AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 Keep the streets empty for me| Avalon Winkler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Ven 7 Sep 2018 - 0:30

Keep the streets empty for me


J’étais de nouveau parti me détendre avec un petit jogging de nuit comme à mon habitude. Parfois j’avais l’impression de passer ma vie à courir et je me demandais si au final je ne fuyais pas quelque chose. Mais quoi ? Je ne faisais pas ou presque pas de cauchemars. La seule chose qui m’empêchait de fermer les yeux et de dormir paisiblement, était cette circulation, en moi, d’énergie puissante. Je ne me sentais presque jamais fatigué, sauf lorsque j’abusais de l’utilisation de magie. Enfin cette fatigue ne durait jamais très longtemps. Je savais que le feu était un élément puissant, aussi dangereux que fascinant et parfois difficile à dompter. J’avais d’ailleurs rapidement arrêté de chercher une cause à mes insomnies et avais mis ça sur le dos de la magie. Mais sans en être tout à fait certains.
Je venais juste de quitter mon appartement et avait commencé mes échauffements avant de me mettre à courir. Laissant mes foulées se régler sur le tempo de la musique que j’avais dans les oreilles, je faisais confiance à mes jambes pour me guider. Cette nuit ce serait un rythme assez rapide et soutenu, du faite que j’avais besoin d’évacuer en profondeur. Il m’arrivait très souvent de courir sans vraiment savoir ou j’allais. Je me mettais en « pilote automatique », me vidais la tête de toute pensée et me laissais porter par l’air du soir. C’était ma façon à moi de méditer.

Pendant ma course, j’étais passé devant quelques boîtes de nuits à la devanture illuminée grâce à des néons de différentes couleurs. Des fêtards sortant tout juste d’une autre soirée se pressaient déjà à l’entrée, en espérant y rentrer au plus vite. L’idée de faire demi-tour pour prendre une douche et me changer pour les rejoindre me traversa un instant l’esprit. Mais ce dont j’avais besoin maintenant c’était de tranquillité. Et je savais que ces lieux de fête étaient tout sauf calme. Je continuais donc mon chemin. Aujourd’hui je n’était pas sortis trop tard comme j’avais l’habitude de le faire. Les rues étaient donc encore bien fréquentées, que ce soit par des voitures ou des piétons. Peut être pas assez calme pour moi. Zigzaguer entre les gens sur le trottoirs et éviter de se faire écraser sur la route ce n’était pas le genre de jogging calme que j’espérais. Je m’échappais donc des quartiers trop fréquentés à la recherche d’un chemin boisé moins peuplé. Ce qui me conduisit sur un chemin menant vers ce bon vieux Coven. L’on pouvait suivre une parcelle de chemin au milieu de la végétation, plus où moins éclairé, avant qu’il ne soit engloutit par les ténèbres.  En étant prudent je continuais ma course sur la petite route du coin qui, elle, restait bien éclairée. Ce n’était pas prudent de ma part de courir sur la route de nuit sans lumière sur moi, mais je savais que le coin était très peu fréquenté et que les lumières des lampadaires me rendraient visible quoi qu’il arrive. Et puis de toute façon une voiture devait passé toute les demie-heure à tout casser.

Je n’eus pas le temps de faire beaucoup de chemin sur cette route avant de m’arrêter. Il me semblait, au début, avoir eu une hallucination, mais  quelqu’un venait bien de sortir des bois bordants la route. Il se tenait maintenant à quelques mètres de moi, immobile. Je n’était pas du genre craintif ou même paranoïaque mais je savais reconnaître un comportement hostile. La position que cet inconnu tenait indiquait clairement qu’il se mettait en travers de mon chemin. Et même si cette personne ne c’était pas encore montrée agressive envers moi, je sentais bien qu’elle ne me voulait pas que du bien. Un frisson désagréable me parcourut l’échine. J’avais reconnu l’aura d’un sorcier, ce qui n’était pas étonnant, sachant que le QG des sorciers se trouvait dans le coin. Cependant impossible de savoir si je le connaissais, son visage étant couvert par l’ombre de sa capuche. Mais peu importait qui il était, l’important était de savoir ce qu’il attendait de moi. On resta là, à se regarder en chien de faïence. J’imaginais le silence flippant qui devait régner dans le coin ajoutant à cette situation une touche de bizarre. Mais le seul bruit que j’entendais était celui de la musique qui s’échappait de mes écouteurs encore dans mes oreilles. Le plus étrange dans tout ça, c’était que je n’avais aucun souvenir d’avoir des comptes à régler avec des confrères.

Je pourrais rebrousser chemin et partir, mais il était hors de question que je lui tourne le dos. Lui faire face n’était pas non plus une bonne idée. Il nous restait la communication par le langage ce qui ne semblait pas être son fort. Mais qui ne tente rien n’a rien, pas vrai ? « Qu’est ce que… ! » Je n’eus pas le temps de finir ma phrase que quelque chose s’enroula autour de ma gorge avant de serrer très fort, bloquant l'air dans mes poumons. J’en déduisis que notre ami peu bavard n’était pas seul. Je commençais à me débattre avec toute la force dont je disposais mais plus je devenais agressif plus l’autre serrait. Et sans oxygène autant dire que cela rendait les choses compliquées. La seule chose que j’avais en tête à ce moment là, c’était de faire un beau bûcher avec leurs corps jusqu’à ce que même les os soient réduit en cendres. Mais au moment de faire appel à mon feu magique, rien ne se produisit. Je sentais son énergie brûler en moi mais pas une étincelle ne se montra. La panique s’empara alors de moi. Le premier sorcier se rapprocha et je pu clairement l’entendre murmurer ce qui ressemblait fort à une incantation. Il muselait ma magie. Mais pourquoi ? Qu’est ce qu’ils me voulaient ?
Le deuxième inconnu continua ma strangulation, serrant de plus en plus fort. Vint un moment ou privé d’air mes jambes me lâchèrent et je tombai à genoux. J’essayais désespérément de dégager ce qui entravait ma gorge mais mon bourreau me tenait d’une poigne de fer, bien décidé à m’envoyer de l’autre coté du voile. Plus ça allait et plus mon énergie me quittait. J’étais bloqué. Tout ce qu’il me restait à faire c’était espérer que mon destin me réservait une mort plus intéressante que d’être étranglé sur le bord d’une route sans savoir pourquoi. Ou que quelqu’un en mesure de m’aider passe dans le coin, ce qui était peu probable. Quoi qu’il en soit des taches noirs s’invitèrent dans mon champs de vision alors que je perdais peu à peu connaissance « Ne le tue pas, il nous le faut vivant » Murmura un des hommes. Ma force et mon corps étaient en train de me lâcher. Il ne cessa pas pour autant de m’étrangler et je me sentis glisser en douceur dans les ténèbres d’un nouveau monde.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Ven 7 Sep 2018 - 15:33

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

You got no place to hide

And I’m feeling like a villain

Got that hunger inside

One look in my eyes

And you’re running ’cause I’m coming

Gonna eat you alive.

Mes écouteurs bien enfoncés dans mes oreilles crachent la voix de la chanteuse sur une musique bien électronique ; des basses profondes qui donnent l’illusion qu’une personne marche dans une rue sombre à la recherche d’une proie, l’impression qu’un cœur bat la chamade, qu’un souffle court est caché par deux mains posées sur une bouche… La chanson est lente et pourtant elle me donne un bon rythme de course. Je repense à ma journée…

Je suis plutôt une personne du matin, mais je n’ai pas pu faire mon jogging matinal aujourd’hui. Généralement, je me lève tranquillement et cours quelques bons kilomètres avant de commencer mes journées. En tant que botaniste indépendante, je n’ai pas à pointer tous les matins dans un labo de recherche ou dans un muséum d’histoire naturelle. Je prends les contrats de recherche qui m’intéresse. D’ailleurs, je n’ai même pas besoin de ce métier, je le fais par passion, pas par nécessité. J’ai hérité de moi-même une coquette somme, de stock-options dans des grandes entreprises plutôt ecofriendly, et de toute une collection d’antiquités magiques au dix-huit ans de mon nouveau corps. Si je n’ai pas pu aller courir ce matin, c’est justement parce que j’ai accepté un contrat. Je suis allé avec mon collègue Alec faire des prélèvements dans le Bayou sur des Cyprès chauves. Il semble qu’une maladie est en train d’éradiquer certains d’entre eux. Comme à son habitude, Alec m’a baratiné pour que je me pose, que je prenne un vrai boulot de titulaire dans le labo ou que je prenne un poste d’enseignante à l’université. Il m’a dit : « Toi, l’enseignement ça te réussirait bien, ça se voit. Tu as la patience pour enseigner à des ignares ! Parce qu’on à un manque dans le département, le labo me demande de donner des TD ! À moi tu t’en rends compte ?? Je déteste enseigner. Je ne suis pas fait pour ça ! » Et il n’avait pas tort. Alec est le genre de chercheur qui préfère être sur le terrain ou dans sans labo à analyser ses données et tirer des conclusions de ses résultats. Il se dit trop intelligent pour perdre son temps dans l’enseignement et que c’est une activité pour les chercheurs qui n’ont rien à apporter à la science. Je décline la énième offre qui me fait avec un sourire et une boutade puis change de sujet.

Le début de matinée a rapidement filé dans le Bayou, les prélèvements en pochent, nous nous sommes dirigés vers le laboratoire de recherche pour analyser les échantillons. Après les avoir préparés, nous avons fait les différents tests. Conclusion : il y a bien un virus qui sévit, mais il nous faut faire d’autres tests ADN pour trouver qui est notre ennemi dans cette histoire. Je quitte Alec peu avant l’heure du déjeuner en lui donnant rendez-vous le lendemain pour de nouveaux prélèvements et me rends directement au QG de la Blanche Confrérie pour relever une de mes partenaires de sa garde de la matinée et prendre la relève pour l’après-midi et le début de soirée. Après un repas offert par un des membres je me suis accordé une petite sieste sous un gros chêne à l’arrière du presbytère, sachant très bien que si une menace approche, les sirènes me réveilleraient. Des forces obscures gravitent autour de Bâton-Rouge ces derniers temps, les récents événements en ville et la brèche dans le voile en sont les preuves. Des individus étrangers à notre communauté, mais aussi à celle de la Vaudou Queen sont en train de tirer des ficelles dans l’ombre… Mais aujourd’hui, ils ont décidé de nous laisser tranquilles… Enfin c’est ce que je pensais à ce moment-là.

Le reste de l’après-midi a été calme. J’en ai profité pour lire quelques grimoires sur la magie obscure auxquels j’ai accès grâce à mon statut. Freyja m’y a formé, me dévoilant certains de ses secrets ; ceux qui l’avaient amené à être une des sorcières les plus recherchées par le Magistère avant qu’elles n’en deviennent une des têtes de file. Mais il me reste encore beaucoup à apprendre sur cet aspect de la magie. Lors de ma longue vie, je m’étais surtout penché sur la magie noire utilisant les démons puisque c’est l’un d’entre eux qui m’avait maudit. Pour le reste, je n’en avais pas vu l’utilité puisque j’étais devenue la créature monstrueuse contre qui on devait se prémunir. Ce n’est que dans cette nouvelle enveloppe que j’ai compris que j’avais tord, et comme j’en savais déjà beaucoup sur les autres magies, je me perdais volontiers dans l’étude de la magie occulte pour savoir comment la contrer.

Ce n’est que lorsqu’une autre Valkyrie arrive pour me relever de ma garde que j’émerge. En m’étirant sur la chaise, je me sens patraque comme si mon corps est resté bien trop longtemps sans activité, ce qui n’est plus arrivé depuis bien longtemps. Je récupère donc une tenue de sport que je laissais toujours dans mon casier de la salle d’entrainement et décide d’aller courir avant de rentrer chez moi. La nuit est déjà tombée, mais il y a une petite route peu empruntée et éclairée non loin de Poudlard. Je m’y dirige à grandes enjambés quand mes poils s’irisent, mes cheveux se dressent sur le haut de mon crâne, un frisson prend possession de tout mon corps alors qu’il fait encore bon en ce mois de septembre ; mon sixième sens vient de me prévenir que quelque chose cloche non loin de là.

Et c’est après une journée plutôt tranquille que je me retrouve à travailler de nuit pour le bien de ma communauté… J’ai toujours été bonne pour pister les forces invisibles, c’est comme ça que j’ai réussi à rester en vie pendant 379 ans. Je sais donc d’où vient la magie sombre qui est en train de prendre possession de l’air ambiant et je m’y dirige en sprintant, me préparant mentalement à un autre événement du même acabit que la déchirure du Voile. C’est une tout autre scène qui apparait cependant devant moi. Trois silhouettes. Deux en capuche. La troisième ? Un joggeur malchanceux. Un sorcier qui se retrouve dans de beaux draps. « Hey ! Les affreux ! Vous ne savez pas qu’il ne faut jamais casser le rythme de quelqu’un qui court ? » Les interpellé-je en reprenant mon souffle. Je m’éponge alors le front d’une main et invoque ma bonne vieille Hésus, l’arme de gardien que m’a confié le Magistère dans l’autre. La claymore magique de plus d’un mètre cinquante de matérialise en un éclaire. Sa lame en argent scintille doucement sous les halogènes des lampadaires publics, mais ce sont les runes de protection qui étincellent qui me confirment que la magie qu’utilisent les deux affreux jojos n’est pas toute blanche.

Celui qui tient fermement la gorge du sorcier avec une corde ne lâche pas sa prise, mais l’autre jette vers moi un regard. Enfin, j’imagine, puisqu’avec sa capuche, difficile de savoir où il regarde réellement. Je saisis alors l’épée à deux mains et la tiens bien droite devant moi, et murmure un enchantement pour briser celui qui a été jeté peu avant. Je ne connais pas sa nature exactement, mais vu l’air ambiant, ce n’est pas pour aider le joggeur. Je fends l’air avec ma lame et provoque une légère brise de vent. Rien de très impressionnant, mais c’est bien assez pour rompre l’enchantement du sorcier mal intentionné. « Moi aussi je veux jouer ! » Dis-je en me mettant maintenant en garde. « Merde ! » Entendis-je crier celui qui avait les mains libres. « Dépêche-toi de le charger sur ton dos, il est inconscient là ! » Continue-t-il de dire en avançant dans ma direction. « Je m’occupe de la blondinette ! Si on en ramène deux, ils vont être encore plus contents de nous ! » Je m’occupe de blondinette ? Combien de fois j’ai entendu cette phrase dans mon existence ? Trop de fois, je pense. Il veut s’occuper de moi ? Très bien, je suis sa femme. Il a de la chance que je ne sois plus la cannibale prête à tout pour rester en vie. Je me serais déjà jeté sur lui pour lui arracher le cœur et le bouffer sur place. Bon, de toute façon, je n’arrive plus à invoquer ce type de magie avec ce corps trop jeune… Mais quand même ! Il marmonne dans sa barbe depuis quelques secondes maintenant : une incantation. J’observe Hésus dont les runes brillent encore plus. Raté ! Je m’élance en courant et viens  lui assener un gros coup pied dans l’estomac. Il semble surpris par ma motricité et de ma lucidité et n’a pas le temps d’esquiver mon attaque. Il tombe directement à la renverse et s’écrase lourdement sur le sol. Je viens poser brutalement mon pied sur sa poitrine et pose la pointe de ma lame sur sa gorge lui intimant de ne pas bouger puis déloge sa capuche de son crâne. Il semble bien jeune pour un mage noir... Ses traits tirés, son teint de craie, les cernes violacés sous ses deux grands yeux injectés de sang et aux iris sombres m’indiquent que ce n’est certainement pas la première fois qu’il touche à une magie qui le dépasse. Je sens sous mon pied qu’il est maigre comme un clou. Même avec mon épaisse semelle de course, je peux presque deviner chacune des côtes de sa cage thoracique. Je saisis mieux pourquoi c’est l’autre qui tient la corde. « Magie noire, hein... C’était censé être quoi ? Un truc qui me prive de ma magie ? De ma vivacité ? Me rendre folle ? Et tu ne comprends pas pourquoi ça n’a pas marché avec moi, n’est-ce pas ? » Lui lancé-je. Sauf que son sort, même s’il est agressif, n’est pas quelque chose de très puissant et Hésus protège son porteur de ce type de sortilège. Avec un rituel long et demandant des sacrifices, j’aurais moins fait la maligne, mais ce ne sont généralement pas le genre de sort qu’on lance dans une confrontation directe.

Il me fixe, le yeux pleins de haine. Je soupire, me penche vers lui et viens lui donner un gros coup pour l’assommer. Je relève mon regard vers l’autre gros bonnet, mais il est déjà en train de décamper avec sa prise chargée sur son dos comme un sac de patate. J’hésite un moment, je ne peux pas laisser celui-là comme ça, mais mon devoir est quand même de protéger les sorciers… Ha ! Voilà que le sac de patates s’anime…


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Sam 8 Sep 2018 - 0:23

Keep the streets empty for me


Pendant mon semi-coma il m’avait semblé percevoir des voix plus ou moins distordues ainsi que des bribes de conversations, de paroles et autres bruits étranges. Ou était-ce des hallucinations auditives ? La perception de mon environnement m’était limitée pour le moment mais j’étais persuadé d’une chose, je n’étais pas mort et j’en avais la certitude. Comment ? Je le savais et c’était bien assez suffisant. Même si je ne ressentais plus grand-chose, tous mes sens ne m’avaient pas lâchés. Je sentais l’humidité ambiante sur ma peau, et l’air chaud sur mon visage. Mais cela ne me permettait pas de savoir ce qui se passait autour de moi. Si c’était réel ou si c’était une illusion,voir un rêve, crée de toute pièce par mon cerveau pour je ne sais qu’elle raison. J’avais vite écarté la possibilité d’une illusion, sentant peu à peu mon corps reprendre vie. Je n’étais plus totalement inconscient, du moins plus maintenant. C’était bon signe pour moi. Cela voulait dire que je pouvais reprendre pleinement connaissance d’une minute à l’autre.

Je pris une grande inspiration, remplissant au maximum mes poumons d’air. Jamais je n’avais autant apprécié respirer de toute mon existence. Mais mon retour à la réalité s’accompagnait de quelques désagréments non négligeables. J’avais un mal de crâne à vous rendre fou, et tout ça accompagné de nausées et de vertiges. J’ étais mal et j’avais mal. Mais je n’avais pas perdu la mémoire pour autant et une fois que j’avais à peu près repris mes esprits, mon premier réflexe fut de chercher ceux qui m’avaient agressé. Ils ne devaient pas être loin. Sans me douter un instant que j’étais sur les épaules de l’un d’entre eux. Cet imbécile n’avançait pas vite et il peinait même à me porter correctement. Quelle que soit la corpulence d’une charge, un poids mort c’était difficilement transportable. Je ne devais pas avoir été inconscient très longtemps puisque l’on était toujours sur les lieux où ils m’avaient piégés. Et malheureusement pour lui, je sentais que ma magie était de nouveau libre et donc apte à être utilisée. Ce que j’allais faire sans perdre une seconde de plus. Il ne se doutait certainement pas de mon réveille soudain, du moins pas jusqu’à ce que je pose ma main chauffée à blanc par une flamme sur son visage. Il poussa alors un hurlement de douleur avant de s’écrouler par terre, m’entraînant dans sa chute. La terre était chaude et le bitume de la route l’était encore plus.

