AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:

Partagez | .
 

 "One day you will do things for me that you hate. That is what it means to be family."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Paria
→ ORDRE CLANIQUE : Gitans
→ NUISANCE DEPUIS : 46
→ SOUS L'EMPRISE DE : Vagabondage
→ ERRANCE : Dans sa Lincoln ou dans sa caravane
→ TROMPE L'ENNUI : Voyante

→ AVATAR : Maria Grazia Cucinotta
→ CREDITS : Moi pour le découpage de la photo originale
→ MENSONGES : 66

†


MessageSujet: "One day you will do things for me that you hate. That is what it means to be family."   Mer 10 Oct 2018 - 20:44


Elle avait marché depuis des jours. Équipée seulement d’une longue robe noire de dentelle, d’un foulard qu’elle avait enroulé sur sa tête et autour de son visage et d’une gourde d’eau de cuir qui ne semblait jamais se vider. Elle avait vu passé 5 nuits déjà. Ce monde était noir et blancs. Il n’y avait que les étoiles et la voie lactée qui était colorées. D’un bleu et d’un turquoise profond, moucheté par des milliards d’étoiles blanches. Le soleil rouge allait se coucher pour une sixième fois derrière cette gigantesque dune qui surplombait le désert qu’elle venait de franchir. Elle savait qu’elle devait l’escalader avant qu’elle ne puisse plus voir l’astre. Le rythme lent de ses pieds nus sur le sable se transforme en une course contre la montre. Malgré tous ces kilomètres parcourus, elle ne sent pas la chaleur du sable gris sur ses pieds qui ne présentent aucune blessure. Les cristaux se percutent sur son visage sans y laisser aucune trace. Le sol mou la fait trébucher, tomber, mais elle reste sans la moindre marque.

Le monde métaphysique ne montre pas les plaies de la peau, c’est l’esprit qui devra encaisser chaque coup. Son corps en transe au repos dans sa caravane, abandonné n’a pas encore vécu 5 minutes de vie que son esprit s’est déjà débattu contre un monde hostile depuis presque une semaine. Le temps se comportait de manière étrange. Les minutes ne se traduisaient pas d’un monde à l’autre. On pouvait y vivre une vie entière sans que notre corps réel n’ait vieilli d’un an. La respiration de la Isabella de la caravane était d’une lenteur presque alarmante. Son rythme cardiaque s’était aussi ralentit, comme plongée dans un profond sommeil comateux. La noirceur sur le camp pourrait être presque totale si ce n’était de la fête foraine qui battait à son plein rythme un peu plus loin. La fête pourrait avoir lieu juste au côté de sa caravane que la sorcière ne sortirait pas de sa transe. Elle était trop loin dans l’autre monde pour avoir conscience de ce qu’il se passait dans le monde vivant.

Qui d’autre qu’Isabella pour escalade une montagne de sable dans un univers parapsychique pour un simple rendez-vous ? Pourtant elle y était bien arrivée. Son regard surplombait une grandiose forêt de grands feuillus vert profond. Le monde en noir et blanc se terminait enfin, signe qu’elle y était presque, ce fameux point de rencontre. Elle pénétra dans la forêt dense, marchant toujours en ligne droite. Elle devait parfois contourner des arbres gigantesques comme elle n’en avait jamais vu avant. Leurs feuilles bloquaient le soleil rendant le sous-bois sombre. Autour d’elle, des milliards de lucioles, presque autant qu’il y avait d’étoiles dans le ciel éclairaient par alternance, lui illuminant le chemin vers ce fameux point de rencontre. Il y avait une odeur fraiche d’eucalyptus et de mousse humide. Des champignons aux formes défiant la géométrie du monde vivant poussaient allègrement dans des couleurs intenses.

Elle arriva enfin devant la rivière. La finalité de son voyage. C’est ici qu’elle devait y attendre son allié, son ami oserait-elle dire, qu’elle n’avait pas vu depuis déjà trop longtemps. Elle était arrivée un peu d’avance. Le lieu était magnifique, il n’aurait pas pu mieux choisir comme endroit. La rive était bordée de buissons de roses sauvages. Le rouge de celles-ci contrastait violemment avec le vert riche de la forêt. Elle s’approcha de l’eau et y regarda son reflet. Elle enleva son foulard libérant enfin ses longues vagues noires tomber sur ses épaules. Même dans l’autre monde, Isabella restait coquette. Sa robe épousait gracieusement les courbes de son corps. Les dentelles frôlaient le gazon gras et verdoyant comme pour le chatouiller. Elle s’installa sur une souche d’un arbre qui devait bien être millénaire à voir son état. Le silence de la forêt était assourdissant et Isabella n’avait vu aucun signe de vie hormis les lucioles qui démarquaient le chemin vers la rivière. Elle en profita en fermant les yeux, elle qui avait si rarement droit au silence, ces moments de vagabondages étaient toujours une dose de relaxation pour elle.

C'est seulement en se concentrant de tout son être qu'elle pouvait entendre de légers pas arriver de loin, dans la même direction qu'elle avait elle-même emprunter à peine quelques minutes plus tôt.


*Titre par: Jonathan Safran Foer - Everything is illuminated
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t3628-isabella-balatta-la-matrona http://dmthbegins.forumactif.org/f133-inventaire http://dmthbegins.forumactif.org/f34-fiche-de-liens http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
 

"One day you will do things for me that you hate. That is what it means to be family."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Par delà le voile-