AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours ! :olala:
Inscrivez-vous à l' event Halloween ! :dieu:

Partagez | .
 

 Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
« J’ai été interrogé par un employé du recensement. J’ai dégusté son foie avec des fèves au beurre et un excellent Chianti. »
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 51 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante


→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 133

†


MessageSujet: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Jeu 8 Nov 2018 - 10:44

Je sais que je devrais avoir froid. Je sais que je dois avoir l’air malheureuse et perdue. Je sais que je dois ressembler à l’une de ces affiches que l’on colle dans le métro pour sensibiliser à la cause des femmes battues. Je sais que jamais je ne pourrais entrer au Club ainsi, que je me ferais jeter directement, si je n’en étais pas la patronne. Je sais aussi que j’ai dépassé le stade de la fatigue et de l’épuisement, mais que ça n’a aucune importance.
Je ne sais pas trop depuis quand je fixe le vide comme ça. Je ne sais pas trop comment je me suis retrouvée ici. Je ne saurais pas dire non plus la dernière fois que j’ai mangé ou dormi. Je ne sais pas non plus ce qui me fait le plus mal dans tout ce qu’elle… ce que je me suis infligée.
Je sais juste que ça ne suffit pas. Que j’ai toujours cette douleur sourde, tenace, insupportable qui me vrille les entrailles. Qu’elle n’a fait que s’accentuer au fur et à mesure que le temps a passé. Quand je suis partie, j’étais persuadée… Non, je voulais tellement me persuader que ça marcherait. Qu’il me suffirait de m’éloigner de lui pour que ça s’atténue et s’efface, pour que le lien finisse par casser. Je suis bien placée pourtant pour savoir que ça ne marche pas ainsi, pour savoir que rien ni personne ne pourra le faire disparaître, que ça a été trop tard à compter du moment où le regard de la renarde a croisé le sien.

Je laisse échapper un gémissement en écho au sien, alors qu’elle se replie un peu plus sur elle-même, et je m’entoure de mon bras valide, les jambes ramenées contre moi, recroquevillée sur la chaise délabrée de la chambre. C’était malin de me sauver tellement rapidement quand l’avion a atterri que j’en ai oublié mon sac dedans… Pas très grave, après tout, c’est un jet, pas un avion commercial. Et puis, en toute honnêteté, je m’en moque tellement… Non, le souci avait été de trouver un moyen de finir le trajet sans argent. Parce que si courir en talons de 10 cm je sais faire en temps normal, ce n’est ni le cas sur de telles distances, ni dans mon état. Et les gens ont tendance à vous regarder étrangement quand vous vous courrez en talons aiguille, jeans et t-shirt, surtout quand vous avez la moitié du visage couvert d’ecchymoses. Comme quoi, même les transformations ne soignent pas tout... Faut dire qu’elle y est allée sacrément fort, à gratter les murs et à vouloir manger la porte, je crois qu’elle m’a aussi cassé une dent tiens, à se lancer dessus, comme si ses 6kg allaient ébranler une porte sécurisée... Mais elle a réussi dans un sens, à me faire comprendre à quel point j’étais stupide, à quel point mes craintes et mes appréhensions étaient ridicules, à quel point jamais ce trou ne se refermerait. Pas sans lui a mes côtés.
J’ai fini par retirer mes chaussures pour aller plus vite, m’écorchant les pieds sur la route. Mais ça guérira comme le reste. Et je suis tombée, une fois, puis deux, sans doute trop fatiguée pour y arriver. Trop têtue, trop blessée, trop en manque pour m’arrêter. Surtout là maintenant si proche de lui.

Je l’ai appelé, il n’a pas répondu, je n’ai même pas eu le répondeur. Il est humain, il ne peut pas avoir aussi mal que moi, pas vrai ? La renarde m’a grogné dessus, encore, à cette pensée. Mais il va bien, c’est obligé, et je l’aurais senti sinon... non ? Pour dire à quel point je suis désespérée, j’ai appelé son pote, celui qui me déteste presque autant que son chat adore la renarde. Je lui ai juste dit où j’étais, plantée devant le motel miteux, attendant de savoir s’il viendrait ou si je pouvais finir de rejoindre Bâton Rouge à pieds.
Et ma montre a 2000 dollars m’a offert une chambre pour la journée, la nuit, je ne sais pas trop. Aucune importance.

J’attends, recroquevillée sur ma chaise à regarder sans les voir les voitures passer, essayant d’oublier la douleur et la peur, cet abysse qui me dévore petit à petit, tordant mes doigts cassés de l’autre main, comme si la douleur physique pouvait prendre le pas sur le reste... sauf que ça ne marche pas non.