Une fois au sol, je rampais le plus loin possible du sorcier pour mettre le plus de distance entre nous. Il se roulait encore par terre, les mains sur le visage et criait des choses que je n’essayais même pas de comprendre. Je me traînais tant bien que mal jusqu’au pied d’un petit arbre aux branches assez basses grâce auxquelles je me hissais sur mes jambes à la force de mes bras. J’avais l’impression que tout tournait autour de moi, ce qui me faisait perdre l’équilibre et me donnait envie de vomir. C’était pourquoi je serrais mon arbre, comme un homme à la mer s’accrocherait à une bouée de sauvetage. Je fermais les yeux un moment en espérant que les vertiges passeraient ce qui ce produisit. Mais cela ne m’avait pas empêché de dégobiller mon dîner.
Une fois les malaises plus ou moins passés, place à la douleur déclenchée par une quinte de toux qui ne dura pas très longtemps. En effet l’endroit où la corde pour m’étrangler avait sévis, me brûlait. Me laissant une vague impression qu’elle était toujours autour de ma gorge. J’y avais passé ma main pour être certain que plus rien n’entraverait ma respiration. J’avais clairement une gêne, ou plus précisément une douleur, qui me rendait difficile le faite de déglutir voir même de respirer. Cependant tout ça semblait s’estomper au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient. J’allais très certainement me retrouver avec un jolie bleu autour du cou, mais j’étais en vie et c’était tout ce qui comptait.

Après un petit moment de répit bien mérité, je me rendis compte que quelque chose clochait. Ceux qui m’avaient piégés étaient deux, alors où diable était le deuxième ? Il aurait dû être avec son coéquipier. En y repensant je me demandais aussi pourquoi ils ne m’avaient pas tué. Il semblait avoir d’autre projet pour moi, pour m’emmener comme un chat emporterait une souris en offrande à
son maître. De plus je ne voyais pas ou l’autre aurait pu s’en aller. Mais je devais être prudent si pour une raison ou une autre le deuxième sorcier était resté dans les parages. Je n’étais pas en état de me battre contre quelqu’un qui avait tous ses moyens mais je restais tout de même sur mes gardes pour faire face à mon ennemi. Mon idée de les brûler tout les deux jusqu’aux cendres était restée dans un coin de ma tête et je la mettrait à exécution dès que j’aurais le deuxième sous la main. « œil pour œil, et dent pour dent » était une mes citations préférée. Je lâchais alors mon arbre pour retourner en titubant là ou tout avait commencé.

Quelle fut ma surprise de voir qu’une troisième inconnue c’était joins à la fête. Ma vision c’était éclaircie et avec l’aide de la lumière des lampadaires je pouvais très clairement la distinguer. Une jeune femme blonde en tenue de jogging et avec une épée à la main qui se tenait tranquillement au coté du deuxième sorcier qui gisait à ses pieds, inconscient. L’aura d’une sorcière puissante entourait la silhouette de la nouvelle venue. Si elle était à l’origine  du capotage de la mission des deux sorciers fous, je lui devait certainement la vie. Si elle avait mis hors d’état de nuire celui-ci, cela avait rompu son sortilège qui par conséquent m’avait permis d’user de ma magie pour me libérer. Ce n’était pas pour autant que je lui accorderait une entière et aveugle confiance. Je voulais être sur qu’elle ne représentait aucune menace pour moi. J’avais eu ma dose de sorcellerie pour le mois.
De plus toute cette histoire m’avait mis d’une humeur de chien et je voyais rouge. Je maintenais donc une certaine distance entre nous en prenant le temps de l’observer. Étrangement elle m’était familière, j’en déduisis que j’avais certainement dû la croiser lors d’un de mes rare passages au Coven mais je n’avais aucune information précise à son sujet.
Je me sentais vulnérable et sa présence m’obligeait à rester en alerte, même si elle était du côté des « gentils ». Mais ça je ne pouvais pas en être sur à 100 %, même si elle m’avait aidé à sauver ma peau. J’optais donc pour une attitude basé sur la défensive. Un moyen de cacher ma faiblesse et ainsi peut être dissuader quelqu’un qui me voudrait du mal, même si c'était un peu tard pour ça. Je m’avançais donc vers elle prudemment avant de m’arrêter à une distance respectable.« Putain, mais vous êtes qui vous ? » Lançais-je sur un ton légèrement agressif. En la regardant de plus près je me rendis compte que si cette femme avait voulu ma mort, elle n'aurait eu aucun mal à m’ôter la vie en un claquement de doigt. Après une réflexion plutôt rapide, je me disais que peut être que je n'avais pas choisi la meilleur approche envers cette jeune femme au tempérament de guerrière. Inutile d’être un génie pour se rendre compte que ma réaction était quelque peu excessive. J'avais parlé sous le coup de l'énervement et de l’adrénaline qui courait toujours dans mes veines.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Sam 8 Sep 2018 - 16:50

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Le hurlement du gros bonnet me tire un grand sourire. Sadique ? Juste un petit peu. Je ne sais pas ce que le sorcier lui a fait, mais ça a l’air vraiment douloureux. La chute des deux protagonistes me fait cependant grimacer. Je commence à me faire quelques pas dans leur direction quand j’aperçois le sac à patates se mettre à trainer en dehors de la route. Bon, s’il a assez de force pour invoquer sa magie et ramper hors de porter de l’autre idiot, c’est que son état n’est pas critique. J’irais le voir après que je me sois occupé de ses deux ravisseurs.

Je reporte mon regard sur le grand sorcier à terre. Il ne bouge plus. La douleur a dû lui faire tourner de l’œil. C’est une personne de moins à assommer ce soir… Je concentre donc de nouveau mon intention sur le jeune mage noir que j’ai mis K.O. Il est peut-être plus résistant que ce que je pense, et il pourrait se réveiller plus vite que prévu. Je réfléchis un moment observant les alentours. Je ne sens pas d’autre présence, mais il vaut mieux pour moi qu’Hésus reste matérialisé, au cas où je sois la cible d’un autre sortilège obscure. Le problème ? Il est difficile de tenir une épée de plus d’un mètre cinquante, tout en ligotant quelqu’un. Je pourrais bien appeler une autre Valkyrie à la rescousse, mais le temps qu’elle arrive, rien ne me dit qu’ils seront toujours dans les vapes. Je me dirige vers le bord de la route et crache sur le sol. Je mélange ma salive et de la terre pour faire de la boue avec mon doigt et reviens vers le maigrelet. Je lui dessine une première rune sur le front, puis une seconde sur la joue et une troisième sur l’autre et les actives. Comme beaucoup de sorciers le savent, la Terre possède sa propre magie. Le Coven est un peu loin, et la puissance magique est moindre ici, mais il y en a assez pour lui donner une certaine énergie. La magie de la Terre, au sens propre comme au figurer, mélanger avec les runes devrait pouvoir m’aider ici. Normalement, le sorcier devrait rester inconscient un moment et si la première rune n’est pas assez puissante, la seconde est censée le paralyser alors que la troisième et le rendra muet. Difficile donc de marmonner des incantations dans cet état. J’espère simplement qu’il n’a pas de don de naissance de type télékinésie, mais mon petit doigt me dit que s’il avait un tel pouvoir, il me l’aurait montré avant de mordre la poussière. Et puis même, pourquoi s’ennuyer à transporter un grand costaud comme le joggeur sur son dos si on arrive à déplacer des objets par la pensée ? À moins qu’il n’arrive pas à soulever des objets trop lourds… Bon, je verrais bien à ce moment-là.

Maintenant, les liens. J’observe la forêt autour de moi et soupire… Mère Nature ne va pas apprécier mes pratiques… Je saisis Hésus à deux mains, et pose sa pointe sur le sol en fermant les yeux. Concentration… Plus facile à dire qu’à faire quand on doit aussi garder un œil invisible sur ce qui nous entoure. Et puis finalement, ma concentration s’évanouit totalement lorsque je sens quelqu’un approcher. Je rouvre les yeux et observe le joggeur s’avancer doucement dans ma direction. Il garde ses distances, mais j’arrive plus ou moins à distinguer ses traits. J’ai l’étrange impression que je l’ai déjà croisé quelque part. Un sorcier du Coven ? Si c’est le cas, j’ai finalement réussi à éviter quelque ennui à un des membres de ma communauté. Sinon, j’ai au moins aidé un sorcier, et peut-être que cette malencontreuse aventure allait le convaincre qu’on est mieux en groupe que seul. Mais, ce n’était que l’avis d’un élémentaire qui avait du passé plus siècles seule à fuir les siens pour ne pas être exécuté…

Je m’apprête à parler, mais c’est finalement le joggeur qui ouvre les hostilités. Plutôt agressif le bonhomme… Je fais la moue. Je me demande comment réagir face à lui. Autrefois, selon la situation il m’arrivait de changer de personnalité en cours de route. Quand on vit plus de trois siècles en mangeant son prochain, on finit par devenir un petit peu… Fou. Les personnalités multiples avaient certainement sauvé le peu d’humanité qui me restait. Aujourd’hui, j’étais devenue un savant mélange de toutes celles qui avaient un jour pris possession de mon ancien corps. Après tout, la réincarnation concernait mon âme, pas ma psyché déséquilibrée. J’avais réussi à faire la paix avec moi même avant de mourir pour mieux renaitre ce qui m’avait permis de revenir moins toqué.

Victoria, mon moi originel, celle avec qui tout avait commencé, avait été la créature la plus douce et la plus compréhensible de toutes. Elle lui aurait certainement répondu quelque chose comme : « Je comprends ce que tu sois sous le choc, mais ne t’en faites pas ! Je suis là pour t’aider. Je suis une des Valkyries du Coven. » C’était simple, plutôt gentil vu le ton de l’interlocuteur et elle avait toujours placé son devoir en premier, quitte à en mourir… Sunlight, la personnalité dominante qui était prête à tout pour survivre, l’aurait certainement envoyé balader de cette manière : « Et un merci ? Ca t’écorcherais la bouche p’être !? J’ai l’air d’être le Père Noël selon toi ? Non, mais j’hallucine ! C’est la dernière fois que j’aide un toquard ! » Plutôt dure et presque sans cœur, mais elle avait été la préférée de toutes les personnalités. Elle aurait été aussi très distante, se demandant si tout cela n’était pas une mascarade pour la capturer elle. Ève était apparue quelques décennies après les deux autres. Elle avait été créée pour la survie également, mais son rôle était plus… Sexuelle ? La séduction était également une arme et lorsque Sunlight en eut assez de jouer les pimbêches, Ève prit le relais. Sans le moindre doute, elle lui aurait répondu quelque chose comme : « Je pense que je suis votre ange gardien ! Hooo ! Laissez-moi regarder vos blessures… » Elle se serait jetée sur lui et aurait minaudé. Elle aurait certainement rajouté quelque chose comme : « Vous savez, je suis douée pour guérir les gens. Venez chez moi, je vais vous soigner. » Pas très subtile, mais sa technique avait fonctionné de nombreuses fois avec les idiots du village. Sixtine était arrivé peu de temps après Ève, car cette dernière aimait bien trop flamber. Elle lui aurait certainement dit quelque chose comme : « Si j’étais vous je rentrerais chez moi et je ferais comme si rien ne s'était passé. » Avant de se pencher pour faire les poches du gamin à ses pieds. Elle aurait peut-être même essayé d’avoir une récompense pour sa bonne action. Ophélia, l’une des dernières personnalités à être apparu aurait certainement fanfaronné : « Non, mais ? Quand on est un faible, on ne se la ramène pas comme ça ! Parce que moi je l’ai explosé en cinq minutes chrono ! » Et elle aurait probablement rajouté quelque chose comme : « Faut être débile pour se faire surprendre par blanc bonnet et bonnet blanc ! Faut travailler un peu plus sur sa magie et un peu moins sur son corps mon p’tit gars. » Cleo ne serait pas intervenue, laissant Sunlight gérer. Sa part arrivée après le prélèvement des organes… Quant à Joan, la dernière personnalité… Du moins, c’est ce que nous pensions, car elle disait être là depuis bien longtemps, n’aurait même pas levé le petit doigt pour ce pauvre garçon. Elle aurait fait demi-tour en grommelant : « Non, mais c’n’est pas possible. On ne peut pas se reposer un peu dans cette foutue ville. » D’ailleurs Joan n’aimait pas le sport, elle ne serait donc jamais allait faire de jogging.

Avec du recul, et parce que je n’ai plus avoir besoin de toutes ces différentes personnalités envahissantes pour survivre, je me suis rendu compte qu’elles représentaient tout un péché capital. Victoria était l’Envie : elle aurait tout donné pour revenir en arrière, pour redevenir normale. Elle enviait toutes les autres personnes qui l’entouraient. Sunlight était la Colère : née après une injustice flagrante, c’est le sentiment qui m’avait finalement le plus caractérisé après la malédiction. Ève était la Luxure : bonne vivante, elle faisait tout pour passer du bon temps et oublier sa condition de cadavre ambulant. Sixtine était l’Avarice : il fallait au moins retirer quelque chose de ce malheur. Ophélia était l’Orgueil : née avec mes connaissances et de ma puissance grandissante au fil des siècles. Peu de personnes lui faisaient peur, elle savait qu’avec tout ce qu’elle avait vécu, elle serait capable de soulever des montagnes. Cleo était la Gourmandise : il fallait bien que quelqu’un mange ses semblables. L’acte était devenu répugnant pour toutes les autres. Et enfin Joan : la Paresse. Celle qui était prête à tout laisser tomber. Vivre demandait simplement trop d’effort.

Et aujourd’hui, en tant qu’Avalon : que répondre ? Il me faut mixer le tout, car je suis devenue chacune d’entre elles avec moins d’extrême. J’utilise d’abord les mots de l’Envie : « Ne t’en faites pas, je suis là pour t’aider. Je suis Avalon, Valkyrie du Coven de Bâton-Rouge. » Commencé-je à dire. Un peu d’Orgueil peut-être ? « Tu peux te détendre maintenant, je vais m’occuper d’eux. »

Je me rapproche doucement, afin de ne pas paraitre comme une menace — il semble déjà assez tendu comme ça — et observer son cou. Ses marques ont l’air réelles. Je repousse donc de plus en plus l’idée que c’est un guet-apens pour me mettre la main dessus. Comment auraient-ils pu être sûrs que j’étais dans le coin et que j’allais me précipiter ici ? Et puis, ce qu’a dit le jeune sorcier noir n’est pas cohérent avec cette hypothèse. Mes yeux s’arrêtent sur un morceau de chair à vif. La peau a totalement été brûler et arraché par le frottement des liens. Je grimace. Non, ça, c’est une vraie blessure. Je fais intervenir un peu de Luxure : « J’ai des connaissances en guérison, je pourrais ensuite te soigner. » Je m’éloigne pour lui laisse le temps de diriger mes paroles et enchaine « A moins que tu veuilles décamper maintenant, je comprendrais, mais je serais dans l’obligation de t’assommer aussi. » Dis-je avec un sourire de satisfaction aux lèvres, lui faisant bien saisir que vu son comportement, ça me ferait presque plaisir. Un bon coup pour se venger de l’impolitesse ? Ça, c’est ce qu’aurait certainement bien aimé faire la Colère, mais il y a un autre discours derrière mes paroles. Je précise donc ma pensée : « Parce que j’ai quelque question à te poser au sujet de ces deux branquignols. Il faut toujours interroger la victime pour savoir les motifs des agresseurs, n’est-ce pas ? Comment tu t’appelles ? »


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH


Dernière édition par Avalon Winkler le Dim 9 Sep 2018 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Sam 8 Sep 2018 - 23:08

Keep the streets empty for me


Avant que je ne l’interrompe d’une façon plutôt rustre, je devais bien l’avouer, la jeune femme avait entamé un rituel magique qui m’était totalement inconnue. La magie élémentaire comme son nom l’indiquait, usait des éléments et là il m’avait semblé qu’elle avait user de la terre. Par conséquent se pourrait-il qu’elle fasse partie des rares sorciers élémentaires de ce monde ? Si oui, elle était puissante ça ne faisait aucun doute. Elle avait réveillé ma curiosité maladive, si bien que j’en oubliai presque la douleur de mes blessures.

Elle se présenta à moi comme étant une Valkyrie  du Coven, du nom d’Avalon. Cela confirmait mon impression de l’avoir déjà croisé. J’arrivais bien à mémoriser les visages, même ceux qui n’avaient pas une grande importance. Avalon me fit face et pendant un moment je m’attendais à ce qu’elle m’envoie bouler, à cause de mon comportement, mais elle me demanda simplement de me détendre. Plus facile à dire qu’à faire, même si je voyais bien qu’elle avait la situation totalement sous contrôle. Cela ne m’empêchait pas de jeter un coup d’œil, de temps en temps, par dessus mon épaule. Mais avec sa présence et les deux autres hors d’état de nuire, il était clair que je pouvais souffler un coup. Elle s’avança un peu vers moi, observa mes blessures et fit la moue. J’étais en si mauvais état que ça ? Gentiment, elle me proposa alors  de me soigner. Je déglutis. Je n’y voyais aucun inconvénient si elle pouvait faire disparaître cette gêne désagréable autour de ma gorge. Je ne lui en serais que reconnaissant. Encore plus reconnaissant du moins, étant donné que je lui devais des remerciements et de plates excuses pour le ton que j’avais employé avec elle. Ce n’était pas mon genre d’être agressif envers les autres, surtout quand ils me venaient en aide. Disons qu’aujourd’hui avait été une exception, en vu de la fin de journée que je venais de passer. Je devais, à présent, que tout était fini, prendre sur moi et paraître un peu plus détaché de ce qu’il venait d’arriver.
J’allais m’excuser mais voilà qu’elle menaçait de m’assommer à présent ! En plus de cela elle semblait fière d’avoir eu cette brillante idée, puisque cela la fit sourire. Mais je ne pus m’empêcher de sourire à mon tour. Je comprenais tout à fait qu’elle me jette une pique, je n’avais pas été très courtois. Je m’en voulais bien assez, pas besoin de remuer le couteau dans la plaie. Mais tout ce qu’elle voulait visiblement et par dessus tout c’était comprendre le pourquoi du comment. Que voulaient les malfrats et pourquoi avaient-ils agi de cette façon ? Autant de questions dont je voulais également connaître les réponses.

« Je m’appelle Dagon Levinson » Dis-je simplement. Maintenant que je lui faisais plus confiance, je m’approchais d’elle pour lui faire face. Aussi près que le feraient deux personne discutant normalement ensemble. Je me raclais la gorge. Je voulais que ce que j’allais dire soit clair et bien compris « Je m’excuse de t’avoir parlé aussi mal tout à l’heure, alors que tu m’as aidé à me libérer. Disons que je n’étais pas tout à fait moi même, je me suis laissé emporté parce que j’étais quelque peu désorienté et vulnérable… probablement... alors merci d'être intervenue. » Je me sentais déjà mieux de l’avoir dis, sans m’attarder sur le sujet pour autant. Mon attention fut bien vite attirée par autre chose. Je jetais un regard en coin au sorcier toujours inconscient couché par terre. Je croisais mes bras sur mon torse, une position que beaucoup pouvaient interpréter comme une tentative de masquer mon insécurité momentanée. En voyant la poitrine du sorcier se soulever à cause de sa respiration, je regrettais presque qu’Avalon ne l’ai pas tué. Mon attention se reporta sur mon interlocutrice « est- ce que tu sais qui ils sont et surtout pourquoi ils s’en sont pris à moi ? ». Je doutais clairement qu’ils m’aient attaqué pour le plaisir. Donc si ce n’était pas pour ça, c’était qu’ils avaient une idée derrière la tête. Un projet macabre qui m’incluait visiblement comme invité de marque. Avalon, étant une Valkyrie du Coven, avait peut-être plus d’information à ce sujet, qu’en aurait un simple membre. Et donc des réponses pour moi, qui pourrait éclaircir cette affaire.

