be ok, I know it.
— By the way I thought you didn’t know her well, but you seemed pretty close. Un mince sourire s’élève sur les lèvres de l’artiste, un peu rasséréné par l’idée qui lu traverse l’esprit.
— I met her few times at my father’s company, that’s all.
— Hm hm. Isobel laisse échapper un petit rire.
— I can read your mind and it is naughty around there. You know I don’t share my stuff. C’est au tour du peintre de s’exclamer, visiblement amusé par l’arrogance Mayfair.
— Stuff ?
— Yeah. Elle lui fait la moue, s’amuse un peu en s’éloignant, sa main traine dans celle de l’amant. Elle est décidée à retrouver Silje, continuer le jeu. I’ll go and find her to make sure she’s not upset anymore. You’ll owe me one. » Elle lui adresse un clin d’œil avant de s’éloigner, se retourner, lui dévoiler la grande plongée en V dans son dos qui laisse apparaître sa peau claire alors qu’elle suit les traces de la vampire.

Avant de passer les portes, Isobel récupère le manteau qui lui est tendu ; grande silhouette noire qui rajoute de la hauteur à cet être déjà longiligne puis rejoint Silje qu’elle dépasse de pas mal de centimètres d’ailleurs.
La sorcière inspire longuement, adore l’odeur qui traine les rues le soir. La porte se referme dans son dos et elle vient faire claquer ses talons sur le sol pour se poster aux côtés de la vampire. Elle l‘observe, tranquille, accepte le silence que la mécène brise finalement plus tôt que prévu, avant elle, et avec une question qu’elle ne penserait pas entendre. La surprise marque le visage d’Isobel jusque-là simplement intéressé par l’air distrait de son adversaire de choix.

Silje regarde ailleurs mais bouge pourtant. C’est une question intéressante, après tout, elle est loin d’être stupide. Avant que la Mayfair se mette en quête d’une cigarette également, la créature semble lire dans ses pensées et lui en tend une qu’elle attrape évidemment. « I have no doubt that you have broken many hearts. But did you ever experience what you are going to do to Giovanni ? » Isobel acquiesce, Giovanni est assez attaché à elle pour ressentir les affres de la jalousie, de la colère, pour avoir l’envie de se racheter à la moindre erreur, pour la considérer comme le centre actuel de son univers. Elle l’inspire, il la dessine, l’adore à sa manière. Alors il lui sera douloureux lorsqu’elle le laissera tomber, quand elle en aura bien assez et que les différentes raisons pour lesquelles elle s’accroche à lui n’auront plus de valeur. Silje connaît Isobel et s’attend déjà à devoir récupérer son poulain blessé. Mais la Mayfair n’a aucun doute sur les capacités de l’immortelle a remédier à cette situation.

La flamme surgit et Isobel glisse le bout du rouleau de nicotine à sa rencontre, laisse Silje l’allumer sans résistances ; ne répond pas encore aux paroles lancées dans l’air. La créature lui apparaît différente, presque soucieuse, non pas du sort de Giovanni qu’elle doit savoir scellé mais… quelque chose relativement dans le contexte s’imagine la sorcière. Une peine de cœur ? Alors qu’elle s’exprime à nouveau, l’héritière garde son regard rivé sur elle, glisse la cigarette entre ses lèvres, puis expire une première bouffée salvatrice. Voilà bien quelque chose dont elle ne pourrait pas se passer, assurément.

« It’s addictive, that pain. It drives people mad. »

La sorcière déporte son regard sur le paysage urbain qui les entoure, l’architecture caractéristique de leur environnement ; qu’elle aime d’ailleurs, profondément. Elle garde le silence quelques longues secondes, médite sur les mots prononcés, un léger sourire aux lèvres.

« Thanks. » Pour la cigarette. « You’re right, when you say it is addictive. I like them when they are no longer reasonable, when they can only speak through the prism of their raw emotions. No lies, no games. Pure hatred, jealousy, deceived affection, when they love again, just one seconde after the betrayal. When they adore beyond limits. I know that it makes me a bitch, I don’t care. I have a taste for power. At least I am no hypocrite. » Isobel inspire longuement la nicotine pour la recracher une seconde après, le temps d’emplir ses poumons, ruiner sa santé. C’est le seul plaisir nocif, humain, auquel elle s’adonne avec l’alcool — mais rarement à outrance. Elle tient à son cerveau, à ses capacités, qui se retrouveraient inhibées dans le cas d’une surconsommation. « As for my heart, elle s’interrompt, reprend une bouffée, No, it was never broken. I never allowed myself to love enough to make it possible, I am only playing games. » Elle fait une pause, lève son regard vers la lune qu’elle peur apercevoir puis le baisse en direction de Silje avec qui elle est incroyablement sincère ce soir, peut-être plus que jamais. « However, I am not stupid. I know it will happen someday. I’m sure of it, someone will come and go, will take and break it, sooner or later. I won’t be able to prevent it and you’ll have, maybe, the chance to see me at my worst. Everybody has it hearts broken at one point, if it’s not for a lover, it’s a father, a sister, a stranger. Even when you think you don’t have anything to lose or break. » Isobel en a conscience et parfois, ça la plonge dans l’effroi alors que la seule personne qui lui impulse de l’affection est en train de mourir. « I’m guessing you’ve had the displeasure of meeting the one who could cause such a thing ? This air on your face ? »


© TITANIA

_________________
BELLADONNA ♤ la liaison dangereuse
and he said ;

“she was a catch, we were a match
I was the match,
that would fire up her snatch, but there was a catch,
I was no match
I was fired from her crotch
now I sit around and watch
the mermaids sun themselves,
out on the rocks
they are beyond our touch,
I watch and watch
them wave at me, they wave and slip
back into the sea“
c) nick cave
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3364-dad-i-want-a-squirrel-isobel http://dmthbegins.forumactif.org/t3397-isobel-mayfair#73736 http://dmthbegins.forumactif.org/t3391-isobel-mayfair#73506 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: so, we meet again ø silje   

Revenir en haut Aller en bas
 

so, we meet again ø silje

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Downtown-