AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur DMTH Invité envoi coeur
Adopte un scenario et gagne des amis pour la vie ! :caddy:
Trouve un partenaire de jeu rapidement ! :bouya:
Découvrez l' intrigue en cours !pink witch
Lance toi dans les défis de mai ! ! :ordi:

Partagez
 

 Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wendy Charbonneau
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 52 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse D76cabfa186ff77532b94768387a607e
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 158

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeJeu 8 Nov 2018 - 10:44

Je sais que je devrais avoir froid. Je sais que je dois avoir l’air malheureuse et perdue. Je sais que je dois ressembler à l’une de ces affiches que l’on colle dans le métro pour sensibiliser à la cause des femmes battues. Je sais que jamais je ne pourrais entrer au Club ainsi, que je me ferais jeter directement, si je n’en étais pas la patronne. Je sais aussi que j’ai dépassé le stade de la fatigue et de l’épuisement, mais que ça n’a aucune importance.
Je ne sais pas trop depuis quand je fixe le vide comme ça. Je ne sais pas trop comment je me suis retrouvée ici. Je ne saurais pas dire non plus la dernière fois que j’ai mangé ou dormi. Je ne sais pas non plus ce qui me fait le plus mal dans tout ce qu’elle… ce que je me suis infligée.
Je sais juste que ça ne suffit pas. Que j’ai toujours cette douleur sourde, tenace, insupportable qui me vrille les entrailles. Qu’elle n’a fait que s’accentuer au fur et à mesure que le temps a passé. Quand je suis partie, j’étais persuadée… Non, je voulais tellement me persuader que ça marcherait. Qu’il me suffirait de m’éloigner de lui pour que ça s’atténue et s’efface, pour que le lien finisse par casser. Je suis bien placée pourtant pour savoir que ça ne marche pas ainsi, pour savoir que rien ni personne ne pourra le faire disparaître, que ça a été trop tard à compter du moment où le regard de la renarde a croisé le sien.

Je laisse échapper un gémissement en écho au sien, alors qu’elle se replie un peu plus sur elle-même, et je m’entoure de mon bras valide, les jambes ramenées contre moi, recroquevillée sur la chaise délabrée de la chambre. C’était malin de me sauver tellement rapidement quand l’avion a atterri que j’en ai oublié mon sac dedans… Pas très grave, après tout, c’est un jet, pas un avion commercial. Et puis, en toute honnêteté, je m’en moque tellement… Non, le souci avait été de trouver un moyen de finir le trajet sans argent. Parce que si courir en talons de 10 cm je sais faire en temps normal, ce n’est ni le cas sur de telles distances, ni dans mon état. Et les gens ont tendance à vous regarder étrangement quand vous vous courrez en talons aiguille, jeans et t-shirt, surtout quand vous avez la moitié du visage couvert d’ecchymoses. Comme quoi, même les transformations ne soignent pas tout... Faut dire qu’elle y est allée sacrément fort, à gratter les murs et à vouloir manger la porte, je crois qu’elle m’a aussi cassé une dent tiens, à se lancer dessus, comme si ses 6kg allaient ébranler une porte sécurisée... Mais elle a réussi dans un sens, à me faire comprendre à quel point j’étais stupide, à quel point mes craintes et mes appréhensions étaient ridicules, à quel point jamais ce trou ne se refermerait. Pas sans lui a mes côtés.
J’ai fini par retirer mes chaussures pour aller plus vite, m’écorchant les pieds sur la route. Mais ça guérira comme le reste. Et je suis tombée, une fois, puis deux, sans doute trop fatiguée pour y arriver. Trop têtue, trop blessée, trop en manque pour m’arrêter. Surtout là maintenant si proche de lui.

Je l’ai appelé, il n’a pas répondu, je n’ai même pas eu le répondeur. Il est humain, il ne peut pas avoir aussi mal que moi, pas vrai ? La renarde m’a grogné dessus, encore, à cette pensée. Mais il va bien, c’est obligé, et je l’aurais senti sinon... non ? Pour dire à quel point je suis désespérée, j’ai appelé son pote, celui qui me déteste presque autant que son chat adore la renarde. Je lui ai juste dit où j’étais, plantée devant le motel miteux, attendant de savoir s’il viendrait ou si je pouvais finir de rejoindre Bâton Rouge à pieds.
Et ma montre a 2000 dollars m’a offert une chambre pour la journée, la nuit, je ne sais pas trop. Aucune importance.

J’attends, recroquevillée sur ma chaise à regarder sans les voir les voitures passer, essayant d’oublier la douleur et la peur, cet abysse qui me dévore petit à petit, tordant mes doigts cassés de l’autre main, comme si la douleur physique pouvait prendre le pas sur le reste... sauf que ça ne marche pas non.

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Mateo Sanchez
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 36 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Garou Puma
→ TROMPE L'ENNUI : Traducteur, mannequin à temps partiel
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Méfiant, farouche, intelligent, agressif, sur la défensive, posé, réfléchi
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Cougar-gif-tumblr-7
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Tobias Sorensen
→ CREDITS : Morphine
→ MENSONGES : 359

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeVen 9 Nov 2018 - 21:57

C'était ridicule... La situation était ridicule. Et je ne savais pas trop quoi faire pour remonter le moral de Kay. Apparemment, il n'y avait absolument rien à faire... Ce truc d'âmes sœurs, c'était quand même moche quand ça ne se passait pas bien. Et il avait fallu que Wendy se tire et laisse le cœur de Kay en miettes. Pas comme ci il avait déjà été abandonné par une fille pour une histoire d'âme sœur en plus. Il n'avait pas de bol. Sauf que là, il n'y avait pas vraiment de raisons... Enfin, si, elle avait pris peur et s'était tirée, fin de l'histoire. Je n'avais déjà pas une grande estime d'elle mais alors là... Le pire, c'était que son animal était adorable, lui. Enfin, ça, c'était Kay qui me l'avait dit et qui avait montré des films. Moi, je ne me souvenais pas avoir fait ami ami avec ce petit animal. Et pourtant, il assurait qu'on jouait ensemble. Je ne comprenais décidément pas mon puma. Il avait des fréquentations étranges.

Donc, quelle ne fut pas ma surprise quand je reçus l'appel de la pétasse garou, m'indiquant où elle se trouvait et me demandant de venir la chercher. Honnêtement, si cela n'avait été que question d'elle, elle aurait pu bien finir dans un caniveau. Mais là, il s'agissait de Kay et j'avais l'intention de la lui ramener. Qu'elle me donne sa localisation était donc une excellente chose et je ne me fis pas prier pour me mettre en route afin d'aller la récupérer, non sans envoyer un message à Jasmine pour ne pas qu'elle s'inquiète de mon absence. Durant le trajet, j'eus tout loisir de réfléchir à comment j'allais aborder Wendy. La seule fois où nous nous étions croisés sous forme humaine, cela ne s'était pas vraiment bien passé. Je gardais rancune de son comportement et de son mépris.