Je contournais Avalon pour m’approcher du sorcier inconscient. Je m’accroupis à ses cotés pour le voir de plus près. Autant dire qu’il n’était pas beau à voir. Il semblait jeune mais malgré ça, il était très pale, avec les traits affreusement tirés et des orbites cernés de violets, bordés par des cernes à faire pâlir un insomniaque. Sans parler de sa maigreurs. Je misais sans aucun doute sur les conséquences de la pratique de la magie noir.  Souvent ceux qui s’engageaient dans cette voie y voyaient le gain de pouvoir immense, mais bien souvent ignoraient le prix de cette magie. Quand à ceux qui pratiquaient la magie noir en toute connaissance de cause et bien, ceux là, pour moi étaient des causes perdues. Il fallait être fou pour sacrifier sa condition au nom d’un plus grand pouvoir, bien souvent payé par le prix du sang. S’en était que plus triste lorsque c’était de jeune personnes qui tombaient dans le piège. Mise à part l’état physique du sorcier, je remarquais les runes qu’Avalon, très certainement, avait dessiné sur son visage. C’était fascinant. Je me relevais pour m’adresser à la sorcière « Dis moi, qu’elle est donc ce sortilège que tu utilises sur cette imbécile et qu’est ce qu’il lui provoque ? »

Je me sentais soudainement bien à l’aise en sa compagnie, peut être un peu trop. J’étais comme ça. Un inconnu pour moi était un potentiel ami, pas un ennemi. Et une fois que j’avais compris qu’Avalon était plus du coté des « amis » que des« ennemis » je n’avais pas pu m’empêcher de lui poser cette question. Sa magie m’intéressait pour ma connaissance personnelle, je me fichais bien du mal que cela pouvait provoquer chez cette énerguehumaine couchée au sol. c’était indéniable que je voulais en savoir plus, mais ce n’était certainement pas le moment de parler de ça.
Je ramenais donc mon attention sur le sujet qui importait le plus pour le moment « Je me demande si il y à eu d’autres incidents semblables chez les sorciers, auquel cas il ne s’agirait pas d’une action isolée, mais bien de quelque chose de plus important. » Mais j’en doutais fortement. Il faudrait être stupide pour envoyer deux bras cassés dans leurs genre sur un enlèvement ou quoi que se soit d’autre d’important. Mais le fait est que si Avalon n’était pas intervenue ces deux « bras cassés » auraient bien réussi leur coup et en plus de cela, les doigts dans le nez. Ils m’avaient neutralisé si facilement... Je n’ajoutais rien, restant silencieux, face à mon auto-humiliation. Mon ego en avait pris un coup c’était évident.
Je me rappelais alors que l’on se trouvait sur le bord d’une route et que, même peu fréquentée, quelqu’un pouvait y passer à tout moment. Autant dire qu’Avalon et moi n’étions pas tout à fait dans une posture avantageuse, debout au coté d’un corps inanimé. C’était quand même sacrément suspect pour quelqu’un qui ne connaissait pas toute l’histoire. Au même moment, au loin, sur la route, apparurent deux petits points brillants semblables aux feux d’une voiture. « Bon alors qu’est ce qu’on fait ? » Demandais-je légèrement pressé par l’urgence de la situation.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Lun 10 Sep 2018 - 19:55

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Je vois qu’il est toujours nerveux : il n’arrête pas de jeter des coups d’œil par dessus son épaule. Je pensais que ma petite pique sur le fait de l’assommer aller le faire partir dans les tours, mais il me sourit en retour. L’orage semble être passé. Et lorsqu’il se présente, je comprends mieux pourquoi Bonnet blanc s’est mis à hurler de douleur tout à l’heure. Levinson… des sorciers flamboyants « Je vois. Un feu-follet... » C’est comme ça que je surnomme les sorciers qui contrôlent le feu. Un feu-follet est normalement un esprit qui se manifeste sous l’apparence d’une petite flamme, mais je trouvais ce nom parfaitement indiqué pour qualifier ces mages. « Tu as cramé celui qui te transportait, c’est ça ? » Peu des membres de cette lignée porte encore ce patronyme. Je fouille donc ma mémoire pour voit si j’ai quelque chose sur mon interlocuteur. Pour le moment, rien ne me vient, mais je suis sûre que je vais pouvoir trouver quelque chose sur lui en rentrant au Coven. Finalement, le chat échaudé se rapproche de moi et je laisse faire. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Ce changement soudain d’attitude m’amuse. Dès l’instant où il a compris que je n’étais pas un ennemi — ce qu’il aurait quand même pu deviner avant selon moi — il s’est un peu détendu, comme je lui ai demandé. Je pensais qu’il allait prendre encore plusieurs minutes avant de redevenir calme, mais ça n’a pris que quelques secondes. Mes dernières interactions avec des sorciers jouant avec le feu ne m’avaient pas laissé de bons souvenirs. Ils étaient encore ancrés dans ma mémoire, mais j’ai oublié qu’ils avaient généralement un caractère plutôt versatile. L’instant d’avant on aurait dit qu’il était prêt à faire feu de tout bois, littéralement, et à présent il me parle et me regarde comme si on vient de se rencontrer dans un bar. Bon, je ne vais pas m’en plaindre non plus… Ha ! Maintenant il s’excuse. Mon sourire s’élargit. Chacune de mes personnalités d’autrefois aurait été ravie. « Mais de rien. Le devoir d’une Valkyrie est de protéger les sorciers, les nécromanciens et les médiums, qu’ils fassent partie ou non de la Blanche Confrérie. Et puis, ne t’en fais pas, je comprends ta réaction, même si je pensais que tu allais mettre un peu plus de temps à redescendre. Je suis contente que tu sois redevenu buvable, parce que je pense que je t’aurai réellement assommé si tu avais continué à paniquer tout en étant inconvenant. » Lui rétorqué-je.

Lorsque Dagon jette un coup d’œil à son agresseur, je vois qu’il se renferme un peu. Je reporte donc également mon regard vers le jeune mage noir. Il n’est vraiment pas beau à regarder. Je me rapproche de lui quand le sorcier de feu m’interroge : « Ce serait plutôt à moi de te demander si tu les connais ou si tu les as déjà croisés, je pense. » Je repose mon regard sur lui et observe ses traits, songeuse. « Mais pour répondre à ta question : non, je ne sais pas qui ils sont. Il a dit a un moment : si on en ramène deux, ils vont être encore plus contents de nous ! Je suppose donc qu’ils voulaient t’utiliser pour un rituel qui nécessite d’avoir un sorcier… »

Je laisse Dagon s’accroupir près du ravisseur, non sans appréhension. Il est certainement encore en état de choc, et de ce que j’ai pu voir de son caractère depuis ces dernières minutes, il a l’air un peu inconstant. Et s’il décide de se venger le réduisant en cendre ? Je ne dis pas que les deux kidnappeurs ne méritent pas une punition, mais la communauté est réglée comme du papier à musique : un sorcier ne peut être exécuté que si on l’a jugé trop dangereux. De plus, il n’est pas du devoir des Valkyries et encore moins celui d’un simple sorcier d’exécuter la sentence. Dans mon ancienne vie, je n’aurai certainement pas jeté la première pierre à Dagon s’il avait décidé ici et maintenant de se faire justice lui-même. J’ai moi-même tué des gens pour moins que ça, mais dans cette nouvelle vie, je ne veux pas de nouveau dépasser les bornes. Je ne veux plus fuir les miens… Je reste donc aux aguets, prête à l’assommer — je l’aurais prévenu d’une certaine manière en avance — si son comportement devient suspect. Pour être sûre, je me rapproche également de Dagon et m’accroupis à ses côtés. « Il n’est vraiment pas beau à voir hein ? Je ne peux m’empêcher de me répéter ça. Il pourrait devenir le visage d’une campagne anti-magie noire, tu ne trouves pas ? » J’essaie d’utiliser de l’humour pour détourner un peu l’intention du Levinson de son agresseur, mais cela ne fonctionne pas totalement. Il se redresse et je fais de même. Il me questionne maintenant sur ma propre magie. Cet homme est curieux, dans tous les sens du terme. « Je n’ai pas encore fait grand-chose, juste quelques runes pour éviter qu’il se réveille et si par malheur il se réveille quand même, il sera paralysé et sera incapable de parler. Pour le reste, j’allais m’y atteler quand tu es arrivée. Mais comme tu es là, tu vas pouvoir m’aider. » Je saisis un des bras du jeune sorcier noir avec ma main libre et fais un signe de tête à Dagon pour qu’il vienne prendre l’autre bras pour le tirer jusqu’au bois, hors de la route. « Il y a toujours des incidents… Je ne sais pas si tu fais partie de la Blanche Confrérie, mais il y a maintenant plus d’un an, notre Grande Prêtresse a été brulée vive sur un bucher… Le monde des sorciers n’est jamais de tout repos, mais si tu veux mon avis, il y a des gens qui ne pratiquent pas que de la magie blanche dans le coin et je ne parle pas de la Vaudou Queen et de sa clique. J’irais néanmoins lui rendre une petite visite pour en avoir le cœur net. Je doute cependant que tu sois encore amené à rencontrer ce type d’énergumènes sur ton chemin, en tout cas si tu restes en dehors des ennuis. » Je tais les différents événements qui se sont déroulés ces derniers mois : la déchirure dans la voile, Convoitise, le grimoire maudit… Les sorciers avertis peuvent peut-être faire le rapprochement, les autres, et bien… C’est qu’il n’est pas nécessaire qu’ils soient impliqués dans toutes ces histoires. Ces forces occultes n’épargnent personne, même pas leur propre camp.

Je tire le premier corps avec l’aide de Dagon jusqu’au sous-bois. Au tour du second. Alors que je retourne vers la route, deux phares apparaissent au loin. Le sorcier de feu me demande ce qu’on fait maintenant et je ne peux m’empêcher de jurer : « Merde ! » Est-ce que je peux faire disparaitre Hésus ? Cela fait plusieurs minutes que l’attaque s’est produite, et je dois avouer que j’ai même un peu baissé ma garde en discutant avec Dagon. Alors, s’il y a d’autres mages noirs dans le coin, ils sont soit très patients, soit ils se sont déjà enfuis. La troisième solution :  il n’y a que ces deux-là dans les environs et que nous sommes pour le moment saufs. Je fais donc disparaitre Hésus, mais reste sur mes gardes, fait confiance à mon sixième sens, et dit au feu-follet : « Vite, il faut qu’on tire celui-là hors de la route ! » avant de faire un sprint jusqu’au grand bonnet. Je doute que nous puissions l’enlever de là avant que la voiture n’arrive sur nous et je prépare donc déjà une excuse, un truc pour que les personnes s’en aillent sans faire d’histoire… D'ailleurs, Dagon peut bien décider maintenant de partir en courant dans l'autre direction, je n'aurais pas le temps de le rattraper. Fait chier ! J’ai toujours adoré ma magie élémentaire, mais à cet instant j’aimerais pouvoir avoir un don de télékinésie pour pouvoir déplacer le corps jusqu’au bois sans avoir à bouger le petit doigt…


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Jeu 13 Sep 2018 - 0:44

Keep the streets empty for me


Je ne rêvais pas, la Valkyrie m’avait bien donné le surnom de « feu follet ». Cela m’avait fait rire intérieurement. C’était sans doute sa façon à elle de nommer les sorciers exerçant la pyrokinésie et je trouvais ça drôle comme sobriquet. La référence au feu y était sans nul doute pour une personne sachant ce qu’était un feu follet. Même si j’avais plus entendu le terme de luciole pour désigner les sorciers dans mon genre, celui d’Avalon était très bien aussi.
J’avais acquiescé lorsqu’elle m’avait demandé si j’avais brûlé le visage de mon ravisseur. Je ne m’étais pas gêné pour le faire dès que j’en avais eu l’occasion et c’était sans regret. Et ce lourdaud avait eu de la chance que je ne sois pas en pleine possession de mes moyens, sinon je lui aurais fait fondre la cervelle. Du moins le peu qu’il avait.
Avalon avait semblé surprise de me voir retrouver mon calme aussi vite. Pour moi c’était normal et même nécessaire. Je me fichais de passer pour un lunatique au yeux de ceux que je côtoyais. Depuis le jour du drame, j’avais appris avec assiduité à intérioriser ma colère et à l’extérioriser par la suite, autrement que par la magie. La course à pied par exemple m’aidait beaucoup à évacuer le trop plein d’énergie accumulée. Maintenant si une personne m’énervait, je savais parfaitement prendre sur moi « Apprendre à me contrôler à été l’une des premières choses que l’on m’a appris au Coven. Je peux  me montrer impulsif parfois, alors il faut que je sache redescendre aussi vite que j’ai démarré. Crois moi, ça n’est bon, ni pour moi ni pour personne, quand je perds le contrôle. Je l’ai appris à mes dépends… et celui des autres.» Avais-je dit sérieusement.
J’avais très vite perdu mon sérieux en entendant ce qu’elle venait de dire « On dirait que tu tiens vraiment à m’assommer. » Avais-je lancé d’un air narquois. Si la Valkyrie se risquait à faire un peu d’humour en ma présence c’était que le courant ne passait pas trop mal entre nous.  
Je lui avait expliqué ensuite que je n’avais jamais vu ces deux zigotos de ma vie et que jamais je n’avais eu de liens avec la magie noir. J’avais eu une petite démonstration de Vaudou et cela m’avais suffit pour m’éviter de creuser jusqu’à la magie noire. Cela ne voulait pas dire que je m’en désintéressais totalement mais les livres suffiraient pour ce que j’ai à en apprendre. J’avais eu vent de tous ces événements autour des sorciers mais jusqu’à présent je m’en été tenu à l’écart. Mais il semblerait que même en m’en tenant loin, je trouvais le moyen d’en subir les conséquences.

On avait réussi à traîner le corps endormi du jeune mage noir dans le sous bois qui bordait la route sans grande peine. Mais la voiture se rapprochait vite et il fallait maintenant s’occuper de son collègue un peu plus corpulent et plus éloigné de là où nous étions. D’ailleurs j’avais presque oublié qu’il était là celui la. Je voyais la silhouette de son corps à quelques mètres de nous et lui aussi était inerte. Peut être c’était-il évanouie à cause de la douleur de la brûlure.
Il faudra agir en vitesse si nous ne voulions pas attirer l’attention. Plus la voiture se rapprochait, plus les personnes dans l’habitacle étaient susceptible de voir ce que nous étions en train de faire. En espérant que les passagers du véhicule soient handicapés par l’obscurité de la nuit, malgré les lampadaires aux éclairages plutôt puissants. Rien ne pourrait être plus explicite que deux personnes traînant deux corps dans les bois. Quel qu’en soit l’histoire derrière les faits. Les humains, la plupart du temps, ne faisaient pas partis de ce monde surnaturel auquel ils ne comprenaient certainement rien. Ou tout simplement ils ne croyaient pas en son existence. La preuve est que la moitié des monstres de mon monde, étaient relayés au rang de mythe ou de légende, pourtant ils étaient bien réels. Un humain qui rentrait dans ce monde, ne restait pas humain bien longtemps du fait de leur fragilité. Alors ce qui restait le mieux à faire pour un humain, c’était de rester en dehors des histoires des êtres surnaturels. C’était ce qu’Avalon et moi tentions de faire. Nous faire passer pour deux humains faisant une balade au clair de lune et non pas pour des sorciers tentant de cacher les corps d’autres sorciers malfaisants.

Avalon se précipitait déjà vers le deuxième corps inerte pour le bouger, avant que le véhicule n’arrive à notre hauteur. J’avais hésité à me tirer vite fait loin de tout ça et laisser cette histoire derrière moi. Mais je ne pouvais pas laisser Avalon se débrouiller seule, j’avais une dette envers elle. Elle m’avait très certainement sauvé la vie, ce n’était pas rien. Et puis je risquais de la croiser au Coven un de ces quatre matins. Si je la plantais maintenant, elle risquait de mettre ses menaces de m’assommer à exécution. Je lui emboîtais donc le pas pour l’aider à bouger l’autre gros tas. Mais en y réfléchissant un peu se serait trop long, trop visible. Il était trop tard la voiture allait arriver d’une seconde à l’autre. Je me dirigeais alors vers Avalon, la saisissant calmement par le bras pour l’empêcher de se pencher et de tirer le corps. Au lieu de ça je l’obligeai à se placer devant l’endormis tout en lui tournant le dos. Le fait qu’elle se mette devant camouflerait peut être les choses. « Ne bouge pas et essaye de prendre un air… normal ? » Dis-je tout en me concentrant. J’entendais le bruit du moteur de la voiture se rapprocher, ce n’était qu’une question de secondes avant qu’elle ne soit sur nous.
Je déployais mon énergie, ou le peu qu’il me restait, et l’enveloppais autour du corps du sorcier brûlé, comme un boa le ferais avec sa proie. Malgré la situation je parvins à vider mon esprit pour me focaliser sur l'action que je voulais effectuer. Tout en visualisant l’endroit ou je voulais faire atterrir la masse, je la fis donc glisser aussi vite que possible dans les buissons les plus proches. Je ne maîtrisais pas la télékinésie aussi bien que la pyrokinésie. Un corps humain était le maximum que je pouvais déplacer et cela me demandait énormément d’énergie. Je m’étais d'ailleurs surpris moi même en arrivant à le faire malgré mon état physique et psychologique. J’étais quand même essoufflé et il m’avait semblé saigner du nez, mais ce n’était que des détails. Le plus dur était, normalement, derrière nous. Le bout des bottes du mage noir venaient à peine de disparaître derrière les feuilles d'un arbuste que je pus entendre le grincement des freins d’un véhicule non loin de nous.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Jeu 13 Sep 2018 - 15:31

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Mes réminiscences concernant les sorciers de feu émergent de nouveau. Je me souviens notamment d’une jeune Levinson qui ne dominait pas ses flammes. Elle vivait mal la perte de contrôle, alors elle ne maniait que très rarement son don. D’ailleurs, elle tentait de tout maitriser dans sa vie : apparaissant toujours parfaite, les cheveux tirés à quatre épingles, n’utilisant jamais un mot au-dessus de l’autre, ce qui était totalement opposé à sa nature profonde selon moi. Elle était une femme froide, mais à l’intérieur, son sang bouillait, on arrivait à le percevoir lors des rares moments où elle lâchait un peu de leste. Elle était le contraire du mot impulsif qui caractérise si souvent les feux-follets, toujours posé, raisonnable, réfléchi… Ce qui lui permettait d’avoir une bonne maitrise de sa télékinésie, mais aucun contrôle sur sa pyrokinésie que du coup, elle n’employait presque jamais. Les sorciers manipulant la magie du feu sont, selon moi, comme des cocottes minute… Lorsqu’ils sont sous pression, ils explosent. S’ils ne laissent pas assez s’échapper la vapeur, ils se transforment en bombes. Et quand il n’utilise pas assez leur magie… Et bien, ils deviennent une arme de destruction massive. Ce n’était qu’une des nombreuses personnes pourvues de ces dons que j’avais croisées au long de ma précédente vie, et même si chaque être est différent, je comprends néanmoins ce que m’explique Dagon. Le contrôle est important, mais il ne faut pas non plus trop serrer la vis parce que sinon, les catastrophes arrivent. C’est d’ailleurs pour cette raison que je n’apprécie que peu les sorciers de feu généralement. Ils sont dangereux, et quand on s’approche un peu trop d’eux, quand on est trop confiant, on se brûle les ailes… Derrière ses mots, je perçois justement que quelqu’un dans son entourage a dû tirer une douloureuse leçon et qu’il n’est pas fier du résultat. Son soudain sérieux me confirme encore plus mon hypothèse. Je me promets de nouveau de regarder ce que nous avons sur lui à mon retour à Poudlard. Qu’a-t-il fait ?

