AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 daddy issues ø lysander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 28 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Tisserande — Voie de l'esprit ; illusions, cartomancie; invocations daïmoniques
→ ERRANCE : Dans les clubs de Bâton Rouge et au Coven
→ TROMPE L'ENNUI : Héritière ; mannequin ; muse ; future PDG de la Mayfair corp
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Capricieuse ; Emportée ; Méfiante ; Manipulatrice ; Narcissique ; Inflexible ; Rancunière ; Curieuse ; Hédoniste ; Désarmante ; Sensuelle ; Bornée ; Indolente ; Sournoise ; Maligne ; Calculatrice et stratège ; Théâtrale ; Sans scrupules ; Tendances cleptomanes ; Sans limites ; Indépendante ; Insolente, refus d'autorité


→ AVATAR : Krysten Ritter
→ CREDITS : me ; weheartit
→ MENSONGES : 310

†


MessageSujet: daddy issues ø lysander   Jeu 30 Aoû 2018 - 12:41



daddy issues

ft. lysander

I'm unclean, a libertine
And every time you vent your spleen,
I seem to lose the power of speech,
You're slipping slowly from my reach.




« I thought I’d find you here.
— Yeah, well, someone brought to my attention that Hendrix was here this morning.
— I…
— The housekeeper, mom. The fuckin’ housekeeper. Amazing.
— Don’t be like that.
— Like what ? Like… me ? » Avra pousse un soupir, le regard qui glisse sur la silhouette de sa fille, assise dans un vieux siège aux côtés de son père. Isobel ne la regarde pas, se contente de serrer un poing sur l’accoudoir, et la main de son parent dans l’autre. Son attention est concentrée sur Eamon, les yeux fermés, le père Mayfair est plongé dans un sommeil plus ou moins tranquille. L’héritière déteste ça, déteste cette foutue pièce, ce lit, le mal sans racines qui ronge son père et sa mère qui se tient derrière elle, dans l’encadrement de la porte. Elle a envie de secouer sa génitrice comme un prunier, lui faire cracher les dernières nouvelles du médecin, guérisseur, peu importe, du meilleur type pour gérer la situation. Mais elle se contente de rester assise, la priver de son attention comme moyen de torture. Avra ne mérite pas qu’Isobel la regarde.
La mère ferme la porte dans son dos et finit par s’approcher de son héritière, dépose une main sur son épaule, que la jeune brune ne rejette pas, étrangement. Sans lui accorder pour autant un regard, elle s’avoue qu’un contact avec sa mère ne lui fait pas de mal. Isobel est paumée, pliée en quatre au milieu de sentiments contradictoires. Pour la première fois de sa vie, elle expérience un tas d’émotions opposées. La peur de perdre quelqu’un, la haine qu’elle éprouve envers Avra Mayfair et l’envie de se réfugier dans ses bras. La colère et le besoin, le manque qui s’installe. Ça ne lui plait pas, elle perd le contrôle de la situation et Isobel déteste ne pas avoir la main mise sur ce qui l’entoure, notamment ses parents. C’était tellement mieux quand les deux femmes Mayfair n’avaient pas besoin de se parler, quand Isobel pouvait se confier à son père des heures, quand elle se retrouvait au milieu des deux ; couvée par l’un, punie par l’autre. Quand tout était normal pour la sorcière pourrie gâtée. Non, aujourd’hui, une part d’elle-même se sent obligée de faire alliance avec sa mère. L’idée lui fait pousser un soupir sonore, un sifflement entre les dents.

« What did he say ?
— Nothing new.
Mother. Elle pause, inspire. Stop lying. You’ve been cryin’, make up is a mess.
— His health took a severe downturn, these past days. Hendrix can’t find a reason why.
— get rid of him, so, let’s find someone else, someone qualified.
— Isobel.
— I’m serious. We’re fucking witches, Mayfair witches, for god’s sake, there MUST be someone in our entourage…
— There isn’t. Hendrix’s the best.
This, is not ok. I’m not ok.
— I know. »

L’héritière Mayfair serre la mâchoire, elle maudit à peu près tout et n’importe quoi, n’importe qui ; y compris elle-même. Son père constitue le centre de son univers brillant, le cœur qui lui manque, la tendresse qu’il lui inspire est incomparable. La sensation d’être impuissante face au mal qui ronge son parent la prend à la gorge, assaillie par le doute, la sorcière se sent prise au piège dans une situation qui n’a qu’une terrible finalité. Ça ne lui dit rien, tout ça, après tout, elle a toujours tout contrôlé, toujours fais en sorte que le destin soit clément avec elle. Pourquoi n’aurait-elle pas l’avantage encore une fois ? Isobel est sure, sure qu’elle peut y faire quelque chose. Il est hors de question pour la Mayfair de rester là les bras ballants.