Sauf qu'arrivé à destination, il me fallut quand même un moment pour vérifier que c'était la bonne adresse. Parce que madame "j'ai plein d'argent et je le montre" avait davantage l'habitude des palaces que des motels miteux... Et pour le coup, celui-là était vraiment bas de gamme. Et du genre à servir de décor pour tourner un film où d'innocents adolescents se font découper par un tueur psychopathe. Ambiance. Le puma était aux aguets, ayant senti l'odeur familière de sa copine de jeu et je cessais de me poser des questions pour suivre mon instinct, arrivant jusqu'à la porte d'une des chambres. Elle était là, c'était assuré.

Je frappai à la porte, avant d'entrer. Pas verrouillé. Soit elle m'attendait, soit elle n'y avait pas prêté attention. Une odeur désagréable vint me chatouiller les narines, avant que je ne la vois, sur sa chaise, ayant perdu toute sa superbe. Elle me faisait penser à Kay en fait. Il était à peu près dans le même état. C'était quand même dingue de se mettre dans un état pareil... Sauf qu'une petite voix me soufflait que je ne serais sans doute pas mieux si Jasmine venait à disparaître de ma vie. J'avais compris avec du retard, que c'était elle mon âme sœur. Je refermai doucement la porte derrière moi... Même si je n'aimais pas cette femme, je n'étais pas indifférent à la misère qu'elle dégageait. Ni aux traces de coups. Il s'était passé quoi au juste ? "Wendy ?" Je l'appelai doucement, avant de venir à sa hauteur et de m'accroupir pour la regarder en face. Ma main s'empara délicatement de son menton et mon regard se durcit. "Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Qui t'a fait ça ?" S'était-elle faite agresser ? toute garou qu'elle était, elle avait pu tomber sur plus fort qu'elle. J'avisai aussi sa main et ressentis un léger dégoût en voyant ses doigts. J'avais mal pour elle en fait. J'étais aussi un peu moins calme que d'ordinaire, suites de pleine lune oblige. L'animal était plus présent aux alentours des pleines lunes qu'en temps normal. Il prenait plus de place. Sans doute transparaissait-il dans mes yeux sombres, par des éclats verts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t563-mateo-sanchez-chaton-perdu http://dmthbegins.forumactif.org/t1634-mateo-sanchez#33110 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144
Wendy Charbonneau
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 52 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse D76cabfa186ff77532b94768387a607e
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 158

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeJeu 15 Nov 2018 - 21:30

Inspirer, expirer. J’ai beau essayer de me focaliser sur des choses simples, de me concentrer totalement sur une tâche essentielle, de chasser tout le reste, cela ne sert à rien. Encore moins maintenant qu’avant. Maintenant que j’ai abandonné l’idée de fuir, que j’ai décidé de le retrouver, c’est encore pire. J’ai l’impression que chaque seconde est une éternité, que chaque inspiration est une torture. J’avais pourtant réussi, des jours, des semaines durant, à me convaincre que tout allait bien et à faire abstraction de cette douleur sourde et permanente. J’avais réussi à m’éloigner et à continuer, essayant chaque jour de me convaincre d’avoir pris la bonne décision, pas seulement pour moi, mais aussi pour lui.
J’avais presque réussi… Jusqu’à ce que la renarde prenne le dessus pour de bon, après des jours entiers à m’empêcher de dormir, de réfléchir, de faire quoi que ce soit. Et comme à son habitude, elle, elle ne réfléchit pas. Elle a juste voulu le retrouver, voir son sourire illuminer ses traits, se rouler dans son odeur et sa chaleur, entendre son rire. Elle a juste voulu faire cesser cette souffrance. Parce qu’elle a toujours su que c’était lui et qu’il n’y aurait que lui. Toujours. Bien avant que je ne m’en rende compte moi. Et si elle a sauté à pied joint dedans, moi, j’ai juste fui. En même temps, c’est à moi de la protéger, qu’est-ce que je pouvais faire d’autre ?… Je sais. Je sais…

J’inspire profondément, fermant les yeux un instant, son visage venant flotter devant moi comme une énième punition. Idiote. La renarde s’agite, se réveille, cessant de se lamenter, et se réjouit bien avant que la porte ne s’ouvre et qu’il n’entre. Non seulement, c’est son copain, mais c’est celui de Kay, et s’il n’a pas vraiment son odeur aujourd’hui, elle sautille néanmoins devant cette présence familière et amicale. Elle va pouvoir se reposer, enfin, auprès de lui, et laisser filer tout ce chagrin et cette douleur. Et surtout, il va la ramener auprès de Kay pour de bon.
De mon côté, j’ai beau l’avoir appelé en désespoir de cause, je reste un peu plus dubitative. Déjà parce que l’humain lui ne m’aime pas particulièrement, et que c’est possiblement réciproque… et parce que c’est l’ami de Kay justement. Quoique, il est venu, il n’aurait pas fait le déplacement juste pour m’envoyer chier. Même si on ne sait jamais… Et d’accord, il se pourrait qu’il ait des raisons de ne pas m’aimer… Et qu’en tant qu’ami de Kay qu’il ne soit pas aussi désagréable et insupportable que de prime abord… D’autant plus qu’il est là oui. Et qu’il semble s’inquiéter pour moi.

Je tourne lentement la tête, clignant des yeux quand il s’accroupit face à moi. Je fronce les sourcils en le regardant, sans comprendre de quoi il parle. Avant de souffler un « Oh. » en effleurant ma joue de ma main valide. Je secoue la tête, essayant de rassembler mes esprits.  

« Personne. » Je le dévisage et attrape sa main, avant de grimacer en cachant l’autre sous mes jambes toujours remontées vers moi. « Je pensais… Je l’ai enfermé. C’était idiot, mais je ne savais pas quoi faire d’autre. Elle n’a pas aimé. » J’ai un sourire sans joie, aussi morne que ma voix, alors que des paillettes dorées parsèment mon regard. « Elle a essayé de manger la porte. Et elle s’est lancée dessus… comme si ses 6 kilos allaient l’ébranler… Une porte de sécurité renforcée. Elle a gratté le sol en béton aussi. » Je hausse les épaules, indifférente. « La transformation a presque tout guéri. Mais elle est têtue et elle a eu toute la nuit. Je n’ai pas réussi… » Je déglutis et lâche sa main en fronçant les sourcils, ignorant les larmes qui montent. « Je n’ai pas réussi à prendre toute sa douleur ce coup-ci, je n’ai pas réussi à la protéger. »

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Mateo Sanchez
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 36 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Garou Puma
→ TROMPE L'ENNUI : Traducteur, mannequin à temps partiel
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Méfiant, farouche, intelligent, agressif, sur la défensive, posé, réfléchi
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Cougar-gif-tumblr-7
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Tobias Sorensen
→ CREDITS : Morphine
→ MENSONGES : 359

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeLun 19 Nov 2018 - 11:57

Je fronçai les sourcils alors qu'elle me répondait que personne ne l'avait mise dans cet état là, pas vraiment sûr de comprendre. Ou alors elle ne voulait pas m'en parler. Ce n'était pas comme si nous étions de grands amis hein. On ne se supportait pas sous forme humaine et on s'évitait soigneusement. Par contre, lors des pleines lunes, ce n'était pas la même. Et la petite renarde avait manqué à mon puma, je le savais. Il ne comprenait pas où était passé sa copine de jeu. Ni pourquoi Kay était aussi détaché. ce n'était pas habituel, mais le cœur n'était pas là. Moi, je savais ce qu'il se passait et j'étais effaré de voir dans quel état cela pouvait le mettre. C'était violent ces trucs d'âme soeur en fait, alors même que les humains n'étaient pas censés le ressentir aussi fortement que les garous. Et pourtant, il était en pleine dépression. Le point positif, c'était que Wendy était dans un état encore plus lamentable en fait. Elle était la cause de cette séparation et de leur état, mais elle en payait le prix fort. Un peu trop sans doute. Même si je ne l'aimais pas, je ne lui souhaitais pas non plus d'être aussi malheureuse.