Et voilà, la girouette est de retour ! Sérieux deux secondes, narquois l’instant d’après. C’est un peu déstabilisant, mais ce n’est pas si désagréable. C’est simplement… différent de ce que j’ai connu dans cette vie jusqu’à présent. Dans ce nouveau corps, j’ai vécu un temps avec six élémentaires de terre sous le même toit, et ils avaient tous la tête sur les épaules… Enfin, sauf la petite dernière des Winkler, mais c’est sa jeunesse qui l’empêche pour le moment de se poser. Les élémentaires de terre ont généralement les pieds sur terre. J’avais eu droit à un peu de fantaisie quand j’ai maitrisé d’autres magies, comme la sorcellerie philippine : une magie pénétrante qui touche l’intime. Une magie à la fois blanche et sombre qui m’a permis de survivre pendant plusieurs siècles, mais que j’ai aujourd’hui du mal à utiliser en raison de la jeunesse du corps. Et puis surtout, la magie obscure. Plus que quiconque, je savais qu’elle était tentante, mais que son prix était élevé. Enfin, il y a la drogue : un moyen de s’élever, d’arrêter de se sentir comme les racines enfoncer dans la terre. Grâce à ces substances, pendant un moment j’oublie, je cesse d’être des racines pour devenirs la feuille d’un arbre qui se laisse doucement caresser par le vent… C’était des moyens détournés, loin de la nature profonde des adeptes de la magie de la terre, si bien que j’en viens à me demander si les sorciers de feu ne sont pas, d’une certaine manière, plus heureux que nous autres au quotidien… Alors, je souris face à son air narquois : « Je suis douée pour assommer les gens et j’imagine que comme tout le monde, j’aime bien faire ce pour quoi je suis douée. » Renchéris-je avec un air malicieux.

J’écoute ensuite ses explications concernant blanc bonnet et bonnet blanc et reste songeuse. Ils avaient donc frappé au hasard. Nous n’étions pas très loin du QG du Coven. Ils savaient donc où et comment dénicher un sorcier… Il va falloir que j’en parle à mes consœurs et la Grande Prêtresse… Quelque chose me dit que dans les prochains mois, je vais avoir beaucoup de travail à faire.

Le premier agresseur caché dans la forêt, il faut maintenant s’occuper de l’autre. J’arrive à sa hauteur lorsque Dagon me saisit, m’empêchant ainsi d’attraper les bras du gros balourd. Il me place entre lui et la route. Mes yeux se posent alors sur son visage et je le fusille du regard en m’esclaffant : « Mais qu’est-ce que tu fais ?! »  Qu’est-ce qu’il fait ? Il a peut-être finalement envie de goûter à mes poings en faite ! Ne pas bouger, qu’il dit. Avoir l’air normal : mais bien sûr ! Avec un homme qui ressemble à un cadavre dans le dos ? Et qu’est-ce qu’on racontera à ceux dans la voiture ? Je suis dubitative, mais il a peut-être raison. Les phares se rapprochent, rapidement et puis tout à coup, elle se met à ralentir. Mes poils se hérissent, mon sixième sens se met en action. Il y a de la magie dans l’air. Je tourne alors ma tête vers Dagon et le vois en pleine concentration. C’est lui qui… Et j’aperçois alors le corps de Bonnet blanc glisser en dehors de la route. Mais oui ! J’y ai pensé tout à l’heure… La sorcière Levinson que j’avais connue avait elle aussi de la télékinésie. Les deux dons se manifestent rarement en même temps, mais cela arrive parfois. Je reporte mon regard sur la voiture, mais cette fois ce sont mes cheveux qui se dressent sur mon crâne. Dagon est concentré, mais je commence à comprendre ce que la voiture fait ici et pour quoi elle ralentit. Alors que les freins sifflent, ma mâchoire se serre, et je fais réapparaitre Hésus dans ma main. Je jette un regard menaçant dans la direction de la voiture. Maintenant qu’ils sont proches, je perçois leurs auras viciées. Je saisis le bras de Dagon pour attirer son attention. Il a l’air fatigué, il ne me saura d’aucune utilité… Et puis, ce n’est pas son rôle. Lui doit vivre une vie heureuse et droite. Moi je dois combattre des sorciers noirs et veiller à ce que les sorciers comme Dagon ne soient pas emmerdés par des énergumènes comme ceux qui sont dans le véhicule. Je lui murmure : « Va dans le bois et cours jusqu’à Poudlard. La magie de la terre te guidera dans la forêt… » Maintenant, la voiture est à l’arrêt, ses deux yeux jaunes nous fixent. Je décroche le brassard qui contient mon téléphone portable et le lui tend : « En chemin, appelle Esperanza Blazek dans mes contacts. C’est la Valkyrie qui est de garde. Mon code pour déverrouiller : 30 07 40. Raconte-lui ce qui s’est passé, elle saura quoi faire. »

Je commence alors à m’avancer vers la voiture, Hésus bien en main, prête à invoquer ma magie de la terre. J’ai de la chance, la forêt est juste à côté. Je fais une prière intérieure à mère Nature, lui demande de ma donnée la force. Je prie la Déesse de me donner l’énergie nécessaire pour manipuler rapidement ses fruits. J’invoque Cybèle, la personnification que je lui ai donnée : déesse de la puissance végétative et sauvage de la nature, déesse symbole de force, déesse à l’origine de croyance orphique de la résurrection. J’invoque Mercure… J’ai de la chance en ce soir de septembre, la planète est dans le ciel et l’astre a des aspects bénéfiques sur les plantes. Je sens la magie affluer en moi, me charger à bloc. Je suis prête à aller au combat.

Je suis à quelques mètres de la voiture quand cette dernière redémarre en trombe et tente de me renverser. J’ai le temps de me jeter sur le côté pour l’éviter et je roule sur le sol. Je plante Hésus dans la terre pour m’aider à me relever rapidement. Je cherche mes adversaires du regard, mais je n’aperçois maintenant plus que leurs phares rouges arrière qui s’éloignent encore plus vite qu’ils étaient arrivés… Je soupire de frustration et me gratte le haut du crâne, desserrant ainsi la queue de cheval que j’ai l’habitude me faire quand je cours. Je me retourne et cherche alors Dagon du regard. Est-ce qu'il a suivit mes indications et est partie jusqu'au Coven ?


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Ven 14 Sep 2018 - 22:58

Keep the streets empty for me


Pendant que je faisais de mon mieux pour déplacer le corps du mage noir à l’aide de mon pouvoir de télékinésie, j’avais bien senti Avalon se tendre derrière moi. Quelque chose clochait. Se pouvait-il que les conducteurs du véhicule appartenaient au petit pourcentage de non-humains hostiles. Il semblerait que oui. A quoi devions nous nous attendre à présent ? Cette soirée commençait à sérieusement me courir sur le haricot. Normalement, après nous être débarrassé de nos deux assaillants, nous aurions dû rentrer chez nous chacun de notre coté et finir notre nuit. Si nous arrivions à dormir. Mais il semblerait que le show continuait avec l’entrée en scène de nouveaux acteurs. Je sentis la main de la valkyrie se poser sur mon bras pour attirer mon attention. En lui faisant face je remarquais que la voiture c’était arrêtée à quelques pas de nous. J’aurais mis ma main à couper que les occupants du véhicule étaient les amis des deux autres. Avalon l’avait sentie aussi puisqu’elle avait déjà dégainée son arme, prête au combat. Je serais resté avec elle, mais elle m’ordonna presque de m’enfuir pour rejoindre la sécurité du Coven. J’allais protester mais elle me mis son téléphone dans les mains avant de me donner quelques instructions. Qui était cette Espéransa Blazek qu’elle me demanda d’appeler sur le chemin de ma fuite? Ah, super encore une Valkyrie. La voilà qui me dictait son code pour déverrouiller son téléphone maintenant. 30 07 40, pas très compliqué comme code secret. C’était tout juste si elle ne me poussait pas dans la direction qu’elle voulait que j’emprunte. Tout c’était passé si vite qu’Avalon se dirigeait déjà vers la voiture pour affronter ses nouveaux ennemis. Quand à moi j’étais déjà en train de sprinter entre les troncs des arbres en direction le QG des sorciers.

C’était vraiment bizarre. Je savais exactement ou j’allais, malgré l’éclairage douteux de mon téléphone, le sol jonché de pièges et le fait que je sois en pleine forêt. J’aurais clairement dû être complètement perdu. Ce qui m’avait aidé était cette nette impression, que j’avais, de suivre un fil de magie qui traînais tantôt au milieu des feuilles mortes, tantôt perché sur une branche d’arbre basse. C’était de ça qu’avait parlé Avalon lorsqu’elle m’avait dis que la magie de terre me guiderait à travers la forêt. Du moins elle m’apparaissait comme telle.
Je n’eus pas le temps de faire beaucoup de chemin. Le rugissement d’un moteur retentit dans la distance, provenant de l’endroit que je venais de quitter et où, par conséquent, Avalon était restée. J’arrêtais ma course nette. Mais qu’est ce que j’étais en train de faire ? Fuir. Ce n’était pas mon genre de m’enfuir face au danger et de laisser quelqu’un se battre pour moi. Peut-être même être blessé ou pire. Je ne doutais en aucun cas des compétences de guerrière de la valkyrie mais je ne pouvais pas la laisser seule face au danger pendant que je me réfugiais à Poudlard. Je ne pouvais pas le concevoir. D’un autre coté, mon échappée pouvait aboutir à l’arrivée des renforts… Ils se pouvait aussi qu’ils arrivent trop tard « Merde ! » Crachais-je. Quel choix était le plus judicieux : M’enfuir comme un lâche et chercher des renforts qui arriveront certainement après la bataille ou faire demi-tour et aider la sorcière élémentaire à se battre malgré mon état.
Je regardais derrière moi, même si il n’y avait rien à voir en dehors de l’obscurité ambiante. Mon cœur battait la chamade dans mes tympans et mon souffle était court. Et la seule chose que j’entendais dans le silence de la forêt était ma respiration. Je sortis le téléphone d’Avalon pour taper son code de déverrouillage. 30 07 04… code incorrecte - ce n’est pas le moment de se planter, le code est 30 07 40 – raisonna une petite voix agacée dans ma tête.
Une fois le téléphone déverrouillé je me dépêchais d’aller dans les contacte à la recherche de la lettre E. Et une fois que j’étais sur Esperanza Blazek comme me l’avait indiqué Avalon, j’optais pour un SMS à la va vite avec les coordonnées de notre emplacement faute d’en connaître l’adresse exacte, si il y en avait une. J’avais enfin compris à quoi servait cette application de boussole avec coordonnées pré-enregistrée sur les smartphones. Voilà, le SMS était envoyé. Celle qui recevra le message fera normalement ce qu’elle aura à faire. Du moins je l’espérais. Je rangeais le téléphone dans la poche de mon jogging et rebroussait chemin en vitesse.

Je pensais ne pas avoir de mal à revenir sur mes pas, mais la foret ne semblait plus être disposée à me guider dans ce sens la. Le sentiment d’être complètement égaré était très présent mais j’avais décidé de continuer à avancer malgré tout. J’avais l’impression d’avoir courut pendant une éternité alors que cela devait faire que quelques minutes. Cinq tout au plus. Si je continuais comme ça, Avalon se trouverait obligée de venir me chercher, si elle était toujours en vie. Je m’appuyais contre un gros arbre pour me reposer quelques secondes. Je pouvais clairement sentir la magie flotter dans l’air et circuler dans la terre. Et même si j’avais un grand respect pour la nature et la magie qui s’en servait, là, maintenant, je n’avais qu’une envie c’était d’en sortir. « foutue forêt » Grommelais-je avant de reprendre ma route. Je ne fis pas un mètre que je me pris les pieds dans une racine et m’étala de tout mon long dans la terre fraîche. Je parvins quand même à me remettre sur mes pieds avec agilité « ah.ah. Très drôle ! » Lançais-je aux arbres… faute d’avoir un vrai coupable. J’avais l’impression d’être complètement fou. Je me re-focalisais sur mon but premier qui était de revenir en vitesse sur la portion de route que j’avais quitté. Et comme par magie, c’était le cas de le dire, les rayons de lumière des lampadaires m’apparut entre les troncs. Je me dépêchais d’y aller et sortis complètement de la foret. La sensation d’oppression s’évapora instantanément.
Avalon se tenait au bord de la route le regard fixé sur l’horizon de la route. En regardant dans la même direction qu’elle, je vis les feux arrière de la voiture avant qu’elle ne disparaisse totalement. Il semblerait que ces sorciers n’avaient pas assez de cran pour affronter une Valkyrie. Je m’approchais d’elle «Hé, est-ce que tu vas bien ? » J'étais prêt à subir ses remontrances pour ne pas avoir suivi ses instructions à la lettre.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Dim 16 Sep 2018 - 13:54

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Dagon n’est plus là. Il a donc suivi mes instructions et est parti dans la forêt. Je dois avouer que je pensais qu’il allait être têtu ; qu’il serait resté rétorquant qu’il pouvait me prêter secours, qu’il savait lui aussi se battre. Bref, qu’il était un chevalier servant et que j’avais besoin de son aide pour défaire mes ennemis. Si les mages noirs n’avaient pas fui et que lui était resté, j’aurai été dans une situation compliquée. Obliger de veiller sur lui et sur mes propres arrières. Je suis moins forte qu’autrefois… Avant la réincarnation, mon corps maudit était figé, un peu comme celui d’un vampire. Les organes internes dégénéraient puis pourrissaient à moins que je me nourrisse d’organe humain, le mieux restant ceux des CESS. À chaque repas, mon cadavre reprenait exactement la même forme qu’avant la malédiction ; le corps de Victoria Blacklaw à 27 ans sans une pas cicatrice. Les blessures avaient elles aussi tendance à guérir plus rapidement. Je ne peux cependant plus me permettre des combats ou je finis l’abdomen lacéré par un lycan ou la gorge à moitié déchirée par les crocs d’un vampire. La magie démoniaque n’est plus celle qui fait tenir mon corps et je ne peux plus me soigner en jouant les cannibales, seule la magie blanche, traditionnelle peut aujourd’hui me venir en aide s’il m’arrive quelques choses. Bref ! Les mages noirs se sont carapatés, la question ne se pose plus. Je mémorise quand même la plaque d’immatriculation qui s’éloigne, même si à mon avis, cette piste ne nous mènera à rien. Si le chef est plus intelligent que les hommes de main, la voiture doit être volée.

Bon et bien, occupons-nous des deux autres en attendant. Si Dagon a suivi mes indications, Esperanza est prévenu maintenant. Au vu des événements, elle ne pourra pas me rejoindre immédiatement. Des mages noirs, aussi proches du Coven et qui s’en prennent ont des membres de la communauté… C’est un véritable danger. Bien sûr, elle ne sait pas encore que les autres se sont enfuis, et même si elle le savait, elle ne prendrait pas le risque de laisser Poudlard sans surveillance. Certains sorciers sont peut-être en train de pratiquer en cercle de la magie, et elle se doit de les protéger durant leur rituel. Elle ne peut qu’appeler la troisième Valkyrie à la rescousse et seule la Déesse sait où elle se trouve puisque sa garde est terminée depuis ce midi. De plus, même si les artefacts sont sous le garde du Völsung de nuit, Blazek ne le laissera pas seul.

Pour le moment, je dois m’occuper seule des mages noirs et je réfléchis à comment m’y prendre. D’abord, il faut que je paralyse Bonnet blanc. Il est toujours évanoui à cause de la douleur, mais il pourrait quand même se réveiller bientôt. Ensuite, je les parque dans…
Je suis interrompu dans ma réflexion par un bruit en provenance de la forêt : l’aura d’un sorcier. Je m’apprête à me jeter sur le nouveau venu quand je me rends compte que c’est Dagon. Je soupire et lève la main et les yeux au ciel, faisant disparaitre Hésus dans le même geste. En s’approchant de moi, il me demande comment je vais et je lui réponds : « Tu sais, l’espace d’un instant je me suis dit que tu étais plus futé que les autres et que tu avais suivi mes conseils à la lettre. J’imagine que je me suis trompée. » Je pose mes mains sur mes hanches, fronce les sourcils et le fusille un moment du regard, comme le ferait une mère grondant son enfant. Sauf que je ne suis pas sa mère, qu’il n’est pas mon fils et que je ne suis pas une mégère avec trois neurones. Mes mains quittent mes hanches et l’une d’entre elles vient se poser sur mon crâne. Je me gratte de nouveau la tête, venant encore un peu plus desserre ma queue de cheval, ce qui n’est pas désagréable comme sensation puisque les cheveux tirer en arrière commencé à me donner mal à la tête. Je suis quand même encore agacé et je continue à lui fais comprendre : « Je vais bien. Ne t’en fais pas. Toi, par contre… » Et finalement, mon exaspération s’en va un peu… Car quand mes yeux ont arrêté de fusiller Dagon, ils ont commencé à vraiment le regarder. Je m’approche de lui et observe attentivement ses traits et les marques dans son cou. Il n’y a pas de cloque, du moins, pas encore… Il est pâle et en nage. Il vient certainement de courir ce qui explique la sueur, mais il n’était pas aussi blanc tout à l’heure. Et puis, il n’a pas utilisé tant de magie que ça non ? Quel âge a-t-il ? Trente ans, comme mon enveloppe actuelle ? Peut-être à peine plus ou à peine moins. Avec ces traits tirés et ce teint de craie, on lui donnerait plus de trente ans… Je m’égare et j’ai un autre mauvais pressentiment. « Tu es très pâle. » Je me rapproche encore un peu et pose doucement ma main sur sa joue, puis sur son front pour avoir un aperçu de sa température. « Tu es chaud… Mais c’est peut-être ta course… » murmurée-je. « Entre l’attaque magique et physique et l’utilisation de ta magie, tu dois être fatigué, mais… est-ce que tu te sens plus fatigué qu’à l’accoutumée après avoir utilisé ta magie ? » Je saisis alors un de ses poignets, et le tourne, face vers l’intérieur, vers moi. Je pose trois doigts sur les veines apparentes : le pouce appuie sur les vaisseaux sanguins, alors que mon index et mon majeur soutiennent son poignet. Je regarde ma montre pour avoir le nombre de pulsations sur trente secondes et multiplie par deux le résultat : 130. C’est un peu haut, mais encore une fois, il a dû courir… Je n’aurai pas d’indication avec cette donnée, pas de suite en tout cas. Je reporte mon regard sur le visage de Dagon, quelque peut alarmé. Je lui repose une question : « Est-ce que quand on t’a étranglé avec la corde, il y avait une odeur bizarre ? Je sais que c’est difficile de respirer dans de telle circonstance, mais essaie de t’en souvenir. » J’ai un peu peur qu’ils aient empoisonné les liens et que la mixture soit entrée dans le sang à cause de la peau lacérée. Il y a des petites traces de sang sur son cou, ce qui veut dire qu’une toxine a pu entrer dans son organisme par ce biais. Et même, il y a des poisons qui peuvent tuer par simple contact. Est-ce que Blanc Bonnet avait des gants ? Il va falloir que j’aille vérifier.

Je lâche alors le poignet de Dagon et marche, fébrile jusqu’au corps du plus grand. D’ailleurs, il a encore la corde avec lui non ? Dans sa main ? Dans une poche ? J’écarte un peu les branches du buisson sous lequel le télékinésiste l’a placé et observe ses mains. Des gants. Bon, calme-toi… La corde est où ? Si elle a du poison et que je la touche, je serais dans de beaux draps… Mon regard se reporte sur Dagon pendant un moment. Il faut que je sache s’il est empoisonné… Je saisis le bas de mon pantalon de running et le déchire ; jambe droite, puis jambe gauche afin de m’en faire mes propres gants de fortune. Avec eux, j’enlève précieusement ceux du gros balourd et les portes à mon nez pour voir s’ils sentent quelque chose. Mon regard se pose de nouveau sur le feu-follet…


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Dim 16 Sep 2018 - 21:04

Keep the streets empty for me


En me voyant arriver la Valkyrie leva les yeux au ciel, d’un air découragé. Je savais bien qu’elle n’allait pas être enchantée de me revoir ici. Mais bon j’avais quand même obéi à la moitié de ses ordres, ce qui était déjà pas mal.  En temps normal je l’aurais très mal pris et je le lui aurais fait savoir. Je comprenais néanmoins qu’Avalon n’ait pas voulu que je reste au point de m’ordonner de fuir. Si il y avait eu un combat j’aurais été inutile. Et quoi de pire que d’avoir quelqu’un d’incompétent dans les pattes lorsque l’on se battait contre les forces du mal. Elle resta un moment à me fusiller du regard, les mains sur les hanches avant de desserrer sa queue de cheval blonde. Moi, je ne savais pas vraiment quoi lui répondre. Elle avait agit en mon intérêt depuis le début, elle aurait mérité que je l’écoute un minimum. Elle reprit alors la parole m’assurant qu’elle allait bien, ce qui d’après le regard qu’elle m’avait jeté, n’était pas mon cas. Mais d’un coup son air sévère laissa place à de l’attention. Je voyais bien que de la ou elle était, elle focalisa son regard sur mes blessures. Avalon se rapprocha alors de moi, sans doute pour voir ça de plus près. Quand à moi je ne bougea pas d’un poil sans pour autant la quitter des yeux.