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
avatar
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 35 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Garou Puma
→ TROMPE L'ENNUI : Traducteur, mannequin à temps partiel
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Méfiant, farouche, intelligent, agressif, sur la défensive, posé, réfléchi


→ AVATAR : Tobias Sorensen
→ CREDITS : Blimey!
→ MENSONGES : 335

†


MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Ven 9 Nov 2018 - 21:57

C'était ridicule... La situation était ridicule. Et je ne savais pas trop quoi faire pour remonter le moral de Kay. Apparemment, il n'y avait absolument rien à faire... Ce truc d'âmes sœurs, c'était quand même moche quand ça ne se passait pas bien. Et il avait fallu que Wendy se tire et laisse le cœur de Kay en miettes. Pas comme ci il avait déjà été abandonné par une fille pour une histoire d'âme sœur en plus. Il n'avait pas de bol. Sauf que là, il n'y avait pas vraiment de raisons... Enfin, si, elle avait pris peur et s'était tirée, fin de l'histoire. Je n'avais déjà pas une grande estime d'elle mais alors là... Le pire, c'était que son animal était adorable, lui. Enfin, ça, c'était Kay qui me l'avait dit et qui avait montré des films. Moi, je ne me souvenais pas avoir fait ami ami avec ce petit animal. Et pourtant, il assurait qu'on jouait ensemble. Je ne comprenais décidément pas mon puma. Il avait des fréquentations étranges.

Donc, quelle ne fut pas ma surprise quand je reçus l'appel de la pétasse garou, m'indiquant où elle se trouvait et me demandant de venir la chercher. Honnêtement, si cela n'avait été que question d'elle, elle aurait pu bien finir dans un caniveau. Mais là, il s'agissait de Kay et j'avais l'intention de la lui ramener. Qu'elle me donne sa localisation était donc une excellente chose et je ne me fis pas prier pour me mettre en route afin d'aller la récupérer, non sans envoyer un message à Jasmine pour ne pas qu'elle s'inquiète de mon absence. Durant le trajet, j'eus tout loisir de réfléchir à comment j'allais aborder Wendy. La seule fois où nous nous étions croisés sous forme humaine, cela ne s'était pas vraiment bien passé. Je gardais rancune de son comportement et de son mépris.

Sauf qu'arrivé à destination, il me fallut quand même un moment pour vérifier que c'était la bonne adresse. Parce que madame "j'ai plein d'argent et je le montre" avait davantage l'habitude des palaces que des motels miteux... Et pour le coup, celui-là était vraiment bas de gamme. Et du genre à servir de décor pour tourner un film où d'innocents adolescents se font découper par un tueur psychopathe. Ambiance. Le puma était aux aguets, ayant senti l'odeur familière de sa copine de jeu et je cessais de me poser des questions pour suivre mon instinct, arrivant jusqu'à la porte d'une des chambres. Elle était là, c'était assuré.

Je frappai à la porte, avant d'entrer. Pas verrouillé. Soit elle m'attendait, soit elle n'y avait pas prêté attention. Une odeur désagréable vint me chatouiller les narines, avant que je ne la vois, sur sa chaise, ayant perdu toute sa superbe. Elle me faisait penser à Kay en fait. Il était à peu près dans le même état. C'était quand même dingue de se mettre dans un état pareil... Sauf qu'une petite voix me soufflait que je ne serais sans doute pas mieux si Jasmine venait à disparaître de ma vie. J'avais compris avec du retard, que c'était elle mon âme sœur. Je refermai doucement la porte derrière moi... Même si je n'aimais pas cette femme, je n'étais pas indifférent à la misère qu'elle dégageait. Ni aux traces de coups. Il s'était passé quoi au juste ? "Wendy ?" Je l'appelai doucement, avant de venir à sa hauteur et de m'accroupir pour la regarder en face. Ma main s'empara délicatement de son menton et mon regard se durcit. "Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Qui t'a fait ça ?" S'était-elle faite agresser ? toute garou qu'elle était, elle avait pu tomber sur plus fort qu'elle. J'avisai aussi sa main et ressentis un léger dégoût en voyant ses doigts. J'avais mal pour elle en fait. J'étais aussi un peu moins calme que d'ordinaire, suites de pleine lune oblige. L'animal était plus présent aux alentours des pleines lunes qu'en temps normal. Il prenait plus de place. Sans doute transparaissait-il dans mes yeux sombres, par des éclats verts.