« Can you please leave me alone, now ? La main de la mère Mayfair glisse de l’épaule aux cheveux noirs de son enfant.
— Yes. I’ll make you tea.
— Don’t bother. And stop being kind to me, it is disgusting. La sorcière brune repousse sa mère d’un geste d’épaule, presque involontairement mauvaise, vipère, loin d’être habituée aux élans tendres de sa mère. Il lui est plus facile de la renier plutôt que d’abattre sa fierté et reconnaître que la douceur de ses gestes lui fait du bien. Ses yeux se remplissent de flotte, fort heureusement sa mère ne voit rien. Go, now. I just want to be with daddy. I’ll tell you if he wakes up.
— I’ll be in my room. »

Avra ne résiste pas, laisse retomber sa main dans la poche de son long peignoir, la pauvre femme n’est même pas apprêtée et certainement pas prête pour retourner apprendre aux plus jeunes l’art ancestral qu’elle porte en ses veines.
Isobel finit par se redresser, approcher le grand fauteuil pour revenir s’y caler, au plus près de son père endormi. Un livre entre les mains, elle lui lira de longs passages jusqu’à ce qu’il s’éveille, fatigué mais pourtant ravi de voir son unique enfant.

ø

Isobel regarde la route, les sourcils froncés, les bras croisés sous sa poitrine. Elle se refuse de donner ne serait-ce qu’une pointe d’attention à la sorcière qui tient le volant de la voiture. Ça l’énerve, ça l’agace. Comment a-t-elle pu se faire avoir ? Elle n’a rien fais de mal après tout. Rien, à part ne pas être sur le bon territoire, certes. Mais ça n’est rien, elle n’est pas allée foutre son nez dans leurs rituels, ne s’est pas cachée derrière les buissons pour observer. Rien fait, si ce n’est chercher quelque chose pour reprendre la situation en main, reprendre l’ascendant sur la maladie inconnue qui ronge son père. Isobel se sentirait dramatiquement coupable de ne pas faire le nécessaire pour aider son pauvre parent, son préféré. N’est-elle pas la fille d’un grand sorcier après tout ? N’a-t-elle pas le devoir de s’occuper de son père, de lui sauver la mise ? L’idée de le perdre la perd dans d’affligeantes pensées, des abysses qu’elle ne connaît pas et qui l’angoissent. Isobel refuse de se laisser, de le laisser aller.

Alors ce ne sont pas ces foutues voodoo witches qui l’empêcheront d’atteindre son but. Aucune limite, aucune règle ne lui fait peur. Ce n’est que formel, après tout, légal ne veut pas dire juste. Elle rendrait service au monde entier en aidant son père, il n’est pas près à perdre Eamon Mayfair et, d’ailleurs, elle non plus.

Isobel jette un œil à sa manucure, adresse un regard agacé à a Steers-Carter. Elle ne comprend pas pourquoi les nanas mawuipa l’ont appelée elle. Sérieusement, entre toutes les sorcières du Coven. Elles auraient pu joindre Avra Mayfair, au moins, Isobel n’aurait pas eu à expliquer le pourquoi du comment. Elle lève les yeux au ciel, pousse un soupir, sort une cigarette de son sac et l’allume.

« I don’t know why they called you. I did nothing to bother them, I was just walking by. Isobel hausse une épaule. Weird. » Isobel ouvre la fenêtre de la voiture, fait glisser les cendres. « How’s your kid these days ? An…thony right ? » La brune se tourne vers la mère du petit Andrew, dont elle connaît parfaitement le nom, bien sur. Mais elle ne manquerait pas une occasion de l’embêter là-dessus, et changer de sujet par la même occasion.


© TITANIA

_________________
BELLADONNA ♤ la liaison dangereuse
and he said ;

“she was a catch, we were a match
I was the match,
that would fire up her snatch, but there was a catch,
I was no match
I was fired from her crotch
now I sit around and watch
the mermaids sun themselves,
out on the rocks
they are beyond our touch,
I watch and watch
them wave at me, they wave and slip
back into the sea“
c) nick cave
code: @DRAG ME TO HELL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3364-dad-i-want-a-squirrel-isobel http://dmthbegins.forumactif.org/t3397-isobel-mayfair#73736 http://dmthbegins.forumactif.org/t3391-isobel-mayfair#73506 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
 

daddy issues ø lysander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lysander Sarhtorian : présentation [validée]
» Daddy, le prédateur?
» [A reprendre - Elève - Héritier] Lysander Scamander (Thomas Brodie-Sangster) ~ 3e année à Serdaigle
» Lysander Luke Crooks ♦ Be yourself. Terminée.
» Daddy V de retour au sommet...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Brightside-