C’était vrai, je ne me sentais pas dans mon assiette, mais qui n’aurait pas été mal en point après de tels événements ? Mon état actuel était la conséquence de tout ce qui c’était passé depuis le début. C’était, disons, normal. J’étais certainement en état de choc. Je mettais aussi ça sur le compte de l’utilisation de ma magie. Même si  d’habitude son utilisation était loin de me coûter aussi chère. Ce qui n’était pas normal en revanche, était, que malgré le calme restauré mon état ne s’améliorait pas. Je ne me sentais toujours pas mieux, s’en était même pire. Hors j’étais jeune et en pleine forme. J’étais rarement malade et j’avais toujours eu une bonne condition physique. J’aurais dû récupérer plus vite que ça. Là, j’avais l’impression que c’était tout le contraire. Plus ça allait, moins bien je me sentais. Je me vidais littéralement de mon énergie.
La Valkyrie posa sa main sur ma joue, ce qui me fit frissonner de la tête aux pieds. Comparé à ma température corporelle actuelle, sa main était glaciale. Et son geste plutôt doux me surpris un peu. Elle me toucha ensuite le front. Aucuns des événements de cette nuit n’auraient pu me donner de la fièvre. Ce qui montrait bien que quelque chose clochait avec moi. Je sentais bien que c’était une espèce de fièvre qui c’était emparée de moi et non les conséquences de ma course dans les bois. Mon corps luttait contre quelque chose.
Même Avalon avait senti que quelque chose d’anormal se passait dans mon organisme « je dois bien t’avouer que c’est la première fois que je me sens aussi mal après l’utilisation de ma magie et une petite course en forêt... Après, ça ne m’est pas arrivé très souvent de me faire étrangler pendant un de mes jogging » Dis-je. Faire de l’humour dans un moment pareil n’était peut être pas la meilleur chose à faire mais c’était la seule manière que j’avais trouvé pour dédramatiser la situation. La vérité c’était que le stress commençait à pointer le bout de son nez en vu de ce qui m’arrivait. Qu’est ce qu’il m’arrivait encore ? Avalon posa alors ses doigts sur mon poignet pour prendre mon pou, mais il risquait d’être faussé par ma récente course.

Elle semblait de plus en plus inquiète au fur et à mesure qu’elle m’examinait. Autant dire que je n’était pas rassuré. Avalon me posa alors une question bien étrange. Avais-je senti une odeur lorsque l’on n’était en train de étrangler ? J’hésitais. C’était difficile à dire. Mon odorat était loin d’être mon sens le plus efficace mais maintenant qu’elle le mentionnait... « j’ai senti une odeur un peu âcre avant que l’on me passe la corde au coup, mais sur l’instant je n’y ai pas vraiment prêté attention. » Avouais-je. Oui, cette odeur avait été le dernier de mes soucis à ce moment là. En revanche cela semblait important pour Avalon, pour des raisons qui m’échappaient encore.

La Valkyrie se détourna soudainement de moi et partit en direction du corps d’un des sorciers toujours dans les vapes. Plus précisément celui qui m’avait étranglé. Je la suivit de près car elle semblait avoir une idée derrière la tête. Elle se mit à chercher quelque chose autour du corps du mage noir. Peut être l’arme du crime. Mais pourquoi faire ?
Je l’aurais bien aidé mais je me sentais si mal, c’était pire que tout à l’heure. Sans prévenir je me détournait d’Avalon et du corps pour vomir encore. Mais normalement je n’avais plus rien dans l’estomac, étant donné que ce n’était pas la première fois que je vomissais. C’était en m’essuyant la bouche que je vis que ce que je venais de régurgiter avait laissé une traînée rougeâtre sur ma main. Rouge comme du sang. C’était bel et bien du sang « Qu’est qu’il m’arrive... » murmurais-je. J’avais cette horrible impression que quelque chose de tiède et de visqueux circulait dans tout mon corps en partant de mon coup. Je sentais clairement l'empreinte d'une magie impure.
Quelque chose sur mon bras m’interpella soudainement. Des veines noirs comme le pétrole couraient en direction de mon poignet. J’avais un très mauvais pressentiment à cet instant même. Je soulevais mon t-shirt pour me rendre compte que les veines noirs circulaient sur mon abdomen et continuaient leurs route vers mon bas ventre. Mon cœur commença à s’emballer et je sentais la peur m’envahir assez vite. Je jetais un regard peut rassuré à la Valkyrie « Avalon… je… je pense que je vais avoir besoin de toi encore une fois… parce que là… j’ai comme l’impression que je vais crever... »


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Lun 17 Sep 2018 - 20:35

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Mes craintes sont fondées… Il y a vraiment quelque chose qui cloche. Il vient de le dire : il se sent anormalement faible. Le contrecoup de l’utilisation de la magie est réel, en particulier quand on pratique des rituels qui brisent l’équilibre de la nature, mais dans le cas de Dagon, ce dernier est bien trop violent. De plus, aucun rituel complexe n’a été perpétré par le Levinson. Les signes physiques d’un contrecoup sont pourtant visibles : la fatigue, le teint de craie, il ne manque plus qu’il fasse sa première poussé de cheveux blancs… Son trait d’humour me tire un sourire plutôt fade, mais il est apparu par réflexe et par empathie afin de le rassurer un peu, car je devine qu’il cache sa soudaine anxiété.

Une odeur âcre… Ça peut être n’importe quoi ! Par la Déesse ! Il faut que je découvre ce que c’est… Il y a cette même odeur sur les gants du gros nigaud. Débile, mais pas totalement, en réalité. Et alors que je repose mon regard sur lui, je vois qu’il va encore plus mal. Comment est-ce possible ? Si c’est un poison, il pénètre dans son organisme beaucoup trop vite… La course qu’il vient de faire à accélérer son rythme cardiaque et à certainement accélérer la propagation de la toxine. Voilà qu’il vomit. Je me redresse, jette les gants par terre et me précipite à son chevet, posant une main réconfortant sur son dos alors qu’il est plié en deux. En regardant son dégueulis, je ne peux m’empêcher de me remémorer l’état dans lequel j’ai été après avoir reçu la seconde malédiction démoniaque… Le sien avait même meilleur aspect que le mien à l’époque, il y a du sang rouge… Ce qui prouve qu’il est encore vivant… Arrête de penser à autre chose Avalon ! Concentre-toi ! Mais, je suis dépassée, je ne comprends pas pourquoi le poison a agi aussi rapidement ! Attends, réfléchit ma vieille ! Les deux énergumènes là, voulaient le kidnapper et certainement l’utiliser dans une sorte de rituel. Alors, pourquoi le tuer juste après avec le poison ? Non. Il y a autre chose derrière son mal-être. Il me demande ce qui se passe, mais je suis encore en train de réfléchir, je ne lui réponds pas. Mon cerveau travaille, cherche dans les vieux dossiers ce qui peut causer ce type de syndrome aussi rapidement.

De nouveau, ses symptômes s’aggravent. Ses veines deviennent apparentes et se colorent de noir, sur son bras, sur son ventre. Le regard qu’il pose sur moi me pétrifie pendant quelques secondes. Ses paroles me ramènent sur terre. OK. C’est un poison, certainement à base de plante dont les composants toxiques ont été renforcés par un rituel de magie noire. Il faut que je trouve comment neutraliser le poison. Si la toxine est neutralisée, la magie ne devrait même plus fonctionner. « Assis-toi. » Lui ordonné-je. Je me redirige vers le gros nigaud. Je crache dans la terre, la mélange avec mon doigt et trace les mêmes runes que celles que j’ai dessinées sur l’acolyte. J’aurais dû le faire depuis longtemps déjà. Je commence à fouiller les poches de son pantalon. Rien. Les poches de son sweat-shirt. Voilà. Une fiole ! Il aurait été vraiment bête d’avoir un poison aussi rapide et puissant et ne pas avoir l’antidote sur eux. Il faut quand même que je m’en assure alors. Je reprends précautionneusement l’un des gants avec le bas de pantalon que j’ai déchiré et je m’éloigne de lui, pénètre un peu plus dans la forêt : là où mon lien avec mon élément est renforcé. Je dépose le gant par terre et enlève rapidement les feuilles sur le sol. Je trace autour du gant un cercle et des runes, puis m’assois en tailleur et me concentre. Je réitère mes prières à mère Nature, à la Déesse, à Cybèle et commence le petit rituel. Je sens la forêt autour de moi tressaillir. Le feuillage des arbres alentours frémit comme si le vent voulait les faire danser. Pourtant il n’y a aucun courant d’air. Sur le cercle que j’ai dessiné, je le perçois, des plantes se mettent à bourgeonner, pousser, fleurir. J’ouvre les yeux et observe le résultat : « Aconit tue-loup. » Murmuré-je pour moi-même. Le poison par excellence, celui qui foudroie même un boeuf. Je reconnais la morphologie générale de la plante, mais ses fleurs sont d’une couleur différente. Noirs, loin du violet, du blanc et du jaune qu’on trouve généralement dans la nature. Mon diagnostic est confirmé : une toxine boostée par la magie noire. Mais pourquoi ? Pourquoi l’empoisonner aussi rapidement s’il avait besoin de lui pour un rituel ? Je jette un coup d’oeil à Dagon. Il est grand, costaud et certainement un sorcier redoutable malgré son âge. Les sorciers qui manipulent le feu sont généralement très mauvais pour tout ce qui est enchantement et rituel. L’élément qui court dans leur veine est destructeur. Qui a besoin de savoir faire un enchantement pour paralyser son ennemi quand on peut seulement le bruler sur place. La voilà certainement la raison de l’utilisation du poison. Ils n’étaient pas sûrs de pouvoir le capturer sans encombre. S’ils n’avaient pas réussi à le maitriser, Dagon aurait fini par agoniser : pas de témoin.

Je me relève et récupère la fiole que j’avais récupérée dans le sweat à capuche du gros balourd. Certainement le remède, mais il faut que je vérifie. Les sorciers noirs sont bons pour faire des poisons, mais préserver la vie ? Généralement le dernier de leurs soucis. Au passage, je lance à Dagon : « Ne t’en fais pas, j’y suis presque… » Je m’éloigne encore un peu afin de retrouver un endroit ou pratiquer mon rituel, j’enlève les feuilles mortes, lisse la terre et trace un nouveau petit cercle avec des runes. Au centre, j’y dépose une goutte de la fiole. Je me rassois en tailleur et recommence le rituel. Cette fois, une multitude de plantes prennent vie dans le cercle. Je les identifie. Il y a une bonne base d’un antipoison, mais il manque quelque chose… Ces plantes ne sont pas assez puissantes seules. Il faut pratiquer un rituel de guérison… J’avais donc tords : neutraliser la toxine ne sera pas suffisant.

Je reviens vers Dagon, m’accroupis près de lui et pose une main sur son épaule et lui sourit doucement. Je murmure : « Ils ne sont pas trop bêtes. Où du moins, ceux qui les diriges n’est pas un idiot finit. Ils ont un antidote, mais incomplet ; de quoi gagner quelques heures… Ouvre la bouche. Je te préviens, c’est amer, mais quelques gouttes devraient suffire à atténuer les symptômes. » Je pose délicatement ma main sur le haut de son crâne et laisse tomber trois gouttes sur sa langue. « Voilà. Nous avons gagné un peu de temps. La toxine ne devrait plus progresser maintenant, mais il va falloir pratiquer un autre rituel pour l’éliminer totalement. » Je laisse apparaitre un vrai sourire cette fois, plus ou moins soulagé, tout en caressant ses cheveux d’ébène. Un geste pour me rassurer. « Comment tu te sens ? » Je cherche sur son visage pâle des signes d’amélioration. Il ne va pas péter la forme immédiatement, mais au moins il ne va pas mourir dans les prochaines minutes. Je court-circuite sa réponse : « Laisse-moi deviner. Un peu mieux, mais tu as connu mieux ? N’est-ce pas ? » Ma main descend jusqu’à son dos et je le frotte, comme ferait une amie. « Je ne sais pas si je vais pouvoir pratiquer le rituel de guérison ici, il me faudra peut-être des ingrédients, mais j’ai une idée pour savoir ce qu’il faut que pour la suite… » Je me laisse alors tomber sur le sol près de lui et soupire, quelque peu exténuée par l’utilisation de la magie. « … Mais je reprends un peu mes esprits, si tu permets. »

Trente ans : la fleur de l’âge, hein ? Et pourtant, le dessin des runes et leurs renforcements par la magie de sur les deux nigauds ainsi que ces deux petits rituels ont quand même ponctionné un tiers de mes capacités. D’ailleurs, j’avais eu trente et un ans le mois dernier… Victoria aurait certainement dit un truc comme ça face à cet événement : «  Il vaut mieux être moins puissante et en bonne santé. » Ceux à quoi Sunlight lui aurait répondu : « Certes, mais la puissance c’est ce qui nous a permis de vivre plus de trois cents ans. » Joan serait certainement intervenue en disant : « Vous auriez pu aussi vous occuper de vos affaires pour une fois ? Tracer votre route ? C’est qui ce mec pour nous, dites-moi ? Un sorcier lambda qui va clamser dans quelques décennies, un souvenir de plus ! On aurait pu être la maison, tranquillou à siroter un verre de vin bio là, les meufs, et au lieu de ça vous êtes en train de vous en faire pour un parfait inconnu ! Ça me fatigue… Je me casse ! » Ève aurait pris alors le relais en disant : « Il est mignon quand même… C’est dommage de laisser un mec mignon clamser à cause d’un empoisonnement à l’aconit tue-loup… » Avalon, tu digresses encore !

Je reprends alors le contrôle de ma psyché et lui avoue : « Finalement, tu as bien fait de revenir. J’ai failli t’envoyer à ta mort... Ça aurait été bête après t’avoir tiré des griffes de ces deux pauvres mecs ! » Je marque une pause puis reprends : « Je peux récupérer mon portable au fait ? » Je le regarde et laisse apparaitre un grand sourire. « Je veux vérifier que tu as au moins rempli un partie de ce que je t’avais demandé de faire. »


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Mar 18 Sep 2018 - 23:27

Keep the streets empty for me



Avalon était paniquée en vu de la tournure que prenaient les événements. Mais elle semblait également en pleine réflexion cherchant désespérément une réponse qui pourrait l’aider à me sauver. Déjà il fallait savoir ce qui provoquait cet état chez moi et malheureusement mes connaissances en poisons n’étaient peut être pas assez vastes pour pouvoir aider la Valkyrie. J’étais déjà certains d’avoir été empoisonné, mais je ne me souvenais pas comment avoir reçu le poison. Je la regardais se démener pour trouver une solution sans pouvoir lui apporter de réponse. Je me sentais d’une inutilité indescriptible. La douleur inconfortable que je ressentais dans tout mon corps maintenant, m’empêchait d’avoir l’esprit clair. J’avais l’impression que ma tête allait exploser, j’avais les tripes qui brûlaient et mon cœur qui faisait des bonds dans ma poitrine. Si ça continuait comme ça je n’allait pas faire long feu, d’autant que les symptômes s’aggravaient à chaque minutes qui passaient.

Elle m’ordonna alors de m’asseoir par terre avant de repartir vers le mage noir. Elle entama un rituel et commença à dessiner quelque chose sur le visage de sorcier endormi. Je supposait que c’était certainement le même rituel qu’elle avait fait sur le premier sorcier. Elle se mit alors à le fouiller à la recherche de je ne sais quoi. Toutes ses actions restaient assez flou car j’étais incapable de me concentrer sur ce qu’elle faisait. A un certains moment je la vis disparaître entre les arbres et là, ma peur s’accentua d’un seul coup. Le fait qu’elle soit sorti de mon champs de vision ne me rassurait pas du tout et me laissait croire qu’elle était peut être partie. Après tout elle ne me devait rien, elle n’était pas obligée de faire tout ça pour moi. Avalon m’avait sauvé la vie une fois et c’était déjà bien assez. Je trouverais ça normal qu’elle parte loin d’ici, ne voulant pas être mêlé d’avantage à cette histoire. Mais après tout ce qu’elle avait fait pour moi, je doutais qu’elle ne me laisse seul, livré à moi même, mon sort scellé par une mort certaine. Et puis comme elle me l’avait dit plus tôt, c’était son devoirs en tant que Valkyrie d’aider les sorciers en difficulté.
En attendant qu’elle revienne vers moi, je me surpris à prier toutes les Divinités connues et utiles à ma communauté. Ce n’était pas trop mon genre de faire appel à elles, parce que jusque là je n’en avais jamais vraiment ressenti le besoin. Mais là, j’avais désespérément besoin d’être soulage d’une manière ou d’une autre et par qui voudrais bien m’entendre.

Je tentais de respirer tranquillement. Je prenais de grandes inspirations, remplissant mes poumons d’air avant d’expirer aussi calmement que possible. Je fixais mon attention sur un petit cailloux gris à moitié noyé dans les brins d’herbe. Il fallait que je pense à autre chose pour arrêter de me focaliser sur la douleur qui me dévorait. Alors que la douleur allait finir par m’envoyer dans les vapes, la voix d’Avalon se fit entendre. Elle me prévint qu’elle y était presque. Presque à quoi ? Peu m’importait, le simple son de sa voix et le fait de savoir qu’elle était toujours là m’avait redonné un peu de force. Assez pour tenir jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Ce qu’elle venait de dire était plutôt rassurant. Quoi qu’elle faisait c’était certainement pour arranger la situation et elle allait y arriver j’en était persuadé. Et même si la faucheuse semblait me vouloir désespérément, au point d’essayer de me tuer une deuxième fois, grâce à la Valkyrie elle risquait de rentrer bredouille ce soir.

Ah, là voilà qui réparait enfin. Sa présence suffisait à atténuer la douleur. Peut être parce que je m’intéressais à ce qu’elle faisait depuis tout à l’heure au point d’en oublier mes soucis. Ou c’était simplement le fait qu’elle soit là. Sa présence me rassurait certainement. D’ailleurs je remerciais la providence du fond du cœur de l’avoir mise sur mon chemin ce soir, sans quoi je serais mort d’une manière que j’espère ne jamais connaître. Je ne portais pas dans mon cœur les sorciers qui usant de la vie, animal ou humaine, dans leurs rituels. Et encore moins aujourd’hui.
Avalon s’accroupit à mes côtés et posa une main dans mon épaule, un sourire rassurant aux lèvres. Ce sourire avait bien de l’effet sur moi et me détendis. Si elle souriait c’était qu’il y avait un peu d’espoir. N’est-ce pas ?
Qu’elle me dise que l’antidote qu’avais l’un des sorciers n’était pas complet ne m’étonnait pas vraiment. Si les hommes de mains n’avaient pas été assez malins pour réussir leur coup, il y avait forcément un cerveau des opérations qui lui devait faire preuve d’un peu plus de jugeote. Avalon me permit de prendre le contenu de la fiole en prenant la peine de m’avertir du goût désagréable. La saveur du liquide était le cadet de mes soucis, si cela me permettait d’aller mieux et de surtout soulager la douleur infernale. Je sentis le remède couler dans ma gorge chassant la douleur et le mal-être au passage. J’étais toujours mal, je ne m’attendais pas à un miracle dans les secondes qui suivaient. Mais c’était fou à quel point le peu que cela faisait, pouvait être libérateur. Je soupirais de soulagement en me détendant un peu. Le changement se ressentait nettement et j’acquiesçais d’un signe de tête lorsqu’elle me demanda comment je me sentais. Je sentis sa main glisser dans mes cheveux puis de nouveau dans mon dos d’un geste rassurant. Aux premiers abords je n’aurais jamais cru que la Valkyrie aurait été aussi tactile et douce. Mais je n’allais certainement pas m’en plaindre.