Sa main saisit la mienne et je me figeai, avant que mon regard ne suive le mouvement de son autre main, qu'elle semblait vouloir me dissimuler. Je ne dis rien de plus, la regardant dans les yeux. J'appris qu'en fait, elle pensait qu'enfermer la renarde l'empêcherait de courir à toutes pattes pour retrouver Kay. En théorie, cela avait été le cas, elle n'était pas revenue, mais l'animal s'était acharné, totalement enragé en fait, se blessant dans ses tentatives désespérées. "Même un puma n'y serait pas parvenu..." J'avais murmuré alors que je sentais sa renarde qui n'était pas bien loin, en pleine détresse d'être ainsi contrainte alors que les deux moitiés n'étaient pas d'accord sur la démarche à suivre, sur l'attitude à adopter. "Et qui prendra ta douleur à toi ?" Parce qu'il était clair que ce n'était pas que la renarde qui était en souffrance pour le coup. Sauf qu'il y avait la part humaine, rationnelle de Wendy, qui avait pris les commandes et tentait de demeurer inébranlable. En vain. Pourquoi m'avait-elle appelé moi ? Pour la ramener ? Avec tout le fric qu'elle avait, elle pouvait bien se payer un taxi, non ? Je regardais autour de moi. La chambre était loin d'être du grand luxe. "On dirait que tu as revu tes prétentions à la baisse. Je m'attendais à te trouver dans un Hilton." C'était bien son genre. Quand on voyait les fringues hors de prix qu'elle pouvait porter en temps normal.

"Et tu n'as pas réussi à protéger Kay non plus." Ma voix était sans appel, un peu coupante. Je comprenais la démarche, mais c'était un échec cuisant. "Te barrer comme ça, ce n'était pas la meilleure idée qui soit pour lui. Ni pour toi. Vu dans quel état ça le met, c'est à se demander si il n'a pas une part garou pour ressentir autant le manque du lien d'âme sœur." Je lui jetai un regard, me radoucissant un peu. "Il n'en est pas au même point que toi. Heureusement. Parce que lui, il ne guérit pas en 24h." Je marquai une pause, restant toujours accroupi en face d'elle. "Pourquoi tu m'as appelé ? Pourquoi moi ?" Nous n'étions pas amis. J'étais l'ami de Kay. Et je ne tenais vraiment pas Wendy en haute estime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t563-mateo-sanchez-chaton-perdu http://dmthbegins.forumactif.org/t1634-mateo-sanchez#33110 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144
Wendy Charbonneau
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 52 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse D76cabfa186ff77532b94768387a607e
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 158

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeJeu 22 Nov 2018 - 22:04

En temps normal, j’aurais sans doute ri de sa question. Non pas que je ne puisse trouver plus fort que moi toute garou que je sois, mais, sans parler du fait que je ne suis pas du genre à me laisser faire, que lui s’inquiète pour moi est plutôt risible. Mais ce n’est pas une situation normale, et je ne suis pas vraiment dans mon état normal non plus. Telle une droguée en manque, alternant phases névrotiques, phases de tremblements et phases de déconnexion totale. Enfin, je suppose que ça y ressemble. Peu importe. J’aime bien ces dernières, j’ai presque l’impression que tout ça ne me concerne pas… Le fait est que la renarde lui est reconnaissante de son intérêt, manifestant sa présence par quelques paillettes d’or dans mes yeux.

Je lui rends son regard, la renarde se mettant, malgré son soulagement à l’avoir près d’elle, à bouder à ses paroles suivantes. Je hausse une épaule, reprenant d’une voix atone. « Elle n’a pas réussi, qu’un ours n’y serait pas parvenu non plus ne rentre pas en ligne de compte. » Seul le fait qu’elle n’y soit pas parvenue avait une quelconque importance. Je fronce les sourcils, la douleur toujours bien trop présente pour que je puisse maintenant faire mine de l’ignorer ou de la dépasser, et j’ai un vague sourire incertain. « Ma douleur ? » Je me redresse, reprenant inconsciemment un peu contenance, reprenant sans y penser la posture de l’altesse pétasse que l’humain face à moi haït et que Kay trouve amusante. Je le fixe, les larmes reparties en arrière-plan, alors que ce masque si durement acquis se remet un peu en place. Sans doute pas pour longtemps, mais on fait ce qu’on peut. « Je gère très bien ma douleur, je suis assez forte pour cela. C’est elle que je dois protéger. J’avais promis de le faire. Et j’ai toujours réussi… C’est la faute de Kay. Ça ne devrait pas être plus fort que… ça n’aurait pas dû être aussi fort. » J’avais bien réussi à la mort des parents, pourquoi pas maintenant ? Parce que la magie y était mêlée ? À quel point ça craint de ne pas avoir le choix ? À quel point mes sentiments sont guidés par ce foutu lien ? À quel point va-t-il me détester de lui imposer ce lien lui ? Je déglutis et regarde autour de moi, laissant échapper une grimace. « Je brûlerai mes vêtements plus tard. Je n’ai pas vraiment eu le choix, j’ai un peu été prise au dépourvu. »

Je hausse de nouveau les épaules, avant de me figer quand il reprend la parole. Je le regarde sans comprendre durant un instant, la renarde se mettant à japper en mode paniquée. « Il ne peut pas ressentir de manque, il est humain. Ça ne peut pas l’affecter. J’ai réfléchi avant de partir, il n’est pas garou, ça ne doit rien lui faire. » Les éclats d’ambre se multiplient dans mon regard, mon petit regain d’arrogance reparti aussi vite qu’il était venu. « Il s’est blessé ? Il a… » Je le dévisage et inspire lentement, essayant de calmer la renarde… et de faire taire mes propres peurs. Je fronce les sourcils. « Il a parlé d’âme sœur ? Ou ça vient de toi ça ? » Je souffle un rire avant de secouer la tête. « Vu comment il en parle, je doute que ce soit lui… Il va détester cela… » Je pose mon front sur mes genoux. « Il va bien, n’est-ce pas ? » Évidemment qu’il va bien, le garou ne serait pas là sinon… Et je l’aurais senti… je crois. « J’ai oublié mes affaires dans l’avion, et sans argent, je ne pouvais pas aller bien loin. Je cours beaucoup, mais même pour moi, ça fait bien trop loin… J’avais ma montre, elle était jolie… » Je soupire et finis par relever la tête pour le fixer. « Elle t’aime beaucoup. La renarde. Tu es son ami. Et tu es l’ami de Kay. Je n’avais personne d’autre à appeler. » J’ai un mince sourire. « Enfin, si. Des domestiques et des salariés. Qui seraient venus si j’en avais fait la demande, mais… Elle t’aime beaucoup. Tu ne m’aimes pas, mais ton puma l’aime aussi. Tu l’apaises. Et même si je ne t’aime guère non plus… Je n’ai personne d’autre. »

Je hausse un sourcil, mon léger sourire moqueur toujours là, mes yeux toujours rivés au sien.