_________________

   Every man has a wild beast within him.
   By Ninou *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t563-mateo-sanchez-chaton-perdu http://dmthbegins.forumactif.org/t1634-mateo-sanchez#33110 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144
avatar
« J’ai été interrogé par un employé du recensement. J’ai dégusté son foie avec des fèves au beurre et un excellent Chianti. »
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 51 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante


→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 133

†


MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Jeu 15 Nov 2018 - 21:30

Inspirer, expirer. J’ai beau essayer de me focaliser sur des choses simples, de me concentrer totalement sur une tâche essentielle, de chasser tout le reste, cela ne sert à rien. Encore moins maintenant qu’avant. Maintenant que j’ai abandonné l’idée de fuir, que j’ai décidé de le retrouver, c’est encore pire. J’ai l’impression que chaque seconde est une éternité, que chaque inspiration est une torture. J’avais pourtant réussi, des jours, des semaines durant, à me convaincre que tout allait bien et à faire abstraction de cette douleur sourde et permanente. J’avais réussi à m’éloigner et à continuer, essayant chaque jour de me convaincre d’avoir pris la bonne décision, pas seulement pour moi, mais aussi pour lui.
J’avais presque réussi… Jusqu’à ce que la renarde prenne le dessus pour de bon, après des jours entiers à m’empêcher de dormir, de réfléchir, de faire quoi que ce soit. Et comme à son habitude, elle, elle ne réfléchit pas. Elle a juste voulu le retrouver, voir son sourire illuminer ses traits, se rouler dans son odeur et sa chaleur, entendre son rire. Elle a juste voulu faire cesser cette souffrance. Parce qu’elle a toujours su que c’était lui et qu’il n’y aurait que lui. Toujours. Bien avant que je ne m’en rende compte moi. Et si elle a sauté à pied joint dedans, moi, j’ai juste fui. En même temps, c’est à moi de la protéger, qu’est-ce que je pouvais faire d’autre ?… Je sais. Je sais…

J’inspire profondément, fermant les yeux un instant, son visage venant flotter devant moi comme une énième punition. Idiote. La renarde s’agite, se réveille, cessant de se lamenter, et se réjouit bien avant que la porte ne s’ouvre et qu’il n’entre. Non seulement, c’est son copain, mais c’est celui de Kay, et s’il n’a pas vraiment son odeur aujourd’hui, elle sautille néanmoins devant cette présence familière et amicale. Elle va pouvoir se reposer, enfin, auprès de lui, et laisser filer tout ce chagrin et cette douleur. Et surtout, il va la ramener auprès de Kay pour de bon.
De mon côté, j’ai beau l’avoir appelé en désespoir de cause, je reste un peu plus dubitative. Déjà parce que l’humain lui ne m’aime pas particulièrement, et que c’est possiblement réciproque… et parce que c’est l’ami de Kay justement. Quoique, il est venu, il n’aurait pas fait le déplacement juste pour m’envoyer chier. Même si on ne sait jamais… Et d’accord, il se pourrait qu’il ait des raisons de ne pas m’aimer… Et qu’en tant qu’ami de Kay qu’il ne soit pas aussi désagréable et insupportable que de prime abord… D’autant plus qu’il est là oui. Et qu’il semble s’inquiéter pour moi.

Je tourne lentement la tête, clignant des yeux quand il s’accroupit face à moi. Je fronce les sourcils en le regardant, sans comprendre de quoi il parle. Avant de souffler un « Oh. » en effleurant ma joue de ma main valide. Je secoue la tête, essayant de rassembler mes esprits.  

« Personne. » Je le dévisage et attrape sa main, avant de grimacer en cachant l’autre sous mes jambes toujours remontées vers moi. « Je pensais… Je l’ai enfermé. C’était idiot, mais je ne savais pas quoi faire d’autre. Elle n’a pas aimé. » J’ai un sourire sans joie, aussi morne que ma voix, alors que des paillettes dorées parsèment mon regard. « Elle a essayé de manger la porte. Et elle s’est lancée dessus… comme si ses 6 kilos allaient l’ébranler… Une porte de sécurité renforcée. Elle a gratté le sol en béton aussi. » Je hausse les épaules, indifférente. « La transformation a presque tout guéri. Mais elle est têtue et elle a eu toute la nuit. Je n’ai pas réussi… » Je déglutis et lâche sa main en fronçant les sourcils, ignorant les larmes qui montent. « Je n’ai pas réussi à prendre toute sa douleur ce coup-ci, je n’ai pas réussi à la protéger. »

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fait peur au lion avant qu'il ne te fasse peur
» « Fais peur au lion avant qu'il ne te fasse peur. » [Omar Ibn Al-Khattäb] + Cassidy & Elliana
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane et le reste du monde-