Bon si je comprenais bien ce qu’elle me disait, j’étais en sursis. Je n’étais pas guérit totalement mais le poison se tiendrait tranquille pour le moment. Je prenais ça comme une très bonne nouvelle. Aussi pour qu’Avalon puisse me guérir totalement il faudrait bouger d’ici, faute d’avoir les ingrédients nécessaires pour me débarrasser définitivement de ce maudit poison.
Mais maintenant que les menaces de cette nuit étaient plus ou moins écartées il était temps de faire une pause bien méritée. Elle se laissa tomber à mes cotés pour souffler un peu. Avalon c’était démenée pour nous garder en vie, elle et moi. Enfin surtout moi. Comme demandé je lui remis son téléphone entre les mains « si je suis revenus sur mes pas, c’est parce que je voulais pas que tu te batte seule, mais non seulement tu les as fait fuir, mais en plus tu m’as sauvé une deuxième fois la vie. Et ne t'en fais pas j'ai d'une certaine manière remplie la mission que tu m'avais donné.» Je passais ma main sur mon visage avant de me racler la gorge «alors, je te remercie… encore. » Dis-je. Je lui souris faiblement. J’allais avoir une sacré dette envers cette femme. Je laissais mon regard vagabonder sur son visage avant de reprendre. « Jamais je ne te remercierais assez pour tout ce que tu à fais. » Mais à trop se soucier de moi, elle c’était peut être un peu mise de coté. Elle avait dépensé beaucoup d’énergie avec sa magie aujourd’hui je ne voulais pas que cela lui porte préjudice. « j’espère que ça va aller pour toi. T’as user de pas mal de magie, tu dois être crevée. » Avalon n’était pas la seule à s’inquiéter pour quelqu’un. Moi aussi je m’étais mis à avoir peur pour elle. Je ne voulais pas qu’elle souffre pour moi. Plus personne ne devait souffrir à cause de moi.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Mer 19 Sep 2018 - 16:53

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Lorsqu’il me donne mon téléphone, je le déverrouille rapidement et vois qu’il y a deux appels en absence, mais je pose mon regard sur Dagon quand il me dit qu’il était revenu pour ne pas que je me batte seule. Je laisse apparaitre un sourire et écoute ensuite ses remerciements qui me mettent quelque peu mal à l’aise en réalité. Je n’ai pas fait grand-chose face aux personnes dans la voiture et je lui explique donc ce qui s’est passé selon mon point de vue : « Je ne les ai pas vraiment fait fuir… Ils ont dû avoir peur en voyant la claymore. C’est une arme que m’a donnée le Magistère lorsque j’étais gardienne de Valskjakf. » Lui confié-je. « On ne voit plus beaucoup les Gardiens en dehors du Magistère, car dans l’inconscient collectif, il est affaibli. Il y a peut-être une part de vrai… Mais je pense que ceux qui étaient dans la voiture devaient avoir entendu parler de ces armes et j’imagine qu’ils n’avaient pas envie de savoir si tout ce qu’on raconte sur elles et les Gardiens est vrai… » Et puis, il était également dit que les Valkyries étaient formées par eux avant de revenir dans un Coven. Mon parcours était inverse. J’avais d’abord été une gardienne avant de devenir Valkyrie. J’étais venu ici parce que le Magistère me l’avait demandé. Si la Grande Prêtresse n’avait pas brûlé sur un bucher, je serais certainement toujours à Londres auprès de mes trois mentors, parcourant les couloirs sombres de la vieille battisse qui referme tant de secrets et héberge de temps à autre le conseil.

« Arrête de me remercier ! Je vais finir par prendre la grosse tête ! » rétorqué-je en plaisantant. « Je te l’ai dit, c’est mon devoir. » Au fond de moi, je sais qu’il a de la chance d’avoir était secouru par moi et pas par une autre Valkyrie par exemple. Les élémentaires de terre sont doués dans tout ce qui est guérison et poison, mais les Tisserands comme Esperanza ne sont pas forcément formés pour ce genre de situation. Elle l’aurait aussi bien tiré que moi des griffes de Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, mais elle n’aurait pas forcément su quoi faire face au poison. C’est pour ça que le Coven possède son propre médecin : un de mes cousins éloignés, un Winkler, élémentaire de terre également. Ce sont généralement le type de poste que nous occupons au sein de la Blanche Confrérie et du Magistère, car les élémentaires de terre sont connus pour avoir peu de pouvoir offensif. Je suis pourtant la preuve que ce n’est qu’une généralité. Certains parlent aux animaux, de mon côté, d’une certaine manière, je parle aux plantes et elles m’aident plus que ce qu’on peut imaginer. La Nature, même si elle disparait à cause de l’urbanisation galopante et aux pollutions que cela entraine, est une alliée redoutable.

Je suis en train de reporter mon regard sur mon téléphone quand Dagon me demande si je vais bien. Je garde alors mon regard accroché au sien et  hausse les épaules : «  J’ai utilisé un peu de magie, mais je ne suis pas encore totalement vidée. Disons que j’ai utilisé un quart de mes capacités. Les petits rituels que j’ai effectués pour savoir ce qui t’a empoisonné ne sont pas en eux-mêmes très dévoreurs d’énergie, mais en faire deux de suite à forcément une conséquence physique. J’ai dû faire pousser des plantes sans aucune semence, simplement avec leurs simples présences sur le gant ou dans le remède. La Nature n’aime pas quand on crée de chose qui ne devrait pas exister à un endroit précis et elle sait le faire savoir. D’ailleurs, pour  information : c’est de l’aconit tue loup qui cours dans tes veines, mais une version boostée par de la magie noire. »

Cette fois je regarde vraiment l’écran du téléphone portable afin de voir les appels en absence. Pourquoi ça n’avait pas sonné ? Ha ! Oui, le mode nuit… Il va falloir que je désactive cette fonctionnalité. Les appels viennent d’Esperanza, bien sûr. Je tape sur son nom avec mon index pour la rappeler. Après seulement une sonnerie, elle décroche. Je lui explique rapidement ce qui s’est passé et comme je l’ai prédit, elle me répond qu’elle ne peut pas quitter le Coven vu les circonstances, ce que je comprends parfaitement. Elle me dit qu’elle a réussi à contacter la dernière Valkyrie, qui devrait arriver dans une petite heure… Je lui explique alors que Dagon, le sorcier qui s’est fait attaquer, a été également empoisonné et que j’ai pu neutraliser un moment la propagation de la toxine dans son organisme grâce à un antidote trouvé sur les mages noirs, mais qu’il n’est pas encore tiré d’affaire. Elle me répond alors qu’elle va essayer de voir avec un des Einherjar s’il peut venir nous récupérer, mais de ce qu’elle sait, ils sont tous en mission depuis la déchirure dans le Voile. Beaucoup d’esprits malveillants avaient réussi à sortir de l’Autre-monde, et ils avaient été mis sur le pied de guerre par la Grande Prêtresse. Je lui dis alors que je vais essayer d’appeler Elric, l’Inyanga, mon fameux cousin éloigné, mais je doute que lui aussi soit disponible. Je soupire et raccroche et tente immédiatement d’appeler Elric, mais je tombe sur sa messagerie. Je ne serais pas étonné qu’on ait dû l’appeler pour une opération d’urgence à l’hôpital.

C’est avec une mine sombre que je raccroche et que je reporte mon regard sur Dagon pour le tenir au courant des événements. Je lui raconte ce que m’a dit Esperanza. Je me ensuite informé de son état et lui demande : « Comment tu te sens maintenant ? ». Je saisis de nouveau un de ses poignets pour prendre son poul et commence à compter le nombre de battements de coeur en chronométrant : 110. Il a un peu baissé, mais ça reste élevé pour un grand gaillard sportif et en bonne santé comme lui, au repos. Je redépose sa main délicatement et lui indique : « Nous avons plusieurs options. Attendre que l’autre Valkyrie arrive et nous déposer au Coven, soit y aller par nos propres moyens. Il y a aussi l’option ou je pars seule chercher ma voiture, mais je t’avoue que je ne suis pas réellement sereine face à l’idée de te laisser seul ici, même si je doute que les acolytes de ces deux-là reviennent ce soir. Tu te sens de marcher ou pas ? » Je jette un rapide coup d’oeil dans la direction du gros balourd. Eux, je jure, je vais tellement les saucissonner qu’ils en auront des bleus !


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH


Dernière édition par Avalon Winkler le Jeu 20 Sep 2018 - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Mer 19 Sep 2018 - 23:02

Keep the streets empty for me



La modestie d’Avalon m’arracha un sourire. Elle donnait tout le crédit à son arme, mais sans la Valkyrie l’objet n’était rien d’autre qu’une épée magique. C’était son porteur qui la maniait et qui portait le coup fatal à son ennemi. Enfin, elle savait ce que je pensais de ses interventions auprès de moi, c’était le plus important. Ça ne me gênait pas de faire savoir à une personne que ses actions étaient appréciées et reconnues. Je veux dire sauver une vie ce n’était pas anodin, même si à ses yeux ce n’était qu’un job comme un autre.

Avalon se concentrait sur son téléphone, peut être pour voir où en étaient les secours, et en même temps elle en profitait pour se reposer un instant. D’après ce qu’elle me disait elle n’avait pas utilisé assez de magie pour vraiment être épuisée, donc ça allait encore pour elle. Avalon en profita aussi pour me donner le nom du poison qui courait toujours dans mes veines et qui m’avait tant fait souffrir. De l’aconit tue loup boostée à la magie noir, hein ? Super. De ce que je connaissais de cette plante elle était utilisée, avant, pour empoisonner les renards et les loups. D’où sa jolie petite appellation. Aillant conscience de son taux de toxicité élevé j’aurais clairement dû y passer. Mais il semblerait que j’étais plus costaud que je ne le pensais. Même si en plus, de la magie noir imprégnait cette plante. C ’était carrément un miracle que je ne sois pas passé dans l’autre monde. J’espérais juste que je n’allais pas garder de séquelles suite à l’empoisonnement, aussi bien de la plante que de la magie. On ne sortait jamais vraiment indemne de ce genre d’aventure. Pour le moment ça semblait aller pour moi, je n’avais plus l’impression d’agoniser, même si je sentais toujours la présence de la magie impure dans mon organisme. C’était supportable, mais seulement jusqu’à la prochaine crise à laquelle je doutais pouvoir résister très longtemps.

Avalon réussit à contacter la personne voulue pour lui expliquer la situation. Mais elle semblait trop occupée pour s’intéresser à notre cas, peut être pas assez grave comparé à ce contre quoi ils luttaient. Elle tenta un autre numéro qui, lui, ne répondit même pas. Je sentais que nous allions devoir nous débrouiller par nous même. Combien de fois j’avais entendu dire que le Coven c’était comme une famille qui prenait soin de tout ses membres sans exception. Que quelque soit ton problème en tant que sorcier tu pouvais faire faire appel à eux en cas de soucis. Que des paroles, pensais-je.
En ce qui me concernait, je faisais bien parti de Poudlard sur le papier même si je n’y traînais pas tellement. Il y avait trop de règles à respecter et les professeurs pouvaient se montrer intransigeant avec leurs élèves. A l’époque j’en avais fait les frais avec mon mentor, qui me demandait sans cesse plus que ce que je ne pouvais faire. « Ce n’est pas en claquant des doigts que l’on apprend à manier la magie. » me disait-il. J’avais fais tout mon apprentissage de sorcier là bas alors je les connaissais et je savais plus ou moins comment ils fonctionnaient. Autant dire qu’à la fin j’en avais ma claque. Alors une fois mon apprentissage finit, j’étais partis et je ne revenais qu’à de rare occasions. Au final on pouvait dire que les seules fois ou j’avais été au QG des sorciers c’était pour prendre mes cours. Aujourd’hui c’était la première fois que j’avais vraiment besoin d’eux. Mais il se pourrait qu’après ces événements j’y passe un peu plus de temps que d’ordinaire. Il paraît que l’union fait la force.

Le visage d’Avalon s’assombrit d’un coup. Cela n’annonçait rien qui vaille. Elle me mit au courant de ce que lui avait répondu l’autre sorcière et ce n’était pas vraiment encourageant. Mais bon si ils ne pouvaient pas venir en urgence, tant pis. Nous trouverions un autre moyens de faire les choses. Jusqu’à présent on ne s’en était pas si mal sorti. Certes il y avait eu de la casse mais aucune perte à déplorer. Du moins pour l’instant. La Valkyrie s’entêta à reprendre mon pouls pour la deuxième fois et je la laissais faire, non sans amusement. Une véritable infirmière cette guerrière. Je ne pu m’empêcher de ricaner « Ne t’en fais pas je vais bien, pour le moment du moins. Si ce n’était pas le cas tu le saurais, je te le garantis. » Elle repose ma main et m’offre alors trois possibilités : Attendre la cavalerie, aller ensemble jusqu’à sa voiture ou bien elle y va seule. La dernière solution ne semblait pas lui convenir et à vrai dire à moi non plus. Même si le danger était écarté, je ne pensais pas que se séparer maintenant serait une bonne idée. En ce qui me concernait c’était vite vu. Je m’étirais le dos  pour détendre les muscles « Si on attend après le Coven on risque de poireauter un bon moment, alors je pense que je vais choisir la deuxième option. J’ai l’impression que l’on peut compter que sur nous même et jusqu’ici ça nous à plutôt réussi, alors pourquoi changer une équipe qui gagne ? » Je me levais assez facilement et constatais que notre petite pause m’avait permis de retrouver quelques forces. Je ressentis tout de même une vive douleur aux côtes. Certainement un petit mémo du poison qui me faisait savoir qu’il était toujours là et que je n’étais pas encore sortis d’affaire. Une fois sur mes deux jambes je tendis ma main à Avalon pour l’aider à se relever « Partons maintenant, tant que l’antidote fait effet. Je tiens pas à ravoir une crise qui cette fois pourrais bien m’achever pour de bon. Je suis costaud mais faudrait pas trop tirer sur la corde » Lançais-je avec une légère grimace. J’aurais aimé ne pas trop penser au « et si ils ne pouvaient pas m’aider et que j’y restais ? » mais c’était plus fort que moi. J’avais cette petite voix au fond de moi qui ne cessait de me répéter que c’était une des possibilité qui m’attendait.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Jeu 20 Sep 2018 - 15:00

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Sa désinvolture me détend, me réjouit un peu. Dagon avait été étranglé, presque kidnappé et empoisonné, et il semble pourtant de meilleure humeur que moi, faisant des traits d’humours sur son état. Je lui jette un regard mi-amusé mi-dépité puisque la situation me chagrine profondément. Si on m’avait dit ce soir que j’allais me retrouver au coeur d’une intrigue mêlant magie noire, séquestration et empoisonnement, je serais certainement resté dans mon lit… Non, il faut que je sois honnête avec moi-même, je serais exactement au même endroit, mais je me serais mieux préparé. Un souvenir récent émerge : Marge, ma voisine descendante de la lignée des Tawana, qui frappe à ma porte un après-midi voilà maintenant deux semaines, pour me parler d’une de ses précognitions. La vieille femme venait souvent m’en faire part, se disant qu’elle pouvait m’aider en tant que Valkyrie. Le problème, c’est que même avec ses années d’expérience, il était difficile d’interpréter plus ou moins correctement ces visions du futur. Généralement, on arrive à les comprendre qu’une fois que l’événement est passé, comme ce soir. Qu’est-ce qu’elle m’avait dit déjà ? « Fais attention, Avalon. J’ai eu une vision hier soir avant de me coucher. Comme tu le sais, je vois souvent des personnes inconnues, mais là c’est toi que j’ai vu. J’ai reconnu ton visage d’ange ma chérie. Comme tu le sais aussi, mes visions sont décousues donc ce que je vais te raconter là n’aura aucun sens jusqu’à ce que tu sois face aux événements… J’ai d’abord vu un chien loup couché près d’un feu de cheminée… Puis je te vois courir sur une longue route qui ne mène nulle part. Tu cours vite, comme si ta vie en dépendait. Et puis, d’un coup tu te retrouves au milieu de la forêt. Tu te tenais là avec ton épée dans la main, elle était éclatante. Les runes… Tu m’as expliqué qu’elle s’illuminait comme ça à cause de la magie noire, c’est ça ? Dans tous les cas, la forêt était en feu et tu étais au centre, affligée, fatiguée. Au départ, le feu était flamboyant, mais il était en train de s’éteindre. Plus il s’éteignait et plus tu semblais attristé. Tu marmonnais des choses, je ne l’ai pas compris et puis soudain, d’énormes plantes se sont mises à croitre autour de toi et a alimenté le feu. Il a repris, plus fort que jamais, et tu as été englouti dans les flammes. Elles t’ont consumé, corps et âme. Je l’ai sentie. » Et si cette vision était liée à ce qui s’était passé ce soir ? La course sur la route, la forêt, la magie noire et le feu… Mon regard se porte sur le sorcier de la lignée des Levinson. Et si le feu c’est lui en fait ? C’est peut-être une image, une sorte de métonymie sauf que ce n’est pas le nom qui est proche, mais la capacité du sorcier… Je chasse ce souvenir de ma tête. Raaah ! Voilà pourquoi je ne cours généralement que le matin ! Il y a moins de chance de se faire agresser en plein jour ! Bon, après dans une ville peuplée d’êtres surnaturels, on ne peut être sûre de rien…

Finalement, Dagon choisit la seconde option. Une équipe qui gagne, hein ? Il est vrai que nous n’avons pas eu de perte à déplorer jusqu’à maintenant, mais nous étions loin d’avoir remporté la partie. Il a cependant raison sur un point, Esperanza m’avait dit que la troisième Valkyrie ne serait pas là avant au moins une heure. Et encore, c’était le minimum. Je m’inquiète toujours pour lui et lorsque je pose mon regard sur son cou, je suis invariablement stupéfaite qu’il soit presque de bonne humeur malgré les circonstances. C’est comme tout à l’heure après qu’il m’ait demandé brusquement qui j’étais. Il est passé de l’état de mourant à celui d’homme plein de vie… Enfin, à moitié en vie. Encore une fois, cette façon de sourire à la vie d’un coup après un énorme déboire me fait doucement rire. Sa vitalité est contagieuse et lorsqu’il se lève, comme s’il n’y a aucun poison mortel qui court dans ses veines, je me sens moi aussi remonté à bloc. Je saisis sa main et me redresse avec son aide. « Merci. » Dis-je une fois bien camper sur mes pieds. « Oui. Partons. On passera par la forêt, c’est plus court que de faire le tour par la route. On doit avoir un bon kilomètre ce qui nous fait au moins vingt bonnes minutes de marche, mais puisque le terrain est accidenté, il nous faudra un peu plus de temps, je pense. C’est faisable pour le grand costaud que tu es ? » Lancé-je avec bonne humeur avant de me diriger vers le Grand Bonnet empoisonneur. « Laisse-moi encore quelques minutes, pour les attachés, être sûre qu’ils ne bougeront pas de là quand la Valkyrie viendra les chercher. »

Je ferme les yeux et invoque de nouveau ma magie. Une légère brise fait battre mes cheveux dans ma nuque. Les murmures des arbres sont des plaintes, mais intérieurement je leur demande de me laisser encore deux fois déranger la nature. Je prie Cybèle te libérer les forces végétatives et la sauvagerie de la nature. Mon pouvoir de base et de contrôler les plantes. Sous mes pieds, je sens la terre bouger. Doucement, des tiges épineuses pleines d’aiguillons acérés et recourbés sortent de l’humus du bois et se mettent à recouvrir le corps inanimé du mage noir. Bras, jambe, torse disparaissent sous les ronces et je concentre davantage d’énergie pour que les tiges ligotent l’homme. Je rouvre les yeux et observe le résultat. Seul son visage brulé et badigeonné de rune est encore visible. Je laisse échapper un soupir de satisfaction et essuie la sueur qui a commencé à perler sur mon front. Je me tourne vers Dagon, l’oeil brillant de malice voire de sadisme. « J’ai senti que des épines sont entrées dans la chair… Même s’il y a un problème avec les runes, il ne sortira pas de là avant de s’être dépecé. » Il m’arrive, comme ça, parfois de faire preuve de cruauté envers les êtres humains, certainement un contrecoup de toutes les années que j’ai passé à fuir les miens alors que je n’avais strictement rien fait de mal à part tuer un démon… Autrefois, je ne tuais que par nécessité, mais je mentirais si je disais que je n’avais pas pris parfois plaisir à arracher le coeur d’un mage noir ayant utilisé un grand nombre de jeunes femmes pour des invocations et des procréations démoniaques, ou des vampires sadiques… « À l’autre maintenant ! »

Je retourne alors vers le petit jeunot que j’avais assommé en premier. Il est toujours là, dans les vapes et les runes semble encore faire effet. Je réitère mes prières et fais pousser un nouveau buisson de ronce sur le corps de Bonnet blanc. Avec une main nonchalante, j’essuie ensuite la sueur sur mes tempes et mon front et viens totalement défaire ma queue de cheval pour laisser retomber mes cheveux dans mon dos. J’y passe mes doigts pour les mettre en ordre et en profite pour me masser un peu le crâne tout en posant mon regard sur Dagon. « C’est bon, nous pouvons y aller. Si tu ne te sens pas bien, n’hésite pas à me le dire. » Annoncé-je.