« Là tu te dis que c’est pathétique en plus d’être bien fait. » Je détourne le regard, qui se perd dans la chambre. « La vérité, c’est que je n’ai jamais eu besoin de personne. J’étais bien toute seule, je m’en sortais très bien. Et ça évite de souffrir. » Je reporte mon regard ambré sur lui, mon visage parfaitement neutre. « C’est beaucoup plus facile. »

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Mateo Sanchez
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 36 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Garou Puma
→ TROMPE L'ENNUI : Traducteur, mannequin à temps partiel
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Méfiant, farouche, intelligent, agressif, sur la défensive, posé, réfléchi
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Cougar-gif-tumblr-7
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Tobias Sorensen
→ CREDITS : Morphine
→ MENSONGES : 359

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeLun 10 Déc 2018 - 11:42

J'éprouvais quelques difficultés à ne pas laisser mon animosité pour Wendy parler. J'avais très envie de lui balancer ses 4 vérités, de lui dire qu'elle n'était qu'une foutue égoïste à se barrer comme ça, sans explications, en laissant son compagnon derrière elle. Sauf que son état pitoyable me rappelait facilement à l'ordre et qu'on ne frappait pas un ennemi déjà à terre. Et que j'étais sensible à la détresse de sa renarde. Elle, au moins, elle était mignonne et censée alors qu'elle avait tout fait pour rejoindre celui qu'elle avait choisi, allant contre la décision stupide de son humaine. Et voilà le résultat. Je décelai toutefois un sursaut d'orgueil alors qu'elle se redressait. Ah... Cela me hérissait déjà alors qu'elle retombait dans ses travers de pétasse bourgeoise. Mais au moins n'était-elle pas totalement à terre finalement. C'était sans doute encourageant, bien qu'horripilant. Un grondement sourd m'échappa à ses paroles. La faute de Kay ? Je la foudroyais du regard. "T'es vraiment gonflée. Je sais pas ce qu'il peut te trouver. T'es insupportable. Aller rejeter la faute sur lui, c'est totalement minable. Je pensais que tu avais un peu plus de classe que ça quand même, je suis de nouveau déçu. Le fautif, c'est notre nature. C'est le fait qu'on puisse trouver une personne et une seule, qui soit faite pour nous, à la vie à la mort. Faut faire avec. Alors assume. Ça vient de la renarde, pas de Kay." Je soupirai pour tenter de me calmer. Cela ne servait à rien. Mais elle avait le chic pour me faire sortir de mes gonds, j'étais à cran avec cette fille.

Je lui fis d'ailleurs remarquer qu'elle s'était réfugiée dans un truc pourri, sans compter ses fringues totalement détruites. On était loin de la petite bourgeoise qui tenait le country club hein. Elle affirma qu'elle brûlerait ses vêtements plus tard et je haussai un sourcil. Un peu extrême quand même. Je lui lançai ensuite sans ambages qu'elle avait enfoncé Kay en agissant ainsi avant de l'épingler du regard, des lueurs émeraude dansant à l'intérieur à son affirmation : "Et qu'est-ce que tu en sais au juste ? Tu t'es barrée sans voir les ravages que tu laissais derrière toi." Je reniflais de mépris. "Tu crois qu'un humain ne peut pas aimer aussi intensément qu'un garou ? Tu te trompes. Peut-être ressent-il cela moins intensément, mais il le ressent, et au delà de l'aspect surnaturel de ce lien, il y a les sentiments, réels. Faut pas croire que les sentiments humains sont changeants et éphémères..." Je parlais en connaissance de cause. J'avais été humain, j'avais aimé intensément, j'avais pleuré la perte de Claire, de longues années. Alors sans doute qu'un humain se remettait plus facilement de la perte d'un être cher, mais il pleurait tout autant. "Sans compter qu'il s'est déjà fait abandonner pour une histoire d'âme sœur, cela ne doit pas lui faire du bien de se faire de nouveau larguer sans ménagements. Surtout parce que tu es amoureuse de lui et que tu as la trouille." Je n'étais pas tendre avec elle, mais elle n'avait pas besoin de ça. Elle avait besoin qu'on lui secoue les puces. Malgré son état lamentable, c'était une battante. Elle relèverait la tête.

Je hochai la tête quand elle demanda s'il s'était blessé, avant d'esquisser un léger sourire. "C'est juste évident. C'était un concept que je ne connaissais pas jusqu'à très récemment... Mais à vivre au sein de la Horde, on capte des conversations et on apprend... Et vu dans quel état vous êtes Kay et toi... Vu comment ta renarde est prête à se mutiler pour le rejoindre... Tu te serais attachée la patte qu'elle l'aurait rongée pour se défaire des liens et le retrouver... Vous êtes malheureux comme les pierres. Je sais qu'un chagrin d'amour ça peut faire mal, mais pas conduire à ce genre d'extrémité non plus... Pis vous portez l'odeur de l'autre, tous les Garous s'en sont aperçus. Comme le fait que Kay n'ai plus approché une femme depuis qu'il t'a rencontré hein." Je lui lançai un long regard quand elle ajouta qu'il allait détester ça. Très probablement. Puis je répondis calmement : "Définis bien." Je penchai la tête quand elle expliqua qu'elle avait tout perdu et aurait rejoint Kay à pieds si elle avait pu, mais que c'était trop loin et qu'elle avait besoin d'un chauffeur. Moi donc, pour répondre à ma question. Et parce que sa renarde m'aimait bien. "Dommage que tu n'écoutes pas davantage ta renarde, ni que tu ai hérité de son caractère." Je soupirai, avant de demander avec surprise à la suite : "Ah bon, je l'apaise ?" J'en étais le premier étonné. "Je vois..." Avant de sourire à sa remarque. "Quelque chose dans ce goût là ouais. Je ne suis pourtant pas mesquin d'ordinaire, mais tu fais ressortir tous mes défauts. C'est un talent à ce stade." Cependant, la suite chassa toute mesquinerie de mon esprit. Un aveu de faiblesse. Elle était juste perdue. Je sentais le puma qui voulait juste la câliner comme le gros chat qu'il était et ronronner contre elle pour la réconforter. Je me contentai de passer une main sur son crâne avant de laisser glisser ses cheveux blonds entre mes doigts. "Plus facile, mais plus ennuyeux aussi. Il n'y a pas que toi dans cette histoire. Et le lien ne se rompt pas simplement en mettant quelques kilomètres entre vous. Ce n'est pas ta faute et ce n'est pas la sienne. Vous devez en discuter. A deux. Cette décision là ne t'appartient pas. Que tu le veuilles ou non, tu n'es plus seule à décider de ta vie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t563-mateo-sanchez-chaton-perdu http://dmthbegins.forumactif.org/t1634-mateo-sanchez#33110 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144
Wendy Charbonneau
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 52 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse D76cabfa186ff77532b94768387a607e
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 158

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeJeu 27 Déc 2018 - 21:49

Pas besoin d’être hypersensible ou empathe pour se rendre compte qu’il ne m’aime pas. Certes, je le savais déjà avant quand j’ai décidé de l’appeler, et oui, il a possi-blement des raisons de ne pas m’apprécier. Et peut-être, sans doute, est-ce davantage la renarde qui le ressent, enfin son côté instinctif. Ou peut-être est-ce son regard qui s’assombrit quelque peu ouais… Bref, ce n’est pas un problème, pas de mon côté en tout cas. Je ne peux m’empêcher de sourire un peu en l’entendant s’enflammer quand je parle de Kay.