Nous commençons notre randonnée dans la forêt, guidée par la magie de la terre. « Alors, Dagon. Parle-moi un peu de toi. Qu’est ce que tu fais dans la vie à part courir sur les routes le soir et te faire kidnapper par des mages noirs ? J’imagine que ce ne sont pas les activités le plus excitantes que tu pratiques. » Le questionné-je en plaisantant.  


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Jeu 20 Sep 2018 - 20:56

Keep the streets empty for me


Je laissais Avalon choisir notre itinéraire et elle en avait conclue que notre route serait plus courte en passant par la forêt. Je lui faisais confiance, après tout c’était elle qui avait un lien étroit avec la nature. Mais notre escapade allait quand même durer 30 minutes au minimum et même si je me sentais mieux jusqu’ici, j’appréhendais notre marche malgré tout. A cet instant je ne savais pas jusqu’où je pourrais aller et combien de temps le remède ferait encore effet. Il ne fallait pas perdre de temps, l’heure tournait pour moi. Et pour une fois il me tardait d’arriver au Coven.
Avant de partir Avalon prit le temps de s’assurer que les deux mages noirs ne risquaient pas de se faire la malle le temps que l’autre Valkyrie arrive. Avec sa magie élémentaire elle les ligota grâce à des lianes solides sorties de la terre.
En attendant qu’elle ait fini je m’étais appuyé à un arbre et la regardais faire. Je pouvais ressentir ça magie flotter dans l’air, mais également circuler dans l’arbre contre lequel je m’étais adossé. Elle était puissante c’était indéniable. J’étais toujours intrigué et impressionné par cette magie qui usait des éléments ainsi que de la manière dont la sorcière la maniait. C’était une magie sur laquelle je ne m’étais que rarement penché et pourtant elle était très intéressante à étudier. Même si Avalon m’en avait très brièvement parlé, c’était toujours ça que je savais en plus.

J’étais ouvert à beaucoup de chose. Ça oui, mais lorsque Avalon c’était tournée vers moi l’œil brillant pour me dire qu’elle avait sentie les épines des liens, qui entravaient les deux vilains, pénétrer dans leur chaire, je n’avais pas vraiment su comment réagir. Et puis après tout c’était bien fait pour eux « Fais ce qu’il te chante de leurs carcasses, ça m’importe peu. » Lui avais-je répondu avec indifférence. Ils l’avaient bien cherché d’une certaine manière et maintenant le karma se chargeait d’eux. Je n’aimais pas faire souffrir les autres mais là c’était Avalon qui s’en chargeait et sincèrement cela ne me faisait ni chaud ni froid. Je me contentais de la regarder faire, non sans en éprouver une pointe de satisfaction. Je ne pu réprimer un léger sourire sadique en pensant à leur réveil. J’aurais même bien aimé être présent à ce moment là.
Une fois qu’elle en eut terminé de les saucissonner, elle défit sa queue de cheval et libéra définitivement sa chevelure dorée. Elle se tourna vers moi pour me faire savoir qu’elle avait finit et que nous pouvions enfin partir d’ici. D’une certaine façon je me sentis soulagé de quitter cet endroit. Il était très probable, d’ailleurs, que je n’y remette pas les pieds de sitôt. Même si il n’était pas dit que ce genre d’expérience ne pouvait pas arriver à n’importe quel autre endroit que je fréquentais.  

Nous nous étions finalement engagés dans la forêt pour suivre un chemin magique jusqu’à notre nouvelle destination. Avalon prit la parole pour me demander ce qui rythmait ma vie en dehors des empoisonnements et des kidnappings. Nous allions vraiment faire un brin de causette alors. Parler de moi ce n’était pas vraiment mon point fort, tout simplement parce que je n’aimais vraiment pas ça. Mais pour elle, qui m’avait sauvé la vie, je ferais peut être une exception. Je ne pu m’empêcher de ricaner en entendant sa question.  Tout  en marchant je posais mon regard sur elle «Je te trouve bien curieuse dis moi... » Dis-je avec un sourire narquois. « Mais bon comme tu as été gentille avec moi je veux bien te livrer mes secrets les plus noirs.» Je finis par repprendre mon sérieux avant de répondre à sa question « Je suis quelqu’un de plutôt discret à vrai dire. Ma vie est calme... du moins l’était jusqu’à ce soir. » Dis-je. C’était à la fois vrai et faux. J’avais eu une jeunesse un peu spéciale qui m’avait peut être laissé quelque séquelles. Comme tout le monde, j’avais eu des moments sombre dans ma vie, mais ça elle n’était pas obligée de le savoir. Du moins pas maintenant. Ces pensées firent resurgir de vieux souvenirs désagréables que j’avais longuement essayer de noyer sans succès. Parfois j’en faisait des cauchemars dans lesquels je l’entendais hurler... Je me refocalisais sur Avalon qui marchait silencieusement à mes côtés. « Sinon je suis barman dans un bar restaurant appelé Boudreaux et Thibodeaux dans le quartier de Downtown, je sais pas si tu connais. Ambiance cajun chaleureuse garantie. On y fait des rencontres étonnantes… » Je m’égarais un peu dans mes pensées et une douleur à l’épaule me ramena à la réalité « Enfin, je suis très content d’avoir trouvé ce boulot plutôt bien payé pour ce qu’il y a à faire. D’ailleurs tu peux y passer quand tu veux. » Ajoutais-je. D’habitude je n’arrivais pas à rester très longtemps au même endroit quand il s’agissait de travail ou même de fille. Mais pour une fois je me sentais bien là ou j’étais, et c’était dans ce boui-boui assez calme et conviviale. C’était justement pour son calme que je l’avais choisi. Parce que  même quand il y avait des soirées bien arrosées ce n’était jamais bien méchant. Comparé aux soirées underground que je fréquentais, là où j’avais rencontré Victorine, c’était de la rigolade. J’avais eu une période de ma vie assez décadente.
« En ce moment j’habite à Valley Park avec mon chien Butch, qui est en fait mon familier.» Ajoutais-je. J’eus soudainement une pensée pour le pauvre chien qui devait se faire un sang d’encre. Puisque j’aurais dû être rentré à l’appartement depuis un moment maintenant. Par dessus le marché il à dû ressentir une majorité de ce que j’avais pu ressentir depuis le début de cette histoire. Je souris malgré tout à Avalon d’un air le plus détaché possible « C’est à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur moi. Ma vie n’est pas très passionnante, je sais. » C’était plus fort que moi il fallait que je change de sujet pour arrêter de parler de moi « Et toi alors ? Qu’est ce qui fait briller tes journée ici à Bâton-Rouge ? »


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Ven 21 Sep 2018 - 13:04

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

Il ricane face à ma question, me dit que je suis bien curieuse, mais qu’il veut bien me livrer quelques petits détails sombres sur son existence, car j’ai été gentille. « J’aime bien savoir dans qui j’investis, savoir si j’ai bien fait de sauver une personne. » lui répondé-je du tac au tac avec un petit air espiègle. Il reprend un air sérieux et je comprends que je dois l’écouter sans trop le couper pendant qu’il me confie un bout de son histoire. Il commence à me dire qu’il est quelqu’un de discret, mais dans quel sens ? Je n’y crois à vrai dire qu’à moitié, vu son caractère un peu boute-en-train et sa gueule de beau gosse il doit attirer bien des oreilles et des regards. Je garde le silence continuant à marcher à ses côtés lorsqu’il se tait pendant un petit moment, perdu dans ses pensées. Finalement, je ne suis pas la seule m’y perdre. Il reprend ensuite et me donne des informations sur ce qu’il fait pour gagner sa vie. Je ne connais le bar que de nom, je ne m’y suis encore jamais rendu pour le moment… J’ai passé plus de temps au Cocodrie’s whisky dans le coin le moins touristique de la ville à Bernard Terrace. C’est un repaire de lycans et de garous, mais comme j’ai eu une histoire avec le propriétaire... Malgré une ambiance un peu glauque et miteuse, j’aimais m’y rendre pour le voir… Piotr… Penser à lui m’est maintenant douloureux. Il est encore en ville, mais je sais que son départ est imminent, quelques semaines, peut-être un mois ou deux… Ses traits se dessinent dans mon esprit, mais je chasse immédiatement son visage renfrogné de ma tête. Dagon reprend son histoire et me concentrer sur le son de sa voix m’aide à ne pas penser au vieux loup. « Je n’y manquerai pas. » Dis-je en essayant d’y mettre le plus d’entrain possible compte tenu des souvenirs tristes qui m’ont traversé il y a quelques secondes. « Il faut que je me trouve un nouveau bar où épancher ma soif de toute façon. Celui où je vais en ce moment est un peu trop miteux… » Complété-je.

Il me parle maintenant de là où il habite et de son familier. Je souris à l’évocation de ce dernier. Les familiers sont très importants pour les sorciers, leur perte se fait sentir… Je sais de quoi je parle. Mon premier familier avait rendu l’âme en même temps que moi lors de ma bataille contre le démon qui m’a maudite… Quand je suis revenu à la vie dans le corps d’une liche démoniaque, je n’avais pu le réinvoquer et j’avais continué à tracer ma route sans ce guide. Je n’ai retrouvé un familier que dans cette nouvelle enveloppe charnelle et j’entretiens une relation harmonieuse avec lui… Enfin, elle, car mon familier referme un esprit féminin… Il essaye de prendre un air détaché, mais le petit froncement de sourcil m’indique qu’il est inquiet pour Butch et lui aussi doit certainement être inquiet pour lui. Pour ma part, Étain, mon familier, m’attend à Poudlard où est garer ma voiture puisque c’est de ce lieu que j’ai commencé mon jogging. Il conclut en disant que c’est tout ce qu’il y a savoir de lui. Vraiment ? Il me semble qu’une personne est bien plus qu’un métier, un quartier et un animal de compagnie même magique. « Je suis sûre que ce n’est pas tout. N’oublie pas, tu m’as dit que tu devais me livrer tous tes secrets les plus noirs. Je ne vois rien de bien sombre dans le fait que tu sois Barman, que tu habites à Valley Park et que ton familier soit un chien du nom de Butch. » Rétorquais-je avec un sourire moqueur accroché aux lèvres. « On parle de moi, mais après je veux du noir, du sombre ! Ce que tu m’as promis ! »

Je m’étire, passant mes deux mains au-dessus de ma tête, soupire et commence : « Je suis une des descendantes de la reine d’Angleterre, comme le laisse présager mon bel accent anglais. » Commencé-je sur le ton de l’ironie. « Je suis née au Royaume-Uni, à Glastonbury Tor pour être précis. Ce serait l’endroit où serait enterré le roi Arthur d’où le prénom : Avalon. » Il y a ça et aussi le fait que mon père adore tout ce qui touche aux légendes arthuriennes, si bien que toutes les demoiselles Winkler ont hérité d’un prénom en lien avec ces vieux écrits. J’étais cependant la seule à avoir été nommée d’après un lieu et non d’après une fée, une reine ou une princesse. « Il semblerait que je n’ai pas pu attendre que ma mère aille à l’hôpital, il fallait que je naisse sur une terre chargé d’histoire et de magie. » Je dis cela en plaisantant, mais c’est à moitié vrai. Mon âme a attendu six ans avant de trouver le corps adapté pour la réincarnation. Le lieu de ma naissance n’est donc pas un hasard, la magie du lieu à permit donner un coup de pouce au processus. Je poursuis : « Quoi qu’il en soit, je suis arrivé il y a un peu plus d’un an maintenant à Bâton-Rouge. J’ai été envoyé par le Magistère après qu’on ait retrouvé la Grande Prêtresse sur le bucher… » Je préfère éluder ce détail. L’enquête sur sa mort est au point mort et bien d’autres événements se sont produits depuis que je suis arrivée. Mes rapports au Magistère se font de plus en plus rares et j’ai commencé à vraiment apprécier la vie à Bâton-Rouge, si bien que je m’y vois bien y vivre jusqu’à mes vieux jours. J’ai bien assez déjà voyagé dans ma précédente vie. Dans celle-là, j’aimerai bien un peu de stabilité. « Sinon, je suis botaniste indépendante. J’ai fait ma thèse sur le lichen des chênes de Louisiane à Londres… Je sais passionnant pour le commun des mortels ! Bref, je préfère prendre des contrats au jour le jour et mener les recherches qui me plaisent. J’ai eu la chance d’hériter d’une coquette somme d’une de mes grand-tantes à mes 18 ans. » À savoir moi-même, pensé-je en le disant « Du coup, je peux me permettre de remplir mes journées comme je veux. » Je marque une pause et réfléchis à ce que je peux encore lui révéler, mais décide finalement de conclure avec une petite taquinerie : « Voilà, ce que je peux te livrer comme informations pour le moment puisque tu ne m’as pas donné plus de ton côté. Et encore je t’ai dit où je suis née et d’où je viens. Toi, tu ne m’as pas dit si tu étais originaire du coin ou si tu es arrivé par ici par hasard. Ha oui ! Pardon, j’habite à Istrouma avec mon familier Étain. » Je tais la forme de mon familier, il la verra bien quand nous arriverons au Coven.


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Sam 22 Sep 2018 - 16:37

Keep the streets empty for me


Avalon ne semblait pas vouloir me laisser m’en tirer aussi facilement. Elle voulait en savoir plus sur moi, sur mon passé. Je ne pus m’empêcher de lui faire un sourire qui manquait quelque peu d’enthousiasme. Après tout cette jeune femme était une inconnue pour moi, même avec ce que nous avions vécu cette nuit. Ma confiance je ne l’accordais pas difficilement. Je me sentais bien avec la majorité des gens que je croisais, j’accordais une chance à qui voudrait la saisir. Être un ami voir un confident, ça je pouvais le faire sans problème. Mais être celui qui se confiait, ça, c’était une autre histoire. Ce n’était pas une question de manque de confiance envers celui qui écoutait, mais envers moi même. Ça oui, sur certains sujets je manquais sacrément de confiance, même si ça ne se voyait  pas forcément. Ma relation avec les femmes en était la preuve. Jamais plus d’une nuit et pourtant, parfois, il m’arrivait de me dire que cela pourrait marcher si j’essayais ne serait-ce qu’un peu. J’avais essayé. Sauf que dès que cela devenait trop sérieux, je me tirais sans un regard en arrière. Pas par méchanceté, mais par peur. Peur de refaire la même erreur, parce que ça m’avait coûté si cher. Et même si aujourd’hui je maîtrisais ma magie sans problème, au fond de moi j’avais gardé cette crainte qu’un jour cela se produise à nouveau. J’étais prêt à sacrifier la joie de vivre au coté d’une personne aimé plutôt que de risquer de la blesser à nouveau et d’en souffrir comme j’en ai souffert… et j’en soufre encore. Je devais l’avouer, il y avait une part d’égoïsme dans tout ça.  C’était d’autant plus dure car je n’était pas du genre à vivre avec le passé. Je pardonnais facilement et j’oubliais. Mais là je savais que son souvenir risquait de me suivre jusque dans ma tombe. Alors peut être que j’en faisais des tonnes et que ressasser ce souvenir était stupide, voir une preuve de faiblesse mais c’était plus fort que moi je n’arrivais pas à me le pardonner, ni à l’oublier.

Entendre la Valkyrie dire qu’elle était une descendante de la Reine d’Angleterre me fit sourire et par la même occasion me ramena à la réalité. J’en étais qu’à moitié étonné à vrai dire. Elle avait sans aucun doute le flegme si particulier des british mais je n’aurais jamais fais le rapprochement avec la royauté anglaise. Je me rendis compte qu’elle me donnait beaucoup plus de détails sur ça vie, que je ne l’avais fais. Je ressentais maintenant le besoin d’en faire de même. C’était injuste sinon. Il était vrai que je n’avais pas pensé à lui dire où j’étais né et à lui décrire ainsi un peu ma jeunesse, mais c’était parce que à mes yeux cela était inutile. Mais pas pour elle visiblement. Ce n’était pas comme si ma famille avait joué un grand rôle dans ma vie au point de trouver ça intéressent d’en parler. Pas ma famille non, mes parents plutôt.
La Valkyrie n’était donc pas dans cette ville par hasard, elle y avait été envoyée, et par le Magistère qui plus est. Ce n’était pas rien. Mais comme je regardais tous ces événements de loin, je n’étais pas très renseigné sur tout ce qu’il se passait chez les sorciers. En dehors des gros titres bien sûr. J’en connaissais le minimum et cela m’allait. D’ailleurs Avalon ne s’étendit pas sur le sujet.
Je l’écoutais attentivement et elle ajouta qu’elle était botaniste. Ah, ça les plantes ça me parlait plus, surtout celle qui se fumaient. A une époque j’avais une connaissance assez étendue sur ce sujet, maintenant avec l’âge je m’étais calmé. Mais cela ne m’empêchait pas de me faire, encore maintenant, un joint de temps en temps.
Il était vrai que c’était agréable d’en savoir plus sur elle, et je comprenais sa frustration dû au peu d’information que je lui avais livrés. J’allais tenter de remédier au problème du mieux que je pouvais

Je levais les yeux au ciel en l’entendant me réprimander gentiment sur le fait de ne pas lui en avoir assez dit sur moi. « Si j’avais su que tu étais de la noblesse anglaise et en plus pleine aux as, j’aurais soigné mes manières. Toutes mes excuses votre majesté. » Dis-je en faisant une révérence exagérée avant de rigoler. Je me remis en route avant d’ajouter « Puisque tu veux en savoir plus sur ma personne, alors soit. Parce qu’il est vrai… que je ne t’ai pas tout dis. Après tout on a tous un jardin secret. » Dis-je. Et parfois on verrouille ce jardin à double tours et on jette la clé, loin. Très loin. Là ou même moi je ne pourrais jamais la retrouver. « Alors commençons par le commencement. Je suis né à la Nouvelle Orléans dans une famille de sorciers Levinson, tout ce qu’il y a de plus banale. Nous faisons partie des grandes lignées de sorciers,…  Il paraît même que nous avons des origines Allemandes, Françaises et Irlandaises... » Si elle souhaitait des détails j’allais lui en donner. « … Cette famille m’a initié à la magie dès que possible avant de m’envoyer poursuivre mes « études » au Coven de Bâton Rouge. Mes parents m’ont alors mit en pension chez ma tante, pour plus de commodité. Je faisais des allés-retours entre les deux villes tous les week-ends et le temps des vacances... ». Cela faisait drôle d’en parler aujourd’hui, parce que je n’avais pas évoqué mon enfance avec mes parents, aussi courte fut-elle, depuis un bon moment maintenant. Je passais une main dans mon cou, à cause de petites démangeaisons désagréables. « … Jusqu’au jour ou j’en ai eu assez de rendre visite à des parents, devenus presque des inconnues. Ils étaient trop occupés avec leur magie, leur recherche de savoir intarissable ou à entretenir leurs relations d’un coté et de l’autre du globe, sans jamais me prêter attention, moi, leur fils unique. L’argent qu’ils me donnaient ne comblait pas le manque que je ressentais en tant qu’enfant. Alors j’ai pris l’argent, bien sur, et je suis resté définitivement chez ma tante et son fils, ma vraie famille, jusqu’à ce que je sois assez grand pour me débrouiller seul... » Finis-je. Une douleur aiguë vint me caresser les côtes et je dû m’appuyer contre un arbre, le temps que la douleur passe. Je fis signe à Avalon de ne pas bouger si jamais elle avait voulu me venir en aide. Je serrais les dents et la douleur s’endormit de nouveau. Je ne savais pas depuis combien de temps nous marchions mais je sentais le poison se réveiller doucement. Je soufflais un coup avant de me remettre en marche. «ça va aller, on continue. A ton tour d'approfondir les détails de ton histoire.»