« Calme-toi, je ne parlais pas sérieusement. Enfin si, mais pas au sens propre. Je sais bien qu’il n’y est pour rien. Et ce n’est pas la faute de la renarde non plus, elle n’a rien décidé non plus, c’est notre nature oui. C’était simplement… Je connais la douleur et la souffrance, et j’avais réussi à la préserver, mais avec lui… C’est trop fort. Et je suis insupportable effectivement. Je ne sais pas non plus ce qu’il me trouve. Il est un peu maso je crois. » J’en suis persuadée même, il suffit de savoir qu’il n’a jamais connu d’autres compagnes que des garous pour s’en rendre compte.

Je finis par hausser une épaule alors qu’il parle du motel, reléguant bien vite ce sujet à l’arrière-plan, notre attention entièrement captée par ses paroles suivantes. Kay. Je le dévisage, penchant la tête sur le côté. « Tu étais humain, tu n’es pas né garou. Pas vrai ? » Aucun jugement, je me moque royalement de ce qu’il a été, c’est uniquement de la curiosité. Je fixe ses yeux dans lesquels émergent quelques étincelles vertes. « Ça fait longtemps ? Tu te contrôles plutôt bien pour quelqu’un qui a envie de me manger… » Le sourire que je tente d’esquiver disparaît comme il est venu et je secoue la tête. « Je sais qu’un humain peut aimer tout autant et que cela ne s’efface pas ainsi, mais on ne parle pas de ça. On parle du lien d’âme-sœur, et ça, un humain ne le ressent pas, ou pas suffisamment pour en ressentir le manque. Kay ne… C’est un hippie maso, mais je doute qu’il ressente autant à mon égard. » Parce que si je me fais, très très lentement, à l’idée de pou-voir éventuellement être amoureuse de lui, je sais que la réciproque n’est pas vrai. Et que ce n’est pas si grave. Je grimace, piquant un peu du nez. « Je ne suis pas… Il ne sait pas que je suis… » Je soupire. « Tu ne peux pas me comparer avec son ex. Il est resté plus de 10 ans avec elle, il l’a toujours connu, il l’a aimé. Il n’y avait aucune magie ou lien surnaturel l’ayant forcé à le faire. C’était juste lui. Je pensais vraiment qu’il passerait à autre chose et qu’il s’en remettrait en me traitant de connasse sans cœur. » J’avais véritablement compté dessus. Même si d’accord, j’étais partie en pensant plus à moi qu’à lui je le reconnais. Parce qu’il n’aurait pas dû être aussi touché… entre autre…

Et s’il sourit, je ne parviens pas à le lui rendre, trop horrifiée d’apprendre que Kay était blessé. Par ma faute. Je tente de rassurer la renarde, après tout, même s’il le dit, il n’a pas l’air paniqué, donc ce n’est pas si terrible, pas vrai ? « Moi, je connais. Je sais ce que ça crée, et où ça mène. Et je n’en voulais pas. Je ne suis même pas sûre d’en vouloir même maintenant, mais ce n’est pas comme si j’avais le choix. Elle l’a su et accepté dès le début, mais elle ne se rend pas compte. Et de toute manière, même sans lien… Ouais, je suis stupidement tombée amoureuse. » J’esquisse un sourire. « Je n’ai plus vu personne d’autres non plus hein… ça aurait dû nous alerter plus tôt tous les deux… Mais c’était… bien. Trop naturel pour qu’on y prête attention je pense. » Et de nouveau, je me crispe. J’ai compris, il ne va pas bien. Ai-je envie de savoir vraiment à quel point ? Non. Je crois. Je le verrais bien. Je fronce de nouveau les sourcils à sa remarque. « Je l’écoute bien assez. Si j’avais son caractère, je serais considérée comme une "gentille" fille, tu sais mignonne et souriante, mais un peu simplette… Et elle a ce caractère parce que je suis là pour encaisser. » Je soupire, un peu mécontente pour le coup, avant de hausser les épaules en le regardant. « C’est si surprenant ? Tu joues avec elle, tu lui fais des câlins et t’es un ami de Kay. Trois bonnes raisons, c’est amplement suffisant. » J’ai un mince sourire. « Oui, je suis douée pour ça. Et tu sais quoi ? J’aime bien. Cela permet plus facilement de voir véritablement la personne en face, parce que c’est plutôt facile de paraître gentil et agréable. Et puis, c’est particulièrement amusant d’être insupportable donc… même si peu de gens se rendent compte du travail que ça demande. » J’aurais bien aimé continuer sur la légèreté, à raconter des sottises, pas si fausses que cela, mais je n’y parviens pas. Instinctivement, je penche la tête vers sa main, les yeux fermés, savourant bien plus que nécessaire ce simple contact, ce petit acte de douceur. « Ennuyeux… peut-être. » Je rouvre les yeux, sans bouger pour autant. « Je sais, mais je me suis dit que sur un malentendu, ça marcherait peut-être. Je l’espérais du moins. » Je déglutis, fermant de nouveau les yeux. « On en discutera. Quand il aura hurlé et tempêté. Et il m’en voudra tout autant d’être partie que de lui parler de ça. Mais, et même si la décision ne m’appartient pas, ça ne changera rien. Je resterais, malgré lui s’il le faut. Parce que sans lui, je n’y arrive pas. Et oui, je trouve ça horriblement agaçant et gnangnan. »

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Mateo Sanchez
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 36 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Garou Puma
→ TROMPE L'ENNUI : Traducteur, mannequin à temps partiel
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Méfiant, farouche, intelligent, agressif, sur la défensive, posé, réfléchi
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Cougar-gif-tumblr-7
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Tobias Sorensen
→ CREDITS : Morphine
→ MENSONGES : 359

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeSam 2 Fév 2019 - 18:05

A ma grande surprise, Wendy ne prit pas la mouche alors que je l'insultais. Enfin... Je ne l'insultais pas réellement, mais je ne me montrais pas non plus très sympa avec elle alors que je listais ses défauts et ce qui m’horripilait chez elle, allant même jusqu'à demander ce que Kay pouvait bien lui trouver. Hormis qu'elle était mignonne. Sauf que cette nana là, il l'avait dans la peau, carrément. C'était pas juste une garou sexy avec laquelle s'envoyer en l'air et passer du bon temps, non, c'était la femme avec qui il avait envie de faire des projets. Même s'il se l'était soigneusement caché, se mentant à lui-même concernant cette relation. Mais c'était comme ça. Le lien d'âme-soeur ne leur laissait pas vraiment le choix, ni le contrôle sur leurs vies. C'était encore bien qu'ils s'apprécient la plupart du temps, et que Kay soit tombé amoureux d'elle. Vraiment.

Sans vraiment y prendre garde, je dévoilai quelques informations me concernant. Et ce fut avec étonnement que je constatai que Wendy relevait ces éléments. Je ne pensais pas vraiment que quoique ce soit d'autre que sa personne puisse l'intéresser. Surtout pas en ce moment. Ou c'était peut-être précisément parce qu'elle était davantage vulnérable et malheureuse qu'il lui était possible de s'ouvrir aux autres. Je hochai la tête, un peu tendu, avant qu'elle ne continue en me demandant si cela faisait longtemps et de louer mon contrôle, ce qui me fit rire très brièvement, ironiquement. "Sept ans. Dont cinq années sans personne pour m'apprendre." Il y avait encore de l'amertume dans ma voix. "Je vais donc prendre ça pour un compliment. Je suppose que mon caractère et mon auspice m'aident à ne pas finir en bête enragée dés que je m'énerve." Parce que je n'étais pas un impulsif. Ni même un sanguin, malgré mes origines latines. Et je n'avais pas non plus VRAIMENT envie de la tuer ni même de la blesser. Pas physiquement. Et sa faiblesse ne représentait aucun challenge pour mon puma. Surtout concernant sa copine la renarde. "Ben je t'invite à revoir ta théorie sur la puissance du lien chez les humains. L'expérience montre clairement qu'il ressent le manque." Elle bredouilla un truc, répondant sans doute au fait qu'elle était amoureuse de lui, avant de se défendre comparé à sa copine qui l'avait largué pour rejoindre son âme sœur. Mais au moins, je savais qu'ils avaient parlé de ça. "Ben si ça peut te rassurer, il te traite de connasse sans cœur, mais il ne s'en remet pas."

Je ne lui épargnais pas la vérité, ne minimisais pas les choses. Elle avait choisi de se tirer, sans doute avec des intentions louables, même si cela était surtout pour se protéger, mais elle devait aussi faire face à la conséquence de ses actes. Kay souffrait. Kay n'allait pas bien. C'était un zombie. Pas terrible en étant le Dagda de la Horde, en étant connecté à chacun d'entre nous, même si on le sentait retranché derrière ses barrières. "Vous avez juste profité sans vous poser de questions." J'avais hoché la tête face à l'évidence, sans condamner, parce que c'était plus facile de ne pas mettre des mots sur ce type de lien. J'avais fait de même avec Jasmine, refusant l'évidence pendant des mois. résistant stupidement à ses appels. Avant de succomber totalement et de ne plus désirer rien d'autre. "Tu parles comme si tu avais vu le pire personnellement." Elle pouvait approfondir. Ou ne pas vouloir m'en parler. Ce n'était pas comme si nous étions intimes ou amis. Je regrettai qu'elle ne soit pas davantage comme la renarde et sa réponse ne manqua pas d'ironie. "Simplette ?" Je souris en coin. "Être gentille et adorable, un peu naïve et ouverte aux autres ne fait pas de quelqu'un un simplet..." Mais une cible facile et fragile, oui, probablement. Je marquai ma surprise quand elle m'avoua que j'apaisais la renarde, alors que je n'avais pas du tout conscience de cet effet là. Je n'étais pas spécialement calme en ce moment par exemple. "Mais tu t'isoles des autres et ériges un mur entre eux et toi... Que crains-tu donc ainsi ?" Doucement, je caressai ses cheveux et elle vint chercher mon contact. Et je ris doucement à sa conclusion, avant de simplement l'entourer de mes bras et de commenter, un peu narquois : "Attention, tu deviens simplette." Je pouvais sentir sa renarde se rouler en boule de bonheur contre son copain le puma qui ronronna de satisfaction, produisant un bruit reconnaissable et profond, qui fit vibrer ma poitrine contre Wendy avant que je ne soupire, dépité : "Tu vois, je ne me contrôle pas si bien que ça." J'avais relâché ma vigilance. Et il en avait profité. Heureusement qu'il n'y avait nul témoin. "Ça va aller. Et Kay aura affaire à moi si sa fierté le fait agir comme un imbécile."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t563-mateo-sanchez-chaton-perdu http://dmthbegins.forumactif.org/t1634-mateo-sanchez#33110 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144
Wendy Charbonneau
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 52 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse D76cabfa186ff77532b94768387a607e
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 158

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeMar 5 Mar 2019 - 21:16

Plus tard, je m’en voudrais certainement d’avoir agi ainsi, de m’être montrée si faible et fragile, de me confier à lui. Plus tard, quand j’aurais vu Kay et que la situation aura avancé avec lui, d’une manière ou d’une autre. Plus tard, quand je ne ressemblerais plus à un animal blessé se raccrochant à tout ce qu’il peut pour survivre. Et sans doute pourrais-je à nouveau regarder Mateo avec dédain. Ou un truc du genre. Je n’y crois pas vraiment, pas alors qu’il est venu sans y être forcé, pas alors que la renarde, et possiblement moi, lui en sommes vraiment reconnaissantes. Mais pouvoir l’imaginer m’aide un peu, en me disant que les choses reviendront à leur état normal et que cette douleur aura donc cessée. Et puis, il n’a pas vraiment tort, je sais bien quelle image je renvoie, et elle me convient parfaitement aussi surprenant cela soit-il. D’autant que le seul qui importe sait que je ne suis pas vraiment… pas uniquement cette pétasse du moins.

Quant à Mateo, dans le fond, peu importe ce qu’il pense de moi, comme ce que je peux penser de lui non ? Ce n’est pas vraiment surprenant qu’il ne soit pas un sang pur, mais à l’écouter, ça l’est davantage qu’il sache se contrôler autant. Je reste les yeux fixés sur lui. « Tu es resté cinq ans tout seul ? Comment as-tu fait pour ne pas… » Je plisse les yeux. « Tu as déjà perdu le contrôle ? C’est pour ça que Kay fait des vidéos de toi en me disant que c’est pour te prouver que tu es un gros chat inoffensif ? » J’ai une moue. « Caractère ou pas, gentil chaton ou pas, la renarde te rappelle que tu lui as volé ses proies… et que ça ne se fait pas entre amis. » J’ai un léger sourire. « Mais c’était un compliment oui. Même si je serais  curieuse de savoir jusqu’où je peux te pousser… » En présence de Kay évidemment, je n’ai pas envie de me faire manger pour de bon. Je fronce les sourcils alors qu’on revient justement à parler du principal intéressé. J’aimerais bien rajouter un truc, le contredire, mais je ne vois pas vraiment comment le contrer. Pourtant, je sais que j’ai raison et que les humains ne peuvent ressentir aussi fortement le lien que nous. Ma mâchoire se crispe malgré moi et je hoche la tête, sans même parvenir à faire semblant de sourire. La renarde pique de nouveau du nez, sans trop savoir comment réagir, pas plus que moi, oscillant entre la culpabilité, la douleur, et une joie incertaine, hésitante, condamnable de savoir qu’il ne s’en remet pas non plus.