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Valkyrie du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : Une vieille âme de plus de 379 balais, dans un corps frais de 31 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Elementaire de Terre - Pousse et contrôle de la flore - Modelage de la terre nu pour créer des petits golems terrifiants - Percetion des flux magiques - Lien avec la mort : voix les esprits mais communique mal avec eux - Connaissance très poussé en botanique, runes, cristaux, minéraux et enchantements - Connaissances poussées en Sorcellerie et Guérison philippines, mais ne peut la pratiquer. Connaissance de la magie obscure, en particulier des sorts défensifs
→ ERRANCE : Au Coven - Dans la nature ou à défaut proche d'elle.
→ TROMPE L'ENNUI : Botaniste indépendante - Rentière
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Fidèle - Loyal - Guerrière -Patiente - Généreuse - Organisée - Très instinctive - Plutôt flegmatique la plupart du temps, mais il lui arrive d’exploser sans crier gare et donc devenir très violente si on l'énerve - Farouche et sans pitié quand il s'agit de protéger le Coven - Maline - A gardé un petit côté cynique - Aime les drogues douces issues de plantes, une vieille manie de l'âme - Tendance bipolaire en raison des nombreuses personnalités qu'elle a contracté durant son ancienne vie - Bonne Comédienne


→ AVATAR : Margot Robbie
→ CREDITS : Eden Memories
→ MENSONGES : 229

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Dim 23 Sep 2018 - 21:53

Keep the streets empty for me
@Dagon Levinson & @Avalon Winkler

J’éclate d’un rire sonore lorsque Dagon fait une révérence après m’avoir appelé Majesté. J’avoue avec culpabilité : « Non, je déconnais, je ne suis pas descendante de la Reine d’Angleterre ! Je n’aurai pas hérité de ces magnifiques petites oreilles et de ces petites dents si j’avais été une Windsor-Mountbatten ! God save the Queen, ceci dit ! J’espère qu’elle vivra encore 100 ans ! En bonne Britannique, je n’ai toujours pas pardonné aux Princes Charles ce qu’il a fait à Lady Di et je n’ai pas envie qu’il monte sur le trône. » Rajouté-je sur le ton de la confidence, mais l’œil brillant de malice. D’ailleurs, je m’en moque en réalité. J’ai eu bien d’autres chats à fouetter aussi bien dans cette vie que dans la précédente.

Il y avait bien quelques nobles dans ma famille actuelle et passée. C’est le lot des longues lignées qui ont traversé l’histoire en défendant leur bout de gras. D’ailleurs, de nombreux Britanniques avaient finalement des ancêtres nobles. Il n’est pas rare de découvrir qu’un acteur célèbre est le descendant de Charles II ou de Georges III, mais ce n’était pas mon cas. Trop de sorciers, trop de mages. Cultiver sa magie ne va pas forcément avec les mondanités qu’imposent la noblesse ou la gentry. Pour autant, la famille de ma nouvelle mère n’était pas sans le sou. Ils avaient de grandes propriétés et avaient fait fortune dans l’agroalimentaire, ce qui est plutôt logique pour des êtres surnaturels ayant un lien fort avec la Terre.

Il reprend finalement ses confidences sur sa personne et je l’écoute attentivement tout en marchand. Il a cependant raison sur un point. Nous avons tous un jardin secret. Le mien était même une jungle amazonienne. Je ne lui demande pas forcément de me dire s’il est un coureur de jupon en puissance ou un serial killer. Je n’allais certainement pas lui dire : « Ha sinon ! Moi j’ai 379 ans en vrai. Enfin, je suis une vieille âme et je me suis réincarnée dans ce corps il y a 31 ans maintenant, car mon précédent corps pourrissait de l’intérieur et que pour survivre j’ai mangé des gens. #Blondecannibale. »

Dagon est un pure et louisianais. Comme je m’en doutais, il descend d’une des lignées de sorciers reconnus par le Magistère : les Levinson. Après tout, il en porte encore le nom, ce qui plutôt rare quand on regarde la majorité des autres Levinson que j’ai croisés au cours de mon existence. J’ai lu il y a quelques années un vieux livre qui recenser les lignées de sorciers connus du magistère et j’avais effectivement vu que les Levinson venaient du vieux continent, mais que beaucoup d’entre eux avaient sauté l’Atlantique pour s’installer dans le Nouveau Monde. La partie sur son pensionnat à Baton Rouge, même si c’était chez ça tante, me parait triste comme histoire. Je l’écoute sans l’interrompre, en le regardant avec compassion. Je dois dire que je comprends un peu le sentiment d’abandon. Si j’ai eu droit à une magnifique famille aimante et soudée dans cette vie, la précédente a été jonchée de cadavres. Mon père qui était gardien est mort quand j’étais jeune. Ma mère qui était une médium et une chasseuse de la Guilde a été évincée par la famille de mon père. Elle n’était pas un élémentaire et on ne voulait pas lui laisser le soin de mon éducation. Une médium qui élève une élémentaire : ce n’est du jamais vu. J’avais fini par grandir au sein du magistère, et je n’ai pas eu plus de contact que ça avec la famille de mon père, dont je descends aujourd’hui. Quant à ma mère, quand j’avais renoué avec elle lors de mon adolescence… Et bien, disons que ce n’était pas la meilleure chose que j’ai pu faire, pas que nos relations aient été mauvaise, mais elle avait fini par en payer le prix…

Je chasse mes vieux souvenirs et me reconcentre sur Dagon. Je souris doucement quand il évoque qu’il a quand même eu une famille avec sa tante et son cousin. L’histoire ne se finit pas si mal. J’allais lui répondre quand je le vois soudainement grimacer. Il s’appuie contre un arbre et malgré son geste qui m’intime de ne pas bouger, je ne peux m’empêcher de me rapprocher de lui afin de l’aider ensuite à se redresser. « Disons qu’on est plus proche de la fin que du début… Encore un effort. » Soufflé-je en reprenant notre marche. Ça fait combien de temps que nous soyons partis maintenant ? Peut-être dix minutes ? Nous sommes au milieu de la forêt, nous sommes obligés de continuer. Je ne peux pas courir jusqu’à ma voiture pour venir le chercher. Je ne me vois pas non plus courir jusqu’au Coven puis revenir pour le soigner. Le mieux c’est que je reste avec lui. Je sors la petite fiole que j’avais prise à Blanc Bonnet de mon sweat et la lui tends. « Tiens. Prends-en encore quelques gouttes. Je doute que ça fasse vraiment effet, mais on ne sait jamais, ça peut peut-être encore ralentir un peu la toxine… »

Dagon m’invite ensuite à continuer de raconter ma propre histoire. Je réfléchis un moment et laisse un petit silence s’installer entre nous. Je ne sais pas trop par quoi commencer cependant. Est-ce que je lui raconte les histoires de ma charmante petite famille alors que la sienne a été plutôt une source de chagrin ? Est-ce que je concentre sur ma formation de Valkyrie pour ne pas parler d’eux ? Je pourrais lâcher que je suis une vieille sorcière. Pour le coup, ça lui ferait oublier ses parents qui ne lui prêtaient aucune attention ! Mais c’est aussi bien trop dangereux pour moi. Je ne dois parler de ce rituel à un inconnu… Il faut néanmoins que je me lance, de cette manière je vais pouvoir focaliser son attention sur autre chose que son mal-être et ainsi le divertir un peu durant le reste de notre marche « Alors, si on commence par le commencement comme tu dis, je ne vais pas te redire où je suis née, mais je peux un peu te parler de ma famille. Comme toi je fais partie d’une lignée de sorcier, les Winkler. Nous sommes surtout originaires du Royaume-Uni ou d’Irlande. Ma famille vit en Angleterre depuis au moins trois siècles maintenant. » Je marque une pause cherchant quoi dire d’autre. Je décide de lui parler de ce qui a pris le plus de place dans ma vie à part ma formation d’élémentaire. « Sinon, j’ai quatre sœurs. Autant te dire que c’était animé chez moi. Deux parents et quatre sœurs blondes comme les blés élémentaires de terre. Je suis la troisième...» Et il ne pouvait en être autrement, c'était une des conditions de la réincarnation. « La première Vivianne qu’on appelle Nimue est la Grande Prêtresse du Coven de Bristol. Mon autre sœur ainée Elaine l’a suivi et je crois que depuis peu elle est devenue Striges. Viennent ensuite Guinevere qui est herboriste à Glastonbury et Morgana qui fait ses études à Londres. Ce sont quatre jeunes femmes de caractères comme ma mère, indépendantes et qui ont toutes les pieds sur terre, sauf peut-être la plus jeune, mais en même temps, comme c’est la petite dernière, elle a été gâtée par ses parents et ses grandes sœurs. » Je souris doucement, pensant à toute cette petite ménagerie qui avait rythmé ma vie pendant un peu plus de deux décennies. Je ne pensais pas me réincarner dans une si charmante famille. « Tu remarqueras que mes parents nous ont toutes données des prénoms en lien avec les légendes arthuriennes. Mon père adore ces histoires. Alors, autant te dire que quand Myrrdin Temal’Oc, un des membres du conseil de sage du Magistère qu’on dit être le vrai Merlin, l’a approché pour me former, il n’a pas hésité un moment et nous avons déménagé à Londres. » Je tais que Freyja avait également demandé à me former, mais pour d’autres raisons… « Je dois avouer qu’ils me manquent parfois, mais j’aime beaucoup vivre ici. Je suis venue sous la demande du Magistère au départ, mais je pense rester dans les parages encore un peu. » De toute façon je n’ai pas eu de nouvelles d’eux depuis un moment et je n’en ai pas plus pour eux non plus. Et puis, j’ai eu l’habitude de vivre moins des miens, la solitude ne me fait pas peur, même s’il arrive que certain soir, je me sente seule. J’ai réussi à me faire quelques amis ici, j’ai une vieille voisine qui me sert de grand-mère et j’ai eu un amant… « Voilà, pour ma famille. Allez, cette fois, c’est toi que commencent les hostilités. Qu’est-ce que tu aimerais savoir d’autres ? »


©️ DMTH begins


_________________
In Her Mysterious Skin
Je  savais  ce  que  c’était  – j’aurais dû m’en souvenir. Une âme comme la sienne – ou celle d’Ephraïm – n’est qu’à demi détachée, et continue à vivre après la mort tant que dure le corps. Lovecraft
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3016-avalon-ride-of-a-valkyrie#64947 http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/t3044-avalon-chevauchee-d-une-valkyrie#65348 http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : Membre du Coven
→ NUISANCE DEPUIS : 30 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Télékinésie/ Pyrokinésie
→ ERRANCE : Quelque part à Bâton Rouge
→ TROMPE L'ENNUI : Barman
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Indépendant * Narquois * Séducteur * Curieux * Enjoué * Extraverti * Sournois * hautain * Impulsif * Casse-cou.


→ AVATAR : Chris Wood
→ MENSONGES : 124

†


MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   Aujourd'hui à 0:19

Keep the streets empty for me


Lorsque Avalon avait rit sincèrement à mes pitreries, je n’avais pas pu m’empêcher de rire avec elle.
Encore plus lorsqu’elle me révéla qu’elle n’avait en réalité aucun lien de parenté avec la fameuse Reine d’Angleterre. J’y avais cru, sans douter une seconde de ses propos. Le fait de me sauver la vie trop fréquemment devait me pousser à lui faire plus confiance que ce que je ne devrais.
La Valkyrie m’avait attentivement écouté lorsque je parlais de mon passé, jusqu’à ce que mes douleurs se réveillent. Et même en lui faisant signe que ce n’était pas la peine qu’elle m’aide à me tenir sur mes jambes, elle l’avait quand même fait. J’avais vraiment hâte d’être soigné. Je soufrais de cette faiblesse qui me rongeait. Si je m’écoutais je serais assis par terre contre un arbre et je ne bougerais plus d’un pouce. Je désespérait de sortir de cette situation qui à mon goût, avait bien assez duré comme ça.
Comme elle l’avait fait depuis le début de notre rencontre, Avalon chercha à m’aider à supporter le mal encore un peu plus longtemps. Elle fouilla alors dans ses poches et en sortit la petite fiole de remède. Comme elle me l’avait conseillé, j’en avais repris quelques gouttes. La saveur était si désagréable que j’en eu un haut le cœur. Vous me direz, on se fiche bien du goût, tant que ça m’empêchait de mourir dans d’atroce souffrances. Mais comme on le craignait tout les deux les effets étaient minimes au point que je ne ressentais aucune améliorations. J’avais donc pris sur moi, et avais continué de marcher avec les encouragements d’Avalon. J’espérais que nous arriverions à sa voiture avant que je n’atteigne les limites de mon seuil de résistance à la douleur.

Si au début de notre rencontre j’avais eu du mal à me confier à elle, c’était plus simple à présent. Cela m’avait même fait du bien de lui confier une partie de qui j’étais. De plus elle ne m’avait pas pris en pitié et je l’en remerciais. Du moins si elle en avait ressentie envers moi, elle ne l’avait pas montré ou dis. Ou bien, je n’en avait rien vu. Combien de fois j’avais entendu des « pauvre petit », « pauvre gosse, vivre sans tes parents ça doit être dure »,… Rien que d’y penser ça me hérissait le poils. J’étais jeune, mais pas stupide, je voyais bien ce qu’il se passait et ça ne m’avait pas empêché de me débrouiller et, au final, de m’épanouir. C’était cruel de la part de ces gens, se pensant bien intentionnés, de me ressasser mon abandon à chaque occasions. Ces commentaires était bien plus difficiles à endurer que l’absence de mes parents. Tout ce qu’il me restait à faire dans ces cas là, était d’attendre que ça passe. Voilà une raison en plus qui m’avait poussé à apprendre au plus vite à maîtriser ma magie. J’aurais pu faire des dégâts une bonne centaines de fois. Et pourtant la seule fois ou la situation m’avait échappé c’était pour blesser une personne à laquelle je tenais vraiment. Allez y comprendre quelque chose.
Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu de discutions simple mais sérieuse comme celle-ci. Moi qui était quelqu’un de plutôt extraverti, je me sentais un peu rouillé.  
C’était à présent au tour de Avalon de continuer son histoire. Elle me parla sommairement de ses quatre sœurs vivant toujours en Angleterre. Cela devait être dur pour la Valkyrie de se sentir loin de ceux qu’elle aimait. Surtout si elle était proches de ses sœurs. Moi qui n’avais jamais eu de frère ou de sœur de sang, j’avais eu malgré tout la chance d’avoir un frère de cœur qu’était mon cousin. Ça avait été dur de le laisser partir en France pour poursuivre ses études. Et même si on avait gardé contacte, il me manquait terriblement. Il était ma famille après tout. Je pouvais cependant me consoler lorsque j’allais squatter chez ma tante. Passer du temps avec elle me remontait le moral en toute circonstance. Jamais elle ne m’avait refusé l’entrée de sa maison, même quand je me pointais avec Butch à des heures impossibles. Sa porte m’était toujours ouverte.
Je souris en pensant au père d’Avalon qui avait du s’amuser à leur donner leur noms et à les supporter pendant toutes ses années aussi. J’étais médisant. Elles devaient être supers toutes ces filles. N’empêche qu’une horde de quatre jeune filles, ça devait quand même être la pagaille à gérer. Ça devait être bien d’avoir une famille comme la sienne, certainement très soudée. Je supposais donc que ça avait été dure de laisser partir une de ses filles aussi loin. Bâton Rouge n’était pas la porte à côté pour les Londoniens. C’était toujours difficile de voir un membre de la famille partir aussi loin, quel qu’en soit la raison. Peut être qu’un jour Avalon y retournera pour retrouver sa famille. Mais visiblement ce n’était pas pour maintenant.

Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais l’entendre dire qu’elle allait rester un peu plus de temps à Bâton Rouge m’arracha un sourire en coin. C’était plus fort que moi. Alors j’avais détourné la tête pour le dissimuler.
Elle m’invita ensuite à lui poser d’autre questions à son sujet « Bien, puisque tu me le propose si gentiment… Est-ce que tu as quelqu’un dans ta vie ? Un mari, des enfants peut être ? » Demandais-je d’un air détaché. En finissant ma phrase je me rendis vite compte de mon erreur. Je serrais les mâchoires « évidement Dagon, tu n’as pas pu t’empêcher de la poser celle là. Même mourant tu reste le même » pensais-je. Les habitudes avaient la vie dure.
C’était une question qui revenait souvent lors de mes discutions avec les filles rencontrées au bar. Même si parfois la réponse n’avait pas d’importance, c’était ma façon à moi pour leur faire savoir mes intentions. Avec cette question les filles me sentaient venir à des kilomètres. Ou du moins elles se doutaient de quelque chose. Je n’avais jamais cherché à être discret dans ce genre de situation. Je n’avais pas peur de faire savoir ce que je voulais ou attendais d’elles.
Sauf que là avec Avalon ça n’avait pas le même sens. Non pas que la Valkyrie n’avait aucun charme, bien au contraire. Mais était-ce vraiment le moment pour ça ? Certainement pas. Je n’avais pas la tête à penser comme ça. Pas ce soir, pas maintenant. Si j’avais posé cette question plutôt qu’une autre, c’était par habitude... pur hasard ?… Ou aucun des deux. Non, c’était plus pour parler de quelque chose, faire la conversation pour que le temps passe plus vite. Mais d’un côté, tous les détails étaient bon à prendre. Et en plus d’en apprendre d’avantage à son sujet, j’oubliais que j’étais en train de mourir à petit feu « Si c’est pas trop indiscret, bien entendu.» Après tout cette question pouvait tout aussi bien être innocente, dénuée de toute arrière pensées. A voir comment la Valkyrie la considérera.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Wanna play with magic ?
Let's get drunk and tell each other everything we're efraid to say sober.
code: @DMTH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3369-dagon-levinson http://dmthbegins.forumactif.org/t3395-dagon-levinson-what-s-in-my-pocket http://dmthbegins.forumactif.org/t3393-dagon-levinson-if-you-want-me-come-get-me http://dmthbegins.forumactif.org/t3587-petit-grimoire-de-dagon-levinson#77781
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Keep the streets empty for me| Avalon Winkler   

Revenir en haut Aller en bas
 

Keep the streets empty for me| Avalon Winkler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINE] Keep the streets empty for me w/ Riley
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» Sting Avalon [ en cours ]
» HISTOIRE D'AVALON
» Les Brumes d'Avalon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane et le reste du monde-