Bon, ça ne dure pas, ce soulagement s’efface, ne laissant que la culpabilité et la douleur, que la peine et la détresse. J’acquiesce malgré tout. « Parce qu’il ne cherchait, et moi non plus. Que ça c’est fait tout naturellement et que c’était… c’était parfait. Pourquoi on aurait cherché plus loin ? » Je lui jette un coup d’œil, avant de retourner à la contemplation du plancher. « Le pire… Non. Enfin si, mais le meilleur aussi sans doute… Ce lien est beaucoup trop fort. Il est indestructible et inaltérable. Mes parents ont vécu plus de 70 ans ensemble. Mon père était humain, tout comme Kay… Et quand il est mort, ma mère s’est laissée mourir de chagrin. Parce qu’elle ne pouvait pas vivre sans son âme sœur. Je n’ai aucune envie d’être incapable de lui survivre. » Mais c’est faux. Accompagnant le reste, l’idée de ne pouvoir vivre sans lui fait lentement son chemin. Il suffit de voir dans quel état je suis déjà en un mois de toute façon, pas vrai ? Je soupire, levant les yeux au ciel alors qu’il reprend, avant de le fixer de nouveau. « Bien sûr que si. La gentillesse et la crédulité ne sont pas des qualités récompensées dans notre monde. » Heureusement que je n’étais plus comme elle depuis bien longtemps. Le sourire esquissé en parlant de lui et de son effet apaisant sur la renarde disparaît, me laissant de nouveau à froncer les sourcils. «  Il n’y a pas de faux semblant, les gens sont davantage eux-mêmes et je n’ai pas à me préoccuper de ce que l’on pense de moi… En quoi est-ce un problème de s’isoler des autres et de ne pas vouloir s’y attacher ? » J’hésite un instant, avant de souffler dans un murmure. « Pas d’attaches, pas de souffrances. Pas de liens, pas de pertes. C’est très bien ainsi. » Là, voilà ce que je voulais éviter. Me confier, me rouler en boule contre lui, être encore plus faible. Parce que là, dans ses bras, à me laisser aller contre lui, c’est quand même le pompon. J’ai malgré tout un léger rire en l’entendant ronronner. « Et j’ai des paillettes dorées dans les yeux depuis des jours. Il n’y a qu’avec lui, quand il s’agit de lui, que j’ai autant de mal… et ça fait bien plus longtemps que toi que j’y travaille. » Je sens son puma autant que la renarde se satisfaire et profiter de cette étreinte, et je souris de nouveau. « C’est gentil, mais je n’ai pas besoin d’aide pour ça. Et j’ai l’habitude, il agit tout le temps comme un imbécile. » Ma gorge se serre un peu. « Il est beaucoup trop jeune pour agir autrement de toute façon. » Ouais, ça aussi, c’était un des problèmes… Mais chaque chose en son temps…

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Mateo Sanchez
→ ORDRE CLANIQUE : La Horde
→ NUISANCE DEPUIS : 36 ans
→ SOUS L'EMPRISE DE : Garou Puma
→ TROMPE L'ENNUI : Traducteur, mannequin à temps partiel
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Méfiant, farouche, intelligent, agressif, sur la défensive, posé, réfléchi
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Cougar-gif-tumblr-7
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Tobias Sorensen
→ CREDITS : Morphine
→ MENSONGES : 359

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeDim 17 Mar 2019 - 16:33

Je l'épinglai du regard alors qu'elle se montrait surprise d'en apprendre ainsi davantage sur moi. Et curieuse également. Réaction normale. Et qui montrait qu'elle n'était peut-être pas aussi égocentrique que je ne le pensais et pouvait s'intéresser à d'autres personnes qu'elle-même. Je me crispai un peu quand elle parla des vidéos de Kay. En tous les cas, elle n'était pas stupide et savait faire les liens rapidement. Je hochai la tête avec raideur. "Je ne suis pas certain qu'inoffensif soit le terme... Mais s'il n'est pas agressé, s'il n'est pas obligé de devoir tuer pour survivre, il est... sage. Davantage que je ne le pensais..." Mon regard se perdit un instant dans le vide avant que je ne la regarde, me demandait si elle était sérieuse ou non. "Il est mal élevé désolé pour ça. Dans quelques années, quand j'aurai davantage on mot à dire, cela devrait aller mieux..." Avant de lui rendre son sourire : "Ou pas." Qui disparaît quand elle parle de sa curiosité. "J'aimerai autant pas. J'ai suffisamment fait de mal comme ça. Lâchement, je suis heureux de ne pas me souvenir des pleines lunes..." Ma voix s'éteignit là dessus, mais je n'en dis pas davantage sur moi. Ce n'était pas le sujet.

Le problème actuel, c'était Kay. Et Wendy du coup. Sa décision de se tirer avait énormément affecté le Dagda. Et ayant été humain, je pouvais attester que c'était douloureux une séparation. Qu'on pouvait sombrer en dépression pour ça. Ce n'était pas aussi violent que le lien d'âme sœur, mais le chagrin était là. La souffrance également. Et en étant Dagda, habitué aux Garous, Kay y était sûrement plus sensible qu'un simple humain d'ailleurs. Wendy avait été égoïste de fuir ainsi et naïve de penser que cela suffirait. Je ne mâchai pas vraiment mes mots et ne diminuai pas non plus l'état de Kay pour la ménager. Ce n'était pas une faible, comme elle l'avait claironner. Alors elle devait assumer maintenant. C'était évident que leur lien ne leur avait pas sauté aux yeux de suite. Et dés qu'elle avait compris, elle avait pris la fuite. Elle me confia alors savoir exactement comment cela se passait. Je pinçai les lèvres en apprenant que son père avait été humain... Et qu'elle avait donc expérimenté personnellement la perte d'un être humain et le chagrin du garou qui était lié. C'était une dure réalité. Et je comprenais mieux que cela l'ai effrayé, même si, elle savait que c'était inutile de mettre de la distance géographique entre eux... Je n'avais rien à ajouter à ce sujet.

Je commentai en revanche sa critique sur sa renarde trop gentille et confiante. Ce qui l'avait poussée à jouer les garces sans cœur pour la protéger. C'était étrange, parce que dans mon cas, c'était le contraire. C'était mon puma qui m'avait protégé durant tout ce temps finalement. Je l'observai longuement alors qu'elle me confiait sa façon de penser. "Pas de risques donc... Crois-tu vraiment être aussi forte et indépendante que tu le crois alors que tu ne prends aucun risque ?" Je n'en étais clairement pas convaincu. Sans peur, pas de courage. Tout simplement. Et comme elle blindait son cœur et ne laissait rien la toucher, c'était plus facile de se la jouer puissante et autonome. Cela ne faisait que masquer une réelle fragilité, dont elle n'avait probablement même pas conscience. "Tu ferais la fortune d'un psy toi." Il y avait pas mal de trucs à explorer là. Elle avait baissé ses défenses. Moi aussi alors que le puma laissait échapper son contentement dans un bruit très félin. Ce qui me fit pester sur mon manque de contrôle, qu'elle tempéra par ses propres manquements. Et j'éclatai de rire concernant l’imbécillité de Kay et son opinion à ce sujet. "Tu n'es pas une renarde, tu es une cougar en fait." Puis j'ajoutai, un peu plus sérieux : "Et pourtant, il est bien plus mature que bien des hommes du même âge. Il est Dagda. Il est connecté à toute la Horde, à tous les Garous, jeunes comme anciens. Il a des responsabilités importantes. Il ne restera pas jeune très longtemps. Mais imbécile, ça je ne garantis rien." Je la relâchai alors et me redressai en lui tendant la main : "Prête à rentrer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t563-mateo-sanchez-chaton-perdu http://dmthbegins.forumactif.org/t1634-mateo-sanchez#33110 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144 http://dmthbegins.forumactif.org/t576-mateo-sanchez-membre-de-la-horde#7144
Wendy Charbonneau
→ ORDRE CLANIQUE : Solitaire pour le moment
→ NUISANCE DEPUIS : 52 ans
→ ERRANCE : Baton Rouge Country Club ou dans une boutique de luxe
→ PROFIL PSYCHOLOGIQUE : Arrogante – Individualiste – Insouciante – Indifférente – Cynique – Hyperactive – Intelligente – Débrouillarde – Méprisante – Attachante
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse D76cabfa186ff77532b94768387a607e
Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse SzR0PCZA

→ AVATAR : Emma Roberts
→ CREDITS : Moi
→ MENSONGES : 158

†


Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitimeMar 23 Avr 2019 - 20:43

Mon sourire s’élargit très légèrement en le voyant se crisper. Il n’a pas l’air de trouver ça aussi amusant que moi. Remarque, je n’aime pas non plus particulièrement les vidéos que Kay fait de la renarde, à croire qu’il s’acharne à ne filmer que les moments embarrassants ou idiots. Je sais bien qu’elle est particulièrement… facétieuse et qu’elle ne connaît absolument pas le sens du mot honte, comme son puma, contrairement à moi… comme lui donc visiblement. Un point commun tiens. « Inoffensif n’est peut-être pas le bon mot certes, mais oui, il est même gentil quand il se sent bien. Il a joué avec une renarde de 6kg sans lui faire le moindre mal, ce n’est pas rien. » Mes yeux se plissent d’amusement en le voyant réfléchir. « Elle n’est pas rancunière il a de la chance. Et comme dit, il a joué avec elle, ça compense largement à ses yeux. » Je hausse une épaule, abandonnant l’idée aussi vite qu’elle m’était venue, et je penche la tête sur le côté. « Je comprends… Mais tu devrais essayer. Discuter avec lui et essayer de juste voir ce qu’il se passe, de garder une trace de ce qu’il fait. C’est… une sensation plutôt cool, si l’on omet toutes les choses stupides qu’ils peuvent faire. Ça te ferait de chouettes souvenirs maintenant. » Et des moments mortifiants, mais l’un dans l’autre, il n’y a que la renarde qui m’ait fait sentir si libre et si heureuse pour des choses anodines.

Certes, j’aurais préféré continuer à parler de lui, c’est plus facile, bien moins personnel et douloureux. Mais il n’est pas venu pour ça, sans parler que même s’il fait l’effort, ce n’est certainement pas auprès de moi qu’il se confierait… Comme je ne le ferais certainement pas auprès de lui en temps normal. Je ne le fais auprès de personne d’ailleurs. Ce qui est certainement une des causes de mon état actuel, ce qui n’est donc pas très probant. Et je sais bien que je n’avais guère était plus maligne que la renarde en décidant de me sauver. Enfin, non, elle pour le coup avait accepté dès le départ et avait tout fait pour le retrouver. Sauf que ce n’était pas si simple, pas même maintenant. J’avais besoin de lui, elle avait besoin de lui, je voulais le voir… Mais, est-ce que ça effaçait mes peurs et mes angoisses ? Non. Mes doutes, mes questions et mes terreurs étaient toujours là, tapies, attendant le moment opportun pour ressurgir. Alors non, je ne repartirais plus, qu’il veuille ou non de moi, pas comme ça, pas aussi longtemps, mais cela ne retirait pas ce que j’avais déjà vécu et ce que je craignais. Un jour peut-être…

Je fronce légèrement les sourcils, les yeux rivés sur la moquette, avant de le regarder de nouveau. « Ça n’a rien à voir. Et oui, je le suis. Risques ou pas, je n’ai besoin de personne, je… Je n’avais besoin de personne. Bon, ça ne marche peut-être plus avec Kay dans l’équation, mais c’est de la triche aussi. Le lien d’âme sœur ne peut pas être pris en compte pour voir ou non l’indépendance de quelqu’un et… » Je soupire et fais la moue, on ne peut plus consciente de raconter n’importe quoi. Mais j’ai raison. Juste que Kay brouille les pistes. Je lève les yeux au ciel sans répondre à son commentaire. N’importe quel garou ferait la fortune d’un psy… et finirait sans doute dans une camisole, aussi inutile incongrue. Comme si j’avais besoin de me confier et d’avoir quelqu’un qui chercherait chaque défaut dans ma cuirasse, qui essayerait d’expliquer par un procédé freudien que j’avais été amoureuse de mon père ou une autre connerie du genre. Je serais obligée de le manger, ça ferait désordre. Déjà qu’avec lui là, je m’en veux de paraître si faible, alors que je me répète en boucle qu’il est venu nous aider. Et que son félin ronronne, à son grand dam, mais je me sens moins seule pour le coup. Je le fixe, les yeux écarquillés, avant de laisser filer un léger rire quand il parle de cougar. « Je ne suis pas si…Bon, peut-être un peu, mais ça ne se voit pas. » Je déglutis, essayant de cacher la réelle inquiétude que cela fait naître en moi, et j’esquisse un sourire en le regardant. « J’aime bien son côté imbécile, même si je nierais en bloc l’avoir dit. Et… oui, il est plus mature que d’autres. Et il vieillira… » Okay, ce n’est pas ce qu’il a dit, ni ce qu’il voulait dire et encore moins ce à quoi je devrais penser. Je fixe sa main quelques secondes en inspirant lentement, avant de me redresser et de l’attraper, la serrant sans doute un peu trop fort. Je hoche la tête et lui lance un coup d’œil. « Oui. Ramène-moi à la maison. S’il te plaît. » Auprès de lui. Chez moi.

_________________
L'imperfection est beauté, la folie est génie et il vaut mieux être totalement ridicule que totalement ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmthbegins.forumactif.org/t2647-wendy-charbonneau-donnez-a-une-femme-de-belles-chaussures-et-elle-pourra-conquerir-le-monde http://dmthbegins.forumactif.org/t2670-wendy-charbonneau-pour-etre-irremplacable-il-faut-etre-differente http://dmthbegins.forumactif.org/t2669-wendy-charbonneau-being-normal-is-boring http://dmthbegins.forumactif.org/f38-carnet-de-bord
Contenu sponsorisé



Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Empty
MessageSujet: Re: Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse   Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Contempler l’abîme avant qu’il ne le fasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» Avant garde ork
» Dépot d'arme/avant poste ork
» Purifiez votre âme avant le jugement dernier
» La dernière série avant la fin du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL | Begins. ::  :: Louisiane et le reste du monde-